Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de mathioche : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Promenez-vous dans les bois... pendant que vous êtes encore en vie Promenez-vous dans les bois... pendant que vous êtes encore en vie
Ruth Ware   
"Prom'nons-nous dans les bois
Pendant que le loup y est pas
Si le loup y était
Il nous mangerait
Mais comme il n'y est pas
Il nous mangera pas
Loup, y es-tu?
Que fais-tu?
Entends-tu?"

Enfant, j'ai toujours détesté cette comptine, elle me faisait froid dans le dos. Lorsque j'ai vu le titre de ce livre, j'ai immédiatement pensé à celle-ci et l'air de la chanson est resté gravé dans ma tête pendant très très longtemps et même pendant ma lecture. Et vous savez quoi? Le livre est aussi angoissant, pesant, étouffant que cette fameuse comptine! Et ... J'ai adoré! Que voulez-vous, c'est mon côté psychopathe!

Attention, l'histoire est addictive depuis le début. On sent immédiatement qu'il y a quelque chose de louche et qu'en plus un secret est dissimulé bien profondément. Nora n'a plus revu Clare, sa meilleure amie depuis 10 ans, depuis cet événement dont nous n'avons pas connaissance avant la fin du livre. On sait que c'est grave et c'est déjà bien suffisant. Ils ne seront que quelques-uns à se rendre à ce fameux week-end, certains d'entre-eux ne se connaissent même pas. Et pourtant ils vont vivre un week-end entier ensemble, ils vont apprendre à se connaître, ils vont découvrir également l'horreur, l'angoisse, la peur, la peine et le drame.

Tour à tour, on va découvrir l'histoire toujours contée par Nora mais à des moments différents: le présent - après le drame, le présent juste avant et le passé. N'ayez crainte, à aucun moment le lecteur est perdu par ces moments différents. Flo, Tom, Nina, Mélanie, Clare et Nora. Six personnes, six vies si différentes et pourtant toutes là pour une seule chose. Ce livre est vraiment très bon tant l'atmosphère est malsaine et étouffante. Tout comme Nora, j'ai eu une montée d'angoisse, tout comme elle, je me suis demandée pourquoi elle avait accepté l'invitation. Pourquoi elle n'avait tout simplement pas dit "non" puisqu'elle ne voulait pas y aller. Comme Nora, j'ai vu les événements s'imbriquer les uns dans les autres sans ne rien savoir faire.

Tout se passe étrangement lentement mais très rapidement. Le mal vient s'immiscer dans cette maison de verre qui joue un énorme rôle dans cette tension malsaine. Et puis, lorsque la "bombe" éclate, je suis comme Nora. Perplexe au début, ensuite certaine de la personne qui aurait pu penser à tout ça. Et enfin, comme Nora, je pense qu'elle EST la coupable, je suis confuse, mes pensées s'égarent et mes doutes se confirment. La vérité éclate enfin et c'est l'anéantissement de tout.

Un excellent thriller comme j'aime où l'on en sort épuisé comme si on avait lutté pendant toute sa lecture!

par cookies72
L'île des morts L'île des morts
P.D. James   
P.D. James connaît bien son pays, et cela se ressent dans le foisonnement de détail et de description sur l’architecture, les paysages. Mais justement, cela se fait sans doute un peu trop au détriment de l’intrigue, nous laissant dans un amas de description qui n’en finit plus, pas assez d’action et une lecture qui semble alors incroyablement longue et fastidieuse. Le style n’est pas assez incisif, il y a un manque d’enchaînement des actions, ce qui , je l'avoue, m’a fait poser mon livre un bon nombre de fois.

Par contre, quand le meurtre est commis et que tous les personnages commencent à se regarder de travers, là, P.D. James réussi bien à nous faire ressentir cette angoisse, ce malaise qu’inspire l’île de Courcy, et le fait que la mort rode partout.

Les personnages sont digne d’un récit shakespearien, un collectionneur d’antiquité riche et égoïste. Une femme amoureuse d’un homme marié et férocement jalouse de sa cousine à qui tout réussi. Une cousine égoïste, narcissique, pour qui les apparences sont tout. Un mari absent et indifférent. Un amant mourant en proie aux réflexions de son existence. Un jeune homme orphelin, charitablement aidé par sa belle-mère, mais qui souffre du poids de l’exigence maternelle de plus en plus croissante. Sans parler des serviteurs, donc Bref, un méli-mélo de névrosés, de personnages torturés qui vont animer ce récit.

par Elline
La Vie secrète des arbres La Vie secrète des arbres
Peter Wohlleben   
Un livre instructif et addictif qu"on a du mal à lâcher !! on y apprend que les arbres ne sont pas seulement et en aucune façon des choses inanimées mais plutôt des êtres vivants et sociaux avec un langage particulièrement bien développé pour communiquer entre eux et se prémunir des attaques diverses ...Les plus forts d'une même espèce n'hésitent pas à venir en aide aux plus faibles , leur apportant nourriture et réconfort , par contre la lutte est impitoyable face aux concurrent , avec comme seul objectif , l'accès à la lumière et donc à la vie..Ils ont adopté diverses stratégies pour survivre aux aléas climatiques , aux prédateurs...et gardent "en mémoire" certains événements (par exemple si une année ils n'ont pas été assez prévoyant vis à vis d"un possible manque d'eau , l'année d"après ils feront plus attention et économiseront en conséquence) . Et l'homme s'il veut préserver son environnement doit revoir sa façon de traiter ces êtres remarquables , dont il nous reste beaucoup à apprendre!!!Vous ne regarderez plus les arbres de la même façon!!
Désordre Désordre
Penny Hancock   
J'ai acheté ce livre pour cet été, et qu'est-ce que je peux bien en dire ? Il est très sympa, il se lit tout seul et très rapidement, c'est bien écrit ! De plus l'histoire est pas mal du tout, on se demande jusqu'à la fin ce qui va se passer ! L'auteure nous tient en haleine ! Malheureusement, on reste un peu sur notre fin ! Effectivement, j'aurais apprécié une histoire encore plus tordue, une ascension fulgurante vers la véritable folie ! Au lieu de quoi ce niveau de folie reste à peu près le même au fil de l'histoire, et ça c'est un petit peu dommage ! Malgré tout cela reste un bouquin qui se lit bien !
Hôtel Baden-Baden Hôtel Baden-Baden
Brigitte Glaser   
1952, un hôtel dans la Forêt-Noire. Le chancelier allemand est menacé. Une jeune juive va le sauver.

Rose appartient aux services secrets israéliens. Elle a fui l'Allemagne en 1938 et vit désormais dans un kibboutz. En 1951, son chef l'envoie en mission dans un hôtel au cœur de la Forêt-Noire, à quelques kilomètres de Baden-Baden, où elle doit déjouer un attentat contre le chancelier allemand Konrad Adenauer.
En attendant Ari, autre agent qui tarde à la rejoindre, Rose tente de discerner le terroriste infiltré parmi les nombreux clients et membres de la délégation. Et entre une autoritaire directrice d'hôtel au passé trouble, un professeur d'université membre du Mossad, une femme de chambre qui écoute aux portes, un ex agent double sous le Reich, un homme d'affaires sans scrupule et un garde du corps à l'élégance suspecte, l'espionne devra redoubler de vigilance.
D'autant qu'elle aussi a des choses à cacher, surtout à ce violoniste juif allemand arrivé sans prévenir qui fut autrefois son grand amour.....

Un roman inspiré de faits réels, une palpitante intrigue d'espionnage, une fresque sur la réconciliation, une belle histoire d'amour et un inoubliable personnage féminin.
La baronne meurt à cinq heures La baronne meurt à cinq heures
Frédéric Lenormand   
Ce n'est pas le premier ouvrage de Frédéric Lenormand que je lis. Jusqu'à présent c'était plutôt "les nouvelles aventures du juge Ti", mais on reste encore dans le registre du polar historique. Genre que manie très bien l'auteur.

Cet opus, longtemps convoité, est assez classique du genre. Ce n'est ni le meilleur, ni le pire livre de l'auteur. Il est juste bien dans le moule, ne déroge en rien au style, à la griffe de l'écrivain. Il manie bien les codes, est documenté avec soin et possède une écriture organisée.

Les personnages réels côtoient des êtres fictifs, mais que le lecteur ne distingueraient guère si cela n'avait point été précisé dés le départ. L'art et la manière de mêler le véridique et la fiction. Un bon point encore.
Les décors ne sont pas en reste. Belle reconstitution.

A lire pour passer le temps sans s'abrutir. Cela reste léger, mais pas idiot.

par emeralda
Les sœurs Mitford enquêtent, Tome 1 : L'Assassin du train Les sœurs Mitford enquêtent, Tome 1 : L'Assassin du train
Jessica Fellowes   
Douzième roman de la sélection du Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2019 - section polar que je découvre ce mois-ci. En soi, on découvre la belle plume de Jessica Fellowes mais j'ai été légèrement déçu par ce premier de la série anglaise "Les sœurs Mitford enquêtent".

Au lendemain de la première guerre mondiale, on retrouve une jeune infirmière Florence Nightingale Shore, ayant servie sur le front, assassinée dans un train. Une enquête tombée dans les oubliettes pour manque de preuves. Mais c'est sans compter sur la motivation de quelques personnages pour résoudre cette enquête, qui peut se révéler surprenante au moment du dénouement. Mais pour connaître l'histoire, il faut lire le roman !

Ce roman nous fait voyager dans le temps et dans l'espace au sens propre du terme : on découvre deux aspects de la société anglaise dans l'entre-deux guerres. Louisa, une jeune fille cherchant à fuir sa vie misérable à Londres, va devenir une bonne d'enfant pour une famille aristocrate anglaise en pleine campagne. Elle va faire la rencontre de Nancy, qui va changer sa vie radicalement.

Les personnages sont bien construits. Mais je reproche leur côté trop caricatural en fonction de leur classe sociale et leurs métiers. On sent une bonne recherche de la part de l'auteur pour les introduire le meilleur possible dans leurs environnements respectifs.

Le petit plus ? On a ici une enquête policière qui allie les histoires d'amour. On n'a pas forcément l'impression de suivre l'enquête au premier degré, mais en fonction de l'avancée des histoires romantiques. De plus, le dénouement est très bien détaillé pour ceux qui auront été perdus dans cette enquête. Un roman à la Agatha Christie dont le cadre paysager m'a fait rêver et penser à la série Downton Abbey.

Ce que je reproche à ce roman ? Tout d'abord, le cadre et l'histoire sont trop longs à se mettre en place. De plus, tout au long du roman, j'ai l'impression de ramer et de patauger, pour ne pas dire m'ennuyer, car les faits sont trop répétitifs. La fin apparaît également subitement et un peu tirée par les cheveux, sans qu'il y ait de liens particuliers avec le reste de l'histoire.

Évidemment, ce premier tome n'est pas un coup de cœur mais il a le mérite qu'on s'y intéresse.
Ils étaient quatre à table Ils étaient quatre à table
John Dickson Carr   
Série Henry Merrivale

Ils étaient quatre à table...C'est ainsi que l'on va découvrir les convives,respectivement chirurgien,critique d'art,égyptologue et homme d'affaires.
Tous les quatre ont été empoisonnés à l'atropine mais trois d'entre eux en réchappent.Le dernier , lui est bien mort.Mais pas empoisonné:poignardé. Détail étrange, les poches de chacun des participants étaient garnies d'objets hétéroclites:montres à la pelle,flacons de chaux vive et de phosphore, mouvement d'horlogerie...
Et encore plus étrange, tous les rescapés sont d'accord sur ce point: aucun des participants n'a eu la possibilité matérielle de verser le poison dans les verres....

par Lilinie
Je te vois Je te vois
Clare Mackintosh   
Deux femmes. Zoé, madame tout le monde, qui va avoir l’horreur de découvrir son portrait dans le journal. Elle va en être troublée et, en y regardant de plus près, se rendre compte qu’elle n’est pas la seule. Elle fera très vite le lien avec des victimes de crimes, de meurtres. Malgré la peur qu’elle ressent, elle a besoin de savoir et mènera sa propre enquête. Ensuite, Kelly, femme flic, après avoir aidé l’une des victimes et grâce aux indications de Zoé, elle sera la première à trouver des réponses. C’est un bien sombre réseau qui va être dévoilé.

Un rythme qui se déroule en trois temps. Un début un peu lent où l’auteure prend son temps pour poser les bases de son histoire. Où en apprend à connaître les deux protagonistes principaux. Laps de temps pendant lequel on se plonge dans leur quotidien, où on fait connaissance avec les femmes qu’elles incarnent. Deux femmes auxquelles il est facile de s'identifier. Un second temps où le rythme devient plus pressent car le mal s’est immiscé dans leur vie. Alors que Zoé prend peur et voit la menace partout, Kelly va tout faire pour éradiquer cette dernière aux côtés d’une belle équipe d’investigation. Enfin, un troisième temps qui devient une véritable course contre la montre. On sent son cœur qui palpite tant on prend peur pour les protagonistes menacés. L’ensemble conduisant à une fin dès plus inattendue.

La plume de l’auteure est très agréable et fluide. Peut-être est-ce dû à la traduction, mais il y a certaines phrases que j’ai dû relire pour bien en comprendre le sens. Cela n’a néanmoins pas entaché ma lecture. Je me suis sentie peu à peu aspirée par l’intrigue, par cette histoire dont la victime pourrait être n’importe qu’elle femme que l’on croise ou soi-même. La menace se fait présente et la lecture palpitante.

J’ai aimé qu’il y ait également de cours passages où on se retrouve dans la tête de celui qui mène « le jeu ». On se prend à vouloir y déceler des indices. Au plus on avance dans l’histoire et au plus les suspects sont nombreux. Malgré tout, le dénouement m’a surprise car je n’avais pas pensé à ce scénario.

Un récit qui met en avant certains défauts de notre société actuelle. Le fait que l’ensemble de nos faits et gestes soient épiés mais aussi l’indifférence des gens lorsqu’il arrive quelque chose à l’un de leurs semblables. Être entouré de monde n'est plus synonyme de sécurité. On y voit aussi la manière dont le crime est vécu par la victime, sa volonté parfois inconcevable de vouloir tirer un trait sur ce qui s’est pas passé.

Un thriller totalement addictif, une intrigue bien ficelée, des investigations qui vont mettre à jour un sombre réseau et une fin dès plus surprenantes. Un régal.
Je suis Pilgrim Je suis Pilgrim
Terry Hayes   
Il est des romans dont on voudrait qu’ils ne se terminent jamais. Avec ses 900 pages, « Je suis Pilgrim » est de ceux-là.

Je ne suis pas roman d’espionnage. James Bond, Mission Impossible, très peu pour moi. Pourtant dès que j’ai ouvert ce roman de Terry Hayes, je me suis retrouvée captivée par l’intrigue, par le personnage de Pilgrim et je fus incapable de le refermer.

Terry Hayes manie la plume avec brio et si l’enquête démarre avec un simple meurtre, au fil des pages, on plonge tout naturellement, dans l’après 11 septembre, dans le terrorisme international. Quelques retours en arrière nous permettent de faire plus ample connaissance avec Pilgrim, avec son passé. On finit par s’attacher à cet espion, à ce James Bond américain. J’ai aussi aimé le personnage de Battleboi, on n’en parle peu mais je me suis attachée à ce geek.

« Je suis Pilgrim » est un roman est terrifiant. Terrifiant parce qu’il nous plonge au cœur du terrorisme, sujet qui occupe malheureusement une place majeure dans l’actualité depuis quelques années. Il nous confronte à ces intégristes, ces fanatiques, qui au nom de Dieu, sont prêts à toutes les folies, à tous les sacrifices et tant pis pour les vies perdues.
Tout au long de ces 900 pages, on ne peut s’empêcher de se demander si le scénario est plausible. Et si une telle catastrophe devait arriver, y-a-t-il un seul super agent capable de nous sauver.

Si vous chercher un roman prenant, terrifiant, qui vous tiendra en haleine de la première à la dernière page, foncez en librairie.