Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Maureen-Brasseur : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
L'Héritage des Rois-Passeurs L'Héritage des Rois-Passeurs
Manon Fargetton   
Mon avis :

C'est au travers de ce roman que je découvre, ENFIN ! Me direz-vous, la plume magique de Manon Fargetton.
Pourquoi magique? Parce qu'il ne m'aura fallu que quelques pages pour être impliquée jusqu'à l'os dans cette histoire, me sentir en osmose avec Enora et la suivre fébrilement dans ses aventures.
Et tout ça je le dois Au mois de... Manon Fargetton du blog Book-en-stock. Je suis leur actualité petit à petit et déjà au début du mois j'avais regretté de ne pas tenter ma chance pour un autre roman (de Manon Fargetton, of course) avec "Le suivant sur la liste."
Je ne le regrette plus, ou moins en tout cas, maintenant que j'ai cette merveille entre les mains. Outre une couverture magnifique, la découverte d’une gentille et délicate attention avec sa dédicace à mon nom m’a de suite remplie d’émotions.

Cette couverture, à elle seule, appelle la fantasy, la nature indomptable, les secrets et l'aventure.

Le prologue est en quelques pages une mise en bouche digne d'un grand restaurant. Oui je suis une gourmande portée sur la nourriture donc ne vous étonnez pas de certaines connotations sucrées pour décrire mes ressentis.
Il nous dépeint en quelques mots, moins de 10 pages, une action guerrière et magnifique, un monde plein de dragons et de vouivres, de personnages intrépides, téméraires et fiers qui nous laissent déjà l'esprit rêver à d'autres aventures.

Lorsque le roman débute, dans un contexte plus contemporain et réaliste, nous suivons alors le départ à moto d'Enora pour sa province chérie afin d'y fêter en famille son anniversaire, la plume de Manon Fargetton nous tient toujours.
Les émotions de notre héroïne vont nous être transmises aux travers des mots, des descriptions et de cette ambiance que l’auteure instille autour d'Enora.
Nous rencontrons sa famille, sentons la joie des retrouvailles teintée pourtant d’une aura de mystère et d'inquiétude et comme Enora et son jumeau nous nous interrogeons.

C’est un événement brutal, irrémédiable qui va se produire et changer la donne à cette réunion entre amis et ce week-end de fête.
La vie pour Enora et ses proches ne sera plus la même. Et ce qu'elle va découvrir va nous entraîner, car là encore nous la suivons fébrilement, dans une aventure sans précédent.

Je n'en dirai pas plus mais pour savourer encore plus ce début sur des chapeaux de roue, je vous conseillerais de ne pas lire le quatrième de couverture. Vous aborderez ainsi les événements avec le même état d'esprit qu'Enora et cela ne pourra que vous permettre une meilleure imprégnation dans l'histoire. Mais ce n'est qu'un conseil de lectrice, vous êtes libre d'en faire ce que vous voulez.

Enora est une jeune femme dynamique, un peu casse-cou et pourtant réfléchie. Les événements tragiques qui vont l'amener à en apprendre plus sur sa famille et ses origines en auraient écrasé plus d'une. Mais elle va se relever, garder la tête hors de l'eau malgré son chagrin et sa colère. Elle m'a de suite plu. C'est une jeune femme moderne, bien dans sa peau, ce que ces cours de théâtre ont développé en lui donnant une aisance particulière pour cacher ses émotions et sa gêne éventuelle. Elle va aussi nous montrer que chacun n'est pas fait d'un seul matériau et que derrière cette force il y a aussi un grand désespoir et un besoin intense de vengeance. La question sera de voir s’il la délivrera ou la détruira.

Les frères Charly et Julian sont comme le jour et la nuit. Autant l'un est solaire tant par ses cheveux blonds comme les blés que par son côté toujours souriant et plein d'enthousiasme autant le deuxième est taciturne et lapidaire. Cependant rapidement le lecteur va les apprécier. Ils ont leurs forces et leurs faiblesses. Julian est celui qui se rapproche le plus d'Enora par leur caractère. Il est protecteur envers son petit frère, un peu torturé aussi par leur enfance à fuir l'Ordre et méfiant de tout. Lui aussi a des crevasses à combler et son addiction néfaste nous donne envie de l’aimer et de le secouer.
Charly est en Ombre comme un enfant dans une fête foraine. Il semble n'avoir attendu que d'être là toute sa vie. Sa joie et son caractère enjoué sont contagieux et nous le rendent de suite attachant.

Ensuite Elouane/Ravenn. Rousse, pleine de fougue et de flamme comme sa chevelure de feu l'atteste, ce personnage est de suite marquant. Cette jeune femme sans peur va jouer un rôle dans toute cette histoire. Et j'avoue que dés le premier instant où nous l'avons rencontrée, elle m'a plu. Voir qu'ensuite mon vœu de la retrouver se trouve exaucé a été un bonheur de plus dans cette lecture déjà fortement proche du coup de cœur après seulement quelques chapitres.

Autres personnages qui n'en sont pas vraiment mais qui pourtant jouent un rôle important : Ombre et Rive, les deux Royaumes (le leur et le nôtre).
D’un côté, Rive, notre monde tel que nous le connaissons avec son modernisme, ses jeunes gens insouciants, ses traumatismes et son absence de magie. Vous découvrirez d’ailleurs pourquoi.

De l’autre, Ombre, un monde à part, reflet ou image de nous-mêmes dans un contexte regroupant quelques bonnes bases de fantasy.
Ce royaume est cependant surprenant car gouverné par des femmes dans un ordre matriarcal depuis la trahison du dernier Rois-Passeurs.
La ville d'Astria, capitale du royaume, est décrite de façon telle que le lecteur en a les yeux qui brillent. La plume de Manon Fargetton est là encore magnifiquement expressive à nous emporter avec elle. Tous les détails de la cité, des habitants et de l’ambiance sur place nous sont comme exposés sous les yeux tels un trailer de film fantastique.

Nous suivons alors le flot des aventures de nos trois héros dans cette nouvelle vie, comme une embarcation voguant au gré des vents. Un peu ballotés, sans rien diriger et pourtant avec une soif d'aventure que les actions, complots et rivalités que nous découvrons ne font que renforcer.

Les actions qui vont se dérouler sous nos yeux vont nous entraîner dans des complots, des trahisons, des assassinats mais aussi des sentiments forts et purs tels la fidélité, la justice, l'amour et la loyauté à un serment.
Le lien entre le royaume d'Ombre et notre propre monde, ce pouvoir qui permet aux Passeurs de pénétrer de l'un vers l'autre, la magie, toutes ces parties d'un tout nous mènent dans la fantasy comme dans un film se déroulant sous nos yeux.

Je n'ai pas lu ce livre, je l'ai dévoré mais surtout je l'ai vécu. J'ai ressenti des moments de tristesse, de joie ou de colère.
Injustice j'ai plusieurs fois crié ton nom, toi qui, sous la plume de Manon Fargetton a su si bien me rendre fébrile et dégoûtée, attentive et impatiente.
Jusqu'au bout j'ai voulu croire,… à quoi me direz-vous?
A tout.
A ce monde sous nos pieds et en même temps face à nous tel un reflet.
A ces personnages qui m'ont transportée avec eux comme un passager clandestin.
A l'espoir que les contes remplis de magie finissent toujours bien pour tous ceux que l'on aime.
Au fait que j'avais peut-être mal lu en espérant et redoutant une suite qui n'existe pas.

Oui je l'avoue égoïstement, je voulais une autre fin, plus en conformité avec mes souhaits. Mais quelle est cependant belle ! cette fin-ci avec sa dualité qui ne peut que continuer à nous émouvoir comme l'a fait tout le reste du livre.
J'ai été tellement prise dans ce film qui se déroulait sous mes yeux ébahis que je n'ai pas voulu voir cette fin qui se profilait à l'horizon. Je n'en ai que mieux ressenti la frustration ou la colère de certains personnages et la détresse d'autres. Tout du long Manon Fargetton a su me faire garder mes œillères sur ce que j'espérais comme fin.
Alors quel choc, quelle trahison de mon cerveau de ne pas m'avoir prévenue de cette duperie avant de la recevoir en pleine face!
Et en même temps quelle sensation que cette découverte inattendue.
Car vous le verrez, beaucoup de choses vont se voir expliquer au fur et à mesure de votre lecture. Et toutes ces informations vont vous plonger encore plus dans l'envie de faire partie intégrante de cette aventure, malgré les risques, malgré les douleurs à prévoir, juste pour être là, avec eux.
Enora, Ravenne, Jana, Julian, Enoch, Charly, Axel ou Hank vont vous mener avec eux et vous surprendre. Les conséquences de toute cette aventure vont elles aussi vous déstabiliser. Car là où tout semblait déjà tracé, l'auteure a su instiller des détails infimes parfois mais qui vont tout changer.
Ombre et Rive sont liés autant que vous allez l'être à ce livre le temps de votre lecture et même une fois la dernière page retournée.
Ce roman est un coup de cœur sans conteste aucun.
Il va rejoindre l'étagère de ces rares mais intenses moments de lectures marquants, touchants ou de pure liberté.

La fin me laisse pourtant un goût de trop peu.
Beaucoup de questions restent dans ma tête une fois la dernière page tournée non par manques de l'auteure mais plus par envie de voir ce rêve perdurer en lui créant moi même des épisodes supplémentaires par mes questions, mes besoins de les retrouver encore et de les suivre à nouveau.
Je ne connais pas la plume de Manon Fargetton dans ses autres styles de romans mais elle peut déjà conclure que pour la fantasy elle compte une fan de plus.

par Aelynah
Devil City, Tome 1 : Devil City Devil City, Tome 1 : Devil City
Jana Oliver   
Ce premier tome m'a fait penser à Buffy contre les vampires mais sans les vampires et à Supernatural parce qu'en plus des démons, il y a aussi des anges. Le roman se passe dans un futur un peu apocalyptique : les démons sont présents sur terre, le métal est devenu un bien précieux, l'école se fait dans des locaux désaffectés et le commerce d'eau bénite est très lucratif car c'est devenu le seul moyen de se protéger.
Les personnages sont tous très attachants, on tous une personnalité bien définie. Riley est une apprentie piégeuse de démons au féminin. C'est une fille débrouillarde qui vit seule avec son père et qui sait ce qu'elle veut. Elle est touchante, elle a bon cœur, on ne peut que s'identifier à elle. Les autres personnages sont Simon, le Nice Catholic Boy, mignon mais il dégage comme une aura particulière, et Beck, un ancien apprenti du père de Riley. Riley et lui une relation assez tendue et ça promet des étincelles par la suite... (J'ai bien rit quand Beck lui dit qu'il se chantait du Taylor Swift pour ne pas se faire charmer par un succube.)
C'est un roman qu'on dévore, tout ce qui tourne autour du piégage est très intéressant, Jana Oliver a créé un monde crédible qui ressemble au notre mais qui est si différent en même temps. On parle de religion, Simon est très croyant, c'est le Vatican qui se charge de tous ces démons mais il n'y a aucune prise de position, ce qui m'a surprise sachant que c'est grâce à eux que le monde tourne plus rond, d'une certaine façon.

Et bonne nouvelle, Jana Oliver a annoncé que Bragelonne avait acheté les droits de traduction, j'imagine que nous aurons un nouveau Castelmore bien sympathique à nous mettre sous la dent !

par Lothfleur
Phobos, Tome 1 : Les Éphémères Phobos, Tome 1 : Les Éphémères
Victor Dixen   
PHOBOS fait parti de ces livres que vous commencez doucement en vous disant "ouais pas mal ...", et puis au fil des pages vous ne pouvez plus le poser, ça devient addictif, vous tournez les pages plus vite, votre impatience grandit pour arriver à la dernière ligne en vous disant "c'est déjà fini !".
Nous avons là une lecture qui vous renvoie dans l'univers de la télé-réalité et de la fiction. Mais pas que ! Ce n'est pas aussi simple qu'il n'y parait car derrière la recherche du grand amour et d'une nouvelle vie sur Mars, se cache des enjeux politiques et financiers.

En ce qui me concerne, avec PHOBOS je découvre la plume de Victor Dixen et c'est une belle découverte ! C'est clair, c'est précis, c'est riche, c'est détaillé mais sans être redondant, c'est recherché et c'est instructif.
C'est tellement juste et bien écrit que lorsque l'action se déroule dans le Cupido, on s'imagine parfaitement avec les candidats. Tout comme on se voit posé devant notre poste de télé en train de regarder la chaîne Genesis, comme on le ferait pour n'importe quelle émission de télé-réalité ! C'est totalement prenant et déroutant.
Très vite on découvre les dessous et le but de ce programme, mais notre impuissance à venir en aide aux douze candidats nous oppresse, nous stresse, et peu importe qu'on nous dévoile tout, on a quand même la curiosité de voir comment les candidats vont le découvrir et comment ils vont gérer cette nouvelle et cette situation.

La narration peut être déconcertante car nous suivons plusieurs personnages et/ où situations. Mais tout ceci est bien amené et à chaque fois on attend avec impatience de découvrir l'évolution de chacun. Que ce soit le point de vue de Léonor quand nous sommes dans Cupido, qui nous permet de suivre l'évolution des filles. Où que ce soit l'émission H24, qui nous permet de suivre les speed-dating et les aventures des candidats. Où encore Serena, la Directrice de production, et William, le fils de l'un des instructeurs. Tous ont de l'importance !
En résumé, ce Young Adult français fait parti des surprises et des belles découvertes. On peut dire sans risque qu'il n'a rien à envier à ses homologues étrangers.

par coco69
Les Loups de Mercy Falls, Tome 1 : Frisson Les Loups de Mercy Falls, Tome 1 : Frisson
Maggie Stiefvater   
Ce livre est un des plus passionnant et ensorcelant que nous a jamais offert la collection Black Moon. Il est magnifique, j'ai passé tout mon temps libre à le lire tant j'étais emporté par l'histoire. Un roman magique, à ne louper sous aucun prétexte.

par Jordan
Hell's Horsemen, Tome 1 : Indéniable Hell's Horsemen, Tome 1 : Indéniable
Madeline Sheehan   
Pitié, flinguez moi.

En finissant ce livre, j’ai juste eu l’impression de sortir tout droit des enfers. Ce livre est un cauchemar. Une horreur. J’ai très rarement lu un truc aussi écoeurant et infâme. Ce livre est une insulte à toutes les femmes de la terre. C’est vulgaire, c’est cru, c’est écoeurant. Ce roman commence super bien, avec un début génial, et puis ça vire à l’enfer, ça part complètement en cacahuète et ça devient juste un grand n’importe quoi.

Eva est la fille d’un gangster, chef de son clan. Elle vit au milieu des assassinats de rues, des contrats de morts et de trafiques de drogues. A l’âge de 5 ans, alors qu’elle rend visite à son père en prison, elle rencontre Deuce, 23 ans. Un lien se crée, un lien que Deuce ne peut expliquer. Ils se retrouvent bien des années plus tard, alors qu’Eva est une jeune femme et alors leurs chemins se croiseront, se sépareront mais envers et contre tout, ils s’aiment, à la folie…

Ces dernières années, on a eu une hausse immense de romans qui porte sur le BDSM et le fantasme de soumission. Ce livre n’a rien d’une lecture BDSM mais elle parle du thème de la soumission. Etant moi-même frivole des romans BDSM/Soumission, j’ai lu Fifty Shades, Crossfire, Beautiful Bastard, etc et ce sont des romans que j’ai adorée, je suis donc fane et très ouverte d’esprit à ce sujet. Mais dans ce roman, ce n’est plus de la soumission. C’est de l’esclavagisme, c’est de l’asservissement totale, mental et physique. Cela m’écoeure que ce soit une femme qui ait écrit un roman comme celui là, car dans ce livre, la femme n’est rien qu’un objet entre les mains des hommes, elle est trompée, rabaissée, humiliée, et c’est normal, y’a rien à redire là-dessus, elle doit penser comme son homme lui dit de penser et surtout ne jamais l’ouvrir. Bordel, mais c’est quoi ça ? Ce roman humilie les femmes, les rabaisse au rang d’animal, il n’y à rien d’excitant là dedans, c’est pervers, malsain, écoeurant et monstrueux.

Eva, l’héroïne, est la femme la plus stupide que j’ai jamais vue de ma vie. Elle se fait violer, battre, humiliée, asservie… et elle en redemande. Elle aide l’homme qui lui fait, elle ne le lâche pas, mais bordel faut être cinglée pour se faire maltraiter des manières les plus abominables qui soient et revenir constamment vers cet homme, se battre pour cet homme ! Cet homme en question, c’est Frankie, troisième personnage principal de l’histoire et juste un véritable psychopathe, un malade mental terrifiant. Quand a Deuce, le héros… Il m’a écoeurée. Il dit aimer Eva, mais ça ne l’empêche pas d’aller coucher avec des tas d’autres femmes, [spoiler]alors même que sa précieuse Eva est enceinte.[/spoiler] Et il considère cela comme normal, y’a rien de mal là dedans. C’est à vomir. Et tout les hommes pensent ainsi dans ce roman, tout les hommes du gang, y en à pas un qui trompe pas sa femme, qui la rabaisse pas, non ils sont tous comme ça ! Mais bordel, c’est abominable ! Il y a plusieurs couples secondaires dans le roman, qui marche au même pas que Deuce et Eva : se croise et s’éloigne, ils couchent, l’homme trompe la femme, l’humilie, elle part, elle revient et ça recommence. En dehors de cela, le livre est tout aussi horrible de par le trop plein de sexe, il n’y à que du sexe dans ce livre, du sexe même pas sensuel où érotique, juste du sexe cru et dégoûtant, des viols, etc. L’auteur a complètement oublié son thème de gangster, le délaissant pour ne parler que de coucheries, de manipulations et de tromperies. Il y a aussi quelque chose qui ne va pas dans l’écriture. A chaque chapitre, elle fait sauter plusieurs années. Au final donc, tout va bien trop vite, et ça enlève le peu de profondeur qu’aurait pu avoir le roman. En bref, vous l’aurez compris, ce roman est pire qu’une déception, c’est une abomination, car c’est un rabaissement totale de la femme, en lisant ce livre on n’apprend qu’une chose que les femmes sont des objets dont les hommes peuvent faire ce qu’ils veut. Et l’auteur a choisi de montrer tout ce qui peut arriver de pire alors. L’histoire en devient écoeurante et inintéressante, la romance ne se fait presque plus ressentir, je ne mets pas la pire note à ce roman uniquement à cause des 100 premières pages qui était très bonne et laissait prévoir à un bon départ. Dommage qu’ensuite tout s’écroule. J’ai juste envie de rencontrer Madeline Sheehan pour lui demander « Mais bordel, qu’est-ce qui t’est passé par la tête d’écrire un truc comme ça ? ».

Vous l’aurez compris, pour moi ce livre est abominable et traumatisant, et je ne vous le conseille pour rien au monde.

Ennemis Ennemis
Charlie Higson   
Ce livre est absolument épatant. Je ne regrette pas du tout de l'avoir acheté.
De l'aventure, des morts, et surtout, une superbe originalité. après tout, il fallait y penser d'écrire sur une épidémie qui ne touche que les adultes. On peut ainsi voir que, dans l'adversité et face au danger, les enfants savent se lier et joindre leurs forces.
Franchement, j'ai hâte que le tome 2 sorte.

par Emyline
Promise, Tome 1 : Promise Promise, Tome 1 : Promise
Ally Condie   
Magnifique livre, l'histoire est intrigante et on est tout de suite plongée dans l'univers de Cassia cette jeune fille si troublante par le fait qu'elle est au départ un parfait petit pion et qu'en fin de compte elle se révèle bien plus maligne que d'autre. Les description sont très bien faite et je n'ai eu aucun mal à m'imaginer la ville, plus particulièrement le quartier où elle et ses parents, ainsi que ses amis, vivent. Toutefois je trouve dommage qu'il n'y est pas plus de description de la maison et de l'école.

Une chose est sur : Ce livre ne sera pas gardé par les officiels plus tard...

par Elboise
Pure Pure
Julianna Baggott   
J'ai adoré. Pure est un livre très prenant. L'histoire se passe sur Terre après des bombardements, et dans le Dôme, le seul endroit sur la planète ayant été protégé.
J'ai beaucoup aimé (et ça m'a assez surpris d'ailleurs) le fait qu'on soit dans la tête de personnages différents, dedans et en dehors du Dôme.
Mais petit problème : le début est trèèès long et les descriptions sont dures dès les premières pages : le malheur, le désespoir, la cendre, les personnes fusionnées avec la terre, avec des animaux, avec des objets, entre eux ...
Mais la suite est juste WAHOU, phénoménale, remplie d'action et toutes les pièces du puzzle s'emboîtent enfin.
Un coup de coeur, malgré le début. Vraiment hâte pour la suite.

par vanil
The Clann, Tome 1 : Le baiser interdit The Clann, Tome 1 : Le baiser interdit
Melissa Darnell   
Dès les 1ères lignes j'ai su que j'allais aimer ce livre !! Et je confirme j'ai aimé. L'histoire est raconté à la 1ère personne avec les voix de Sav et de Tristan
Sav est discrète et généreuse quand à Tristan il est torturé et populaire. Leur point commun ?? l'amour interdit qu'ils éprouvent l'un pour l'autre !!!
Ce livre fait le plein de sentiment, amour, passion, doute, haine et trahison.
Alors même si les personnages sont jeunes ... on se laisse entrainer dans leur monde et dans leur histoire !!
Hâte de lire la suite ;-))


par coco69
Driven, tome 1 : Driven Driven, tome 1 : Driven
K. Bromberg   
Encore une lecture abandonnée.

Le début partait bien mais le manque de crédibilité m'a complètement enlever mon envie de poursuivre.

Tout allait bien aux premières lignes avant que tout ne dérape d'une façon qui m'a refroidie et vraiment dégoûtée. [spoiler] Vous connaissez beaucoup de nanas qui après avoir fait une crise de panique, de claustrophobie se laisse peloter par le premier mec dans les bras duquel elle tombe ? Un mec qui venait de s'envoyer en l'air avec une autre dans un couloir ? Non mais sérieusement, pour moi c'est crade ! Oui je suis brutale dans mes mots mais il ne faut pas abuser là ! Je ne trouve vraiment rien de fantasmant la dedans. Je vois plutôt ça de manière ragoutante et peu crédible. ça beau être de la romance, il ne faut pas non plus pousser mamie dans les orties. [/spoiler]

La suite n'a absolument pas rattraper ce gros plantage du début, puisque tout est couru d'avance, rien n'est crédible, tout est beaucoup trop facile.

Rylee n'a laissé de marbre même si on sait qu'elle a un lourd passé. Je n'ai pas eu ma curiosité de pousser. Dommage, j'aimais bien les passages au " foyer" avec ces gamins qui l'entourent.

Quant à notre cher homme, qui me laisse de glace, parce que je ne lui trouve aucun charme et bien ça se passe de plus de commentaire.

C'était une quatrième couverture alléchante, une très bonne idée mais j'ai l'impression que la nouvelle mode c'est de pousser les extrêmes, de faire des histoires d'amour rocambolesque, de faire du sexe ( car le début pardonnez-moi mais c'est déjà du trop gros pour moi) pour faire vendre et surfer sur cette vague qui m'a noyée depuis longtemps.



par Vidia