Livres
450 645
Membres
395 532

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par ChristieFO 2019-02-13T14:59:38+01:00
Bronze

L’histoire commence avec Hugo Nicollini, un petit garçon un peu différent des autres qui voit encore une fois son père frapper sa mère. Malheureusement c’est la fois de trop et sa mère décède. Vingt-trois ans plus tard une femme, Angélique, est assassinée dans son appartement. C’est le commandant Rebecca qui est chargé de l’enquête. A partir de ce moment on commence déjà à chercher un lien entre ces deux affaires et le mystère commence.

Alors que tout commence sur une simple enquête, l’histoire prend une tournure terrifiante lorsque des coups de téléphone mystérieux et des lettres de menaces viennent perturber le quotidien de Rebecca, sans parler de ce tueur en série, censé être en prison, qui récidive après une longue et inexplicable absence.

Bien qu’au début le livre soit assez lent et simple, le rythme change pour devenir plus soutenu et à partir de ce moment on ne s’ennuie plus.

[...]

Je ne me suis pas attachée aux personnages mais je ne pouvais pas m’empêcher de lire avec attention les dialogues dans l’espoir d’y voir un indice (de quoi ? Je ne sais pas ! )

Je doutais de tout le monde tout le temps. Chaque personnage était un suspect potentiel à mes yeux.

[...]

Conclusion : C’est une histoire inattendue. Je ne m’attendais qu’à une seule enquête et finalement c’est un mélange de plusieurs. Ce Thriller est original et je l’ai réellement adoré ! Je ne sais pas si je peux le qualifier de coup de cœur mais je le recommande, ça c’est sûr !

La critique complète --> http://www.christiefo.com/2019/01/06/mauvais-genre-sp/

Afficher en entier
Or

L'avis d'Esméralda :

Le commandant Rebecca de Lost, femme accomplie dans un milieu quasiment masculin. Un métier auquel elle voue son temps, sa vie (parfois personnelle) et son corps. C’est une femme de caractère et de principes. Pas besoin de crier ou de taper le poing sur la table pour se faire entendre et surtout se faire respecter. Rebecca mène son monde avec fermeté et bon sens. A l’écoute de sa brigade, elle relève en grande partie les défis que sont les enquêtes. Malgré le fait que certaines de ces dernières restent sur le carreau, elle est satisfaite du résultat de son équipe. Côté vie personnelle c’est à la fois rude et exquis. Avoir une vie sentimentale avec ce métier c’est souvent mission impossible. A cinquante ans, elle a survécu à tout. Mais peut-être pas à ce qui se prépare dans l’ombre !?

Son enquête actuelle ne lui laisse aucun répit. La mort de cette jeune femme transsexuelle fait surgir le passé d’un petit garçon traumatisé et mal dans sa peau. En parallèle une vielle histoire de 7 ans qui paraissait élucidée, refait surface dans les rues de Paris. S’ensuit une course poursuite afin de retrouver le véritable coupable. Et dans l’ombre, une menace veille et surveille Rebecca de Lost.

De quoi perdre la tête pour une équipe sur le qui-vive et à fleur de peau !

Il est clair que je me suis régalée pendant tout le long de ma lecture, même si j’ai trouvé qu’il manquait certains développements sur des points cruciaux du roman et des réponses à quelques questions. J’espère, sincèrement, qu’il y aura une suite à cette aventure ! (Sinon je fais un -petit- malheur.) Isabelle Villain met le lecteur de suite dans le bain avec deux scènes d’une violence sans nom. Un petit garçon et une jeune adolescente confrontés à la cruauté d’adultes n’ayant aucune morale et once d’humanité. Les années défilent pour arriver au moment de l’histoire avec un dénouement plutôt inattendu. Les intrigues et le suspense sont menés avec ingéniosité. Les personnages sont impressionnants par leur force de caractère et leurs aspirations. Ils sont malmenés par différents rebondissements.

MAUVAIS GENRE est un super thriller qui prend très vite à la gorge. L’addiction est telle que je me suis laissée embarquer dans une aventure qui file à toute allure au grès d’une belle plume qui sait surprendre à point nommé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par cocomilady 2019-01-29T23:42:02+01:00
Or

Un thriller efficace, dérangeant et à la chute inattendue.

http://cocomilady2.revolublog.com/mauvais-genre-p1419472

Ce nouveau thriller des éditions Taurnada ne m'a encore une fois pas déçue, loin de là. Tout commence par une scène terrible, celle du meurtre d'une mère de famille battue devant les yeux de son petit garçon. Vingt-trois ans plus tard, de nouveaux meurtres vont faire remonter cette triste histoire à la surface...

Loin des clichés habituels, l'auteure a choisi comme héroïne le commandant Rebecca de Lost, une femme mûre d'une cinquantaine d'années qui a subi de rudes épreuves, et notamment le meurtre de son mari par un tueur en série qu'elle a pu faire arrêter. Elle dirige une petite équipe qui se trouve chargée d'enquêter sur le meurtre d'une jeune femme poignardée dans son appartement. L'enquête s'avère ardue, et rien ne les attend à ce qu'ils vont découvrir.

Les différents acteurs d'une enquête judiciaire sont bien détaillés, ainsi que le rôle qu'ils ont à jouer. On voit que l'auteure a fait un travail de recherche fouillé et minutieux. Grâce à ce souci du détail, on arrive vraiment à s'immerger dans le récit.

Quant au suspense, à la manipulation psychologique, l'auteure prend plaisir à nous perdre, à nous faire changer de coupables maintes fois au cours du récit, à nous dépeindre des personnages parfois ambigus qui nous semblent avoir de nombreuses choses à cacher...

Au final, la chute n'en est que plus délicieuse...

Une belle découverte et une série de romans à découvrir pour les amateurs de bonnes enquêtes policières !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Goewin 2019-01-28T00:27:44+01:00
Diamant

Un excellent roman policier qui mêle plusieurs enquêtes et qui vous tient en haleine du début jusqu’à la fin.

Tout commence par une scène d’une rare violence : une femme meurt sous les coups de son mari et sous les yeux d’Hugo, son fils, un enfant rêveur, mal adapté à la vie. Vingt-trois ans plus tard, Angélique, une jeune femme kinésithérapeute est assassinée. Le commandant Rebecca de Lost est chargée de l’enquête qui se révèle difficile par l’absence d’éléments expliquant la violence de ce crime.

Je remercie les Éditions Taurnada et tout particulièrement Joël pour l’envoi de ce service presse grâce auquel j’ai découvert Isabelle Villain. « Mauvais genre » est le troisième roman où figure Rebecca de Lost mais cela n’a pas du tout gêné ma lecture. Par contre cela m’a donné envie de découvrir les deux premiers tomes. Rebecca est commandante au 36 Quai des Orfèvres. Veuve et sans enfant, depuis deux ans, elle a une liaison avec Tom, commandant comme elle, mais à la Crim’. Celui-ci est marié mais doit parler à sa femme afin de divorcer. L’ambiance est excellente dans l’équipe de Rebecca. J’ai énormément apprécié sa manière de s’occuper du bien-être de ses équipiers. C’est une jeune femme généreuse qui se donne entièrement à son travail.

Isabelle Villain a un style vif et percutant. Les scènes se succèdent sans temps mort et nous suivons plusieurs enquêtes à la fois. L'auteure est bien documentée et ses intrigues sont d’un grand réalisme. On sent qu’elle connaît bien son sujet et nous avons l’impression d’assister avec les membres de l’équipe à la découverte des corps, aux autopsies, de participer aux enquêtes. C’est fascinant. J’ai ainsi découvert ce qu’était un procédurier et le rôle important qu’il joue au sein de l’équipe. J’ai été complètement prise par l’intrigue et je n’ai rien vu venir. Le suspense ne cesse d’augmenter et la fin m’a complètement surprise. Isabelle Villain maîtrise à la perfection l’art du page-turner. La vie personnelle de ses personnages se mêle harmonieusement à leur vie professionnelle et on les suit avec grand plaisir.

Un excellent thriller que j’ai lu d’une traite tant j’étais captivée et que je vous recommande. Aucun temps mort et une fin qui n’en est pas totalement une puisqu’on peut supposer que l’enquête se poursuivra dans un prochain tome. J’avoue que j’ai hâte de découvrir la suite. Isabelle Villain va faire partie des auteurs que je suis.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par soukiang04 2019-01-25T20:25:38+01:00

Comment réussir à captiver le lecteur rompu de thriller ?

Comment se retrouver dans la masse des parutions du genre pour trouver des perles, sortir du lot, entrevoir des coups de coeur, de nouvelles révélations et continuer d'en éprouver des sensations, des vertiges au fil des pages jusqu'au dénouement ?

En prenant des risques, en découvrant par exemple la plume d'une auteure comme Isabelle Villain avec son nouveau roman, Mauvais genre, sa maîtrise de l'intrigue et du rythme, des personnages intenses et sa capacité à installer une atmosphère propice à rendre accro, tous ces fils qu'il faut arriver à contenir, telle l'araignée, patiemment, tisser sa toile, semer des leurres pour tromper et manipuler, pour surprendre et finalement convaincre que les signes annonciateurs attendus seront à la hauteur de l'attente.

Dans sa politique de publier des livres axés Science-fiction, Fantastique, Thriller & Policier, les éditions Taurnada poursuivent un travail remarquable pour mettre en lumière des auteurs d'abord, des histoires originales pour faire frissonner, pour réfléchir et le plus important, prendre du plaisir à la lecture !

Même si plaisir pourrait paraître saugrenu voire déplacé de l'affecter dans le contexte souvent révolté des thrillers, comme dans Mauvais genre, une histoire édifiante, une enquête, une deuxième enquête, tous les ingrédients sont réunis pour vous bousculer et peut-être sentir le froid à l'intérieur de votre esprit, le mal rôde, l'enfer existe, les démons sont tapis dans l'ombre, toute la question est de savoir à quel moment aura lieu les nombreux rebondissements qui traversent le livre, subrepticement, ce qui est miraculeux ici est ce nuage délétère qui ne cesse de planer au-dessus de la tête des protagonistes, sournoise, une intrigue qui sait tromper et parsemer des fausses pistes, faire augmenter le palpitant, répandre les graines du doute, souvent ce n'est pas tant de savoir qui est le coupable derrière une série de meurtres ritualisés qui priment, même si cela reste le fil conducteur dans tout thriller ou polar, Mauvais Genre n'y échappe pas, c'est tout la construction et le chemin que vont emprunter les personnages pour en découdre, pour refluer les énergies qu'ils devront contrôler, laisser échapper, apprendre à faire fi de toutes les conventions pour s'approcher de l'objectif, il existe des zones de tous les dangers, le commandant Rebecca de Lost, la protagoniste, va très vite devoir s'accommoder des us et coutumes intrinsèquement liés à la bonne marche d'une enquête policière, traquer la moindre parcelle d'indices, le plus petit dénominateur commun, faire remuer et combiner tous les atouts de sa petite équipe, appréhender toutes les variables et constantes, décortiquer toutes les connexions, de l'araignée à la fourmi, le travail ne fait que commencer ...

Cette ambiance troublante, tous les thrillers ont leur touche personnelle, s'impliquer dans la peau de chacun, dans leur fébrilité comme dans leur volonté commune de mener à bien les investigations d'une enquête plus complexe que ne laisser paraître les premières constatations, laisser envahir son espace induit de partager, d'être prêt à changer ses habitudes, Mauvais genre aborde des thèmes importants dans la vie, le droit à la liberté et à la différence, le deuil, l'amour du travail, l'amour, le temps qui passe avec ses questionnements existentiels, tout participe pour rendre un récit prenant dans la contemporanéité de ses moeurs et quotidiens, cette proximité avec les personnages participe à la cohérence et insuffle une marque de crédibilité inhérente à l'empathie des personnages.

Le poids du passé et des effluves incoercibles qui reviennent souvent hanter les vivants, le poids des regrets et de la culpabilité adjacente, j'ai été particulièrement sensible à la voix des victimes, à cette détresse qui habite leur âme, dans leur désespoir sans fin, dans toutes les strates de ces vies brisés, creuser dans la psyché, la profondeur des mots de l'auteur m'a touché, dans cette correspondance invisible entre la vie et la mort, les blessures intarissables, ce pont qui sépare l'avant et l'après, actes et conséquences, prendre la mesure de l'absence et des séquelles subies, en quelques phrases subliment tournées, j'ai su que Mauvaise genre allait être une belle révélation.

Dans tous les romans à suspense, il est impossible d'échapper à la violence et surtout à la psychologie à l'épreuve du feu de l'action, celle-ci vous pousse dans vos derniers retranchements, une suspense qui monte à crescendo, des révélations percutantes pour faire remuer les tripes, quitte tout reprendre dans vos acquis et convictions, la volonté de trouver des boucs émissaires, des raisons valables de justifier des déchaînements de fureur, de défendre la veuve et l'orphelin, de colmater les brèches et tracer la voie de la guérison, inutile de tergiverser, il est parfois presque nécessaire de prendre des raccourcis pour nager à contre-courant, traduire le désarroi des personnages devant l'impuissance à changer le cours de l'existence, la force des caractères puise dans le vécu et l'expérience emmagasinés au fil du temps, la fragilité des sentiments se dessinent et perforent la paroi surfaces, est-ce que toute la brigade criminelle du 36 des Orfèvres à l'oeuvre dans cette terrible traque et réunie notamment autour de Rebecca de Lost sera à la hauteur de toute la panique qui envenime progressivement le tout Paris ?

Volonté d'accorder les violons, distiller le minimum d'éléments de l'histoire qui vous tend les bras, autant de ne pas tourner autour du pot, Mauvais genre d' Isabelle Massare Villain réussit à combiner tous les fondamentaux que l'on est en droit d'attendre dans un thriller, le drame humain est touchant, la psychopathologie a fait l'objet d'un travail de recherche minutieux et se fondant dans le décor, sans avoir eu l'opportunité de lire les précédents romans mettant déjà en verve Rebecca de Lost et toute son équipe, c'est une lecture captivante qui m'a fait rebondir plus d'une fois, dans ce tourbillon des mots, dans cette spirale imprévisible des événements qui se succèdent, une précision d'horlogerie pour rendre un réalisme des plus plausibles sans tomber dans l'impasse ou l'improbable, quand les souvenirs du passé se heurtent au présent, le temps vacille et peut basculer dans sa dimension la plus noire, l'abjecte se confond avec les sombres desseins des esprits les plus retors, la liberté a un prix, tomber dans les cordes de l'arène n'est que le commencement, attention aux traumatismes et autres reflets ténébreux, vous risquez de réagir impulsivement et de rester sur le bord de la route, les apparences visibles ne sont que de la poudre aux yeux, préparez-vous au pire de l'instinct humain, le prédateur et sa proie, que le rideau se lève ...

Je remercie la maison d'édition niçoise, Taurnada et Joël Maïssa pour leur confiance de m'avoir permis cette lecture, Isabelle Villain est une auteure à surveiller, je prédis une belle continuation en nous procurant encore d'autres belles sensations fortes, d'autres histoires qui promettent et de fouiller toujours davantage dans les abysses torturés de ses personnages, une très belle surprise pour un pitch de départ qui a tenu toutes ses promesses de bout en bout, d'un genre rôdé à Mauvais genre, le vent tourne vite, soyez prêt, vibrez dans la zone !

❤️

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lehane 2019-01-20T16:12:05+01:00
Lu aussi

Une scène du premier chapitre m'a été difficile et comme j'ai eu du mal à rentrer dedans vu que c'était un ebook, j'ai recommencé plusieurs fois donc relu la même scène a chaque fois. Alors j'ai déjà lu des scènes bien plus gores mais on a tous nos points faibles, des sujets auxquels on est plus sensible que d'autres. Grâce à Isabelle Vilain j'ai trouvé mon point faible !

une fois avec l'équipe d'enquêteurs je suis rentrée à fond dans l'histoire et même en ebook, je n'ai pu plus le lâcher."Mauvais genre" est un thriller original, ayant deux intrigues en parallèle en plus de la vie privée des enquêteurs.

Au début, nous découvrons à chaque chapitre un personnage différent, parfois à des époques plus lointaines, parfois aujourd'hui. On pourrait se perdre mais pas du tout. je me suis attachée à plusieurs d'entre eux, comme Hugo, Angélique, Rebecca... Ceux que l'on découvre enfants, je les cherchais dans le présent, et ce n'est pas si évident à trouver !

Rebecca est la flic que nous suivons le plus, elle dirige une équipe de la crim (le fameux 36), elle est loin d'être parfaite mais tellement vraie qu'il est facile de s'identifier à elle.

Ce thriller a un rythme parfait, la lecture est fluide même en passant sur différents sujets et différents personnages.

On se demande si toutes les intrigues se recoupent ou non. On cherche les personnages qui pourraient être coupable. J'avais des idées pour un coupable qui pourrait être le même pour toutes les affaires et d'autres sur une seule affaire, où une autre plus sur les affaires privées et une autre... c'était sans fin, dans ma tête tout le monde a fini par être coupable de tout. Mdr

En fond de trame des sujets lourds, la question de genre, la psychologie des tueurs en série, les erreurs judiciaires, les femmes battues etc. pleins de sujets forts qui s’emboîtent parfaitement en toute simplicité.

Sur la fin que vous dire . Pour ne pas trop en dire, je vous dirais seulement que vous ne l'attendrez pas celle-là ! :-)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par kaliscrap 2019-01-12T15:42:50+01:00
Or

Je referme ce livre avec un pincement au coeur car cette lecture fut vraiment délicieuse.

D'entrée de jeu le prologue m'a carrément BLUFFE ! Une ecriture fluide, des mots durs, de la noirceur pfiouuuuu un début MAGISTRAL et je ne pèse pas mes mots ! Ce prologue fera partie de mes coups de coeur "thrilleresque" !!!!

Ensuite l'histoire comment en parler sans spoiler et gâcher la tournure.

nous sommes 20ans après le prologue .. Nous avons l'inspectrice Rebecca cinquantaine divorcée (et pas le cliché flic ebranlé ou torturé !!! OUF) qui enquête sur la mort d'Angélique avec son équipe masculine. Rebecca s'investit dans cette enquête et reçoit en parallèle des menaces personnelles; nous avons d'ailleurs dans ce thriller plusieurs enquêtes simultanées mais sans "surenchère"... Vous entrez en lisant ce livre dans un vrai "Page turner" avec une maitrise des mots et du sujet ! Un thriller comme je les aime sans fioritures ou clichés et une modernité dans le sujet ! Bref un conseil : Lisez le !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Belinda-5 2019-01-05T17:10:15+01:00
Diamant

Comme vous avez pu le lire dans le résumé, on découvre tout d’abord l’histoire d’Hugo, dont la mère est décédée sous les coups de son père.

On fait ensuite un bond de 23 ans dans le futur.

On suit le personnage de Rebecca de Lost qui est Commandant à la brigade criminelle.

Rebecca est une très bonne enquêtrice et elle dirige une équipe du tonnerre.

Cyril, Richard, Franck, Olivier et Mélina sont tout aussi doués que Rebecca et j’avoue m’être très rapidement attachée à tous ces personnages.

Ils prennent soin les uns des autres dans les moments les plus durs, comme lorsque Rebecca a perdu son mari Vincent.

Rebecca et son équipe enquêtent sur le meurtre d’une jeune femme et c’est à ce moment-là que l’histoire d’Hugo va se mêler au présent.

Je dois dire que je n’ai absolument rien vu venir.

Le premier twist de ce roman m’a prise au dépourvu et même si à présent je me dis que c’était une évidence, j’ai été tellement emportée par l’histoire et la plume de l’auteure que je n’ai absolument rien vu venir.

L’enquête se poursuit dans une ambiance sombre et parfois pesante.

C’est comme si on sentait le regard du tueur peser sur nous…

J’ai commencé à faire ma liste de suspects mais une ancienne enquête de l’équipe de Lost s’est faufilée dans l’histoire.

On suit donc deux enquêtes qui se chevauchent.

Il faut bien évidemment rester concentré mais ce n’est pas bien difficile car la plume de l’auteure nous entraine avec elle dans cette histoire complètement surprenante.

J’ai senti une grande maîtrise de la part d’Isabelle Villain.

On sent dès le départ qu’elle sait de quoi elle parle.

La manière dont elle manie le vocabulaire policier et médico-légal est impressionnante.

Elle instaure un climat inquiétant mais rythmé.

Il y a un certain suspense et beaucoup d’action tout le long du roman.

Je n’ai pas pu lâcher mon livre avant le dénouement final qui encore une fois m'a prise par surprise.

J’ai vraiment adoré ce roman et l’un des points que j’ai le plus aimé, était qu’on ait parfois le point de vue du tueur sans savoir qui est le tueur.

Un peu de voyeurisme, beaucoup d’action, beaucoup de suspense, des personnages pleins de caractère et très attachants, des enquêtes surprenantes et intéressantes avec une plume experte en la matière !

Je dis un grand bravo à Isabelle Villain et je suis tellement impatiente de lire la suite des aventures de cette équipe de choc !

J’en redemande et je vous recommande ce roman à plus de 1000% si vous aimez les romans policiers et les thrillers.

Je dis un énorme merci à Joël des éditions Taurnada pour leur confiance et ce premier partenariat.

Merci aussi à l’auteure qui m’a fait tomber la mâchoire d’étonnement et m’a donné les frissons attendus et plus encore !

http://bblog.eklablog.com/mauvais-genre-a157459476

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Maks 2018-12-09T23:23:19+01:00
Argent

"Mauvais genre" est un thriller original, ayant deux intrigues en parallèle, c'est ce qui fait une partie de l'originalité du livre mais c'est également un peu son défaut.

Défaut car les deux enquêtes ne s'imbriquent pas l'une avec l'autre mais sont bien distinctes même si elles se croisent nous n'avons aucun rapport entre les deux si ce n'est que les policiers sont les mêmes.

Original car nous n'avons pas de place pour l'ennui, les enquêtes passent de l'une à l'autre de manière fluide et nous ne nous embrouillons pas, chacune est intéressante. Des meurtres, des interrogatoires, des fausses pistes, des suspects, le lecteur se creuse la tête grâce à un roman bien ficelé et où tout le monde peut être coupable.

Les personnages eux m'ont convaincus, la chef de service blasée, bougonne mais intelligente et lucide, ses enquêteurs avec des tempéraments réalistes faisant des erreurs comme tout un chacun.

Les 250 pages défilent assez vite grâce à une écriture dynamique, les amateurs d'enquêtes seront dans leur élément. Pour ma part j'ai aimé, tout n'était pas à mon goût mais j'ai tout de même passé un bon moment, notamment sur la première intrigue.

Sur le blog :

https://unbouquinsinonrien.blogspot.com/2018/12/mauvais-genre-isabelle-villain.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SophieSonge 2018-12-07T09:45:18+01:00
Diamant

Angélique, a été retrouvée assassinée chez elle à l'arme blanche. Pour l'équipe du commandant Rebecca, c'est le début de l'enquête du côté des proches de cette kiné trentenaire, et un chamboulement des apparences trop souvent trompeuses...

Isabelle Villain nous sert un thriller percutant et addictif. Sur plusieurs fronts, elle nous trouble et distrait notre attention comme une pro. On assiste ici à une intrigue policière multiple auquel s'ajoute la vie perso des flics de la brigade.

On est totalement imprégné par l'ambiance "busy", polyvalente et complexe de la crim. Rebecca est une héroïne pugnace et imparfaite comme on les aime. On apprécie ses humeurs, ses faiblesses qui la rendent résolument humaine. Impulsive, secrète, intuitive, elle paye ici de ses erreurs.

L'écriture est nerveuse, fébrile. On vibre ici et on vit avec nos préoccupations qui s'agitent, nos convictions hasardeuses et le temps qui défile à toute vitesse. Les personnages sont difficiles à cerner et montrent consciencieusement autre chose à voir. Ce tourbillon nous entraîne vers quelque chose de tendu et précipité. La machine s'enraye, nos héros sont incontrôlables, et nous à leur merci !

On y parle de souffrance et d'identité. Les jeux de dupes sont redoutables et ne manquent pas un jour, d'être saignants. Mais je ne vous ai rien dit...

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode