Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Maxandco : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
L'Attrape-cœurs L'Attrape-cœurs
J. D. Salinger   
Un très bel ouvrage traitant de l'adolescence dans son état « brut », son fonctionnement et les sentiments qu'il en découle. Car, c'est certainement la compréhension de la vie et du monde qui entoure le narrateur et l'amène à être si déçu.
Le spontané Holden est très attachant. Il décrit (avec un langage argotique) l'absurdité de la société de perdition et ses valeurs perverties par le sexe et l'argent.
On passe du sarcasme méprisant du début à la bonne âme tourmentée au fil du texte. Mais, on ne lâche jamais la souffrance et l'humanité de cette adolescence. Le désenchantement de sortir de l'enfance pure.
Alors, ne serait-ce pas l'intelligence de l'adolescence qui refuse simplement cette adaptation à la société trouble ? Et finalement se jette dans le désespoir de cette noirceur, cet avenir d'adulte méprisable, perverti que tout être doit devenir.
Seules les âmes sensibles auraient une adolescence difficile ?
Cela amène de belles réflexions et en tant que parent, je trouve que le contenu de cet ouvrage est philosophiquement intéressant... Je comprends tout à fait qu'il soit qualifié comme tel !
L'Appel de l'ange L'Appel de l'ange
Guillaume Musso   
Wow, livre fini en 1 jour... c'est, vraiment époustouflant !
Si la fin est peut-être moins surprenante que son précédent, elle n'en reste pas moins géniale !!! :D
C'est quand on arrive au bout du livre que tout s'éclaire, qu'on a compris telle ou/et telle chose !
C'est fou tous les indices qu'on a au début pour savoir la fin, et en même temps, ils sont tellement subtiles, qu'il est cazi impossible de savoir la fin dans sa totalité !!!
Un nouveau genre pour Musso: Le thriller, qu'il manie quand même pas mal du tout !!
Un nouveau genre, et un nouveau succès !!

Merci, M. Musso pour ce nouveau moment de plaisir de lecture !

par Fred_93
Felicity Atcock, Tomes 3 et 4 : Les anges sont de mauvais poil / Les anges sont sans merci Felicity Atcock, Tomes 3 et 4 : Les anges sont de mauvais poil / Les anges sont sans merci
Sophie Jomain   
J'ai apprécié ce double volume tout autant que le premier. De nombreux rebondissements et de nouveaux personnages donnent un rythme soutenue à la lecture, du coup, on ne s'en lasse pas.
Malgré ses quelques déboires, Stanislas reste mon personnage préféré.

par Audrey81
Et si c'était vrai... Et si c'était vrai...
Marc Levy   
Mon tout premier Marc Levy ... que dire ? Ce livre, qui se lit avec une fludité hors du commun, a tous les points positifs qu'un roman peut avoir : amour, mystère, enquête, secret, amitié ... Un mélange qui vous met l'eau à la bouche, dès les premières pages, et qui nous tient en haleine jusqu'aux dernières.

par myra44
Grey Grey
E.L. James   
http://lesreinesdelanuit.blogspot.com/2015/07/grey-de-el-james.html

On peut dire que depuis sa sortie VO, ce livre fait couler beaucoup d'encre. Avec des propos bien souvent virulents à son égard.
Pour ma part, il était hors de question que je passe à côté de récit, mauvaises critiques ou pas. Je ne suis pas, et je n'ai jamais été une fan de 50 nuances, mais cette trilogie a une place toute particulière dans mon cœur. Tout simplement car c'est le premier roman érotique que j'ai lu. Alors oui, depuis, j'en ai lu des biens meilleurs, j'ai même eu des coups de cœurs pour certains... mais... comme on dit, la première fois, ça marque ! Et puis c'est Christian Grey quoi !

Donc je partais dans cette lecture, enthousiaste oui, mais sans pour autant mettre la barre haute (par crainte d'être déçue). Et croyez le ou non, mais je ressors de ma lecture enchantée ! J'ai bien du mal à comprendre tout ce lynchage médiatique envers ce roman.
Alors oui, évidement, ce n'est pas une histoire originale et c'est du déjà vu... puisque c'est le tome 1 de 50 nuances de Grey mais cette fois-ci du point de vue de Christian Grey. Forcément, il y a beaucoup de copié/collé avec la version d'Ana, comme le contrat, les mails, les discussions...etc...
Oui, mais... Je ne sais pas vous, mais par exemple lors des échanges de mails, j'ai toujours rêvé de connaître les sentiments de Grey à ce moment, de voir ses réactions... de savoir ce qu'il le poussait à agir de telle ou telle façon... etc...
Je suis donc ravie et comblée de ce côté là.

Après, on reproche à E.L James d'avoir survolé le roman, de ne pas apporter d'éléments nouveaux. C'est vrai que de nombreuses questions restent encore sans réponse et peuvent frustrer le lecteur. Qu'il est toujours difficile de cerner C.G, et que son passé et ses relations avec ses soumises sont encore un mystère. Certes. Mais ce n'est que le tome 1... L'auteure ne va pas tout divulguer dans un premier tome, si ? Donc, moi, ça ne m'a pas gênée plus que ça. Oui, le personnage de Grey aura pu être plus approfondi... ça n'est pas le cas, mais je ne doute pas que le tome suivant saura nous satisfaire.(Car pour moi, il y aura obligatoirement une suite - même si, en vérité, je n'en ai aucune idée :p)

Personnellement, ayant toujours eu un gros problème avec Ana que je trouve nunuche au possible, ne plus être dans sa tête est un bonheur. Exit la déesse intérieure et bienvenue au Mr maniaque du contrôle.
Je ne peux pas dire avoir été surprise du personnage de Grey. Je le trouvais avant, trop autoritaire, avec de gros problèmes à gérer - comme son obsession pour la bouffe, le besoin de tout contrôler et sa tendance limite psychopathe (si, si il faut l'avouer, par moment Christian est limite dans ses actes et comportements) -, bref, Grey a toujours été complexe et torturé... loin d'être un prince charmant, et c'est toujours le cas ici. Mais c'est comme ça qu'on l'aime, non ?

Et puis, ce que j'apprécie dans ce récit justement, c'est que ce personnage énigmatique reste énigmatique. Le voile n'est pas encore levé et c'est tant mieux. Le mystère Grey reste entier. Même si on entrevoit tout de même sa part de fragilité et chose nouvelle (car je ne l'avais pas perçu comme ça avec Ana), [spoiler]c'est son manque d'assurance, C.G doute... souvent et sur beaucoup de choses. Voir cette facette, nous permet de comprendre plus "aisément" certaines de ses réactions.. [/spoiler]

Donc voilà sans écrire tout un roman à son sujet, j'ai beaucoup aimé ma lecture qui, je l'accorde, m'a plus semblé être une relecture. Mais pour moi, le tome de trop - s'il y a - c'est celui d'Ana :p

En bref ? Jugez par vous-même. Chacun à son propre ressenti, et pour ma part, le mien est très positif.

par toutoun
DUFF, Dodue utile et franchement fade DUFF, Dodue utile et franchement fade
Kody Keplinger   
Même si Bianca n’aime pas particulièrement aller au Nest, une boîte de nuit pour mineurs, elle s’y rend pratiquement tous les week-ends pour faire plaisir à ses deux meilleures amies Casey et Jessica. Et si ces deux dernières passent tout leur temps à danser, Bianca reste toujours accoudée au comptoir les yeux rivés sur la pendule, attendant une heure qu’elle juge raisonnable pour commencer à se plaindre et leur faire comprendre qu’elle voudrait rentrer. C’est dans ce contexte plus que coutumier que vient la déranger Wesley Rush, le tombeur du lycée. Si Bianca l’a toujours détesté et le lui fait bien comprendre, Wesley ne renonce pas pour autant. Après tout ce n’est pas elle qu’il veut séduire mais ses deux meilleures amies. Pour parvenir à ses fins, il est persuadé qu’il doit se montrer amical envers Bianca afin d’attendrir les deux autres filles et donc marquer des points dans leur estime. Pourquoi Bianca ? Parce qu’elle est la DUFF du groupe, la Dodue Utile et Franchement Fade, celle qui sert de faire valoir aux autres, réhaussant leur beauté par sa banalité. Bianca ne peut que haïr Wesley encore plus mais une partie d’elle ne peut s’empêcher de se demander s’il n’y aurait pas un fond de vérité dans tout ça. Après tout Casey et Jessica sont toutes les deux magnifiques, comparées à elle. Malgré ses répliques cinglantes elle ne parvient pas à se débarrasser de Wesley et, après une journée particulièrement mauvaise, elle l’embrasse sans trop savoir pourquoi. Si elle ne comprend pas elle-même son geste, en revanche elle est parfaitement consciente du calme et de la sérénité que lui procure ce baiser, lui vidant la tête de tous ces tracas pour quelques instants. Commence alors entre eux une relation purement physique, partagé entre désir et dégoût, qui doit absolument resté secrète.

Présenté ainsi, il est évident que Duff ne plaira pas à tout le monde. J’ai moi-même énormément de mal avec les livres basés sur le sexe mais je n’ai eu aucun problème avec celui-ci parce que même s’il en est souvent question, il n’y a jamais de description de ce type de scène. Sans oublier que ces moments sont englobés dans un véritable scénario, presque noyé au milieu de questionnements intérieurs bien plus complexes, ce qui fait que comme pour Bianca, ces moments d’oubli sont aussi pour le lecteur l’occasion de faire un break .

J’ai véritablement été surprise par la tournure qu’a prise leur relation entre notre héroïne et le tombeur du lycée. Au début du livre Wesley est lourd, sûr de lui, arrogant, et a un tableau de chasse assez impressionnant. Bianca n’a jamais caché le dégoût qu’il lui inspire (et nous le fait savoir avec cynisme et sarcasme, ce qui est tout simplement délectable !) donc je n’ai pas imaginé une seule seconde qu’elle puisse se lancer dans ce genre de relation avec lui (oui je suis parfois naïve ^^). Surtout qu’il y a Toby, le garçon sur qui elle craque depuis des années mais qu’elle n’a jamais osé aborder. Et pourtant cette relation entre Bianca et Wesley fonctionne, à ma plus grande surprise. Lorsqu’elle est avec lui, Bianca oublie sa mère toujours absente, ce père qui se voile la face et qui refuse d’admettre que le divorce relève de l’évidence, sans parler de cette insécurité qu’elle traîne avec elle depuis que Wesley l’a traité de Duff et de son incapacité à se confier à ses deux meilleures amies. Est-elle réellement aussi moche et aussi grosse que ça ?

L’histoire est bien plus profonde que ne le laisse penser la couverture et je n’ai pas réussi à lâcher cette histoire tant que je n’étais pas arrivée à la dernière page ! Je me suis attachée à Bianca en un battement de paupières. Avec son caractère bien trempé, son sarcasme et ses répliques mordantes, il est impossible de ne pas l’aimer. Elle porte un regard lucide sur ce qu’est l’amour à l’adolescence, ce qui change des romans young adult habituels. Bien évidemment sa vision des choses va quelque peu évoluer suite à son étrange relation avec Wesley mais jamais elle ne parlera d’amour fou et inébranlable. Mais au-delà de cette romance et de ce pseudo triangle amoureux (Bianca-Toby-Wesley) il y a une véritable réflexion sur le regard des autres et l’estime de soi, mais aussi sur les ravages de l’alcoolisme. Il y est aussi question d’amour, mais pas celui avec un grand A, plutôt celui avec un F comme famille ou A comme amitié.

Il n’y a pas que Bianca qui ait droit à son introspection. Même si le sujet est traité plus sommairement, il est aussi question de la différence. En effet si aujourd’hui Jessica est l’une des filles les plus populaires du lycée, ça n’a pas toujours été le cas. Elle est d’une naïveté touchante et m’a souvent rappeler Britanny, l’une des pompom-girl de la série Glee. Wesley a lui aussi son propre secret, sa propre tristesse cachée, et j’ai vraiment été heureuse de voir que l’auteur lui avait finalement accordé plus de profondeur qu’on ne le dirait au premier abord. Wesley ne se dévoile que par petites touches mais le fait que le garçon le plus populaire du lycée s’intéresse à une Duff devient alors logique et surtout crédible.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Duff est loin de retracer les aventures creuses et superficielles d’une adolescente frivole. Ce récit est vrai, bourré d’humour, et surtout très divertissant. Je n’ai pas ressenti une seule fois l’envie de sauter quelques lignes, ce qui ne m’était pas arrivé depuis très, très longtemps. Ce n’est pas un coup de cœur parce qu’il me manquait quelque chose, la petite étincelle, mais je relirai Duff avec un grand plaisir !

http://lesmotspourrever.com/duff/
Jeux insolents, tome 1 Jeux insolents, tome 1
Emma M. Green   
Voilà la suite de Jeux interdits, avec nos deux personnages Liv et Tristan 6 ans plus tard.
Après être partie avec son père en France, Liv revient pour de mauvaises circonstances, ce qui est bien triste. On redécouvre ces personnages qui ont changé à leur manière, et qui se retrouvent. Avec la fin de Jeux interdits, on s'est dit que toute cette histoire ne pouvait plus être encore plus triste et compliquée, mais en fait si! [spoiler]Craig est mort d'un cancer et on a toujours pas retrouvé Harry.[/spoiler]
De plus, avec la fin de ce tome, on a qu'une seule hâte c'est de savoir ce qui va se passer!!
Bref je le conseille plus que vivement, surtout si vous êtes comme moi à avoir pleurer comme une madeleine à la fin du dernier livre.
Si seulement... Si seulement...
Magali Inguimbert   
Je ne comprends pas du tout l'engouement qui transparaît dans les commentaires. Je suis de manière générale plutôt d'accord avec les critiques, mais là je n'ai pas du tout retrouvé ce qui était "promis" : le style d'écriture n'est franchement pas terrible, et les personnages m'ont vraiment agacée. Je ne suis pas prude, mais là honnêtement : aucun sens moral chez les personnages principaux ! Les comportements de Alyssa/Yale et de Luke sont incohérents, même une fois que l'auteur donne "l'explication".
Du coup, je n'ai pas réussi à m'attacher à ces héros. ça + l'écriture : livre bof.
Chroniques de Zombieland, Tome 1 : Alice au pays des zombies Chroniques de Zombieland, Tome 1 : Alice au pays des zombies
Gena Showalter   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2013/04/alice-au-pays-des-zombies-1.html

Si je ne suis pas particulièrement fan de zombies, j'aime beaucoup Alice au Pays des Merveilles et c'est ce qui m'a inévitablement attirée vers cette lecture. Cependant, malgré que j'ai vraiment beaucoup apprécié ce roman, il faut bien souligner que son rapport avec Alice au Pays des Merveilles est tout simplement inexistant en dehors de son titre et du prénom de son héroïne. Ne partez donc pas dans cette aventure en vous attendant à tomber sur une réécriture ou une adaptation d'Alice, car vous risquez alors d'être déçus.

La première chose à dire sur Alice au Pays des Zombies, c'est que c'est un vrai "page-turner". Il est tout bonnement impossible de le reposer une fois commencé car nous sommes totalement embarqués dans l'histoire, et ce dès les premiers chapitres. De plus, malgré que ce soit un premier tome avec tous les défauts que cela comporte, on s'ennuie très rarement et l'auteure fait un très bon travail pour ce qui est de captiver notre intérêt.

Ce très bon travail concerne surtout les personnages qui sont très attachants et originaux. L’héroïne, Alice, est un personnage auquel il est très facile de s'identifier. Elle est forte, déterminée, sait rester drôle et fraîche malgré les épreuves qu'elle traverse, et sa voix narrative est très accrocheuse. Une héroïne intéressante et attachante est toujours une bonne pierre apportée à l'édifice, mais sans un personnage masculin charismatique pour donner de solides fondations on peut vite se mettre à tourner en rond. N'ayez crainte, l'auteure a pensé à tout et nous offre un parfait contre-balancement à l’héroïne avec le personnage de Cole, un bad boy tout simplement WAOUH ! Tout comme Alice, je suis totalement tombée sous le charme du jeune home dès sa première apparition et ce sans trop savoir pourquoi... Cole est un personnage possédant énormément de charisme dans le roman, et Gena Showalter sait décidément faire transparaître ce charisme au-delà des pages pour qu'il aille cueillir le lecteur. Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'on se laisse cueillir avec plaisir ! Les personnages secondaires viennent ensuite terminer d'achever ce travail et sont tous intrigants et attachants dans leurs genres respectifs. Mes petits coups de cœur iront aux deux meilleurs amis des héros, Kat et Frosty, que j'ai tout simplement adorés (surtout Kat) et aux grands-parents d'Alice qui apportent une jolie dose d'humour là où les figures parentales sont souvent oubliés dans ce genre d'ouvrages.

Le second point positif pour moi, réside dans l'originalité de ces zombies. Ici vous ne rencontrerez pas les morts-vivants avides de cerveaux habituels, que les fans de zombies soient dont prévenus ! Ces zombies-là ne peuvent pas être vus par tous et ne peuvent être combattus que dans le monde des esprits, ce que j'ai trouvé très original et rafraîchissant. Ces "nouveaux zombies" sont bien amenés et développés dans l'histoire ce qui en fait donc un vrai point fort et met ce livre à part des autres livres traitants de ces créatures.

Ensuite si je dois trouver des défauts à cette lecture, ça serait surtout dans le fait que ce premier tome est très clairement un tome d'introduction. Alice apprend ce que sont les zombies, comment les combattre, qui sont les méchants et après quoi sont-ils, etc... Bref rien de bien innovant et différent d'autres débuts de nouvelles séries. De plus la plupart des clichés du genre Young Adult sont abordés d'une façon ou d'un autre au fil de ce tome, bien qu'il faut préciser que l'auteur les gère plutôt brillamment et évite de tomber dans les pièges classiques qui peuvent vite rendre un roman de ce genre imbuvable.

En résumé une lecture a laquelle j'ai beaucoup accrochée, principalement grâce aux personnages avec lesquels j'ai passé un très bon moment. Si vous cherchez un bon livre Young Adult qui ne se targue pas révolutionner le genre, je vous le conseille grandement. En tout cas de mon côté j'ai très hâte d'être en Septembre pour la sortie anglaise du tome 2 : Through the Zombie Glass.

par Althea