Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de maxinegeorge : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel
Romain Puértolas   
Si le style de Romain Puértolas s'est fait connaître grâce à son célèbre Fakir, c'est avec son nouveau roman que j'ai eu envie de découvrir l'auteur. Il faut dire que le titre est aussi long qu'il est intriguant et que le résumé laisse présager une belle histoire. Et en effet, l'auteur nous réserve quelques jolies surprises.

L'histoire retrace la folle aventure de Providence, jeune factrice parisienne, ayant décidé d'adopter Zahera, petite fille orpheline de l'autre côté de la mer, au Maroc. Seulement voilà, le sort s'acharne le jour où elle doit aller chercher Zahera et l’irruption du fameux volcan islandais au nom imprononçable cloue tous les avions au sol, l'empêchant d'aller rejoindre la fillette. Pourtant, Providence doit absolument partir, car il y a urgence ! En effet, Zahera est atteinte de mucoviscidose et il lui faut venir en France pour être mieux soignée.

Dès les premières lignes, on retrouve le ton humoristique plutôt plaisant de l'auteur. Il est amusant de voir les jeux de mots, les situations décalées et l'absurde mélangés au sein d'une histoire qui promet de belles émotions. Il faut dire que l'auteur sait jouer avec les mots, mais également avec la corde sensible. Avec la maladie qui touche Zahera et l'amour débordant de Providence pour la petite fille, Romain Puértolas réunit les ingrédients pour réussir à toucher ses lecteurs. Cependant, si l’histoire est émouvante, il lui manque un côté très poignant. J'ai trouvé ça touchant, mais je n'ai pas été émue.

Ce qui me marquera surtout, c'est la narration très agréable qui se lit rapidement et la construction de celle-ci, vraiment surprenante, qui nous réserve un joli twist final et donne tout son intérêt au roman. Je ne m'y attendais absolument pas, et j'ai beaucoup aimé la façon dont le roman se termine.

Deux, trois petits choses à reprocher néanmoins, notamment un discours très convenu sur l'humanité, la guerre dans le monde ou la politique. J'aime bien que les auteurs aient leurs idées sur les choses et fassent passer leur message dans leurs romans, mais des fois je trouve ça très artificiel. Les passages hautement grandiloquents sur la paix, le bonheur et la joliesse de la vie me semblent toujours en trop lorsqu'ils prennent autant de place et sont aussi récurrents. C'est plein de bons sentiments, il n'y a pas à dire, et il est difficile de ne pas être en accord avec ces jolis idées pleines de positivismes, mais tout de même... c'est parfois un peu dégoulinant et ça s’essouffle vite.

Le roman est agréable à lire, avec sa panoplie de personnages originaux très attachants et l'extraordinaire voyage que nous propose l'auteur. On en voit de toutes les couleurs, on adhère avec le ton pince sans rire, un peu déjanté qui essaye de nous faire accepter comme (presque) ordinaire ce qu'il y a de plus incroyable et ça se suit avec plaisir. Attention cependant à ne pas trop tirer sur la corde, l'auteur a trouvé un style qui fonctionne mais à petites doses.

http://desmotsenvrac.blogspot.fr/2015/04/la-petite-fille-qui-avait-avale-un.html

par x-Key
Joyland Joyland
Stephen King   
Les forains sont là pour nous vendre du bonheur, et Stephen King également. Quelle merveille ce livre !

Bien sûr, les fans du style pur et angoissant de l'auteur seront sûrement déçus. Le côté horreur est quasiment inexistant, et le fantastique n'est présent que de manière très classique et discrète. Non, Joyland n'est pas un roman d'épouvante. Mais ça ne lui enlève rien à son charme.

J'ai été transportée dans l'univers des parcs d'attractions et des forains. L'auteur décrit un monde vraiment très riche, nous introduit dans cet univers un peu à part avec ses propres règles, ses propres traditions, son propre langage. C'est coloré, joyeux, et ça brille de bons sentiments et de positivisme, mais sans jamais devenir dégoulinant.

L'intrigue et le suspense, bien qu'en arrière plan, sont comme toujours, rondement menés et j'ai été surprise par le dénouement de l'histoire (même s'il fallait s'en douter, connaissant l'auteur !).

Les personnages sont vraiment très attachants. Voir évoluer Devin au court de ces quelques mois de sa jeunesse nous offre une belle leçon d'apprentissage sur la vie. Et comment ne pas être touché par Erin, Tom, Mike et tous les autres...

Une excellente surprise, qui colle le sourire sur les lèvres et donne envie d'être jeune tout en faisant passer un bon moment de lecture.

par x-Key
Diabolic, Tome 1 Diabolic, Tome 1
S. J. Kincaid   
Quand ta binôme te dis fonce, qu'elle a eu un coup de cœur pour un roman SF alors que ce n'est pas son genre de prédilection, eh bien tu ne peux que lui faire confiance. Et une fois de plus son sentiment sur ce roman est juste. Ce roman SF, dystopie, Jeunesse, car c'est un peut tout ça, est une Pépite du genre.
La couverture de ce roman me faisait de l'oeil depuis un moment déjà , comme mille autres romans qui me tentent tous les jours. je m'étais donc promis de le lire , un jour. C'est chose faite. Le plus, c'est que je peux lire désormais le tome 2 dans la foulée avec ma jumelle de lecture, mais il se dit qu'un troisième opus et prévu pour l'année prochaine, c'est moins top. Je n'aime pas trop attendre entre les tomes d'une saga.

Dans cette fiction concoctée par l'auteure tout est particulièrement réaliste. Que nous vivions sur terre aujourd’hui ou dans une lointaine ville spatiale aux confins de la galaxie, dans un futur peu clairement défini ( mais pour une fois l'on s'en fiche) les monstres ne sont pas toujours ceux que l'on pense. L'humain reste ce qu'il est, un humain avec ses failles et ses valeurs et sa monstruosité.
Jeux de pouvoirs, manipulations, assassinats pour parvenir à ses fins, c'est dans cet univers impitoyable que Nemesis, la Diabolic, cet être génétiquement modifié, va devoir trouver sa place, apprendre, composer, jouer le rôle de celle qu'elle n'est pas : une humaine éprouvant des émotions des sentiments qu'elle ne peut en principe pas éprouver puisqu'ils ne servent en rien à sa mission première, celle pour laquelle elle a été conçue : protéger sa maîtresse Donia, à tuer si nécessaire, jusqu'à mourir pour elle si besoin. Le seul sentiment qu'éprouve Némesis, c'est de l'amour pour Sidonia, un sentiment jugé indispensable à la relation qui la lie a jamais à sa maîtresse.
Une fois cette graine implantée dans le cœur, peut-elle se développer chez un être sans âme ? Peut-il évoluer et être ressenti pour d'autres personnes ?
L'amour est le plus beau sentiment au monde, mais il n'y a pas d'amour sans blessures.
Et est-ce l'amour qui fait de nous des humains ou simplement nos gènes ? L'amitié n'est-elle pas aussi une forme d'amour et de ce fait jusqu'au est-on capable d'aller pour protéger ceux qu'on aime ? l'attachement de Sidonia et Némesis est réciproque, si cette dernière aime sa protégée parce qu'elle a été programmée pour ça, l'amour "amical " ( et j'avoue que je me suis interrogée sur cette forme d'amour qui lie les 2 jeunes femmes) que porte Sidonia à sa "créature" qu'elle est loin de considérer ainsi, est quant à lui spontané.
Au fil des chapitres Némesis développera des sentiments qui n'ont pas été programmés chez elle et de se demander si dans certains contextes, la plus belle part d'humain qui est en chacun d'entre nous peut triompher du mal, grandir sous une bonne influence ? C'est une belle note d'espoir en l'humanité que met en avant SJ Kindaid.
De ce fait, toutes ses pensées, réflexions, sur la place de l'amour dans nos vies, sur jusqu'au il peut nous pousser à aller, à faire des sacrifices, sur l'importance des vraies valeurs, sur les causes que l'on croit juste et pour lesquelles on est prêt à donner sa vie, portent cette histoire magnifique et donnent corps à cette romance SF et fait réfléchir sur le sens que l'on veut donner à notre propre existence.
L'auteure nous transporte dans une lointaine galaxie, et nous conte l'histoire d'une civilisation à l'agonie (la notre un jour peut-être ? ) sous le règne d'un empereur tyrannique et dangereux, sous la coupe d'une mère manipulatrice et redoutable. On ne peut s’empêcher de comparer certaines situations à celles de notre propre passé avec la chute de l'Empire Romain, une période de perversité et de crimes pour obtenir ou conserver le pouvoir. L'auteur glisse même une interprétation personnelle de ces phénomènes somme toute très sensée.

"- L'histoire de l’humanité, reprit Tyrus, est une répétition de schémas. Les empires gagnent en puissance, puis sombrent dans le déclin (...) et comme depuis la nuit des temps, un même phénomène s'est produit nous sommes devenus paresseux"
Mais aussi avoir le sentiment de suivre un film d'action avec ses similitudes qui nous rappelle Star Wars, pour ceux qui connaissent cette saga cinématographique, mais pourtant ce roman reste unique, ce n'est pas une parodie de la célèbre série car dans cette histoire , c'est tout un mélange de plusieurs autres films ou romans SF, et l'imagination de SJ Kindaid y est, sans contexte pour beaucoup.
Tout est savamment orchestré : rebondissements, émotions, humour, le tout, de part la plume magique et addictive de l'auteure qui nous tient en haleine, nous surprend, nous déconcerte, nous touche, nous attache à ses personnages au point qu’arrivé au terme de la lecture, l'on soit déçu de les abandonner.
Parce que Nemesis, Sodonia et Tyrus sont magnifiques, tellement humains que les jeunes lecteurs pourront d'identifier à eux les aimer et les détester par moments, selon certaines situations, éprouver des doutes, avoir envie de les réconforter, et surtout continuer l'aventure avec eux.
C'est donc avec une pointe de regrets que je ferme ce livre pour lequel j'ai eu un énorme coup de cœur.Et très bientôt je vais les retrouver pour la suite de leurs aventures avec le tome 2 en LC avec ma binôme.
Merci à ma jumelle Gaelle pour m'avoir incité à lire ce roman et fait découvrir la plume et l'univers magique de cette Diabolic auteure qu'est SJ Kindaid qui m'a torturée suscitant en moi milles émotions.
PS Je trouve la couverture très appropriée avec cette notion de transformation vers un magnifique papillon.

par Missnefer
La Trilogie de Bartiméus, Tome 1 : L'Amulette de Samarcande La Trilogie de Bartiméus, Tome 1 : L'Amulette de Samarcande
Jonathan Stroud   
Coup de coeur pour cette série.
Comment résister à l'humour ravageur de Bartiméus?
Ce tome se lit vraiment vite car peu de temps morts et une intrigue solide.
Je ne peux que le conseiller.

par Eyllrië
Les Enchanteurs, Tome 2 : 17 lunes Les Enchanteurs, Tome 2 : 17 lunes
Margaret Stohl    Kami Garcia   
Ce livre est super, mais j'ai préféré le premier. L'histoire est toujours autant originale. Les personnages sont intéressants. L'écriture est très recherchée. Il y a des passages où j'ai dû lire deux fois pour comprendre. L'auteure emploie des mots très originaux, elle fait des descriptions très approfondies des lieux. Elle écrit divinement bien. Je suis toujours autant fan d'Ethan, mais j'ai moins aimé le comportement de Lena dans ce tome. Par contre je commence à bien aimer Ridley et Link. J'attends la suite avec impatience.

par Mary-Bibs
Les Enchanteurs, Tome 3 : 18 lunes Les Enchanteurs, Tome 3 : 18 lunes
Margaret Stohl    Kami Garcia   
Intense. Dévastateur. Palpitant. Voilà ce que je retiendrais de 18 Lunes. Je viens juste de le finir et j'en suis complètement retourné. Écrire un avis cohérent après une telle lecture risque d'être coton... Ce roman, je ne l'ai pas adoré, j'ai fait plus que ça. J'ai totalement succombé à son histoire, à ses personnages et à son univers.
Ouaw. Quelle lecture, franchement. J'avais vraiment hâte de retrouver Ethan, Lena, Link, Ridley, Liv et tous les autres protagonistes. Maintenant que je les ai quitté, j'ai une boule au ventre... Et ce n'est rien comparé à ce que je ressens quand je me dis que je ne plongerai plus dans l'atmosphère unique et palpitante si propre au roman avant l'année prochaine. Parce que c'est vrai, je dois bien me l'avouer, je suis tombé amoureux du sentiment que me procure cette saga... Vous savez, cette sensation de fondre dans chaque page, dans chaque mot, d'être ancré dans l'histoire à peine le roman effleuré. J'avais l'impression de créer des murs encore plus épais que d'habitude autour de moi quand je lisais pour m'enfermer dans l'intrigue si exceptionnelle de 18 Lunes.
Car oui, ici l'intrigue nous étreint sans peine pour nous rendre accro au livre. Pourquoi ? C'est très simple... J'étais déjà fan de la saga après avoir lu 17 Lunes. Je ne pouvais plus attendre pour en lire la suite. J'avais peur qu'en en attendant trop de 18 Lunes, je risquerais d'être déçu. Hé bien en fait, c'est le contraire qui s'est produit. Quel bonheur de lire ce roman. On retrouve Ethan et Lena après les terribles épreuves qu'ils ont traversé suite à l'Appel de celle-ci pendant sa Dix-Septième Lune, et ils sont toujours aussi fous amoureux l'un de l'autre. Sauf qu'après un temps d'accalmie, les choses à Gatlin - comme dans la vie d'Ethan - ont pris une très mauvaise tournure.
En effet, il semblerait que l'Apocalypse soit en train de frapper de plein fouet la petite bourgade tranquille. Entre vagues de chaleur intense, l'apparition d'une infinité de criquets, sécheresses, et le fait que certains Enchanteurs commencent à perdre leurs pouvoirs, aucun de ces signes ne permet de prévoir un avenir certain pour le couple... Et les innocents qui vivent dans le village. Mais qu'est-ce qui cause ces mystérieux changements ? Qui, ou quoi, est à l'origine de tant de bouleversements ? C'est ce que vont tenter de découvrir nos deux personnages principaux, entourés d'Amma, de Macon et de leurs amis.
Mais ce n'est pas tout ! Quelques changements se sont aussi opérés sur deux personnes : Ridley et Link. Haaa ces deux-là, qu'ils m'ont fait rêver ! Entre Link qui est devenu un Incube et Ridley qui a perdu ses pouvoirs de Sirène, ils forment au début du livre un vrai petit couple. Puis quelle joie de les retrouver ! Surtout Link. Il m'aura fait sourire tout le long de ma lecture. Entre la découverte de ses pouvoirs, sa nouvelle popularité auprès des filles et son amour touchant pour Ridley, Link prend de l'épaisseur et devient un personnage touchant et émouvant.
Il en va de même pour Ethan et Lena... Halala, je venais à peine de les découvrir que j'étais déjà emporté dans l'histoire. Ils forment un couple magnifique, attachant et attendrissant. Leur passion transpire presque du livre. A eux deux, ils m'ont fasciné de par leur amour et par la complicité qui les unit. Je ne sais même plus combien de fois j'ai frissonné en lisant les passages dans lesquels ils étaient seuls. A vivre leur idylle, à s'aimer en paix. Jusqu'à ce que tout se corse. Jusqu'à ce que frappe le chaos.
Je dois préciser que le titre VO, Beautiful Chaos, colle parfaitement à 18 Lunes. Nous sommes submergés par le désordre le plus total. Tout a été chamboulé par l'Appel de Lena et ses pouvoirs. L'Ordre des Choses va devoir être revu totalement. Et tant que cela n'aura pas été fait, c'est le chaos et la destruction que tout le monde devra affronter. Lena et Ethan vont donc devoir se battre pour leur survie. Ils vont devoir affronter les choix qu'ils ont fait. Assumer les conséquences de ces derniers. Et comprendre quels sont leurs rôles au sein de cette catastrophe.
18 Lunes est donc un roman qui va tout remettre en question, mais c'est également un ouvrage qui nous permet de remonter le temps et d'en apprendre plus sur des protagonistes encore peu exploités. C'est ainsi que le passé de Sarafine, la mère de Lena, va nous être révélé. Il s'avère qu'avant de devenir Ténèbres, elle était une femme aimante et pleine de Lumière. Enfin, je vais vous laisser découvrir tout ça par vous même, ça vaut le coup.
C'est donc dans ce monde palpitant et à couper le souffle que nous traversons le coeur d'une intrigue frappante et marquante. J'ai complètement fondu pour 18 Lunes... J'adore son univers, les impressions qui sortent du livre, la foultitude de sentiments que tous les héros nous permettent de recevoir. Mais tout cela ne représente qu'une petite partie des sensations que j'ai ressenti face à ce que j'ai éprouvé pendant ma lecture des dernières pages. Là, j'ai réussi avoir les larmes aux yeux et le coeur serré voire même brisé.
Oui, la fin de 18 Lunes est aussi captivante que son contenu : elle provoque le chaos en nous. Je ne me rappelle même plus de ce que l'on m'a dit pendant que j'arrivais au terme de ma lecture. Et je suis sûr que j'ai répondu, en plus... Mais... Comment vous dire... Comment retranscrire les explosions d'angoisse et de fascination qui ont pris possession de mon estomac et de ma gorge face aux ultimes pages ? Je peux juste vous dire que la fin m'a tué. J'en soupire encore... Comment est-ce possible ? Et surtout, comment vais-je faire pour attendre la suite ? Je pense que c'est officiel, patienter pour 19 Lunes va être de la torture pour ma petite personne.
Je pense ne plus rien avoir à ajouter. 18 Lunes, c'est un livre magique, prenant, passionnant et renversant. Que ce soit ses héros, son atmosphère, son histoire ou son chaos le plus total, tout n'est que pur plaisir à découvrir. Puis la fin... Argh, je n'ai pas de mot pour la décrire. Et cette romance entre Ethan et Lena... J'en ai la chair de poule. Bref, j'arrête d'épiloguer. Achetez-vous ce livre. Un point c'est tout.

http://wandering-world.skyrock.com/3039935877-Le-Livre-Des-Lunes-Tome-3-18-Lunes.html

par Jordan
Les Enchanteurs, Tome 4 : 19 lunes Les Enchanteurs, Tome 4 : 19 lunes
Kami Garcia    Margaret Stohl   
J'étais impatiente d'enfin lire ce dernier tome !
Première impression en boutique : déception. Je m'attendais à un nouveau bon pavé comme les trois premiers. Et là... Il me paraît vraiment minuscule. Bref, la déception ne dure pas longtemps puisque qu'à peine sortie je me plonge dans le résumer et souris, impatiente de démarrer la lecture.
Après lecture, mon avis est mitigé. D'un côté, j'ai adoré car la boucle est bouclée, c'est-à-dire que toutes les questions qui restaient en suspend dont réglées d'une manière ou d'une autre (surtout, mon coup de cœur a été qu'elles pensent à enfin nous révélait ce que fabriquait Link à 9 ans dans la cave d'Ethan !). Ensuite, nous retrouvons tous nos personnages favoris avec plaisir, entre autres, Rid, Link, Macon, John, Liv, Reece et d'autres (en particulier une), dont je ne dirais rien pour vous laisser la surprise.
Ce que j'ai un peu moins aimé c'est tout se passe très vite. On a peine le temps de réaliser que quelque chose s'est passé que tout est déjà terminé. En fait, il se passe énormément de choses dans ce tome, peut-être trop car finalement, on se retrouve presque noyés sous les informations. Il fallait, certes, tous ces éléments pour conclure la saga, mais dans ce cas il aurait peut-être fallu l'allonger un peu.
Cela dit, j'ai beaucoup aimé le dénouement de toute cette histoire. Bien que le style des auteurs - que j'aime toujours autant - a été un peu plus épuré, elles n'ont rien laissé au hasard et on trouvé la façon de lier tout ça et de nous offrir une excellente fin - certes peut-être trop rose mais, après tout, qui n'aime pas ça ?
Bref, la fin de cette sage fiche tout de même un sacré coup et ça laisse une étrange sensation lorsqu'avec la page de fin nous réalisons qu'il n'y aura plus de nouveau voyage à Gatlin...

par Eoria
Le rameau brisé Le rameau brisé
Jonathan Kellerman   
La première enquête du duo Sturgis/Delaware, dont les personnages se mettent en place d'un point de vue psychologique. Une bonne histoire, des héros immédiatement attachants, et un suspense bien ficelé. Le début d'une excellente série...
Calendar Girl, Tome 5 : Mai Calendar Girl, Tome 5 : Mai
Audrey Carlan   
Un bon tome ! J'ai beaucoup aimé les shooting photos et son partenaire de photo est juste à croquer ! J'ai beaucoup aimé découvrir une nouvelle culture grâce à Tai et la partie sur les tatouages m'a beaucoup touché !

par Albaluchi