Livres
455 213
Membres
404 549

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Maya remarqua que l'expression de sa mère s'adoucissait, passant de l'hostilité à une sorte de compassion. Puis son regard glissa sur Hector. Il s'était fait couper les cheveux depuis son retour d'Italie, mais on ne remarquait presque pas la différence : Hector détestait le changement, il s'aimait trop tel qu'il était. Elle essaya de le regarder sans a priori. Il était beau, c'était incon-testable. Mais ses manières... Tellement démodées! Même si, elle devait en convenir, sa gentillesse distante était très efficace.

Afficher en entier

Deborah se rassit à la table de la cuisine, à bout de forces. D'un geste machinal, elle saisit son verre et la bouteille de whisky presque vide. Elle retira le bouchon, avant de le revisser et de jeter rageusement la bouteille dans la poubelle.

« Une promesse. Et un vœu d'abstinence. Voilà ce qu'il me faut », pensa-telle en se passant la main dans les cheveux. Plus de laisser-aller. Et plus d'alcool. Elle alla se regarder dans le miroir de la salle de bains, et eut honte de son aspect négligé, de tout ce désespoir.

Afficher en entier

— Trent, je...

— Ne dis rien, Maya... Je ne le supporterais pas.

Soudain, il posa une main sur sa nuque et il l'attira à lui avant de s'abandonner au plus long et plus passionné baiser qu'ils avaient jamais échangé.

Afficher en entier

Taper un message : urgent pour Flo !

« T'es là ? Allez, réponds, réponds, réponds, réponds, réponds, réponds, réponds, réponds, réponds, réponds, réponds, réponds, réponds, réponds, réponds, réponds, réponds, rép... »

Maya patienta quelques secondes. Elle vérifia qui était en ligne. Oui, Flo était connectée, mais obtenir une réponse en temps réel de la part de son amie, si distraite, tiendrait du miracle.

Afficher en entier

Un profond silence régnait dans la grande maison. La tête ne lui tournait plus, et Maya avait pris une décision: elle voulait savoir. Qu'est-ce qui s’était passé après son évanouissement ? Elle inspecta la pièce à la faible lumière de la lampe de chevet : le lit, le moniteur qui contrôlait sa tension. Elle souleva un coin des lourds rideaux de velours bordaux — dehors, l'aube pointait — avant d'admirer les luxueux fauteuils de brocart rose, orné de fleurs jaunes. Au fond de la pièce se trouvait une coiffeuse surmontée d'un miroir ovale et, sur l'étagère, bien alignés, des accessoires qui avaient certainement servi à quelque beauté défunte.

Afficher en entier

Tu vois, ma petite fleur de lotus ? Ce sont deux Tau superposés : la marque des messagers, des êtres qui, à chaque époque et dans chaque endroit, depuis que le monde est monde, ont eu la charge de réunir l'humain et le divin. C'est une mission très importante. Et ton devoir à accomplir à la fin des temps est écrit. Tu ne l'as pas choisi, on t'a choisie. Parce que tu es spéciale, Jolisourire. »

Afficher en entier

Il contempla ses ongles parfaitement polis, puis retira ses vêtements et resta en boxer. Le miroir lui renvoyait l'image d'un corps sculpté par des années d'exercice.

Il remit son jean : Il avait encore une chose à faire avant d'aller se coucher.

Il descendit le grand escalier de marbre qui divisait la villa en deux et prit le couloir de droite, celui qui menait à l'aile nord, réservée aux invités. Il ouvrit doucement une porte et glissa sans le moindre bruit sur le parquet en chêne. Il s'arrêta un instant et écouta le ronronnement régulier qui troublait le silence de la nuit.

La chambre avait appartenu à sa grand-mère ; c'était sa pièce préférée, grande, munie de hautes fenêtres qui donnaient sur le jardin et sur les parterres de roses Francesca, qu'elle aimait tant. Hector pouvait encore sentir l'odeur de ces fleurs, mêlée à celle de l'eau de Cologne qu'elle vaporisait partout.

Afficher en entier

Il fixa avec curiosité cet homme bien habillé avant de jeter un regard désapprobateur à la jeune fille qui l'accompagnait. La jupe noire de Maya s'arrêtait bien au-dessus du genou et laissait apercevoir ses cuisses, fines et musclées. Le corset à lacets — noir également — qui enserrait sa poitrine était recouvert d'une redingote brillante. Accoutumé aux excentricités en tout genre de la nature humaine, le frère se contenta de hausser un sourcil. Puis il rouvrit la porte et fit signe aux visiteurs d'entrer.

Afficher en entier

« Meg ? Ma petite Meg, c'est moi. Tu vois, je ne t'ai pas abandonnée. Je t'ai manqué, hein ? Tu préférerais mourir plutôt que de l'admettre, madame "je-suis-la-plus-grande-profiler-du-royaume, n'est-ce pas ?". Allez, qu'est-ce que ça peut te faire ! Tu as vu à quoi j'en suis réduit ? Obligé, pour te parler, de m'immiscer dans tes rêves ! Arrête de te mentir à toi-même : on sait tous les deux que tu ne peux pas te passer de moi. Tu penses que, dans mon état, je ne suis pas capable de lire dans l'âme des gens ? Tout ça te dépasse, Meg. Mais pas autant que ta petite Maya... Depuis quand ta fille chérie n'a pas donné signe de vie ? Un jour ? Trois jours ? Deux semaines ? Et toi, tu restes là, planquée sous tes draps douillets, lovée dans ta vie rassurante des beaux quartiers de Londres. Toi et moi, on n'en a pas terminé. Nos chemins vont se croiser encore, crois-moi. Oh oui, mon adorée, tu auras vite de mes nouvelles. J'ai très envie de te regarder dans les yeux. Non, ne te réveille pas tout de suite ! Laisse-moi un peu de temps, juste un peu, Meg. Dans ma condition, c'est important, même toi, tu devrais pouvoir le comprendre. Après tout, je suis mort, Meg. »

Afficher en entier

Une fois dans la bataille , il faut combatre.

Elle mit un pied à terre. Puis le second.

"Ok , se dit-elle, je peux le faire."

Elle essaya de se lever. Mais le tête se remit à lui tourner, et elle dut se rasseoir.

C'est alors qu'elle la sentit. Une chaleur profonde qui irradiait de sa poitrine. Une sensation de paix à laquelle elle s'abandonna avec un immence soulagement.

-Papa...

"Jolisourire , tu n'es pas seule. J e ne t'abandonnerai jamais."

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode