Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Maymar : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Cœur d'encre, Tome 3 : Mort d'encre Cœur d'encre, Tome 3 : Mort d'encre
Cornelia Funke   
Un troisième ouvrage très très satisfaisant!!
Une trilogie inoubliable mais je suis déçue qu'il n'y ait pas de quatrième tome.Mais je pense qu'il vaut mieux finir un livre et avoir envie de connaître la suite plutôt que d'être complétement dégoûté.

par lanka85
Cœur d'encre, Tome 2 : Sang d'encre Cœur d'encre, Tome 2 : Sang d'encre
Cornelia Funke   
J'ai encore plus aimé que le premier, je pense ! Le monde d'Encre est plus exotique que le nôtre, on découvre tout un nouveau mode de vie, de nouvelles villes, de nouveaux personnages, tout en gardant nos favoris qui vivent de dangereuses aventures pleines de rebondissements. La fin laisse présager un tome 3 fascinant, et j'ai hâte de le lire !
Le Cycle d'Ender, Tome 1 : La Stratégie Ender Le Cycle d'Ender, Tome 1 : La Stratégie Ender
Orson Scott Card   
Un (très) grand livre de science-fiction qui pourrait très bien devenir un très grand classique du genre. Oeuvre d'anticipation post-apocalyptique, ce premier tome d'une série retrace l'éducation très particulière que reçoivent les élus destinés à sauver l'humanité.
Une histoire interpellante où la "formation" de petits enfants-soldats est à la limite du soutenable tant l'innocence de ces derniers est mise à l'épreuve.
Grandiose !
Le Jardin des secrets Le Jardin des secrets
Kate Morton   
J'ai lu ce livre durant un voyage et, grace à lui, j'ai pu passer 5h d'affilé dans un autre monde, sans meme m'en apercevoir !
Un trame intéressante, les trois générations s’entremêlent à la perfection.
Toutefois, mon coup de coeur reste pour les contes qui m'ont fascinée.

par dadotiste
Le Cœur des louves Le Cœur des louves
Stéphane Servant   
Ce livre est une claque, une claque magistrale...
Au fil des pages tout n'est que ténèbres, on n'aperçoit jamais ne serait-ce qu'une once de lumière. L'histoire est dure, sombre, grave... On suit le parcours d'une jeune fille torturée, ravagée par mille questions auxquelles elle n'a aucune réponse...
L'écriture est sublime, au vocabulaire d'une richesse incroyable, on en a la souffle coupé...
Cette histoire je pense n'est qu'un miroir, un reflet de la dure réalité de la vie....
Sirius Sirius
Stéphane Servant   
Cher Sirius,

Depuis l’instant où j’ai entendu parler de toi, je n’ai eu qu’une seule envie : te rencontrer. Dans mon cœur de lectrice passionnée, tu représentais la promesse inespérée d’une intense retrouvaille avec la plume de ton auteur. Ton grand frère, La langue des bêtes, avait su conquérir mon cœur, et depuis que la dernière de ses pages se fut définitivement tournée, le monde me semblait bien vide : où allais-je retrouver cette sauvage poésie, cette intense féérie, cette singularité qui m’avait tellement chamboulée ? J’ai lu de nombreux livres, depuis, ai eu de nombreux coups de cœur, aussi, mais tout au fond de moi, je t’attendais sans le savoir. Et à l’instant même où je t’ai sorti de la boite aux lettres, à la seconde même où mes yeux se sont posés sur ta si jolie couverture, j’ai su que tu allais répondre à toutes mes attentes inconscientes. Tu ne m’as pas déçue, Sirius, bien au contraire, tu m’as enchantée.

Au fil de tes pages, j’ai rencontré Avril et Kid, une grande fille et un petit garçon, deux êtres perdus au milieu d’un monde ravagé, deux étoiles isolées qui s’ignorent encore. Avril et Kid, une grande sœur et son petit frère, deux couleurs de peau différentes, deux cœurs qui s’aiment plus que tout. Avril et Kid, deux âmes perchées sur un arbre immense, un arbre ami, un arbre abri, attendant depuis cinq ans Sirius qui les conduira à la Montagne. Mais Avril et Kid vont devoir fuir, s’enfuir, quitter ce refuge, partir sur les routes, poursuivis pas les Etoiles Noires, qui surgissent du passé d’Avril pour bouleverser leur présent … et leur avenir, aussi, peut-être, si ce mot signifie encore quelque chose sur cette Terre dévastée. Et alors, Sirius vint à leur rencontre, bien différent que celui qu’ils s’attendaient à voir … Saura-t-il les conduire jusqu’à la Montagne ?

Sirius, tu nous présentes la fin du monde, la fin d’un monde. Du moins, c’est ce que l’on pense, au début : Comment le monde pourrait-il survivre si ni les plantes, ni les animaux, ni les humains, ne sont plus capables de se reproduire ? Comment la vie pourrait-elle subsister si mêmes les étoiles ne sont plus capables de rester accrochée dans le ciel ? Tu nous obliges à regarder en face ce monde ravagé, dévasté, cette Terre qui pourrait être la nôtre demain, peut-être. Mais surtout, tu nous forces à dévisager la vérité en face : lorsque tout s’effondre, lorsque les ressources s’épuisent, lorsque survivre devient un combat quotidien, alors toute trace d’humanité s’efface définitivement du cœur des hommes. Redevenus bêtes, cruels et assoiffés de sang, ils ne pensent qu’à leur propre survie sans plus jamais tendre une main charitable à plus petit que soi. Tu nous poses cette terrible question, tu ouvres cette affreuse interrogation : ne serions-nous pas, finalement, pires encore que les Zanimos que nous considérons comme inférieurs à nous ?

Sirius, avec une telle thématique - la fin du monde -, tu aurais pu être semblables aux autres romans post-apocalyptiques : un récit dramatique, qui fait peur, un récit tragique, qui accable. Mais tu n’es rien de tout cela. Tu ouvres les yeux de tes lecteurs sans pour autant les déprimer, tu les invites non pas à broyer du noir mais à chercher la lumière dans toute chose. Tu les pousses à changer de regard sur le monde qui les entoure, tu les exhortes à découvrir la Vérité qui se cache un peu partout autour de nous et en nous : nous sommes tous des Zétoiles, et nous faisons tous parti de la même Constellation. Et quand je dis « tous », je ne parle pas uniquement de nous, frères et sœurs humains en dépit de nos différences - bien que si tout le monde reconnaissait déjà cela, nous aurions fait un grand pas en avant - mais bel et bien de nous, êtres vivants, humains comme animaux, animaux comme plantes, plantes comme humains. Nous appartenons tous à la grande Constellation de la Vie, et c’est ensemble que nous pouvons faire de cette Terre un monde d’harmonie, de paix, d’amour et d’espoir.

Sirius, tu n’imagines même pas à quel point j’ai aimé te lire. Tu as fait surgir en moi des cascades d’émotions, tu m’as fait sourire, tu m’as fait pleurer, tu m’as fait trembler, tu m’as fait vibrer. Tu es tellement bien écrit, c’est dingue, c’est comme si les mots prenaient vie pour m’emmener dans un voyage, ou dans un rêve, je ne sais pas très bien. Comme si les mots n’étaient plus de simples mots, mais des étoiles, eux aussi, et que la Constellation harmonieuse et magnifique qu’ils formaient, c’était toi, ce livre que j’ai pris tant de plaisir à découvrir, à savourer. Ce livre que je relirais sûrement très régulièrement, juste pour voyager dans le monde des rêves à nouveau, juste pour retrouver Avril, Kid et ses Zanimos. Ce livre que je conseille à quiconque voudra bien m’écouter, suivre mes conseils, suivre mes pas.

Sirius, tu as été une de mes plus belles lectures de l’année. Alors je tenais à te remercier pour cela. Et à travers toi, je veux remercier ton auteur, ce Conteur qui t’a donné vie. Merci Stéphane Servant, merci infiniment pour vos livres qui, à chaque fois, font descendre toutes les Zétoiles du ciel dans mes yeux ébahis.

Merci.

https://lesmotsetaientlivres.blogspot.fr/2017/09/sirius-stephane-servant.html

par Aryia
La Scène des souvenirs La Scène des souvenirs
Kate Morton   
Ce roman est pour moi l'exemple parfait d'un roman de gare. Mais d'un bon roman de gare.

L'histoire alterne entre notre époque et Londres de 1941 avec certains passages plus courts à d'autres dates. Ce n'est pourtant pas un roman historique. L'auteur a fait des recherches mais cela ne se voit pas beaucoup dans son récit car au final, la guerre et l'Histoire est très peu présente. On suit surtout la petite vie de Dolly avec ses amies, ses amours, ses emmerdes. De tout le récit nous n'entrendrons pas parler de Churchill ou de la guerre en général. Le seul personnage qui nous la présente est Jimmy, photographe de guerre.

Cela se lit bien, les personnages sont attachants et on a envie de savoir la suite. On a des surprises à la fin du roman et c'est plutôt bien écrit. Mais on est loin du livre renversant qui change notre vision du monde. Je ne lis pas beaucoup de contemporain alors je ne suis peut être pas la mieux placée pour en parler, mais comparé à du John Irving, rien à voir.


Au final, je pense que cela s'oublie assez bien, mais reste une lecture à recommander si vous avez déjà le livre chez vous.

par Kirlan
Neige Neige
Maxence Fermine   
Un livre magnifique, un petit bijou d'une incroyable pureté et d'une grande poésie. Un texte d'une simplicité étonnante, d'une vérité absolue, d'un naturel profond où tout est limpide et épuré. Ou comment un jeune poète, dans le japon du XIXeme siècle, s'initie à l'art du haiku aux côtés de Soseki, samouraï empli de sagesse et vieux peintre aveugle.
Le Passeur de Temps Le Passeur de Temps
Mitch Albom   
Mitch Albom est l'un de mes auteurs favoris. En cette oeuvre en est ma favorite. Il joue avec le temps, la réalité et l'espace. Une histoire de vie, d'apprentissage.
Un livre vivant qui fait son temps.
Grisha, Tome 0.5 : The Witch of Duva Grisha, Tome 0.5 : The Witch of Duva
Leigh Bardugo   
Oh mon dieu !

C'était court certes, mais c'était super !

The Witch of Duva est un petit coup de cœur que je recommande à tous les fans de The Grisha Trilogy !

C'est une lecture rapide mais qui captive du début jusqu'à la fin. Tout du moins, pour ma part.

Encore une fois, Leigh Bardugo fournit un travail vraiment super. Je n'ai rien à redire là-dessus.

À présent, je ne m'étonne plus de penser que cette auteure fait partie de mes auteurs préférés.

Cette courte nouvelle me l'a prouvé, Leigh Bardugo maîtrise à la perfection tout ce qu'elle entreprend d'écrire, qu'importe de quoi il s'agit.

Je suis sûre que même sa liste de courses pourrait être captivante. ^^

En quelques mots, c'est l'histoire de Havel et Nadya, un frère et une sœur, enfants d'un homme qui se prénomme Maxim Grushov, qui vivent dans un village près d'une sombre forêt. Après l'arrivée de la famine et la mort de la mère de Havel et Nadya, les filles du village commencent à disparaître...

Par la suite, le père des enfants épouse une veuve qui a la bonne idée d'envoyer Nadya vérifier les pièges qu'ils ont posé pour attraper les lapins lorsqu'il fait bien sombre, voyez-vous. Parce que, on le devine sans mal, cette femme n'apprécie pas spécialement Nadya.

Et comme on pouvait s'y attendre Nadya se perd dans la forêt, trouve une petite maison dans laquelle vit une vieille dame...

Jusque là c'est sûr que ça ressemble en beaucoup de points au conte d'Hansel et Gretel.

Je vous l'accorde. Mais par la suite, je me suis rendue compte que l'histoire prenait un autre tournant et j'ai adoré !

Mais bien-sûr, je ne vous en dit pas plus et je vous laisse découvrir tout ça par vous-même.

Ça vaut vraiment le coup !

En ce qui concerne les personnages qu'on peut retrouver dans ce demi-tome, j'ai bien apprécié leur découverte. Ils sont "simples" mais ils sont intrigants, je dirais. Même si on en sait pas des masses sur eux, je les ai bien aimé.

L'ambiance de The Witch of Duva était tout simplement extraordinaire.

Ah, je ne sais pas comment vous parler de tout ça ! Donc, je vais simplement vous conseiller de lire cette superbe nouvelle.

par Sheo
  • aller en page :
  • 1
  • 2