Livres
524 470
Membres
542 820

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Mch1 : Mes envies

Les Noces barbares Les Noces barbares
Yann Queffélec   
Il y a des livres de Queffélec que je pourrais relire avec plaisir, si je devais le faire, mais celui-là n’en fait absolument pas partie. Pas parce que ce n’est pas un excellent livre : au contraire, excellent il l’est, et joliment horrible en plus. Mais simplement parce que je ne pourrais jamais recommencer tout ça, me replonger à nouveau dans la tête de Ludovic et dans ce que les gens ont fait de sa vie. C'est trop frappant et violent, on ressort de cette lecture révolté et profondément touché.

par x-Key
La 5ᵉ Vague, Tome 3 : La Dernière Étoile La 5ᵉ Vague, Tome 3 : La Dernière Étoile
Rick Yancey   
Le premier tome m'avait charmée, le second m'avait refroidie... Et je n'ai qu'un mot pour ce troisième volet: confusion.

C'est peut-être moi qui avait de la difficulté à suivre, mais parfois, je ne comprenais plus où l'auteur essayait de nous amener. On retrouve Cassie et la petite bande de survivants qui essaient de trouver un plan pour... je ne sais même plus ce qu'ils essaient de faire. Survivre j'imagine.

L'auteur amène plusieurs pistes différentes au fil des tomes: les extraterrestres sont là, les extraterrestres ne sont pas là, etc. Ne faites que lire la quatrième de couverture de ce troisième tome: confusion. J'imagine que c'est voulu, mais cela ne m'a pas nécessairement plu.

Le troisième livre est la continuité du deuxième et ne ressemble pas au premier. Pas beaucoup de Cassie, très très peu d'Evan (je l'oubliais presque...) et beaucoup trop de Ringer. L'auteur en a presque fait le personnage principal des deux derniers tomes. C'est dommage, parce que je n'ai pas accroché à ce personnage. Au moins, j'aimais Zombie qui prend pas mal de place dans ce tome.

Au final, je ne sais pas trop quoi dire sinon que j'étais un peu perdue dans les intentions de l'auteur à plusieurs reprises et que ce n'était pas un dernier tome à la hauteur de mes attentes. Cela dit, si vous avez aimé le reste de la série, il est quand même intéressant de lire le dernier!

par anam
Des Œillets pour Antigone Des Œillets pour Antigone
Charlotte Bousquet   
Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com/

--- Mon premier Charlotte Bousquet ---

Si j’ai demandé ce one-shot en service de presse, c’est avant tout parce que j’avais entendu beaucoup de bien de Charlotte Bousquet. J’avais donc envie de me lancer dans l’un de ses récits, et l’occasion s’est présentée à moi. Je remercie donc les éditions Scrineo pour l’envoi.

Je tiens à préciser que Des Œillets pour Antigone est très éloigné de mes lectures habituelles. C’est peut-être pour cette raison que je n’ai pas accroché autant que je l’espérais. Mais cela n’enlève rien à la qualité de ce livre. Laissez-moi vous expliquer…

--- Des thématiques fortes ---

Rébellion portugaise, SIDA, homosexualité, racisme : voici quelques-uns des sujets abordés par l’auteure. Autant vous dire qu’elle envoie du lourd.

Néanmoins, peut-être était-ce trop pour moi ? En fait, à aucun moment, je ne me suis évadée du monde réel. Certes, ce n’était pas le but de cette lecture, mais c’est ce que j’ai ressenti ; plutôt que d’être emportée par l’histoire, je me concentrais sur les malheurs relatés. Mon moral en a pris un sacré coup, d’autant plus que le synopsis ne fait pas mention d’une thématique pourtant prédominante : la maltraitance envers les chevaux et le sort réservé à ceux utilisés pour les corridas. Or, je n’étais pas préparée à prendre une telle claque ! Peut-être aurais-je refusé de lire ce one-shot, si je l’avais su…

Malgré cela, je pense que ces messages doivent être entendus par la jeunesse, alors je tire mon chapeau à Charlotte Bousquet, car elle a rempli sa mission avec brio. La seule critique que j’émettrai, c’est que l’aspect historique se perd parmi de trop nombreux enjeux.

--- Une trame classique, et pourtant… ---

Un médaillon maudit, un fantôme surgi du passé, un vieux journal intime dont on ignorait l’existence : soyons honnêtes, l’histoire n’a rien de fondamentalement original. Mais que c’est efficace ! Je pense avoir lu la moitié du livre en une soirée, tant j’étais curieuse de découvrir ce qui se cachait derrière le suicide de la sœur de l’héroïne.

Le hic, c’est que comme l’auteure entremêle trois époques et multiplie les mystères, les révélations sont données au compte-gouttes. J’ai donc tourné les pages, encore et encore, dans l’espoir d’en apprendre plus et suis tombée sur quelques coïncidences heureuses permettant de faire avancer l’intrigue. Mais rien de grave, rassurez-vous.

En outre, j’aurais aimé que l’aspect fantastique soit plus développé, puisque Charlotte Bousquet se contente de cauchemars et d’apparitions. Sûrement mon amour pour l’imaginaire qui parle ici !

--- Trois femmes, trois destinées ---

Comme dit précédemment, l’histoire met en scène trois femmes. La première, celle qui décide de remuer le passé pour obtenir des réponses à ses questions, est Luzia. En apparence, il s’agit d’une adolescente ordinaire, mais elle cache des blessures qui m’ont émue. Non, je ne vous en dirai pas plus ! En revanche, j’ai trouvé sa relation avec Julien, son meilleur ami, un chouia idéalisée.

Quant à Sabine, la sœur qui s’est suicidée, on ne la découvre qu’à travers des extraits de son journal intime. Et elle ne mâche pas ses mots ! Toutefois, même si je l’ai trouvée détestable par moments, elle sonnait vrai !

Enfin, vient Alma, la tante. Pour être honnête, je ne sais pas trop quoi en penser. J’ai eu du mal à concilier les deux pans de sa personnalité : son amour pour les chevaux d’un côté et son esprit rebelle de l’autre.

--- Un final un peu abrupt ---

Dans les derniers chapitres, Charlotte Bousquet nous livre les réponses qui nous manquaient encore. Elle a ainsi fermé toutes les portes, ce que j’ai apprécié.

Cependant, la conclusion ne me plaît qu’à moitié, car j’estime qu’elle accuse un personnage sans lui donner la chance de s’expliquer, d’exprimer ses regrets ou même de demander pardon. Peut-être avais-je besoin de terminer sur une note d’espoir ?
La 5ᵉ Vague, Tome 2 : La Mer infinie La 5ᵉ Vague, Tome 2 : La Mer infinie
Rick Yancey   
Tu crois savoir, mais au final tu ne sais rien du tout. Tu crois avoir compris l'enjeu, tu penses voir clair alors que c'est de plus en plus flou...

À la fin du premier tome, tu sais à quoi t'en tenir: tu comprends pourquoi ils sont là, pourquoi tout est orchestré de telle ou telle façon... Au début du deuxième tome, tu commences à douter de ce que tu crois, tu penses qu'il pourrait y avoir plus que cela... À la fin du deuxième tome, tu te rends compte que tout ce que tu croyais savoir n'était pas réel... et sur les dernières lignes, tu ne sais pas plus à quoi t'en tenir qu'à la premier ligne de l'histoire toute entière.

C'est brillant, intéressant, fascinant. C'est rempli de rebondissements de tous genres, d'émotions fortes et intenses à chaque pages, d'intrigues à chaque mot posé sur le papier... Juste assez d'action pour que le récit reste intéressant du début à la fin et assez d'émotions pour fondre corps et âmes dans ce nouveau monde.



par Leafy
L'Arrache-mots L'Arrache-mots
Judith Bouilloc-Carré   
Un livre que je ne connaissais pas du tout avant qu'il arrive dans ma box de ce mois. Dans le flyer qui l'accompagnait, l'auteure précisait qu'elle s'inspirait de "la Passe-Miroir" pour son roman.
Effectivement, toute l'histoire nous rappelle "la Passe-Miroir" : le physique des héros (elle, maladroite et myope, lui grand, glacial, les traits acérés), leurs personnalités (elle a un don rare et peaufiné à l'extrême, lui est juste mais intransigeant et incorruptible), l'intrigue (elle est fiancé à un noble issu d'une lignée désavouée, un inconnu qu'elle ne connaît pas et qui compte plus l'épouser pour son don que pour elle-même. Elle se retrouve au milieu d'une cour avec une femme de sa famille haute en couleur pour chaperon. Elle se fait courtiser par un autre noble que son cher et tendre).
Bref, chaque page évoque "la Passe-Miroir", ce qui est vraiment dommage parce que pour le reste, l'écriture de l'auteure n'est pas déplaisante et le roman se lit facilement. Mais bon voilà, à chaque page je pensais (et comparais) à Ophélie et Thorn et les deux livres étaient pour moi trop semblables pour que j'arrive à me détacher et à faire abstraction de l'un pour plonger dans l'autre. Un one-shot qui aurait pu être une bonne surprise, mais qui au final se révèle décevant ...

par Moridiin
Chroniques Homérides, Tome 1 : Le Souffle de Midas Chroniques Homérides, Tome 1 : Le Souffle de Midas
Alison Germain   
Ma chronique complète: ombrebones.wordpress.com/2017/10/11/les-chroniques-homerides-1-le-souffle-de-midas-alison-germain/
(...) En bref, Alison Germain propose le premier tome d’une trilogie d’urban fantasy certes classique mais qui brille par son univers et son héroïne imparfaite, ce qui la rend justement très attachante. C’est une saga que je conseille aux fans du genre sans une once d’hésitation car il se pourrait bien que ce soit la prochaine « Geste des Exilés » ! Qu’on se le dise et qu’on dévore ce tome de toute urgence.

par Bluenn
Keleana, Tome 1 : L'Assassineuse Keleana, Tome 1 : L'Assassineuse
Sarah J. Maas   
Bon allez, je me lance.

Que dire? Commençons par ce qui est simple: j'ai lu ce livre en anglais, pas parce que j'en avais forcément envie mais surtout parce qu'on avait pas encore de renseignements sur une éventuelle date française. Pas de grosses difficultés malgré mon petit niveau dans la langue de Shakespeare. On fait plutôt vite le tour du vocabulaire spécifique à l'auteur et à l'histoire et finalement, on comprend très bien sans avoir besoin de passer son temps dans le dico. Bref, je ferme cette petite parenthèse quant à la VO et je m'intéresse un peu à l'histoire.

L'action commence dès le premier chapitre, ce qui est très appréciable, on entre directement dans le vif du sujet avec l'arrivée de Dorian à Endovier. Malheureusement, on ne garde pas longtemps ce rythme. Ce que je reproche le plus c'est sans doute le côté "évident" du déroulement. Aucune vraie surprise, le méchant est ciblé dès le départ, aucun gros retournement de situation. J'aurais sans doute aimé une histoire plus axée heroic-fantasy, sans histoire de magie au milieu, je trouve que ça enlève son charme à cette histoire d'assassin rondement bien menée au début. Mais c'est un avis partial, j'ai fait une overdose de magie depuis quelques années et je suis cruellement en manque de fantasy médiévale donc ne vous arrêtez pas à ça.

En revanche, l'évolution des personnages est très réussie je trouve, elle est plutôt lente et même si elle n'est pas forcément surprenante, on prend beaucoup de plaisir à suivre les changements de Celeana et de tous les autres.

Au niveau des personnages:
Mention spéciale pour Chaol qui est, de loin, mon personnage préféré. J'aime bien Dorian et son père aussi. Celeana est assez réaliste ce qui la rend assez attachante mais les autres m'ont paru très fade et sans intérêt. J'aurais aimé en savoir un peu plus sur le duc et Kaltain. Nehemia, quant à elle, me tape prodigieusement sur les nerfs mais on sent qu'elle a son rôle à jouer.
Voila, j'ai dit le principal de ce que m'avez laissé la lecture.

Maintenant, je pense que ce premier tome était plus une longue introduction pour la suite, on sent que Sarah Mass prépare le terrain pour Crown of Midnight et c'est tout à son honneur de ne pas se précipiter mais du coup, ce tome-ci, on s'ennuie un peu au bout d'un moment.


J'achèterai sans doute le deuxième en anglais aussi mais quand même, il faut que je m'indigne: pourquoi changer Celeana en Keleana et honnêtement "l'assassineuse" ça ressemble à rien comme mot (et ça n'est pas dans le dictionnaire), pourquoi ne pas garder le titre ou alors faire comme les italiens qui ont traduit 'Throne of Glass' par Le Trône de Cristal, ça sonne quand même mieux, non?
Bref je pense que "Throne of glass" est bien plus accrocheur que "L'assassineuse", il manquerait plus qu'ils changent la couverture et pour moi, ils auraient perdu tout ce qui fait que j'ai voulu lire ce livre.

Encore une fois, ce n'est que MON avis.


En conclusion, je dirais que c'est une lecture agréable qui demande à être approfondie dans le prochain tome mais qui peut faire passer un agréable moment à tous les amateurs de fantasy.

par Eleann
Midnight Sun Midnight Sun
Stephenie Meyer   
Sur internet, je ne me lasse jamais de relire les douzes chapitres. C'est génial, tu as raison Puce880, on redécouvre l'histoire sous un tout nouveau point de vu et c'est super. Je prie pour que Stéphenie continue son livre, mais je crois que pour le moment elle n'est pas motivée. L'attente est vraiment frustrante.

par myra44
Ink Ink
Isabelle Rowan   
http://wp.me/p5AuT9-1ch

Avec une couverture et un résumé aussi attrayant, je pensais que j’allais totalement adhérer à « Ink » de Isabelle Rowan. Mais ce ne fut pas le cas au début du moins. J’ai même faillit abandonner ma lecture. Mais j’ai persévéré et il s’avère que finalement j’ai été agréablement surprise par ce Bit-Lit peu conventionnel.

Dominic est un vieux vampire, solitaire et lasse de son existence. Mais sa rencontre avec Michael, ce jeune tatoueur va le troubler. Bien qu’il s’est faîte la promesse de plus jamais avoir de contact avec les humains sauf pour se nourrir, il ne peut contrôler son attraction pour lui. De plus, pour une raison qu’il ne peut expliquer, Michael lui aussi se sent indéniablement attirer par son mystérieux client. Il est déterminé et va tout faire pour le percer à jour. Mais le passé de Dominic refait surface, commence à le rattraper au moment où il commence à reprendre espoir …

Deux amants improbables, deux personnalités totalement opposées et pourtant destinés à se rencontrer. L’un va reprendre goût à la vie et prendre le risque de prendre un nouveau départ. L’autre avec ses allures juvéniles va découvrir une nouvelle existence et va refuser de renoncer à cet amour. Il est déterminé à prouver à son amant que tout espoir n’est pas perdu. Une relation va se mettre en place tout en douceur mais le sombre passé de Dominic va s’interférer entre eux et les faire douter.

Une histoire qui traîne un peu en longueur malgré une plume fluide et légère. Tous les personnages sont intéressants et ont leur importance dans l’histoire. La relation entre nos héros est très tendre et passionnante. Mais j’aurai voulu que cela soit un peu plus intense entre eux. Bien que je découvre la plume pour la première fois, son intrigue est originale, bien menée et tient la route. Le petit plus de ce roman qui fut fort plaisant pour moi et qui m’a permise de ne pas le lâcher, c’est le fait que l’auteur ait agrémenté l’histoire d’une touche de suspense. Car au final, on passe un bon moment de lecture.
Just 17 Just 17
Emma M. Green   
Je n'ai pas apprécié ce roman.
Cela me coûte énormément de le dire car Emma Green est une de mes auteures préférées. Mais il faut dire les choses comme elles se présentent, et dans le cas de ce livre, c'est loin d'être une réussite.

Je tenais quand même à dire que je n'ai rien à redire quant à la plume de Emma Green qui est encore une fois excellente. Mais si son nouveau roman est un échec, c'est parce que sa lecture a été dérangeante et malaisante. « Just 17 » se penche sur une thématique assez complexe, et je pense malheureusement que Emma Green n'a pas réussi à la développer de la bonne manière. Elle n'a pas réussi à amener le sujet en douceur, et le fait que la romance se développe aussi rapidement m'a rapidement refroidi. En toute franchise, je n'ai rien contre la différence d'âge. Mais dans ce contexte, il est assez difficile à accepter une romance entre un professeur et son élève. J'ai essayé de m'investir dans cette relation naissante, mais c'était beaucoup trop pour moi. Je ne vais pas trop me pencher sur le cas des personnages. Je dois dire que je ne me suis pas du tout attachée à Lemon et Roman. J'ai trouvé que le personnage masculin manquait cruellement de maturité, et Lemon était une héroïne assez creuse.

Ce roman est donc une déception. Je dois dire que j'aimerais pouvoir découvrir Emma Green dans un autre registre. Le gros problème de ces derniers romans, c'est que j'ai toujours l'impression qu'elle nous propose des dérivés de ses anciennes intrigues en changeant deux trois éléments. « Just 17 » est pour moi le roman de trop, dont le développement n'a rien de vraiment transcendant et que j'ai hésité à abandonner à plusieurs reprises... Quel dommage...

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode