Livres
392 485
Comms
1 376 259
Membres
284 139

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Meg Corbyn, Tome 1 : Lettres écarlates ajouté par EGih 2014-04-23T09:48:08+02:00

— Mais… pourquoi vous êtes-vous enfuie ? Vous vivez dans des endroits spéciaux. On vous couve de tous les soins, on vous donne le meilleur de…

— Que l’on vous batte ou vous dorlote, que l’on vous nourrisse de la meilleure cuisine qui soit ou qu’on vous laisse mourir de faim, que vous viviez dans la crasse ou la propreté la plus étincelante, une cage reste une cage, assena Meg avec passion. On apprend ce que les Noms-qui-marchent veulent que nous sachions, car à quoi sert une prophétesse si elle n’est pas capable de décrire ses visions ? On passe nos journées assises dans des salles de classe, à regarder des images représentant des situations du monde réel, mais on nous interdit de faire connaissance, de nouer des liens d’amitié, de parler, à moins que ça fasse partie d’un exercice. On nous dit quand manger, quand dormir, quand utiliser le tapis de course pour faire un peu d’activité physique, et même quand aller chier ! On est vivantes, mais sans jamais avoir le droit de vivre. Combien de temps résisteriez-vous, enfermé comme ça ?

Afficher en entier

Simon pénétra dans la salle de tri et pointa la porte du pouce en regardant Nathan.

— Dehors.

— Je monte la garde, protesta Nathan en montrant les crocs.

— Je veux lui parler. Va à côté. Tu reviendras quand j’aurai terminé.

Le Loup s’exécuta à contrecœur.

Une fois seul avec la femelle qui le plongeait dans la confusion, Simon se pencha sur elle de manière à sentir son souffle sur son visage, humer son odeur.

Elle exhalait des effluves de douleur teintés d’une excitation étrange qui lui donna envie de renifler son entrejambe. Elle sentait également le sang et les médicaments que Tess avait appliqués sur sa plaie. Il éprouva le besoin soudain de flairer la blessure, d’en faire disparaître les produits humains et de la nettoyer à la manière d’un Loup.

Mais Meg était humaine ; la médecine humaine lui conviendrait mieux.

— Je sais que tu ne dors pas, chuchota-t-il. Tu ne peux pas berner quelqu’un qui t’a entendue dormir.

— Tu veux dire que je ronfle ? demanda-t-elle, les yeux toujours fermés.

— Non, répondit-il avant de réfléchir un instant. Je ne crois pas. Mais je sais quand tu dors.

Elle déglutit. Elle avait une gorge si appétissante, douce et ferme à la fois.

Non, se morigéna-t-il en pressant son front contre le bras de Meg. On ne peut pas la mordre.

Il leva la tête et sonda les yeux gris à présent posés sur lui.

— Je suis le chef. Tu aurais dû m’appeler. Même si tu préférais la présence de Tess à celle d’un Loup, tu aurais dû m’en parler d’abord.

— Je savais que quelque chose clochait. Je ne voulais pas qu’il arrive quoi que ce soit pendant que je me disputais avec toi.

Elle marquait un point. Mais il se garderait bien de le lui dire.

Il effleura ses cheveux. Ils avaient toujours cette teinte étrange, d’autant plus voyante que les racines étaient à présent noires. Quand ils pousseraient, il regretterait cette couleur orange.

Ça non plus, il ne le lui dirait pas.

— Je m’occupe des livraisons, lui assura-t-il. Repose-toi. Il y a de la nourriture. Tu veux manger ?

— Pas maintenant. (Elle ferma les yeux un instant, puis les rouvrit.) Est-ce que Nathan est en colère contre moi ?

— Oui. Si tu le tiens à l’écart encore une fois, il te mordra.

Un furtif sourire passa sur les lèvres de Meg.

— Je parie qu’il ne le fera pas si je lui dis qu’il peut avoir tous les biscuits qu’il veut.

Il resta un moment à l’observer, à l’écouter. Elle dormait vraiment. Il l’embrassa sur le front et trouva ce baiser plaisant en soi. Et aussi pour d’autres raisons, admit-il en se léchant les babines. Il n’avait pas le droit de croquer Meg, mais elle avait vraiment bon goût.

Il échangea sa place avec Nathan. Tout en observant Jester remplir les paniers de courrier et expliquer aux poneys pourquoi ils ne recevraient aucune friandise, il composa le numéro qui ramènerait Crispin James Montgomery dans l’Enclos.

http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/

Afficher en entier
Extrait de Meg Corbyn, Tome 1 : Lettres écarlates ajouté par EGih 2014-04-23T09:46:37+02:00

— On m’appelait cs759, répondit-elle.

— Ce n’est pas un nom !

— Non. Mais c’est tout ce qu’ils m’ont donné. Tout ce qu’ils nous ont donné à toutes. Un matricule. Les gens donnent des noms à leurs animaux domestiques, mais un objet n’en mérite pas tant. En désignant quelqu’un par un matricule au lieu d’un nom, on n’a pas à réfléchir à ce qu’on lui fait subir, à se demander ce qu’il ressent quand on…

Afficher en entier

"Chère madame Je-sais-tout,

Un soir, j’ai invité un ami à dîner et à

faire un petit tour du côté sauvage – si vous voyez ce que je veux dire. Tout allait bien jusqu’à ce qu’on commence à s’embrasser et se caresser. Ça m’a excitée quand je l’ai mordillé et qu’il a joué à me repousser, et, bon, j’ai fini par le mordre à la cuisse. Rien de grave – la plaie n’a même pas nécessité

de points de suture –, et, contrairement à ce qu’il a affirmé, mes dents étaient loin de son joujou à mâcher. Maintenant, il ne répond plus au téléphone. Que devrais-je faire ?

Signé : Perplexe.

Chère Perplexe,

Premièrement, il faut savoir que les jeunes terra indigene sont souvent perturbés quand la nourriture fournit plusieurs sortes de stimulations. Cependant, quand vous invitez un humain à dîner, il s’attend à

se faire servir à dîner, non pas à servir lui-même de dîner. Deuxièmement, les humains ont beau prétendre aimer se faire mordre au cours des préliminaires, ce n’est vrai que lorsqu’ils ont un partenaire dépourvu de dents d’une taille significative. Troisièmement, aucun mâle, humain ou Autre, ne se sent très à l’aise quand des crocs approchent de son joujou à mâcher. Tirez donc parti de cette expérience, et, la prochaine fois que vous invitez un humain à faire un tour du côté sauvage, contentez-vous d’un jogging dans le parc."

Afficher en entier

"_ Merde. Merde. Merde et merde!

Les jurons faisaient partie de ce que les humains avaient inventé de mieux."

Afficher en entier
Extrait de Meg Corbyn, Tome 1 : Lettres écarlates ajouté par Migabo 2015-02-28T22:37:37+01:00

Etant donné qu'elle s'était enroulée autour de Sam pour lui tenir chaud, il avait paru logique à Simon de rester Loup et de se blottir contre son dos pour lui tenir chaud à elle.

Le fait qu'il aimait se lover contre elle n'avait rien à voir avec cette décision. Rien du tout.

Afficher en entier

Le pull était trop grand pour elle, et elle avait l'air ridicule. ça plaisait à Simon. Comme lui plaisait le fait qu'elle porte un vêtement imprégné de son odeur à lui.

Afficher en entier
Extrait de Meg Corbyn, Tome 1 : Lettres écarlates ajouté par EGih 2014-04-21T17:18:21+02:00

Sa parka n’était pas fermée, dévoilant des formes harmonieuses qu’épousaient étroitement un jean et un pull moulants.

Dépourvue d’indicateurs relatifs au monde extérieur, Meg ignorait si une femme vêtue de la sorte en plein jour devait être considérée comme une vedette de cinéma ou une prostituée.

Afficher en entier

"Consommer le personnel sapait le moral des humains et rendait d’autant plus difficile la recherche de nouveaux salarié."

Afficher en entier

Elle préférait ne pas déranger Henry qui, de toute manière, ne répondait que rarement au téléphone, et elle n’avait aucune envie de poser la question au grand méchant Loup. Comme elle devait tout de même demander à quelqu’un, elle composa le numéro de la librairie.

— Peut-être qu’il s’est fait écraser par un arbre, marmonna-t-elle comme personne ne décrochait, imaginant un tronc dévalant une colline avant d’atterrir sur un certain Loup.

Afficher en entier