Livres
475 242
Membres
452 626

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Megan Chase, Tome 3 : Démons obsédants



Description ajoutée par Mystic_love 2014-09-03T15:06:35+02:00

Résumé

Alors que tout était rentré dans l'ordre avec ma famille démoniaque, les choses ont commencé à se gâter : le FBI manifeste un intérêt un peu trop prononcé pour les affaires de Greyson, un révérend prétend pratiquer des exorcismes plus efficaces que mes séances de thérapie, et, pour finir, les démons me pressent de me livrer au rite qui fera définitivement de moi l'une des leurs - à supposer bien entendu que je survive assez longtemps, puisqu'une créature surpuissante semble décidée à me liquider. Autre chose ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 180 lecteurs

Extrait

— Alors, qui est-ce que tu vas épouser ? demanda-t-elle à la place.

— Meg... Tu ne retiens vraiment pas tes coups, hein ?

— Moi ? Tu parles de moi ? Ce n'est pas moi qui t'ai menti tout ce temps. Ce n'est pas moi qui ai comploté derrière ton dos en te faisant croire que...

— Mais non ! Tu crois sincèrement que c'est ce que je veux ?

La frustration et la douleur dans sa voix paraissaient sincères, mais Megan n'arrivait pas à y croire, elle ne pouvait pas le regarder dans les yeux.

— Et pourquoi pas ? Tu... Oh, c'est ça, j'ai compris ! Je suis censée être ta maîtresse ! Ou est-ce que je n'ai même pas droit à ce privilège ?

Un long silence. Elle lui jeta un coup d'œil en coin, le plus rapidement possible pour ne pas qu'il s'en aperçoive. Du moins essaya-t-elle. Sa tête ne semblait pas vouloir lui obéir. Ni aucune partie de son corps. Elle serra son verre le plus fort possible lorsqu'elle le porta à ses lèvres. Elle ne sentait pas le froid contre ses doigts.

Au bout d'un moment, il reprit la parole.

— Quand aurais-je pu t'en parler ? Au tout début, quand aucun d'entre nous ne savait où notre histoire allait nous mener ? Tu venais d'être attaquée et trahie par des démons. Tu t'étais à peine liée aux Yezer. Tu crois que ça aurait été le bon moment pour t'annoncer que si tu voulais m'épouser, il faudrait que tu deviennes l'une d'entre eux ? En supposant, bien sûr, que j'obtienne une position où ce serait nécessaire ?

— Tu as eu des tonnes d'occasions depuis, riposta-t-elle.

Se disputer avec un démon n'était jamais une bonne chose. Avec un avocat non plus. Alors avec un démon avocat... c'était rageant.

— Oh oui, bien sûr. J'aurais pu le mentionner lorsque Roc t'a parlé du rituel et que tu lui as dit aussitôt que tu ne voulais pas le faire. Ou n'importe quand depuis, alors que tu ne veux absolument pas t'y soumettre. Qu'est-ce que j'aurais dû faire, à la fin ?

— Tu aurais dû me le dire. Tu aurais dû me faire savoir que...

— Meg, chérie, hier soir, tu as refusé la possibilité de te soumettre au rituel même pour sauver ta propre vie. J'ai eu tort de considérer qu'être avec moi était moins important que ça ?

Merde. Ça se tenait.

— Tu ne crois pas que j'avais le droit d'avoir toutes les cartes en main ? De connaître toutes les raisons pour lesquelles je devais m'y soumettre, tout ce que ça impliquait ?

Il fit un pas dans sa direction, avant de s'arrêter, face à son regard courroucé. Il avait le visage blême, légèrement crispé. Il avait l'air épuisé. Elle dut se faire violence pour ne pas se lever et le prendre dans ses bras. Même au milieu d'une telle conversation, son instinct la trahissait. Peu importait qu'elle soit en colère ou blessée (et les deux émotions bouillaient à l'intérieur de son ventre comme un bol d'acide plein de clous), elle l'aimait quand même.

Il s'appuya contre le mur, un verre de whisky rempli à ras bord à la main. Pendant qu'elle l'observait, il en but la moitié d'un trait.

— Et si je l'avais fait ?

— Quoi ?

— Et si je te l'avais dit ?

Sa voix résonnait d'une façon étrange à ses oreilles. Soit elle commençait à être soûle (elle se rendit compte que son deuxième verre était déjà à moitié vide), soit il parlait doucement, d'une façon éteinte qu'elle ne lui connaissait pas.

— Si j'avais pris le temps de t'en parler, je ne sais pas... Il y a trois ou six mois, ou quand tu as appris l'existence du rituel pour la première fois... et qu'on en avait discuté. Comment est-ce que tu aurais réagi ?

— Je ne sais pas. Ce n'est pas le problème. Le problème, c'est que...

— Tu as tort. Tout le problème est là. À quel moment étais-je censé mettre cette pression sur toi ? Sur nous ? Est-ce que ça t'aurait plu ? Un gars que tu connais seulement depuis quelques mois qui te demande de changer ta vie du tout au tout si tu veux continuer avec lui ? Que se serait-il passé si tu ne l'avais pas supporté et que tu m'aies quitté ? Que se serait-il passé si tu avais accepté ?

Elle avait la bouche sèche, comme si elle avait bu des balles de coton à la place du gin.

— Si je comprends bien, tu ne veux même pas que je le fasse. (Elle se leva.) Tu... Va te faire foutre, Greyson. Je m'en v...

— Assieds-toi.

— Ne me dis pas ce que...

— Assieds-toi. (Une pause.) S'il te plaît.

Ce n'était pas la demande la plus élégante du monde, mais il disait seulement « s'il te plaît » quand il était sérieux. Quand il voulait vraiment quelque ch... Non. Il ne fallait pas qu'elle pensé de cette façon.

Toutefois, elle se rassit.

— Quoi ?

— Que se serait-il passé si tu l'avais fait pour moi ? demanda-t-il, comme s'il n'y avait eu aucune interruption. Que se serait-il passé si j'avais trouvé le moment idéal pour en parler, pas trop tôt ni trop tard, et si tu avais compris pourquoi j'avais attendu pour le faire, puisque plus le temps passait et plus il devenait évident que c'était déjà trop tard ? Que se serait-il passé si tout s'était déroulé à merveille, que tu aies accepté et que tu l'aies regretté après coup ? Tu m'en aurais voulu ? Ça te plairait de vivre le reste de ton existence à me haïr pour toutes les choses que tu as dû abandonner ?

— Ce n'est pas juste, répondit-elle. (Toutefois, sa voix avait perdu de sa force. Il n'avait pas tort. Ses arguments à elle restaient fondés, mais elle devait reconnaître qu'il marquait un point.) Tu ne m'as pas laissé le choix.

— La vie n'est pas juste, chérie. Ça peut paraître cliché, mais, malheureusement, c'est la vérité. Ça n'aurait pas été très honnête de ma part de te demander de tout abandonner alors qu'on ne savait pas encore si ça allait marcher entre nous. Surtout que tu avais l'air de ne pas vouloir précipiter les choses. Et après, ton refus de te soumettre au rituel était si catégorique que ça aurait été encore moins honnête de ma part de te demander de tout quitter. Autant être clair une bonne fois pour toutes. Quand je dis « tout abandonner », c'est absolument tout. Tu ne pourrais pas continuer de travailler, du moins pas de la façon dont tu le fais actuellement. Plus d'émission radio, en tout cas. Ça te rend trop vulnérable. Et oui, il faudrait qu'on ait des enfants le plus rapidement possible. Tu ne m'as jamais dit que tu en voulais.

Évidemment qu'elle en voulait ! Mais à quelle occasion aurait-elle pu aborder le sujet ? À quel moment d'une relation pouvait-on parler d'enfants sans avoir l'air d'une femelle prête à tout pour se reproduire, avec une horloge biologique en plomb accrochée à la cheville ? Surtout qu'elle était persuadée qu'ils ne pourraient jamais en avoir de manière naturelle. Tout comme ils... Bref. Elle commençait à comprendre où il voulait en venir.

Mais, pour le reste... Oui, elle l'aimait. Elle voulait rester à ses côtés. L'épouser. Ce n'était pas surprenant. Mais à quel prix ? Quitter son travail ? Son émission radio ?

— Qu'est-ce que tu veux dire par « tu ne pourrais pas continuer à travailler » ? Comment est-ce que ça pourrait me rendre vulnérable ?

— Je t'en prie, Meg. Je te rappelle que quelqu'un essaie de te tuer.

— Mais ça n'a rien...

— Non, c'est vrai. On ne connaît ni l'identité du coupable ni ses raisons. Ça pourrait être ta faute. Ou la mienne. Mais dans le futur, ce sera à cause de moi. Tu n'es pas idiote. Tu sais que certaines de mes affaires ne sont pas légales et que les désaccords qui en découlent ne se résolvent pas par une simple réunion de courtoisie. Parfois, les problèmes doivent être éliminés. Parfois, il faut donner des avertissements. Alors, te laisser faire un métier où tu te retrouves seule avec des inconnus et qui te met sur le devant de la scène ? C'est déjà embêtant aujourd'hui, mais si on se marie, ce sera tout bonnement impossible.

Son verre était vide. Pourtant, elle n'avait pas l'impression d'en avoir bu une goutte.

— Pourquoi est-ce que je devrais abandonner mon travail ? Pourquoi tu ne quitterais pas le tien ?

— Quoi ?

— Je suis sérieuse. Si c'est si dangereux que ça, pourquoi tu ne quittes pas ton boulot ? Pourquoi est-ce que c'est moi qui devrais tout perdre ? Si on discute vraiment de cette éventualité et qu'il ne s'agisse pas seulement de concepts abstraits, pourquoi est-ce que je devrais abandonner mon travail, mon humanité, mon identité, en somme, alors que toi, tu ne ferais aucune concession ? Putain, Greyson, tu ne serais même pas obligé d'arrêter de voir des filles. Tu pourrais avoir plusieurs maîtresses sous le coude...

— C'est vraiment ce que tu penses ? Tu me fais aussi peu confiance ?

— Ça n'a rien à voir avec la confiance. Je ne sais même pas ce que tu veux ! Pendant tout ce temps, tu ne m'en as jamais parlé. Tu ne m'as jamais dit ce que tu ressentais pour moi, ce que tu espérais de cette relation. Comment est-ce que je suis censée réfléchir à tout ça, si je ne sais pas ce que tu ressens ? Tu ne me l'as jamais dit !

— Quoi ? Tu ne sais pas ce que je... Merde : d'après toi, qu'est-ce qu'on fait depuis un an ? Est-ce que tu me connais un tant soit peu ? Tu crois vraiment que je n'ai fait que jouer avec toi ? Est-ce que tu te rends compte à quel point notre relation me rend vulnérable ? A quel point c'est dangereux pour moi...

— Oh, désolée d'être une gêne pour toi.

— Ce n'est pas ce que je veux dire et tu le sais très bien ! Ou peut-être que non, finalement. Je pensais que c'était le cas. Je pensais qu'on n'avait pas besoin de putains de mots pour se comprendre. Tu ne les as jamais prononcés non plus, je te signale... (Il haussa les épaules, les yeux rivés sur son verre vide, comme s'il n'en avait jamais vu.) Franchement, je pensais qu'on valait mieux que ça.

Merde. Il avait fallu qu'il balance ça. Cette fois, elle fut incapable de retenir ses larmes. Elles coulèrent le long de ses joues, plus vite qu'elle ne pouvait les sécher. Ils parlaient mariage et enfants, de tous ces sujets qu'elle avait espéré aborder un jour, tant c'était une évidence. Et il avait raison. Elle connaissait très bien ses sentiments. Les mots n'avaient aucune importance.

Pourtant, cette conversation n'avait rien à voir avec celle qu'elle s'était imaginée. Ça ne ressemblait pas à un nouveau départ. Plutôt à une fin.

Tout simplement parce que ça l'était. Elle ne pouvait pas continuer. Elle ne pouvait pas abandonner son humanité, son travail et son émission radio pour se transformer en femme au foyer cloîtrée chez elle. Il n'y avait rien de mal à être femme ou mère au foyer. Elle avait toujours pensé qu'elle arrêterait de travailler quelques années le jour où elle aurait un bébé et qu'elle s'arrangerait pour aller le chercher à l'école quand il serait plus grand. C'était l'un des avantages de son métier.

Toutefois, elle n'avait jamais voulu renoncer entièrement à sa carrière. Pas pour cinq ans, mais pour toujours. Elle avait toujours cru (parce que c'était censé se passer comme ça) que la décision lui appartenait et qu'ils en discuteraient ensemble. Ça ne devait pas être un ordre. Ni une condition. Mais un choix.

— Si tu m'aimais vraiment, réussit-elle finalement à répondre, tu voudrais quand même être avec moi. Tu trouverais un moyen. Mais ce que tu es en train de me dire, c'est que je dois tout abandonner, alors que toi, tu as tous les avantages. Tu ne dois pas renoncer à ta vie. Moi, oui. Tu ne dois pas arrêter de travailler. Moi, oui.

— Sois raisonnable, Meg. (S'il n'avait pas déjà été en mille morceaux, son regard suppliant lui aurait brisé le cœur.) Je gagne soixante-dix à quatre-vingts fois plus que toi. Tu ne serais pas obligée de travailler. Tu pourrais faire tout ce que tu veux de tes journées.

— Mais moi, je veux travailler !

Putain. Pour quelqu'un dont la vocation était de résoudre des conflits, elle ne faisait pas du bon boulot. C'était toujours plus facile de donner des conseils aux autres. Le chemin n'était pas aussi aisé quand on l'empruntait soi-même.

— J'ai travaillé dur pour arriver où j'en suis, Greyson. C'est important pour moi.

— Mon travail aussi. Et il est bien plus lucratif.

— Je n'ai pas obtenu un doctorat pour devenir une putain de concubine !

Il tressaillit.

— Ce n'est pas... Bon. Visiblement, tu as déjà ton avis sur la question. Je ne suis qu'une ordure qui veut se servir de toi et t'enfermer dans son sous-sol.

— C'est l'impression que ça me fait. (Elle avait la voix cassée. Sa gorge la faisait souffrir.) Tu ne comprends pas, Greyson ? Me demander d'abandonner mon métier, de renoncer à tout... Je ne crois pas en être capable.

Il se servit un autre verre et jeta un coup d'œil au sien. Quand elle hocha la tête, il lui en versa un autre. Il but cul sec avant de se resservir aussitôt.

— Il y a une autre solution, dit-il. Je n'arrive pas à croire que je t'en parle, mais si c'est ce que tu veux. Tu...

— Si tu suggères que je devienne ta maîtresse, je te frappe.

— Alors qu'est-ce que tu veux, à la fin, Meg ? Tu ne veux pas m'épouser à cause de tout ce que tu devrais abandonner. Tu ne veux pas que j'épouse quelqu'un d'autre parce que... Je ne sais pas pourquoi, d'ailleurs. Est-ce que...

— Tu ne sais pas pourquoi ? Tu n'as pas une petite idée de la raison pour laquelle je ne veux pas que tu épouses une autre femme ?

— Je t'en ai parlé hier. Ça n'a rien à voir. Un mariage arrangé est seulement...

— Un mariage arrangé... Oh. (Elle finit par comprendre. Elle ignorait pourquoi ça lui avait pris autant de temps.) C'est la fille de Win, c'est ça ? Leora. C'est la raison de sa présence.

Il soupira.

— Oui. Win veut que je l'épouse.

— Et qu'est-ce que tu lui as répondu ?

Elle attendit. Ce fut l'un des silences les plus longs et les plus pesants de son existence. Pendant un instant, elle se demanda de nouveau s'il s'agissait d'un horrible cauchemar et s'il ne parlait pas parce qu'elle allait bientôt se réveiller.

— Je lui ai dit que j'allais y réfléchir, lâcha-t-il au bout d'un moment.

— Tu lui as dit que tu allais y réfléchir ? Tu y réfléchis sérieusement ?

— J'ai seulement essayé de le faire patienter pour en parler avec toi, pour tout t'expliquer. Je voulais que tu m'accompagnes à Florence, tu te souviens ? J'ai pensé qu'on pourrait...

— Arrête. Je n'arrive pas à croire que tu m'aies fait une chose pareille. Maintenant, Win pense que tu veux faire de moi ta maîtresse ? Qui d'autre est au courant ? Tu as seulement pensé à l'image qu'on aurait de moi ?

— Et toi, tu te soucies de ce que pensent les gens parce que tu refuses de te soumettre à ce rituel pour moi ?

— Tu ne m'as jamais demandé de le faire pour toi !

— Très bien.

En un instant, il avait traversé la pièce et l'avait soulevée par les épaules. Au-dessus d'elle, ses yeux rouges étincelaient ; son corps semblait brûler comme une fournaise.

— Je te le demande maintenant, Meg. Tu veux bien le faire pour moi ? Soumets-toi au rituel pour rester à mes côtés. Arrête de travailler. Épouse-moi, putain.

Ses lèvres sur les siennes l'empêchèrent de formuler la moindre réponse.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

J'ai lu la trilogie d'une traite et j'en tire que le sire Dante est decidément l'homme le plus parfait que j'ai jamais rencontrer dans un livre. Il lui manque juste des ailes et l'occasion d'éclater un bon coup.

Conséquence, j'ai eu particulièrement envie de secouer l'héroïne un bon cou. C'est quelqu'un de bien que j'aime vraiment beaucoup. Mais j'ai presque eu envie de la cogner pour la réveiller.

Arg. Ça n'a pas tout le temps été le cas, mais je crois avoir eu plus envie de protéger le mec qui la fille. Le sire Dante a fait tellement d'effort et à tellement penser à tant de chose alors que Megan se contentait de... En bien vivre au jour le jour. Je suppose qu'après coup il doit être fier de lui, que ce soit parce qu'il a tenté de prendre vraiment en compte comme il le pouvait des sentiments de Meg, et de franchement avoir à peine déconné alors que tout, y compris sa nature, l'aurait poussé.

Petite déception en voyant qu'on a toujours pas d'ange gentil. Enfin j'abuse, je me souviens au moins de deux trois livres ou ils n'étaient pas si méchant dans l'ensemble.

Afficher en entier
Argent

Ce dernier tome clôt assez bien la trilogie je trouve.

On a une Megan qui fait face à ses problèmes - humains comme démoniaques - et qui assume ses décisions.

Nick, je l'ai adoré tout de suite (comme Roc) et j'ai été déçue de la manière dont elle s'est servie de lui, mais c'est sans doute un comportement très humain justement...

J'ai beaucoup apprécié également le fait que les Anges ne soient pas des créatures du bien, ça change de la vision habituelle des choses.

Un bon livre, et une bonne série. A lire pour passer un bon moment sans prise de tête.

Afficher en entier
Bronze

Si l'intrigue met un peu de temps à se mettre en place, ce troisième tome est tout de même pimenté par quelques rebondissements et des scènes tantôt drôles (la scène de l'exorcisme m'a plié en deux) tantôt chargées émotionnellement (Ah ! Greyson...). La dernière partie du roman nous offre quant à elle une magnifique scène de combat dans laquelle je me suis totalement immergée au point de pousser quelques gros soupirs de soulagement à certains passages.

J'ai vraiment apprécié les personnages dans ce dernier tome en particulier Nick et les trois frères, toutefois le comportement de Megan a fini par m'agacer au point d'avoir eu plusieurs fois envie de la secouer un bon coup pour lui remettre les idées en place.

Dans l'ensemble, j'ai apprécié ma lecture même si j'ai une petite préférence pour ce tome final, j'aurais aimé que l'auteure aille plus loin à la fois dans le développement de son univers qui est très créatif et dans celui de ses personnages qui mis à part l'héroïne ont été quelque peu survolés.

Quant à la conclusion, j'aurais préféré un vrai épilogue et une fin un peu moins simpliste, plus travaillée mais la trilogie reste quand même sympathique et elle se lit facilement et rapidement donc j'invite les éventuels lecteurs à ne pas hésiter à se faire leur propre avis !

Afficher en entier
Argent

Déçu par ce dernier tome, l'histoire aurait pu être conclu en même pas 100 pages au lieu de traîner ainsi en longueur. Et le concept de "toi femme tu restes à la maison, homme ramener argent", était assez agaçant malgré le compromis final.

Afficher en entier
Or

Un superbe dernier tome j’ai vraiment bien aimé cette histoire qui nous plonge dans le monde des démons. Vraiment génial.

Afficher en entier

Ce n'est pas tant le fait que j'ai aimé l'histoire de Megan Chase qui m'a fait finir cette série mais plus le fait que c'était une histoire très simple à lire qui faisait passer le temps pendant mes vacances... Je dois l'avouer, c'était une bonne histoire, assez original puisque d'habitude les démons et le mâââl ne sont jamais vraiment bien montré (alors qu'ici ils étaient drôles, malhonnêtes et tout le bazar, ce qui m'a quand même assez plus) et l'écriture n'était pas trop mal ; mais ce qui m'a vraiment gênée et qui m'a fortement saoulée quand je lisais c'était les événements et actions qui se déroulaient : Megan doit vraiment avoir une poisse monstrueuse pour qu'à chaque tome quelqu'un de malveillant veuille la tuer. Sérieux, j'en avais maaaaarre : et y'en a un qui croit qu'elle veut tuer toute une sous-race de démons pour qu'ils deviennent ces petits protégés, et y'en a une autre qui veut la tuer pour prendre sa place alors qu'être la gretneg des démons intimes c'est un peu d'la merde comparé au autre meegra, Spoiler(cliquez pour révéler)puis y'a un ange qui apparait comme ça d'un coup pour la tuer elle précisément parce qu'elle a des forces psychiques, ce qui veut dire qu'elle est une menace pour lui... honnêtement, c'est tiré par les cheveux. Ah aussi : c'est quoi son problème à tomber dans les pommes toutes les deux secondes, puis une force intérieure soudaine lui donne le courage nécessaire pour combattre à la toute dernière minute les méchants ?

Je ne recommanderais pas ce livre, mais je ne le dé-recommanderais pas non plus : ça fait passer le temps quoi, mais c'est pas du tout un de mes livres préférés

Afficher en entier
Diamant

Ouf !!! Enfin fini. J'ai bien cru que je n'arriverais jamais à la dernière page du livres. Ce fut un vrai labeur que de lire. Oh je ne dis pas que l'histoire n'est pas super, mais comprenez moi bien, quand le soit disant personnage principale n'a quasiment aucun attrait, soyez en sure que c'est toute la lecture qui en prend un coup. Mais bon, l'importance, c'est que c'est passé, et que désormais, je pourrais passer à autre chose de plus chaud. Bref, allons à la découverte de la caverne d'Ali baba.

Et pour commencer ma chronique, commençons par le synopsis du tome final. Maintenant que tout est enfin rentré dans l'ordre avec sa famille démoniaque, les choses ont commencé à se gâter pour Megan. Tout d'abord, le FBI manifeste un intérêt un peu trop prononcé pour les affaires de Greyson. Ensuite un révérend prétend pratiquer des exorcismes plus efficaces que ses séances de thérapie. Et comme l'on dit jamais deux sans trois, pour clôturer sa liste de malheur, les démons pressent Megan de se livrer au rite qui fera définitivement d'elle l'une des leurs - à supposer bien entendu qu'elle survive assez longtemps, puisqu'une créature surpuissante semble décidée à la liquider. Autre chose ? Comme quoi, lorsqu'on est une gentille fille, la vie peut parfois prendre une drôle de tournure et devenir tellement mouvementée que parfois on a l'impression qu'un cyclone s'abat sur sa tête.

Du coté des personnages, il n'y a pas grand chose à dire.

Megan, gentille fifille, psychologue, humaine et pourtant possédant une famille démoniaque dont elle est leader. A coté de cela amoureuse transit d'un des plus beau mâle démon lui aussi leader de sa propre famille. Bref, la joie. Mais ce qui me gène, c'est que cette Megan, n'a aucun caractère, toujours peureuse, et surtout trop humaine. Bon en ce qui concerne ce dernier point, ce n'est pas méchant, mais trop, c'est trop. Elle n'a eu de cesse de m'agacer. Sans compter son baratin à deux balles de psi, ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Je n'ai, pour la première fois en ma longe vie de livrophage, pris de plaisir à lire un livre. Et tout cela à cause de qui ????? MEGAN.

Greyson est sans conteste le personnage qui possède plus de charisme. Et encore, j'ai eu l'impression qu'il était là uniquement pour réhausser un peu toute cette histoire. Je m'explique, beau, sexy, riche, puissant, macho, bref le mâle ténébreux qui hanterais toutes nos nuits. Je ne dis pas qu'il ne possède pas de caractère, mais bon voilà, après trois tomes soûlant, et que j'ai suivit uniquement pour ses beaux yeux, il faut bien me comprendre.

Ensuite avant de conclure cette chronique, allons droit au but avec la plume de l'auteur, la romance entre les personnages et bien évidement l'intrigue du dernier opus.

Alors pour commencer, la plume de l'auteur. Je n'ai qu'une chose à dire, c'est du gâchis. On a une très belle histoire, des personnages qui ne demandent qu'à être plus intense, plus intéressant surtout Megan, et au final, … rien, nada. C'est frustrant. D'autant que l'univers est super et le monde des démons est super bien mis en place, mais voilà, je ne suis pas senti grimper aux rideaux. En plus pour ne rien arranger, le tome est noire, de chez noire. Et à mes yeux, si vous voulez mon avis, ce n'est pas seulement dut au fait de l’histoire, la plume y est vraiment pour quelque chose. Je n'ai pas cesser de déposer mon livre à tout bout de champs, sans compter que la plus part du temps je m'endormais avec la psychologie. Zut de chez zut. Ce n'est pas mon style et cela m'énerve.

Ensuite la romance entre les personnages. Croyez vous que cela vole haut, et bien non. Complicité entre les partenaires, nul. Mâle macho, bof. Femelle hystérique et jalouse, nada. C'est le calme plat. Mais où donc est ma bit-lit ??? Je me pose encore des questions pour tout vous dire. Par contre c'est un vrai petit coin de paradis, Megan coule des jours heureux avec Greyson qui la couvre d'attentions et de cadeaux. Un quotidien qui est plus que routinier. Pas là joie. On est loin du compte de la saga Le clan des nocturnes ou encore de Charley Davidson, Mercy Thompson, etc, etc.

L'intrigue, quand à elles, car effectivement il y en a plusieurs, va un peu trop dans tous les sens. Bon sang, on est aux troisième et dernier tome, et pourtant c'est comme si je lisais un brouillon. Mais bon. Ou moins, j'ai eu ce que je voulais, Megan devient démon à part entière, la joie, hip, hip hip hourra. Le livre est fini, fin de lecture, enfin le repos.

En conclusion, j'ai rarement été aussi déçue et en colère après un roman. Alors effectivement cela se sent dans ma chronique. Mais on ne eut pas tomber à chaque couverture sur un petit bijoux de littérature. C'est un vrai dommage quand on sait qu'il a tout pour plaire, une bonne histoire, une nouvelle approche des démons, des personnages qui pourraient être plus qu'accrocheurs, alors pourquoi un tel flop. Car oui Megan Chase est un vrai flop. Pas d'émotions fortes, trop d'étalage de la richesse, une héroïne trop bébé, bref pas d'accrochage pour moi. Le pauvre Greyson, il m'a fait tellement pitié avec cette greluche. Enfin c'est fini, le calvaire est loin, alors à la prochaine pour une prochaine chronique.

Plus de chronique sur http://le-petit-univers-litteraire-de-miss-vampiress44.e-monsite.com/pages/anges-et-demons/megan-chase/megan-chase-tome-3.html#YQoKxLju7wV1G3aP.99

Afficher en entier
Lu aussi

Bonne série qui je pense fait bien de se finir sur une trilogie un 4eme tome aurait été de trop sa se lit vite et c est assez plaisant.

Le personnage de Megan m agasse un peu sur certain point mais reste attachant sur d autres.

Afficher en entier
Argent

pour moi ce dernier tome est le meilleur de la trilogie, un seul regret une fin un peu trop rapide.

Afficher en entier
Or

J'ai lu les 3 tomes d'une traite *o* ahah j'étais tellement dans l'action et dans un autre monde que je devais finir les 3 tomes c'était obligatoire x) maintenant je regrette un peu parce que je veuuuuux la suite :'( ahaha mais je vais être patiente et attendre ... ^^ super tome, super saga, super personnages en gros c'est SUPER quoi :D ^^

Afficher en entier

Dates de sortie

Megan Chase, Tome 3 : Démons obsédants

  • France : 2014-07-09 - Poche (Français)
  • Canada : 2014-08-12 - Poche (Français)
  • USA : 2010-02-24 (English)

Activité récente

NonaMed l'ajoute dans sa biblio or
2019-03-20T14:26:11+01:00
juju18 l'ajoute dans sa biblio or
2019-01-25T14:59:27+01:00
Azreth l'ajoute dans sa biblio or
2019-01-06T19:08:36+01:00
Widyane l'ajoute dans sa biblio or
2018-11-28T10:00:49+01:00

Titres alternatifs

  • Megan Chase, Book 3 : Demon Possessed - Anglais

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 180
Commentaires 22
Extraits 10
Evaluations 46
Note globale 7.87 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode