Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Meilii : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Pierre et Jean Pierre et Jean
Guy De Maupassant   
Pierre est l'aîné des deux frères, la trentaine, brun, intelligent, d'humeur versatile, nerveux, rancunier. Jean a cinq ans de moins, il est blond, barbu, tolérant, gentil et conciliant. Le premier a été reçu docteur, le second est licencié en droit. Les deux se retrouvent au Havre, chez leurs parents, pour passer quelques jours agréables en compagnie d'un père, ancien bijoutier passionné de pêche et de navigation, et d'une mère qui a toujours cherché à apaiser leurs petites rivalités.
Mais les choses prennent une autre tournure lorsque Maître Lecanu, notaire de son état, vient annoncer que Jean a été choisi comme légataire universel, suite au décès d'un ancien ami de la famille.

Avec "Pierre et Jean", Maupassant romancier, nous livre une oeuvre réaliste, une vision méditée et réfléchie basée sur l'observation de faits, d'événements ancrés dans la réalité. Ce roman est précédé d'une Préface dans laquelle l'auteur donne sa conception de la vérité romanesque, puis Maupassant raconte la vie d'une famille de la petite bourgeoisie de province. La tension du récit progresse, lequel gagne en force et réalisme. La peinture détaillée des caractères et des sentiments rend compte de l'art d'écrire de Maupassant qui réussit à nous faire toucher du doigt les difficultés et les souffrances qu'engendre une relation où injustice et secret familial sont le point de départ.
Une oeuvre intemporelle et indémodable.

par SuperNova
La Controverse de Valladolid La Controverse de Valladolid
Jean-Claude Carrière   
Un très bon livre sur la conquête du Nouveau Monde et les abus commises par les Espagnols. Une "dispute" et débat qu'on apprécie au fil des pages.
Lorenzaccio Lorenzaccio
Alfred De Musset   
Lorenzo est l'un des personnages de théâtre que j'ai trouvé le plus passionnant. Complexe, il est la contradiction incarné.
Il a des goût à la fois pour la justice et pour le Mal.
Il combat la perversion des apparences mais y participe ...
Au fil de la pièce, il devient un masque de lui-même avant de disparaître pour de bon.

par dadotiste
Thérèse Raquin Thérèse Raquin
Émile Zola   
Un des plus beau Zola selon moi,( on assiste ici aux limites du naturalisme ). En effet, pourquoi regretter un crime qui fut longtemps et murement réfléchi ? Un crime justifié ? Barbey d'Aurevilly lui reprochera cela, en effet , pour lui Zola n'a pas poussé le vice assez loin , il n'a pas appliqué à la lettre les dogmes du naturalisme . Bref, une oeuvre délicieuse, rythmée flirtant parfois avec l'inexplicable .

par Sadess
Les Sorcières de Salem Les Sorcières de Salem
Arthur Miller   
Je l'ai lu dans le cadre de mon TPE, en classe de première L ! Et je l'ai adoré, c'est une histoire captivante :)

par kay47
Esther Esther
Jean Racine   
J'avoue qu'après les électrochocs de Bérénice, Britannicus, Iphigénie ou Phèdre, Esther m'a déçue. Cette pièce était la première de l'auteur dont j'avais entendu parler - à mes neuf ans, en lisant Les Colombes du Roi Soleil - et j'en attendais pour ainsi dire beaucoup. Si certains personnages sont tout de même beaux - je parle d'Aman, d'Esther, d'Assuérus et de Mardochée, le trait est forcé et les choeurs alourdissent la pièce.
Pour les israélites, bien qu'elles soient évidemment introduites sur demande de la marquise de Maintenon, elle n'ajoutent à mon goût qu'une touche très niaise et lourde. Si certaines tirades ont une belle valeur, on sent que tout est forcé par la commande et les jeunes filles destinées à jouer la pièce.

par Najea
Le Docteur Pascal Le Docteur Pascal
Émile Zola   
Ceci est le dernier tome de la saga des Rougon-Macquart, et ma lecture achève donc mon défi fixé il y a presque 3 ans de lire l'ensemble des 20 tomes que compte la série. Je vais donc faire ici un commentaire qui récapitule à la fois mon avis sur le livre mais aussi sur la saga.
Mon roman préféré fut d'abord Une page d'amour, puis La Joie de Vivre, qui vient d'être détrôné par le Docteur Pascal. Tous ont en commun cette douceur, cette profusion de sentiments, avec une description telle que l'émotion nous prend à la gorge. C'est un exploit, je trouve, pour un livre écrit par un auteur dont il ne reste aujourd'hui que de la poussière. Cinquante nuances de Grey pourra-t-il en dire autant dans 100 ans!
C'est un roman très personnel, et l'émotion, encore une fois, nous prend avant même qu'i ne commence, quand Zola le dédie à sa femme et à sa mère, alors qu'il n'en avait dédicacé aucun. 10 ans avant sa mort, c'est donc la fin de sa saga qu'il clôture, mais aussi l'oeuvre de sa vie, et l'on sent tout cet aboutissement dans ces simples mots.
C'est une histoire d'amour qui aujourd'hui serait traînée devant les tribunaux, salie par la morale et la bien-pensance, et l'on peut aisément comprendre pourquoi car Pascal et Clotilde ont un lien de nièce et d'oncle. Et pourtant, on l'oublie. On oublie qu'il est vieux, qu'elle est jeune, qu'ils sont parents, qu'il la élevée. On frémit avec lui, à tous les instants de cette histoire d'amour qui a mon sens vaut toutes les histoires tragiques jouées au théâtre.
Et enfin, quel admiration devant cet homme! Pour l'instant étudiante en médecine, j'en sais bien peu sur cette discipline; et pourtant il parle de théories, de choses, que j'ai déjà pu voir en cours et étudier. Cela nous montre encore une fois que Zola est un formidable journaliste, à la recherche de l'exactitude.
C'est le seul membre des Rougon-Macquart à paraître sain d'esprit. Il en disait même que c'était pour cela qu'il ne se sentait pas membre de la famille. Et pourtant, ses tares se rattrapent sur la fin, tout comme pour Hélène Mouret et Pauline Quenu.
[spoiler]A la fin de cette saga, nous sommes dans le même état d'esprit que Rougon qui quelques minutes avant sa mort, complète l'arbre de la famille.[/spoiler]Il y a comme un sentiment de fin, d'accomplissement, et pourtant, de suite, avec tous les personnages que nous avons abandonné dans les tomes précédents, et qui meurent, ou vivent, se marient, ont des enfants, le tout sous l’œil expert du Docteur Pascal qui jusqu'au bout restera homme de science.
Le message de ce livre, et encore une fois, je pense que la mort de l'auteur 10 ans plus tard, et donc l'écriture de ce roman a la fin de sa vie, ce dont il avait peut être conscience tout de même, c'est que la vie continue, quoiqu'il se passe, qu'on le veuille ou non et qu'elle est plus forte que tout, l'amour, la mort, l'hérédité, les tares, les guerres, les triomphes, défaites et grandeurs passées.
Merci Zola, de nous rendre, encore aujourd'hui, par delà la tombe et les siècles, par delà les époques, les moeurs, plus intelligents, plus ouverts d'esprit!

par Amelie116