Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Melanie-35 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Le Signal Le Signal
Maxime Chattam   
Avis complet : http://vibrationlitteraire.com/le-signal-de-maxime-chattam/

À la croisée entre Stranger Things et la sixième saison d’American Horror story…

Nous découvrons dans ce roman la famille Spencer alors qu’elle s’installe dans une nouvelle maison dans une petite ville bien sur isolée de tout. Bientôt des événements étranges y surviennent et de nombreuses morts mystérieuses s’accumulent…

Je dois avouer que je m’attendais à mieux. J’ai tout de même bien aimé ce roman dans sa globalité, mais le début a été quelque peu laborieux… En effet, on se retrouve face à des créatures très cliché issues de films d’horreur bien connus… Je n’en regarde que très peu, ayant toujours peur d’avoir peur, et pourtant, celles-là, je les connaissais !

Niveau personnages, je les ai globalement trouvé quelque peu creux ou issus d’une vision idéaliste. Le couple parental est parfait en tous points, aucune dispute, aucun éclat de voix. Le père, Tom est trop effacé, et sa femme Olivia est décrite depuis le début comme une louve et on dirait qu’elle ne détient que cet unique rôle jusqu’au bout… Le groupe d’adolescents de l’histoire est cependant bien développé. De véritables personnalités s’en dégagent et c’était très agréable de les suivre dans cette aventure… Cela ne va pas sans rappeler Stranger Things bien évidemment !
Il est dit dans les remerciements que la famille exposée ressemble à sa famille… Peut-être était-il trop difficile de s’écarter de cette idée et encore plus compliqué de s’auto-analyser pour faire un personnage paternel plus profond ?

Le thème de base est déjà vu et revu. Une famille dans une nouvelle maison dans un lieu isolé… on a vu plus original. C’est d’ailleurs typiquement la sixième saison d’American Horror Story ! On en est d’ailleurs pas bien loin car on retrouve ici aussi une notion d’anciens colons…

J’ai aimé le parallèle avec Salem réalisé car la ville se trouve étrangement juste à côté…

Niveau ambiance, je dirai qu’on ressent un certain suspense, oui, mais absolument pas de peur comme le laissait espérer le résumé. La menace est difficile à imaginer, même après les révélations, elle n’est pas palpable et du coup, je n’ai ressenti aucune réelle menace reproductible dans la réalité, malgré certains efforts réalisés par l’auteur… Les situations étaient souvent bien plus gores qu’autre chose et je ressentais donc bien plus de dégoût que de terreur…

Cependant, une fois la première partie passée (soit environ 300 pages…), je dois dire que j’ai été bien plus happée par l’histoire, convaincue par le dénouement et les révélations et j’ai franchement bien aimé la fin de cet ouvrage. Cette dernière était loin d’être bâclée ou trop simple ! J’ai donc ressenti un fort pouvoir addictif dans la seconde moitié du roman… même si j’ai été profondément agacée par une mort animale atroce et vraiment cruelle alors qu’elle me semblait totalement inutile. Elle n’a servi à rien dans l’histoire, les personnages ne réagissent pas davantage qu’avant, rien ne change. Je déteste vraiment les morts animales, mais je les comprends lorsqu’elles servent le récit. Ça n’est malheureusement pas le cas ici.

Enfin, je terminerai sur le fait qu’il s’agissait de mon premier roman de l’auteur et j’ose espérer être bien plus transportée par ses précédents ouvrages…

Le signal est heureusement composé d’un dénouement qui m’a vraiment convaincu. Je n’ai par contre pas du tout eu peur et je me suis surtout retrouvée plus dégoûtée par une accumulation de scènes gores, que terrifiée par l’ambiance… Je n’ai malheureusement pas ressenti les frissons tant espérés en cette semaine d’Halloween…

par Mayumi
Les Gangs de Boston, Tome 1 : Le Corbeau Les Gangs de Boston, Tome 1 : Le Corbeau
A. Zavarelli   
C'est la couverture qui m'a fait craquée car concrètement le résumé m'attirait pas tant que ça... même si le côté mafia irlandaise a finit par me faire céder. On a tous les clichés de la romance et les scènes de cul habituelles, mais aussi étrange que cela puisse paraître, j'ai tourné les pages avec plaisir.

J'ai aimé les pensées de Mackenzie ou de Lachlan. Si le côté homme des cavernes ne vous déplait pas trop pendant qu'ils baisent, franchement la romance tient bien la route. Il y a suffisamment de moments d'introspections, d'action et de scènes de cul. Bon j'ai fini par les survoler parce qu'on a compris que le mec avait les bourses pleines, que la vierge de 22 ans était super douée dés le départ et fait la totale sans problème. Tu les sens les clichés de la romance qui me plaisent ? Mais sinon vraiment, j'ai aimé ma lecture.

On alterne avec leur deux points de vue, entre action et mise en place de l'univers de la mafia, des règlements de comptes, des vengeances passées et autres manipulations politique. Je pense que ce qui m'a fait continuer, c'est le talent de Mack pour la boxe et ce démarrage a donné le ton, et cette ambiance sombre qui m'a convaincue. J'ai accepté d'entrer dans cet univers cabossé, où les personnages sont écorchés et qu'ils ont peur d'espérer et vouloir autre chose que cette vie.

Les autres potentiels couples pour les prochains tomes sont posés discrètement, mais ça laisse ce petit truc qui fait que je reviendrais pour la suite. C'est une bonne série pour les lecteurs.ices qui souhaitent de vrais gangsters dans la même veine que les romance dans le monde des bikers. Les codes sont les mêmes et en étant féministe, il faut savoir laisser de côté quelques principes de base pour apprécier l'histoire.

par LLyza
Kingdom, Tome 1 : King Kingdom, Tome 1 : King
T. M. Frazier   
Mais?? Je n’ai pas les mots pour décrire KING de manière délicate... Car ce n’est pas un livre délicat c’est vulgaire, sans queue ni tête, un « bad boy » avec des aspects douceureux pour faire passer les tueries, et les insultes. Qui justifie qu’une héroïne sans personnalité tombe amoureuse de lui. Le premier chapitre commence alors que KING a douze ans et déjà le roman n’a aucun sens, même dans des quartiers très pauvres et avec une mère comme la sienne, même en ayant grandi plus vite que la moyenne et en étant devenu mature à son insu, à douze ans personne ne s’exprime comme ça. Du sexe, des insultes, des révélations absurdes encore du sexe et des insultes c’est ce qui constitue le roman page après page. La seule chose qui m’a fait tenir jusqu’à la fin (et encore j’ai du lire en diagonale parce que honnêtement s’attacher à des personnages sans profondeurs comme cela c’est difficile) c’est l’histoire de Doe, là protagoniste principale, j’avais envie de comprendre qui elle était et pourquoi elle avait atterri là, mais même ça, c’est décevant. En ce qui concerne la fin, oui, bon petit sursaut pour ceux qui n’ont pas détesté vous aurez envie d’avoir le tome deux directement dans les mains, pour moi personnellement c’est la fin de KING.

par summeraws
Hell's Eight, Tome 3 : Plaisirs Interdits Hell's Eight, Tome 3 : Plaisirs Interdits
Sarah McCarty   
Comme prévu j'ai enchaîné aussitôt avec le tome 3 et j'avoue l'avoir moins apprécier que le tome 2.
[spoiler]J'ai eu du mal avec la personnalité si pacifiste de Sally Mae qui malgré tout à une part assez «  sombre » lorsqu'elle est dans les bras de Tucker et accepte certaine chose. ( Chapitre 9). Malgré son caractère et sa répartie, je n'ai pas retrouver la fougue de Bella qui m'avait charmé complètement. Sally est une jeune veuve qui exerce la médecine et sauve la vie des gentils comme des méchants au risque de sa vie notamment avec Lyle. Elle ne voit que par Dieu et l'éducation de quaker qu'elle a reçut ce qui m'a un peu agacé. Un monde sans violence n'existe malheureusement pas.

De l'autre côté nous avons Tucker, un indien faisait partie du Hell's Eight qui est lié a son passé mais aussi ce racisme qu'il subit à cause de ses origines. Il est attiré par l'interdit mais lorsqu'il se rend compte que son cœur c'est attaché à cette femme, il se refuse l'espoir tout en jouant avec le feu en restant auprès de cette femme qui arrive à l'amadouer mais surtout lui faire promettre de ne pas donner le premier coups. Pour elle, il accepte alors que cette part sombre fait partie de lui, qu'il est un Hell's Eight à la froide réputation.

Puis tout s’enchaîne très vite. Pas vraiment le temps de comprendre qu'elle se retrouve enceinte et qu'ils se marient. Petite note, le mariage est le passage le plus drôle du livre ( selon moi bien sûr) et cette journée vire vite au cauchemar avec la suite de la journée. Sally tue pour la première fois de sa vie et ses souvenirs lui reviennent... Entre l'annonce de la grossesse et la fin tout va trop vite a mon goût. Pas le temps d'apprécier qu'on arrive déjà à la fin où enfin Sally lui ouvre son cœur et lui dit je t'aime.

En parallèle, les garçons sont toujours à la recherche de Ari dont ils s'approchent un peu plus à chaque fois mais nous avons aussi le naissance de Jonah, le fils de Desi et Cain. Le vrai bonheur a été de retrouver Sam et Bella et petite note triste, nous ne savons pas ce qu'est devenu l'équipe de Montoya qui s'est opposée aux Comanches, ceux à la poursuite de Desi et Ari.

Sally vit dont au ranch Hell's Eight avec Tucker, j'aurais aimé que Bella et Sam y reste aussi. J'espère qu'ils ne seront pas mis de côté pour les prochains tomes avec le fait qu'eux ne soit pas avec les autres. Nous découvrons un peu plus les jumeaux Tracker et Shadow dont un que nous retrouvons dans le prochain tome si je ne me trompe pas. [/spoiler]

Pour conclure, un tome qui m'a moins transporté que les autres, certainement a cause du personnage de Sally bien trop pacifiste à mon gôut bien qu'elle soit malgré tout assez déterminé et qu'elle a de la répartie mais pas assez à côté de Bella. ( oui ce personnage est un vrai coup de cœur, surtout quand elle braque une arme sur Cain ! Qui aurait osé!). J'espère retrouver la petite étincelle du tome 1 et 2 dans le prochain tome que je vais enchaîné tout de suite.

par Vidia
Maron Noir, Tome 1 : Sous l'emprise du désir Maron Noir, Tome 1 : Sous l'emprise du désir
D.C. Odesza   
Si l'on veut résumer ce premier opus en trois mots se serait : du cul, du cul, du cul. Sans conteste, c'est un livre pour adultes.

Du cul, certes, mais du cul bien écrit, quoique les fautes de grammaires récurrentes fassent grincer les dents.

L'histoire est classique. Une pauvre fille devient escort pour payer ses études et les soins de sa sœur malade. Mais, à contrario des récits similaires, elle aime se qu'elle fait. En outre, c'est une dominatrice. Oserais-je dire enfin ! Certes, elles se trouve confrontée à 3 mâles dominants, ce qui pimente l'histoire. Mais ce qui est jouissif, si j'ose dire, c'est que tout en découvrant qu'il peut être agréable de céder le pouvoir à ses partenaires, elle ne le fait jamais de gaité de cœur et se débrouille pour leur rendre la monnaie de leur pièce, avec les intérêts.

Entre deux scènes de sexes, nous découvrons une histoire. Et même si celle-ci semble de prime abord assez convenue, les personnages n'en dévoilent pas moins leur complexité, et nous montrent ainsi qu'ils ne sont pas que des queues ou des vagins sur pattes.

Le style est plaisant, cru, mais jamais vulgaire. Le sexe rime avec plaisir et non avec tristesse, y compris dans les scènes hard où SM.

En définitive, on ne peut pas dire grand chose d'autre, sans avoir lu la suite. Je réserve donc mon avis pour l'instant.
La rencontre idéale (ou presque) La rencontre idéale (ou presque)
Angéla Morelli   
Après "L'homme idéal (ou presque)" sur Emilie, nous poursuivons les aventures des quatre amies parisiennes.

Cette fois, c'est Louise, la juriste perfectionniste qui enchaîne les aventures sexuelles sans jamais aller plus loin.
Elle a décidé de se mettre au vert et d'introspecter un peu sur sa vie qui ne tourne quasiment qu'autour du boulot. Nous découvrons une femme qui, sous ses dehors assurés, est en fait bourrée de fêlures.

J'ai trouvé cette suite en-dessous du tome précédent pour plusieurs raisons.
D'abord, les fêlures de Louise ne sont pas assez explorées. D'ailleurs, tous les personnages ne sont pas assez creusés et approfondis.
Ensuite, l'histoire d'amour débarque de nulle part et la conclusion arrive abruptement, sans que rien ne soit expliqué [spoiler](comment le couple va-t-il vivre son histoire par exemple, alors qu'ils habitent aussi loin l'un de l'autre et qu'ils n'ont pas du tout le même genre de vie ?).[/spoiler]
Enfin, je trouve qu'Arnaud est quand même assez odieux avec Louise pendant une bonne partie du roman et j'ai du mal à comprendre pourquoi elle se sent attirée par lui alors qu'il la traite avec passablement de mépris et de goujaterie.

Au final, cette suite a été une déception même si je me suis divertie. Et ça fait plaisir que pour une fois les couples aient plus de 35 ans (là 40 et 45 ans).
Manifestement, l'autrice a prévu les histoires de Clara et Maria (voire de Gisèle ?) et je les lirai avec plaisir, car j'aime bien l'écriture d'Angela Morelli.

par Vitany
Burning Dance, Tome 1 Burning Dance, Tome 1
C. S. Quill   
http://labibliodemaya.blogspot.fr/2017/06/burning-dance-de-cs-quill.html

J'écris ce commentaire à chaud, je viens de terminer ce roman et je suis encore sous le CHOC.

Je ne m'entendais pas à prendre une telle claque.

Je pensais au vu du résumé, lire une romance classique avec des personnages beaux gentils mais torturés, avec pour environnement sportif la danse.

C'est bien plus que ça, bien plus troublant...

On comprend d’emblée que les personnages principaux Sin et Jolan, ont un passé très douloureux. Le premier tome, est plus axé sur l'érotisme avec beaucoup de passage et dialogues assez crus. J'ai également beaucoup ri avec des échanges et dialogues très affutés. Ce tome installe les bases du roman, avec l'installation de Sin dans un collocation avec 4 garçons, tous différents : Jolan, Carlos, Brennan et Charly.

Sin est une jeune fille qui fuit le contact humain et se consacre uniquement à ses objectifs. Elle évite toutes relations et cherche à éviter qu'on la remarque. Pour cela elle va utiliser divers subterfuges, dont un assez farfelu qui donnera droit à des situations assez cocasses.

Jolan est un beau gosse, très queutard qui n'a aucun respect envers la gente féminine. On comprend aussi que cela est dû à l'environnement dans lequel il a malheureusement grandi. Il ne se sert des filles uniquement pour assouvir son besoin sexuel, et ne s'en cache pas.

Toute cette petite bande va apprendre à cohabiter et à s'apprivoiser. Mais voilà, certains ont un passé trop lourd et il est difficile de vouloir aider quelqu'un qui ne veut pas être aider.

Je ne veux pas trop rentrer dans les détails car vraiment je ne veux spoiler aucun renseignement, j'ai lu le bouquin après avoir lu uniquement le résumé, sans les avis.

Tout ce que je peux dire, c'est que cette histoire va me marquer très longtemps. Je ne me souviens pas de la dernière fois où je n'ai versé autant de larmes de plusieurs émotions mélangées en lisant un roman.

Le volume deux est tout simplement fantastique.

Cette auteur a un écriture bouleversante, elle arrive à faire passer des émotions à travers des mots, des figures de styles et des expressions qu'elle emploie toujours à bon escient.

Et quelle merveilleuse idée, elle a eu d'intégrer la narration à plusieurs personnages : celle des deux personnages principaux Sin et Jolan, et celles d'autres pour des flashbacks. Cela rajoute petit à petit des éléments pour nous faire monter l'adrénaline.

Vraiment ne passez pas à côté de ce bijou. L'humour, les émotions et le suspens vous tiendront jusqu'au bout sans que vous ne vous en rendiez pas compte.


Bonne lecture !!!




par jorie13
Red Room, Tome 1 : Tu apprendras la confiance Red Room, Tome 1 : Tu apprendras la confiance
Lynda Aicher   
J'avais mis ce livre en pause pendant plus de 7 mois et honnêtement maintenant que je l'ai fini je ne sais pas pourquoi je me suis arrêter.
Au début j'ai eu un peu de mal avec les personnages surtout avec leur âge (me demandait pas pourquoi) mais plus j'avancer dans le livre moins cela ma dérangeait et je me suis plus concentrer sur la romance érotique/ BDSM qui se construisait au fil des pages. Cette histoire change beaucoup de cinquante nuances ou de la série Crossfire car elle ne se passe pas du tout dans le même cadre que les autres (c'est les premiers que je lis qui se déroule dans un club). Une histoire qui ne m'a pas choqué du tout car les scènes de sexe ne sont pas trop choquante et le vocabulaire employés n'est pas grossier que ça.
Une histoire dans la globalité qui est appréciable et une fin qui se déroule sur un malentendu que on sent venir quand même de loin.
Les silences de Lucie Les silences de Lucie
Alice Pasina   
http://liliandtheworldofbooks.blogspot.be/2018/04/les-silences-de-lucie.html

Lucie a quatre enfants, un époux et elle travaille dans une école avec des enfants difficiles. On pense qu'elle a tout pour être heureuse, mais détrompez-vous. Lucie est une femme soumise et en prime elle est battue! Elle n'a aucune liberté sauf quand son mari est à l'extérieur. Une fois rentré, tout doit être prêt pour monsieur afin qu'elle ne subisse pas ses colères. Elle n'a plus de force pour supporter ses coups et elle fait tout pour le laisser tranquille pour ne pas l'affronter à nouveau.

On se dit, mais pourquoi elle ne part pas avec ses enfants se réfugier quelque part afin de l'éviter et de l'oublier. Je pense que c'est plus facile à dire qu'à faire. Elle va enfin se décider à prendre les armes et le plus étonnant qui soit, c'est le soutien de ses propres enfants prêts à la soutenir dans ce combat.

Cette histoire m'a complètement chamboulé! Il faut savoir que j'en ai lu des livres de ce genre et même vu des films qui concernent ce sujet et à chaque fois je suis tout retourné. Comment peut-on battre sa femme (ou son homme cela arrive aussi) sans remords comme si c'est normal. Lucie est une femme courageuse et prête à tout pour ses enfants même en subir les conséquences!

L'auteure aborde un sujet sensible et on ressent parfois qu'elle est hésitante, mais on ne peut l'en vouloir. Ce n'est pas un sujet facile à écrire et pour un premier livre je lui dis quand même bravo.

Pour conclure, une histoire touchante, prenante et surtout qui mène à se poser quelques questions.

par Lili1989
Ad Vitam Aeternam, tome 1 : Le goût de l'interdit Ad Vitam Aeternam, tome 1 : Le goût de l'interdit
Farah Anah   
https://followthereader2016.wordpress.com/2017/07/08/ad-vitam-aeternam-tome-1-le-gout-de-linterdit-farah-anah/

Chanelle – ou Chan – est fiancée à Thomas depuis quatre (longues) années. Cela fait neuf ans qu’ils sont ensemble mais elle n’a toujours pas envie de se faire passer la corde au cou… quelque chose la retient. Lorsqu’elle va croiser la route de Noah, un boxeur qui a arrêté une carrière florissante outre-Atlantique à cause de problèmes familiaux qui l’ont poussé à rentrer en Belgique, elle va réaliser ce qui manque dans sa relation : la passion.

Tgomas est un maniaque du contrôle : de son environnement mais aussi, et surtout, de sa future femme. Tout est surveillé : ce qu’elle ingère, son apparence (il l’a pousse même à se colorer les cheveux et à porter des lentilles afin qu’elle colle parfaitement à son idéal féminin), ses fréquentations … De notre point de vue de lecteur, nous trouvons leur relation déstabilisante voire malsaine car Chan est loin d’être heureuse bien qu’elle essaie de s’en persuader. J’ai cependant eu beaucoup de mal à la plaindre et à m’attacher à elle car elle se trouve toujours des excuses pour rester avec lui. J’ai eu plusieurs fois envie de la secouer pour lui ouvrir les yeux (ce que tentent de faire ses amis…). A un moment, Chan nous met le doute : quelque chose semble la retenir avec Thomas, mais nous n’en savons pas plus et c’est dommage car ce n’est qu’effleuré dans ce tome et cela aurait pu être développé afin de nous y intéresser.

Lorsque son futur mari va s’absenter, tout va basculer et Chan va craquer face à Noah. Encore une fois, je n’ai pas aimé le comportement de la jeune femme qui s’enfonce dans les mensonges face à son fiancé et ses amis. Le roman est un peu long car l’histoire met du temps à avancer et que nous aimerions en apprendre un peu plus mais que rien n’arrive !

Entre triangle amoureux, mensonges et trahisons, Chan n’est pas épargnée. Elle se retrouve empêtrée dans les ennuis jusqu’au cou, l’histoire s’emballe jusqu’à un final improbable qui va additionner de la manipulation et nous laisser ébahis ! Le tome se finit sur cela et nous donne envie de connaître la suite : une promesse de sacré péripéties nous est proposé pour le tome 2. L’histoire est prenante et ravira celles qui sont friandes de ces jeux de manipulations, entre passion et questionnements.

Pour ma part, je n’ai pas totalement adhéré au roman car, malgré une écriture fluide, addictive et agréable à lire, je suis restée hermétique aux personnages. Chanelle est loin des héroïnes que j’apprécie, elle est incapable de prendre elle-même les décisions et se laisse porter par des désirs qui ne peuvent que faire souffrir ses proches. Elle semble totalement droguée à son boxeur, sans aucune volonté (surtout à la fin… à vous de découvrir et de vous faire votre idée !). Noah n’a pas non plus une grande morale et un petit quelque chose m’a toujours dérangée chez lui, si bien que son caractère ne m’a pas vraiment fait craquer… même s’il nous semble bien plus fréquentable que Thomas, définitivement trop dérangé pour moi !
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3