Livres
524 431
Membres
542 715

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Melanie-361 : Mes envies

Mathilda Shade, Tome 1 : Muladhara Mathilda Shade, Tome 1 : Muladhara
Liz E. Myers   
?L'HISTOIRE?

Dans ce monde mêlant fantastique et urban fantaisie, les créatures magiques sont choses communes, il y a les êtres de magies pures et les hybrides. La différence entre ces deux races se fait par leur naissance si l’on peut dire.

Un jour, des failles sont apparues afin de rééquilibrer notre monde où la magie même si étant présente était encore cachée. Depuis, les hybrides ont fait leur coming-out et l’apparition des êtres de magie pure s’est ajouté aux particularités de cet univers que je vous laisse découvrir.

Nous suivons donc Mathilda, une héroïne à plusieurs facettes, d’un côté elle est infirmière humaine s’occupant de ses patients avec une attention toute particulière, surement due à son don d’empathie caractéristique des êtres tels qu’elle. Et de l’autre côté, elle est miss je suis douée pour me fourrer dans la merde et j’adore la bagarre de surcroit. Elle passe donc son temps libre à se battre, souvent pour aider les autres car il ne faut pas oublier que c’est une gentille, même si elle ne cache pas son sadisme ou son plaisir quand elle découpe ses adversaires.

Mais voilà, que sa petite vie ‘’tranquille’’ de par sa routine habituelle- boulo, castagnes, dodo-, se voit bousculer par des meurtres sordides et des attaques d’hybrides enragés… qui la conduisent droit à une prophétie dont elle semble faire partie.

Mathilda se retrouve donc mêlée à toute cette m*rde où elle est censée contrer un homme qui souhaite la disparition des hybrides. Mais voilà, Mathilda n’aime pas qu’on lui dise quoi faire même si sa nature profonde est de défendre les autres. Son caractère grognon au naturel et sa capacité à chercher les embrouilles ne vont pas être de tout repos pour la guilde qui souhaite son aide ! Dont un loup pas commode chef de la sécurité, une princesse de glace jalouse et un docteur humain qu’elle embarque malgré elle dans tout cela.

Action, aventure et castagnes sauront accompagner la lecture sur un rythme soutenu.

Bon j’arrête ici et vous laisse découvrir par vous-même le déroulement de cette histoire.

Chose n’est pas coutume, je vais marcher en points positifs et points négatifs.
Alors le positif : L’humour de Mathilda et son caractère de chien ! Elle ne tient pas en place et a toujours besoin d’aller au-devant des problèmes. Elle est très attachante, car malgré les piques qu’elle lance et sa façon de tenter d’éloigner tout le monde et les rejeter, on se rend vite compte que c’est pour ne pas les faire souffrir eux plus qu’elle.

L’univers est très particulier, c’est la première fois il me semble que je m’approche de l’urban fantaisie. J’apprécie vraiment ce côté fantaisie, à la limite du fantastique, mais dans un univers urbain.

L’humour reste très présent dans le livre et je n’ai presque pas arrêté de rire en lisant.

Le négatif maintenant : Parfois l’histoire est too much, l’héroïne trop badass qui peut tout défoncer et sait presque tout faire, même si cela correspond à son caractère, l’enchainement des actions les unes après les autres où elle sort toujours vainqueur ou presque est un peu trop pour moi.

?LA CONCLUSION?

J’ai passé un très bon moment, même si le côté too much me titillait par moment, ce sentiment était rapidement rattrapé par l’attachement que l’on développe pour Mathilda et ses amis (ne lui dites pas que j’ai dit ça où je risque une décharge d’énergie) et surtout par cet humour présent du début à la presque fin. Et en parlant de fin, je déteste l’auteure de ce dénouement qui m’a surprise, je n’ai plus qu’à lire la suite !

par Lillys-1
Dynasties, Tome 2 : L'Étincelle sous la glace Dynasties, Tome 2 : L'Étincelle sous la glace
Ilona Andrews   
Alors un suite que j'attendais de puis des lustres en VF ....merci il est arrivé enfin !
Alors pour moi le tome 1 à été mon premier livre de ce couple d'auteurs et pour pallier l'attente j'avais entamer Kate Daniels et je n'ai pas autant adhérée ...alors que là pendant des mois j'ai pensé à Nevada tous les jours et surveillé les dates de sorties.
Je ne suis absolument pas déçue, les personnages sont forts et haut en couleurs...l'intrigue est complexe...même si je pense savoir [spoiler]qui est derrière l'identité de César aux vues des lumières apportées dans ce tome ci[/spoiler].
Bref j'adore la famille Baylor dans son ensemble et surtout la romance entre Nevada et Mad Rogan Le Fléau du Mexique (hummmm... Fan je suis!).
Les péripéties sont plus folles les unes que les autres et on en apprend encore plus sur ce monde magique à chaque chapitres et ça c'est vraiment l'univers qui porte cette histoire et bien que fantastique, rejoint notre organisation mondiale actuelle sur bien des facettes.
Je vous direz : COUP DE COEUR 100%

par Sinner
Gabigael : l'heure de la rédemption Gabigael : l'heure de la rédemption
J. Robin   
Ce roman est une véritable surprise! Non pas que je l'ai ouvert avec des a priori mais je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre. Et je ne l'ai pas regretté.
On est ici face à notre cher (et détesté) Gabigaël, démon de la ruse de son état, en pleine quête de vengeance contre ses 6 autres frères. En pleine vendetta, il kidnappe à leur place la clef qui permettrai d'ouvrir les enfers par son sacrifice. Evidemment, il y a un os et on peut dire que la clef ressemble fortement à une jeune fille russe flamboyante au caractère bien trempé. 2e soucis? La horde d'exécuteurs qui de ce fait se lancent à ses trousses évidemment. Laisser la clef des enfers entre ses mains? Même pas en rêve! Notre cher O'Malley est d'ailleurs un sacré personnage ^^.
Je l'avoue, j'ai eu un chouilla du mal à entrer dans le récit mais c'était sur le tout début, le temps que l'intrigue se mette en place. Cela ne m'a pas forcément gêné car très vite, les événements s'enchaînent et nous entraînent.
Le ''pauvre'' Gabigaël se retrouve avec une lycéenne entre les pattes et va comprendre à ses dépens que jouer la nounou pour une humaine n'est pas forcément ce qu'il attendait de la vie. Car avec elle, il va découvrir le monde des humains - qu'il avait jusque-là dédaigné (je l'ai trouvé trop mignon lorsqu'il a vu pour la première fois une télé! Un moment hyper drôle) - un monde également de sentiments. J'ai adoré voir l'évolution. C'est un personnage imbuvable et en même temps attachant, qui découvre au fur et à mesure que oui le truc dans sa poitrine peut servir à quelque chose XD. Selphie (la clef) est à la fois irritante, capricieuse, une catastrophe ambulante et même temps douce et attendrissante.
La fin est juste parfaite et j'ai juste éclaté de rire sur la toute dernière phrase, je vous laisse la découvrir ;-).
En conclusion, ce n'était pas forcément mon style habituel, j'y suis allée à petits pas prudents et je n'ai finalement pas eu à le regretter car ce roman peut vite devenir addictif. Une belle palette d'émotions!

par Ophelya
Anita Blake, Tome 0.5 : Strange Candy Anita Blake, Tome 0.5 : Strange Candy
Laurell K. Hamilton   
Petit recueil de nouvelle très agréable à lire, parfois sombre, d'autre fois très drôle. On retrouve d'ailleur quelque nouvelles ce situant dans l'univers "Anita Black". Mais comme toutes nouvelles, elles sont bien trop courte et peu dévelopé.

par ipiu
Outlander, Tome 7.1 : L'Écho des cœurs lointains (I) Outlander, Tome 7.1 : L'Écho des cœurs lointains (I)
Diana Gabaldon   
Ça fait un sacré bout de temps que je n'avais pas mis la main sur cette suite car après les 13 bouquins ( oui 13 puisque j'ai l'ancienne édition dégoté en occase sur internet) puis la série TV avec un bel acteur dans le rôle de Jamie et une Claire pleine de talent je m'étais arrêtée là, et quel dommage car j'ai eu pas mal de plaisir à me retrouver dans cet univers qui m'avait tellement plu, on y suit bien évidemment Claire et Jamie mais aussi Brianna, Roger, William et Lord John mais pas que. ?.. car on n'est bien loin de la romance basique avec une histoire de coeur et de bienséance de l'époque, déjà j'ai apprécié dans les débuts en connaître plus sur les conflits entre écossais et anglais avec la bataille de Culloden et cette fois ci on se retrouve en pleine guerre d'indépendance des États Unis et c'est vraiment intéressant, mais pas que. ?.. on y découvre aussi la vie de tous les jours, les soins de l'époque et bien sur les moeurs qui ne sont pas édulcorés pour plaire à nos convictions modernes et vu que j'ai remis le pied à l'étrier sans aucun regret et même avec un plaisir évident je ne vais sûrement pas trop tarder pour me lancer dans cette suite entrecoupé par ma lecture sur Lord John, différente mais sympathique aussi.
Love and Hope, Tome 1 : Megan Love and Hope, Tome 1 : Megan
Julie Dauge   
Ma Chronique : https://labooktillaise.wordpress.com/2019/03/20/love-and-hope-tome-1-megan/

Je remercie les éditions Nisha et caetera pour l’envoie de ce livre.

Disons le tout de suite, ce livre a été un coup de coeur. Pourquoi ? Il était d’une simplicité déconcertante mêlé à une douceur apaisante. Et oui, on sort les grands mots.

Trêve de plaisanterie, ici nous faisons la connaissance de Megan. Megan qui est discrète, solitaire, méfiante. Elle n’a pas d’amis. Pas de copains. Il n’y a que ses parents et ça depuis ses 15 ans. Aujourd’hui elle en a 20 et elle n’arrive toujours pas à se remettre de son passé.

Alors pour oublier, pour retrouver un semblant de normalité, elle change de campus afin d’entamer sa deuxième année de droit. Cette jeune fille qui ne réclamait la paix va tout de suite trouver la guerre dès le premier jour. Et qui est l’adversaire ? Tirell. Tirell McFinay. le plus beau, le plus grand, le plus sexy…. bref un joueur de football. He oui…. Megan ne pouvait pas rêver mieux. Tirell, lui est surpris que son joli petit minois ne fasse pas grand effet à une fille. Il est curieux…. Elle veut tous sauf qu’il lui parle mais le destin joue bien des tours parce que comme le dit le résumé. Nos deux personnages vont se retrouver ENSEMBLE pour écrire une romance ÉROTIQUE.

C’était la belle blague de l’année. Ainsi commence l’histoire qui je vous assure est rempli d’amour mais aussi d’espoir.

J’ai totalement été happé par cette histoire : La preuve je l’ai un dimanche à 18h et terminé vers 23h. Je l’ai dévoré ! Et il faisait 600 pages. Je n’arrivais pas à le lâcher. Vraiment si vous avez aimé OFF CAMPUS, Vous êtes sûr d’aimer ce livre. Les histoires ne se ressemblent pas pourtant, je pense que cette histoire plairont aux fans de off-campus. Tirell c’est vraiment le mec qui a toujours tout eu. Il est pas méchant, un peu prétentieux sur les bords mais ça se voit que c’est un mec bien élevé. Il vit juste sa vie. La manière qu’il s’approche petit à petit de megan était tellement touchante. Elle a énormément de réserve et même être touché est trop pour elle. Tirell est la douceur et la patience incarné. Tirell est tout simplement un espoir.

Megan… Elle. C’est un personnage tellement courageux. J’avais déjà deviné ce qu’il lui arrivait. Enfin je croyais mais quand j’ai su la vérité… c’était horrible. On comprends tout ses rejets. son comportement. Sa manière de parler. s’habiller. Elle est tout simplement courageuse. Elle a du sarcasme et du caractère et la voir s’ouvrir que ce soit avec Tirell ou une amie que j’ai hâte de rencontrer dans le prochain tome (ouaips les tomes sont un peu lié) ça fait du bien de la voir à nouveau sourire. Je me suis vraiment lié avec elle.

L’auteur a une façon d’écrire, c’était beau, c’était addictif. La fin m’a fait pleurer pour énormément de raison. Je trouve ça tellement original le fait qu’un auteur écrivent une histoire ou les personnages écrivent une histoire. C’était presque comme un récit à 6 mains car à travers les mots, Megan et Tirell pourront se dire ce qu’ils n’osent se dirent en face. A travers les mots, ils redécouvriront L’AMOUR et L’ESPOIR.

Je recommande.
L'historienne et le Highlander L'historienne et le Highlander
Jora J. Johnson   
Trop de similitude avec Outlander :[spoiler]une femme indépendante du 20/21e siècle qui débarque en Ecosse à 1 an d'une grosse bataille, considérée comme espionne anglaise donc forcée de se marier...[/spoiler]
L'histoire n'est pas approfondie, personnage peu attachant et plein d'information incohérente. Une historienne qui cherche des informations sur une personne et qui ne prend pas le temps de savoir ce qu'il a vécu avant sa disparition... Elle devrait savoir plus que tout le monde que le moindre changement du passé peu avoir une importance capitale sur le "présent" ou le futur mais rien n'est évoqué... bien dommage.
Cavalier vert, Tome 1 Cavalier vert, Tome 1
Kristen Britain   
Cavalier Vert, c'est l'histoire d'une jeune fille, Karigan G'ladheon. Expulsée de son école pour avoir défié un noble en duel, Karigan s'enfuit avec la ferme intention de retourner chez elle.

L'intrigue est lancée avec la mort d'un Cavalier Vert, une caste de messagers qui parcourent le royaume afin de délivrer des messages. Elle fait alors le serment au Cavalier mourant de délivrer le message au roi. Mais le chemin est semé d’embûches et très vite, elle se rend compte que le danger encouru est bel et bien réel... Karigan, accompagné de sa monture, découvrira alors qu'être Cavalier Vert est plus dangereux que ça en à l'air... Qui est ce mystérieux Homme Gris qui la poursuit et contre lequel F'ryan l'a mise en garde ? Au fil du temps, Karigan se découvrira de mystérieux pouvoirs qu'elle apprendra à apprivoiser et qui l'aideront dans sa mission...

Si j'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire, une fois ce cap passé, je n'ai pas pu décoller du livre. L'histoire est prenante et vraiment très bien écrite. On s'attache très vite à Karigan, la jeune fille qui voit sa vie basculer et se voit entraîner dans une aventure des plus folles sans trop savoir pourquoi ni comment.
Malgré cette mission qui lui est impartie, elle reste elle-même, une jeune fille effrayée et souvent dépassée par les événements, qui n'a pas peur de montrer ses sentiments, ce qui la rend profondément humaine.

J'ai également beaucoup apprécier le roi Zacharie, Stevic, le père de Karigan et Larenne Stèle, capitaine des Cavaliers Vert, et ce, malgré son côté bourru.

Ce qui m'a également plus dans ce récit, hormis son originalité, c'est les ressemblances que j'ai pu déceler avec le Seigneur des Anneaux de Tolkien. Bien que l'histoire reste totalement différente, certains points y font cependant allusion. L'exemple le plus flagrant étant celui des personnages à la poursuite de Karigan. [spoiler]Ceux-ci m'ont énormément fait penser aux Nazguls. Ou encore, lorsque Karigan est blessée, elle se fait soigner par des Elétiens qui, de part leur description et leur magie, m'ont fait penser aux elfes de Sieur Tolkien.[/spoiler] Et encore pleins d'autres détails que je ne dévoilerais pas !

Mais Cavalier Vert, c'est avant tout une histoire d'aventures qui vaut vraiment la peine d'être lue et que je recommande de vive voix !

par Fantasyae
Les MacKintosh, Tome 1 : Un secret à travers le temps Les MacKintosh, Tome 1 : Un secret à travers le temps
Julie Dauge   
Oh les jolies reprises d'idées que voilà ! Mais c'est raté. Trop mélanger d'ingrédients provenant d'autres romans, donne une lecture indigeste. Si vous voulez lire de bons livres sur les voyages temporels dans les Highlands, je peux vous donner des titres : Une passion hors du temps de Karen Marie Moning, le cercle blanc de Nora Roberts, Outlander de Diana Gabaldon, La saga des enfants des dieux de Linda Saint Jalmes (surtout Terrible Awena, mon chouchou dont toutes les idées de bases ont été reprises ici!!!)
L’évolution de l’histoire ­ même si on inter-change quelques éléments ­ le contexte, la relation des personnages, honteusement réarrangés de son écriture brouillonne (je parle de J. Dauge là). Le talent n’est pas donné à tout le monde, malheureusement, et c'est prendre les fans et lecteurs pour des truffes en pensant que cela ne nous sauterait pas aux yeux !
Mais je reviendrai sur ça tout à l’heure… restons calme et Keelah se'lai.

Rien que le prologue est difficile à lire !! Cette pseudo légende d’un couple à la « Roméo et Juliette » est décrite trop rapidement, on a l’impression que tout se passe en une journée. Ça manque cruellement de profondeur et d’intérêt.

Tout le roman est désordonné, avec des répétitions à la pelle, des ponctuations inexistantes ou très mal utilisées et des erreurs de syntaxe qu’un élève de 5e ne commettrait pas.
Les temps se mélangent. Tantôt le texte est au présent, tantôt au passé, on ne sait plus trop où on en est.
Le roman est très mal rythmé. On ne cesse de passer du point de vue d’un personnage au point de vue d’un autre. Si bien que, dans un chapitre, on revit plusieurs fois la MÊME scène ! Et ce, jusqu’à la fin du roman, ce qui est franchement lassant et rébarbatif (reprise d'idée du film « un jour sans fin »?).
Les noms sont répétés, encore et encore... C’est bon, j’ai compris comment se nommait chacun des personnages ! Un petit synonyme par-ci, par-là, serait le bienvenu.

Les personnages utilisent des expressions et mots bien trop modernes pour leur époque (je ne suis pas certaine que « ta gueule », « trucs », « stupide » ou encore « elle nous a mis hors-jeu », était très rependus XVIe siècle) et les « putains », « couilles », « connards » et autres joyeusetés vulgaires fusent à tout bout de champ et sans raison.
Même au centre du récit on retrouve des abréviations telles que « appart », « direct » (au lieu de directement), « mimi » et « petit-déj’ » ou des mots trop familiers comme « cool » ; « genre » ; « gars » ; « foutre » ; « potes » ou encore « quoi » et « n’empêche » (en début de phrase pour ces derniers). Cela ne se fait tout simplement pas ! Hormis pour un roman type journal intime, où le point de vue est à la première personne. Là on parle du récit, de la narration ! Même pour un roman jeunesse, il faut savoir écrire de façon un minimum soutenue.
Comment un roman a-t-il pu être validé dans cet état ? Il faut encore le passer sous les yeux experts d’un correcteur, ce n’est pas possible de le laisser ainsi ! Et encore, n'étant pas une pro, J'ai dû en oublier  !

Il n’y a aucune (ou très peu) recherche sur la culture celtique et sur le XVIe siècle, à part un chouia du clan MacKintosh sur Wikipédia.
« Och » par exemple, est une exclamation comme « oh » ou « ah », cela ne signifie pas du tout « oui » (la véritable traduction est « aye » ou « tha »). Elle traduit « mon chéri » par « a stor » (sans l'accent sur le o en plus) alors qu’en gaélique écossais mon chéri se dit « leannan » (« a stòr » signifie « a= que/de/sa/son/à/a/vers et stòr = boutique » en gaélique écossais) ­ Bizarrement, ces erreurs sont les mêmes que dans le roman de Nora Roberts (dans le lexique)… ­ « Mon cœur » devient « a chroi » (qui signifie bien « mon cœur », mais en gaélique irlandais), or, la véritable traduction en gaélique écossais est « mo chridhe »
Apparemment, dans ce clan, ils sont en avance de plusieurs siècles, car, au XVIe siècle, l’Écosse n’utilisait pas le calendrier grégorien, mais le calendrier julien. Le calendrier grégorien n’existait pas du tout à cette époque, dans aucun autre pays du monde d’ailleurs, car il fut adopté à partir de 1582 et seulement en 1752 pour la Grande-Bretagne et colonies (dont l’Écosse). Cette recherche m’a pris 5 min (J. Dauge aurait dû faire pareil au lieu de choisir, encore, la facilité), ce n’était pas si difficile.
Une célébration celtique (Beltane) sur le renouveau et l’ouverture des activités diurnes (reprise de la chasse, de la guerre, des conquêtes pour les guerriers, début des travaux agraires et champêtres pour les agriculteurs et les éleveurs.), devient une fête avec pour thème principal le sexe... On s’est pas un peu perdu quelque part ??? (Attendez, stop, je dois revenir sur un point, il y avait un curé dans le roman J. Dauge, et il autorise Beltane ??? Une célébration païenne???) je me comprends….
Enfin, les sous-vêtements, comme on l’entend de nos jours, n’existaient pas. Donc, soit l’héroïne porte les mêmes sous-vêtements depuis le début et c’est écœurent, soit elle en a fabriqué d’autre, mais ceci n’est pas précisé du tout (Là, elle a oublié de reprendre l'idée d'une autre auteur, ou alors, ça aurait semblé louche qu'une couturière fasse des sous-vêtements à son héroïne, comme c'est écrit dans Terrible Awena de LSJ). Et dernière explication : comme pour le reste, l’auteur ne s’est pas renseignée et « YOLOOOOO » !!

L’histoire est affreusement manichéenne. Il n’y a aucune profondeur, aucune nuance, aucun rebondissement. Ce sont les vilains pas beaux Anderson contre les beaux, puissants, sexy et gentils Mackintoshs... ­ sérieusement, ce nom ! C’est sponsorisé par Mac ? Ou alors elle a regardé le film Pixar « Brave » il n’y a pas longtemps ?
De plus, ça parle de sexe, encore et encore, à croire que la pensée de chaque protagoniste n’est tournée que vers cela. Ils ont clairement le feu aux fesses et l’auteur insiste bien lourdement là-dessus. Je me suis presque attendu à une partouze géante... Sérieusement, un homme peut être devant une femme splendide sans pour autant sentir le sang lui monter dans les parties intimes et inversement. Un peu de romantisme, pitié ! Même un pauvre arbre devient un symbole phallique !
Et puis les scènes de sexes sont crûes et vulgaires, en plus de n’être franchement pas réalistes (manque d'une reprise d'idées du Kamasutra).

Et puis il n’y a aucune réelle explication sur le voyage temporel qu’a effectué l’héroïne. Lorsque, enfin, on pense en avoir une, la sorcière nous lance un magnifique « ta gueule, c’est magique » (pas textuellement, mais c’est tout comme et c'est pour rester dans le ton).

L’héroïne est vulgaire et a des réactions vraiment contradictoires... Elle refuse de passer à l’acte, mais n’hésite pas à faire « touche-pipi » avec qui le veut (qu’elle le connaisse ou non d’ailleurs) pour « une bonne jouissance »... Ses pensées ne sont que fantasmes et « vas-y attache-moi et fais ce que tu veux de mon corps », mais dés qu’un homme ose lui faire une réflexion (même pour rire) ou poser un regard trop insistant sur elle, elle le qualifie automatiquement de gros pervers et le traite de tous les noms (voire la liste de mots en début de chronique)... il faudrait peut être savoir ce qu’elle veut.
Elle est également grossière et violente, avec un passé de droguée (oui, les « défonces d’enfer » j’imagine que ce n’est pas des parties de cluedo et j’ai beaucoup de mal avec une héroïne ayant vécu cela, mais ne le regrettant pas du tout... le considérant même comme une chouette anecdote !). J’imagine que l’auteur a voulu une héroïne (pourquoi pas Cannabis… plutôt qu'héroïne dans ce cas) forte et indépendante, voir légèrement impertinente, mais... c’est raté.

J’aurais, à la limite, pu passer outre tout cela (et encore, difficilement) si l’histoire avait été originale et intéressante. Or, comme je le disais au tout début de ma chronique, il y a beaucoup trop de similitudes avec d'autres romans dont en particulier Terrible Awena !  Et oui, je me revendique fan, de la première heure en plus ! À croire que Mme J. Dauge n’a aucune imagination...
Tout comme T. A. (Terrible Awena), l’enfant (qui possède une étrange marque de naissance comme les enfants d'Awena) est envoyé dans le futur à cause d’une prophétie (comme dans T. A.) ; l’héroïne traverse le temps à travers un cromlech, tout en pensant à son âme sœur (comme dans tous les romans des auteurs cités plus haut et dans T. A.) ; elle a la vingtaine et est toujours vierge (enfin, personne n’a cassé l’hymen, disons ( comme dans T. A. ) ; elle est envoyée devant le Laird (imposant et séduisant homme aux cheveux noirs au physique similaire à Darren de Terrible Awena, ouais, les deux lairds ont le même prénom en plus), saucissonné et incapable de bouger (comme dans T. A.) ; le laird qui la rejoint après l’entraînement… (Félicie… aussi ! Vous ne l'avez pas vu venir celle-là, hein ?) ; il l'a menacée de lui mettre une fessée (comme dans T. A.) ; il la surnomme « furie en jupon » (énergumène en jupon dans T. A.) ; la fête religieuse celtique ; le lac au milieu de la forêt (le lieu est « la cascade des faës » dans T. A.); l’enterrement de vie de jeune fille (rare de lire ça dans un historique et idée déjà présente dans Terrible Awena, un passage mémorable et désopilant… idée encore reprise par J. Dauge, sans l'humour et avec une petite touche vulgaire en plus)  ou encore la sorcière un peu à l’écart du clan, mais indispensable à celui-ci… (qui ne pense pas à BARABAL de Terrible Awena ? Même si ma sorcière préférée est unique hihi)
Les prénoms sont LES MÊMES que dans cet autre roman : Ian ou Iain (dans T. A. le grand-père de Darren), Darren (Le laird, comme dans T. A.), Logan (il est le veilleur dans T. A. et futur gendre de Darren), Blaine (le forgeron dans T. A.), Duncan (le petit garçon au retour d'Awena dans le cercle dans T. A.)... Ce n’est pourtant pas les prénoms écossais qui manquent ! J’ai même un site pour en trouver des sympas si Mme J. Dauge souhaite devenir originale dans son prochain roman.
Et pour finir, la couverture elle-même ressemble étrangement à Terrible Awena, surtout la première édition, que j'ai : Les couleurs bleues, le cromlech et la mise en page.

Bref, je ne recommande ABSOLUMENT pas ce livre. C’est l’exemple type de ce qu’il ne faut pas faire pour écrire un roman ! Toutes ces idées de base, en si grand nombre, ça ne passe pas inaperçu !!! Si vous êtes curieux/curieuses, demandez à un ami de vous le prêter ou achetez-le d’occasion à 1 € sur le net (et encore, c’est trop cher payé !), mais ne dépensez pas des fortunes pour ça... Ce serait perdre votre temps et votre argent.
En fan de KMM, Diana Gabaldon, Nora Roberts, et surtout, et très fière de le dire, de ma chouchou AWENA de Linda Saint Jalmes. Tout est véridique, ceux qui connaissent ces romans et celui de Terrible Awena le savent. J'ai décidé d'en parler pour que ce genre de comportement ne passe pas à la trappe !!!

par yami627
Les Chevaliers des Highlands, Tome 1 : Le Chef Les Chevaliers des Highlands, Tome 1 : Le Chef
Monica McCarty   
Un bon début : William Wallace vient d’être exécuté et Robert Bruce comprend que s’il veut récupérer son trône et faire face à l’armée anglaise du roi Edouard, il doit changer les règles. Il décide de réunir une poignée des meilleurs guerriers highlanders pour former une garde secrète chargée d’accomplir des missions dangereuses et pense au chef du clan McLeod réputé comme invincible avec sa claymore pour les entrainer et les diriger. Quand il reçoit une convocation de MacDonald à un conseil, Tor MacLeod s’y rend pour réparer les dégâts causés par son frère. Pour protéger son clan, il s’est toujours tenu à l’écart du conflit contre les anglais mais piégé, il se voit contraint d’épouser Christina Fraser, fille d’un opposant farouche contre Edouard et d’accepter de réunir les meilleurs guerriers jusqu’à présent ennemis pour les entrainer pour Robert Bruce. Devenue sa femme, Christina compte bien briser la glace avec son mari… Un 1er tome qui plante le décor, se lit facilement et nous fait passer un agréable moment. A voir avec la suite. Non fleurs bleues s’abstenir.

par Folize
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode