Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par MelieGrey

Extraits de livres par MelieGrey

Commentaires de livres appréciés par MelieGrey

Extraits de livres appréciés par MelieGrey

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
- Non, Kye. Tu ne peux pas manger le gâteau d'oncle Marcus, le gronda Taryn, qui venait de les rejoindre avec Trey. Il va bouder super longtemps si tu fais ça.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Elle lui raconta donc ce qu'elle venait de vivre, et, comme l'avait prédit Eli, Marcus explosa.
- Quoi ? tonna-t-il.
- Tout va bien, Marcus. Ca va.
- Ils ont essayé de t'injecter un sédatif et de te kidnapper ! Moi, je ne trouve pas que tout va bien. Attends-moi. J'arrive. Je suis là dans cinq minutes.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Je me demandais si tu allais me revendiquer, lui dit-il.
- J'ai bien réfléchi, expliqua-t-elle. Je suis arrivée à la conclusion que tu pourrais me servir à quelque chose, tout compte fait.
- Te servir à quelque chose ? répéta-t-il curieux.
- Tu peux faire la conversation pour deux. Moi, je suis nulle. Tu sais aussi changer les pneus de voiture. S'il faut faire la queue, tu peux t'en charger. Je déteste a. Et puis tu peux m'offrir des fondants au chocolat.
- Rien d'autre ?
- Une dernière chose : tu ne dois jamais négliger mon point G. Ca pourrait mal se terminer pour toi, sinon.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Si tu veux parler de l'homme qui a essayé de me faire monter dans sa voiture quand j'avais huit ans, dit la jeune femme excédée en poussant un soupir frustré, tu peux laisser tomber. Il n'a pas réussi. Je me suis enfuie.
- Oui, en lui prenant les bonbons qu'il t'offrait pour t'attirer.
- C'était mes sucettes préférées !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Darker écrit par E.L. James
date : 11-12
- A Ana ? Je n'en sais rien. Tout dépend de ce qu'elle me demande. Mais quelles que soient ses questions je lui dirai la vérité.
- C'est bien ça qui m'inquiète.
Il lâche un soupir.
- Christian, vous et moi n'avons pas exactement le même regard sur votre personne.
- Et c'est censé me rassurer ?
- On en reparle ce soir.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Darker écrit par E.L. James
date : 11-12
Voilà le miracle avec elle.
Elle m'offre la lumière.
Et l'amour.
Mais elle ne m'a toujours pas répondu.
Dis oui, Ana.
Sois ma femme.
Je t'en prie.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Darker écrit par E.L. James
date : 11-12
- Tu es parties, tu es parties, tu as dû partir...
Elle s'assoit à côté de moi.
- Je suis là, murmure-t-elle en posant sa main sur ma joue.
- Tu étais partie.
Mes cauchemars reviennent quand tu n'es pas là.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Darker écrit par E.L. James
date : 11-12
- Tu m'aimes, dit-elle dans un souffle.
L'air se retire brutalement dans mes poumons. Le temps s'arrête et je n'entends plus que le sang qui bat à mes tempes et le bruit de l'eau qui chasse les ténèbres.
Réponds-lui, Grey. Dis-lui la vérité.
- Oui. Je t'aime.
C'est un aveu sombre, arraché au tréfonds de mon âme. Et pourtant, en disant ces mots à voix haute, tout devient limpide. Bien sûr que je l'aime. Bien sûr qu'elle le sait.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Darker écrit par E.L. James
date : 11-12
- Tu as l'air heureux, mon chéri.
Ah bon ? Pourtant, je boude - j'ai raté l'occasion de suivre Ana.
- Je ne t'ai jamais vu aussi détendu.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Darker écrit par E.L. James
date : 11-12
- Si je pars et que je trouve un autre emploi, tu achèteras aussi cette société ?
- Tu ne penses pas quitter ton travail, n'est-ce pas ?
Bon sang, je suis sur le point de dépenser une petite fortune pour l'acquisition de cette boîte et elle parle de démissionner !
- Probablement pas. Je ne pense pas que tu m'aies laissé grand choix.
- Alors oui, j'achèterai cette société.
Ca va finir par me coûter cher.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Darker écrit par E.L. James
date : 11-12
- Tu comptes acheter la boîte, murmure-t-elle, consternée.
- Pas exactement.
Ce n'est pas la réaction que j'attendais, et la conversation ne prend pas le tour que j'espérais.
- Alors tu l'as déjà achetée. La SIP. C'est déjà fait ?
Elle est blême. Et merde ! Elle est furieuse.
- C'est possible, dis-je prudemment.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Audace ?
- Oui ?
- On est ensemble.
Okkkkkkkk. Il ne dit rien d'autre et se lève pour se rendre à la douche.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
S'éloignant de Shaya et évitant prestement qu'Amber ne le touche, il gravit l'escalier.
- Il préfère souffrir que me laisser le toucher ? voulut savoir Amber en affichant une expression boudeuse.
- Eh bien, dis donc..., fit Taryn. Mon estime pour Nick augmente de jour en jour.
Avez vous apprécié cet extrait ? +2
Elle continua de rouspéter pendant tout le trajet du retour. Nick fit comme tout métamorphe intelligent quand sa compagne subit les affres de ses règles : il garda le silence et se contenta de hocher la tête. Elle pestait encore en arrivant chez elle. Quand il ouvrit le coffre pour en sortir les courses, Shaya fit mine de s'en emparer. Il secoua la tête et la précéda dans l'allée menant à sa porte.
- Je suis..., commença-t-elle en grognant.
-... parfaitement capable de porter tes propres sacs, conclut-il pour la calmer. Mais cela ne signifie pas pour autant que je ne peux pas te donner un coup de main, n'est-ce pas ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Tu commences à comprendre, lui dit-il, que ce ne sera pas facile de te débarrasser de moi. C'est bien. Continue de me repousser si tu penses que c'est ce que tu dois faire, bébé. Mais sache que cela ne fera aucune différence.
C'était à la fois une affirmation et un avertissement. Il leva un doigt et lui caressa la joue, puis la mâchoire et le cou avant d'atteindre l'encolure de son tee-shirt.
- Jamais je ne te lâcherai. Pour rien au monde. Même pas pour toi.
Avez vous apprécié cet extrait ? +2
- Tu m'as retrouvée, déclara-t-elle su un ton cassant et froid. Tu m'as vue. Je vais bien, tu peux le constater. Tu peux donc t'en aller maintenant.
Avez vous apprécié cet extrait ? +1
date : 02-12
- Pour ce que je m'en souviens, il affirme que le diable n'a pas besoin de se montrer avec ses pieds fourchus et ses cornes pour contaminer les hommes, il lui suffit de répandre quelques graines de violence et laisser les esprits les plus faibles propager le doute et le chaos. Il explique que le mal est une épidémie propre à l'homme et que c'est lui, et lui seul, qui en est le porteur. Si vous voulez mon avis, c'est un extrémiste, voilà ce que j'en ai retenu. Mon frère était d'accord avec moi sur ce point d'ailleurs, mais ça ne l'empêchait pas d'aller discuter avec lui.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 02-12
Sa voisine avait sorti une tablette numérique et était plongée dans un de ces livres invisibles. Silas avait du mal avec ce concept. Lire sans tourner de pages. Lire sans tenir de livre entre ses doigts. Lire dans triturer la couverture. Lire sans marquer les pages des moments de la vie : une trace de doigt sale par-ci, de bouffe par-là, un cil qui se glisse dans la rainure de l'ouvrage pour vingt ans, une page qu'on corne pour noter une phrase mémorable ou juste un mot qu'on voudrait retenir. Non, cette manie de lire sur un écran, il ne la saisissait pas du tout. Pour lui c'était comme de s'adresser au fantôme d'un livre.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Non, ton second prénom, c'est... Rylan s'arrête un instant pour réfléchir. La meilleure, déclare-t-il. Tu en penses quoi ? Ca te va ?
Elle éclate de rire et réalise de nouveau combien il lui a manqué, avec ses blagues et ses yeux bleus étincelants. Heureusement, cet homme ne prend jamais rien trop au sérieux.
Cependant, elle vient à peine d'avoir cette pensée qu'il la prend par surprise.
- Je t'aime, dit-il d'une voix féroce.
Reese regarde Sloan, qui semble plus calme et heureux qu'il ne l'a jamais été.
- On t'aime, poursuit Rylan.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Je suis arrivée ce matin, répond Tamara à Reese. Merci d'avoir été là, pour m'accueillir, au fait, espèce de garce, ajoute-t-elle d'un ton ironique.
- Zut, pardon. Préviens-moi à l'avance la prochaine fois, et j'essaierai de décaler mon exécution à plus tard.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La présence de cet homme est justement ce dont il a besoin. Si Sloan est là, Rylan put être lui-même sans crainte. Il sera capable d'aimer sans avoir peur de devenir amer et de blesser les gens auxquels il tient le plus.
Il pourra avoir Reese.
Et Sloan.
Et tout ce qu'il a toujours cru être hors de sa portée.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- C'est le meilleur qu'on ait. Et s'il est assez bon pour Reese, il sera assez bon pour ton petit cul.
- Mais Reese est féroce ! Moi, je ne suis qu'un pauvre garçon qui est venu à Foxworth pour découvrir les plaisirs de la vie.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Mais c'est aussi une façade, ça, dit Hudson d'un air pensif. Du moins, je le crois. Je ne sais pas si tu es une garce, Reese. Je ne sais pas si tu es aussi froide que tu en as l'air. Ce que je sais, c'est que Rylan n'est pas le joyeux luron qu'il veut qu'on croie. Il fait mine de ne pas avoir de sentiments, mais c'est faux. Et si tu lui fais du mal, je te jure sur la tête de ma mère que je...
- Que quoi ? se moque Reese. Tu demanderas à Connor de me casser la gueule ?
- Bien spur que non, rétorque Hudson avec un sourire glacial. Je le ferai moi-même.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Quand tu mourras, dit-elle sans se retourner, je te nommerai saint Rylan, patron des causes perdues.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Tu t'accables pour avoir le sentiment que l'acte d'un désaxé était rationnel, mais ce n'était pas le cas. La vie n'est pas prévisible. Parfois, des malheurs arrivent à des gens biens, quoi qu'ils aient dit ou fait. Ca ne s'explique pas. A quoi bon te prendre la tête ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Grâce avait le menton posé sur les orteils de Lila comme si elle en revendiquait la propriété. Ses yeux clos lui donnaient un air possessif signifiant à quiconque convoiterait Lola qu'elle détenait le titre et que toute négociation était impossible.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0