Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par melo835

Extraits de livres par melo835

Commentaires de livres appréciés par melo835

Extraits de livres appréciés par melo835

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
Elle paraissait si solide, pensa Connors en la regardant sortir de l'immeuble. Si maîtresse d'elle-même , tandis qu'elle donnait ses ordres aux policiers.
Pourtant, elle était si frêle dans sa chemise mouillée que le vent glacial collait à sa peau. Elle avait encore du sang sur les mains. Sans doute n'en était-elle même pas consciente.
Une vague d'amour le submergea, lorsqu'il la vit d'avancer d'un pas déterminé vers la voiture. Il lui ouvrit la portière.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Lâchez-moi ! Je vous ai dit que je ne voulais pas aller dans votre hôpital.
Tournant la tête en reconnaissant cette voix, il la vit, assise sur un brancard. Un pauvre infirmier se démenait pour soigner ses plaies.
Elle souffrait de contusions et de brûlures superficielles, mais elle était vivante.
Il n'alla pas tout de suite vers elle. Il voulait attendre que ses mains cessent de trembler et que son coeur ait retrouvé un rythme normal. Le soulagement, comme une drogue, lui montait à la tête. Et c'est avec un sourire niais qu'il regarda Eve envoyer un coup de coude dans l'estomac de l'infirmier qui cherchait à lui faire une injection.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
''Chérissez l'amour, Marcus. Faites-en votre plus belle conquête, votre seule ambition. Après les hommes, il y aura d'autres hommes. Après les livres, il y aura d'autres livres. Après la gloire, il y a d'autre gloires. Après l'argent, il y a encore de l'argent. Mais après l'amour, Marcus, après l'amour, il n'y a plus que le sel des larmes''
Avez vous apprécié cet extrait ? +1
date : 25-11-2018
Ce soir-là, pendant le dîner, nous avons tous les trois revécu la journée en détail. Papa n'a pas bondi de la table aussitôt la dernière bouchée avalée. Nous ne sommes pas tombés dans des silences gênés.
Je ressentais une chose que je n'avais pas ressenti depuis longtemps. Tellement longtemps, en fait , que j'ai mis un moment a comprendre ce que c'était.
Du bonheur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 18-11-2018
CHÈRE KAYLEE,
L'ARTICLE 7 DE NOS CONDITIONS D'UTLISATION
PRECISE QUE NOUS NE POUVONS EN AUCUN CAS
MODIFIER VOTRE REQUÊTE. IL EST IMPORTANT
DE CONSIDÉRER LES IMPLICATIONS DE CE QUE
VOUS DEMANDEZ.
NOUS ESPÉRONS QUE VOUS SEREZ PLUS RÉFLÉCHIE
À L'AVENIR. NOUS AVONS ÉGALEMENT LE REGRET
DE VOUS INFORMER QUE VOUS AVEZ UNE FOIS DE PLUS ENFREINT L'ARTICLE 3.
VOTRE COMPTE A DONC ÉTÉ SUSPENDU ET UNE ACTION DISCIPLINAIRE EST EN COURS.
L'ÉQUIPE DE NEED
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 10-11-2018
Toute la nuit Tippi et moi on dort les bras
enroulés l'une autour de l'autre
comme des cordes.
J'ai le visage enfoncé dans son cou
et elle se réveille de temps en temps
pour m'embrasser le haut de la tête.
Quand les oiseaux commencent à chanter,
quand le ciel vire au rose nectarine,
on reste là à se regarder,
trop fatiguées pour pleurer.
Tippi frotte son nez contre le mien.
"Ça va bien se passer, dit-elle.
Et même si ça ne se passe pas bien , ça ira."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 04-11-2018
Louise est seule, comme une idiote. Un goût aigre lui pique la langue, elle a envie de vomir. Les enfants ne sont pas là. Elle marche la tête basse à présent, en larmes. Les enfants sont en vacances. Elle est seule, elle a oublié. Elle se tape le front paniquée.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Je déteste ce cérémonial, murmura-t-elle. Cette mort aseptisée.
- C'est un réconfort pour la famille, Eve.
Elle regarda en direction de Brenda, soutenue par sa mère et son fils. Des larmes coulaient lentement le long de ses joues. Son regard hagard et fragile trahissait la prise d'une forte dose de sédatif.
- Tu crois ?
- ça aide à tourner la page, corrigea-t-il, prenant sa main glacée dans la sienne. Pour certains.
- Quand mon tour sera venu, ne fais pas ça, je t'en supplie. Donne mes organes et fais moi incinérer.
Le coeur de Connors se serra et il pressa sa main entre les siennes comme s'in ne voulait plus la lâcher.
- Tais-toi.
- Désolée, ce genre d'endroit me donne des idées morbides.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dans le couloir, Eve s'affolait. La porte était verrouillée, Connors avait désactivé tous les codes d'accès. De même dans son bureau adjacent. Il avait aussi débranché tous les moniteurs. Elle n'avait aucun moyen de savoir ce qui se passait dans la pièce.
- Seigneur,il est entrain de le tuer !
Elle se mit à cogner sur la porte. En pure perte. Finalement, au bout de quelques minutes, le battant glissa. Elle se rua à l'intérieur. Tranquillement assis derrière le bureau, Connors fumait.
Le coeur serré, elle se tourna vers Jess. Il était pâle comme la mort,mais il respirait En fait, ses poumons sifflaient tel un climatiseur déréglé.
Connors leva le verre de cognac qu'il s'tétait servi.
- Il n'a pas une marque. Et je crois qu'il commence à comprendre ses erreurs.
Eve se pencha pour examiner les yeux de Jess. Il se tassa sur lui-même comme un chien battu. Le son qu'il émit était à peine humain.
- Que lui as-tu fait ?
- Beaucoup moins que ce qu'il méritait.[spoiler][/spoiler]
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Merci ( Eve s'empara de la page et la consulta ) Gagné! murmura-t-elle avant de virevolter vers Connors. Faut que j'y aille. Achète des tas de fleurs, des monceaux de fleurs. N'oublie pas les pétunias. (Elle se rua dehors, branchant son com ) Peabody.
- Mais... mais le bouquet ? Le bouquet de la mariée, bredouilla Mark, désemparé, en se tournant vers Connors. Elle n'a pas choisi son bouquet.
Connors la suivait des yeux.
- Je sais ce qu'elle aime, dit-il. Souvent mieux qu'elle.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Il ne s'agit pas de stupidité, Eve. Simplement de lâcheté !
Eve serra les poins d'indignation.
- Si tu t'imagines qu'en me berçant de mots doux et de cadeaux je finirai par accepter de vivre dans ta luxueuse forteresse, tu te trompe du tout au tout! Jamais tu ne feras de moi un animal apprivoisé!
- Un animal apprivoisé! répéta-t-il, suffoqué. Je me trompais Eve : tu es stupide. j'en ai par-dessus la tête que tu piétines les sentiments que j'ai pour toi. J'ai eu tort de te laisser fixer les règles du jeu, mais j'ai compris la leçon! Désormais entre nous ça sera tout ou rien!
- Je n'ai pas l'habitude de céder aux ultimatums!
Connors ouvrit la porte et se retourna sur le seuil . Au fond de ses yeux étincelants de colère, Eve discerna une profonde tristesse qui la mit en supplice.
- Si tu changes d'avis, préviens-moi. La balle est dans ton camp.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 24-08-2018
Extrait du tome 3 :

Il allait travailler. Il souhaitait trouver le moyen de mettre un terme à leur quête, de la résoudre une bonne fois pour toutes. Il devait également trouver comment rompre la malédiction qu'un sorcière mourante lui avait jetée, des siècles plus tôt.
S'il parvenait à briser ce sortilège, à effacer la marque, lui et Branna pourraient être ensemble, pas seulement pour un soir, mais pour toute la vie.
Il avait abandonné toi espoir d'être avec elle, jusqu'au jour de l'An, jusqu'à ces heures passées ensemble. Désormais, il avait pleinement retrouvé l'espoir et la foi.
Je trouverai un remède, se dit-il avec conviction en entrant dans son atelier.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 24-08-2018
Extrait du tome 2 :

Après un coup d'oeil impatient, elle quitta le lit avec vivacité.
- Je dois aller travailler.
- Tu peut manger un bout. Tu n'as pas à t'inquiéter, je n'ai pas le temps de te taquiner comme je le voudrais avec mes sentiments et les tiens. Mais le moment viendra bien assez vite. Je t'aime comme un fou, Meara, et bien que j'en sois le premier surpris, je me réjouis de cette decouverte inattendue.
Elle s'empara de ses vêtements.
- Tu romances tout, et tu bricoles ta version à grand renfort de magie, de dangers, de sang et de sexe. Tu vas finir par retrouver le sens commun, mais pour l'instant, je vais aller faire ma toilette et me préparer à aller travailler.
Elle quitta la pièce.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 24-08-2018
Extrait du premier tome :

Iona se força à respirer calmement , régulièrement , concentrant son attention et son énergie sur la mèche de la bougie. Elle sentit le chaleur monter en elle , la lumière s'insinuer. Puis elle souffla doucement.
La flamme tremblota, vacilla, puis brûla pour de bon.
-C'est génial, murmura Iona. Jamais je ne m'y ferai ! C'est... magique.
-C'est ton pouvoir. Il faut t'entraîner, le canaliser, le respecter. L'honorer.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
-C'est là que vous dormez ?
-Cette nuit, je n'ai pas l'intention de dormir.
La prenant par la main, il lui fit gravir les deux marches de l'estrade et la renversa sur le lit.
-Je dois être au Central à sept heures, protesta faiblement Eve.
-Taisez-vous, lieutenant, lui susurra-t-il à l'oreille tout en lui ôtant son jean.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 12-07-2018
Il l'attira contre lui comme s'il avait peur de la voir se volatiliser.
-Ce n'était qu'une façon de me protéger. Tu as déclaré que tu me détestais, et j'y ai cru. Après tout ce que je t'avais infligé, comment aurais-tu pu seulement m'apprécier? Quant à m'aimer... Puis j'ai commencé à déceler des signes, à m'en remémorer d'autres, qui m'ont persuadé du contraire.
-Le jour où tu m'as entendue hurler,au cimetière, par exemple. Je savais bien que tu m'avais entendue, murmura-t-elle contre son torse.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 11-07-2018
En arrivant chez lui, il trouva Bénédicte affalée sur «son» fauteuil, totalement endormie. Elle ne s'était pas habillée,et la robe de chambre qu'elle avait dû trouver en farfouillant, était largement ouverte et laissait voir la presque totalité de son corps.
« Elle est magnifique », constata Adrien. Il alla s'asseoir près d'elle, et décida de la contempler. Il ressentit à nouveau le mal-doux en la regardant. Ça lui faisait très chaud dans la poitrine, c'était un peu oppressant, mais qu'est-ce que c'était bon.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0