Livres
473 134
Membres
446 634

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Mémoires de cinéma



Description ajoutée par EMELOU 2013-04-04T12:11:55+02:00

Résumé

Une évocation avec humour et passion des plus grands moments de cinéma de Mylène Demongeot. Des succès du dernier Fantômas(1967) à Camping (2009).

À la fin des années 50, Mylène Demongeot est une star. Depuis la sortie des Sorcières de Salem en 1957, sa carrière est lancée. Des films comme Bonjour tristesse, Les Trois Mousquetaires, La Bataille de Marathon ou les trois Fantômas s'enchaînent jusqu'à sa rencontre en 1966 avec Marc Simenon.

Elle change alors radicalement de vie pour se consacrer entièrement à son mari, entame une carrière de productrice par amour et se trouve confrontée à maintes situations, parfois difficiles, souvent burlesques.

Au décès de Marc, en 1999, elle reprend courageusement en main sa carrière d'actrice et renoue avec le cinéma en tournant 36, quai des Orfèvres, La Californie, Camping I et II ou Les Toits de Paris et, plus récemment, Si tu meurs, je te tue. Ces«Mémoires de cinéma»se lisent aussi comme le roman d'une vie; d'anecdote en anecdote, et surtout grâce à son sens de l'autodérision et sa joie de vivre, Mylène Demongeot nous donne une magnifique leçon de sagesse et nous parle avec émotion et sincérité de la passion de sa vie : le cinéma.

Afficher en entier

Classement en biblio - 3 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par EMELOU 2013-04-04T12:12:21+02:00

Fantômas contre Scotland Yard d'André Hunebelle

1967

Dans le troisième et dernier volet, Fantômas décide de rançonner les riches Écossais. La bourse ou la vie, telle est sa devise. Appelé par Lord Edward Mac Rashley, riche propriétaire d'un château sur lequel Fantômas a jeté son dévolu, le commissaire Juve (Louis de Funès), Fandor et sa fiancée Hélène (Mylène Demongeot), débarque en Écosse pour tenter de lui mettre la main dessus. Il va surtout faire face à son humour macabre et vivre nombres de péripéties au sein du château, notamment lors d'une grande soirée organisée...

Le troisième et dernier opus de cette série de films devenus «cultes» me fait retrouver notre équipe, pratiquement toujours la même, et me comble de joie. Revoir Fufu, le grand Louis de Funès, est un réel plaisir. Je l'admire, je l'estime, j'ai beaucoup d'affection pour lui. J'ose penser que c'était réciproque. Je l'appellerai toujours Fufu, malgré l'agacement que cela provoque encore chez sa femme Jeanne, qui désire pour son époux devenu star plus de considération et de respect ! C'est elle qui exigeait toujours du chef opérateur que l'on distingue bien, quand il y avait un gros plan, les «carreaux» (expression argotique de Jean Gabin qui avait paraît-il la même manie), c'est-à-dire les yeux, les beaux yeux bleus de son mari ! Comme si le public aimait Fufu à cause de la couleur de ses yeux ! Mais enfin, c'est comme ça ! Il y a des coquetteries qu'il ne faut pas chercher à comprendre.

À ce moment, il n'est plus, et depuis longtemps, ce pauvre pianiste de bar dont il aimait nous raconter les aventures tragi-comiques, parfois cyniques, parfois méchantes, de façon si drôle qu'il nous faisait mourir de rire, lorsque nous dînions ensemble, Jacques Dynam, sa femme et moi, pendant les extérieurs de Fantômas. Le comédien aux innombrables rôles qui s'étoffaient à chaque film, l'acteur de théâtre (ah ! La Grosse Valse !) est en train de devenir la grande star comique du cinéma français après tant d'années de galère... Il doit avoir aux alentours de cinquante ans : la gloire à cinquante ans, ce doit être difficile à gérer.

Mon avis, qui n'engage que moi, me pousse à écrire que c'est à cause de cette gloire tardive qu'il a refusé de rencontrer le merveilleux Marcel Aymé, un de nos plus grands auteurs, qui voulait écrire pour lui. Il s'est montré frileux, refusant de passer, comme Coluche, à des rôles différents, plus profonds, qui auraient montré au public la vaste étendue de son talent. Il a certainement eu peur de perdre ce qu'il avait acquis si difficilement, année après année. C'est un choix que je peux comprendre, mais que je regrette.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents


Date de sortie

Mémoires de cinéma

  • France : 2011-06-01 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 3
Commentaires 0
Extraits 1
Evaluations 2
Note globale 8.5 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode