Livres
547 791
Membres
585 223

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— Te laisser toute seule dans cette chambre d’amis tout à l’heure, ça a failli me tuer. Mais je ne voulais pas aller trop vite. Je n’ai pas réussi à m’empêcher de penser à toi depuis que j’ai quitté San Francisco. Je n’ai jamais pensé aux autres femmes que j’ai sauvées, une fois qu’elles étaient en sécurité. Mais je n’arrivais pas à te sortir de ma tête. Chaque fois que le téléphone sonnait, je pensais que c’était Rex qui m’appelait pour me dire que tu avais à nouveau disparu. Et ça me faisait affreusement peur.

Afficher en entier

- Prête à partir, chaton?

- Pourquoi m'appelles-tu ainsi?

- Parce que tu as les yeux de deux couleurs différentes. J'avais un chaton comme ça autrefois. Tu me la rappelles. Elle avait un air innocent avec de grands yeux, mais de temps en temps, elle me montrait qu'elle ne se laissait pas faire en me griffant.

Allye leva les yeux au ciel.

- Super. Je suppose que ça vaut mieux que de dire que je suis possédée par le diable. Entre mes yeux et cette mèche blanche dans mes cheveux, tu imagines pas combien de personnes ont essayé de me " sauver ".

Afficher en entier

Allye Martin tira frénétiquement sur les menottes à son poignet. L'explosion lui avait fait terriblement peur, mais l'eau qui avait commencé à s'infiltrer sous la porte de sa prison l'effrayait encore plus. Et elle n'avait pas cru pouvoir être plus terrifiée qu'elle l'avait été au cours des quarante-huit dernières heures. Cependant, rien n'était plus terrifiant que de savoir que la mort était imminente. Être enlevée dans la rue, ce n'était pas fabuleux. Apprendre qu'elle avait été spécifiquement ciblée par quelqu'un n'était pas son meilleur moment, voir que l'eau devenait de plus en plus haute autour du lit sur lequel elle était assise, en sachant qu'elle ne pouvait pas se libérer, sortir de la pièce et avoir une chance de s'en sortir, était horrible.

Afficher en entier

Allye resta allongée sur le dos pendant que Gray la traînait. Elle ne savait pas du tout combien de temps ils avaient passé dans l’eau, mais elle avait l’impression que cela faisait des heures. Être au milieu de l’océan dans l’obscurité, c’était terrifiant.

Elle tenait un bras au-dessus de sa tête, les doigts serrés autour d’une poche de la combinaison de Gray. Il nageait essentiellement sur le côté, avec une espèce de crawl modifié qui les propulsait à travers l’eau.

Elle n’avait pas voulu être faible et le laisser la tracter, mais elle était exténuée, elle avait soif et elle était gelée. Elle savait qu’elle n’aurait pas tenu beaucoup plus longtemps en essayant de nager seule. Elle avait eu affreusement froid pendant un moment, mais ses frissons s’étaient estompés, et même elle savait que ce n’était pas très bon signe. Leur jeu de questions avait fonctionné pour l’occuper, cependant. Elle en avait appris beaucoup sur son sauveteur et tout ce qu’elle avait entendu lui avait plu.

En outre, il ne semblait pas fatigué du tout. Il ne respirait pas fort, sa voix n’était pas lasse. Elle aurait pu croire que c’était une sorte de faux humain, une machine, un prototype, s’il n’y avait pas eu les grognements qui s’échappaient de sa bouche de temps en temps lorsqu’il dépensait de l’énergie en continuant à les faire avancer dans l’eau.

Pour une raison qu’elle ignorait, lorsqu’il avait juré de la ramener chez elle, elle l’avait cru. C’était stupide. Elle avait été enlevée, jetée dans un bateau, et on lui avait appris que sa nouvelle vie aurait lieu enfermée dans une cage dorée pour être soi-disant « protégée et vénérée ». On l’avait informée qu’elle « aurait le privilège » de continuer à danser, que son nouveau maître aimait la façon dont elle dansait et qu’il avait créé sa propre salle de spectacle uniquement pour elle. Cette idée suffisait à lui donner l’envie de vomir. Il était inconcevable qu’elle danse pour la personne qui l’avait kidnappée. Elle n’était pas une attraction de foire. Certainement pas.

Puis, juste au moment où elle pensait qu’elle allait se noyer, par miracle, Gray était apparu et il l’avait jetée dans l’océan terrible. Mais il ne l’avait pas abandonnée. Non, il était à côté d’elle pour chaque pas — euh, mouvement de nage — du chemin.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode