Livres
507 069
Membres
515 524

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Une fois dans ma chambre, je ne réussis pas à m’endormir. Je me demandai si Corban savait qui était son client et que celui-ci se nourrissait de son épouse, ou s’il était aussi innocent qu’elle. Je m’interrogeai à propos de son étrange attitude, refusant d’un côté de croire à l’existence des fantômes, mais de l’autre, suggérant à Amber de faire appel à moi pour les aider à se débarrasser du leur. Mais si le vampire avait décidé de me faire venir ici… je ne parvenais pas à en déterminer la raison. À moins qu’il s’agisse d’un complot avec Marsilia pour se venger de moi sans avoir à s’inquiéter des loups, évidemment. Mais je n’arrivais pas à imaginer que Marsilia ait envie de se retrouver redevable envers un autre vampire… et ce vampire-là, en particulier, qui était si territorial qu’il refusait la présence d’autres vampires dans sa ville, ne me semblait pas le meilleur candidat pour une telle collaboration.

Afficher en entier

Il y eut un gros « boum » et une petite voiture qui se trouvait au-dessus de la commode de Chad fut projetée à travers la pièce avant de percuter la bibliothèque et de s’écraser au sol. J’avais remarqué du coin de l’œil qu’elle était agitée de mouvements spasmodiques depuis une quinzaine de minutes et ne fus donc pas surprise. Chad, qui n’entendit pas ce qui s’était produit, ne sursauta pas non plus. Corban, lui, fit un bond de plusieurs centimètres.

Afficher en entier

Les vampires sont des êtres solides, peut-être même plus que les loups, tout simplement parce qu’ils sont déjà morts. Stefan avait longtemps été le bras droit de Marsilia, c’était un vampire extrêmement puissant. De son vivant, il avait exercé le métier de mercenaire. Au temps de la Renaissance italienne.

Mais Bran, c’était Bran.

Afficher en entier

Les loups n’étaient pas les seuls à saigner. On aurait dit qu’une sorte d’hôpital de campagne avait été installé à l’autre bout de la pièce. Je reconnus la femme qui s’était coupé les cheveux pour se libérer de l’elfe des neiges, mais elle semblait être plus du côté des soignants que des blessés.

Adam leva les yeux et me vit. Il avait l’air désespéré.

Afficher en entier

L’essaim des Tri-Cities s’était établi dans la région avant même que les villes existent. Marsilia avait été exilée là parce qu’elle avait couché avec le favori d’un autre vampire. C’était une femme d’influence, alors elle était arrivée en compagnie de plusieurs de ses vampires, dont Stefan, André, celui que j’avais tué, et un troisième personnage particulièrement malsain qui se nommait Wulfe.

Afficher en entier

Je ne pensais pas qu’il ait été au courant de l’existence des caméras, mais il les évitait quand même. Certaines créatures surnaturelles étaient difficiles à capturer sur film et, traditionnellement, les vampires en faisaient partie. La taille du vandale correspondait à celle de Wulfe, que je soupçonnerais en priorité pour tout ce qui concernait la magie. Vu qu’il était au courant que j’avais tué André, c’était aussi mon principal suspect dans le fait que Marsilia avait entendu parler de mes crimes.

Afficher en entier

Cela aussi, elle avait dû l’apprendre dans le journal, à mon avis. Double youpi. Je me souviens d’un temps où je faisais tout mon possible pour rester discrète parce que c’était plus sûr pour moi. C’était toujours le cas concernant ma sécurité, mais question discrétion, l’année qui venait de s’écouler avait légèrement ruiné ma couverture.

Inconsciente des pensées qui m’occupaient l’esprit, Amber continua à parler.

Afficher en entier

Ma mère était haute comme trois pommes. Elle n’avait que dix-sept ans de plus que moi, ce qui signifiait qu’elle n’avait pas encore cinquante ans et qu’elle en paraissait trente. Elle arrivait encore à porter les boucles de ceintures qu’elle avait gagnées au rodéo sur les ceintures qu’elle mettait à l’époque. En général, elle était blonde (j’étais à peu près certaine que c’était sa couleur naturelle), mais elle changeait de nuance chaque année. Actuellement, c’était un blond vénitien doré. Elle avait de grands yeux bleus innocents, un petit nez retroussé et une petite bouche charnue.

Afficher en entier

"La paranoïa avait de drôles de manières de se manifester. Moi, elle me donnait des crises d'angoisses, lui, elle le poussait à se garer là où il était certain de pouvoir s'enfuir à toute allure. La paranoïa partagée en couple... voilà qui promettait certainement des lendemains qui chantent."

Afficher en entier

— D’accord, acquiesça maman en jetant un regard sévère à Samuel. Cela étant, je ne sais pas ce qui se passe entre toi, ma fille et Adam Hauptman…

— Nous non plus, maugréai-je.

Samuel sourit.

— Nous avons atteint un compromis en ce qui concerne le sexe : c’est Adam qui y aura droit… un jour ou l’autre. Pas moi. Mais pour le reste, les négociations sont toujours en cours.

— Samuel Cornick ! m’exclamai-je d’un ton incrédule. C’est à ma mère que tu parles, là !

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode