Livres
387 967
Comms
1 360 268
Membres
276 219

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Métamorphoses



Description ajoutée par codis 2010-10-12T07:51:59+02:00

Résumé

Ecrit sous le règne de Marc-Aurèle, ce récit raconte les tribulations, à travers la Thessalie, d'un naïf qu'un mauvais sort a transformé en âne. Récit de magie, histoire de brigands, entre descriptions et pastiches oratoires, la présentation de l'ouvrage le donne comme un chef-d'oeuvre de la littérature latine.

Afficher en entier

Classement en biblio - 77 lecteurs

Or
13 lecteurs
PAL
28 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par ludivine 2009-12-17T20:53:56+01:00

Il y avait une fois, dans une certaine ville, un roi et une reine. ILs avaient trois filles d'une très grande beauté, mais les deux aînées, bien qu'elles fussent fort agréables à regarder, pouvaient, semblait-il, être louées avec des louanges humaines, tandis que de la plus jeune des jeunes filles la beauté était si extraordinaire, si éclatante qu'on ne pouvait l'exprimer ni la louer de façon suffisante à cause de la pauvreté du langage humain. Beaucoup de leurs concitoyens et un grand nombre d'étrangers, toute une foule curieuse qu'attirait le bruit d'un spectacle aussi rare demeuraient béats devant cette beauté jamais égalée et, approchant la main droite de leur bouche, l'index posé sur le pouce dressé, ils l'adoraient et lui prodiguaient les mêmes hommages dévots qu'à la déesse Vénus elle-même. ET déjà, dans les cités voisinnes et les cantons d'alentour, s'était répandu le bruit que la déesse née des profondeurs glauques de la mer, nourrie par la rosée des vagues écumantes, rendait à tout venat sa majesté accessible et se mêlait à la société des hommes ou, du moins, que des gouttelettes fécondantes étaient de nouveau tombées du ciel et avaient fait germer, sur la terre, et non plus sur les mers, une nouvelle Vénus, qui possédait encore la fleur de sa virginité.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Camileone 2017-03-19T10:31:43+01:00
Or

Lu - et traduit ! - en cours de latin, ce livre m'a beaucoup plus pour sa fraicheur en comparaison de Sénèque et Cicéon ... Je ne sais pas si j'ai fait une bonne lecture de ce livre ni si je l'ai vraiment compris dans toute sa symbolique mais j'en garde un bon souvenir ...

"Ego Lucius Corinthius ..."

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Parthenia 2016-04-02T11:07:29+02:00
Or

L'Âne d'or, récit de onze livres, constitue l'ancêtre du roman picaresque. C'est également un témoignage sur l'intérêt de l'époque pour tout ce qui touche au mystique et au merveilleux ainsi qu'un témoignage sur les activités des classes inférieures.

De plus, sur l'histoire principale, racontée par Lucius lui-même, viennent se greffer une foule d'autres récits, plus ou moins longs, rapportés par les protagonistes que Lucius rencontre au cours de ses péripéties (l'histoire de Socrate, l'histoire de Thelyphron, le conte de Cupidon et Psyché, l'histoire de la cuve, l'histoire du mari jaloux, l'histoire de la femme du foulon, l'histoire de la marâtre empoisonneuse, l'histoire de la femme condamnée aux bêtes)...

L'intrigue tourne autour de la curiosité de Lucius et de sa fascination pour la magie.

Cette curiosité se manifeste dès les premières pages quand Lucius supplie un marchand rencontré sur le chemin d'Hypata, ville de Thessalie, réputée pour sa magie et ses magiciennes, de reprendre pour lui l'histoire qu'il était en train de raconter à son compagnon de voyage dubitatif. Cette histoire est celle de Socrate, qui est victime des maléfices de Méroe, une sorcière ayant l'habitude de transformer en animaux ceux qui ont le malheur de lui déplaire, et qui inflige à cet amant qui la délaisse une mort en deux temps. Cette histoire est un premier avertissement à l'encontre de Lucius pour le mettre en garde contre les dangers de la magie, mais notre héros (ou devrais-je dire notre anti-héros) n'en tient absolument pas compte.

Car sa curiosité est à nouveau éveillée quand il apprend que Pamphile, la femme de son hôte, est versée dans l'art de la magie. Il séduit Photis, la servante de son hôtesse, dans l'espoir d'en apprendre davantage sur ces pratiques.

Le deuxième avertissement a lieu lors d'un banquet chez sa tante où Thélyphron raconte sa propre histoire : il perd son nez et ses oreilles, morceaux de corps recherchés par les sorcières pour leurs incantations, lors d'une veillée funèbre.

Le troisième avertissement survient immédiatement après le banquet avec l'épisode des trois supposés brigands que Lucius transperce de son épée; Lucius, victime en fait de la magie de Pamphile, est assigné à comparaître devant un tribunal, ce qui donne lieu à une scène extrêmement burlesque.

C'est à la suite de cette mésaventure que Lucius, nullement rebuté, convainc Photis de lui permettre d'assister en cachette aux pratiques surnaturelles de sa maîtresse. Mais la satisfaction de sa curiosité ne fait qu'enflammer son désir de pratiquer la magie par lui-même. Profitant de l'absence de Pamphile, Lucius avec la complicité de Photis s'enduit d'un baume magique, mais au lieu de se transformer en hibou, il se métamorphose en âne (livre III) !

Lucius est ainsi puni pour sa curiosité.

Il régresse de l'état d'homme à celui d'animal, et quel animal ! Un âne qui, comme nous l'apprend une note de Grimal, est réputé pour sa lubricité et sert de monture à Silène, le dieu de l'Ivresse...

Les circonstances vont l'entraîner à travers le pays où il passe successivement de maître en maître : des brigands, des esclaves fugitifs, des prêtres de la déesse syrienne, un meunier, un jardinier, un soldat, un pâtissier et un cuisinier puis leur maître... ce qui donne l'occasion à l'auteur de nous brosser une série de tableaux très vivants sur la vie quotidienne, où la violence, le sadisme et les crimes sont omniprésents !

Actes de brigandage sur les routes et jusque dans les villes, attaques de bêtes sauvages ou de chiens domestiques, capture de jeune fille noble pour rançonner sa famille, adultères, infanticide... Il est à noter que les femmes ont un bien méchant rôle : quand elles ne trompent pas leur mari, elles ont des désirs incestueux, ou se livrent à des tentatives d'assassinat sur leur mari devenu encombrant. Seules Plotine et Charité sont présentées comme des femmes honorables et fidèles.

Lucius traverse tous ces destins brisés en gardant son esprit humain et critique, se trompe parfois sur les apparences, ne résisite jamais à sa curiosité même en de périlleuses circonstances. Il fait également l'apprentissage de la misérable condition des animaux dont les forces sont exploitées jusqu'à ce que mort s'ensuive, qui sont brimés, battus, torturés même; d'ailleurs, notre pauvre Lucius pense plusieurs fois à se suicider pour échapper à son triste sort.

Ses vicissitudes font d'ailleurs penser à celles de Psyché, dont la touchante histoire constitue une part importante du roman puisque qu'elle occupe les livres IV, V et VI. Psyché est elle aussi punie pour sa curiosité lorsque Cupidon se rend compte de sa trahison et l'abandonne; elle va traverser toute une série d'épreuves, penser également à mettre fin à ses jours, avant de retrouver l'Amour.

Rassurez-vous, Lucius, riche de ses expériences, finira par retrouver forme humaine !

Et nous, nous refermerons ce livre dense en ayant souri, frémi d'horreur, éclaté de rire parfois face aux trouvailles burlesques ou aux jeux de mots de l'auteur, dont le goût pour les histoires et la satire (voire pour la gaudriole) nous fournissent un agréable moment d'évasion. Il y a bien quelques longueurs, notamment avec les processions religieuses, mais dans l'ensemble, cette quête initiatique est véritablement captivante. De plus, les notes de Grimal forment un support complémentaire très intéressant. Dommage que quelques erreurs sur certains mots se soient glissées çà et là...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Matou-miaou 2015-12-09T21:01:03+01:00
Lu aussi

Pas toujours évident de suivre la trame du récit mais L'âne d'Or est un roman déroutant et intriguant qui me laissera un souvenir plutôt positif en tête.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Missfirefly 2015-01-14T13:38:46+01:00
Bronze

Je l'ai lu pour le cours de Latin, et même si il est assez étrange j'ai bien aimé ! Surtout le mythe de Psychée !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Zelina 2014-11-27T19:55:47+01:00
Lu aussi

L'histoire en elle même est plutôt bonne : Lucius, un jeune homme curieux, veut tenter d'assister à une métamorphose provoqué par une sorcière, de passage dans une ville où elles abondent. Apprenant que son hôtesse est elle-même une sorcière, il séduit sa servante pour réaliser son souhait. Il arrive à voir la maîtresses métamorphoser en oiseau. Désireux de connaître lui aussi ce désir, il demande la servante de le transformer aussi. Mais celle ci se trompe de potion et au lieu de devenir oiseau.. Lucius devient âne! Pour redevenir humain, il doit réussir à manger une rose. Mais les échecs s'accumulent : il est vendu régulièrement et passe d'un maître à un autre, pour son plus grand malheur il est tour à tour battu, mal nourri, exploité...

Spoiler(cliquez pour révéler)
A la fin, c'est la déesse Isis qui a pitié de lui et lui permet de manger une fleur. La fin est assez étrange car Lucius se voue au culte de la déesse pour la remercier

Bref l'histoire en elle même est intéressante, surtout qu'elle est construite sous forme de récits embriqués : Lucius rapporte des histoires qu'il a entendu raconter.

Mais la place de la femme y est très mauvaise (elles sont toujours sorcières, prostituées, elles trompent leur maris, sont curieuses... il n'y a qu'Isis de positive !) et la place sexuelle y est trop forte à mon gout.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jdlagarde 2013-03-09T16:50:49+01:00
Or

Excellent livre, dont de nombreux passages ont été repris à la renaissance. Les métamorphoses sont un genre à part entière qui était en vogue dans l'antiquité.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sweet_candy 2012-04-02T22:06:34+02:00
Diamant

Ensemble de récits burlesques et mythologiques, contés sur le mode ironique. Excellent !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MyLoUlOuD 2011-10-08T12:39:01+02:00
Lu aussi

Je le lis également pour le cours de latin et même si c'est bien écrit dans l'ensemble, le nombre de récit enchassé devient pesant, pour moi : ça me donne l'impression de pas avancer dans ma lecture

Afficher en entier
Commentaire ajouté par dakota71 2011-09-24T12:27:09+02:00
Lu aussi

Inutile de préciser que je le lis moi aussi pour le latin. Quand j'ai demandé à ma prof si je ne m'étais pas loupé de livre elle m'a dit qu'elle avait choisi le plus soft dans la liste qu'elle avait faite. Ah vous etes sure?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par V_commelafee 2011-05-30T18:12:50+02:00
Lu aussi

en voila un livre surprenant!! étudié en cour de latin , c'est un des cours où j'étais le plus motivée. le plus dur c'est de se plonger dans le monde d'apulée, dans son étrangeté et dans sa beauté!!

Afficher en entier

Date de sortie

Métamorphoses

  • France : 2007-06-15 - Poche (Français)

Activité récente

Plume35 l'ajoute dans sa biblio or
2016-03-16T09:12:10+01:00

Les chiffres

Lecteurs 77
Commentaires 11
Extraits 1
Evaluations 14
Note globale 7.86 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Titres alternatifs

  • L'Âne d'or - Français