Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de michelchristelle : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
The Dark Duet, Tome 2 : Seduced in the Dark The Dark Duet, Tome 2 : Seduced in the Dark
C.J. Roberts   
Un choc.

Je ne m'étais vraiment pas attendue à quelque chose comme ça. Autant j'avais apprécié sans plus le tome 1 auquel j'avais trouvé de nombreux défauts, autant le tome 2 est super.

Les personnages évoluent très bien et sont plus que réalistes et attachants : ils nous font ressentir des émotions qui nous font pleurer, nous dégoûtent, mais jamais nous les font détestés. J'ai beaucoup plus apprécié Kitten dans celui-ci et Caleb et toujours aussi captivant.

Le double PDV que j'avais trouvé mal géré dans le premier tome est très bien utilisé dans celui-ci et [spoiler]apprendre à connaître Reed (donc son PDV) est juste suffisant pour maintenir du suspense sans nous ennuyer. [/spoiler] Le style de l'auteur a également évolué et est encore plus addictif (malgré les reprises un peu trop nombreuses de paroles).

La partie de l'histoire Dark est encore plus poussée et très dérangeante mais elle sert à développer les personnages et l'intrigue. Et l'action est très présente (surtout vers la fin) et bien menée, pour toujours plus de suspense !

J'avais trouvé le premier tome trop dans le Dark et sans romance vraisemblable. Beaucoup de points m'avaient génés dans ma lecture. Celui-ci est mille fois mieux et heureusement que j'ai essayé la suite de la série !

Par contre, j'ai vu que l'auteur avait sorti un troisième tome qui, sur ma Kindle, fait plus de 250 pages. J'ai commencé mais n'ai pas trop compris l'intérêt de ce tome. Je ne le lirai donc pas, voulant rester sur cette superbe note. 4/5


par cef95
The Dark Duet, Tome 1 : Captive in the Dark The Dark Duet, Tome 1 : Captive in the Dark
C.J. Roberts   
ATTENTION ! LECTURE EXTREME A NE PAS METTRE ENTRE TOUTES LES MAINS !

Tout d'abord, je tiens à dire que ce que j'estime très dangereux dès le départ, c'est le WARNING pas assez clair quand il n'est pas carrément inexistant pour les livres de Dark Romance ! => mes trois précédents essais n'avaient AUCUN warning (Percée à nue, Twist me - qui est même classé comme "New adult dark erotic novel" ou Tears of Tess)
Pour celui-ci, parler de "consentement ambigü" alors que ce sont des viols, ce n'est pas ce que j'appelle un warning par exemple…
Pour un genre aussi "tordu" que celui-ci, je trouve ça hyper important, surtout que ces livres sont assez facilement accessibles sur internet par n'importe qui, quel que soit l'âge ! Ceci étant dit…


Après mes précédents essais en Dark Romance et après avoir lu de très nombreuses critiques sur amazon.com et goodread, y compris sur les volumes suivants, j'ai décidé de ne pas lire ce bouquin finalement.
Je ne comprends pas comment on peut classer et considérer ce genre d'abomination comme des romances (horreur, thriller, polar, etc, je veux bien... mais romance, même dark, NON QUOI !).

Par ailleurs, comme par hasard, c'est toujours une femme (de préférence jeune => 18 ans bordel !!!) qui est enlevée, torturée, violée, battue, dégradée et j'en passe et qui, comme par hasard, tombe "amoureuse" de son bourreau…
Et sérieusement, ça vous fait fantasmer un mec qui viole et torture une femme (enfin, plutôt une fille dans ce cas vu son âge et sa virginité) ?!? Vous trouvez ça stimulant et érotique ?!? O__O
=> parce qu'en classant ce bouquin comme dark erotica, ce n'est rien de moins qu'une érotisation du viol et de la torture ! Bon sang, cette fille est dressée à ressentir du plaisir à être violée et torturée ?!?!?!? Et après, on appelle ça "consentement ambigu", clair que ça sonne fichtrement mieux hein ! (Le consentement sexuel n'est JAMAIS ambigu ! Si le consentement n'est pas sûr, c'est que ce n'en est pas !)

Alors je me pose quelques questions pour celui-ci particulièrement :

- au vu de ce qu'a manifestement vécu le "héros" et qui devrait nous apporter une soi-disant compassion ou obligeance envers lui (sérieusement ?!?), pourquoi lui n'est pas tombé amoureux de son "violeur/ravisseur/tortureur" ?

- en quoi le fait de kidnapper et détruire de toutes les manières possibles une jeune fille parfaitement inconnue pourrait-il l'aider à se venger ?

- quelle est "l'excuse" pour toutes les autres femmes qu'il a détruites et vendues comme esclaves sexuelles avant ? (puisque celles-ci n'étaient pas destinées à sa vengeance)


Lisez donc "La moitié du ciel" de Sheryl WuDunn et Nicholas Kristof.
Ou encore "Trafic de femmes" de Lydia Cacho.
Ca c'est la réalité du monde et de ce que vivent les esclaves sexuelles… Après, revenez me dire que c'est normal et trop cool d'essayer de tourner des histoires pareilles en quelque chose de "romantique", "sexy" et "sensuel/érotique"…

les bouquins sont ici :
http://booknode.com/la_moitie_du_ciel_01027233
http://booknode.com/trafics_de_femmes_01191553


Quand je me suis essayée à la Dark Romance, je ne m'imaginais pas du tout ça je dois dire… Ce genre d'histoire n'a strictement rien de romantique, je ne comprends pas que ce soit classé dans "romance"… Je m'attendais à des histoires très noires ou dans un milieu très noir et dur (guerre, mafia, gangs, etc…) et à la limite, oui, que la fille souffre… MAIS PAS DES MAINS DU HEROS !!! Pour moi, on ne peut pas écrire une histoire d'amour avec un héros qui fait subir tout ça à l'héroïne (parce que c'est souvent dans ce sens) ! Et on ne tombe pas amoureux de son bourreau, ça n'a rien de crédible, surtout s'il vous traite comme ça ! (ou alors, appelons ça par son vrai nom, du conditionnement, et pas de l'amour !)

Après, j'aurai pu comprendre si on avait classé ces bouquins dans le genre psychologique (et encore, psychologie vraiment tordue et extrême), mais dire, à la fin, "quelle magnifique histoire d'amour", c'est une blague ?!? On peut aimer un livre très noir et glauque, mais il ne faut pas perdre de vue la réalité à mon sens ! Là, on parle de viol, torture, destruction mentale et j'en passe du personnage masculin sur le personnage féminin ! COMMENT peut-on trouver qu'il y a de l'amour dans ça ? Ce n'est pas de l'amour, c'est de la dépravation humaine ! Pour qu'il y ait de l'amour, il faut du partage, du consentement, du respect… dans ces bouquins, il n'y a rien de tout cela, ce n'est que de la noirceur et de la malveillance, de l'obsession et de la violence…

Ce qui me dérange donc le plus dans la Dark Romance, c'est le classement dans "romance" et les commentaires qui trouvent que ce sont de magnifiques histoires d'amour…
J'ai lu des bouquins très durs, comme "Séquestrée" de Chevy Stevens, où j'ai été remuée et profondément touchée et horrifiée de ce que vivait l'héroïne… mais ça n'a pas été tourné en histoire d'amour et c'est pour ça que j'ai apprécié ces livres !

Une lectrice de goodread a décrit sa lecture comme : regarder un ours se faire torturer pour qu'il danse... et considérer du coup que l'ours veut et aime danser et éprouve de l'affection pour son dresseur...
Je ne peux qu'être d'accord avec cette description !

Allez, bonne lecture, je vous laisse pour aller retrouver mes vraies romances (érotiques ou non) où les protagonistes se traitent avec respect et amour… Et si un jour un Dark Romance apparaît où le héros ne violera, battra, torturera et détruira pas l'héroïne mais que ce seront "eux contre le monde cruel dans lequel ils vivent", qu'on me prévienne et je le lirai parce que CA ce serait de la dark romance à mes yeux !



PS : j'encourage toute personne à lire ne serait-ce que la page wikipedia sur "la culture du viol" et à comparer avec les livres de Dark Romance, qui sont à mon sens la démonstration la plus extrême et l'expression noir sur blanc de cette "culture"…
Je considère d'ailleurs que pour écrire des trucs pareils, ces auteurs doivent être profondément sadiques et misogynes.

par Vitany
Ne ferme pas ta porte, saison 1 Ne ferme pas ta porte, saison 1
Lanabellia   
Un avis plus détaillé sur : https://wp.me/p6618l-9M1

{Jenni} :

« Ne ferme pas ta porte » est une agréable surprise en soi tant j’ai été happée par le récit et tant j’ai été étonnée du tournant que prend cette histoire ! Je ne pensais pas accrocher à un triangle amoureux comme celui-ci et pourtant je dois admettre que ce qu’a fait Lanabellia fonctionne… Et même très bien d’ailleurs car une fois qu’on y est, on ne veut plus arrêter !


Comme dit l’adage, de la haine à l’amour il n’y a qu’un pas… Entre Dévin et Emily c’est une haine qu’ils se vouent depuis plusieurs mois. Entre eux le courant ne passe pas. Ils ne se supportent pas, au point de se prendre le bec à tout bout de champs, sans temps mort et sans répit, prenant à chaque fois un grand plaisir à se rendre coup pour coup.

Manque de peau, elle est obligée de se le coltiner en permanence car Dévin est le petit ami de sa sœur, avec qui elle habite et dont cette dernière est follement amoureuse ! Dès qu’il en a l’occasion, il ne cesse de l’embêter pour la faire sortir de ses gonds. Même si elle parvient à lui tenir tête, à force leurs agissements vont les pousser à bout, car à se provoquer continuellement… ils finissent par déraper… et ce qui devait arriver arriva finalement…


Ce livre nage en plein délire, mais que c’est plaisant !!! J'ai adoré détester ces personnages comme j'ai détesté les aimer !

Les provocations, le trouble, l’attirance et la tension sexuelle sont les choses qui font qu’on prend un malin plaisir à se prêter aux petits jeux de séduction qui s’installe entre les deux héros. Il y’a du sexe et même beaucoup de sexe mais cela rend l’histoire plus convaincante car c’est en « consommant » que Emily et Dévin vont s’apercevoir qu’entre eux c’est plus que ça et qu’en fait… leur haine les rapproche tout autant et les rend plus complices que jamais… [...]

Mais malgré tout on se laisse emporter dans ce triangle amoureux… Particulier certes. Mais étant donné que la relation est prenante, tant les personnages sont fougueux, on ne peut se résoudre à se détacher car l’envie de savoir ce qui va se passer est trop forte. On les déteste pour finalement à la seconde d'après les adorer !

[...] On s’accroche à leur histoire et c’est pour cela que nous faisons qu’une seule bouchée de ce roman, tellement c’est addictif ! Emily et Dévin jouent avec le feu en permanence et même si leur relation est malsaine et dangereuse j'ai été captivée par l'attraction au point de dévorer ce livre d'une traite ! Il y règne principalement une atmosphère torride mais surtout tordue au niveau de l'interdit. [...] A quand la suite Lanabellia car l’attente va être horrible ?!?
Sweet Home, Tome 3 : Sweet Fall Sweet Home, Tome 3 : Sweet Fall
Tillie Cole   
Les deux premiers tomes avaient été de véritables coup de coeur. Celui-ci est bien au-delà!

Dans ce livre Tillie Cole avoue dès l’avant-propos qu’elle aborde un trouble qu’elle a vécu elle-même. Une maladie grave qui a bouleversé sa vie. Le thème est mis en place sans tergiverser pour nous préparer et c’est tant mieux! Parce que pour quelqu’un comme moi qui n’a pas connu cela, ce fut brutal.

Lexi est souffrante. Et en plus d’être physique, sa maladie est aussi mentale. Les chapitres dans lesquels elle prend la parole sont terribles parce qu’on voit exactement comment ce trouble prend place dans sa vie jusqu’à la noyer et l’isoler de tous. Lexi est envahie par une voix qui veut prendre le dessus. Une voix oppressante qui refuse de la lâcher jusqu’à ce que la jeune femme, épuisée la laisse prendre le contrôle.

Ce qui est étrange c’est que cette voix prend de l’ampleur même dans des moments improbables et grave. Certains moments pendant lesquels j’avais envie de secouer Lexi pour lui dire de se regarder pour qu’elle se voit comme Austin la voit!

Cette maladie est tellement anxiogène qu’elle prend toute la place jusqu’à rendre le reste insignifiant. Et si on ne l’a pas vécu on ne peut pas le comprendre. Le fait que l’auteure reconnaisse en avoir souffert rend Lexi encore plus touchante et fragile. Encore plus vraie.

Austin lui est aux prises d’un gang. Seul de sa fratrie a aller à l’université, il compte sur sa sélection en NFL pour aider ses frères et sa mère.

Mais on ne quitte pas un gang comme ça et son frère Axel fait des erreurs qui pourrait faire perdre toutes ses chances à Austin. Quand à son petit frère Levi, à 14 ans il est malheureusement parti pour faire comme Axel. Du coup chaque fois que l’on arrive aux chapitres d’Austin, on a un sentiment d’oppression intense. Il doit gérer le sport, ses frères, le gang, sa mère malade et en plus, les troubles de Lexi lorsqu’il les découvre.

C’est là que l’on voit que même ne faisant tout pour s’en sortir, la vie peut quand même continuer à vous enfoncer jusqu’à ne plus voir la lumière au bout du tunnel.

Austin se bat avec les armes qu’il a entre les mains et hélas, ce ne sont pas les meilleures. Ce garçon est incroyable et il force l’admiration.

Et lorsqu’à la fin tout se dégoupille un peu, il semble que la lecture se fait plus légère, on peut souffler un peu. Pourtant, il aura fallu passer par des scènes terribles où l’émotion était vraiment intense. Plusieurs fois j’ai eu les larmes aux yeux!

Et voilà, encore une fois Tillie Cole confirme son talent. Elle a su me toucher et m’offrir des personnages différents. Jamais elle ne reste sur le même chemin, et j’adore la suivre pour découvrir de nouvelles histoires!

Je sais que le tome suivant concerne Ally. Quant au dernier, il est sur Levi. J’ai tellement aimé ce gamin paumé que j’espère sincèrement que Milady l’éditera! Il faut absolument que je sache ce que les frères Carillo deviennent (oui, même Axel!)

par emmaelys
Stiletto, Tome 1 : Serial loveuse Stiletto, Tome 1 : Serial loveuse
Lauren Layne   
https://sweetyhoneyaddictions.blogspot.com/2018/07/stiletto-tome-1-serial-loveuse-lauren.html

Comment réagiriez-vous si une jeune et belle chroniqueuse publiquement connue pour ses relations futiles se lançait dans une relation plus significative pour un article ? Vous sentez le piège n’est-ce pas. Mais comment vous sentiriez-vous si justement l’heureux élu, connu pour ces relations sérieuses (et insipides), se lançait de son côté dans un pari avec un collègue (comme par hasard) en le mettant au défi d'avoir une aventure à court terme. Et bien moi, je me suis plutôt bien amusée de cette situation.

Lauren Layne a beau se lancer dans une situation plus ou moins prévisible, j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir les personnages, l’intrigue, le contexte. La plume de l’auteure est légère et simple. On se retrouve dans une sorte de petite comédie romantique à deux voix basique mais efficace. Les deux héros se retrouvent à leur insu dans le rôle du piégeur et du piégé.

J’avoue je m’attendais à ce que ce soit une héroïne superficielle, surtout quand on sait qu’elle travaille dans un magazine féminin (préjugé bonjour je ne me félicite pas). Je n’ai pas trouvé que l’auteure souhaitait véritablement de la profondeur à son histoire, d’autant que les moments les plus touchants tombent parfois un peu comme un cheveu dans la soupe. Ce détail mis à part, on s’amuse cependant à les voir se dépatouiller de leurs mensonges. Ils rament l’un l’autre mais ils ne peuvent pas nier qu’ils apprécient de plus en plus les moments qu’ils passent ensembles. Seulement comment se sortir de ce genre de situation quand les sentiments s’en mêlent ?

Je ne peux pas vous en parler plus, vous perdriez l’intérêt du roman si je venais à vous donner plus de détails. Malgré tout, le petit trio de journalistes de chez Stiletto est bien sympathique. Julie et Mitchell sont adorables et la journaliste ouvre la voie en direction de l’amour toujours. Je suis curieuse de voir ce que Grace et Riley vont vivre.
Lingerie, Tome 2 : Beauté en Lingerie Lingerie, Tome 2 : Beauté en Lingerie
Penelope Sky   
Bon là ça commence à faire un peu réchauffé... Mais bon c'est un tome qui fonctionne encore, bien que j'ai quand même préféré le premier tome. Conway m'a un peu moins plu dans ce second tome. J'ai quand même hâte de lire la suite.
Dragon Love, Tome 1 : Noir ébène Dragon Love, Tome 1 : Noir ébène
Lil Evans   
J'ai un avis très mitigé sur ce livre. Lorsque j'ai atteint la moitié de l'histoire je me suis dite, c'est le genre de livre qui est addictif même s'il est bourré de défauts qui me font grincer les dents. Mais quand j'ai atteint un certain stade, l'addictivité s'est faite la malle et je n'arrêtais pas de me taper la tête sur le mur. Bon laissez moi vous résumer ce qui c'est passé. Soyez prévenus qu'il risque d'y avoir des spoilers. Salem, une femme sans le sous décide d'aller travailler dans un manoir louche sous un patron pervers et psychopathe. De un toute personne, si désespérée soit-elle, réfléchirait deux fois avant de s'engager dans un travail dont elle ne connaît pas l'histoire. Bon passé ce stade-là, j'ai réussit à fermer les yeux parce qu'elle était bien intentionnée et déterminée à sauver Teren et Heaven (en passant c'est quoi ces prénoms pourris, Mase, Fallen, Konnor Mexcen ou je ne sais pas quoi, je n'arrive même pas à bien les écrire Aubrey pour un homme…) Enfin bref, je ne sais pas. Bon jusqu'avant le sauvetage, j'étais dedans et j'appréciais quand même l'histoire. Les personnages me semblaient vivants avec des caractères bien trempés et il y avait quand même du suspense et puis, soudain, l'histoire est devenue un roman d'amour fleur bleue et si mielleuse qu'elle m'a donné envie de vomir parfois. Je n'arrive même pas à comprendre comment tout à coup la transformation de la haine en amour s'est passé. Bon Dieu, il a faillit la tuer et elle arrive à lui pardonner. Bon ça c'est rien devant ce qui va arriver. Juste une petite mention pour l'auteure, pourquoi s'échine-t-elle à toujours faire pleuvoir les ennuis et à interrompre les protagonistes que lorsqu'il sont en plein ébats. Elle l'a fait trois fois au courant de l'histoire. C'était vraiment de la méchanceté gratuite. Pourquoi? POURQUOI? Bon passons maintenant au moment où Teren pris par une crise de panique face à la mortalité de sa bien aimée, décide de la tromper pour se rassurer… Sans commentaire. Un raisonnement tordu et illogique et il mérite d'être plaqué pour toujours pour ça même s'il l'a regretté par la suite. Dès cette scène là mon enthousiasme m'a quitté car ça devenait vraiment du n'importe quoi. Après, l'heure des révélations c'était vraiment trop quoi. Le docteur qui était son frère Mase qui a tué ces parents adoptifs et qui l'a torturée quand elle était petite et *surprise suprise* Salem qui est adoptée est bien sûr une élementaire d'eau et n'est après tout pas mortelle. Elle possède la longévité mais ne possède pas ses pouvoirs de guérison et autres. Aucune idée quoi. Teren lorsqu'il s'est rendu compte qu'elle est immortelle s'est rongé les doigts après sa trahison. *Palm Face* Et finalement salem a finit par lui pardonner et il redevinrent les deux amoureux tout cuculs qui sont obsédés par le sexe et parfaits pour un roman à l'eau de rose. Je ne sais pas s'il y a une suite avec Salem et son Dragon ou ben ça va être sur d'autres personnages mais en tout cas ce livre était pour moi une vraie déception et je ne sais pas si je vais lire la suite si elle sort un jour. ça avait vraiment du potentiel mais les réactions disproportionnées des personnages et le scénario un peu trop farfelu pour moi ont vite finit par me refroidir.

par zoubaayed
Lovelace, tome 2 : L'interdit Lovelace, tome 2 : L'interdit
Isabella Mikaelson   
Deuxième opus de la saga Lovelace, c’est l’histoire de Cameron qui nous est narrée, le second des quatre amis, Adam, Elliot, Lucas rencontrés en maison de redressement.

La meilleure amie de sa sœur arrive, et Cameron est réquisitionné pour faire le baby-sitter pendant quelques mois. Summer vient d’obtenir un stage au New York Museum. Cameron se retrouve face à une femme sexy et plus du tout une gamine, mais c’est une zone interdite.
Malgré des années de séparation, Cameron a toujours autant de pouvoir d’attraction sur Summer. Son premier béguin est toujours d’actualité, mais c’est devenu un vrai coureur de jupons.

Cameron Black est maintenant directeur marketing, il a quitté l’Angleterre huit ans plus tôt après avoir été mis dehors par son père. Pour lui, les femmes se valent tous, et perdent tout intérêt après avoir atteint son but. Au côté de Summer, il veut redevenir lui-même sans être hanté par son passé.
Summer Bennet, vingt-et-un ans, vient d’obtenir sa maîtrise en histoire de l’art et un stage au New York Museum. C’est une jeune chaleureuse, avec une belle joie de vivre.

La narration est la première personne du point de vue Summer et parfois celui de Cameron. Le changement est marqué par leurs prénoms. La plume est facile à lire, et fluide. Le rythme est plaisant, l’histoire avance malgré quelques passages alourdissants et sans réel but, comme la rencontre du docteur avec son chien.
Les émotions restent intéressantes. Cameron pense que l’amour est éphémère, il a grandi sans et vit sans. Seule l’amitié de ses amis représente de l’amour dans sa vie. Quant à Summer, elle a vécu au sein d’un foyer aimant jusqu’à la mort de son père. Tous deux se complètent, et s’attirent. Les sentiments paraissent sincère et réelle. Les scènes érotiques sont sensuelles, torrides, explicites et très fréquentes, peut-être même trop.
L’intrigue est bien menée, malgré quelques rebondissements et sujets délicats qui n’atteignent pas leur but. Cameron a un passé sombre, il a dû faire certaine chose pour survivre lorsque que son père lui a coupé les vivres. Grâce à Gloria une ancienne maîtresse, il a réussi à gagner de l’argent, reprendre ses études et trouver un travail. Elle l’a peut-être aider dans le passé, aujourd’hui elle peut lui nuire. Tout acte a une conséquence, à nous de l'assumer. L'intrigue tourne principalement autour des choix de Cameron, Summer reste en retrait.
Les personnages secondaires sont attachants, très peu de nouveaux : Adam et Emma, Jessica, Liam, Elliot, et Alex, la sœur de Cam, Jamie Green le patron de Summer, David un autre stagiaire, Gloria,...

Une belle romance malgré quelques passages ou révélations n'atteignant pas leur but, comme le côté sombre de Cameron peu exploité. Les personnages sont attachants et intrigants. La plume est attrayante et fluide. Un second tome plus sympathique que le premier, malgré des zones d’ombres restantes. À voir avec la suite de cette aventure.

par Matoline
Black Fidelity, Tome 2 : Au-delà des promesses Black Fidelity, Tome 2 : Au-delà des promesses
Shelby Kaly   
Comme une connexion d'âmes qui dépasse la raison, certaines personnes, vivent un amour inconditionnel, hors norme, qui ne rentre dans aucun schéma d’amour classique. Mais l’accès à cet amour absolu peut avoir un prix. Il ne faut surtout pas croire que ce soit facile. Non, loin de là ! Le parcours pour y arriver est semé d’embûches et de beaucoup d’obstacles. Mais un lien, un fil rouge invisible qui les lie entre elles, va les pousser à se rencontrer, s'apprivoiser, se déchirer mais surtout les guider à travers la confusion et le désordre de la vie pour ne pas qu'ils se perdent.

" Parfois, lorsque l'amour est vrai entre deux personnes destinées l'une à l'autre, elles sont inséparables."

Âme perdue en plein cœur de la Cité des Anges, Jett Campbell, sulfureux chanteur du groupe de Rock "Black Fidelity", au tempérament caractériel et excessif, n'est plus que colère, douleur et souffrance. Détruit par sa rupture avec son amour de jeunesse, il sombre petit à petit dans les méandres d'une autodestruction mettant sa vie et le futur de son groupe en danger. Véritable exutoire, la dépravation, les excès et la noirceur des paradis artificiels, rythment son quotidien et ses nuits. Incision nette et précise, cette séparation a emprisonné son cœur, l'anesthésiant de toute émotion. Il ne ressent plus rien, replié sur lui-même, sa vie lui semble fade et triste, jusqu'à perdre tout engouement dans ce pour quoi il excelle le plus, la musique.

Tel le murmure d'un Tom Booker*, Lynn Jefferson va être mise sur la route de Jett intentionnellement à la demande de Sean, son frère, décidé à réagir et à trouver la solution pour le sortir de cette déchéance. Assistante personnelle pour les stars, reconnue dans sa profession pour son professionnalisme et son aisance à s'adapter à tout type de situation, elle va avoir la mission désespérée de réussir à délivrer Jett de son mal-être, à le désintoxiquer, au sens propre comme au figuré, et à lui redonner goût à la vie. Pleine d'énergie, toujours positive, Lynn est une femme qui contrôle sa vie de A à Z. Tout est réfléchi et pensé, comme toutes les notes d'une partition, chacune à sa place et aucun grain de sable ne doit venir perturber l'harmonie de cette mélodie parfaite en apparence. Derrière cette allure combative, Lynn est emplie de souvenirs qui empoisonnent son être. Malgré l'amour et le soutient que lui portent Amy et Lucas, ses deux meilleurs amis inséparables et indissociables à son équilibre, elle est devenue hermétique aux relations et ne fait plus confiance aux hommes.

Cette rencontre, explosive et électrique, entre ces deux êtres brisés par leur passé et accidentés par l'amour, nous plonge dans une violence émotionnelle où les douleurs respectives de Lynn et Jett vont avoir un effet dévastateur sur les carapaces capitonnées construites par chacun. Au-delà des sens qu'elle se refuse depuis longtemps à écouter, au contact de cet homme magnétique, terriblement sexy, complexe et vulnérable, Lynn va être touchée par son âme meurtrie. Au risque d'ouvrir à nouveau son cœur, Jett ressuscite en elle une exaltation de sa sensualité, de ses sensations et de son plaisir.

Lynn est la douceur quand je suis la douleur. Elle est la raison quand je suis la folie. Elle est l'oxygène quand je suis l'incendie. Elle est ma maison quand je suis perdu.

Un vertige d'émotions et de désirs intenses sur leur corps et leur cœur qui va les mettre à l'épreuve de sentiments irrémédiables et douloureux. Et quand le passé vient bousculer et semer le chaos dans cette relation déjà si fragile, le lien si difficilement établi peut être rompu. Car l'amour, s'il est manipulé, peut devenir un véritable poison, sournois et destructeur.

J'ai eu le cœur serré à la lecture des dernières lignes du tome 1. Instable émotionnellement, j'étais partagée entre sentiments de tristesse, de rage et d’incompréhension. Des émotions qui m'ont envahies comme elles ont envahi Lynn. J'étais perdue entre haine et sollicitude, en demi-teinte pour Jett, perdu lui aussi dans son abime du passé.

Il y a énormément d’amour, de tendresse mais aussi beaucoup de détresse entre ces deux êtres, qui finalement n’ont besoin que d’un seul souffle, le leur à eux, pour retrouver le goût de l’envie et de la vie. Mais les démons d’un passé en rédemption peuvent faire basculer la fragilité d’un souffle retrouvé. Tout peut-être compromis en une seconde, par un geste ou une attitude, qui marqueront la suite de leur histoire.

On ne peut pas non plus rester insensible à ce cri de détresse. Celui d'un frère, Sean, rongé par la peur du comportement autodestructeur que s'inflige Jett. Un amour fraternel sans limite qui les unit et pour lequel Sean mettra tout en œuvre pour sauver son frère de ses démons qui vont et viennent. Il va être présent pour lui, bienveillant et protecteur. Assurant l'interface entre Jett et le groupe, il va veiller à ce que la situation interfère le moins possible avec leurs obligations professionnelles, celles que le groupe des Black Fidelity a vis à vis de son public mais aussi de la maison de disques. Sean, dès le départ, a emporté mon cœur. J'ai eu un véritable coup de cœur pour ce personnage si attachant et bienfaiteur pour son frère. Comme un ange gardien, il est celui qui va relier les deux parties du fil rouge de Jett et Lynn. Toujours là pour eux. Un début de T2 qui avait pansé mon état d’âme, me transposant dans une harmonie sensuelle et idyllique. Je ne pouvais pas imaginer, que j'allais refaire un tour sur ces montagnes russes, de sentiments destructeurs et déchirants. Un tome plus sombre et qui nous embarque dans une tourmente infernale. Celle du sacrifice qu'on peut faire par amour au-delà des promesses qu'ils ont pu se faire. Il y a une scène qui vous marque plus que d'autres, en ce qui me concerne, ce sera ce passage dans le bar, où l’on ressent exactement le tsunami intérieur que ressent Jett à ce moment-là. C’était juste très "déstabilisant", j’étais spectatrice de sa détresse. Un passage retranscrit de façon si réel, que c’en était troublant. J'aurais tant aimé pouvoir intervenir et l'aider à cet instant.

A partir de là, je n’ai pas pu m’arrêter de lire, m’abreuvant de leur parole, de leur regard, de leur souffle. De cette tension qui vire à la survie, parce qu’ils ont ce besoin unique pour survivre que de se posséder, de façon viscérale et indissociable. Shelby pourrait faire un chapitre exempt de tout dialogue entre eux, tant leur comportement, leur attirance, ce fil rouge dont elle évoque la légende est si fort et unique qu’on devine leurs pensées et leurs sentiments. C’est pur, c’est enivrant et pourtant si déchirant que c’en est addictif.

Je crois, non, je suis sûre, à la lecture de ces dernières lignes, que mon cœur est en suspens, ma respiration en apnée, réclamant tous les deux la dose nécessaire de cet amour si fragile et si fort à la fois. Entre passion, manipulation, jeu de pouvoir et vengeance, ce tome 2 m'a rendue dingue et complètement accro. Magicienne d'une mélancolie palpable à tous les chapitres de cette sublime histoire, merci Shelby pour ce magnifique moment passé avec eux.

Un énorme coup de cœur pour lequel je suis tellement impatiente de retrouver la suite, le 15 Novembre, date de sortie du prochain et dernier tome qui va nous renverser le cœur.

Parce que c'est lui et que c'est elle ..

Je vous invite à écouter la chanson Eternal Regrets de Evenline qui marque de façon significative cette histoire.
* Référence au film "L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux"
Passion en Backstage, Tome 3 : Cool Pulsations Passion en Backstage, Tome 3 : Cool Pulsations
Jamie Shaw   
https://sweetyhoneyaddictions.blogspot.com/2018/07/passion-en-backstage-tome-3-cool.html

Nouvelle plongée dans l’univers des Last Ones to Know. J’apprécie tellement ce groupe, ils sont tous si attachants tous autant qu’ils sont.
Avec Cool Impulsions, on fait un petit retour en arrière et un parallèle avec les événements passés lors du précédent roman et on suit la nouvelle rockeuse Kit. Elle m’avait beaucoup intrigué dans le précédent roman, j’avais hâte de voir ce qu’elle nous cachait et je n’ai pas été déçue.

Jamie Shaw n’a pas son pareil pour nous plonger dans son monde. Cette passion pour la musique est saisissante et on vibre réellement avec ses personnages dès qu’ils s’expriment sur ce que la musique représente pour eux, ce qu’ils ressentent à jouer avec leurs instruments de prédilection. Pour Kit et Shawn il s’agit de guitare et pour le coup ils s’entendent parfaitement bien à ce sujet. Pour d’autres par contre...

Kit a une personnalité vive, pétillante, un peu borderline. Elle est entourée depuis toujours de testostérones. Entre son jumeau et ses trois frères aînés, il a bien fallu qu’elle trouve sa place et s’impose. Et voilà qu’elle se retrouve en plus avec quatre nouveaux mâles de plus dans son quotidien.

Elle a un objectif précis, percer dans la musique. Si en plus ça se fait avec les Last Ones c’est encore mieux. Mais se retrouver si proche de Shawn ne va pas être aussi évident qu’elle le pensait.

Tout le long du roman, on se retrouve confronté à beaucoup de mensonges, beaucoup de non-dits. Kit jongle tant bien que mal entre l’inquiétude qu’elle ressent pour son jumeau qui vit une période délicate, le désir qu’elle éprouve pour Shawn alors qu’elle devrait le détester, les mensonges qu’elle débite à tout le monde pour ne pas subir la sur-protection de ses frères. C’est entêtant et assez prenant. Mais forcément à un moment donné, les choses dérapent. Elles dérapent toujours.

J’adore ce qu’a fait l’auteure avec cette saga, j’aime son humour, sa douceur. Même si l’amour est un élément de base, je trouve que l’amitié a une part très important encore une fois. La relation entre Kit et Kale son jumeau est si forte, ils se soutiennent coûte que coûte même si l’autre est dans le faux. Kit se lie aussi d’amitié avec Leti, mais rien d’étonnant finalement quand on connaît le contexte.
Et puis, les liens se tissent avec les musiciens et c’est tellement naturel. Forcément, on s’éclate à suivre tout ce petit monde.

Bon, je n’en oublie pas Kit et Shawn. Leur relation est complexe et pourtant si évidente. Ils ont tellement de choses à vivre, à se dire. Pourtant ils vont tout faire de travers. Ils vont batailler, se rapprocher et bafouiller.
Je n’aurai pas été contre le POV de Shawn mais cela aurait-il réellement été pertinent ?

Tous sont attachants et amusants, alors si vous ne vous êtes pas encore lancé dans cette saga, il est temps. Il me tarde de voir comment Mike va gérer Danica la maléfique, il est certain que Shaw nous met l’eau à la bouche avec son épilogue.