Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de mick19 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
S'il vous plaît, sauvez-moi S'il vous plaît, sauvez-moi
Helen Callaghan   
Impeccable ! Dans la même veine que « la fille du train », ce thriller psychologique nous plonge dans le mental de ce professeur de 35 ans, dont la vie personnelle est en train de sombrer, puisque son mari vient de la quitter, et qui, alors qu’elle tient une rubrique d’aide aux adolescents dans un petit journal régional, se retrouve plongée à son corps défendant dans une inquiétante enquête de disparitions et de meurtres… Ce récit totalement du point de vue de notre héroïne fragilisée, Margot, est entrecoupé de scènes vécues par deux autres protagonistes, destinées à faire monter notre -- la suite https://atoutlivreblog.wordpress.com/2017/04/26/sil-vous-plait-sauvez-moi-helen-callaghan/
Les brumes du Caire Les brumes du Caire
Rosie Thomas   
J'ai lu plusieurs livres de cette auteure avec un certain plaisir .Roman très agréable à lire qui met en évidence les problèmes que les parents peuvent rencontrer avec leur enfant. C'est un message d'espoir pour les parents. Beau livre sur l Égypte et ses moeurs pendant la guerre 40/45. Belle histoire familiale à travers 3 générations d'anglaises...Les brumes du Caire c’est aussi un livre qui nous dépayse, qui nous fait voyager.

par DFleura
Le bal de coton Le bal de coton
Marthe Gagnon-thibaudeau   
J'ai lu ce livre lorsque j'étais adolescente et j'avais beaucoup aimé. Bien entendu, ce n'est pas l'action ni le suspense que l'on retrouve ici, mais bien un personnage attachant et une histoire qui fini bien. Roméo est le benjamin de sa famille et décide de faire médecine alors que les autres membres de sa famille ont des métiers plus modeste. On voit alors un peu de jalousie de la part de ceux-ci croyant qu'il est devenu riche avec son nouveau statut. Roméo reste tout de même très généreux (si ce n'est pas trop) et se montre très amicale avec sa famille. Quelques moments attendrissants et amusants vous y attendent. L'histoire du ver solitaire restera dans ma mémoire à jamais. Bonne lecture en perspective avec ce livre.
Des nouvelles d'une p'tite ville, tome 4: 1970, Jacques Des nouvelles d'une p'tite ville, tome 4: 1970, Jacques
Mario Hade   
Bien qu’il soit le fils de l’infâme Émile Robichaud, Jacques a toujours été choyé par la vie. Le sachant brillant et curieux, chacun s’attendait à ce qu’il s’épanouisse sur tous les plans, contrairement à d’autres membres de son clan.

À la fois carriériste et engagé, Jacques travaille pour une grande banque tout en s’indignant contre le capitalisme. Cette dualité fait sourciller certains de ses proches, notamment son frère Yvan, grâce à qui il a obtenu son poste.

Influencé par Françoise, sa compagne de longue date, le jeune homme prendra la décision de retourner sur les bancs d’école et de balayer enfin la confusion qui entoure ses aspirations.

Mais les Robichaud étant souvent victimes des coups du destin, Jacques sera-t-il le prochain à subir la malédiction familiale ?

par Casseau
Célébutantes : Comment se faire un prénom dans la jungle d'Hollywood ? Célébutantes : Comment se faire un prénom dans la jungle d'Hollywood ?
Amanda Goldberg   

Lola Santisti, 26 ans, fille d'un réalisateur oscarisé et d'une mère accro aux restos branchés de Los Angeles, a deux problèmes : elle est acteurolique et atteinte du trouble du déficit de carrière. Elle a pris trois bonnes résolutions : ne plus jamais coucher avec un acteur, cesser d'être seulement une " fille à papa célèbre ", trouver un boulot qui lui plaît. Son meilleur ami, styliste, l'embauche alors pour une délicate mission : persuader les stars de porter ses créations aux Oscars, occasion rêvée pour Lola de percer dans le milieu impitoyable de la mode... Or sa pire ennemie travaille chez Prada. Et la jungle d'Hollywood regorge d'autres " célébutantes " aux dents longues qui feront tout pour lui couper l'herbe sous les talons aiguilles !

Célébutante n'est pas ce que l'on peut appeler une grande oeuvre, mais il permet de passer un bon moment. Dans ce roman plein d'humour, on ne peut pas s'empêcher d'avoir de la sympathie pour Lola, reine des situations rocambolesques.
L'héroine est prête à tout pour percer dans le monde impitoyable d'hollywood même si, pour son boulot elle doit se plier en quatre devant les caprices impossibles des stars. Ce roman est un pur chick lit à ne pas rater!


Chroniques d'une p'tite ville, Tome 3: 1956. La misère de Lauretta Chroniques d'une p'tite ville, Tome 3: 1956. La misère de Lauretta
Mario Hade   
Dans ce grand village qui devient rapidement une "p’tite ville", Lauretta se sent dépérir. Ses enfants grandissent et deviennent indépendants, ce qui l’esseule de plus en plus. Comment se résigner à vivre ses vieux jours auprès d’un mari comme Émile, qui va jusqu’à jalouser ses propres rejetons et saboter leurs projets?

De tous les enfants Robichaud, Monique, comblée de bonheur par son mariage avec Paul et par les enfants qui en découlent, est celle qui apporte le plus de lumière à la brave Lauretta. Cette dernière se réjouit d’ailleurs d’apprendre que le couple souhaite se bâtir une maison. Quant aux autres membres de la famille, certains, notamment Gérard et Laurent, n’ont de cesse d’inquiéter leur mère par leurs actes irréfléchis, mais il y en a toujours comme Yvan et Patrick pour redorer la fierté maternelle.

Malgré les différences au sein du clan Robichaud, nul ne peut le nier : le ras-le-bol à l’égard d’Émile est généralisé, et la situation s’aggrave. La femme au cœur d’or qu’est Lauretta ne peut subir plus longtemps la déchéance de son mari. L’heure est au conseil de famille.
La boiteuse La boiteuse
Marthe Gagnon-thibaudeau   
Ce livre nous donne une belle leçon de courage pour la vie. Comme Gervaise le dit si bien, la vie nous reprends certaines choses mais elle nous donne en retour.

par Bidule2
Chroniques d'une p'tite ville, Tome 1: 1946. L'arrivée en ville Chroniques d'une p'tite ville, Tome 1: 1946. L'arrivée en ville
Mario Hade   
À la suite d’un incendie qui les a laissés sans domicile, Émile, sa femme Lauretta et leurs neuf enfants sont sous le choc.

Mais les Robichaud n’ont pas tout perdu: le bétail a échappé aux flammes et le terrain sur lequel refroidissent peu à peu les ruines de leur maison vaut une petite fortune. Assumant ses responsabilités de chef de famille, Émile procède à la liquidation de ses biens dans l’intention de se reconstruire un toit. Travailleur acharné, il ne devrait pas s’éterniser à la tâche…

Seulement, le patriarche déstabilise le noyau familial en se laissant obscurcir par la cupidité, l’avarice et l’orgueil. Le profit que lui ont apporté ses récentes transactions n’a fait que nourrir ses démons… et met à rude épreuve son mariage avec la pauvre Lauretta. La transition de la campagne à la ville s’en trouve envenimée pour les Robichaud, entassés temporairement dans un taudis.

Si Émile ne s’adoucit pas et refuse de remédier à ses nombreux travers, sa famille pourrait bien être privée d’une nouvelle demeure à temps pour l’arrivée du temps froid. Mais changer ses habitudes n’arrive pas sans peine, d’autant plus que l’argent corrompt même les liens les plus sacrés
Constance Constance
Rosie Thomas   
« Constance » commence avec une découverte un peu inattendue que va faire un jeune couple d’adolescents. Alors qu’ils fricotaient derrière une haie, ils vont être alertés par des cris, celui d’un bébé abandonné. Ce petit bébé prénommé comme le nom de la rue, Constance, va alors être placé dans un hôpital puis dans un orphelinat.
Plusieurs dizaines d’années plus tard, nous retrouvons Constance. Elle est devenue une musicienne pour des publicités et a une vie plus que confortable. Elle a été adoptée par un couple qui avait déjà une petite fille, Jeanette, qui est malheureusement sourde de naissance.
Alors que tout semble lui réussir, Constance se sent seule et à l’écart de cette famille d’apparence idyllique. Elle aimerait retrouver ses origines, savoir qui est à sa mère, pour pouvoir enfin vivre pleinement.

Dès le premier chapitre, nous sommes vraiment happés dans cette histoire remplie de mystère.
Qui a bien pu laisser ce petit bébé ? Qu’a-t-elle pu devenir ? Son avenir va-t-il être flamboyant malgré le fait qu’elle ait été abandonnée ?
L’auteur a vraiment une écriture qui nous plonge dans son récit, qui nous fait ressentir une multitude d’émotions vraiment intenses. Elle arrive à nous impliquer dans son histoire avec une réelle facilité que s’en est déconcertant. Alors que nous ne connaissons pas grand chose de ce bébé, nous nous attachons de suite à ce petit être et imaginons tous les scénarios possibles pour elle.

J’ai beaucoup aimé le fait que le récit alterne les passages dans le présent et dans le passé.
Nous pouvons savoir pourquoi les personnages se comportent ainsi, pourquoi sont-ils si en colère les uns envers les autres et tous les secrets qu’ils cachent.
Car oui, ce livre recèle de nombreux non-dits et beaucoup de colère. Un peu comme des poupées russes, lorsque l’on soulève un problème il s’en cache encore un autre derrière.

Constance est une héroïne qui m’a touchée. Forte en apparence, elle reste une personne sensible et perdue intérieurement.
Les personnages ont tous une part d’ombre, de doute, qui fait qu’ils nous paraissent bien plus réels que ce qu’ils devraient. On a vraiment l’impression de faire la connaissance de personnes réelles, avec leurs qualités, leurs défauts, leurs imperfections. Lorsque l’auteur prend le parti pris de composer avec des personnages pas idylliques, cela donne vraiment de la profondeur au récit, le rendant bien plus vraisemblable.
Le seul personnage qui ne m’a pas tellement émue est Roxana, que je trouve froide, détachée et vraiment trop naïve pour que son attitude soit crédible.

Tout au long du livre, l’auteur nous fait réfléchir sur des thèmes lourds et importants : la famille, les parents, les liens du sang, l’abandon, la mort, l’amour, la maladie.. Ce sont des thématiques universelles, qui touchent tout le monde de près ou de loin. Je suis particulièrement sensible à ces sujets et c’est peut-être la raison pour laquelle je ressors émue de cette lecture.

Malheureusement, la fin n’est pour moi pas au niveau du reste du livre.
Du début à la fin, nous nous posons tout un tas de questions et nous nous attendons à recevoir des réponses. Cependant, l’auteur a choisi de nous laisser dans le flou, nous laissant des interrogations qui resteront des mystères.

Alors oui, la vie est ainsi. On ne peut pas tout savoir, on ne peut pas se battre face à certaines choses. Parfois, il faut savoir composer, mais j’aurais quand même aimé une note plus positive pour terminer ce premier tome.


En conclusion, « Constance » est un premier tome touchant. Rosie THOMAS sait parfaitement donner vie aux mots, à ses personnages, à son histoire, tellement que l’on a vraiment l’impression d’être face à des personnes réelles.
A travers son récit, elle nous fait réfléchir sur la vie, la mort, mais aussi l’abandon et la famille, des sujets qui sont importants pour tout un chacun, pour réussir à se construire.
Même si la fin ne m’a pas convaincue, je suis ravie de découvrir cette histoire et surtout la plume de cet auteur qui a réussi à me toucher.


Un livre à lire pour l’univers de l’auteur et sa capacité à nous faire ressentir des émotions intenses.

( http://lectrice-lambda.blogspot.fr/2017/03/constance-rosie-thomas.html )
Calendar Girl, Tome 12 : Décembre Calendar Girl, Tome 12 : Décembre
Audrey Carlan   
http://www.my-bo0ks.com/2017/12/calendar-girl-decembre-audrey-carlan.html

Et voilà. Les aventures de Mia se terminent. Je me souviens encore lorsque je l’ai découverte en Janvier en compagnie de Wes, alias Mister Janvier. Une sacrée évolution au cours de ces mois passés.
Mia m’aura vraiment fait passer par tous les stades. J’ai souvent levé les yeux au ciel, parfois été déçue, mais j’ai également espéré, énormément été surprise et toujours eu hâte de découvrir la suite. Mia est une héroïne assez différente de celles dont on a l’habitude. D’abord par ses choix, devenir Escort, ce n’est clairement pas le rêve de tout le monde, mais aussi et surtout par son indépendance. Au fil des mois, on l’a vu évoluer. Si par moment j’avais envie de la secouer, sur les derniers mois, elle a su être plus réfléchis et voir au-delà de son attirance débordante pour la gente masculine !
J’ai aimé suivre ses aventures, malgré mes quelques grincements de dents. Certains mois m’ont plus marqué que d’autres, comme Janvier, Mars, Août ou encore Novembre où j’ai apprécié l’approfondissement des personnages, la rencontre de nouvelles têtes que l’on retrouve au fil du temps. Une mention spéciale pour Wes et Max, deux personnages forts de l’histoire.
Avec Décembre, la série Calendar Girl se clôture en beauté. Novembre avait déjà pleinement amorcer les choses avec la fin d’année et ses petites retrouvailles avec tout le monde. Décembre est ici à l’image d’un rassemblement familial avec de petites révélations et un bel épilogue.
Ce que j’ai davantage aimé, c’est les choix de Mia dans les derniers chapitres qui ajoutent un côté réaliste à l’histoire. Certes le pardon est de rigueur avec Noël et le nouvel an, mais l’auteure, Audrey Carlan a fait un choix censé pour son héroïne en terminant son histoire sur une note positive mais pas bisounours.
En conclusion, la série Calendar Girl m’a vraiment tenue en haleine du début à la fin. Le principe d’un tome par mois est vraiment très original et tient le lecteur jusqu’au bout, un peu comme les séries que l’on regarde. Il y a un côté addictif à l’histoire avec chaque fois des fins qui relancent l’intrigue. Ravie d’avoir été au bout des aventures de Mia !

par Carole94P