Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Mihai_Diana : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
Coda, Tome 1 : Je te le jure Coda, Tome 1 : Je te le jure
Marie Sexton   
Superbe romance, j'ai adoré ! Nous sommes dans une petite ville du Colorado, charmante mais pétrie de préjugés et frémissante de ragots, comme le sont toutes les petites villes. Jared est LE gay du village, si l'on excepte son ancien prof, toléré mais pas vraiment accepté. Et s'il est sorti du placard depuis longtemps, il est en quelque sorte resté sur le seuil. Conscient des rejets, des moqueries ou des peurs de ses concitoyens, victime passive de l'homophobie ordinaire, il a pris l'habitude de faire profil bas, sans toujours s'en rendre compte. Il a renoncé à ses rêves, enseigner, trouver l'amour, au profit de ses montagnes tant aimées et d'une petite vie tranquille et monotone, solitaire si l'on excepte sa famille. Jusqu'au jour ou le beau Matt arrive dans sa ville et dans sa vie, policier fraichement embauché. Matt est grand, fort et tranquille, aimable mais plutôt taciturne. Bien moins sûr de lui qu'il n'y paraît, fragilisé par les désillusions constantes d'un père aussi exigeant qu'odieux, par son incapacité à tomber amoureux, à fonder un foyer... si solidement enfermé au fond de son placard que lui-même l'a oublié. Voilà l'histoire de deux hommes ordinaires, deux hommes seuls qui vont se rapprocher, devenir amis, et trouver l'amour. Une histoire simple, mais pleine de tendresse, de délicatesse et d'émotion. J'ai aimé la manière dont l'auteur nous décrit les sentiments amoureux croissants que Jared, le narrateur, craint tant d'exprimer de peur d'effrayer son ami, ses moments d'espoir, sa douleur quand il pense que rien n'arrivera jamais. J'ai adoré voir l'évolution de leur relation, au fur et à mesure que Matt s'attache, se trouble, se perd, avant de pouvoir mettre un nom sur ce qu'il éprouve. La difficile épreuve de l'acceptation, de ce qu'il est, de qui il aime, et du désir qui va avec, douloureuse pour lui comme pour Jared, sans compter le regard des autres. Ce cheminement de Matt pour sortir du placard est magnifiquement rendu et très émouvant, mais Jared aussi devra évoluer, assumer ses peurs , se confronter à la réaction des autres pour protéger son couple naissant.
En résumé, une très belle histoire d'amour, réaliste et sensible.

par Lena06
Les Somnambules, Tome 1 Les Somnambules, Tome 1
Ophélie Pemmarty   
Ecrivant moi-même de la romance homosexuelle entre adolescents, j'étais longtemps tentée de voir ce que d'autres auteurs faisaient autour du même sujet. Lorsque j'ai entendu parlé de ce livre, ce fut donc tout naturellement qu'il rejoint ma wish-list, pour ensuite arriver dans ma PAL.

C'est un livre qui se lit facilement, et qui vaut le coup d'oeil. J'ai bien aimé son côté tendre, ainsi que son réalisme. Cependant, j'ai été perturbée par quelques éléments (je suppose que c'est parce que j'écris moi-même des histoires dans ce genre-là que mon côté critique n'a pas pu empêcher de ressortir), qui font que je n'ai pas tellement eu l'impression de lire un roman sur une romance homosexuelle entre deux hommes.

Le style d'écriture, dont le point de vue est à la première personne, est fluide et naturel. J'ai moins aimé le fait que Quentin s'adresse directement au lecteur - parfois avec un peu trop d'audace que ça en devient énervant -, mais là il n'est question que de mon jugement personnel (j'ai énormément de mal avec les histoires où le narrateur invite le lecteur dans l'histoire, vu que ça casse le réalisme). Cependant, j'ai trouvé la façon de parler de Quentin disons... Un peu trop féminine. Certes, l'auteur est une femme, mais je trouve qu'elle aurait pu davantage travailler ce côté-là, pour que l'on sente à la lecture qu'on est dans la peau d'un homme. Résultat ? A pas mal de moment, j'ai eu l'impression de lire de la romance hétérosexuelle, d'où la difficulté d'utiliser la première personne dans ce genre de récit. Mais, d'un autre côté, on sent que l'auteur s'est appropriée son personnage, et je trouve ça plutôt bien.

Le deuxième point dont je veux parler : la relation entre les deux personnage principaux. J'aime bien le fait que tout ne se passe pas trop vite, que les personnages prennent le temps de faire connaissance, et que Quentin reste dans le doute permanent. Cependant, j'ai eu énormément de mal à aimer le personnage d'Enzo. J'ai trouvé à son passé un côté plus caricatural que triste, mais c'est surtout cette idéalisation permanente que Quentin fait d'Enzo qui m'a laissée. Oui, quand on est amoureux on pense sans arrêt "qu'il est beau, qu'il est beau...". Mais de là à ce que ces pensées récurrentes s'affichent dans un roman ?... J'ai juste trouvé ça trop lourd. A aucun moment, on ne voit vraiment Enzo tel qu'il est. Il a toujours cette façon divine d'être décrit, qui fait que je n'ai pas réussi à m'identifier à lui. Le bon côté, c'est qu'on est tous un peu idéalistes et neuneu lors de nos premiers amours. Cependant, si au début, j'ai trouvé ça mignon, le fait que Quentin en soit toujours à décrire la couleur des yeux d'Enzo aux trois quart du livre m'a lassée. Je n'ai pas réussi à me visualiser le personnage, et le lecteur n'a pas le temps de se faire un jugement personnel qu'on a de nouveau une description idéalisée d'Enzo. Lorsque je parlais de narration trop féminine, je pense que ce point-là y joue pas mal. Je ne veux pas faire de stéréotype, mais les femmes ont plus tendance à rester dans la contemplation que les hommes, alors que ces derniers essaieront d'autres choses, comme impressionner la personne qui leur plaît. Brefouilles, si j'insiste là-dessus, c'est pour le cas-où l'auteur verrait cet avis, que j'essaie de développer le plus possible. Personnellement, ayant grandie entourée de garçons et étant méchamment garçon manqué, je me sens plus à l'aise à narrer dans la peau d'un homme, d'où le fait que j'ai été un peu embêtée par ça.

Sinon, venons-en au thème principal : le fait que ces deux personnages soient des garçons, et qu'ils s'aiment. Je suis une grande fan d'histoires d'amour homosexuelles et ce n'est pas la première que je lis, alors forcément on finit par se demander pour chaque histoire comment le thème de l'homophobie y est abordé. Ce que j'ai bien aimé dans cette histoire, c'est que les homophobes ont plus l'air de crétins que de monstres, et qu'ils se trouvent en arrière-plan de l'histoire. Pourtant, plusieurs éléments m'ont un peu perturbée. Premièrement, que les deux garçons ne se remettent jamais en question. Certes, du point de vue de l'auteur, il est tout à fait normal de se dire que oui, deux gars peuvent s'aimer. Mais de là à ce que les deux personnages soient du même avis et le prennent aussi facilement ?... La chose est beaucoup plus dure lorsqu'on le vit. Quand on se rend compte qu'on est attiré par quelqu'un du sexe opposé, on ne se dit pas "c'est normal". On va se demander pourquoi. On va se demander pourquoi l'homophobie existe, et si on a vraiment autant raison qu'on nous dit de le penser. Dans ce livre, j'ai trouvé que les doutes, les hauts et les bas, il y en avait trop peu. Quentin a déjà fait son coming-out donc ce thème n'y est pas abordé (alors que généralement dans ce genre d'histoire je trouve que c'est l'acceptation de soi qui est la partie la plus intéressante), mais du côté d'Enzo, bien qu'il s'explique à un moment donné de l'histoire, il n'a jamais eu de problème avec le fait d'aimer un garçon. Alors ici, j'ai surtout l'impression que l'auteur a voulu imposer son point de vue (qu'elle ne voit pas le problème que deux garçons s'aiment), mais le fait que les personnages eux-mêmes le pense sans hésitation me dérange.

Pour ce qui est de l'homophobie, bien qu'elle soit très peu présente dans l'histoire, elle est y. Au niveau des parents, j'ai encore trouvé étrange qu'ils l'acceptent aussi facilement (peut-être est-ce une idéalisation de la part de l'auteur ?). Même s'ils ne sont pas homophobes, en général, lorsque ça en vient à leurs enfants, et surtout si leur enfant est unique, alors ils ont quand même de quoi être perturbés. Souvent, ils pensent que c'est de leur faute, de l'éducation, et puis ils pensent aux petits-enfants... Même s'ils ne parlent pas toujours de ces doutes-là à leurs enfants, et les gardent pour eux-mêmes, essayant de se montrer le plus indulgent possible lorsque le concerné est dans les parages. A côté de tout ça, le lycée. Visiblement, Enzo et Quentin n'hésitent pas à s'afficher, même discrètement. Que cette décision viennent aussi tôt et naturellement dans la relation m'a aussi surprise. Pour ce qui est de l'homophobie, donc, elle est représentée sous un nom : Jonathan. Ce que je n'ai pas compris, c'est pourquoi il est tout seul dans son délire. S'il est si sûr de ses convictions, alors sa sûreté doit sûrement emmener d'autres lycéens qui veulent être sous son aile et qui, pour être à l'abri de ses moqueries, vont rejoindre ses délires minables. Aussi, je trouve que malheureusement, l'homophobie est trop souvent caricaturée dans les livres, et ici c'est le cas de Jonathan. Je suis extrêmement loin de dire que les homophobes ont raison, mais ils ont des raisons. Que cela soit l'incompréhension, une homosexualité refoulée, ou tout simplement le besoin de marcher sur les pieds des autres pour remonter sa propre estime - ce qui semble être le cas de Jonathan, mais encore, je suis surprise qu'il n'ait pas plus de potes à le joindre, il a bien besoin de gens devant qui il veut se montrer intéressant. Après, il y a les homophobes, les vrais, qui croient dur comme fer à leurs idées, mais là c'est surtout une question de culture et d'éducation, et Jonathan avait beau être caricaturé, il ne semblait pas se trouver dans ce cas-là. Enfin, tout ça pour dire que j'en ai un peu marre que les homophobes passent pour les crétins de service parce que oui, certes, ils le sont, mais après ils sont humains et ont leur propre fond, que l'on l'admette ou non xD

Brefouilles, je m'emporte dans mon avis, mais si je relève ces points-là, c'est bien parce que ce sont les seuls points négatifs que j'ai trouvés. A côté de tout cela, ce livre est vraiment agréable à lire, il fait rêver, nous émet et nous touche. Pour ceux qui souhaitent lire une romance homosexuelle sans que le registre ne s'éloigne trop des romances hétérosexuelles, alors ce livre pourra très certainement vous plaire. Mon seul regret ? Que ces deux jeunes hommes ne se haïssent jamais et ne se frappent pas dessus, uhuh (ça, c'est mon béguin pour les romances je t'aime - moi non plus, mélange amour/haine, mais après c'est personnel xD). Si vous aimez les histoires mignonnes, celle-ci en est très certainement une ! Pour ma part, je compte bientôt lire la suite, parce que malgré tout ce que j'ai pu dire plus haut, ces deux petits-là me manquent déjà xD

Edit: J'ai récemment regardé le film "Geography Club", racontant une histoire d'amour entre deux garçons. Et ?... On y retrouve le principe de s'occuper à deux d'un poupon. Exactement comme dans Les Somnambules. Ce qui me fait douter de l'originalité de ce roman, d'où les idées semblent venir d'ailleurs...
Libération, Tome 1 : En conditionnelle Libération, Tome 1 : En conditionnelle
B. A. Tortuga   
Une lecture agréable, bien que pas mémorable.

J'ai bien aimé le personnage de Sage et voir tous les problèmes qu'il rencontre à cause de l’étroitesse d'esprit de certaines personnes m'a touché. Sa relation avec Adam se construit au fil des pages et ils forment un beau duo.

En résumé, un livre que j'ai bien aimé mais qui ne restera pas gravé dans mon esprit.
Journal d'une robe noire Journal d'une robe noire
H. V. Gavriel   
Juste un mot me vient en tête : magistral.
L’un des meilleurs livres M/M que j’ai eu plaisir à lire.
J’ai particulièrement apprécié la narration, l’histoire et Bastien. Un mec touchant qui m'a transpercé le coeur de vérité. A découvrir de toute urgence
Je remercie Lena06 de me l’avoir recommandé :)


par lillou
En surchauffe En surchauffe
Ariel Tachna   
Un m/m dans le monde des rallye écrit en plus par Ariel Tachna ? Il me le fallait dans ma bibliothèque. J’ai toujours adoré les courses automobiles (une vraie Isabelle sans les compétences techniques) et j’ai aimé ce livre où la tension à la recherche de la victoire est omniprésente. Le monde automobile y est bien décrit (mais sans se perdre dans les détails pour ne pas décourager un néophyte) et on a même le droit à un mystère et du suspense. De plus notre couple est attachant et chaud bouillant. L’ensemble est peut-être un peu bisounours (surtout les persos secondaires), mais parfois cela fait du bien, et perso je trouve que le sexe et les voitures font bon ménage…

par Oxanes
Le roi du Bourbon Le roi du Bourbon
Avon Gale   
Je n'ai pas vraiment apprécié ce livre. Bon je tiens à préciser que je ne suis pas une grande fan de contemporain, et que le sujet du livre ne m'intéressait pas trop de base, mais je pensais que l'auteur réussirait peut-être à le rendre intéressant à mes yeux ou à m'y faire adhérer en jouant sur le charme des personnages, mais ça n'a pas du tout été le cas ... Dès le premier chapitre j'ai eu du mal, alors que c'est censé être celui qui nous donne envie de nous plonger dans l'histoire, ce premier chapitre n'est pas très clair, je trouve qu'on nous balance beaucoup d'infos, de termes spécifiques au bourbon, de noms de villes, de personnages (qui n'ont aucun intérêt dans l'histoire) ce qui embrouille plus qu'autre chose. Je pense qu'il aurait fallu éparpiller ces informations sur plusieurs chapitres et non un seul. Je me suis vraiment forcée pour lire la suite du livre, et alors que j'avais perdu espoir j'ai bien aimé les 2 derniers chapitres et l'épilogue ce qui est trop peu à mon goût. Le réel problème a été les personnages, je les ai trouvés inintéressants ... On ne ressent aucun amour entre eux, dès leur première rencontre chacun se dit "Je veux le baiser" et c'est ça tout le roman dès qu'ils se voient : "je veux le baiser, je veux le baiser", même quand ils sont séparés ce n'est pas "Il me manque" mais plutôt "ça me manque de ne pas le baiser", leur cerveau se situe clairement dans leur queue. Je suis une grande fan de MM, l'érotisme ne me gène absolument pas, j'aime même quand il y en a beaucoup, mais là je trouve que les personnages sont vraiment réduits à des animaux sauvages exprimant en permanence leurs pulsions sexuelles. Donc au final, comment adhérer au couple et s'attacher aux personnages si on nous montre pas un "minimum d'amour" et autre chose que des pulsions non contrôlées. Ce que je trouve encore plus dommage c'est que cette histoire se retrouve aussi dans le livre "Découverte MM" s'adressant aux personnes qui n'ont jamais lu de MM, et que c'est la première histoire !!! Que vont-ils penser ? Ça accroît les clichés, et ça donne une mauvaise vision du roman MM : les hommes ne peuvent pas se retenir/ se contrôler, les personnages des romans MM pensent qu'à baiser ... Je pense qu'ils auraient au moins dû ne pas mettre cette histoire en première. Bon même si la fin reste sympa, je ne peux pas en dire autant du livre, car je n'ai pas aimé tout le reste de ma lecture.

par Sokingu
Un soutien inespéré Un soutien inespéré
L. A. Witt   
Un livre qui est loin d’être le meilleur L.A. Witt même s’il est agréable à lire. J’ai simplement trouvé l’histoire un peu convenue, sans vraiment de surprise, avec quelques passages assez longs (à LA notamment).

Reste un couple adorable et attachant qui s’est bien trouvé. Un Adrian désabusé, dont la bonne action impulsive changera la vie, et un Max épuisé qui reprend espoir grâce à lui après une série d’évènements qui pourraient arriver à n’importe qui. Et une vision de Las Vegas qui sort de ce qu’on peut lire habituellement.

Il m’a sans doute manqué un peu plus d’étoffage pour être convaincue car Adrian et Max sont pratiquement les seuls personnages du livre. C’est cependant une jolie histoire pour redonner foi en l’être humain.

par Oxanes
Le Diplomate Le Diplomate
Zahra Owens   
Franchement, je m'attendais à une catastrophe. Je déteste la politique, surtout de mon propre pays (Belgique xD quand tu nous fait chi....)
Mais je fus sincèrement heureuse de le lire. J'avoue que parfois c'est un peu simpliste au niveau des situations (réactions des femmes parfois trop calme). Les réactions au boulot, ... Par contre, l'évolution de leur relation même si parfois un léger trop rapide est un pur délice. Parfois c'est ce qui manque dans les romance M/M une possibilité de voir après le happy end.

Un pur plaisir que je conseil à tous.
Surtout que je suis presque tomber amoureuse des deux protagonistes qui sont trop incroyable

par Leska
Si tu as foi en moi Si tu as foi en moi
L. A. Witt   
J’ai beaucoup aimé le thème de cette histoire portant sur la difficulté à refaire confiance après une trahison amoureuse. Il n’est pas souvent abordé dans les romances M/M, ou en tout cas pas si directement, et j’ai aimé la façon dont il a été traité. Commencer une relation n’est déjà pas facile, alors avec un tel départ… Les personnages m’ont beaucoup touchée, que ce soit Nathan avec ses doutes ou Zach avec son impuissance à prouver qu’il n’est pas comme Jake.
Ce n’est pas un coup de cœur, surtout parce que j’ai trouvé que pour la longueur il y avait beaucoup de scènes de sexe, mais j’ai passé un agréable moment. Je suis cependant contente de l’avoir lu en KU, parce que je ne le relirai sans doute pas.

par Oxanes
Correspondances Correspondances
L. A. Witt   
Bon, je suis un peu retard mais il s’agit d’une jolie romance pour des vacances estivales. Légère et dépaysante, et extrêmement sensuelle, comme LA Witt nous y a habitué pour ses romances contemporaines.

Une retard d’avion, une rencontre qui chamboule tout sur son passage, deux hommes aux caractères bien différents, qui semblent être ce dont l’autre a besoin pour une jolie parenthèse – peut-être pour plus ?

Rien à dire de plus, c’est doux et romantique, passionné aussi. Et on découvre un peu Hawaï et ses îles, et des paysages qui donnent envie. Mais j’aurais encore plus aimé s’il y avait eu un peu plus de profondeur. Surtout dans la 3ème partie où tout se règle un peu vite.

par Oxanes