Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de MiissAziiz : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Beautiful, Tome 2 : Walking Disaster Beautiful, Tome 2 : Walking Disaster
Jamie McGuire   
Il est genial :) même si la plupart du temps on sait ce qui va se passer, ça reste un vrai régal. On sait enfin ce qui se passe dans la tête de Travis, mais surtout, le prologue a lieu dans son enfance, et la fin du livre ne s'arrête pas au mariage comme dans le un. Il va quelques années plus loin.

par Satine62
Les Ombres de la nuit, Tome 8 : Le Démon des ténèbres Les Ombres de la nuit, Tome 8 : Le Démon des ténèbres
Kresley Cole   
Depuis le début de la saga nous avons suivi les aventures des familles de loups garous MacRieve ainsi que celles des Walkyries et des frères vampires Wroth, ici nous faisons la connaissance de ce que Nix appelle un Vemon. Malkhom, mi-vampire mi-démon malgré lui, avec les mauvais cotés de ces deux races, est le gardien d'une mine d'eau sur une montagne isolée où tout est sans vie, comme pétrifié. Il vit comme le sauvage qu'il est, traumatisé par les abus qu'il a subis dans son enfance, sans doute aussi à l'origine de ses accès de rage durant lesquelles il fait preuve d'encore plus de violence et cruauté. C'est un barbare illettré qui a conscience de ce qu'il est et ne se supporte pas.

Carrow Graie est la meilleure amie de la sorcière Mariketa, pétillante et toujours prête à faire la fête, je l'imaginais rebelle et excentrique, à juste cause, avec pas mal de fêlures expliquées ici, elle avait disparu à la fin du tome précédent, et se retrouve détenue sur une ile où beaucoup de créatures du Mythos servent de cobaye à des humains. Lorsque Ruby, la petite fille qu'elle a pour ainsi dire adoptée est aussi enlevée elle décide d'accepter une mission qui ne l'enchante guère: ramener Malkhom. Et c'est la confrontation de ces deux êtres que tout oppose qui donne le sel de cette intrigue assez simple mais ô combien riche en rebondissements!

C'est une nouvelle version revisitée à la sauce Kresley Cole de la Belle et la Bête que nous découvrons. L'homme des cavernes face à une jeune femme moderne culottée et effrontée mais qui cache elle aussi des blessures profondes. Comme toujours une connexion très sensuelle entre deux âmes soeurs, une passion débridée entre deux êtres qui se découvrent grâce aux élans de leurs corps et qui fusionnent ensuite grâce aux épreuves qu'ils doivent affronter ensemble. Ils construisent leur avenir petit à petit mais toujours aussi intensément, une romance comme seule l'auteur est capable de régaler sans jamais nous ennuyer!

Comme toujours Kresley Cole manie humour et sensualité sans tomber dans la facilité et parvient une fois de plus à se renouveler. L'Accession approche, nous retrouvons avec plaisirs pas mal de héros des tomes précédents, les bases de cet Apocalypse se positionnent et plusieurs intrigues se mêlent, avec semble t-il un point commun ce laboratoire où les humains analysent différentes créatures du Mythos. Quel est leur but? Nous ne le découvrirons que dans les tomes suivants, ce qui nous laissent encore de belles aventures en perspectives.

par Seregan
Cendrillon me perdra Cendrillon me perdra
Cindi Madsen   
Alors un bilan mitigé sur ce livre se laisse lire mais vraiment rien de bien passionnant trop de longueur un peu déçus ...
Marquise66
Nés à minuit, Tome 4 : Frémissements Nés à minuit, Tome 4 : Frémissements
C.C. Hunter   
OMG !! Je savais que ce tome 4 allait me tuer, mais je ne pensais pas que ça allait être à ce point, j’ai pleuré en lisant les dernières lignes du livre, et comme qui dirait « De battre mon coeur a cessé » et même si ça fait mal, j’aime ce sentiment d’impuissance, d’attente et d’espoir, car oui j’ai espoir que ça se finisse bien.
Je ne regrette vraiment pas de mettre lancée dans cette saga, je ne parle des couvertures que je trouve magnifiques, ni même du fait que je trouve le début de chaque tome un peu long, je vous parle de ce que je ressens à chaque lecture, et ça s’amplifie à chaque tome, je suis partagée entre l’anxiété, l’envie, la passion, la douleur, la découverte, les révélations, les silences, l’amitié et l’amour. Cette saga a du rythme, du suspense, et de la romance.
Ce tome est le tome des décisions tant sur le plan sentimental que sur le plan de l’évolution personnelle. Kylie va prendre des décisions qui vont la briser, surtout quand elle écoute enfin son cœur, mais elle doit en passer par là pour évoluer.
l'attente va être longue jusqu'à la sortie VF du tome 5 ... normalement septembre !


par coco69
Touch, Tome 1 : Touch Touch, Tome 1 : Touch
Jus Accardo   
Une couverture particulière, un résumé alléchant, il n'en fallait pas plus pour que je commence ce livre! L'histoire démarre au quart de tour avec Dez qui est d'un courage hallucinant puisqu'elle n'hésite pas à affronter son père qui est puissant et machiavélique, lorsqu'elle va découvrir l'horrible vérité sur les agissements de celui-ci.

Je l'ai juste parfois trouver une pointe agaçante et immature dans ses relations avec son père néanmoins. Mais lorsqu'elle rencontre Kale, tout bascule. Kale au don particulier et dangereux. Kale qui va ramener Dez face aux actes de son père et qui va lui avouer la vérité sur sa mère. Dez va alors dévoiler son don qu'elle cache depuis tant d'années.

Ensemble ils vont tout faire pour renverser la situation et mettre à terre le père de Dez et sa société monstrueuse. Kale est un être à part, fragile, qui ne connaît rien de la vie. Il est comme un petit oiseau qui vient d'éclore de son oeuf et a très souvent des réactions très enfantines, cela m'a fait bien souvent dresser mes cheveux sur la tête!

Un très bon premier tome où vous n'aurez pas le temps de dire ouf!

par cookies72
Nés à minuit, Tome 2 : Soupçons Nés à minuit, Tome 2 : Soupçons
C.C. Hunter   
Un tome géééééénial !!!!! On y découvre beaucoup de choses, même s'il manque toujours les trois quarts de responses à nos question. [spoiler]J'ai beaucoup aimé découvrir les nouveaux pouvoirs de Kylie qui se développent et grâce auxquelles on suppose des appartenances à une espèce ou une autre.[/spoiler]

par lina69
La vengeance des Ténébryss, tome 5 : La bataille de la citadelle La vengeance des Ténébryss, tome 5 : La bataille de la citadelle
Claude Jutras   
Un cinquième tome riche en émotions, je me dois de l'avouer certains passages m'ont fait monter les larmes aux yeux. Encore une fois j'ai adoré plonger dans cet univers. Merci beaucoup à l'auteure
Mon inconnu, mon mariage et moi - Vol. 1 Mon inconnu, mon mariage et moi - Vol. 1
Kate B. Jacobson   
De quoi ça parle?

Grace, 21 ans, se rend à Las Vegas pour assister au mariage de sa demi-sœur, Nikki. Cette dernière est célèbre dans le monde entier car elle est l’héroïne de sa propre émission de télé-réalité. Grace n’approuve pas mais décide de faire néanmoins un effort. Après une soirée bien arrosée suite à l’enterrement de vie de jeune fille de Nikki et à sa rencontre avec un beau brun ténébreux, elle se retrouve mariée à un parfait inconnu.
Mais qui est cet homme incroyablement beau qui l’appelle « mon amour » à son réveil?

A quoi faut-il s’attendre en lisant ce livre?

Il s’agit d’une histoire d’amour contemporaine, bien dans l’air du temps. Ce phénomène de télé-réalité fait bien référence à ce qui se passe de nos jours de l’autre côté de l’Atlantique. Dans ce premier volume, l’amour n’est pas tellement présent puisque le beau brun est un parfait inconnu aux yeux de Grace. Il y a quelques scènes érotiques bien écrites et pas vulgaires.

Ce premier volume se termine sur un suspens qui met l’eau à la bouche au lecteur pour connaitre la suite.

Les personnages sont intéressants bien que pas suffisamment développés puisque ce premier volume est relativement court. Grace est une jeune femme de 21 ans, pas vraiment féminine bien que jolie et qui a un peu de mal avec les hommes. Caleb, quant à lui, est un jeune homme de 7 ou 8 ans son aîné, avocat à la forte réputation et fils d’un homme très influent. Il incarne l’homme riche et beau que l’on retrouve relativement souvent dans les histoires contemporaines.

Le roman est écrit en Je, du point de vue de Grace. L’écriture est fluide et simple. L’histoire se lit très rapidement, les pages défilent sans que l’on ne s’en rende compte.

Qu’est-ce que j’en pense?

J’ai bien aimé ce premier volume, bien que je le trouve trop court, malheureusement. L’entièrement du roman compte 12 volumes.
L’histoire est vraiment chouette et donne envie de connaitre la suite.
Concernant les personnages, je trouve qu’il est trop tôt pour s’y attacher. J’aime bien Grace, même si elle est encore un peu trop immature à mon gout. Concernant Caleb, il a l’air intéressant mais j’attends d’en savoir plus pour approfondir mon sentiment. Finalement, on ne sait pas trop sur quel pied danser avec lui, ce qui le rend mystérieux.
L’histoire se termine par un suspens qui m’a mis l’eau à la bouche. J’étais déçue de voir que j’étais déjà arrivée au bout du récit!
Je vous le conseille en tout cas si vous aimez les histoires d’amour contemporaines.

Ma note: 4/5
Cruelles Cruelles
Cat Clarke   
http://wandering-world.skyrock.com/3135023528-Torn.html

Je crois qu'on devrait coller une étiquette "Attention, livres impossibles à lâcher" sur les romans de Cat Clarke. Vous avez sûrement déjà entendu parler de CONFUSION, son premier roman ? Livre qui avait été un énorme coup de cœur pour moi, et qui m'avait permis de découvrir cette auteure au style si particulier. J'ai retrouvé avec TORN toutes les émotions à la fois violentes et captivantes que m'avait procuré CONFUSION. Cat Clarke a un truc. Un truc qui fait que son monde, ses mots, ses personnages et son histoire nous prennent aux tripes, nous coupent le souffle, nous habitent et nous obsèdent longtemps après avoir terminé le roman. Même si la conclusion de TORN m'a moins pris au dépourvu que celle de CONFUSION, et qu'elle me frustre énormément vu qu'elle est très ouverte, je sais pertinemment que ce récit va autant me perturber et m'enivrer que mon précédent coup de cœur. Pour tout vous dire, je ressors de ma lecture complètement perdu. Je suis à la fois grisé, à bout de souffle, agacé, renversé, frustré, ébloui et complètement sous le charme. Difficile de faire la part des choses dans des conditions pareilles !
Une fois de plus, Cat Clarke a su créer une histoire troublante et passionnante, où amour, tensions, revanche, amitié déchues, désillusions, désir et espoirs adolescents se mêlent, s'entrecroisent, se lient et se déchirent. J'ai vraiment beaucoup de mal à retranscrire tout ce que j'ai ressenti en découvrant au fur et à mesure de ma lecture l'évolution de l'intrigue. Je pense que le résumé donne suffisamment l'eau à la bouche comme ça. Quatre adolescentes, un voyage scolaire, un meurtre, des vies bouleversées à jamais. Comment ne pas vouloir en savoir plus ? Cat Clarke a eu la brillante idée de démarrer son récit par des funérailles, en plus. Ainsi, on rentre immédiatement dans l'histoire. L'auteure va droit au début, et c'est ultra rafraîchissant. Surtout qu'elle sait comment nous faire saliver et nous tenir en haleine. Pendant toute notre lecture on se demande "mais qu'est-ce qui va se passer ensuite ?", "qui va craquer ?", "comment vont-elles assumer leurs actes ?". Les interrogations s'accumulent sans cesse, et Cat Clarke prend un plaisir malsain à y répondre seulement à la fin. On se ronge les ongles, on s'imagine des dizaines de scénarios possibles, on évite certaines conclusions qui nous paraissent trop horribles et on panique devant les décisions que prend l'auteure... Bref, impossible de rester de marbre en lisant TORN !
Évidemment, TORN, ce n'est pas seulement l'histoire de quatre filles qui tuent quelqu'un et qui semblent s'en sortir. Tout cela serait bien trop simple. TORN, c'est surtout l'histoire d'Alice, une des adolescentes, justement. Haaaaaaaaaaa, Alice !!! Exactement comme pour Grace dans CONFUSION, Cat Clarke nous la décrit de façon parfaite. Elle parvient à littéralement faire naître un personnage sous nos yeux. Je pourrais croiser Alice n'importe où. Vous le pourriez, vous aussi, pour la simple et bonne raison qu'elle paraît TELLEMENT vraie ! L'auteure sait complètement comment décrire le monde impitoyable qu'est celui du lycée, de l'adolescence, du passage à l'âge adulte et de tous les troubles qui en découlent. Alice est humaine. Vraie. Authentique. Chaque parcelle du roman décrite derrière son regard et P-A-R-F-A-I-T-E. C'est encore mieux que de regarder un film. Tout est net, clair, précis. C'est fascinant !
Mais l'auteure ne s'arrête pas là, puisque pratiquement tout le récit et basé sur sa manière de réagir après le meurtre. Là, on joue véritablement avec la santé mentale de l'héroïne. Et, vous me connaissez, j'ai adoré ça !!! On ne peut pas s'empêcher de se demander si Alice ne va pas exploser, devenir dingue, tout quitter ou faire comme si de rien n'était. On reste suspendus au moindre mot qui s'échappe de ses lèvres, à la moindre pensée qui effleure son esprit, au moindre petit choix qu'elle fait. Franchement, je n'ai connu ça qu'avec Cat Clarke, je crois. Elle possède vraiment un don pour nous rendre accros et faire de son récit un objet sur lequel toute notre attention est portée ! Quel bonheur !
Nous ne découvrons pas seulement les réactions d'Alice et sa nouvelle vie après cet évènement bouleversant. Il y a aussi Cass, Rae et Polly, ainsi que Jack, le frère de Tara. Mon dieu, que j'ai adoré décrypter leurs comportements et leurs réactions à eux aussi ! Chaque personnage représente, pour moi, une façon de réagir face à la mort de quelqu'un. Folie, amour, vengeance, profit ou encore profonde tristesse... Aucun sentiment ne nous est épargné. L'histoire de ses cinq protagonistes est vraiment saisissante. Là aussi, on se demande sans cesse "qui est la personne la plus faible ?", "qui va faire une erreur et va révéler le secret au grand jour ?", ou encore "jusqu'où Alice est prête à aller avec Jack ?". Bref, encore tout un tas de questions, mais qui gravitent cette fois autour de personnages tout aussi magnifiquement bien décrits que celui d'Alice. Les rapports entre eux sont bourrés de justesse et de vérités. C'est tout un monde réel et logique qui s'offre à nous, et on a véritablement aucun mal à s'y laisser piéger.
Autre aspect sensationnel de ma lecture : mes retrouvailles avec l'écriture de Cat Clarke. J'avais déjà succombé à elle en lisant CONFUSION. Tout est clair, concis, et on va directement au cœur-même des choses. Ici, l'auteure fait un pas de plus dans sa perfection. Elle a réussi à me faire pleurer de rire alors que l'ambiance du roman est lourde, mais dans le meilleur sens du terme qui existe. Cat Clarke sait comment ébranler nos sentiments en un claquement de doigt. J'ai ri, j'ai eu les larmes aux yeux, j'ai angoissé comme jamais et j'ai stressé au point de jeter le roman sur mon lit de peur de découvrir ce qui m'attendais dans la suite de l'histoire. Elle n'hésite pas à en faire voir de toutes les couleurs à ses personnages, à les faire souffrir et ne rien leur épargner. Elle décrit avec rigueur et de manière efficace tous les sentiments qui nous parcourent et nous consument à certaines périodes de notre vie. Tout est exact. Tout est juste. Tout est dévastateur.
Seul défaut : la conclusion. Haaaalala, que je suis frustré et en colère de devoir dire ça ! Avec la fin juste annihilante et ravageuse de CONFUSION, je m'attendais à, une fois de plus, en prendre plein la tête. C'est exactement ce qu'il s'est passé, mais pas de la manière dont je l'espérais. Il reste malheureusement pas mal d'interrogations en suspens, et de destins trop flous pour complètement me satisfaire. J'ai eu l'impression que Cat Clarke avait décidé de laisser certains personnages de côté pour seulement se concentrer sur Alice dans les ultimes pages. Elle ne s'embête pas à nous offrir les réponses à des questions pourtant très souvent mises en avant. La fin est quand même pas mal ouverte, en fait. C'est aussi simple que ça. Sauf que les fins ouvertes et moi, ça fait deux. Par contre, je comprends très bien pourquoi l'auteure a choisi cette voie. Ainsi, elle continue d'avancer dans le chemin réaliste qu'elle a choisi de prendre. Tout cela ne fait que rajouter "du vrai" à l'histoire. Mais, au final, je suis plus frustré qu'autre chose, lol ! Et c'est vraiment terriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiible !!! Par contre, les toutes dernières lignes m'ont vraiment marqué et achevé ! Je peux, sans l'ombre d'un doute, affirmer que l'histoire d'Alice, Cass, Rae, Polly, Jack et Tara va me hanter et m'obséder encore un bout de temps !
Au final, TORN est pratiquement tout aussi bon et jouissif à lire que CONFUSION. Si ce n'est pas un coup de cœur à cause de sa conclusion ouverte, ce roman reste envoûtant, noir, consumant, et merveilleusement bien écrit. Cat Clarke a, une nouvelle fois, su me combler et me convaincre qu'elle était une des meilleures auteures YA qui existe ( et qu'il faut qu'elle continue à écrire encore et encore et encore et encore :p ). En fait, je crois que je vais même pouvoir nommer cet effet qu'elle a sur moi « l'Effet Cat Clarke », puisqu'il n'y qu'avec elle que je ressens mes émotions de façon aussi palpitante et intense. TORN est une véritable perle. Une bombe qui n'a pas fini de me brûler de me fasciner. Je vais désormais devoir attendre la fin du mois de Janvier pour pouvoir me jeter sur le troisième roman de l'auteure, UNDONE, qui, j'en suis sûr, va autant me renverser que TORN et CONFUSION. Une lecture exaltante, dramatique et vibrante, à ne pas manquer.

par Jordan
Meg Corbyn, Tome 1 : Lettres écarlates Meg Corbyn, Tome 1 : Lettres écarlates
Anne Bishop   
It’ s a trap ! J’ai tout laissé en plan et je l’ai dévoré ce tome 1 ! J’ai été sous le charme dès la première page. C’est un projet assez atypique, j’ai du mal à le relier à d’autres livres dans le même genre, c’est bien un urban fantasy mais il arrive à aller au-delà. Je pensais avoir affaire à un habituel ‘bit-lit’ avec une héroïne pour narratrice et ce n’est absolument pas le cas, divers protagonistes prennent part à l’histoire. On sent la patte d’une auteure de fantasy, ce qu’Anne Bishop est sans aucun doute, nul besoin de rappeler qu’elle est connue pour la Trilogie des Joyaux Noirs.

Humains et terra indigene se côtoient, se supportent sans réellement se comprendre, soit par peur, soit par intérêt. Les humains ne sont que des proies dans ce monde pour ces êtres mystiques, ils étaient là avant eux et s’adaptent à chaque génération de prédateurs, ils seront encore là bien après. Namid contient plusieurs continents (Thaisia, Brittanie…), une géographie bien spécifique avec une histoire propre, des jours de la semaine rappelant les éléments et des noms de villes très reconnaissables (Strassville, Bouseville…), des cartes et un prologue permettent de s’immerger dans ce nouveau lieu assez rapidement. De ce fait, il est tout public, il plaira au plus jeune comme au plus vieux, fille ou garçon y trouveront leur compte.

Si Anne Bishop ne revisite pas l’aspect des vampires, loups-garous & cie… elle apporte quelque chose de plus avec le personnage de Meg Corbyn (la quatrième de couverture en dit déjà trop). Elle m’a au départ fait penser à Alice Royale par son côté innocent, ingénu, soit totalement pur, et qui découvre autant les humains, que les terra indigene avec ses pauvres ‘images’ pour seul bagage. Son côté ‘chaton fragile’ aurait dû me faire fuir, ce n’est pas un personnage auquel je m’identifie, mais j’ai su l’apprécier pour sa particularité (en mettant de côté mon agacement que j’avais, de voir chaque Autre s’attacher à elle aussi facilement).

Les personnages sont intrigants (Simon, Tess plus particulièrement), bien développés et ont tous leur place. Même les flics ou les quelques longueurs ne m’ont pas freinée dans cette lecture. J’ai succombé à l’univers présenté par Anne Bishop, à son ambiance à huit-clos qui ne ressemble à aucune autre et plus particulièrement aux émotions distillées au long du livre, qui sont, son plus gros atout dans cette histoire. Grâce notamment à l’autre visage des êtres surnaturels qu’elle nous montre, une partie plus psychologique et animale qu’on n’a pas l’habitude de voir. Ils n’ont rien de séduisant et c’est ce qui fait leur charme, vraiment, ça leur donne du mordant (roh ce jeu de mots). Ce qui donne des occasions de glousser quand il y a ces petites remarques à la limite de l’humour noir et parfois même grimacer, tout n’y est pas édulcoré. La nature est belle, merveilleuse, mais tout aussi cruelle, à Lakeside c’est pareil.

Pendant que nous découvrons le dernier d’Anne Bishop, le tome 2 sort aux USA, et que de frustration, maintenant que j’ai terminé ce premier opus de ne pouvoir enchaîner. Certes, l’intrigue est simple, mais efficace ; il n’y a pas de romance comme dans toute bit-lit actuelle ; l’action est surtout en fin de tome et l’essentiel du roman se concentre sur les relations familiales, amicales — sur les émotions… mais quel premier tome, tellement addictif et différent !

{avis pour Fantasy-Gate.fr}

par LLyza