Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Mikiisa : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
Azmel, Tome 1 : La Porte du temps Azmel, Tome 1 : La Porte du temps
Laura Wilhelm   
Je remercie l'auteur, Laura Wilhelm, pour m'avoir proposé de découvrir le premier tome de sa trilogie, Azmel. Bien que le résumé donne déjà beaucoup de détails, je vais en donner un afin de me "cadrer" dans la chronique.

Léna a perdu ses parents dans un accident de voiture. Obligé de quitter Paris pour vivre dans le sud est chez sa tante Éléonore et ses cousines Andy et Jamie. Un nouveau départ qui est extrêmement difficile. Elle va vivre en reclus jusqu'à ce qu'elle accepte de sortir et de reprendre les cours. Nouvelle maison, nouveaux lieux, nouvelle école... Alors qu'elle se fait une amie, Jesse, une pétillante rousse, un trio de frères lui "tape" dans l’œil, surtout un, le plus taciturne, celui qui ne parle à personne. Bien qu'un rapprochement se fasse, un léger problème d’électricité statique les forcent à ne pas pouvoir se toucher, jamais.

Une ado qui perd ses parents dans un accident tragique comme point de départ, bien entendu il fallait un choc pour que Léna puisse changer. Le début de l'histoire nous la montre à leur enterrement, au moment où son regard se pose sur un jeune homme qu'elle n'a jamais vu et pourtant, elle ressent quelque chose : comme un second cœur qui bat. Laissant tout derrière elle, elle doit se reconstruire. Ce qui n'est pas une mince affaire. Comment surmonter le décès des seuls parents que l'on avait ? Car même si la jeune fille connaît sa tante, elle ne les connaît pas vraiment. Du temps, voila ce qu'il lui faut et ce qu'on lui laisse.

Plus nous avançons dans l'histoire et plus nous comprenons que ses émotions fonctionnent en fonction de qui elle est. Sa famille n'est pas si normale que cela. Il lui faudra digérer cet état de fait et apprendre à se contrôler. Il lui faudra également contrôler ses sentiments vis-à-vis d'Aymerick, l'un des trois frères. Jason et Ménas composent le trio. Ces jeunes hommes ont un lourd secret tout comme la famille de Léna. Tous les opposent et pourtant ils sont irrésistiblement attirés. Beaucoup de personnages gravitent autour de ce couple improbable. Il y a les cousines, les ami(e)s de l'école, les ennemis qui traînent vers la fin du livre. Entre Andy, Jamie et Léna, le lien se fortifie au fur et à mesure que le temps passe. Entre cousines ce n'est pas toujours évident, mais avec Jamie c'est plus facile. Elle est un peu plus jeune mais à un caractère doux, généreux. C'est elle qui aide beaucoup Léna lorsque cette dernière arrive chez eux totalement défaite.

Léna est une jeune fille qui est à bout en arrivant dans cette nouvelle vie. Elle a beau chercher pourquoi ses parents sont morts (d'un accident de voiture ? Alors que son père était saoul ? Je trouve cela étrange... la suite me confirmera si mes doutes sont oui ou non à garder) elle ne trouve pas. Une étincelle, un peu d'aide, de compréhension et la voilà sur de nouveaux rails. Son amie Jesse est amusante. Les garçons se "battent" un peu pour elle. Les trois frères ont chacun un truc qui les rend attachants, même si au départ le fameux Jason ne m'inspire pas confiance. Aymerick a ses raisons pour être ainsi, si éloigné des autres. Il est très protecteur, possessif et jaloux.

Et puis il y a ce petit "soucis" qui fait que Léna et Rick ne peuvent pas se toucher sans risquer de se faire mal, très mal (allant jusqu'à l'inconscience de l'un). Pourquoi ? C'est la grande question. l'auteur nous donne l'explication. Nous comprenons très bien, mais comment faire pour que cela disparaisse ? C'est une autre bonne question qu'il faut garder en mémoire. Les chapitres sont plutôt courts. Le langage est simple, mais pas trop. Les descriptions sont bonnes, elles permettent de bien imaginer les ruines par exemple sur le terrain de la famille de Léna. La frustration est bien représentée.

Côté bémols, il manque des choses. Éléonore est l'adulte responsable de cette famille. Elle devrait donner des conseils, faire quelque chose comme des tests avec Léna. Je sais que vers la fin l'auteur en parle dans une phrase, mais dans le récit il n'y a rien avant. Je trouve dommage que Léna découvre sa particularité ainsi que son apprentissage sans avoir au moins un passage avec cette femme qui semble en connaître beaucoup. D'accord elle est très prise par son travail, mais une discussion aurait été un plus. La fin arrive un peu vite et les derniers passages avant l'épilogue sont trop court. Un peu plus de développement aurait été bien.

En conclusion, un premier tome sombre qui arrive à montrer que l'espoir n'est pas un vain mot. Le fantastique arrive tranquillement sans heurt dans l'histoire. Il y a peu de "créatures" mais plus nous avançons vers le final, plus nous en découvrons. Tout ce qui peut arriver a forcément une raison. La fin nous laisse sur notre faim, car combien de temps reste-t-il réellement ? J'ai passé un bon moment de lecture et je suivrais la suite avec plaisir.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/azmel-tome-1-la-porte-du-temps-laura-wilhelm-a153313064
Magnus Chase et les dieux d'Asgard, tome 1 : L'Épée de l'été Magnus Chase et les dieux d'Asgard, tome 1 : L'Épée de l'été
Rick Riordan   
Fini hier soir!
J'ai lu les 150 dernières pages d'une traite tellement c'était entraînant et plein de suspense.
Si jamais certains hésitent à se lancer dans la VO, je vous conseille de céder à la tentation car l'écriture de R. Riordan est fluide et pas très compliquée. Franchement, avec de la détermination, un petit traducteur à côté de vous et avec l'idée que nous ne lirez pas ce livre aussi vite que les autres et qu'il faudra être patient, ce roman est accessible aux personnes ayant un anglais moyen. Il y a toujours quelques verbes qui ne sont pas fréquents et des noms communs bizarres mais un traducteur quelconque vous sauvera!

Bon, la seule difficulté dans ce livre, ce sont tous les termes liés à la mythologie nordique! Il y a un lexique (comme dans PJ, HDO...) à la fin qui nous rappelle telle ou telle chose mais ayant lu le livre sur liseuse, le lien du mot qui renvoyait au lexique ne restait que les 2-3 premières apparitions du mot puis disparaissait donc j'avais plutôt intérêt à le mémoriser! Donc, c'est peut-être le seul point un peu frustrant de ce livre. La plongée dans la mythologie nordique m'a semblé la plus compliquée entre tous les univers de R. Riordan qui impliquent des mythologies. Et, surtout, ne pensez pas les films sur Thor vous aideront, ah ah!

Comme les autres personnes ayant fait des commentaires, je vais essayer de commenter sans dévoiler l'intrigue (car certains curieux seraient susceptibles de cliquer sur les "spoiler" x) bien que je pense qu'on puisse trouver des infos sur Internet... Mais c'est toujours plus agréable de découvrir soi-même).

Avant d'engager le vrai commentaire, j'aimerais signaler de l'édition en France ne gère pas forcément super pour la traduction des livres. Je sais que la plupart des versions européennes sont déjà (ou presque) disponibles... Et nous pauvres petits lecteurs devront attendre je ne sais pas moi.. un an? avant d'avoir la version française... Bon, je me plains mais je connais rien en acquisition de droit pour les séries, la traduction, etc donc désolée si je parle de choses qui, ça se trouve, sont très compliquées à gérer.


Bref! Bon, je commence avec le début du roman car... car c'est assez spécial.
Préparez-vous à être paumés au début. Le résumé n'aide pas du tout à la compréhension, au contraire il complique les choses... Et je trouve que si, certes, il donne envie de lire le livre, il spoile aussi pas mal...
On quitte New York de PJ et des Chroniques de Kane pour Boston, un peu plus au Nord, en plein hiver.
J'étais un peu larguée au début (bon, c'est peut-être moi après... se remettre dans un livre en VO est pas toujours facile...) avec tous les éléments nouveaux et parfois liés à la mythologie nordique auxquels je ne comprenais pas tout...
Mais rassurez-vous, une fois qu'on est dans le bain et que Magnus est un peu moins paumé (oui, il l'est lui aussi, au début ah ah), c'est plus facile!

Bon, concernant les péripéties, rien à redire. C'est du R. Riordan tout craché! Il a toujours de bonnes idées pour combler ce qui se passe entre le début et la fin. Il m'étonne d'ailleurs, avec tous les livres qu'il a déjà écris! Bravo à lui. En gros, attendez-vous à de l'action, à des situations complètement loufoques, à de l'émotion, à de l'absurde, à de l'humour (beaucoup d'humour, à la sauce de l'auteur) et à plein de choses encore!
Il y a de temps en temps des passages moins entraînants et je pense que s'ils n'y étaient pas, il y aurait bien trop d'action et l'histoire ne serait pas digérable.

La fin m'a agréablement surprise. Cela change des autres histoires de l'auteur, qui avait ce côté guerre totale "On va tous y passer - BOOM - Oh, y'a un monstre là-bas! - BOOM" Vous voyez le genre?
Il y a évidemment une "guerre" car nos protagonistes ont des antagonistes donc un côté épique et... des sacrifices.

Maintenant, les personnages.
Si je le pouvais, j'embrasserais R. Riordan pour ses personnages! Ce qu'ils sont vivants, drôles, différents les uns des autres! Les personnages qui interviennent dans l'histoire sont différents de ceux de ses autres univers (OK, Annabeth, tu es une exception!) bien que Magnus et Percy aient des points communs. Je féliciterais aussi l'auteur pour le mélange de toutes ces ethnies... il est formidable à ce niveau.

A la fin du livre, vous serez déjà plutôt biens calés niveau Dieux, Mondes (9!) et espèces nordiques. J'aime cet aspect pédagogique des livres de R. Riordan. Il y a cette espèce de "Apprendre en s'amusant" que j'apprécie beaucoup. Il est sérieux sur (et passionné par) les mythologies tout en mettant plein d'humour.

Je finis ce commentaire en comparant Magnus Chase aux autres séries de R. Riordan (il faut bien!). Avant tout, il s'agit de ma propre opinion et mon commentaire est parfaitement subjectif donc si vous n'êtes pas d'accord avec moi, pas besoin de me cracher dessus! ^.^
Première chose : Percy et Magnus. On va le dire : ils aiment l'humour, leurs amis et ils sont carrément casse-cous! Mais je dirai que la ressemblance s'arrête là. Magnus est moins... guerrier. Plus pacifiste. On comprend pourquoi en lisant le livre et j'ai beaucoup aimé Magnus pour ce côté-là. Après Percy, on l'a suivi depuis notre enfance donc difficile de lui faire de l'ombre x3 Cependant, Magnus est vraiment génial. Je pense que R. Riordan a suivi la croissance de ses lecteurs en écrivant Magnus Chase. Certains aspects font moins enfantin et l'humour de Magnus est plus "adulte" que celui de Percy. Il est plus calé sarcasmes et humour noir (pas trop pour ce dernier mais c'est arrivé). De plus, je ne dirai pas son âge exact mais Magnus est plus âgé que Percy dans leurs tomes 1 respectifs.
En parlant de tome 1, si je devais faire un classement, ce serait celui-là : PJ, Magnus Chase, HDO, Chroniques de Kane. Après, j'ai préféré le tome 2 de HDO à celui de PJ donc il faut voir ce que donne le deuxième livre de Magnus Chase (qui sort à l'automne 2016 apparemment... dur dur d'attendre!).

Voilà, voilà, un commentaire un peu long mais il faut dire que c'est un livre super et que j'ai pris plaisir à donner mon avis aux autres le concernant! ^^

par louji
L'Héritière des Raeven, Tome 1 : Sorcière malgré elle L'Héritière des Raeven, Tome 1 : Sorcière malgré elle
Méropée Malo   
Avis complet : http://vibrationlitteraire.com/2016/09/16/lheritiere-raeven-t1-sorciere-malgre-de-meropee-malo/

J’ai commencé cette lecture quelque peu mitigée devant la multitude d’avis négatifs que ce livre avait engendré. Je l’ai d’ailleurs emprunté à la bibliothèque au cas où… et j’ai malheureusement bien fait.

C’est l’histoire d’Assia qui rentre du pensionnat dans lequel elle a passé pas mal d’années et qui découvre que toute sa famille est décédée 7 ou 8 ans auparavant. Elle va ensuite découvrir qu’elle est une sorcière et apprendre la magie.
Au début, quand on lit le synopsis, on peut peut-être penser à la série Charmed que l’on regardait plus jeune et être instantanément séduit par la magnifique couverture et mise en page.
Seulement, quand on y réfléchit un peu, c’est déjà tout de même un peu bizarre que cette jeune fille ne rentre jamais de ce pensionnat (même Harry Potter rentrait l’été !) et ne s’inquiète pas de ne pas avoir de nouvelles pendant tant d’années !

Quand on commence le livre avec déjà cette idée peu crédible en tête, c’est déjà mal parti.
Malheureusement, cela va de mal en pis. La réaction d’Assia à l’annonce du décès de sa famille est ridicule au possible. Très peu d’affect et une réflexion sympathique : elle se demande qui va donc bien pouvoir l’aider à choisir quelles études elle va suivre à la rentrée vu que sa famille est décédée et désespère de voir que personne n’a donc pu payer la facture internet… !
Puis, elle se décide quasiment instantanément que finalement, cette maison de famille il vaut mieux la vendre et rencontre par la même occasion un jeune homme agent immobilier qui la fait déjà défaillir, semblant déjà s’être remise de l’annonce faite juste avant…

Je n’avais pas encore atteint la centième page que j’ai malheureusement estimé avoir poussé assez de soupirs et avoir assez levé les yeux au ciel. L’écriture de Méropée Malo semble brouillonne, hésitante et avoir manqué de relectures efficaces. Certaines phrases sont trop longues et auraient clairement eu besoin d’être remaniées par exemple.

J’ai donc, à mon plus grand regret, décidé d’abandonner ce livre. Il faut savoir que j’ai longuement hésité. Je suis restée bloquée quasiment 2 semaines dessus avant de décider qu’il ne méritait pas le temps que je lui consacrais. Je suis affreusement déçue par cette lecture. Il s’agit là de mon deuxième abandon dans toute ma vie de lectrice !

En conclusion, le synopsis attirant, la magnifique couverture et la fabuleuse mise en page n’ont pas réussi à palier aux nombreux défauts d’écriture et de scénario présents dans ce livre pour moi. Je me suis malheureusement profondément ennuyée et ait été forcée d’abandonner ce livre à mon plus grand regret…

par Mayumi
Le Souffle des Anges, tome 1 Le Souffle des Anges, tome 1
Lucille Rybacki   
Bien maintenant que j’ai fait ma B A BA, je peux enfin passer aux choses sérieuses. J’ai dû mettre mes drôles d’oiseaux aux beaux plumages de côté, le temps de parler de sorcière, de viking et de dieux nordiques pires que ceux de la mythologie grecque ou égyptienne. Mais bon, quand il faut y aller, faut y aller ! Tient cela me fait penser à un film, qui fut d’ailleurs marrant comme tout. Mais revenons à nos moutons. Je plaide coupable mes amis. Je suis encore tomber sous le charme d’un petit bijou livresque par son extérieur. Je vous parle bien entendu de sa couverture. Cette gamine avec ses ailes de feu est tout simplement sublime. Quand je la regarde, je sens qu’au plus profond de moi je me réchauffe, je brule, oh la la. Cette histoire, n’est certes pas un coup de cœur, mais je l’ai adoré. Les anges son mesquins, cruels, de véritables tueurs, les autres êtres surnaturelles cherchent continuellement à se protéger contre eux. Votre nouvelle mission, si vous l’acceptez, c’est de mener l’enquête à mes côtés.

Bref, je vous laisse vous faire une première idée par la quatrième de couverture. Katerina mène une vie dissolue tandis que des faits étranges ne cessent de se produire autour d’elle. Elle pense devenir folle, quand trois créatures débarquent en ville pour la rencontrer… et la tuer. Qui aurait imaginé que des anges pouvaient se montrer si violents ? En tout cas, pas elle ! Dès lors, la jeune femme doit faire face à des adversaires de plus en plus dangereux, comme ce vampire qui semble la connaître depuis des siècles... Quel lien existe-t-il entre elle et cet homme pour qu’il lui voue tant de haine ? Mais l’ennemi le plus redoutable, celui qui peut sans doute tous les anéantir, est peut-être caché en elle…

Bingo ! Le moment est venu pour vous de plonger dans le bouquin et que je vous en révèle un peu plus sur les personnages qui peuplent notre nouvelle histoire.

Katerina est une jeune lycéenne de dix-sept ans pour qui la vie n’a pas été facile. Sa mère morte, son père se remarie avec une femme qui n’a de yeux que pour son fils qui est une véritable bombe de méchanceté sur patte. Cette pauvre enfant, possède des pouvoirs qui petits à petits vont grandir en elle, jusqu’à ce qu’ils atteignent un niveau qu’elle ne pourra plus faire marche arrière. Et comme c’est une brave fille, elle ne va pas chercher à mettre au courant son père pour ses capacités hors du commun et va le laisser croire qu’elle est une enfant à problème. C’est une jeune fille rebelle, et elle en joue suffisamment pour que l’on ait envie de lui foutre des baffes. Car il faut dire que la jeune donzelle, se sent à part. Bon OK, elle a des pouvoirs, mais ce n’est pas comme si elle était Wonder Women non plus. Entre hallucinations, force surhumaine et yeux qui brillent, c’est sûr qu’elle ne rentrera pas dans la classe des grands. Mais malheureusement, elle s’est forgée une carapace si dure et si imperméable, qu’elle a fini par devenir une solitaire. Pas tant que cela, car elle a son meilleur ami avec qui elle passe du temps, et une nouvelle dans son lycée. Cependant, elle est totalement immature autant dans ses décisions que dans ses actions. Mais seigneur ! Elle a un véritable caractère chaud comme la braise. Pourquoi ? Déjà elle est extrêmement colérique (tient ça me rappelle quelqu’un ça !!!!) mais en plus, elle n’hésite pas à donner une bonne droite si l’occasion se présente, sans compter qu’elle a une de ces réparties. Pffuuuiiiitttttt !!!!!! avec un peu plus de maturité, cela se serait mieux passé.

Adam est le meilleur ami de Katerina. Il joue à la perfection le rôle de grand frère protecteur avec elle. C’est le meilleur élève de sa classe, mais qui est contredit par sa façon de s’habiller.

Meg est une jeune arrivante au lycée de Katerina. Très vite elle s’intègre au mini groupe que forme Katerina et Adam. Cependant, elle garde en elle un grand secret. Car en réalité, Meg est une fée. Pendant toute l’histoire, elle va veiller sur le bien-être de Katerina, mais aussi l’aider à s’accepter enfin.

Jared est le petit ami alcoolique de notre jeune héroïne. Chaque fois que je lis un passage de lui, j’ai envie de vomir. Il est alcoolique, a déjà frappé la donzelle, un loser pathétique, un profiteur et squatteur. Mais après sa plus grande découverte, il va être envouté, et va finir par devenir un pantin. Sincèrement je ne comprends pas pourquoi Katerina s’intéresse à lui.

Hayden est plus complexe comme personnage. Vampire depuis un bail, joli garçon, il est avant tout ce que le vampire de base est. Un prédateur. Il tue des jeunes filles qui comme par enchantements ressemblent trait pour trait à Katerina. Seulement, on se pose énormément de questions à son sujet. Qui est-il pour la jeune fille ? Ou plutôt quel genre de relation l’ancienne Katerina et lui avaient ? Pourquoi le déteste elle ? Alors du coup, oui, c’est un personnage mystérieux et en qui nous avons très peu de confiance.

Colin est le beau-frère de Katerina. Il est petit, méchant et diabolique. C’est à croire qu’un démon vie dans le corps de ce gosse. Mais bizarrement, et c’est ce qui me fait douter de ce qu’il est réellement, c’est le fait qu’il est capable de dire à Katerina qu’elle va bientôt fuir. Lui aussi je n’arrive pas à le cerner.

Nathanael est un ange beau, sexy, et surtout puissant. Dès qu’il trouvera Katerina, il va alors la prendre sous ses ailes afin de l’aider à développer ses pouvoirs, et la protéger de ses ennemis. Il est autoritaire, mystérieux, et un brin macho.

Luther est lui aussi un vampire chargé de veiller sur la sécurité de la belle donzelle. Néanmoins à la différence près de son comparse, il est plus sociable, plus marrant, plus charmeur. Mais cela ne signifie pas que s’il devait se battre, il ne le ferait pas.

Voilà pour les personnages principaux. Bien entendu, on a plein d’autres qui viennent au second plan afin de renforcer l’histoire en elle-même. Il y a le chef des surnaturels du coin, une reine vodou, des sorciers, des fées, des vampires, des loup garous, des hybrides, etc. Chacun d’entre eux font partie d’un tout, et chacun à sa propre place dans l’histoire.

Bon apparemment, malgré le fait que j’ai pris plus de temps pour écrire ce début de chronique (ce n’est pas de ma faute, je fus malade comme jamais), j’ai réussi à arriver à la partie spéciale roman avec la plume de l’auteur, la romance entre les personnages et l’intrigue du livre.

Tout d’abord, la plume de Lucille Rybacki est légère, rythmée et sombre. La légèreté se sent dans le fait que l’on lit très facilement l’histoire. Les pages défilent plutôt rapidement et les émotions sont vives, surtout si vous avez envie de donner quelques paires de baffes par ci par là. Le rythme est plutôt soutenu avec plein d’actions, de rebondissements, de retournements de situations. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, cela apporte un plus dans l’histoire avec ce côté obscur. Car en réalité la plume de Lucille Rybacki avec ces meurtres bizarre où les victimes ressemblent à Katerina. Mais aussi par les enlèvements des jeunes du lycée qui sont tous hybrides. Où encore par le fait que la jeune fille a tous les anges du paradis au fesses. C’est un univers sombre, et à chaque fois où on croie que l’on en voie le bout, on replonge dans les méandres d’un lac aux eaux troubles et noires sans fond. Les personnages sont plutôt simples dans leurs comportements on a le bon, la brute, et le truand, ha ha ha. Je suis morte de rire. Bref, on s’attache vite à certain, on a envie de donner plein de baffes à d’autres, où de dorloter d’autres. Bref vous avez compris, il faut lire le livre pour mieux comprendre ce que je veux dire par là. Les descriptions, sont simples elles aussi, mais on arrive à rentrer facilement dans le décor tant les paysages nous semblent réels. C’est vraiment magique. Et puis i y a un plus à l’histoire, car on peut suivre le récit selon différent points de vu. Du coup on sait ce qui se passe où et à quel moment. C’est vraiment bien. Le petit point négatif à tout cela, c’est le fait que durant la lecture, on tombe sur quelques petites longueurs, mais on peut bien pardonner à Lucille Rybacki car au fond, ce n’est que le premier tome, et comme chacun le sait, c’est dans celui-là que tout est mis en place, afin que nous puissions mieux nous retrouver dans le second.

La romance entre les personnages est plutôt survolée. Katerina est folle amoureuse de Jared, un musicien. Seulement voilà entre ses bras, je la trouve pathétique, idiote, crétine, stupide, sotte, etc. Pourquoi ? Dites-moi vous jeunes femmes laisserez-vous un homme vous frapper et revenir vers lui comme cela d’un claquement de doigt ? Non ! C’est bien ce que je pensais, en plus il l’incite ç boire de l’alcool alors qu’elle est mineure. Mais il n’y a pas que cela, il se dit être amoureux de la jeune fille, mais dès qu’un danger rode dans les parages, il va se réfugier dans les jupes de la donzelle. Sans compter qu’au moment où il croise le regard de la reine vodou, il ne pense qu’à cette femme. Fini les Katerina, fini les bonnes résolutions qui lui permettrons de revenir sur le droit chemin. En résumé, à mes yeux, ce n’est pas une romance. C’est un échec total. Ils ne sont vraiment pas faits l’un pour l’autre. Alors je me dis, mais qui va prendre la place de ce loser pathétique ? Par ce que là c’est sur elle n’ira pas bien loin avec lui.

L’intrigue du roman est plutôt complexe, car en réalité il y en a plusieurs. En effet, on se retrouve avec un tueur en série. Mais aussi avec des anges qui cherchent à tuer une jeune fille. Sans compter les gamins hybrides qui se font enlever. Et enfin le mystère qui plane autour de Katerina. Du coup de nombreuses questions plane dans nos têtes. Pourquoi toutes les filles du tueur en série se ressemblent ? Pourquoi fait-il cela ? Mais bon dieu qui est derrière tous ces meurtres ? Est-ce la même personne qui enlève les jeunes de la ville ? Pourquoi kidnapper ces pauvres morveux ? Que va t ils lui apporter ? Et les anges qui cherchent-ils ? Pourquoi ? Qui veulent-ils ? Qui est réellement Katerina ? D’où lui viennent ses pouvoirs ? Etc, etc … Je vous jure que durant toute ma lecture, je n’ai fait qu’une chose, mener l’enquête pour trouver toutes les réponses. Bien entendu, les réponses vont venir, goute par goute. Mais certaine ne trouveront pas facilement chaussures à leurs pieds. On sent que le mystère va continuer dans le tome suivant, mais on sait aussi que c’est pour le bien du lecteur. En bref, l’intrigue est très bien ficelée. On sent que l’auteur y a fait un travail de dingue, et que c’est juste pour nous lecteur.

En conclusion, Le souffle des anges Livre un, fut une très bonne lecture. Très facilement mis dans le bain, j’ai fini par me prendre au jeu des milles et une question afin de mener mon enquête. La lecture fut plaisante et additive, avec des personnages morales, immorales, matures ou non dans un monde obscur où le surnaturel se cache mais est plus que présent dans la vie de l’héroïne. Beaucoup d’actions rythme la lecture, et on se sent pousser vite fait des ailes. En quelque mots, c’est un excellent livre qui nous donne envie d'avoir la suite. A bientôt pour une nouvelle chronique.

Plus de chronique sur mon site http://le-petit-univers-litteraire-de-miss-vampiress44.e-monsite.com/
Saga des sorcières, Tome 1 : Le Lien maléfique Saga des sorcières, Tome 1 : Le Lien maléfique
Anne Rice   
Mon premier roman d'Anne Rice,j ai bien aimé dans l ensemble,l idée est bonne et je trouve les personnages attachants.Le long récit au milieu du livre sur la famille Mayfair ne m'a pas dérangée,au contraire j'ai trouvé ça passionnant!Pour moi le seul hic est des descriptions qui,je trouve,ne sont pas necessaires.

par carolee