Livres
462 216
Membres
419 372

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— Allez, maman, dis-je à la forme silencieuse. Tu vas avoir un cœur tout neuf. Yeepee... (Je brandis les poings en l'air comme une pompom girl avec un grand sourire d'idiote. Heureusement que je tourne le dos à la porte et que personne ne me voit parler à quelqu'un qui ne peut pas me répondre. De quoi aurais-je l'air ?) Mais avant, pendant que tu es dans les vapes et que tu n'entends rien de ce que je te raconte, il faut que je te dise quelque chose. tu vois, j'ai fait la connaissance d'un type merveilleux. Il s'appelle Noah Crawford. (Je lève les yeux aux ciel, sachant quelle aurait été sa réaction si elle avait pu m'entendre.) Oui, ce Noah Crawford-là. Ne te laisse pas abuser par l'argent et sa belle gueule : parfois, c'est un vrai salaud, mais c'est l'une des choses qui le rendent si merveilleux. Enfin, bref, cela fait un petit moment qu'on se voit, maintenant, et hier soir, il m'a dit qu'il m'aimait. (Là, ma mère pousserait un petit cri.) Oui, oui, continué-je en levant une fois encore les yeux au ciel alors qu'elle ne peut pas me voir. Seulement voilà... Ce matin, il m'a dit en gros d'aller me faire voir. J'ai l'impression qu'il l'a fait parce qu'il croit qu'il sait ce qui est le mieux pour moi - tu connais les hommes, hein ? - mais malgré tout, je n'ai pas pu lui dire ce que j'éprouve pour lui. (J'enfouis ma tête dans l'épaule de ma mère et je soupire.) Je ne supporte pas qu'il soit là-bas, et moi ici, et qu'il ne sache pas. On ne peut pas rêver plus tortueux, non ? Savoir et ne rien pouvoir faire. Ce n'est pas le genre de chose qu'on peut dire avec un texto ou au téléphone, pas vrai ? Il faut que ce soit face à face. Mais le problème, c'est qu'il n'est pas là et que je ne sais pas si je pourrai jamais le revoir. Il faut que tu m'aide, maman, parce que je ne sais absolument pas quoi faire.

— Je suis là, maintenant... dit une voix familière depuis le seuil. (Je sursaute et me retourne. Il est là, comme sorti des pages d'un magazine. Appuyé à l'embrassure, les mains dans les poches de son jean.) Dis-moi, Delaine, qu'est-ce que tu éprouves pour moi ?

Afficher en entier

Dez fait des moulinets pou mimer une caméra imaginaire braquée sur moi.

— Lanie Marie Talbot, c'est de votre vie qu'il s'agit, reprend-elle d'un ton d'animatrice de jeu télévisé. Alors, dites-nous... C'est une trottinette ou un semi-remorque ?

— Allez, dis-nous, renchérit Polly.

Je suis choquée. Mais vraiment. Elle est totalement obnubilée par la conversation, comme si j'allais livrer le secret de la vie éternelle ou quelque chose de ce genre. Noah est son patron et elle est mariée à l'un de ses plus proches amis, mais tout ce qui l'intéresse, c'est se mêler de mes affaires et savoir s'il en a une grosse.

— Dis-leur, bon sang, soupire Lexi en levant les yeux au ciel. Comme ça, on pourra refermer ce chapitre répugnant.

— Très bien ! m'exclamé-je en levant les mains au ciel. Il est énorme, OK ? E-nor-me ! Et il baise comme un dieu ! Je reste sur le cul à chaque fois. C'est tout juste si je ne me mets pas à parler en langues et à avoir la tête qui me tourne à trois cent soixante degrés comme si j'étais possédée. Si le sexe le plus exceptionnel de l'univers devait s'incarner dans un être vivant, ce serait un clone de Noah Crawford. C'est le champion des orgasmes, l'alpha et l'oméga du sexe. On devrait la lui couper et l'empailler pour l'exposer au-dessus de la cheminée, ou dans une vitrine en verre blindé avec alarmes thermiques et détecteurs de mouvements au musée de la Bite ! C'est le saint Graal des pénis et il est le seul à savoir en exploiter toute la puissance. Bref, Noah Crawford est le sexe fait homme. Il me fait friser les orteils et me donne des convulsions. Voilà. Vous êtes contentes ?

La chambre est plongée dans un tel silence qu'on entendrait une épingle tomber. Ma mère est restée bouche bée et Polly ouvre de grands yeux. Quand à Dez...

— Si tu devais donner une dimension précise, ce serait... ?

J'entends quelqu'un se racler la gorge et je me retourne brusquement. Noah est sur le seuil, les mains dans les poches. D'après son rictus satisfait, il a dû entendre suffisamment de mon discours pour avoir la tête aussi grosse que ce qu'il a dans le pantalon. Génial. Il va être encore plus impossible à vivre.

— Désolé de vous interrompre, mesdames, poursuit-il en entrant. Mrs. Talbot, vous avez une excellente mine.

— Je, euh... Merci, bafouille ma mère, qui pense apparemment encore à ce que je viens de débiter et est probablement en train d'imaginer mon petit copain tout nu.

Afficher en entier

Au diable la distance, j'ai besoin de la voir.

Pieds nus et sans chemise, je fonce jusqu'à l'entrée, prends mes clés dans le vide-poche et cours à ma Lamborghini. Quelques gouttes de pluie viennent parsemer le pare-brise alors que je la sors du garage et m'élance vers Hillsboro pour la retrouver.

Afficher en entier

— Mon père ne dit jamais « petit lot », dis-je.

— Euh, si, me contredit ma mère avec un sourire coquin.

— Oh, quelle horreur, maman ! m'indigné-je, certaine que je vais avoir un mal de chien à chasser de mon esprit les images que ces paroles viennent de susciter.

— Oh, je t'en prie, Lanie, répond-elle. Comment crois-tu que tu es venue au monde ? Je t'assure que ce n'était pas l'Immaculée Conception. Nous nous sommes bien amusés quand nous t'avons fabriquée, continue-t-elle en prenant un air rêveur. Les choses que ton père sait faire avec son...

— Ne termine pas cette phrase ! la coupé-je. Les vieux qui font ça, c'est trop dégoûtant !

Afficher en entier

— D'accord, papa, dis-je avec un immense sourire. (Je m'approche encore et me baisse pour l'embrasser sur le front.) Merci.

— Oui, oui, oui. Fiche le camp et va manger quelque chose. Tu es trop maigrichonne. Et quand tout sera fini et que ta mère sera rentrée chez nous, vous viendrez tous les deux dîner pour que les présentations soient faites dans les règles.

Traduction : il veut présenter Noah à son Smith & Wesson.

Afficher en entier

- Il n'y an e pas deux comme elle, Noah. Ne la laisse jamais partir. N'oublie pas: dans la boue et la vase s'épanouit la fleur rouge; elle triomphe et se dresse vers la lune.

Je me rappelle qu'elle disait cela souvent quand j'étais enfant, mais je ne comprenais pas à l'époque ce que cela voulait dire, pas plus qu'aujourd'hui.

- Le lotus écarlate, murmuré-je.

Afficher en entier

Au moins je peux réagir avec celui-là : je n’ai vraiment rien à perdre à l’affronter. J’ai bien l’intention qu’il m’écoute, bon gré, mal gré. Il va savoir que je l’aime et il va se mordre les doigts de m’avoir rejetée comme cela. Je vais débarquer dans son petit bureau et réclamer son attention. Il va voir à quel point il a eu tort de s’imaginer n’importe quoi et je vais lui passer l’envie de tirer hâtivement des conclusions. Je suis une femme, une femme qui a tout donné pour sauver sa mère mourante et j’ai une voix qui ne demande qu’à être écoutée. Et il n’est pas question que j’aie enduré pour rien tout ce que j’ai subi depuis que je suis entrée dans l’univers de Noah Crawford !

Résignée à cette théorie, je tourne les talons et rentre dans la maison, les épaules bien droites et la tête haute. Après une douche et un rapide tour dans la merveilleuse réserve de vêtements indécents de Polly, je m’habille, prends mon mobile et m’en vais.

Je m’impressionne moi-même en dévalant les escaliers sans me rompre le cou ni me fendre le crâne. Arrivée au premier, j’entends une voiture s’arrêter. Ce doit être Samuel qui revient après avoir déposé Noah et je me dis qu’il ne pourrait pas mieux tomber.

J’entends ensuite tambouriner à la porte, puis une voix qui s’écrie :

— Lanie Marie Talbot, je sais que tu es là-dedans ! Sors de ton lit et viens ouvrir !

C’est ma meilleure copine, Dez.

Je me précipite à la porte et l’entrouvre juste au moment où elle s’apprête à frapper à nouveau. Pour une fille, elle a de la force et j’ai de la chance d’échapper d’un cheveu à son coup de poing. J’aurais l’air fin avec une bosse sur le front pour affronter Noah…

— Dez ! m’écrié-je tout en esquivant son poing.

Nous reculons l’une et l’autre d’un pas et nous nous toisons en même temps.

— Comment es-tu attifée ? demandons-nous en chœur.

Dez est en noir de la tête aux pieds. Enfin, presque. Jean noir skinny taille ultrabasse avec un énorme ceinturon orné d’une boucle en forme de tête de mort, col roulé noir, bottes en serpent noir et casquette elle aussi ornée d’une tête de mort juste au-dessus de ses sourcils parfaitement épilés.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode