Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de MiLn : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
Le Cycle de la brume, tome 3 : Les Lumières de septembre Le Cycle de la brume, tome 3 : Les Lumières de septembre
Carlos Ruiz Zafón   
http://wandering-world.skyrock.com/3083084291-Les-Lumieres-De-Septembre.html

Ouaw. Ouaw. Ouaw. C'est définitif : je suis un grand fan de Carlos Ruiz Zafón. Les Lumières De Septembre m'a tout simplement fait tomber amoureux de cet auteur. Si j'avais été énormément séduit par Le Prince De La Brume et un tout petit peu déçu ( mais toujours conquis ) par Le Palais De Minuit, ce livre, lui, m'a carrément rendu accro à la plume de Monsieur Zafón.
Nous retrouvons une nouvelle fois les éléments que le romancier maîtrise à la perfection : il parvient à nous décrire des paysages paradisiaques, saisissants grâce à leur beauté et leur magnificence, et à nous faire frissonner de terreur en un battement de cils. Oh god, rien que d'y repenser, je suis aux anges. J'adore la façon d'écrire de l'auteur, ce n'est pas plus compliqué. Il nous transporte littéralement à travers ses mots, ses phrases, ses métaphores. On s'approprie sans aucune peine son monde, ses personnages, et toutes les violentes émotions qu'il couche sur le papier. Ce récit est un diamant brut, qui nous coupe le souffle.
Irène, Dorian et Ismaël ( et Hannah dans une moindre mesure ), les personnages principaux de l'intrigue, sont des adolescents humains au possible, touchants, et tellement dotés d'espoir qu'ils en deviennent merveilleux. En effet, durant notre lecture, ils vont vivre des tas d'aventures horribles, effrayantes et dérangeantes. Mais, toujours, ils vont se dépasser et faire tour leur possible pour s'en sortir. Carlos Ruiz Zafón nous offre une magnifique leçon de vie et de détermination. Nous faisons réellement face à un combat pour ce qui est juste. Le Bien et le Mal s'affrontent dans ce roman, et un seul camp ne pourra réchapper de cette guerre.
D'ailleurs pour vous parler des rebondissements de l'histoire, sachez qu'ils sont tous inattendus et atrocement poignants. Je n'ai rien vu arriver en 264 pages ! Nous sommes véritablement ancrés dans le récit. Entre ombres mystérieuses, légendes aussi effroyables que captivantes, et âmes en quête de vengeance, nous ne pouvons pas respirer une seule seconde ! J'ai tourné les pages de ce livre sans m'en rendre-compte ! Les mots s'écoulent telle une cascade infinie, sans même que nous nous en apercevions.
De plus, Les Lumières De Septembre possède également une sublime histoire d'amour, qui m'a touché en plein coeur. C'est une de ces romances douces et tendres, qui paraissent si vraies qu'elles pourraient avoir lieu partout dans le monde, en ce moment même. Je vais taire les prénoms des deux adolescents qui vont s'éprendre l'un de l'autre, mais il faut savoir que le couple qu'ils vont former est adorable, émouvant, et terriblement réaliste. J'ai eu des étoiles plein les yeux à de très nombreuses reprises !
Évidemment, notre addiction ne fait que redoubler lorsqu'on découvre les endroits où l'auteur nous embarque. La Baie-Bleue est un village magnifique. Je pouvais presque entendre les mouettes et les va-et-vient des vagues d'un bleu inouï. Les grottes, le phare, les bandes de sable blanc et Cravenmoore sont autant de lieux formidables et exceptionnels, qui nous en mettent plein la vue ! Les descriptions sont géniales et claires tout en étant courtes, exactement ce que j'aime.
L'atmosphère du livre est fascinante. On passe de l'admiration et de l'extase à l'effroi et la peur sans arrêt. Au départ, tout est calme... Trop calme, dans le fond. On sent bien que quelque chose pèse au-dessus des protagoniste, quelque chose qui dépasse l'entendement. Le suspense va alors crescendo, et il nous pousse presque à fermer les yeux tant l'adrénaline et le stress deviennent palpables. Une boule de feu se forme au creux de notre estomac, et on panique rien qu'à l'idée de tourner la prochaine page, méfiants de ce qui nous attend. Haaaaa, que d'extraordinaires émotions !
Mais ce n'est pas tout ! Derrière cet aspect très fantastique de l'histoire se cachent énormément de beaux messages et d'enseignements. Nous devons apprendre à vivre avec l'ombre qui sommeille en nous, à faire la part des choses, à vivre pleinement, et à cesser d'avoir peur de notre passé. Les souvenirs qui nous hantent s'effaceront si on arrive à passer à autre chose et à écrire un nouveau chapitre de notre vie. C'est vraiment cela qui me touche avec cet auteur : il sème des tas de réalités dans un univers surnaturel et mirifique.
En définitif, Les Lumières De Septembre est un roman époustouflant, qui nous prend aux tripes et nous fait pénétrer dans un monde de ténèbres passionnantes. J'ai vraiment été subjugué par chacun des personnages, par le cadre de l'intrigue, et par la plume - toujours aussi éblouissante - de Carlos Ruiz Zafón. Au fond, lire cet ouvrage c'est, et je cite une phrase du livre qui décrit à la perfection mes pensées, "comme s'enfoncer dans un rêve à la fois enivrant et terrifiant".

par Jordan
L'ombre de nos nuits L'ombre de nos nuits
Gaëlle Josse   
Deux récits en alternance, deux histoires qui se construisent au fil des pages.
Quel lien entre les deux époques, les deux histoires ? « Saint Sébastien soigné par Irène », le célèbre tableau de de La Tour.

A des siècles d'intervalle, des époques si différentes, un artiste peintre s'applique à donner vie à sa toile, peinture qu'une inconnue admirera au Musée des Beaux-Arts à Paris.
En 1639, en Lorraine, le Maître de La Tour demande à sa fille Claude de poser pour lui.
En 2014, une femme dont nous ne connaissons pas l'identité se concentre des heures durant sur cette toile qui fait rejaillir en elle tout un flot de souvenirs, les moments qu'elle a passés avec un homme qu'elle a aimé, ce qui a été et qui n'est plus, ce qui aurait pu être et ne sera pas.

L'auteur a choisi d'accompagner son lecteur sur deux chemins que l'Art fait se croiser. Le procédé de l'alternance est habile, il a ici un but prioritaire qui est celui de mettre l'oeuvre de de La Tour au centre du roman pour mieux la sublimer, la rendre universelle. A travers cette toile du Maître, c'est la peinture qui est mise à l'honneur par les sensations qu'elle déclenche chez celui la regarde, qu'il s'agisse d'une parfaite inconnue ou d'un roi de France.
Dans « L'ombre de nos nuits » Gaëlle Josse réussit à introduire son lecteur dans l'atelier de l'artiste peintre, l'inonde d'ombres et de lumières par un récit aussi lumineux que sombre ; alors que la famine, la misère et la peste brutalisent la population, de La Tour émerveille par son talent, son geste sûr, sa palette de pigments et de couleurs. Quatre siècles plus tard, c'est une inconnue qui fait revivre sa toile, par un récit personnel aussi émouvant que amer, celui d'une femme courageuse et nostalgique que la contemplation de la toile fera passer par quelques heures où le passé refait surface.

Quelques thèmes dominent la narration : celui du jeu des ombres et des lumières, celui des couleurs et celui de l'amour, amour pour l'art, amour ou manque d'amour dans les relations.

Les deux histoires auraient très bien pu faire l'objet de deux récits indépendants, mais un lien existe et donne plus de poids à l'ensemble. La lecture demande un soupçon de concentration car il s'agit d'un roman dans lequel trois narrateurs prennent la parole à tour de rôle et si les caractères en italique sont réservés à l'apprenti de de La Tour, le lecteur risque durant quelques secondes seulement d'hésiter entre la prise de parole du peintre et celle de l'inconnue au musée.
J'ai aimé ce roman et le style de l'auteur, j'ai aimé cette immersion dans le monde de la peinture et de l'histoire.

par SuperNova
Et je danse, aussi Et je danse, aussi
Anne-Laure Bondoux    Jean-Claude Mourlevat   
"Et je danse, aussi" est un magnifique roman épistolaire (ou plutôt e-mailstolaire mais je pense que j'invente le mot, là !).
Les personnages n'apparaissent donc qu'à travers des mails mais ils sont on ne peut plus riches de caractère. C'est une histoire touchante, émouvante et amusante, pleine de tendresse mais aussi de non-dits qui bouffe la vie.
J'ai adoré me plonger dans ce livre. Beaucoup de difficultés pour le poser aussi. Il fallait vraiment que je sois fatiguée !
Je le recommande vivement !!

par Marie-A
Oona & Salinger Oona & Salinger
Frédéric Beigbeder   
Des personnages inconsistants et inintéressants, un auteur qui prend ses lecteurs pour des débiles et ne s'en cache pas, une histoire sans intérêt... Mais comment Beigbeder peut-il avoir du succès ? Je n'en lirai plus jamais.
Petit pays Petit pays
Gaël Faye   
Un livre témoin de la fureur des hommes dans un "petit pays", d une plume poétique mais sans langue de bois.
Un quotidien d une enfance blessée à jamais, et une lecture qui vous suivra longtemps.
Un bijou littéraire et un coup de coeur.
Errances d'Emanon Errances d'Emanon
Kajio Shinji    Kenji Tsuruta   
J'avais beaucoup aimé le premier one-shot des histoires d'Emanon pour toute la réflexion qu'il engendrait sur l'humanité, le but de l'existence et l'importance de la mémoire. J'attendais donc avec impatience que paraisse ce que je pensais être un nouveau one-shot qui me permettrait peut-être de pousser la réflexion encore plus loin.
Mais de toute évidence, en se fiant au "à suivre" qui orne la dernière page, on a affaire au minimum à une duologie, et ça se ressent, car, parvenu en bout de tome, il y a clairement un manque .
Si je pouvais accepter que l'auteur se contente de me présenter un personnage et un concept important dans Souvenirs d'Emanon, ici ça manque d'une histoire. Il y a certes des personnages intéressants et intrigants qui sont présentés, ainsi que de nouvelles portées (essentiellement écologiques) au rôle d'Emanon sur cette Terre, mais on ne voit pas encore où on veut nous mener, quel est le but de tout ça ?
Une sensation qui me pousse à penser que Errances d'Emanon est de ces mangas en peu de tomes qui sont vraiment indissociables de leur suite et que, pour la compréhension, il vaut mieux les lire d'une traite dans leur intégralité.
En espérant que la suite me donne raison car les manga de Tsuruta sont vraiment des petits bijoux de sensibilité graphique. Même si je ne suis pas toujours en accord avec sa façon de représenter les corps (les scènes de nudité au bain de ce tome, m'ont presque écorché les yeux), j'apprécie énormément sa patte et son sens du détail. Et j'ai toujours plaisir à retrouver son dessin vibrant et vivant, surtout dans des éditions de qualité telles que la collection Latitudes de Ki-oon !
Daho, l'homme qui chante Daho, l'homme qui chante
David Chauvel    Alfred   
Ce livre est un voyage. Une déambulation à travers trois années de travail. Trois années de vie,de musique,de rencontres, autour du nouveau disque du parrain de la pop française.
Ce livre raconte les coulisses des chansons de "l'innocence retrouvée" le dernier album d'Étienne Daho.

par MiLn
Une maternité rouge Une maternité rouge
Christian Lax   
Qu'il est beau cet album. Son histoire, son message et son dessin, tout est renversant.

Dans cet album, il est question d'une statuette datant du XIVe siècle attribué au maître de Tintam, qu'il faut protéger de la folie des extrémistes. C'est Alou, un chasseur de miel, qui sera chargé par le Hogon, le sage du village du pays Dogon, de la mettre en sécurité à Paris, au musée du Louvre. À partir de là, Alou va passer par monts et par vaux pour arriver en France depuis le Mali. D'épisode traumatisant en épisode traumatisant aucun répit ne lui sera permis, il porte une charge qu'il le dépasse.

Pas de langue de bois, pas de faux-semblant, mais beaucoup de poésie à la fois dans le dessin et le texte. L'auteur propose ici un album sincèrement engagé où il est question d'art, mais surtout d'hommes et de femmes en exil qui remettent en question l'accueil de leur terre d'accueil.

par Biibette