Livres
529 018
Membres
549 426

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Milouchka : J'ai lu aussi

Le Voyageur sans bagage Le Voyageur sans bagage
Jean Anouilh   
J'ai adoré ce livre.

Un homme qui perd la mémoir au front et qui refuse le passé qu'on lui attribut. C'est drôle mais surtout très triste.

par Biibette
Prince captif, Tome 1 : L'Esclave Prince captif, Tome 1 : L'Esclave
C. S. Pacat   
Bon, bon, bon. Par où commencer ?

Tout d'abord, je vais commencer par dire que j'ai adoré. En fait, je me suis carrément délectée de ma lecture. C'était super.

J'ai beaucoup entendu parler du PRINCE CAPTIF avant de me décider à m'y plonger à mon tour.
Et une fois qu'il s'est retrouvé dans mes mains, avant même que je l'ai commencé, il était clair dès le départ que ce livre terminerait dans ma liste de diamant et se révèlerait être un coup de cœur. Pour cause, L'ESCLAVE avait tout ce dont j'avais besoin qu'il ait pour pouvoir le définir en tant que tel.

Dans ce premier tome d'une trilogie qui promet d'être tout bonnement épique, C.S. Pacat nous fait découvrir un univers aussi fascinant qu'impitoyable, avec des intrigues de cour, des complots et des manœuvres politiques parfaitement bien réfléchies. Et avec des personnages forts de caractère qu'on se plait à aimer parce qu'ils sont tout simplement parfaits dans le rôle qu'ils jouent dans cette histoire.

C'est un mélange drôlement bien fait d'esclavage, de trahisons, plein de suspens et où les personnages sont loin d'être des imbéciles. Et attention aux apparences car certains cachent très bien leur jeu.

On se laisse très facilement emporté par la vague de questions et d'émotions qu'apporte le PRINCE CAPTIF. Chaque mot qu'écrit l'auteure est un nouveau sentiment, une nouvelle émotion, qui s'emparait à coup sûr de tout mon être. Et pour être tout à fait honnête, c'est une lecture qui m'a plu comme peu réussissent à le faire.

Déjà, la plume de C.S. Pacat est tout simplement captivante. Elle est riche, fluide, descriptive et tout bêtement entraînante.

Ensuite, l'histoire, tout comme les personnages, est d'une crédibilité sans faute ! On y croit du début à la fin. À aucun moment on ne va se dire que telle ou telle chose fait tache dans le décor et que ça ne marche pas. Loin de là ! Tout concorde à la perfection !

Pour faire un court résumé de l'histoire, c'est celle de Damen, prince héritier du trône d'Akielos, qui se retrouve suite à une trahison qu'il n'attendait pas de la part de son demi-frère, Kastor, au cœur du royaume ennemi à servir pour le prince héritier de Vère en tant que son esclave personnel. Prince héritier, Laurent, qui ne porte déjà pas les akieloniens dans son cœur mais encore moins le prince héritier de ce fameux royaume... Du coup, on peut deviner sans problème que si Damen tient à garder sa tête, il va devoir faire profil-bas et tout mettre en œuvre pour que sa véritable identité ne soit pas découverte.

Alors tout au long de ces 312 pages, nous suivons principalement Damen dans ses aventures à la cour de Vère qui est loin d'être un doux paradis... surtout pour lui qui est l'esclave personnel de Laurent !

Pour parler des personnages, ils sont tous parfaits dans leur rôle ! On ne peut pas ne pas les aimer, même si ce ne sont ni des tendres ni des anges.

Mais plus particulièrement, je voudrais parler de Laurent.
Comment vous expliquer que je voue un culte à ce personnage ? Ce n'est pas un être parfait, bien loin de là. C'est même un jeune homme cruel, sournois et froid. Il a tout de l'anti-héros dans toute sa splendeur ! Et c'est ce qui fait que je l'aime tant. Il n'est pas spécialement gentil et il ne s'en cache pas. Il est même plutôt hypocrite, manipulateur et égoïste. Il est fier, arrogant mais par dessus tout il est crédible de la tête aux pieds.
Et malgré le fait qu'il soit tout ce que j'ai pu citer plus haut et plus encore, on ne peut pas vraiment mépriser ce personnage. Pour ma part en tout cas. Il fait certes des trucs qui lui vaudraient bien des claques dans la tronche et pire encore mais il n'en reste pas moins fascinant, captivant et passionnant. Mais par dessus tout, je l'avoue, je me suis attachée à lui.
Je crois même que sans ce personnage et tout ce qu'il représente, l'histoire n'aurait aucun intérêt et serait bien fade.
Ok, je l'avoue, c'est mon personnage préféré ! Eh oui !
Aussi, je crois qu'au-delà des apparences se trouve un jeune homme dont la haine causée par la mort de son frère des années auparavant cache quelqu'un de bien et de digne de confiance.
Je pense, après ça reste à prouver... scientifiquement parlant, c'est une ordure de première. ^^

Ensuite, quant à Damen c'est le héro par excellence quand on y pense bien. Mais c'est loin d'être gênant. Et puis il n'est pas parfait non plus, n'allez pas croire. Néanmoins, il est moins tout ce qu'est Laurent. J'irais même jusqu'à penser qu'ils sont aux antipodes l'un de l'autre.
Damen, malgré le fait qu'il soit dans un merdier total et traité comme un esclave alors qu'en réalité il est un prince, ne se laisse pas démonter par tout ça. Il reste fort, il encaisse les coups (aussi bien au sens propre qu'au sens figuré) et malgré le fait qu'il soit tout en bas de l'échelle alimentaire dans ce royaume, il ne perds jamais une occasion de dire ce qu'il pense.
Tout comme Laurent, il est intelligent mais contrairement à ce dernier, il ne se sert pas de cette intelligence pour manipuler les autres.
Alors bon, certes Damen n'est pas parfait mais il l'est quand même plus que Laurent. C'est peut-être la raison pour laquelle je l'ai aimé -ah ça oui !- mais pas autant que ce dernier. Mais bien-sûr, je me suis attachée à lui comme je m'attacherais au dernier carré de chocolat de la planète. ^^

Quant à la relation entre ces deux personnages, c'est un pur régal ! Chaque fois qu'ils se retrouvent au même endroit, ça sent la tension à plein nez !
Si je devais décrire leur relation en quelques mots, je serais obligée de dire : tendue (comme une chaine sur le point de se briser), fascinante (à en donner des frissons), addictive (parce qu'on veut toujours un peu plus de Laurent/Damen), brutale (suffit de lire un certain passage par rapport à une croix pour le savoir ^^), sensuelle (à vous en faire baver et étouffer) et enfin, étrangement touchante (eh oui, aussi incroyable que ça puisse paraître et pour des raisons que je ne m'explique pas, je l'ai trouvé touchante...).

En gros, PRINCE CAPTIF c'est le genre de lecture qui ne vous laisse pas indemne. Vous refermez votre livre en vous disant que vous avez couru un marathon et vécu une expérience de dingue.

Finalement, j'ai eu l'impression de découvrir une histoire poétiquement brûlante. J'explique mon expression peu claire.
Enfin, je vais essayer.

La plume de l'auteure, que j'ai décrite plus haut, rend tout (personnages, histoire, univers, situation) poétique sans que ça ne le soit pour autant. Et tout ça rend la lecture brûlante. Parce que tout du long on sent notre cœur s'embraser à un regard croisé, à un acte fait, à une parole dite. Tout, quoi.
Poétiquement brûlant. Un peu comme si en lisant ce bouquin, on prenait feu. Comme si le livre était la boite d'allumette et moi, je suis l'allumette. Et que la dureté de l'univers le rendait presque beau.

Toujours pas clair ? J'avoue que j'abandonne pour le coup. Je n'arrive pas à expliquer mais c'est ce que ça m'a fait ressentir.
Et puis, au final, personne n'a dit que ce qu'on ressentait était toujours clair ! ;)

Et parce que mon commentaire va dans tous les sens, je voudrais rapidement revenir sur Laurent.
N'oublions pas que c'est un prince qui n'avait pas prévu de se préparer un jour à être roi puisqu'il est cadet et que c'est donc son frère qui aurait dû monter sur le trône et diriger Vère.
Aussi, tout le monde passe son temps à comparer Laurent à ce fameux frère (Auguste).
Je pense donc qu'il est probable qu'il soit devenu si froid et tout ça un peu à cause de ça. Bien entendu, je me trompe sûrement mais voilà.
Ensuite, je me suis souvent dit qu'il cachait le fait qu'il soit intelligent. Quand on pense Laurent on pense : manipulateur, arrogant, nonchalant, malin, tout ce qu'on veut. Mais pas vraiment intelligent alors qu'en réalité, le petit est loin d'être bête !
Et pour terminer, à mes yeux, Laurent est un véritable mystère que j'espère pouvoir élucider lors des deux prochains tomes.

De plus, la petite histoire qu'il y a à la fin à propos d'Erasmus,m'a énormément plu ! C'était court mais vraiment bon ! Un excellent bonus.

Tout simplement, C.S. Pacat m'a offert un voyage au cœur d'une œuvre à couper le souffle, qui donne des frissons et à la fin, on ne peut qu'en redemander ! :)

par Sheo
Prince captif, Tome 2 : Le Guerrier Prince captif, Tome 2 : Le Guerrier
C. S. Pacat   
Sublime.
Le premier tome avait été une bourrasque tiède, m’enveloppant délicieusement : un décor voluptueux, des mœurs presque indécents, des coups majestueux et des personnages subjuguants. Une atmosphère non sans rappeler celle de Jacqueline Carey.
Et ce deuxième tome aura été comme une tempête. Violente, électrisante. Des frissons à n'en plus finir, une histoire haletante. Nous évoluons sur un fil tendu à l'extrême, au moindre faux pas, c'est un fossé sans fond qui nous attend. Cette tension ressentie tout le long des pages était exquise. Je me délectais de l'univers de C.S. Pacat. Sombre, sensuel, addictif. Une écriture subtile mais saisissante, les accents des voix prenaient échos dans mon esprit et les scènes se déroulaient sous mes yeux, quasiment tangibles. Je me souviens m'être retrouvée, sans en être consciente, le souffle saccadé, la mâchoire crispée, ressentant la douleur jusque dans mes entrailles. Et je relisais, relisais chaque mot rempli de finesse, de délicatesse. J'avais les nerfs à vif, les émotions à fleur de peau. On se régale de cette douleur délicieuse. On ferme les yeux de plaisir face à tant d'ingéniosité.
Et on savoure Prince Captif, aussi doux que tranchant.
Je suis éblouie.

par Tiato
Prince captif, Tome 3 : Le Roi Prince captif, Tome 3 : Le Roi
C. S. Pacat   
Que dire? Bon tout d'abord, il faut que je précise que mon avis ne sera absolument pas objectif parce qu'il s'agit d'une de mes séries favorites!

Cette trilogie est tout simplement remarquable! Et je ne pensais pas qu'il était humainement possible d'aimer davantage cet univers et bien j'avais tort! C.S. Pacat s'est surpassée et ce dernier opus m'a littéralement coupé le souffle. Ce tome a parfaitement répondu à mes attentes.

Petit bémol: la fin est un peu trop précipitée!

Mais bon l'auteure a annoncé la publication de trois nouvelles qui se dérouleront dans l'univers de Prince Captif!

La première nouvelle sera centrée sur la relation entre Jord et Aimeric. La seconde sera l'épilogue tant attendu par tous les fans frustrés par la fin! Et CS Pacat ne peut pas annoncer le contenu de la troisième sans spoiler.

Je suis tellement impatiente! Vivement la sortie de l'épilogue!

par lilliana
Fucking Love, Tome 3 : For Pain Fucking Love, Tome 3 : For Pain
Amélie C. Astier   
UN ROMAN INDESCRIPTIBLE, 662 PAGES DE FRISSONS, D’ÉMOTIONS BRUTES ET DESTRUCTIVES !
C’est un euphémisme de vous dire que j’ai aimé ce roman. Je l’attendais tellement, je m’étais imaginé une multitude de scénarios, mais je n’étais pas préparée au contenu de ce roman. Personne ne le sera…

Amheliie m’a bluffée par la puissance de l’histoire de Demon et Archer, par sa façon d’aborder des thématiques percutantes… Elle a su s’approprier l’univers du BDSM en l’insérant dans un contexte très particulier.

Ce roman c’est 662 pages en apnée, c’est des larmes, c’est mon cœur qui se serre, c’est ma peau qui se couvre de frissons… C’est une descente aux enfers absolument destructrice mais ô combien salvatrice. Une histoire d’amour avec un grand A.

FUCKING LOVE 3 – FOR PAIN > UN COUPLE ABSOLUMENT MAGNIFIQUE ENTRE ENFER ET PARADIS !
Demon et Archer… *Soupire*

J’avais eu un gros crush pour Archer, celui que l’on avait découvert dans les tomes précédents. Il m’avait même donné des frissons dans le tome 2,5… Archer avait su toucher ma corde sensible, il avait su s’attirer ma sympathie. Dans ce troisième opus, il m’est apparu comme un ange rédempteur, un homme capable de tout pour sortir l’amour de sa vie de l’enfer. Archer a une certaine force de caractère, il est déterminé, il puise en lui pour surmonter ce qui l’attend aux côtés de Demon. Archer est un homme loyal et généreux mais il n’est pas infaillible, il est humain et il va devoir se battre pour sauver ce qu’il a construit avec Demon au fil des années. Archer a une personnalité particulièrement touchante, j’ai aimé les choix qu’il a fait, j’ai aimé sa manière de prendre les choses en main, j’ai été touchée par sa souffrance apparente, par les doutes qui l’ont assaillis.

Matthews Riggs alias Demon… s’est totalement révélé dans cet opus. Mon avis n’était pas totalement établi avec les tomes précédents, sa froideur m’avait quelque peu déroutée et je ne savais pas si j’allais être en mesure de l’aimer. Grosse erreur de ma part, mon dieu, Demon c’est la grosse surprise de cet opus. Il m’a tellement touchée, c’est un homme brisé au sens littéral du terme… Demon sombre, il n’a plus aucun espoir de rédemption. Son histoire m’a tellement serrée le cœur. Demon est un personnage très complexe qu’il faut apprivoiser, les révélations à son sujet vous mettront à genoux. Demon c’est un déchaînement de passion, d’enfer et de désespoir. C’est une avalanche de colère, de honte et d’humiliation. C’est un passé qui ne cesse de le hanter et de définir l’homme qu’il est… Je ne saurais être à la hauteur de cet homme, ce qu’il a vécu c’est inimaginable et Amheliie ne nous a rien épargné, d’où la mention « Dark Romance ».

On retrouve les personnages des tomes précédents, surtout Jax et Dereck, pour notre plus grand plaisir. Nous rencontrons des personnages absolument déroutants tout droit sorti du passé de Demon, je vous assure que j’ai ressenti des émotions proches de la haine, j’étais en colère, démolie par ces salauds au même titre que Demon. Tous les personnages de cette saga sont travaillés avec soin, leur personnalité, leur histoire et toute la psychologie qui en découle. Les protagonistes de Fucking Love n’ont aucune mal à se faire une place dans ma vie de lectrice.

UN SCÉNARIO A COUPER LE SOUFFLE !
Jamais… jamais je ne m’étais attendue à ce scénario de dingue ! Jamais je n’aurais mesuré la portée psychologique de cette histoire à sa juste valeur.

Le récit m’a marqué au fer rouge… il s’est imprégné en moi, il m’a contaminé. J’ai beaucoup souffert pendant cette lecture. Entre passé et présent, Amheliie n’omet aucun détail de l’histoire de Demon et Archer. J’ai tellement aimé découvrir comment leur partenariat a commencé, j’ai aimé le cheminement de l’histoire, du bonheur à la descente aux enfers. Demon et Archer ont un lien particulier, l’alchimie entre eux est indescriptible. Il y a quelque chose de plus que de l’amitié, c’est indéniable…

Une partie du récit se passe en huis clos, la lutte entre Archer et Demon est acharnée !

Ce troisième opus est rythmé, les chapitres s’enchaînent à une vitesse folle, l’addictivité nous pousse à tourner les pages avec frénésie et fébrilité. Passé, présent et double narration, le kiffe ! Le récit est divisé en trois parties, les émotions montent crescendo, l’histoire flirte entre différents genres, il y a une romance bien évidemment mais il y a aussi un côté suspense/thriller très bien géré. Demon doit régler ce qui le ronge, il doit faire payer ceux qui l’ont détruit et la machine est en route…

L’érotisme accentue la noirceur du récit, forcément Demon a évolué dans des sphères nocives et loin de la légalité alors l’ambiance est parfois suffocante, écœurante et difficile à digérer ! On découvre le sexe sous toutes ses formes, le bon et le mauvais. N’oubliez pas que l’on navigue dans l’univers du porno gay et que nos héros ont un passé dans des labels loin d’être aussi sains que Fucking Boys !

LE BDSM ? ON EN PENSE QUOI ?
J’ai une certaine expérience de lectrice en ce qui concerne le milieu BDSM… Attention, pas cette vaste farce de 50 nuances de Grey qui ne reflète absolument pas l’essence même de ce monde. Non, des romans qui explorent le BDSM avec beaucoup de réalisme, que ce soit les récits d’Emma Cavalier ou encore Eva Delambre, j’ai de quoi comparer…

Dans Fucking Love, le BDSM se décline d’une manière qui est propre au tournage des films du label Fucking Boys. Demon et Archer s’adonne au BDSM dans leur donjon et uniquement lors des tournages. J’ai trouvé que les codes étaient respectés, que l’ensemble des scènes étaient crédibles et bien décrites. Les choses sont établies clairement entre nos héros, et cela fonctionne très bien avec le contexte. C’est totalement différent de ce que j’ai pu lire dans ce milieu car le contexte est particulier, Amheliie explique bien qu’elle a fait en sorte de s’adapter à ce monde en gommant ce qu’elle n’aimait pas elle-même dans ce genre de relation, exemple l’humiliation, ce genre de chose… Cela rend le récit accessible aux novices, à ceux qui aimeraient découvrir ce monde sans aller trop dans le dur. Attention, le récit est tout de même très sombre et vous allez sûrement morfler, voilà c’est dit hihi, je suis rassurante, n’est-ce pas ?

UNE ROMANCE QUI DÉFIE TOUS LES OBSTACLES, L’AMOUR AVEC UN GRAND A !
On est bien loin des bisounours et autres romances doudous… Ici on découvre une romance violente, qui ravage tout sur son passage. Les émotions de nos héros sont décortiquées, mâchées puis recrachées ! C’est l’amour avec tout ce que cela implique, le bon comme le mauvais… L’amour qui se déchire entre raison et sentiments.

L’amour s’explique rarement. Cela me fait souvent rire lorsque j’entends… pourquoi tu m’aimes ? C’est inexplicable, c’est viscéral et naturel. L’amour d’Archer pour Demon est difficile, il continue de vivre à travers l’enfer. Archer est déchiré par son amour pour Démon, il va vivre des heures sombres sans jamais rien lâcher. C’est admirable et cela prouve que l’amour ne meurt pas facilement.

La relation de Demon est Archer est une lutte acharnée, elle naît de la meilleure des façons, ces deux hommes m’ont donné des frissons, ils m’ont fait fondre et m’ont poussée dans mes retranchements, hors de ma zone de confort. Ensemble, ils sont magnifiques dans la confiance qu’ils se donnent, dans leurs corps à corps si puissants.

L’érotisme va vous heurter de plein fouet. Vous allez découvrir toutes les facettes du sexe, dans l’horreur et dans le bonheur. Le sexe n’est pas conventionnel, il exulte dans le domaine de nos héros. Le porno Arty est une fois de plus magnifié dans ce troisième opus, mais on découvre aussi les bas fonds du porno. Amheliie a fait un travail formidable sur ce troisième tome, je n’imagine même pas les heures de travail qu’il y a derrière une telle histoire, on sent que l’autrice s’est investie à fond dans ce livre. Elle aime ses personnages et cela se sent à chaque mot. Elle a dû souffrir le martyr en écrivant ce roman et je l’en remercie car elle a su apporter un certain équilibre dans l’histoire, insuffler suffisamment d’espoir pour ne pas rendre la lecture trop dure.

Ça m’a fait penser à la citation de Dumbledor…

« Mais vous savez, on peut trouver du bonheur même dans les endroits les plus sombres. Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière »
PSYCHOLOGIE… QUAND TU NOUS TIENS !
Je ne pouvais pas faire l’impasse sur la psychologie de ce troisième opus, parce que c’est clairement une des forces de ce roman. J’aime analyser les livres qui ont un fort potentiel psychologique, et c’est le cas ici… Les thèmes abordés font mal, ils sont tellement percutants que j’appréhendais énormément. Amheliie heurte la sensibilité de ses lecteurs, elle les pousse à ressentir, à réfléchir et à s’abandonner !

Le roman fait 662 pages, et ce n’est pas pour rien. Aucune longueur, aucune redondance, seulement de la profondeur ! Sans mauvais jeu de mot bien sûr ! Le récit alterne ombre et lumière, j’espère que vous percevrez toutes les nuances de cette histoire. Que vous lirez entre les lignes et que vous comprendrez les personnages.

Ce genre de roman me stimule, j’apprends énormément de chose en découvrant des histoires psychologiques qui remettent parfois en question mes certitudes. C’est inspirant, ce n’est pas seulement du divertissement, c’est de l’épanouissement personnel, c’est un pas vers la tolérance et ma curiosité ne cesse de grandir.

EN BREF :
Vous n’avez peut-être pas eu envie de lire mon énorme pavé… Alors je vais faire court pour conclure ! [Fucking Love #3 – For Pain] c’est plus qu’un coup de cœur ! Ce roman est indescriptible, mes mots ne reflètent même pas la moitié de ce que je pense de ce roman. Je me suis totalement brisée et reconstruite aux côtés de nos merveilleux héros, Demon et Archer se sont solidement ancrés au fond de mon cœur, et je ne veux plus jamais qu’ils en sortent. Amheliie nous offre vraiment un récit extraordinaire orchestré d’une main de maître qui conserve un côté plus doux grâce aux liens entre nos personnages. Les Fucking Boys m’ont conquise, que voulez-vous ! Et j’en redemande !

PS : Impossible de choisir une #TEAM, désolé mais je les veux tous !!!
L’Attaque des Titans - Birth of Livaï, Tome 2 L’Attaque des Titans - Birth of Livaï, Tome 2
Hajime Isayama    Gun Snark    Hikaru Surugu   
La fin de ce prélude est génial, on ne voit même pas passer les pages. Il nous permet de mieux combattre ce qui unit Erwin et Levi.
Bref, je conseille aussi le tome 2.

par leyley
Dompteur d'anges Dompteur d'anges
Claire Favan   
J'ai lu ce livre en à peine deux jours, je l'ai dévoré et adoré ! J'ai tout aimé dans ce roman, du début à la fin.
J'ai aimé l'intrigue, prenante, passionnante, qui m'a happée dès les premières pages. Avec les différentes parties du livre, j'ai eu l'impression de lire plusieurs histoires. C'est noir, glauque, violent. On a parfois une petite lueur d'espoir mais on replonge vite dans le côté sombre.
J'ai aimé les personnages aux multiples facettes, tantôt victime, tantôt bourreau, tantôt ange, tantôt démon. On les aime et trois lignes plus bas on les déteste. Ils nous horrifient et malgré tout on ne peut s'empêcher d'éprouver de la compassion pour eux.
J'ai aimé l'écriture, fluide et addictive. L'auteur nous accroche dès le départ, pas de longueurs ni de temps mort, impossible de lâcher le livre avant la fin.
J'ai aimé le suspens présent tout au long du roman. On est tenu en haleine et on lit presque en apnée. C'est un régal.
J'ai aimé la fin. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre et j'ai été finalement surprise. Rien de ce que j'avais imaginé. Top!
Vous l'aurez compris, ce livre est un gros coup de coeur pour moi

par Armony22
Caste Heaven, tome 3 Caste Heaven, tome 3
Chise Ogawa   
Une série toujours aussi bonne

Un 3ème tome dans la lignée du T1 et T2. Dans ce 3ème opus nous suivons de plus près la relation entre Tatsumi et Senzaki.

Tatsumi, le demi-frère de Karino, est un élève modèle, ayant toujours suivi la route tracée qui s’offrait à lui. Mais sa rencontre avec Senzaki, le voyou de la classe, va bouleverser son quotidien et le détourner des rails sur lesquels il était. Avide d’amour, il voudrait tout abandonner pour découvrir le véritable sens de sa vie, mais...

J'ai adoré suivre ce couple et voir la psychologie autour de Tatsumi et Senzaki qui se complète parfaitement dans leur couple, chacun apportant à l'autre ce dont il a besoin mais aussi le mal-être de Tatsumi qui devra choisir entre son amour pour Senzaki et son rôle à tenir au sein de sa famille.

Un tome qui prouve que cette série mérite d'être connue

par Otakette
Given, Tome 2 Given, Tome 2
Natsuki Kizu   
... Bon, c'est quand qu'il sort, le tome 3 ? J'ai affreusement envie de la suite.

C'est ce tome qui, chez moi, a déclenché un véritable coup de cœur pour cette série. Le premier tome mettait en scène l'action et montrait l'éveil des sentiments d'Uenoyama, mais le second entre dans le vif du sujet. Le parallèle entre la musique et l'amour, entre les cordes de la guitare et celles qui se tendent dans le cœur, est absolument magnifique. J'ai trouvé cela tellement touchant, moi qui pourtant ne suis pas très musique, je me suis vraiment senti ému. Bien que le passé de Mafuyu soit assez prévisible et que des indices en sont donnés dès les premières pages, cela ne gâche rien au plaisir de la découverte : cette mangaka a un don pour décrire les sentiments, je m'y suis totalement retrouvé. Et l'évolution de la relation entre Mafuyu et Uenoyama se fait avec beaucoup de naturel, cela se sent.
L'intrigue en elle-même est toujours passionnante : le tome tourne autour de ce concert qui se profile et auquel le groupe doit se préparer. Mais les états de chacun menacent l'équilibre du groupe - ce que j'ai trouvé très "vrai", ça ne m'a pas paru forcé du tout. C'est avec plaisir également que l'on en découvre un peu plus sur la vie sentimentale d'Akihiko, qui s'avère d'être plus complexe qu'il n'y paraît. Moi qui pourtant n'aime pas tellement quand un manga se disperse en plusieurs couples, ça m'a paru justifié : l'expérience d'Akihiko permet d'y voir plus clair dans les sentiments d'Uenoyama.

Ce que j'aime vraiment, dans ce manga, c'est qu'il y a tant de points qui auraient pu être ratés, des écueils qui auraient pu ne pas être évités ; mais au final, ce qui aurait pu s'avérer cliché ou prévisible est tourné de telle façon qu'on se prend au jeu. Je me surprends à l'adorer, et c'est une sensation plutôt agréable.

par Nepheris
Le Passage de la nuit Le Passage de la nuit
Haruki Murakami   
Murakami est un auteur qui ne peut laisser indifférent et si son style est souvent sujet à controverse on lui reconnait bien souvent la richesse de son univers.
Les différents récits qui composent ce livre se superposent l'espace d'une seule nuit. Ce sont des récits d'angoisse, de violence, de trouble et de perte, mais l'art de Murakami est de les envelopper d'une sérénité mélancolique qui nous touche au plus profond de notre âme.

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode