Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Mindy_ : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Noragami, Tome 2 Noragami, Tome 2
Toka Adachi   
Un tome 2 vraiment remarquable !
Digne de la suite au premier tome, cette fois-ci, on nous entraînent a la rencontre de nouveaux personnages !! Qui ne sont pas des moindres, pour mon avis personnel . . .
Toujours aussi drôle, les combats, ce n'est pas ce qui manque ! Enfin, pour le moment, il est plus combattif par rapport au premier.
L'intrigue nous laisse sur notre fin et donne réellement de connaitre la suite de l'histoire !
Pour ceux qui ont vu l'anime qui lui est consacré, je peux tout de suite dire qu'il est tres bien respecté pour le moment . . .
A lire d'office !!
Soul Eater, tome 1 Soul Eater, tome 1
Atsushi Ohkubo   
moi j'adore c'est vraiment trop marrant la suite est vraiment génial!!!!surtout pour ceux qui aiment l'action et l'humour!!!

par gaby
Gangsta, tome 1 Gangsta, tome 1
Kohske   
J'étais d'abord pas trop emballée par l'histoire, ni par les graphismes. Puis à la sortie de l'animé, ça a changé mon avis du tout au tout.

Le dessin correspond à l'atmosphère noire et crasseuse de la ville où tout les pourris sont réunis.

Ce tome un place des mystères sur le passé de Warwick et de Nicolas. Sur celui d'Alex aussi vu qu'elle n'est pas de cette ville. Sur ce qu'est un crépuscule ainsi que les réglementations auxquelles ils sont soumis (interdiction de marcher dans les grandes rues).

Plus qu'une histoire de mafia à mon avis, on traite également d'intolérance envers ceux qui sont différents. On a eu un aperçu des mauvaises langues crachant sur Nicolas et sur le fait que son espèce ne soit vu que comme des outils facilement jetables.

Pour l'instant, on devine qu'en échange d'aptitudes surhumaines, les crépuscules sont réduits d'une autre manière : Nicolas est sourd. Et la femme dans la maison close de Big Mama est surement une crépusculaire ayant trop abusée de la drogue.

Les combats sont bien retranscrits et de l'humour se ressors de certains passages.

J'ai hâte de découvrir la suite et de savoir ce qui relie cette femme à Nicolas mais aussi ce qui fait qu'ils sont si mal traités.
Stray Dog, tome 1 Stray Dog, tome 1
Vanrah   
Gros coup de cœur pour ce manga français ! Comme quoi, il n’y a pas besoin de se rendre jusqu’au Japon pour trouver des mangas dignes de ce nom !

Stray Dog nous plonge dans un univers fantastique particulièrement sombre revisitant le mythe de la Bête du Gévaudan avec originalité. La mention de la Bête du Gévaudan m'a tout de suite motivée à me plonger dans ce manga. Rien que pour les superbes graphismes, j'ai décidé de continuer. Et là, j'ai adoré ! L'univers gothique dans lequel VanRah nous plonge est beaucoup plus complexe et sombre que ce à quoi je m'attendais. Les codes classiques du fantastique sont ici repris pour être intégrer à un univers futuriste où humains et créatures surnaturelles cohabitent tant bien que mal.

Du côté des graphismes, je ne peux qu'être admirative devant le travail accompli par l'auteur ! Les dessins sont tout juste magnifiques, en particulier pour les Karat. Le crayon de l'auteur est superbement mis au service de son imagination foisonnante, pour le grand plaisir des yeux ! Même si à plus d'une reprise, Toru m'a fait penser à Kaname de Vampire Knight, cela ne m'a absolument pas gênée.

Stray Dog est un gros coup de cœur. Ne serait-ce que par ses graphismes, le manga vous emporte sans aucune difficulté dans le monde d'Ishtar et vous fait côtoyer des créatures tout droit sorties des légendes les plus anciennes. Avec ce premier tome introductif, VanRah marque le début d'une trilogie dark fantasy à n'en pas douter réussie.
The Heroic Legend of Arslân, Tome 1 The Heroic Legend of Arslân, Tome 1
Yoshiki Tanaka    Hiromu Arakawa   
Très chouette premier tome, je suis agréablement surprise je ne m'attendais pas à accrocher autant.

Ce qui me faisait un peu "peur" ce sont les dessins, je dois avouer que j'ai déjà vu plus beau. Attention je ne dis pas que c'est laid, loin de là, mais disons que c'est très épuré et simple (pas beaucoup de détails notamment sur les décors, avec souvent des cases à l'arrière plan uniformes et vides c'est dommage). Pour ceux qui ont lu ou vu Fullmetal Alchemist vous aurez direct reconnu la patte graphique et charadesign de Hiromu Arakawa, c'est la deuxième raison pour laquelle j'avais une appréhension: Arslan est le portrait craché d'Ed et d'autres personnages se sont vu transformer tantôt en Huges Maes, Al ou même Izumi en mode masculin ! Pour le coup ça m'a un peu perturbée, après j'étais tellement prise par l'histoire que ce côté s'est effacé peu à peu pour mon plus grand bonheur.

Si le côté graphisme n'est pas des plus extraordinaire, il faut dire que l'histoire elle est tout bonnement excellente et au final les deux fonctionnent très bien ensemble. Pour un premier tome l'auteur nous montre bien le ton et à su créer et faire ressentir cette atmosphère précaire lié à la guerre et aux querelles religieuses qui en sont une des causes. C'est donc dans un contexte politique complexe qu'on rencontre notre héro, qui a loin d'avoir l'étoffe d'un héro d'ailleurs. Le pauvre, entre tous ces guerriers plus violents les uns que les autres, on dirait un Bisounours perdu en enfer, il calcule vraiment rien à ce qui lui arrive et mes avis que ce n'est pas prêt d'aller mieux, bien au contraire ! J'ai bien aimé ce contraste, il est loin d'avoir le tempérament d'un leader ou d'un roi et pourtant il devra bien un moment faire face à son destin.
Le monde médiéval fictif dans lequel nos héro évolue est très chouette, Parse étant inspiré de la Perse.

Ce manga me donne bien envie de découvrir le roman dont il est l’adaptation, dont j'ai lu de très bons avis. Il faut savoir que l'auteur du roman original est en co-auteur sur ce manga, même s'il dit, dans une interview présente en fin de volume (très chouette au passage), qu'il laisse la mangaka faire tout le boulot. Celle-ci prend d'ailleurs certaines libertés comme la présence du premier chapitre, se déroulant 3 ans avant le début de l'histoire des romans, qui permet de poser le contexte de l'histoire sans quoi on aurait été directement catapulter sur les plaines d'Atropatènes sans rien comprendre. C'est très judicieux de sa part.

Pour terminer je rajouterais que la jaquette est vraiment belle et j'ai bien aimé découvrir que la couverture toute simple dessous est faite de croquis des divers personnages.
Un manga très prometteur donc avec tout ce qu'il faut pour accrocher: des conflits politico-religieux à l'époque médiévale, de l'action, de la stratégie militaire, des trahisons, un soupçon de mystère et de suspense et des personnages bien trempés (sauf Arslan lol). J'ai hâte de découvrir la suite.

par Galah
Fushigi Yugi : La Légende de Gembu, Tome 1 Fushigi Yugi : La Légende de Gembu, Tome 1
Yuu Watase   
La plus jolie série de Yuu Watase à mon sens.

Un véritable coup de cœur dès ce premier tome. J'adore l'histoire, nous apportant les prémices des Écrits des Quatre Dieux du Ciel et de la Terre, bien avant les aventures de Miaka dans Fushigi Yugi Un Jeu Étrange. Ayant d'abord lu cette première série, j'ai adoré retrouvé tout cet univers si particulier que j'avais énormément apprécié.

Un dessin magnifique, une histoire touchante et captivante, des personnages très attachants. Takiko est un personnage auquel je me suis attachée tout de suite. On voit que Yuu Watase a évolué, tant sur le graphisme que sur le scénario ou les personnages. C'est très travaillé, et plus approfondi que sa première série du nom.

Un début vraiment prometteur qui a su me charmer instantanément dès les premières pages.

par Lyanaa
Ayashi no Ceres, tome 1 Ayashi no Ceres, tome 1
Yuu Watase   
Pas mal pour un premier tome, on rentre facilement dans l'histoire et les personnages sont rapidement mis en place... En plus, pour un Shojo, ça bouge, et il y a un vrai scénario !

par Zinthia
Horimiya, Tome 1 Horimiya, Tome 1
Daisuke Hagiwara   
Horimiya... Une romance plutôt simple qui n'a apparemment rien d'exceptionnel, et pourtant... Pourtant, si on me demandait quel est mon manga de romance préféré, je répondrais Horimiya sans la moindre hésitation ! Pour moi, pas de Blue Spring Ride ou autre Kimi Ni Todoke. Ils sont bien aussi, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Mais Horimiya possède ce truc qui fait que je l'ai tout simplement dévoré, et qu'après l'avoir lu trois fois, j'ai l'intention de le relire une quatrième fois en sachant qu'il me plaira toujours autant.

Horimiya, c'est une histoire simple : une fille populaire et un garçon effacé, tous deux totalement différents quand ils sortent de l'enceinte du lycée. Hori est une véritable femme au foyer, maîtresse incontestée en matière de tâches ménagères et de cuisine (sauf lorsqu'il s'agit de desserts), qui ne sort jamais avec ses amis afin de s'occuper de son petit frère, Sota (sûrement l'enfant le plus adorable qu'il m'ait été donné de voir, tous mangas confondus).
Miyamura, c'est le garçon à lunettes qui ne traîne avec personne et passe pour un otaku collectionneur de figurines de magical girls. Une image qui ne peut pas être plus éloignée de son réel caractère : une fois sorti du lycée, Miyamura est méconnaissable avec ses piercings, ses tatouages et ses cheveux attachés. Et pour peu que vous le connaissiez très bien (comme Shindou) vous aurez droit à sa langue acérée.

Donc oui, l'histoire ne fait pas d'étincelles et n'est pas particulièrement recherchée. Mais le truc qui rend addict, c'est ce juste mélange de romance, d'humour, d'amitié, de drame. C'est l'évolution des relations entre les personnages. C'est le caractère de chacun, qui les rend tous attachants à leur manière : Kyoko et Izumi, bien évidemment, mais aussi la joyeuse Yuki, le rassurant Toru, la timide Sakura, l'agaçante Sawada, l'ennuyant Iura (pauvre de lui ^^), le victimisé Sengoku, le collant Shindou, mais aussi les parents de Hori dont le père et la façon dont il est traité par sa famille m'ont faite mourir de rire !

Horimiya, ce n'est rien d'exceptionnel. Un manga tout simple, mais vraiment léger et rafraîchissant, et qu'on lit avec le sourire aux lèvres.