Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Miney : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Les Annales du Disque-Monde, tome 32 : Monnayé Les Annales du Disque-Monde, tome 32 : Monnayé
Terry Pratchett   
Il fallait bien Pratchett pour m'intéresser aux banques !

Les aventures de Moite Von Lipwig ne sont pas mes préférées, surtout que celle-ci met un petit moment à démarrer et j'ai trouvé que ça partait un peu dans tous les sens. J'ai ri un peu moins souvent qu'habituellement mais force est de constater que ça reste drôlement intelligent.

par Miney
Les Annales du Disque-Monde, tome 19 : Pieds d'argile Les Annales du Disque-Monde, tome 19 : Pieds d'argile
Terry Pratchett   
J’ai été bien content de retrouver le Guet et surtout ce bon vieux Vimaire. J’aime beaucoup le fait que le Guet s’ouvre à d’autres races, ça énerve plein de monde et ça engendre des scènes incroyables. Et il y a un Nain là-dedans qui vaut son pesant d’or. Et pas que pour son nom. D'ailleurs, j'admire le sang-froid de Samuel.

Contrairement à celles et ceux qui sont passés ici avant moi, j’ai trouvé les changements de rythme parfaitement adaptés à l’histoire abracadabrante que nous conte Pratchett. J’ai trouvé qu’il y avait aussi davantage de suspens dans ce tome que dans d’autres, ce qui a été une bien heureuse découverte. Après Masquarade et son fantôme de l’opéra, ça fait du bien de changer de registre et de quitter les hautes sphères avides de spectacle pour rejoindre les pavés déformés et les semelles en carton du commissaire divisionnaire.

On voit Chicard et Côlon sous un nouveau jour dans ce tome. Quand le premier se retrouve dans un monde inconnu et très étrange, le second se découvre des aptitudes insoupçonnées pour quelque chose qu’il n’aurait jamais cru pratiquer de cette façon (et encore moins avec eux). Et puis le coup des golems était assez énorme.

Tout dans ce tome est très bien ficelé, depuis la mauvaise mine du Patricien jusqu’aux talons hauts soudés aux bottes naines, en passant par Dragon Roi des Armes et la rue Coquebec. Mais vraiment, quel filou ce Vétérini ; avec Vimaire je trouve qu’ils font la paire, il n’y en a pas un pour récupérer l’autre. Leurs dialogues sont surréalistes, ils m’ont fait ma journée.

Je me verrais mal vous recommander de commencer les Annales par Pieds d’argile et pas seulement parce que j’estime que les lire dans l’ordre ne peut que faire du bien. Pour apprécier pleinement ce tome, il vaut mieux être familiarisé avec l’univers du maître de la Fantasy humoristique, et là, croyez-moi, vous allez adorer.

par Rwann
Les Annales du Disque-Monde, tome 18 : Masquarade Les Annales du Disque-Monde, tome 18 : Masquarade
Terry Pratchett   
Quel bonheur de me replonger dans les Annales du Disque-Monde ! Le maître de la Fantasy humoristique nous offre cette fois encore un excellent livre. Mémé Ciredutemps et Nounou Ogg sont toujours aussi formidables ; Mémé se révèle d’ailleurs sous un jour un peu différent et Nounou en pâtit, comme toujours, mais il en faut plus pour la démonter, Nounou. Avec ces deux-là, Gredin en est pour ses frais et l’opéra en prend pour son grade avec un Terry Pratchett des plus efficaces.

Une jeune chanteuse talentueuse est mise au second plan au profit d’une autre qui correspond davantage aux canons de beauté mais qui se révèle d’une bêtise si abyssale qu’on en arrive à lui regarder dans une oreille pour s’assurer qu’on aperçoit bien la lumière du jour dans celle d’en face. Quant à son talent… Nous dirons qu’il est très sélectif. Autour de ça, des choses étranges se passent. D’autres aussi effrayantes qu’étranges. Les traditions se mêlent, s’emmêlent, brouillent la ligne qui sépare le vrai du faux et le fantôme est partout, tout le monde le voit, tout le monde a peur, personne ne siffle, personne n’aime les fleurs fraîches, personne ne touche à la loge huit… Oh, il s'en passe des choses dans cet opéra, le fantôme y veille, mais quelles sont ses intentions, au juste, à celui-là ?

L'humour de Pratchett et son sens aigu de la métaphore m'ont évidemment captivé du début à la fin et, comme toujours, c'est à regret que j'ai refermé ce livre.

par Rwann
Les Annales du Disque-Monde, tome 17 : Les tribulations d'un mage en Aurient Les Annales du Disque-Monde, tome 17 : Les tribulations d'un mage en Aurient
Terry Pratchett   
Encore un très bon tome (est-ce qu'il en a écrit un de mauvais ??) prenant comme références celles des sept samouraïs (je me félicite d'avoir regardé le film il y a quelques jours) avec les sept vieux guerriers barbares, le livre qui raconte les exploits extraordinaires de Rincevent qui remplace le petit livre Rouge de Mao, l'art de la guerre de Sun Tzy et j'en passe. La réussite de cet opus est la Horde, cette compagnie des sept guerriers barbares qui nous offrent des dialogues savoureux et très drôles. Même Rincevent est moins pénible qu'à l'ordinaire.

par Elodia
Les Annales du Disque-Monde, tome 16 : Accros du roc Les Annales du Disque-Monde, tome 16 : Accros du roc
Terry Pratchett   
Un tome très roc ! Un de mes coups de cœur de la série, à mourir de rire. J'ai adoré les références, toute la transposition que fait Pratchett de notre monde pour le balancer dans le Disque-Monde. La Mort est décidément un des meilleurs personnages de la fantasy !

par Miney
Les Annales du Disque-Monde, tome 15 : Le Guet des orfèvres Les Annales du Disque-Monde, tome 15 : Le Guet des orfèvres
Terry Pratchett   
Le Guet Municipal d'Ankh-Morpork, après l'affaire du dragon, s'est installé dans les locaux d'un ancien atelier d'orfèvre. Le capitaine Vimaire doit alors faire face aux attentes des citoyens (et surtout du Patricien Vétérini en fait) quant à la mixité des espèces composant son corps de garde; il engage donc un troll, un nain, et...une femme..
Aux problèmes déjà nombreux rencontrés par le guet de nuit dans la formation des nouvelles recrues (les trolls ne sont pas connus pour leur rapidité d'esprit, et l'Agent Détritus passe son temps à s'assommer en essayant de saluer; et les "différents" entre les nains et les trolls sont notoires, donc les deux agents préfèrent se battre entre eux plutôt que contre le crime; et pendant ce temps, Angua semble être suivie par un petit chien horrible du nom de Gaspode) vient s'ajouter une nouvelle enquête. Ces meurtres inexpliqués auraient ils un lien avec la disparition d'un mystérieux objet à la Guilde des Assassins ?
Pour couronner le tout, le capitaine Vimaire devra bientôt quitter ses fonctions pour aller vivre une vie conjugale et idyllique avec l'aristocrate Sybil Ramkin.
Le temps lui est compté pour élucider cette affaire...!

J'ai beaucoup aimé ce livre. D'ailleurs il est l'occasion de la première apparition d'Angua [spoiler]la louve-garou[/spoiler] dans le Guet d'Ankh-Morpork ! J'adore ce personnage ! Elle a quelques problèmes techniques dans le Guet à cause de sa condition, mais on ne lui en veut pas, et d'ailleurs elle suit un régime "végétarien"...
[spoiler]Et elle finit en couple avec Carotte, c'est trop mignon ! [/spoiler]
Par contre, même si l'intrigue est toujours aussi bien menée, je pense que je préfère les épisodes du Guet suivants (comme "Pieds d'Argile" ou "le Cinquième éléphant") à celui-là. Je suppose que c'est à cause de l'évolution des personnages et du Guet municipal...

Je conseille vivement ce livre à tous ceux qui s'intéressent au Disque-Monde; il n'est même pas besoin d'avoir lu "Au Guet!" auparavant (même si c'est recommandé) car les éléments importants pour comprendre l'histoire sont répétés dans ce livre (comme le "nanisme" de Carotte)

D'ailleurs c'est aussi pour ça que les Annales du Disque-Monde est une série aussi géniale : chaque livre est une entité en lui-même, complètement détachable du reste; et pourtant la série forme un grand ensemble harmonique.

Les Annales du Disque-Monde, tome 14 : Nobliaux et sorcières Les Annales du Disque-Monde, tome 14 : Nobliaux et sorcières
Terry Pratchett   
J'adore retrouver les sorcières de Lancre. Après un petit tour du côté des contes de fées, on se retrouve ici avec les légendes celtiques, les elfes et les druides. J'aime toujours autant les personnages, découvrir le passé de Mémé et Ridculle est assez touchant. Mais ce que j'aime c'est l'évolution de Magrat et la touche de féminisme qu'elle apporte avec elle. Enfin bref, une joie à lire.

par Nyllia
Les Annales du Disque-Monde, tome 13 : Les Petits Dieux Les Annales du Disque-Monde, tome 13 : Les Petits Dieux
Terry Pratchett   
Mon tout premier tome du Disque-Monde ! J'avais été séduite par l'originalité du résumé (et par la suite par l'originalité du récit tout entier, et de ses protagonistes) et ce fut le début d'une grande graaaaande aventure disque-mondienne (et d'un sacré coup à mon budget livre...).
Ce n'est pas le plus drôle de la saga, mais il vaut vraiment le détour par sa satire aussi mordante qu'intelligente de la religion, toujours en finesse.

par Miney
Les Annales du Disque-Monde, tome 12 : Mécomptes de fées Les Annales du Disque-Monde, tome 12 : Mécomptes de fées
Terry Pratchett   
Avis aux amateurs de contes de fées, vous risquez d’être surpris en lisant ce douzième opus.
Au programme, parodie de contes de fées, avec une baguette qui transforme tout en citrouille, on y croise le méchant loup et le petit chaperon rouge, une cendrillon (braisillon !), un prince qui n'est qu'un crapaud transformé en humain et qui a gardé quelques petites choses de son ancienne apparence, une sorcière vaudou qui lit l'avenir dans le gombo, des références partout (aux avions, "sorci-air service", à Tolkien, avec un petit passage en hommage à Gollum, ou encore un zombie qui s'appelle Saturday et qui était baron...), un affrontement entre sœurs ennemies, de la magie, des situations désespérées...


par Heavy
Les Annales du Disque-Monde, tome 20 : Le Père Porcher Les Annales du Disque-Monde, tome 20 : Le Père Porcher
Terry Pratchett   
Ah, que je l’aime, celui-là !

J’adore quand la Mort est de la partie, ce type est génial, sa répartie est légendaire, alors quand j'ai vu qu'il était le principal protagoniste de celui-ci, j'en ai ricané d'avance. Puis, c’est vrai, quoi, qui mieux que lui pouvait sauver la nuit du Porcher ? Et j’ai aussi été ravi de retrouver Suzanne et son sang-froid, les mages et leurs conjectures, ainsi que la Mort aux Rats et ses « COUIII. » plus ou moins obligés. Tout se passe toujours comme prévu, avec eux...

Alors, certes, on est d'accord que ce n’est pas vraiment de saison, mais, franchement, il n’y a pas de saison pour se faire plaisir avec un bon Pratchett. Avec Père Porcher, on est si rapidement happé dans l'histoire qu’on en oublie vite qu’il n’y a pas de sapin dans le séjour. Et, comme le cours des choses fait encore des siennes, on ne sait bientôt plus où donner de la tête entre toutes ces entités qui se matérialisent soudain, de l’oh bon dieu à la fée Bonne Humeur qui en manque cruellement.

Comme de juste, je me suis éclaté et je ne peux que vous le recommander. OH. OH. OH.

par Rwann