Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Miney : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Janua Vera Janua Vera
Jean-Philippe Jaworski   
Un recueil de nouvelles en effet, de fantasy pure, pas certain ?
De la fantasy historique peut-être ou du roman historique saupoudré juste ce qu'il faut d'éléments fantasy, comme intégrée et non sujet principal.

En effet, la première nouvelle rappelle sans nul doute la théocratie de l'Empire Byzantin à son apogée. Mais quelle première nouvelle ! Envoûtante, mystérieuse, psychanalytique même je dirais, ça prend aux tripes, ça fascine, c'est bien mené, bigrement bien écrit, et la chute est foudroyante !

J'ai un attâchement particuliers pour la seconde, avec ce personnage de Gesufal qui est vil et retors comme la mort, fourbe, le rôle d'assassin lui va comme un gant. Là on serait plutôt dans les villes d'Italie du Nord au XIXe-XIIIe siècle avec en primes : intrigues politiques, machination, dissimulation, subterfuges, bref bienvenue dans le monde de Machiavel ! Ajoutons à cela des scènes d'actions enlevées et terriblement haletantes ! Bref, Benvenuto <3 ^^.

Et pour les autres, je vous laisse lire, je pense que je vous ai suffisamment appâté.

par moebus
Warbreaker Warbreaker
Brandon Sanderson   
Ce qu'il y a de génial dans ce livre c'est qu'il détruit en quelques sorte les shemasclassiques de la fantesie, on commence avec Siri la rebelle aventurière et sa grande sœur la sage et pieuse Vivena. On s'attend donc tout naturellement a ce que Siri devienne un guerrier qui utilise le souffle et s'échappe du palais des méchant pour casser la gueule a tout le monde ( un peu comme Vin dans fils des brumes ) mais en fait pas du tout, c'est a Vivena qu'il arrive tout les trucs violent, et une fois passer la surprise c'est juste géniale, encore un véritable coup de génie de la part de Brandon Sanderson qui arrive a nous faire découvrir de nouveaux modèle d'histoires sans nous plonger dans une profonde perplexité ou un ennui rapide. Bref, un des meilleurs livres que j'ai jamais lu !
Homunculus Homunculus
James P. Blaylock   
Un livre alambiqué, embrouillé, habité par une floppée de personnages qu'il est difficile de distinguer tant les descriptions physiques et psychologiques manquent (seuls les vilains de l'histoire sont reconnaissables : ils sont moches et méchants (aouch !)). Les cent premières pages présentent un récit indigeste car non structuré, et la quête même du « héros » (dont le nom m'échappe) est si nébuleuse qu'il faut attendre la seconde moitié du roman pour la comprendre (enfin... la deviner).
Fort heureusement, il y est question de zombies ; et les zombies, c'est mon truc. En tout cas, ça l'était jusqu'à cette lecture-ci. Rien n'est effrayant ni fabuleux dans le livre de Blaylock, et surtout pas les morts-vivants, plus pantins que dangereux revenants. Les quelques passages amusants le sont car d'un grotesque mauvais ; il ne se dégage aucune émotion, aucun intérêt de ces trois cents — longues — pages. La couverture de Bragelonne est jolie, c'est déjà ça.

par Hillja
Boudicca Boudicca
Jean-Laurent Del Socorro   
Boudicca, c'est l'histoire d'une femme qui a grandi sans mère, morte en la mettant au monde, et sans l'affection de son père, qui semble ne pas être parvenu à faire le deuil d'Andraste son épouse. Boudicca, c'est l'histoire d'une femme éprise de liberté. C'est cette Reine des Icènes qui a osé s'opposer à la puissance de Rome. Une femme multi facettes: reine, épouse, guerrière, mère. Une femme passionnée, qui met à coeur d'exceller dans chacune de ces fonctions. Mais qui est-elle ? Parfois, même elle l'ignore.
» Tu es entière et immuable et pourtant si pleine de doute sur toi-même. Crois-moi, tu es une personne comme il y en a trop peu. Boudicca, ne laisse ni les hommes ni les dieux te faire croire le contraire. » (p. 175)
Car oui, mentionnée par Tacite et Dion Cassius, Boudicca (aussi connue sous le nom de Boadicée) est une figure historique, bien que les sources la concernant soient maigres. Une statue la représentant est d'ailleurs visible à Londres.
Jean-Laurent del Socorro nous livre un portrait fascinant de cette femme insoumise, teintant son récit de magie grâce à la présence des druides, sans jamais dénaturer l'Histoire. de sa naissance à sa mort, Boudicca reste toujours la même, comme animée d'un feu intérieur dont la moindre étincelle peut la transformer en incendie dévastateur.
J'ai été emportée, transportée dans cette vision de la vie de Boudicca. Vraiment. le style immersif de l'auteur, direct, simple (et surtout pas simpliste) et soigné, est véritablement addictif. Malgré ses défauts, sa fierté parfois mal placée, Boudicca est un personnage auquel je me suis attachée.
Ce deuxième roman de del Socorro est une nouvelle merveille. À lire absolument!

par Virginy
La Trilogie des Joyaux Noirs, Tome 3 : Reine des Ténèbres La Trilogie des Joyaux Noirs, Tome 3 : Reine des Ténèbres
Anne Bishop   
Dernier tome (bah, oui le tome 3 d'une trilogie, c'est toujours le dernier...)
Ce tome se conclu bien, tout est dit, le lecteur n'est donc pas frustré en tournant la dernière page.... enfin, pas frustré... On l'est toujours un peu en quittant un ouvrage de qualité !
De l'action, des manipulations politiques, une touche d'humour dans un univers très glauque... Le parfait cocktail !
Un quatrième tome aurait été de mauvais goût car ce qui devait être exploité l'a été, une suite aurait pu en faire souffrir la série (redondance, exploitation d'éléments secondaires...)
A lire !




par Lilwen
Arkane, Tome 1 : La Désolation Arkane, Tome 1 : La Désolation
Pierre Bordage   
--- Arkane, la cité aux mille secrets ---

Je pense l’avoir déjà évoqué, mais ce sont les intrigues politiques qui me passionnent le plus, surtout lorsqu’elles sont classées en dark fantasy. J’ai toujours été captivée par ces ambiances oppressantes où les alliances se font et se défont au rythme des dissensions, la rébellion se construisant dans l’ombre.

Et c’est justement ce qu’offre Arkane, un diptyque qui repose sur la toute puissance de 7 familles… jusqu’à ce que l’une d’entre elles soit renversée (ou presque), créant ainsi un déséquilibre que les Dieux ne peuvent accepter.

Je dois dire que c’est cet aspect de l’histoire, en priorité, qui m’a convaincue d’acheter ce livre. Et contrairement aux avis mitigés que j’ai pu lire, j’ai passé un très bon moment dans les méandres d’Arkane…

--- Trois destins qui s’entrecroisent ---

Ce n’est un secret pour personne : j’aime quand l’histoire aborde plusieurs points de vue. Cela permet généralement d’enrichir le récit et, pour le lecteur, de faire des liens au fur et à mesure qu’il dévoile ses mystères.

Je dois avouer qu’Oziel et Noy m’intéressaient davantage que Renn, au début. La première parce qu’elle échappe de peu à un massacre et qu’elle se voit pourchassée de toutes parts, le second parce qu’il est à la fois ange et démon, idiot et intelligent. C’est le personnage qui m’a d’ailleurs paru le plus fouillé, Oziel souffrant malheureusement de quelques clichés, même s’ils sont justifiés.

Quant à Renn, son manque de courage, bien que légitime, m’a un peu fait grincer des dents au début, surtout face à la bravoure d’Orik, LE guerrier par excellence. Et oui, eux aussi sont brin stéréotypés…

--- Un rythme un poil trop linéaire ---

Pierre Bordage prend son temps pour mettre les choses en place et, si cela ne m’a jamais dérangée, je déplore un léger manque d’intensité dans l’action. Mon coeur ne s’est pas accéléré lorsqu’Oziel s’est retrouvée en danger, par exemple. Néanmoins, cela s’explique également par le point suivant…

--- D’heureux hasards en évènements (pas si) inattendus ---

Si ce premier tome avait tout pour me plaire – j’adore l’univers créé par l’auteur ! -, ce ne fut pas un coup de coeur en raison de petites faiblesses dans l’intrigue. En fait, on nous promet une lutte incroyable de la part de nos héros, et puis on se rend compte que la chance leur sourit un peu trop souvent. Certes, on pourrait penser que c’est le fruit d’interventions divines, et ça serait cohérent, mais… je n’adhère pas totalement à cette idée.

En bref, j’aurais souhaité que les protagonistes parviennent à se sortir de situations périlleuses par leurs propres moyens, plutôt que de bénéficier d’un coup de pouce à chaque fois. Cela mis à part, j’ai été complètement envoûtée par l’intrigue et attends donc le second tome avec impatience !
Les Héros Les Héros
Joe Abercrombie   
Une plongée totale en pleine bataille, un conflit qui fait s'affronter le nord contre le sud et je peux vous dire que la violence y est omniprésente mais pas que .....
Joe Abercrombie à le don de créer des personnages profonds qui paraissent réels et je peux vous dire que vous allez faire bouger vos neurones car ils sont nombreux, aussi bien sudistes que nordiques et c'est un régal de traîtrise, revirements, agrémenté d'un humour caustique bienvenu qui allége le récit et fait apprécier encore plus les persos même les plus tordus et par ci par là des petites phrases sur la guerre, les hommes et leurs chefs incompétents qui nous donne de bons moments de réflexion.
Mon préféré, Whirrun le cinglé, pas tant que ça d'ailleurs ...
J'aime vraiment l'écriture de cet auteur.
La Trilogie du Magicien Noir, Tome 1 : La Guilde des Magiciens La Trilogie du Magicien Noir, Tome 1 : La Guilde des Magiciens
Trudi Canavan   
Un premier tome réjouissant. On découvre l'univers de la magie (réservé aux plus riches) en même temps que l'héroïne, Sonéa.
Des personnages attachants: Sonéa, mais aussi Rothen et Dannyl (2 magiciens) ainsi que Cery, voleur et ami de la jeune adolescente.
Le personnage d'Akkarin est assez peu présent mais déjà bien mystérieux.

De la fantasy accessible et bien menée.

par Eyllrië
Le Porteur de lumière, Tome 1 : Le Prisme noir Le Porteur de lumière, Tome 1 : Le Prisme noir
Brent Weeks   
Je viens de terminer ce premier tome et tout ce que je peux dire c'est que Brent Weeks est vraiment un très bon écrivain.
Ça faisait longtemps que je n'avais pas lu un livre aussi vite sans m'ennuyer une seule seconde.
Alors certes comme beaucoup, d'après ce que j'ai lu, au début j'ai cru que je n'y arriverai jamais.
Brent Weeks a créé un monde de toutes pièces avec un système de magie totalement inédit et assez complexe il faut le dire. Beaucoup de termes nous sont donné sans réel explication et on peut ce sentir vite perdu surtout quand on voit l'épaisseur du livre mais au fur et à mesure de la lecture tout devient plus claire et on rentre complètement dans le monde des sept satrapies.
Cependant un petit index à la fin du livre n'aurait pas été de refus.
Pour ce qui est des personnages, ils sont tous géniaux et bien travaillés.
J’avoue être totalement tombée sous le charme du prisme, Kip est aussi un jeune garçon attachant même si ça manière de se dévaloriser constamment peut être un peut agaçante.
Pour ce qui est des filles, j'ai un petit faible pour Karis.
Je n'ai qu'une hâte maintenant c'est de me plonger dans le deuxième tome, ce que je vais faire de ce pas.

par Jjong29
Pays rouge Pays rouge
Joe Abercrombie   
J'ai adoré ce livre !
Pour ses personnages complexes et loin de l'image que l'on se fait des héros de fantasy, pour son histoire dont le but n'est pas grandiose, pour son réalisme et surtout pour la façon dont elle est racontée.
Ce livre comporte de l'action, du suspense, des moments de réflexion et de l'humour le tout parfaitement équilibré et sous une plume des plus plaisantes à lire.
J'ai particulièrement aimé le personnage de Farouche pour sa personnalité, un peu moins celui de Placide. Tous les personnages sont différents, attachants et apportent tous quelque chose à l'histoire, surtout pour leur naturel et leur réalisme avec leur côté sombre. L'univers est assez simple mais bien décrit et assez facile à se représenter. L'histoire est bien montée avec des passages haletants, d'autres reposants et d'autres assez comiques tout en laissant de la place pour la réflexion.
La seule chose que je regrette est que j'aurais bien aimé avoir des précisions et des éclaircissements sur certains points.
Mais en bref, c'est un excellent livre que je recommande à ceux qui aiment le côté sombre de la fantasy.

par Mathy97
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4