Livres
565 015
Membres
617 856

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de minigossip : Mes envies

Trois romances de Noël Trois romances de Noël
David Lange    Juliette Bonte    Caro M. Leene   
A savourer comme une petite douceur dans la grisaille hivernale.
Chaque histoire est bien campée, la deuxième est un vrai scénario pour un téléfilm de Noël ! La troisième, plutôt une nouvelle, est savoureuse et plus épicée ( d'ailleurs la Cuisine en est au centre), plus vive aussi.
J'ai adoré l'héroïne maladroite et malchanceuse de la première et admiré son courage sur les pistes !

par hortensia
Surnaturels, Tome 1 : Mystères, Partie 1 Surnaturels, Tome 1 : Mystères, Partie 1
E. J. Swan   
https://callysseblog.wordpress.com/2020/05/09/en-bref-surnaturels-tome-1-mysteres-partie-1-de-j-swan/

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, je ne sais pas trop quoi penser de ce roman. D’un côté je suis un peu déçue et d’un autre je me dis que mes attentes étaient probablement trop hautes et que c’était quand même pas mal. Je suis donc un peu perdue dans mon ressenti.

Ce premier tome porte extrêmement bien son nom car des mystères il y en a à foison dans cette première partie. C’est bien simple, à partir du moment où Evalina arrive dans ce nouveau monde, on ne répond à aucune de ses questions ou presque. Si certains de ses secrets sont justifiés, d’autres le sont bien moins à mes yeux. Je n’ai pas compris l’intérêt de la laisser autant dans l’ignorance et de lui révéler certaines informations cruciales aussi tardivement. Il y a trop de cachotteries, trop de mystères et honnêtement le manque de réponses a fini par me gonfler. A mon sens, cela a desservi l’intrigue et j’ai fini par décrocher devant cette omniprésence de secrets. Je lisais parce que l’histoire me plaisait mais avec moins d’entrain.

A côté de ça s’ajoute un enchaînement de scènes parfois un peu étrange, des plans d’attaque assez bancales et surtout un méchant relativement banal qui ne m’a en rien surprise ou impressionnée. C’est bien ce dernier point qui m’a le plus déçue car je m’attendais à beaucoup mieux! Mais je suis probablement un peu impatiente car je sais que ce livre est le plus soft de la saga, dixit l’autrice. Alors j’espère sincèrement que la suite me réservera de belles surprises sur ce point. Je n’oublie pas par ailleurs que ce premier tome étant très long, il a été nécessaire de le scinder en deux. Il est donc possible que cela ait légèrement porté préjudice à cette première partie, qui reste assez ordinaire dans l’ensemble.

Concernant Evalina, notre héroïne, je ne l’ai malheureusement pas vraiment apprécié. Je comprends la tristesse et la colère qui l’animent mais pas son manque de volonté permanent et son côté légèrement prétentieux alors qu’elle ne pige rien au fonctionnement de ce monde. J’ai eu envie de la secouer de nombreuses fois. J’ai aussi eu l’impression qu’il y avait quelque chose qui ne collait pas avec sa personnalité. Elle se décrit souvent comme quelqu’un de calme et réservé qui déteste être le centre de l’attention et pourtant elle sort des piques bien senties sans aucune gêne histoire de dire tout haut ce qu’elle pense et n’hésite pas à tenir tête à la reine. Pour moi, ces traits de caractères ne vont pas ensemble. Ou alors elle a une image d’elle-même complètement faussée!

J’ai en revanche adoré Angie, le leader des Surnaturels. Les quelques chapitres de son point de vue m’ont totalement ravie et c’est pour le moment le personnage qui m’intéresse le plus. D’autres personnages secondaires ont également attisé ma curiosité mais ils sont trop peu sur le devant de la scène pour que j’ai une opinion tranchée à leur sujet. La faute à Evalina qui a parfois tendance à être un peu trop centrée sur elle-même et qui ne cherche pas vraiment à connaître ses camarades, exception faite d’Angie. J’espère vivement qu’ils seront davantage développés dans la suite.

Enfin, la plume d’E.J. Swan est fluide et agréable à lire. Je ne me suis pas ennuyée une seule fois et les 600 pages que compte ce livre se lisent assez facilement, malgré les quelques points ayant émoussé mon enthousiasme. J’ai bien aimé également l’univers même si son développement reste léger pour le moment. Je pense qu’il peut se révéler assez riche et captivant dans la suite.

Je laisserai donc sa chance à la deuxième partie de ce premier tome. J’espère sincèrement qu’elle saura se révéler plus entraînante, cohérente et surprenante que celle-ci. Car je n’ai pas envie de rester sur ce ressenti mitigé concernant cette histoire.

par callysse
Rule, Tome 1 Rule, Tome 1
Ellen Goodlett   
Le livre m'a attiré directement avec sa superbe couverture. J'ai énormément aimé, pour beaucoup de raisons, ce livre vaut le détour. Malheureusement, j'ai l'impression qu'il m'a manqué une toute petite étincelle pour que je l'adore.

C'est inexplicable, mais je n'ai pas eu cet investissement maximal dans ma lecture, le suspense incroyable qui m'obligerait attacher mes mains et mes yeux sur le volume. Pourtant, le suspense est présent dans le roman. Peut-être pas là où on l'attendait à la base (c'est peut être ça, le problème), mais là quand même.

Pas de petite étincelle, mais un excellent roman, la conclusion est sans appel. L'invention du cadre-spatiotemporel est parfaite, maitrisée, tout coïncide et, même avec des termes techniques propres au livre, tout est compréhensible sans trop de prise de tête. L'intrigue politique, je l'ai adorée. On n'en voit pas souvent, et encore moins des divertissantes !

Les personnages sont biens eux aussi. L'alternance des points de vue est superbement gérée : dès le début, on sent laquelle des trois narratrices est aux commandes. Pourtant, le narrateur est externe, mais la focalisation est exécutée subtilement. Zofi, Akeylah et Ren sont on-ne-peut-plus différentes, ça se sent, leurs caractères sont tous affirmés à leur manière.

La romance, je pense sincèrement que ce n'était pas nécessaire d'en faire avec tous les personnages. Néanmoins (truc que je ne dis pas souvent), je les ai trouvées passables, voire même assez mignonnes parfois. Ça m'étonne de moi-même, mais ça ne m'a donc pas dérangée le moins du monde dans ma lecture.

Pour clôturer, la fin est tout en beauté ! Étonnante, elle a ses qualités.

En bref, très bon roman, que de positif, il m'a juste manqué l'accroche totale

par Chloe7
Steam Sailors, Tome 1 : L'Héliotrope Steam Sailors, Tome 1 : L'Héliotrope
Ellie S. Green   
Un récit de fantasy avec des pirates de l’air ça vous dit ?

Nous suivons ici Prudence une jeune orpheline originaire du Bas-Monde et considérer comme une paria. Un soir son village est attaqué par des pirates du ciel. Enlevée et enroulée de force, elle apprend peu à peu à connaitre le monde de la piraterie et l’équipage de l’Héliotrope. Au fur et à mesure des jours elle découvre que les pirates sont à la recherche d’une clé permettant d’accéder à un endroit où demeure tout le savoir des Alchimistes aujourd’hui disparus.

Quand j’ai vu ce livre circuler sur instagram, au début il ne m’avait pas forcément interpellé mais après avoir lu certains avis je me suis dit why not. Sachant que le dernier livre de ce genre que j’avais lu c’était Tant que vole la poussière, donc pourquoi pas renouer avec un livre du genre. Alors je préfère avertir les éventuels intéressés, ce livre est plus de la littérature jeunesse que young adult. Pour ma part, j’ai vraiment du mal avec ce genre de roman, à cause de certains clichés ancrés. Certes ça n’a pas été un coup de cœur, mais il est plutôt pas mal. Vous allez voir qu’on est très vite embarqué dedans, il se lit aussi très facilement, rien de bien étonnant avec la fluidité que traduit la plume de l’auteur. Vous aurez un peu de mal même parfois à vous en détacher, car on dévore vite les pages, la taille de la police et la mise en page aident un peu aussi.

J’ai beaucoup apprécié d’ailleurs l’idée d’intégrer une carte du monde du ciel ainsi que le plan du navire de l’air, ça aide pas mal à s’orienter correctement. Car il est loin d’être comme un de ceux de Pirates de Caraïbes par exemple, enfin je suppose à en juger par le nombre de sections en laquelle il a été fractionné. Accompagné à cela, la touche de steampunk est plus qu’appréciable, je me suis bien amusée à essayer d’imaginer à quoi pouvait ressembler les bateaux du ciel, ainsi que les grandes villes du Royaume d’en haut. Je trouvais ça super intéressant d’ailleurs de pouvoir évoluer dans un monde en hauteur via tout un tas de moyens de locomotion aériens. Ça m’a notamment rappelé un manga (orienté science-fiction futuriste par contre) qui joue un peu sur l’idée des villes aériennes : Kuusen Madoushi Kouhosei no Kyoukan.

L’intrigue en elle-même est super intéressante avec la quête des secrets des Alchimistes aujourd’hui disparus, car ils ont été chassés par les Industriels. Ces derniers souhaitant asseoir leur emprise sur la société avec leurs idées révolutionnaires, qui destinent à chasser toute proposition contradictoire à leur doctrine. Si dans certaines parties de l’univers les Irréguliers, à savoir les personnes possédant des dons, sont considérés comme des abominations et isoler, pour d’autres ils représentent bien plus. Vous l’aurez saisi Prudence est l’une d’entre eux. A savoir elle a des visions la nuit, comme elle le dit parfois elle arrive clairement à comprendre les signes que son pouvoir lui envoie, d’autres fois c’est plus compliqué. C’est notamment via son talent qu’elle va être prévenue de l’arrivée des pirates dans village, mais elle ne le comprendra que trop tard. Elle réutilisera à certaines reprises son don pour aider l’équipage dans leur quête, après que cette dernière ait été officielle considérée comme l’une des leurs. Je regrette parfois qu’il n’ait pas été plus invoqué dans le récit, car ça aurait pu peut-être donner d’autres rebondissements intéressants.

Prudence est un personnage qui peut sembler effacer, qui se laisse un peu porter par le vent comme on dit, mais elle va vite prendre son indépendance une fois sur le navire. C’est aussi une passionnée de médecine, qui ne refuse jamais de venir en aide à un blessé. Au fur et à mesure, on découvre que c’est une personne déterminée, courageuse qui a soif de connaissances. J’ai beaucoup apprécié suivre son aventure avec tout le reste de l’équipage exclusivement composé d’hommes : Sergeï le cuistot adorable, Théodore, le capitaine déjanté de l’Héliotrope ; Petrus, le grincheux qui ne peut s’empêcher d’aider ou encore Ezekiel, aussi déjanté que son capitaine, voir plus… Je crois que ma préférence va aller vers Théodore et Ezekiel d’ailleurs, même au final on sait peu de choses sur ce dernier même après avoir fini ce tome. Je suis bien curieuse de savoir d’où il vient précisément et ce qu’il faisait avant de rejoindre l’Héliotrope.

Pour finir parlons des légers points négatifs que j’ai relevé. Tout d’abord certes le roman est très fluide comme je l’ai dit précédemment, on a même du mal à se détacher du livre une fois qu’on est dedans, et malgré que ça soit un livre plus pour de la jeunesse, ça m’a fait plaisir de revenir sur un récit moins violent et sanglant pour changer. En revanche, à certains moments j’aurai préféré que l’auteur s’attarde plus, car je trouve justement que parfois on va un peu trop vite. Les descriptions ne sont pas forcément poussées à certains moments donc j’ai dû faire appel à mon imagination pour visualiser ce qui se passait.

L’action est là en revanche, et même si parfois je me doutais du dénouement des scènes de batailles, j’ai apprécié les découvrir. La tension était bien là aussi pour nous faire comprendre à quel point ce genre d’instants est déterminant mais aussi très intense. On ne peut pas se reposer une seule seconde il faut constamment être sur le qui-vive. Je vais terminer avec le vocabulaire, celui pour décrire le bateau pirate est vraiment poussé, on ne se contente pas de mots simples, on soit ici les expressions et termes particuliers à la piraterie. Une attention que j’ai beaucoup apprécié, et qui permet de davantage d’immerger dans le récit. Même si je ne connaissais pas certains termes ça ne m’a pas empêché d’apprécier ce développement.

En clair, c’est un livre intéressant pour ceux qui veulent lire vraiment un texte jeunesse, avec du steampunk, des pirates du ciel, des artefacts magiques et enfin des îles volantes, le tout dans un univers limite un peu catastrophe vu qu’il continue de substituer des traces du monde avant la grande Fracture et la disparition des alchimistes.

par lavanda01
Ce que murmure la mer Ce que murmure la mer
Claire Carabas   
http://lecalepindunelectrice.fr/ce-que-murmure-la-mer-de-claire-carabas/

Je remercie Magic Mirror de sa confiance et de l’envoi du roman en version numérique (que je me suis bien entendu empressée d’acquérir en version brochée, après lecture des premières pages…).
Je fais partie du Comité de lecture de la maison d’édition. Mais contrairement à Ronces Blanches et Roses Rouges que j’avais lu et évalué (très positivement !) dans sa première version, je n’ai pas eu l’occasion de lire le manuscrit de Claire Carabas. J’attendais donc cette deuxième publication avec impatience et la surprise fut belle.
Il est des livres qui vous propulsent en un battement de cils vers l’ailleurs et le merveilleux. Ce Que Murmure La Mer fait partie de ces romans-là.

Du conte au roman, entre universalité et identité

"Parfois, je monte à la surface. Tout le long du chemin, la sagesse me répète que je ne devrais pas. Ma place est sur mon trône, auprès de mes sujets, mais je ne peux pas m’empêcher de franchir la frontière. Je sais pourtant ce qu’il coûte de vouloir savoir."

Ce Que Murmure La Mer est une réécriture résolument contemporaine du conte originel dont l’auteure a su puiser l’essence pour en faire son propre miel. Réécriture magnifiée par la plume d’une étonnante et douce simplicité de Claire Carabas, entre phrases courtes et percutantes, et longues descriptions poétiques.
Si l’on y retrouve des personnages, des motifs et des couleurs de La Petite Sirène, l’intrigue et ses développements, les procédés d’écriture, les variations, l’alternance des points de vue nous permettent d’entrer directement ou presque dans les sphères intimes de Galathée et d’Yvon D’Igenvez dont on suit pas à pas les trajectoires. Le passage au « Je », dès le prologue, est saisissant, crée un attachement immédiat aux personnages. J’ai eu l’impression de basculer dans une nouvelle dimension du conte, inexplorée jusqu’alors.
Dans le conte d’Hans Christian Andersen, les filles du roi de la mer peuvent, dès l’âge de quinze ans, monter à la surface de la mer. Ainsi, chacune des soeurs de la Petite Sirène raconte-t-elle ses aventures et ses découvertes du monde d’en haut. Puis, arrive enfin le jour où elle-même en fait l’expérience… Dans le roman, l’histoire est d’emblée focalisée sur la dernière fille du roi des océans. Son père lui interdit formellement de franchir les limites du royaume qui – d’après lui – est d’une telle beauté qu’il se suffit à lui-même. Mais au matin de ses dix-huit ans, n’y tenant plus, la princesse des mers quitte le cocon familial pour s’aventurer là où – selon ses propres mots – elle n’aurait pas dû…
La rencontre entre la sirène et le marin nous est contée à deux voix. Le récit de Galathée et le journal (de bord ou de terre) d’Yvon – entre carnet de voyage et journal intime – se nourrissent l’un l’autre, faisant écho aux liens étroits qui unissent l’oralité et l’écrit, indissociables de la genèse et de la diffusion des contes. Cette mise en abyme, très réussie, s’inscrit pleinement dans la ligne éditoriale des éditions Magic Mirror qui ont à coeur de proposer aux lecteurs des romans dont l’enjeu dépasse largement la littérature escapiste.

Sur la forme

Comme pour le premier roman publié par la maison d’édition, on ne peut qu’admirer l’objet-livre, dont la très belle qualité donne une envie irrépressible de tourner les pages.
La couverture créée par Mina M (dont je suis une fervente admiratrice) représente Galathée – c’est le nom que lui a donné Yvon – dans son petit jardin aquatique. Ce jardin intime qu’elle a hérité de sa mère et si joliment décrit par l’auteure, qui lui permet de se ressourcer, de s’éloigner de l’agitation du royaume, du monde des apparats. S’il est une chose qu’elle appréhende de quitter en voulant rejoindre l’autre monde, c’est cet espace à la fois partie intégrante et prolongement d’elle-même.
Pour parfaire le tout, le conte originel et le premier chapitre de Ronces Blanches et Roses Rouges figurent à la fin du livre. Ainsi, pour ceux qui n’auraient pas encore découvert la première publication de la maison d’édition et l’écriture enchanteresse de Laetitia Arnould, c’est une occasion rêvée.
Une pépite !

par Artelode
Diamants Diamants
Vincent Tassy   
https://didiconseils.wordpress.com/2021/02/14/diamants-vincent-tassy/

Diamants prend place à Œtrange, un royaume où la magie n’est pas très présente. Dans l’univers créé par Vincent Tassy, celle-ci a en effet presque disparu, tout du moins au début. Certains personnages sont tout de même dotés de pouvoirs, comme Dolbreuse, un homme capable de lire l’avenir dans les fleurs, ou Mauront, jeune jardinier qui fait pousser n’importe quelle plante de ses mains.

En Samsara, il existe une prophétie qui annonce l’arrivée d’un être immortel qui devra être adulé par tous car il aurait le pouvoir de bénir l’endroit où il atterrirait de bienfaits insoupçonnables. L’Or Aillé, ainsi appelé, fait une entrée fracassante à Œtrange. La reine Alamasonthe le reçoit comme il se doit, cependant plus les jours passent et plus le bonheur promis semble bien loin de ce que l’on imaginait. Comme si cela ne suffisait pas, les royaumes voisins, jaloux de l’arrivée de L’Or Ailé à Œtrange, complotent pour anéantir le royaume. Est-ce que Alamasonthe, Dolbreuse et Mauront sauront surmonter les malheurs, la violence et les traitrises à venir ? Rien n’est moins sûr…

L’univers de Diamants est complexe et les intrigues s’entremêlent pour le plus grand plaisir du lecteur. Les personnages sont attachants, j’ai eu une préférence pour Dolbreuse personnellement, et les « méchants » sont extrêmement bien développés. Folie humaine, amour passionné, tristesse inconsolable… Les sentiments sont bien présents et dévorent tout sur leurs passages. L’univers magique est magnifiquement bien imaginé, j’ai adoré les histoires qui se cachent derrière l’intrigue principale.

Ce roman de fantasy a des personnages tellement ambivalents qu’il est impossible pour le lecteur de prendre position. Personne n’est parfait, mais c’est justement pour cela que l’histoire fait vraie. Même mon pauvre Dolbreuse a des vices cachés ! Je ne parle même pas de L’Or ailé qui reste mystérieux pendant la majeur partie du roman, on ne sait jamais sur quel pied danser. La reine est parfaite dans son rôle : froide, mais humaine finalement. Son histoire m’aura plus touchée que je ne le pensais…

Vincent Tassy est un auteur extraordinaire : de sa plume, il vous charme pour que vous ne puissiez plus ôter vos yeux de son écriture. Il vous fait oublier que vous être en train de lire et vous fait traverser les pages pour vivre les aventures de ses personnages avec eux. Vous êtes dans Œtrange, vous luttez, vous pleurez, vous vous rebellez. La langueur dans laquelle L’Or ailé semble plonger le royaume vous atteint, et quand le mot FIN apparaît finalement, vous êtes déçus de quitter Diamants et votre esprit est toujours habité par l’univers de l’auteur.

par JennDidi
 Le Livre de la jungle Le Livre de la jungle
Rudyard Kipling    MinaLima   
J'ai aimé re-découvrir l'histoire de Mowgli créer par Rudyard Kipling. D'ailleurs j'ai été assez surpris du format très court du récit principal. Le reste ce sont des nouvelles que je ne connaissais pas. Et j'ai été ravie de les connaître. L'auteur avait très clairement beaucoup d'avance sur son époque et dénonce pas mal de sujet qui ne sont toujours pas résolus aujourd'hui. Pour finir, le travail graphique sur cette édition est juste sublime. Le duo MinaLima a encore fait du très bon travail.

par alesie292
Zel, l'ange mercenaire, Tome 1 : La Clef Zel, l'ange mercenaire, Tome 1 : La Clef
Kalypso Caldin   
Quelqu'un a des infos sur la sortie du tome 2 svp ? Le tome 1 était addictif, un prélude hilarant et palpitant, la suite se fait douloureusement attendre...

par Fiona-32
The Romanovs : 1613 - 1918 The Romanovs : 1613 - 1918
Simon Sebag Montefiore   
Un excellent livre sur la dynastie des Romanov. L'écriture vivante de Simon Sebag Montefiore nous transporte dans l'Histoire mouvementée des Romanov. Fan de la Russie et de son Histoire , je connaissais déjà pas mal de choses mais en mêlant la petite histoire à la grande , j' ai découvert plein d' anecdotes sur le règne des différents Tsars ( ou Tsarines ) qui se sont succèdés.

par Vanessa-6
La princesse du bal de minuit, Tome 1 : La princesse du bal de minuit La princesse du bal de minuit, Tome 1 : La princesse du bal de minuit
Jessica Day George   
Une reprise du conte du Bal des douze princesses, je ne pouvais que le lire. Pourtant, je dois dire que je suis assez déçue.

Le problème ne vient pas du scénario, au contraire. Cette nouvelle version aurait pu être intéressante, elle reprend le conte original en y ajoutant ses propres éléments pour le rénover. Puis l'idée des douze princesses obligées de régler leurs dettes face à ce roi tyrannique, ça aurait vraiment pu être sympa.

Mais je n'ai pas vraiment réussi à accrocher, probablement à cause de ses différents défauts.
Tout d'abord les personnages : alors oui, quand on a douze princesses comme personnages principaux, c'est difficile de les développer toutes les douze, à moins d'alterner les points de vue. Ce n'était pas ce que j'attendais. S'il n'y en avait que quelques unes qui étaient plus en avant que d'autres, ça ne m'aurait pas gêné. Sauf que même celles mises en avant (c'est-à-dire Rose, Pavot et Pensée, surtout) sont extrêmement plate et pas attachantes le moins du monde. Même les autres personnages, que ce soit le roi, les personnages secondaires, ou même Galen, qui est censé être un personnage phare est qui est plus chiant que tout ce que j'ai pu voir jusqu'à présent.

Ensuite, le style, je n'adhère pas du tout. Je ne sais pas si ça vient de la traduction ou pas, mais ça m'a fortement bloquée dans ma lecture, forcément quand on aime pas l'écriture, c'est toujours difficile de vraiment rentrer dans l'histoire, même si je pense que même sans ça, je n'aurais pas vraiment réussi à vraiment être prise par l'histoire. Il y avait quelque chose d'autre, je ne sais pas, des longueurs, et le gros de l'histoire, même s'il y avait de l'idée, me semblait ennuyeux.

Et enfin, il m'a manqué quelque chose dans l'ambiance pour vraiment apprécier. Je veux dire par-là que c'est une conte revisité, alors forcément je m'attendais à quelque chose dont l'atmosphère... Eh bien ressemblait plus aux contes. Il manquait le côté féerique et magique de la chose. Je ne demandais pas de fées, ni rien de tout ça, mais je sais pas, ça m'a paru pas assez envoûtant.

par Jenna95

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode