Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de minouka94 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La Couleur de l'âme des anges, Tome 1 La Couleur de l'âme des anges, Tome 1
Sophie Audouin-Mamikonian   
J'ai eu la chance de le lire avant sa sortie, et je dois dire que j'ai aimé. Dès le début du livre, nous rentrons dans le vif du sujet avec la mort de Jeremy. Nous découvrons le monde des anges en même temps que lui, nous recherchons son assassin avec lui, nous pleurons et rions avec lui, et nous tombons amoureux avec lui.
Ici pas de bad boys, pas de néphilims, juste des anges bleus et rouges, des archanges, et de l'amour. Sophie nous emmène dans cet univers avec une telle facilité, que par certains moments nous nous posons la question de savoir si tout ceci peut -être réel ??

par coco69
Partials, Tome 1 : Partials Partials, Tome 1 : Partials
Dan Wells   
Que dire? Ce livre est une véritable révélation.Je ne comprends même pas pourquoi je n'ai pas mis la main dessus avant. L'histoire est tellement bonne, à certains passages j'en avais des palpitations!

En tout cas, si vous cherchez de l'action, et des personnages qui font bougez de l'air, c'est la meilleure série.

Tout d'abord, l'univers est géniale. Digne de iRobot, des soldats partiellement humain se révoltent et ça dégénère en la plus grosse guerre que l'humanité ait connue.... jusqu'à ce que ca se transforme en la plus grosse épidémie qui masacre 99.996% de l'humanité. Les quelques milliers d'humains restant et mystérieusement immunisés au virus forment une société sur Long Island. Kira avait 4 ans à cette époque, et 11 ans plus tard, aucun bébé né n'a réussi à survivre, et les humains ne sont pas plus proche de trouver une cure que 11 ans plus tôt.

Lorsque Maddison, la soeur adoptive de Kira, tombe enceinte, cette dernière est déterminé à ce que ce bébé soit le premier à survivre, et ce à n'importe quel prix. C'est alors que Kira commence ses propres recherches, et qu'à court de ressource, elle réalise que les seuls à possiblement posséder la cure sont les Parials, que personne n'a vu depuis 11ans. Bien que les autorités soient contre l'idée de Kira, ce n'est pas ça qui va l'arrêté.

MON OPINION
Wow. Ca faisait longtemps que j'avais rencontré un personnage comme Kira. Elle est tellement forte et déterminée. RIEN ne peut l'arrêter. Qu'elle soit seule ou non, ce n'est qu'un détail.

J'ai également beaucoup apprécié Samm. Sa position est assez ambigüe mais je suis convaincue qu'au fond, il est avec Kira.

Pour l'écriture, je n'ai rien à dire, c'était parfait.

Courrez l'acheter :)

Les Archives de Roshar, Tome 1 : La Voie des rois (I) Les Archives de Roshar, Tome 1 : La Voie des rois (I)
Brandon Sanderson   
A la lecture du chapitre d'introduction, ma première réaction fut : "Uh, un remake de star-wars version fantasy?"
Force et simili sabres lasers, dans quoi suis-je tombé?

Cependant, au fil de la lecture, on découvre un monde très bien construit et dans lequel on a envie de se plonger.
J'ai trouvé quelques aspects originaux, notamment l'équivalent de la "magie" et sa place dans le monde :
elle est parfaitement intégrée et crée par exemple les matières premières.
Le livre est très prenant et les perspectives intéressantes, les deux parties du premier tome ont été dévorées!

Un petit point "négatif" mineur (car il en faut bien un), on sent que ce premier tome sert à la mise en place du décor :
il y a quelques creux dans l'histoire, et plusieurs personnages ne faisant pas partie de l'action ont des chapitres entiers
centrés sur eux, sans qu'on les revoie par la suite.

J'ai beaucoup d'attente pour la suite et je la guette avec impatience!

par Ecyth
La vie rêvée d'Ève, Tome 1 : La fuite La vie rêvée d'Ève, Tome 1 : La fuite
Anna Carey   
http://wandering-world.skyrock.com/3055007211-Eve-Tome-1-Eve.html

J'attendais de lire Eve depuis très longtemps. Comme c'est un roman purement dystopique, j'avais déjà craqué rien qu'en lisant le résumé. Maintenant que j'ai lu le livre, je dois bien avouer que je suis complètement sous le charme de cette fabuleuse histoire. Dès le début, nous sommes entraînés dans l'univers impitoyable et saisissant de l'ouvrage. Pas de longueurs, pas de problèmes particuliers, Eve est vraiment très intéressant et prenant. Il y a quelques fausses notes, mais elles ne m'empêcheront en rien de m'empresser sur la suite !
Au début, nous rencontrons Eve, dix-huit ans, jeune femme modèle dans son École réservée exclusivement aux filles. Le premier chapitre nous fait pénétrer dans la dernière soirée qu'elle va passer dans son lieu de vie. En effet, le lendemain, Eve va devoir quitter l'École et pénétrer dans la Ville de Sable, un lieu merveilleux où elle aura un travail, un mari, des enfants, et une vie parfaite.
Vous voyez déjà l'aspect dystopique ? Attendez, ce n'est pas fini. Dans son École, seules des filles sont acceptées. Pourquoi ? Tout simplement car les hommes sont considérés comme horribles. Ceux en dehors de la Ville de Sable, bien sûr. Des centaines de filles âgées de trois à dix-huit ont appris à éviter les êtres masculins et à combattre leurs mensonges et leurs promesses. Eve et sa meilleure amie, Pip, ont toujours été les meilleures à tous les niveaux. Mais c'est en particulier Eve qui excelle dans toutes les matières. C'est pourquoi elle a été choisie pour donner un discours lors de la grande cérémonie avant son départ. Sauf que tout va être chamboulé par Arden, la rebelle de l'École.
En tant que meneuse et meilleure élève, Eve doit empêcher le moindre débordement. C'est pourquoi elle va suivre Arden lorsque celle-ci va tenter de s'enfuir de l'École. Arden va lui offrir la vérité sur ce qui l'attend. Et Eve ne s'en remettra pas. Au départ, même si elle ne croit pas aux révélations d'Arden, elle va la suivre. Arden va lui montrer l'atrocité de ce qui l'attend derrière les Murs de l'École et dans la Ville de Sable. Elles vont donc s'enfuir. Seules. A la merci des ténèbres qui se bousculent à l'extérieur de l'École.
Commence alors un long voyage pour trouver un lieu où se cacher, se nourrir, et se protéger. En chemin, Eve et Arden vont rencontrer Caleb, un jeune homme de leur âge qui vit avec d'autres garçons dans des tunnels. A partir de là, l'histoire prend un tournant passionnant. Le côté dystopique est très marqué, ce qui m'a vraiment plu. On nous dépeint un monde en pleine perdition, où la population a été décimée il y a seize ans par une maladie mortelle dont quatre-vingt dix-huit pour cent des humains sont morts.
Eve est une héroïne touchante et émouvante, qui est la fois innocente par son manque de savoir et totalement décidée à se battre pour sa liberté. J'ai adoré voyager à ses côtés. Elle est forte, aussi bien mentalement que physiquement, et tous les instants passés avec elle m'ont comblé. De même, Arden est vraiment une personne adorable. J'ai eu un peu de mal au départ, mais passées les quarante pages, j'ai commencé à bien accrocher avec elle.
Caleb et sa bande paraissent froids au premier abord, mais on découvre que cela n'est qu'une façade pour se défendre. D'ailleurs, c'est là un des éléments clés de l'histoire. Quand on doit se protéger, se battre constamment contre la mort, est-il réellement possible de laisser parler ses sentiments ? C'est ce que vont tenter de découvrir Eve et Caleb lorsqu'ils vont se rapprocher.
Comme je l'ai dit au début de ma chronique, il y a aussi quelques faux pas. J'ai trouvé que, parfois, l'auteure choisissait la facilité. Certains problèmes se règlent trop facilement, quelques personnages ne sont pas suffisamment utilisés, et je me demande vraiment ce qu'il va advenir pour quelques-uns d'entre eux. Mais bon, à côté de ça, Anna Carey nous offre un monde vraiment époustouflant et très très intriguant.
D'ailleurs, elle possède un style d'écriture vraiment plaisant ! Les pages nous glissent extrêmement facilement entre les mains tant on est ancré dans l'intrigue. Les mots forment autour de nous une atmosphère envoûtante, voilà ici un point fort du roman. L'univers dystopique est décrit à la perfection, vraiment. Pour les fans du genre, comme moi, vous ne serez pas déçus !
Le côté romance est présent, mais au second plan. La passion entre Eve et Caleb est légèrement moins impressionnante que celles dans les autres romans que j'ai lu. Ceci peut aussi être considéré comme un moins, bien que cela ne m'ait pas spécialement dérangé. Nous avons tout de même droit à des moments tendres et durant lesquels nous pouvons respirer et baisser notre garde avant d'être à nouveau aspirés dans la tornade d'action et de rebondissements qu'est Eve.
La deuxième moitié du roman se dévore à une vitesse phénoménale ! Le roman est ( trop ! ) court et aucun moment de répit ne nous est laissé. A la fin, mon coeur a fait des tas de bonds dans ma poitrine. Je me demande encore comment il a fait pour tenir le coup. Les dernières pages nous laissent totalement haletants et nous coupent le souffle. J'ai adoré le personnage d'Eve, son histoire, son monde, ses rencontres, sa force et sa détermination. Malgré les quelques bémols que possède le roman, je sais que je peux foncer tête baissée sur la suite qui, j'en suis sûr, sera aussi fascinante que ce premier opus.

par Jordan
Survivre Survivre
Jeanne Bocquenet-Carle   
Ayant découvert Jeanne Bocquenet-Carle avec Finisterrae, j’avais très envie de retrouver la plume de l’auteur, cette fois encore en territoire breton.

Une nouvelle fois, j’ai beaucoup apprécié ma lecture et j’ai aimé les adolescents qui nous sont présentés. Si nous nous intéressons surtout à Clémence, Adam, Vic, Nina et Mickey, ceux qui les entourent ne sont pas en reste et chaque gamin que l’on rencontre vit vraiment la chose différemment. Manon et Lucas font par exemple des choix totalement opposés aux autres alors qu’ils sont partis du même point de départ.

C’est vraiment en cela que j’ai trouvé le roman intéressant. Dans un roman de fantasy, il aurait certes fallu rentrer plus loin dans les informations comme dans le passé et le caractère des personnages pour comprendre leur choix. Mais il s’agit ici d’un roman jeunesse et celui-ci nous propose des personnages travaillés sans être trop complexes à comprendre et à suivre.

Alors certes, on ne sait finalement pas le pourquoi du départ de l’intrigue mais en même temps, nous suivons des enfants qui n’en savent pas plus que nous et, si eux n’ont pas les réponses, le lecteur ne les a donc pas non plus. De plus, l’histoire est vraiment basée sur la volonté des personnages de s’en sortir ainsi que sur les choix qu’ils font et sur leurs conséquences. C’est ce côté très humain qui est finalement intéressant dans le roman puisqu’il nous permet de croiser des protagonistes qui voient la disparition des adultes de manière complètement opposée. Comme une fin du monde ou comme une libération.

En bref, un roman jeunesse qui propose des adolescents attachants et une histoire prenante que j’aurai pris beaucoup de plaisir à suivre.

par Rinne
Une nuance de vampire, Tome 1 Une nuance de vampire, Tome 1
Bella Forrest   
Un premier tome qui pose les bases de l'histoire.
Sympa à lire, ça change des autres histoires de vampires.


par Adèle
La 5ᵉ Vague, Tome 1 La 5ᵉ Vague, Tome 1
Rick Yancey   
http://wandering-world.skyrock.com/3160457430-La-5e-Vague-Tome-1-La-5e-Vague.html

Véritable coup de cœur et coup au cœur, LA 5e VAGUE est une lecture qui vous marque et qui vous blesse. Qui laisse des bleus et des blessures sur votre peau. Qui vous laisse un drôle de goût dans la bouche et qui vous transperce. Ce roman mérite amplement tout le succès qui lui est annoncé, et toutes les excellentes critiques qu'il a reçu. Il y a tellement de perfection dans ce récit. Les héros m'ont bouleversé, leur histoire de survie m'a ému au possible, les mots - fragiles, coupants, grisants et poignants - de l'auteur m'ont renversé. Tout, absolument tout, dans ce livre, est maîtrisé. Tout est mis en place pour nous fracasser, pour nous dévorer, pour faire exploser la moindre de nos particules parmi les milliards de milliards que nous possédons. LA 5e VAGUE est un roman destructeur, perdu entre survie et courage, entre lumière et ténèbres, entre espoir et abandon, qui pulvérise nos convictions et nos émotions.
Voyez-vous, je vais avoir un mal fou à retranscrire mon avis sur cette lecture palpitante. Il y a tant de choses à dire, tant de choses à découvrir, tant de choses à vivre. LA 5e VAGUE nous plonge au cœur d'un monde dévasté suite à l'Arrivée des Autres, des extraterrestres qui observent l'Humanité depuis des milliers d'années et qui veulent infester la Terre. L'histoire aurait pu rester banale et nous livrer tout simplement la réaction de chaque personne face à ce désastre, sauf que ce n'est pas absolument pas le cas, et ce grâce aux héros fascinants que nous rencontrons. Tout d'abord, il y a Cassie - Cassiopée -, son frère, Sammy, et leur père. Dès les premières pages, je me suis lié d'une manière indescriptible à l'héroïne. A la fois courageuse, déterminée, forte, pragmatique et époustouflante, elle mène le récit d'une voix brillante et exceptionnelle. La moindre de ses pensées m'a plu, la moindre de ses émotions m'a coupé le souffle, le moindre de ses choix m'a subjugué. Le truc, c'est qu'elle paraît réelle au possible, avec son humanité presque palpable. Cassie est là. Elle existe. Elle est avec nous et nous livre son histoire. C'était tout simplement dingue. J'avais réellement l'impression qu'elle me parlait, et non pas que je lisais des mots sur une page blanche. Surtout qu'en plus de cela, Cassie est drôle. Très, très drôle. Il m'en faut déjà beaucoup pour rire en lisant un roman, mais alors éclater de rire tout en dévorant une histoire de fin du monde, ça relève du miracle. Cassie m'a fait pleurer, m'a fait frissonner, m'a fait réfléchir et m'a complètement fait craquer. C'est fou ♥ Ajoutez à cela la relation époustouflante qu'elle entretient avec sa famille, et c'est la cerise sur le gâteau. J'ai été totalement dévasté par le lien qui unit Sammy et Cassie. Purée !!! L'amour fraternel qui les relie m'a touché au possible. Ce désir qu'il possède l'un et l'autre de se rassurer, de se protéger, de se dire que tout va bien aller est tellement poignant, tellement douloureux, tellement bouleversant ♥
Et puis d'un autre côté, nous avons Ben et Ringer, ainsi que d'autres enfants qui doivent eux aussi affronter le chaos omniprésent. Leur histoire, comme celle de Sammy et de Cassie, m'a totalement brisé. La folie, la mort, les prises de conscience destructrices et les décisions cornéliennes sont monnaie courante à leurs côtés. Exactement comme pour Cassie et son frère, l'auteur met tout en place pour que nous nous liions avec force et intensité à ces personnages. Eux aussi, ils étaient avec moi. En face de moi, à me chuchoter leurs peurs, leurs échecs, leurs vies d'Avant et leurs désirs. C'est un truc de fou. Vraiment. J'ai également pleuré à cause de Ringer et Ben, à cause de leur histoire si émouvante et bouleversante. A cause de leurs échecs, de leurs espoirs perdus, et de leurs nouvelles tentatives pour survivre.
Le truc, c'est que Rick Yancey nous offre un récit PARFAIT à tous les niveaux. Déjà, les personnages ne possèdent aucun défaut. Mais en plus, il les dote d'une psychologie maîtrisée à merveille. Tout ce qu'ils vont traverser va les pousser dans leurs ultimes retranchements. A qui vont-ils pouvoir faire confiance ? Peuvent-ils accepter la main qui se tend devant eux ? Et s'il n'y avait plus aucune chance de sauver l'humanité ? Ne devraient-ils pas plutôt tout abandonner ? Autant de questions qui les accablent et les hantent. J'ai complètement craqué pour cet aspect du roman. Nous assistons avec peine et chagrin à la descente aux enfers de chacun de ces héros en or. Et ça fait mal. Physiquement mal. Cassie, Sammy, Ringer et Ben nous paraissent tellement réels que chaque épreuve qui se dresse sur leur chemin est une épreuve à laquelle nous sommes - nous, lecteurs - confrontés également. On souffre avec eux, on baisse les bras avec eux, on se relève avec eux.
Je crois que cette impression de réalité qui perdure tout au long de l'histoire provient de la plume de Rick Yancey. Cet auteur possède le don de rendre chacune de ses descriptions ultra fluide, ultra visuelle, ultra réaliste. On y est, tout simplement. Il maîtrise son écriture à la perfection. Surtout qu'en plus de ces passages juste extraordinaires, il confère à son roman des "phrases coup de poing". Vous savez, le genre de phrases qui sort d'on ne sait pas où et qui vous pousse à poser le roman pendant cinq minutes avant de le reprendre. Avec Rick Yancey, les mots deviennent aussi coupants qu'un couteau, aussi mortels qu'une arme à feu, aussi brûlants que des sentiments naissants et aussi envoûtants qu'un nouvel espoir. L'auteur parvient en plus à offrir à son récit des éclats de lumière, alors que tout semble définitivement perdu. Et ça, c'est tout simplement magique ♥ J'ai adoré le fait que tout ne soit peut-être pas désespéré. Il reste peut-être des survivants ailleurs. Ou peut-être pas. Peut-être que le monde est complètement foutu et que nos héros sont les derniers survivants. Autant de réflexions qui nous gardent en haleine et impatients de lire la suite.
C'est d'ailleurs grâce à cela et aux excellents rebondissements que j'ai avalé les 600 pages de LA 5e VAGUE en deux jours. Les rebondissements... Halalala ♥ Il n'y jamais de temps morts, de silences, de moments pendant lesquels nous pouvons reprendre notre souffle. Ça n'a jamais été si bon de suffoquer. Ça n'a jamais été si bon de se ronger les ongles jusqu'au sang. Ça n'a jamais été si bon d'imploser et de perdre la notion du temps. Rick Yancey nous offre révélations sur révélations, bouleversements énormes sur bouleversements énormes, retournements de situations destructeurs sur retournements de situations desctructeurs. Tout est parfait. Tout est cohérent. Tout est logique. Toutes nos questions trouvent leurs réponses. Et j'ai adoré ça.
Trop rapidement, nous touchons à la conclusion du livre. Enfin, seulement après vécus une véritable explosion de sensations contradictoires et d'émotions à la fois brûlantes et annihilantes. La dernière partie du roman s'avale d'une seule traite tant les surprises s'enchaînent. La fin en elle-même me plaît beaucoup, puisque ce n'est pas un cliffhanger aussi terrible que celui auquel je m'attendais. L'auteur maîtrise réellement son histoire d'un bout à l'autre de celle-ci. Les grandes interrogations trouvent leurs réponses, et, en même temps, quelques pistes - excellentes - pour le tome 2 voient le jour. Tout est parfait. La dernière page est déchirante, pleine de promesses, d'espoirs perdus, d'instants volés, de regrets et de lumière. Même avec plus de 600 pages, j'en redemande. Jamais je ne pourrai attendre une année entière avant de lire la suite !!!
En conclusion, LA 5e VAGUE est un roman sur lequel il faudra vous jeter dès que vous l'apercevrez en librairie. C'est une lecture fracassante, enivrante, qui nous met le cœur en miettes. Les personnages sont parfaits, l'intrigue est parfaite, l'écriture de l'auteur est parfaite, l'ambiance est parfaite, la conclusion est parfaite. Tout m'a conquis. Tout, vraiment, vraiment, vraiment tout. La Collection R nous offre, une nouvelle fois, une lecture hors-normes et exceptionnelle. LA 5e VAGUE est un énorme coup de cœur, une véritable bombe qui nous crible d'éclats d'horreur et de tristesse, de désirs et d'espoirs, de perfection et de leçons de survie, à ne manquer sous aucun prétexte.

par Jordan
Un tout petit rien Un tout petit rien
Camille Anseaume   
Au fil du livre, les doigts tournent la page sur des mots plein d’humour, magnifiques, simples, complexes, savoureux et touchant. J’ai eu les larmes aux yeux en refermant ce petit bijou après la dernière ligne. Le dernier point qui n’en est pas vraiment un. C’est une aventure, une porte qui s’ouvre, une nouvelle vie. Un tout petit rien qui n’en est pas un. Un tout petit rien qui se fait sentir petit face à cette auteure talentueuse, à cette prose qui te fait regretter de ne pas avoir plonger avant dans la lecture de son blog Café des filles et de ses écrits. J’aimerai tant vous dire combien j’ai été retournée comme une crêpe, comment j’ai été émue, combien j’ai vibré mais les mots me manquent. Lisez Camille Anseaume. Touché droit au but, ma part maman a complètement capitulé. Je me suis pris à aimer, à espérer, à attendre, à guetter, à appréhender les émotions de la jeune femme. J’ai eu envie de la prendre dans mes bras, de ne plus la quitter, de la voir relever la tête, de la voir aller de l’avant avec son « tout petit rien ». J’ai une boule dans la gorge encore plusieurs heures après et un coeur palpitant merveilleusement.

En lire plus sur mon blog: http://www.newkidsonthegeek.com/croklecture-un-tout-petit-rien-de-camille-anseaume/#sthash.Ht7W64hV.dpuf

Peri Reed, Tome 1 : Drafter Peri Reed, Tome 1 : Drafter
Kim Harrison   
Peri Reed est un être à part, c'est une Drafter ! Elle a la capacité, dans de certaines conditions évidement, de remonter le temps et de changer sa trame. Le hic, elle ne se rappelle pas de ce qu'il s'est passé et c'est pour cela qu'elle a besoin besoin d'une "ancre" pour lui remettre les faits en tête, et suivant la gravité de la situation ses pertes de mémoire peuvent être énormes ! Elle travaille pour une organisation gouvernementale ultra secrète et ses aptitudes font d'elle une super agent. Heureuse dans son métier et dans sa vie sentimentale, le monde de Peri va s'écrouler lorsqu'elle découvre qu'elle a été trahie et utilisée par ses proches. Amputée de trois ans de souvenir, son intuition la pousse à fuir mais on échappe pas à son boss si facilement ! Son seul espoir réside dans un homme, vaguement familier, qui se dit être de son côté ... Mais peut elle lui faire confiance ?

J'avais hâte de commencer ce roman et cette série ! Je suis une grande fan d'une autre série de Kim Harrison, celle concernant la sorcière Rachel Morgan ^^ Ici je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre, juste que j'allais retrouver une plume que j'apprécie beaucoup. Je ne vais pas vous le cacher, le lecture de Drafter n'est pas évidente au début, l'auteur nous emmène dans un monde futuriste (nous sommes au alentour de 2030) mais qui reste très crédible car encré dans notre réalité... juste plus évolué, et dans un univers que nous ne connaissons pas avec le duo drafter/ancre. Kim Harrison nous plonge directement dans les faits et nous explique les choses de manière progressive. J'ai trouvé ça très bien, car nous n'avons pas l'impression d'être gavé d'informations, alors au début de la lecture c'est un peu déstabilisant parce qu'elle utilise des termes nouveaux et inconnus... Mais petit à petit, les choses s'éclaircissent et à partir de là, on rentre vraiment dans l'histoire et on ne peut pas la lâcher ! L'auteur ménage des zones de calme dans son texte mais maintient la pression jusqu'à la fin, c'est passionnant ! Les rebondissements sont placés au bon moment, et nous tiennent en haleine jusqu'à la fin.

J'ai adoré le personnage de Peri. C'est une agent conditionnée,entraînée pour ses missions et passionnée par son métier. Elle est droite, franche et drôle. Au fur et à mesure des pages, nous apprenons à la connaitre vraiment, celle qu'elle est au fond, sous la manipulation et on a envie de l'aider, de lui dire ce qu'il se passe vraiment, de l'aider à se souvenir... d'être son ancre. Et je peux vous assurer qu'à certains moments, d'être seulement un lecteur, c'est super frustrant lol !

Les personnages secondaires sont très intéressants également, y'en a qu'on aime, d'autres qu'on déteste... mais je ne vous en parlerai pas car ils font tout l’intérêt de ce premier tome.

J'ai pris mon temps pour lire ce roman (enfin surtout au début, parce qu'après j'ai pas réussi lol), et j'en suis ravie. L'histoire est originale et captivante, les personnages attachants et le rythme soutenu. Un cocktail explosif en quelques sorte ^^ De l'urban fantaisie comme on l'aime ...Vivement la suite ^^

http://actuya.fr/drafter-peri-reed-tome-1/

par BeaMars
Little sister Little sister
Benoît Séverac   
https://aliceneverland.wordpress.com/2016/03/17/little-sister-benoit-severac/

Voici un livre assez intriguant, au thème peu abordé jusque là en littérature jeunesse, et pourtant des plus actuel.

J’ai trouvé le point de départ de cette fiction très bien abordé. En effet, il s’agit tout simplement d’une famille normale, qui voit sa vie basculer le jour où elle se rend compte que le garçon ainé n’est pas à Londres pour ses études, mais en Syrie pour faire le djihad. A ce moment là, leur vie bascule ; les amis s’éloignent et se font rares, des inconnus se permettent de les agresser, et la fille cadette ne comprend pas ce qui arrive. Le déménagement est indispensable, une nouvelle identité également pour se cacher des actes de ce fils qu’il ne faut plus nommer…

C’est difficile d’en vouloir à un grand frère qu’on aime.
Difficile aussi d’aimer un frère à qui on en veut autant.

Là où j’ai vraiment apprécié le récit, c’est dans la façon dont l’auteur aborde la douleur de cette famille dont le fils est devenu un fardeau bien trop lourd à porter. Mais aussi comment leur vie tranquille, leurs liens sociaux et familiaux furent tout simplement brisés. On parle souvent de ces français partis en Syrie, mais on évoque beaucoup moins la souffrance que doivent endurer leurs familles qui n’ont rien vu venir, et qui, surtout, ne comprennent pas. Ce « pourquoi ? « qui les accompagne à chaque instant de leur vie, et dont ils ne peuvent s’affranchir… Et c’est un aspect qui m’a vraiment marquée et faite réfléchir.

Mais la grande force de ce roman, c’est qu’il aborde plusieurs points de vue successifs. L’auteur ne se cantonne pas à Lena qui veut toujours croire en l’innocence de son frère, aveuglée par l’amour qu’elle lui porte malgré tout. Cette dernière veut comprendre et veut croire que son grand frère reviendra un jour. Alors quand elle a enfin de ses nouvelles, elle n’hésite pas une seule seconde à partir à sa rencontre. Mais au-delà de cet espoir incessant, les trois autres points de vue aborde, au contraire, les dangers destructeurs de cette situation. L’aveuglement de Lena la conduit à mettre sa vie en danger, et ce n’est que grâce aux trois autres narrateurs qu’elle pourra s’en sortir.

Pour conclure : Little Sister met ainsi l’accent sur la douleur des familles subissant ces départs, mais aussi sur l’espoir continue de les voir revenir un jour, comme si de rien n’était. Benoit Séverac aborde avec habileté un sujet difficile et complexe et arrive pourtant à en sortir quelque chose d’intelligent. Un exercice périlleux réussi avec brio qui permettra de parler aux plus jeunes de cet acte destructeur qu’est le djihadisme.

par Kesciana