Livres
626 197
Membres
733 681

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Minuit moins cinq sur l'horloge de l'Apocalypse



Description ajoutée par JLeander 2018-05-07T16:38:14+02:00

Résumé

Ingénieur talentueux au sein d’une entreprise d’armement, Sébastien Astopol mène grand train. Il semble ne manquer de rien jusqu’à ce qu’une simple échographie vienne bouleverser l’équilibre de sa vie bien rangée.

Mélange de satire sociale et de thriller, ce roman violent gorgé d’humour noir jongle avec l’absurdité et le cynisme ; partageant le lecteur entre rire coupable et oppression.

http://www.editions-ovni.fr/produit/minuit-moins-cinq-sur-lhorloge-de-lapocalypse-j-leander-precommandes

Afficher en entier

Classement en biblio - 2 lecteurs

extrait

Je n'y vois plus clair. Je ne sais plus ce qui est bien ou ce qui est mal. Je me suis enferré dans mes propres mensonges depuis des années. Cette quête insensée de la réussite sociale n'a jamais été qu'un moyen de cacher ma propre médiocrité au regard du monde et un peu aux miens aussi. Je voulais que l'on m'envie, mais c'est moi qui envie les autres. Je les jalouse à en crever !

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

J'ai reçu ce petit roman dans un colis envoyé par la maison d'édition Humbird & Curlew avec laquelle je réalise depuis quelques semaines un partenariat. Encore un grand merci à l'équipe pour cet envoi et sa gentillesse. Il s'agit du deuxième thriller lu et chroniqué dans le cadre de cette collaboration après "TranscendanSe" d'Olivier Taïeb.

Sébastien Astopol est un jeune homme comblé grâce à son emploi au salaire plus que confortable dans une société d'armement, une Audi A5 flambant neuve et des conquêtes féminines à la pelle. Dans cette vie qu'il juge parfaite ne lui manque qu'une seule chose : l'amour, et plus particulièrement celui de son ex, Eireen, qu'il a autrefois copieusement trompée.

ATTENTION SPOILER : Dévoiler le texte masqué

Après une courte préface de la maison d'édition, les vingt-et-un petits chapitres répartis sur deux parties donnent du rythme au roman. Son personnage principal, Sébastien Astopol, est un jeune homme à la fois cynique et virulent. Il apprécie fortement la critique et ne mâche pas ses mots. Effectivement, tout est matière à satire : ses collègues, la publicité, l'amour et le sexe, la guerre… J'ai adoré cette plume acerbe et la mise en lumière de réels problèmes sociétaux à son travers. L'auteur a également réalisé un gros travail d'écriture en associant des mots crus et vulgaires à des jeux de mots bien pensés. Enfin, j'ai fortement apprécié la fin du récit, qui part en "happy end" avant de sombrer définitivement dans l'horreur avec l'épilogue et la Némésis. La petite nouvelle ajoutée en fin d'ouvrage était également très sympa à lire. Petit bémol, j'ai parfois trouvé le texte trop compact et la tournure de certaines phrases m'a au début paru trop hachée.

Pour conclure, je vous conseille de lire cette critique acerbe de la réalité sociétale qui vous fera rire jaune jusqu'aux toutes dernières pages. C'est un très bon roman que j'ai pris beaucoup de plaisir à parcourir.

Pour plus d'informations et de chroniques :

https://www.shanaslibrary.com/post/j-leander-minuit-moins-cinq-sur-l-horloge-de-l-apocalypse

Afficher en entier

[SERVICE PRESSE].

Minuit moins cinq sur l’horloge de l’Apocalypse de J. Leander publié chez Humbird & Curlew.

Je remercie mon partenaire pour ce nouveau service presse.

Mon résumé :.

Sébastien Astopol est l’archétype du mec à qui tout réussi. Ingénieur dans l’armement, beau, riche, ego démesuré et cynique à souhait, il évolue dans les hautes sphères avec facilité. Il épuise les escortes sans honte, n’hésite pas à coucher avec ses collègues féminines voire avec les femmes de ses collègues masculins, il n’a aucune morale. Lorsque son ex, Eireen, la seule qu’il n’ait jamais aimée, lui apprend qu’elle est enceinte de son nouveau compagnon, le monde de Sébastien s’écroule.

Mon ressenti final :.

Partenaire régulière de @Humbird&Curlew, c’est le troisième service presse qui m’est confié mais c’est le premier roman.

Ce roman est d’une rare intensité. J’ai d’abord été percutée par l’humour caustique de l’auteur. Noir, piquant, borderline par moment, j’ai beaucoup aimé la première partie. Sébastien est acide, un vrai connard mais mu d’un humour vraiment percutant, j’ai très souvent rit à ma lecture.

La deuxième partie est vraiment axée sur la psychologie du personnage. Sébastien coule lentement dans la folie. Il perd sa verve, son arrogance et devient perturbé et perturbant. Il tue sans état d’âmes, devient calculateur, méchant, sinistre. Il perd pied et nous entraîne dans sa folie en nous obligeant à tourner les pages pour découvrir jusqu’où il peut aller.

Une nouvelle fois, j’ai grandement apprécié ma lecture. Comme à chaque service-presse de cette maison d’édition, je découvre une histoire travaillée, agréable et facile à lire. La fin est grandiose, je ne m’y attendais tout de même pas et je l’ai trouvé parfaite. Tout se paie, rien n’échappe au destin. Pas même un petit con à l’humour gras !

Afficher en entier
Diamant

Sébastien Astopol est détestable à souhait. Arrogant, irrespectueux, superficiel, il cumule presque tous les défauts ! En somme on pourrait le voir comme l’archétype du parfait connard. Pourtant, il y avait une petite lueur d’espoir avec Al, un SDF qu’il laissait dormir devant son garage et à qui il faisait l’aumône de temps à autre. On se disait que tout n’était pas perdu.

Comme Sébastien le constate lui-même, il convoite ce qu’il ne possède pas et se désintéresse de ce qui lui appartient. Sa relation avec Eireen le démontre parfaitement, elle ne l’a jamais autant intéressé qu’une fois devenue inaccessible, entichée d’un autre que lui et enceinte de surcroît ! Pour lui ce ne sont que des coups bas de la part d’Eireen. Son égocentrisme ne lui laisse pas voir l’important.

Dans son livre au franc parlé quelque peu provocateur, J.Leander fait de Sébastien le représentant d’une classe sociale débridée où le paraître est roi, la moralité fluctuante devant le profit, et où la bassesse se montre de rigueur pour survivre et s’accaparer des objets de convoitise.

L’activité elle-même de Sébastien en est un parfait exemple : on fabrique des armes, mais on n’est pas responsable de leur utilisation. Blanc comme neige malgré des mains couvertes de sang.

Il y a dans les propos des personnages toute une réflexion sociétale sur l’opposition des classes, les « ultra-riches » et les « prolétaires ».

Sébastien nourrit une telle obsession pour Eireen et une haine profonde pour ce qui l’entoure qu’il en perd toute rationalité.

Je dois reconnaître que c’est un personnage qui m’a percuté. Son immoralité, sa façon de déformer la réalité pour l’adapter à son avantage, cela à quelque chose de fascinant. Penser que ce qu’il lui arrive se déroule à cause de son ex et trouver cela parfaitement logique relève certainement d’une pathologie mentale. Pourtant on le suit avec une grande facilité dans ses délires et ses sombres manigances. Finalement la promesse faite par l’auteur dans son synopsis est tenue, on se glisse dans sa peau et on sombre avec lui !

Afficher en entier

Activité récente

On en parle ici

Les chiffres

lecteurs 2
Commentaires 3
extraits 4
Evaluations 2
Note globale 9 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode