Livres
594 098
Membres
671 427

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Minuit, Tome 13.5 : Caresse de minuit



Description ajoutée par Gkone 2018-08-21T19:40:45+02:00

Résumé

Prisonniers du pacte ancien qui lie leurs deux familles, Jehan et Seraphina se trouvent bien malgré eux obligés de partager huit nuits de fiançailles. Mais tandis qu’ils luttent contre l’appel de leur sang, un ennemi mortel cherche à mettre un terme à leur trêve fragile avant même qu’elle se soit installée...

Afficher en entier

Classement en biblio - 56 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par Saya80 2021-04-09T16:26:27+02:00

L’écho de profondes voix masculines arrivait depuis le hall. Jusque-là, la petite assemblée réunie dans l’élégant salon du Havrobscur ne bruissait que de conversations plaisantes sur le temps qu’il faisait et une dizaine d’autres sujets du même acabit. Mais le son étouffé de la conversation qui avait lieu quelque part de l’autre côté des murs dorés avait fait naître un sentiment d’anticipation palpable dans l’atmosphère de la pièce.

— Ah ! mes fils sont enfin là. (La belle Simone Mafakhir, assise sur un divan tapissé de soie, souriait, toute de grâce et de maintien, ses yeux bleus brillants d’excitation.) Je sais que Jehan sera ravi de vous rencontrer, Seraphina.

La bouche sèche, celle-ci ne parvint pas à répondre et se contenta d’acquiescer poliment et de rendre son sourire chaleureux à la Compagne de sang brune.

— Seraphina n’a quasiment parlé que de ça toute la journée, intervint alors sa mère, assise à son côté sur un canapé de velours en face de Simone, en tapotant la main de sa fille. Elle n’a cessé de poser des questions sur Jehan depuis son retour à la maison ce matin.

Assise de l’autre côté de Seraphina, sa sœur, Leila, magnifique blonde de vingt-deux ans, eut bien du mal à étouffer un petit rire.

C’était la vérité. Sera n’avait cessé de se poser des questions depuis que ses parents l’avaient fait revenir. Elle ne savait pas grand-chose de Jehan pour l’instant, à part le fait qu’il était arrivé ce soir-là par avion de Rome, où il vivait depuis de nombreuses années, et qu’il l’avait fait parce qu’il avait été convoqué pour remplir son rôle dans l’antique pacte de fiançailles qui existait entre leurs familles depuis plus de six siècles.

Comme elle l’avait fait elle-même.

Enfin, pour peu qu’elle parvienne à aller au bout de cette soirée sans se précipiter sur la première issue venue.

Elle posa le dos de sa main sur son front, qui était soudain devenu moite. Son cœur battait la chamade et elle avait la sensation d’avoir la poitrine prise dans un étau.

Elle se leva, retrouvant avec difficulté son équilibre sur les hauts talons qu’elle n’avait pas l’habitude de porter. La robe rose à froufrous qu’elle avait emprunté à Leila sur l’insistance de cette dernière s’agitait autour de ses genoux tandis qu’elle chancelait, étourdie et luttant contre la nausée qu’elle sentait se lever en elle.

— Est-ce que je pourrais… euh… me rafraîchir un peu ?

— Mais oui, bien sûr, répondit Simone. Il y a une salle de bains juste un peu plus loin dans le couloir.

Les parents de Seraphina lui jetèrent un regard sincèrement inquiet.

— Tout va bien, ma chérie ? lui demanda sa mère.

— Oui. (Seraphina hocha la tête pour acquiescer, ce qui ne fit que renforcer son malaise.) Je vais bien, ne vous inquiétez pas.

Il fallait juste qu’elle fiche le camp d’ici avant de s’évanouir ou de se mettre à vomir.

Leila se leva et la prit par le coude.

— Je viens avec toi.

Elles sortirent toutes deux rapidement de la pièce, Seraphina fonçant devant. Une fois à l’abri de la grande salle de bains, la jeune femme se laissa aller contre la porte qu’elle venait de refermer.

— Mais qu’est-ce qui ne va pas, bon Dieu ? murmura Leila.

Seraphina ravala le cri qui lui montait dans la gorge.

— Je ne peux pas faire ça. J’ai cru que je pourrais peut-être, pour nos parents, car ça semble si important pour eux, mais je ne peux pas. Je veux dire, toute cette situation… le pacte, les fiançailles ? C’est complètement fou, non ? Je n’aurais jamais dû accepter tout ça.

Tout allait trop vite. La veille au matin, elle avait reçu un e-mail de ses parents dans l’avant-poste isolé où elle travaillait. Le message, court, était mystérieux, se contentant de lui indiquer qu’il lui fallait rentrer à la maison sur-le-champ.

Folle d’inquiétude, elle avait tout laissé tomber et s’était précipitée… pour apprendre que l’urgence qui imposait sa présence était un vieil accord poussiéreux qui allait lui imposer de s’isoler avec un complet étranger. Un mâle de la Lignée qui ne comprendrait peut-être pas que sa carotide n’était pas à prendre, quoi que le traité signé entre leurs familles puisse impliquer.

Oh, Seigneur ! Elle sentit la nausée l’envahir de nouveau, pressa la main sur son ventre et s’efforça d’inspirer calmement.

Puis elle se mit à aller et venir dans la pièce en parlant de plus en plus fort.

— Il faut que je sorte d’ici. Je ne peux pas faire ça, Leila. Je devais vraiment être folle pour avoir ne serait-ce qu’envisagé de venir ici ce soir.

Sa sœur la considérait avec patience, son doux regard vert compatissant tandis qu’elle la laissait exprimer son désarroi.

— Tu es nerveuse, c’est tout. À ta place, je le serais aussi. Mais je ne pense pas que tu sois folle d’être venue. Et je ne pense pas que l’accord qui existe entre nos familles soit fou lui non plus. (Elle fit passer un accroche-cœur derrière son oreille et haussa les épaules.) S’il a été perpétué jusqu’ici, c’est qu’il y a une bonne raison. En fait, je trouve ça plutôt romantique.

— Romantique ? ricana Seraphina. Qu’y a-t-il de romantique dans une trêve conclue à la suite d’un long bain de sang il y a six siècles de ça pour instaurer le kidnapping d’une Compagne de sang vierge de notre tribu par un vampire barbare de la leur ?

Leila laissa échapper un soupir.

— Les choses étaient différentes à l’époque. Et c’est romantique parce qu’ils sont tombés amoureux l’un de l’autre.

Seraphina haussa les sourcils d’exaspération.

— Tragique, parce que, malgré leurs liens de sang, ils sont morts tous les deux à la fin en déclenchant une longue guerre.

Seraphina connaissait toute cette histoire aussi bien que sa sœur. Elle avait été quasiment élevée au rang de légende dans la famille Sanhaja. Et si Seraphina devait être vraiment honnête il lui fallait reconnaître que quelque chose en elle souffrait pour ce couple mort depuis si longtemps et leur amour condamné.

Mais ça ne changeait rien au fait que, des siècles plus tard, elle se retrouvait là, dans une salle de bains verrouillée, vêtue d’une robe empruntée et de sandales à talons hauts, alors qu’à l’autre bout du couloir un mâle de la Lignée qu’elle n’avait jamais rencontré auparavant attendait qu’elle le rejoigne pour huit longues nuits, tout ça parce que leurs parents espéraient les voir revenir follement amoureux l’un de l’autre et liés par le sang pour l’éternité.

Complètement ridicule !

Seraphina secoua la tête.

— Peut-être qu’il y a des siècles le meilleur moyen de garantir la paix était effectivement de faire d’un ennemi un membre de la famille, concéda-t-elle, mais c’était alors et nous sommes maintenant. Il n’y a pas eu de conflit entre les Mafakhir et notre famille depuis des décennies.

Leila inclina la tête.

— Et comment sais-tu que ce n’est pas parce que le pacte a été respecté pendant tout ce temps ? Depuis son origine, il n’y a jamais eu de période sans qu’au moins un couple lie nos deux familles l’une à l’autre. Jusqu’à maintenant. Et si le traité était bien la seule chose qui permettait de maintenir la paix ? Il n’a jamais été rompu ou mis à l’épreuve, Sera. Est-ce que tu veux vraiment être la première à essayer ?

L’espace d’un instant, en écoutant la réponse véhémente de sa sœur, Seraphina faillit s’approprier le mythe. À vingt-sept ans, c’était une femme pratique et indépendante qui savait ce qu’elle voulait et ce qu’elle valait, mais il y avait quelque chose en elle – comme peut-être en chaque femme – qui voulait croire aux contes de fées et aux romances.

Elle aurait voulu croire à l’amour éternel et aux fins heureuses, mais ce n’était pas ce qui l’attendait de l’autre côté de la porte de la salle de bains.

— Le pacte n’a rien de magique. Et les fiançailles rien de romantique. Tout ça, ce sont des conneries dépassées.

— Bon, après tout, pense ce que tu veux, murmura Leila. Moi, je trouve ça charmant.

— Je ne suis pas sûre que tu serais si enthousiaste si c’était toi qu’on arrachait à ton monde et à toutes les choses qui comptent pour toi afin de te déposer sur les genoux d’un mâle inconnu et qu’il fasse de toi sa captive et son jouet. (Seraphina contempla un instant sa cadette aux yeux rêveurs.) À moins que…

Leila secoua la tête et se mit à rire.

— Les fiançailles ne durent qu’une semaine. Et personne ne va venir te poser sur ses genoux ou te retenir contre ta volonté. L’idée, c’est que vous appreniez à vous connaître loin des distractions du monde extérieur. C’est tout. Les fiançailles dans l’oasis constituent plus un symbole que quoi que ce soit d’autre. Et puis il y a pire que de passer une semaine dans un magnifique environnement à apprendre à connaître un beau mâle de la Lignée. Un mâle qui se trouve aussi être un prince.

Seraphina se laissa aller à rire.

— Un prince d’opérette, oui. Les vieilles tribus de cette région ne sont pas plus royales que toi ou moi.

Ce que, de fait, elles n’étaient ni l’une ni l’autre. Comme elles avaient été adoptées par Omar et Amina Sanhaja alors qu’elles n’étaient encore que des bébés recueillis dans un orphelinat pour les pauvres, il n’y avait pas la moindre chance que ce soit le cas. Seraphina lança à sa sœur un regard interrogateur.

— Comment sais-tu que Jehan est beau ? Je croyais que tu ne l’avais jamais rencontré.

— C’est vrai, mais comme il fait partie de la Lignée il a certainement les cheveux châtains de sa mère et ses incroyables yeux bleus. Exactement comme son frère, Marcel.

Seraphina leva les yeux au ciel.

— Eh bien, je me fiche pas mal de ce dont il a l’air et de son pedigree. Je ne suis pas à la recherche d’un compagnon et, si c’était le cas, je ne m’y prendrais certainement pas de cette façon.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

sympa mais concerne des membres de la lignée de second ordre et inconnu

Afficher en entier
Diamant

Une romance qui est différente des autres tout en étant du même genre... c’est un genre que j’ai beaucoup apprécié aussi !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par eola 2019-04-08T19:10:57+02:00
Diamant

Trop bien mais trop court !

La romance Sera/Jehan est belle, sensuelle et digne d'un conte des 1001 nuits. J'aurais aimé un peu plus de scènes d'action contre l'opus nostrum et en savoir un peu plus sur la famille de Jehan et notamment son frère Marcel.

Afficher en entier
Bronze

Un peu trop contes de fée à mon goût mais on aime toujours retrouver les personnages. De belles scènes quand même... mais ça manque un peu d’action...

Afficher en entier
Diamant

Jehan et Séraphina sont un couple liés d'une façon originale

J'ai adoré cette nouvelle

Afficher en entier
Or

Une petite nouvelle qui est facile et rapide à lire. Jehan et Séraphina forme un couple sympathique.

A lire pour passer un bon moment.

Afficher en entier
Diamant

J'ai adoré l'histoire de Jehan et Seraphina avec leur obligation, mais cette petite nouvelle aurait mérité un tome encore une fois !

Afficher en entier

Dates de sortie

Minuit, Tome 13.5 : Caresse de minuit

  • France : 2018-09-19 (Français)
  • USA : 2015-10-13 (English)

Activité récente

RadJk l'ajoute dans sa biblio or
2021-09-08T17:23:54+02:00
Saya80 l'ajoute dans sa biblio or
2021-04-09T16:19:32+02:00
Casta74 l'ajoute dans sa biblio or
2021-02-14T21:27:44+01:00
Bolero l'ajoute dans sa biblio or
2020-12-30T12:57:55+01:00
Cicia le place en liste or
2020-09-10T00:03:31+02:00

Titres alternatifs

  • Stroke of Midnight (Midnight Breed #13.5) - Anglais

Distinctions de ce livre

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 56
Commentaires 7
extraits 1
Evaluations 14
Note globale 7.85 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode