Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Miromarienne34 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Mers mortes Mers mortes
Aurélie Wellenstein   
Ce n’est plus un secret pour personne : je suis une grande adepte de la relecture. Régulièrement, l’envie me prend de me replonger dans une histoire qui m’a fait vibrer il y a quelques mois ou années de cela, de partir en quête de détails qui m’auraient échappé jusque-là, ou tout simplement de retrouver des personnages-chouchous comme on retrouve de vieux amis … Mais jamais jusqu‘à présent je n’avais ressenti le besoin viscéral et impérieux de recommencer un livre aussitôt après avoir tourné la dernière page, de relire plusieurs fois d’affilée certains passages éblouissants … C’est la toute première fois que j’éprouve tant de difficultés à m’extirper d’une histoire, la toute première fois que quitter des personnages est aussi douloureux …

Souillés par les rejets d’hydrocarbures et autres résidus chimiques, envahis par les sacs plastiques et autres déchets d’une humanité toujours plus meurtrière, asséchés par le réchauffement climatique, les mers et les océans ont rendu leur dernier souffle. Décimés par la surpêche et par la pollution de leur milieu de vie, victimes de la folie destructrice de l’humanité, les animaux marins se sont éteint un par un. Désormais, ce sont les hommes qui tremblent, tandis que se lèvent régulièrement les marées fantômes, habitées par les esprits vengeurs de ses milliards de poissons, requins, méduses, dauphins, baleines, pieuvres et autres créatures qui n’attendent qu’une chose : arracher les âmes des survivants, décider l’humanité en sursit. Oural, exorciste, veille farouchement sur les habitants de son bastion, affrontant marée après marée ces terribles mers mortes … Jusqu’au jour où il est kidnappé par Bengale, pirate de son état, qui se considère comme le dernier espoir de cette planète à bout de souffle …

Quiconque a déjà lu un roman d’Aurélie Wellenstein sait à quoi s’en tenir : âmes sensibles, abstenez-vous. C’est d’autant plus vrai qu’ici, elle nous plonge non pas dans un monde post-apocalyptique imaginaire, mais bien sur notre bonne vieille planète Terre, à l’agonie à cause de l’avidité et de la négligence de l’homme. Elle nous dépeint un futur cauchemardesque, un futur où les océans se sont taris, où la pluie ne tombe plus, où l’eau vint à manquer. Un futur où l’humanité paye à prix fort nos propres erreurs : nous avons « jeté nos pesticides à l'eau, nos fumées dans l'air, conduit trois voitures, vidé les mines, mangé des fraises du bout du monde, voyagé en tous sens, éclairé les nuits, chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, mouillé le désert, acidifié la pluie », pour reprendre les mots de Fred Vargas, sans jamais réfléchir aux conséquences de nos actes, sans jamais avoir fait le moindre effort pour réduire notre impact écologique. Parce que c’est tellement plus simple de fermer les yeux ou de se hausser les épaules en se disant que « c’est trop tard, de toute façon, je peux rien faire », et de continuer à surconsommer allégrement, plutôt que de se priver d’un peu de notre confort.

Dans Mers mortes comme dans ses autres romans, Aurélie Wellenstein n’épargne ni ses personnages ni ses lecteurs : nuit après nuit, dans son sommeil, Oural revit l’agonie d’une tortue ayant avalé un sac plastique en pensant attraper un petit crustacé, d’un requin à qui on a coupé aileron et nageoires avant de le relâcher dans l’océan, d’un dauphin sauvagement poignardé par des hommes ivres de rire, d’un phoque cerné par une marée noire qui l’asphyxie … Et le lecteur cauchemarde avec lui. Ces passages sont d’une horreur sans nom, la monstruosité de l’homme qui se prétend civilisé et qui massacre tout sur son passage. De l’homme qui tue des baleines pour fabriquer des cosmétiques. De l’homme qui ne respecte rien, qui se croit tout permis et tout puissant. Au début, à l’instar d’Oural, nous voyons dans ces spectres marins des monstres qui dévastent tout sur leur passage, indifférents à la souffrance qu’ils engendrent … Mais rapidement, nous comprenons que les véritables monstres, dans l’histoire, ce sont les hommes. Qui dévastent tout sur leur passage, indifférents à la souffrance qu’ils engendrent. C’est un thème récurrent chez Aurélie Wellenstein : où commence la bestialité, où s’arrête l’humanité ?

Un roman sombre, dur, glaçant, qui ne « donne pas une image très reluisante de l’humanité », songe Oural … Au contact des pirates, notre jeune exorciste, jusqu’alors relativement préservé du fait de son statut, prend enfin pleinement conscience de la situation désespérée dans laquelle se trouve le monde. Lui qui se plaignait de sa morne existence, du fardeau de la responsabilité qui pesait sur ses épaules, voit toutes ses certitudes s’effondrer une à une. Oural n’a rien d’un héros : il a vécu dans un cocon, il a été habitué aux révérences et à la dévotion de ses sujets, il se morfond sans cesse. Il est plein de bonnes intentions, il est intimement convaincu d’agir au mieux, mais il va progressivement se rendre compte que les choses sont rarement toutes noires ou toutes blanches, que tout est au contraire un interminable camaïeu de gris. C’est un protagoniste incroyablement attachant, parce que profondément humain : il nous ressemble, il est proche de nous, il fait des erreurs, il agit contre ses principes par pur instinct de survie, et même si ça coute de l’admettre, on se doute qu’on en ferait autant à sa place.

Un autre personnage, secondaire du point de vue de la narration (celle-ci étant centrée sur Oural), mais indéniablement principal du point de vue de l’intrigue, est à mes yeux le personnage le plus intéressant de tout le roman. Bengale non plus n’a rien du héros sans tâche auxquels les épopées de fantasy nous ont habitués, mais je le considère toutefois comme le héros de cette histoire. Car j’ai toujours associé l’idée de « héros » à celui de « fardeau », et Bengale est indéniablement celui qui porte le plus lourd fardeau dans ce récit. Bengale a fait un choix, un choix terrible mais qu’il considère être celui qu’il fallait prendre. Derrière son arrogance et sa nonchalance, derrière son autorité et sa prestance, se cache finalement un homme torturé par cette décision, un homme hanté par toutes les morts dont il est l’unique responsable, directement ou indirectement, un homme qui accomplie sa sordide mission malgré la culpabilité toujours plus forte parce qu’il ne voit pas d’autre possibilité, parce qu’il n’est plus temps de tergiverser, parce que la vie est à deux doigts de disparaitre totalement de la surface de la Terre et qu’il ne peut pas rester sans rien faire. Il a pris ses responsabilités, même si cela signifie répandre la mort sur son passage et vivre un éternel tourment intérieur. J’ai beaucoup d’admiration pour lui, car je ne sais honnêtement pas si je serai capable de sacrifier ma bonne conscience au profit de l’humanité … si je serai capable de me salir les mains comme il le fait pour servir une cause qui me dépasse. Certains verront sans doute dans ce personnage un simple meurtrier illuminé, mais je préfère quant à moi le considérer comme le véritable héros de cette sombre histoire …

En bref, vous l’aurez bien compris, avec ce roman, Aurélie Wellenstein ne se contente pas de nous raconter une histoire de piraterie post-apocalyptico-fantastique, même si on peut tout à fait s’arrêter à cette première grille de lecture purement « romanesque ». A travers ce récit, elle lance un message d’alerte, elle se fait le porte-parole de ces milliards d’animaux marins morts à cause de l’homme, que ce soit du fait de la pêche intensive ou de celui de la pollution des océans ou du réchauffement climatique. A travers ces personnages, elle interroge la question de l’humanité, de la fragilité de cette humanité – à comprendre à la fois comme « l’ensemble des humains » et comme « nature humaine » –, la question des responsabilités et des fardeaux … Elle met sa magnifique plume au service de ce message, et offre à son lectorat un roman coup-de-poing, percutant, foudroyant, effrayant … mais pour ma part aussi, un roman coup-de-cœur, captivant, haletant, palpitant. A lire, à relire et à faire lire !

https://lesmotsetaientlivres.blogspot.com/2019/03/mers-mortes-aurelie-wellenstein.html

par Aryia
La Saga Waterfire, Tome 3 : Dark Tide La Saga Waterfire, Tome 3 : Dark Tide
Jennifer Donnelly   
La saga Waterfire est une série que j’aime bien. L’univers des sirènes est déjà peu exploité en temps normal, mais celui-ci pulvérise tous les records puisqu’il parvient à se distinguer de tous grâce à un univers foisonnant de petits détails fascinants. Jennifer Donnelly a tout donné dans cette saga, à tel point que le lecteur reste béat d’admiration devant tant de richesse.

Dans Dark tide, on passe un cran au-dessus. Nos jeunes sirènes n’ont jamais été aussi proches de la bataille finale. Serafina a rejoint la cause de la Résistance et compte bien réunir le plus de combattants possible pour protéger son monde. Cependant, elle n’a pas pour autant perdu de vue la quête des talismans, tout comme ses amies. Les obstacles qui les séparent du dénouement sont multiples et non sans danger. Et lorsque des secrets éclatent au milieu de tous ces problèmes, on est tenté de se dire que les sirènes n’ont pas fini d’en baver.

Le tome 1 avait été un grand coup de cœur, mais le tome 2 m’avait paru un peu plus laborieux à cause de toutes les complexités qui se mettaient en place. J’attendais du tome 3 qu’il me dépayse totalement et je n’ai pas été déçue du voyage.

L’auteur mise ici sur une action qui ne s’essouffle jamais. Si retrouver l’univers et ses nombreux détails a été un peu déstabilisant – comme à chaque fois –, passée la cinquantaine de pages, j’étais de nouveau opérationnelle et alpaguée par les aventures de nos sirènes préférées. Le plus grand point fort de ce troisième opus réside dans les nombreux points de vue que nous offre le récit. Ça confère à l’intrigue une cadence très soutenue et le roman n’en est que plus palpitant.

Les aventures se multiplient, les révélations nous parviennent en rafale. À peine le temps de dire « ouf ! » que de nouveaux éléments sont amenés sur le tapis. Jennifer Donnelly apporte la lumière sur de nombreuses choses, tout en laissant leur part d’ombre à bien d’autres mystères. On n’a pas d’autre choix que de tourner frénétiquement les pages, dans l’espoir d’avoir le fin mot de l’histoire le plus rapidement possible.

Nos héroïnes évoluent grandement dans ce tome 3. D’ailleurs, je dirais même qu’on arrive à un tournant de l’histoire où on constate à quel point leurs pérégrinations les ont changées et endurcies. Certaines se dévoilent pour de bon, faisant tomber les masques et les secrets, d’autres nous régalent de leur caractère volcanique et indomptable. Loin des jeunes filles délicates du premier tome, Jennifer Donnelly nous met face à de véritables héroïnes, capables de tout – et du pire – pour arriver à leurs fins.

En résumé, malgré ma difficulté à m’immerger dans le roman au début, Dark tide est une suite à la hauteur des autres tomes. Rebondissements et divulgations de secrets sont au programme, tout ça dans cette ambiance sous-marine que j’ai appris à affectionner au fil des aventures de Serafina, Astrid, Ling, Becca, Ava et Neela. Une histoire complexe et complète qui nous propulse dans les confins d’un monde méconnu.

Ma chronique : http://april-the-seven.weebly.com/fantastique/la-saga-waterfire-tome-1-deep-blue-jennifer-donnely
La Saga Waterfire, Tome 4 : Sea Spell La Saga Waterfire, Tome 4 : Sea Spell
Jennifer Donnelly   
Très très bonne saga, le dernier tome ne m'a pas du tout déçue (le dernier tome est souvent le moins bon), mais pour cette saga j'ai vraiment été accroché jusqu'à la fin. Les personnages sont géniaux (et avoir tout les points de vues et leurs pensées c'est vraiment agréable et ont arrive à s'attacher à tous) et j'adore le fait que l'amitié passe avant leurs histoires d'amours, c'est assez rare dans les romans que je lis donc je suis satisfaite.

Gros point positif pour Alithéia et la scène badass de Sera [spoiler]son entrée à dos d'araignée de bronze dans la bataille, gros frissons.[/spoiler]

Pour la fin [spoiler]j'ai aimé qu'il laisse du suspense vis-à-vis de Lucia, même si j'aurais adoré qu'elle subisse le même sort que son père et sa mère, cette folle.[/spoiler]

Je recommande aux personnes qui veulent s’évader sous l'océan et vivre une belle aventure.

par KaraMell
Miss Marvel, Tome 5 Miss Marvel, Tome 5
G.Willow Wilson   
Ms Marvel a toujours été la première fan de Captain Marvel, mais depuis les événements de Civil War II, la position de Carol Danvers s’éloigne de plus en plus de ce que Kamala Khan défend. Comment la jeune femme va-t-elle concilier ses idéaux et la réalité ?

par larazy2
Miss Marvel, tome 4 Miss Marvel, tome 4
Adrian Alphona    G.Willow Wilson   
Kamala est la parfait héroïne dont le monde avait besoin durant ces dernières années! Bravo aux auteurs pour cette excellente série, j'ai très hâte à la suite!!

par ewtre
Miss Marvel, tome 3 Miss Marvel, tome 3
Takeshi Miyazawa    G.Willow Wilson   
Très bon troisième volet à cette excellente série qui m'a totalement accroché dès la première page!

par ewtre
Les Chroniques lunaires, Tome 4.5 : Stars Above Les Chroniques lunaires, Tome 4.5 : Stars Above
Marissa Meyer   
Stars.

Mon dieu. Mon dieu. Mon dieu.

Je suis en surchauffe.

Il faut que je respire. *inspire* *expire* *inspire encore* *expire à nouveau*

Waouh, j'ai tellement de choses à dire mais ça semble impossible à dire. Je n'aurais jamais assez de mot pour vous dire ce que je ressens après cette lecture. Et ils ne seront jamais assez forts. Et j'ai l'impression que ça ne sera jamais assez mais il faut vraiment que je vous fasse part d'une manière ou d'une autre de cette sensation qui s'est logée dans mon cœur et propagée dans mon corps tout entier.

Déjà, c'est un gros énorme coup de cœur. Mais suppose que vous vous en doutiez ? Et je n'arrive pas à croire que c'est... oh non, je ne veux pas le dire ! Les Chroniques Lunaires ne seront jamais terminées. JAMAIS !

Je veux plus d'eux, d'eux tous. Qui aurait cru que ça serait aussi difficile d'arriver à la fin ? Pas moi. Pas quand je me persuade la moitié du temps que je ne suis pas émotive, que je ne suis pas le genre à m'attacher aux autres comme s'ils étaient les seuls à pouvoir me maintenir en vie. Pas quand je passe le plus clair de mon temps à faire croire au monde que mon cœur est un trou noir.

Mais je n'y peux rien. Les Chroniques Lunaires ont conquis mon cœur. Elles me l'ont volé et jamais elles ne me le rendront.

Bah, ce commentaire ne va pas DU TOUT être objectif, soyons clairs. J'aime beaucoup trop cette saga, cet univers, ces personnages pour être objective.

Marissa Meyer ne cessera jamais de me donner l'impression de pouvoir voler sans avoir peur de perdre de l'altitude, que rien n'est impossible. Cette auteure ne cessera jamais de me faire rêver.

Et Stars Above contient tout ce que j'espérais qu'il contienne. Je ne suis pas déçue du tout. En vérité, je n'ai jamais été déçue par Les Chroniques Lunaires en toute globalité.

Bon, je commence par quoi moi ?

Que d'émotions !

Les histoires que nous offre Marissa Meyer dans ce merveilleux livre sont superbes, les unes autant que les autres.

J'avais déjà eu l'occasion de découvrir The Queen's Army, Glitches, The Little Android et Carswell's guide to being lucky avant la sortie de Stars Above grâce aux ebooks. Mais ça a été un pur plaisir de les redécouvrir. Et découvrir The Keeper, After Sunshine passes by, The Princess and the guard, The Mechanic et Something Old, Something New l'a été tout autant !

Je crois sincèrement que je ne m'en remettrais jamais.

Dans Stars Above, on découvre nos personnages avant qu'ils se rencontrent. On découvre ainsi, entre autre, comment leurs vies se sont liées et certains des moments qui ont fait d'eux ce qu'ils sont dans Les Chroniques Lunaires.

Je vais parler des histoires une par une, sinon je crois que je vais partir dans tous les sens. ^^

The Keeper.
The Keeper c'est -si on oublie Fairest- le commencement de tout.
On entre dans la vie de Michelle Benoît lorsque son ancien amour, le Dr. Logan Tanner, vient la trouver des années et des années après la dernière fois qu'ils se sont vus pour lui demander son aide. Il lui confie alors une petite princesse à moitié morte : Selene, la véritable héritière du trône Lunaire que Levana a tenté de tuer. [spoiler]The Keeper se termine lorsque, plusieurs années plus tard, Selene ou Cinder ouvre enfin les yeux, à nouveau consciente et sauvée. Et Cyborg.[/spoiler]

Rapidement, on découvre comment Michelle et Logan se sont rencontrés -dans quelles conditions- et on survole leur histoire, pour en savoir un peu plus sur eux et sur la relation qu'ils ont entretenu pendant un court moment.
Et mine de rien, j'ai trouvé que ça les rendait plus attachants de connaître leur passé ensemble.

Découvrir ainsi comment, dans un secret total, Michelle a pris soin de Selene pendant de longues années a été très intéressant. J'ai beaucoup aimé.

Aussi, on fait la rencontre d'une jeune Scarlet, ce qui a été très plaisant. Scarlet qui semblait déjà être sur le chemin de la jeune femme qu'elle est devenue dans Les Chroniques Lunaires. Elle avait déjà ce petit côté sauvage et badass que j'aime tant chez elle.[spoiler]C'est drôle de découvrir que Scarlet a reçu son premier pistolet à son onzième anniversaire par sa propre grand-mère ! ^^[/spoiler]

[spoiler]On découvre aussi que c'est Michelle qui a nommé Selene Cinder et qu'au départ, ils n'étaient pas sensés réveiller Selene/Cinder avant qu'elle ait quinze ans mais Logan -n'utilisant plus ses pouvoirs de Lunaire- commençait à devenir fou et donc ils n'ont pas eu d'autre choix que de la réveiller à onze ans...

J'ai eu un pincement au cœur en sachant que Michelle a choisi de ne pas dire à Logan qu'il avait un fils -Luc- et que Scarlet était donc sa petite fille.[/spoiler]

Conclusion : une nouvelle superbe.

Glitches.
Glitches c'est l'histoire de Cinder qui se déroule peu après son réveille lorsque Linh Garan l'a adopté et l'emmène avec lui rencontrer sa nouvelle famille dans la Communauté Orientale lorsqu'elle a onze ans. On découvre ainsi comment Cinder est accueilli et comment elle vit sa nouvelle vie...

Aussi, on s’aperçoit que dès le départ Adri ne portait pas Cinder dans son cœur et qu'Iko a toujours été très attachante.

[spoiler]Le moment où Garan attrape la létumose et fait ses adieux à sa famille -et demande au passage à Adri de prendre soin de Cinder- est assez émouvant et triste. [/spoiler]

Conclusion : très intéressant et (re)découvrir une Cinder un peu perdue dans sa nouvelle vie en plus en étant cyborg a été assez... mignon ? Honnêtement, je n'ai pas de mot mais j'ai beaucoup aimé !

The Queen's Army.
Là, on est sur la lune où l'on fait la rencontre d'un Ze'ev Kesley -aka Z ou Wolf- âgé de douze ans et quelques mois le jour de son enrôlement dans l'armée de la reine Levana.

On suit Ze'ev pendant les années que dure sa formation pour devenir l'un des parfaits petits soldats d'élite de Levana (un hybride, mi-loup-garou mi-lunaire).

On suit son évolution. [spoiler]La perte de son pouvoir de lunaire suite aux modifications apportées par les médecins pour le transformer en hybride, l'arrivée de son petit frère -Ran- dans la même meute que lui plus tard, ainsi que son combat contre l'alpha Brock devant Levana qui l'a mené à devenir l'alpha de sa meute après qu'il ait mis fin à la misérable existence de Brock.[/spoiler]

Conclusion : mortel et plutôt addictif. J'ai adoré (re)découvrir le passé de mon cher Wolf !

Carswell's guide to being lucky.
À treize ans, Carswell Thorne sait déjà ce qu'il veut dans la vie : être un Captain et un 214 Rampion. Et pour ça, il est prêt à tout !

Mais jusque-là la seule personne qui l'appelle Captain c'est Janette -la domestique- et le seul 214 Rampion qu'il possède est sur la cravate qu'il porte pour aller à l'école et qui se révèle être son porte-bonheur.

J'adore Thorne. Et dans cette nouvelle, je l'ai adoré tout autant. Tout comme Scarlet, à cet âge Thorne était déjà sur le bon chemin pour devenir l'homme qu'il est ensuite dans Les Chroniques Lunaires : mâlin, drôle, beau parleur, débrouillard... les filles l'aimaient déjà !

Aussi, dans cette nouvelle, on fait la rencontre de la fameuse Kate Fallow ! Et ç'a été un grand plaisir de la découvrir après qu'on en ait entendu parler dans Cress. C'est un personnage plutôt attachant : elle aime lire, elle est intelligente, gentille...

Conclusion : On ne peut qu'adorer Thorne et son histoire !

After Sunshine passes by.
Comment Cress, notre petite aventurière âgée de neuf ans, se retrouve seule dans un satellite ?
Tout commence le jour où Sybil vient chercher Cress (déjà grande rêveuse) pour l'emmener quelque part. Et notre très chère Crescent Moon croit tout d'abord que sa maîtresse Sybil Mira l'emmène sur la Terre. Mais à mi-chemin Sybil fait monter Cress dans un satellite et lui explique que c'est ici qu'elle vivra et servira la reine Levana à présent.

Cress a toujours rêvé d'être plus qu'une coquille, a toujours aimé se plonger dans ses rêves pour échapper à la réalité ou se donner du courage. Elle a toujours été si attachante et mignonne.

Conclusion : j'ai adoré découvrir la petite Cress qui était menée par l'espoir qu'un jour elle serait plus qu'une coquille et que personne ne croirait plus qu'elle était dangereuse alors qu'elle n'aurait fait de mal à personne. C'était super !

The Princess and the guard.
Lorsqu'ils étaient enfants, Winter et Jacin avaient un jeu favoris : Winter était la princesse en détresse que le grand et beau garde royal Jacin Clay venait sauver des griffes d'une vilaine pirate de l'espace.

L'histoire se déroule sur plusieurs longues années. On découvre l'évolution des personnages et les grands moments de la vie de Winter : le jour où elle a décidé de ne plus user de son pouvoir -qui était d'une puissance sans égal- et pourquoi, comment a-t-elle eu les cicatrices sur son visage, on vit avec elle et Jacin sa première hallucination, le moment où Winter se rend compte qu'elle est amoureuse de son meilleur ami... On survole aussi la nuit de la mort de son père -comme on peut la découvrir dans Fairest- car au début de l'histoire Evret est toujours vivant.
Aussi, on voit comment la relation entre Winter et Jacin évolue au fil des années.
Plus, on découvre la raison pour laquelle Jacin décide de ne pas devenir médecin mais garde royal. [spoiler]Pour rester avec Winter -principalement à cause de ses hallucinations dû au fait qu'elle n'utilise plus son pouvoir de Lunaire. Et surtout après ce que Levana a fait à Winter.[/spoiler]
[spoiler]Pour Finir, on découvre le moment où Jacin devient donc garde royal et où il cesse d'appeler Winter par son prénom pour commencer à l’appeler Princesse.
Et ils se mettent alors tous les deux à agir comme tels : princesse et garde. Comme quand ils jouaient lorsqu'ils étaient enfants.[/spoiler]

Conclusion : absolument fabuleux !

The Little Android.
Mech6.0 a un bug. Elle agi comme un humain. Alors quand le beau Dataran -jeune ingénieur sur le chantier naval où elle travaille- tombe dans une cuve de pétrole, elle le sauve. Comme Ariel sauve Eric de la noyade. Car oui, c'est une réécriture plutôt originale de La Petite Sirène.
Après cela, le corps de Mech6.0 est pour le moins fichu. Et ses employeurs décident donc qu'ils vont la démanteler et se débarrasser de ce qu'ils jugeront "irrécupérable". [spoiler]Du coup Mech6.0 décide de partir. Et se met à la recherche de... Linh Cinder. Lorsqu'elle trouve celle-ci, elle lui demande de l'aide car son corps ainsi que tout chez elle d'ailleurs doit être remplacé. Finalement, Cinder lui vend un escorte-droid (droid de compagnie) qui est devenue muette (nouveau clin d’œil à la petite sirène, en référence au moment où Ariel donne sa voix à Ursula pour devenir humaine et pouvoir revoir Eric) car si Mech6.0 veut un nouveau corps c'est pour retourner voir Dataran et lui rendre le collier d'un olographe antique et aussi parce qu'elle est un petit peu amoureuse de lui (même si ça ne semble pas possible dans la mesure où elle n'est pas humaine).
Dans son corps humanoïde, Mech6.0 qui s'appelle à présent Hoshi Star retourne au chantier naval.
Mais il se trouve que Dataran n'est pas amoureux d'elle. C'est une amie, tout au plus. Car en vérité, le jeune homme est amoureux d'une jeune femme d'un nom de Miko (qui est en vérité une cyborg). Et Dataran ne sait pas que (Hoshi) Star est Mech6.0 qui lui a sauvé la vie.
À la fin, Miko qui quitte la Communauté Orientale pour ne pas être sélectionnée pour l'enrôlement des cyborgs pour la recherche du remède à la létumose. Et Dataran part avec elle après avoir récupéré son collier.
Ils laissent derrière eux Star qui "meurt". Le corps qu'elle a acheté à Cinder n'étant que temporaire...[/spoiler]

Conclusion : une nouvelle qui m'a brisé le cœur, surtout à la fin mais que j'ai adoré !

The Mechanic.
C'est tout simplement la première rencontre entre Cinder et Kai du point de vue de notre bel empereur.

On découvre ainsi un Kai qui ne se sent pas spécialement prêt à devenir empereur et qui n'a, bien-sûr, aucune envie de perdre son père de la même façon qu'il a perdu sa mère des années auparavant - de la létumose.

Dès leur rencontre, Kai cherche à impressionner Cinder - au moins un peu.
Et après leur première rencontre, avant même qu'il l'ait quitté, Kai a envie de revoir Cinder et de la faire sourire, d'en apprendre plus sur elle...
Il a déjà la certitude que Cinder va réparer Nainsi et tout.
Et elle lui a redonné un peu d'espoir. C'est lui qui le dit, pas moi ! :D

Conclusion : je l'attendais depuis longtemps et c'était parfait !

Something Old, Something New.
On retrouve nos personnages préférés deux ans après la fin de Winter. Et en deux ans, je peux dire qu'il s'est passé pas mal de choses !
Et là c'est le plus long spoiler de l'univers mais c'est aussi un spoiler en vrac : The Spoilers' bazar.
[spoiler]- Cinder n'est plus reine puisqu'elle a abdiqué comme elle avait prévu de le faire à la fin de Winter.
- Kai et Cinder sortent ensemble et ils sont même allés au bal de la paix annuel ensemble comme lui avait demandé Kai à la fin de Winter.
- On retrouve KINNEY & IKO ! Et même si c'est très rapide, puisqu'on ne voit Liam Kinney qu'au début avant que Iko et Cinder partent pour la France, ce fût un moment à marquer d'une pierre blanche (c'est ce qu'on dit, non ?).
- Cinder et Winter sont toutes deux ambassadrices.
- Scarlet et Wolf vivent dans la ferme de Michelle Benoît en France et s'apprêtent à se marier ! Yeah ! Et le reste du crew les rejoint pour le mariage (qui est d'ailleurs le premier mariage entre un Terrien et un Lunaire).
- Thorne et Cress parcourent le monde à bord du Rampion (et ils ont distribué le remède à la létumose).
- Jacin et Winter étaient au Canada. Je me suis vaguement demandée ce qu'ils foutaient là-bas mais bon. ^^
- Les retrouvailles entre Cinder et Kai m'ont fait fondre.
- Sur sa robe de mariée Scarlet porte la broche que lui a offert sa grand-mère dans The Keeper pour son onzième anniversaire.
- Après le mariage de Wolf et Scarlet (qui sont mariés par Kai), Cinder montre à Kai l'endroit où Michelle Benoît l'a caché pendant près de huit ans.
- Et Kai fait sa demande en mariage à Cinder et... *roulement de tambours* elle dit OUI, of course ![/spoiler]

Retrouver les personnages ainsi a été tout bonnement génial ! Et après tout ce qu'ils ont vécu ensemble, on sent une réelle complicité entre eux et c'est juste magique. Même s'ils se sont dispersés dans le monde, ils sont toujours amis et rien ne pourra vraiment les séparer, ça se sent ! Amis pour la vie ! Yeah ! ^^ Ils sont heureux d'être ensemble, ils sont détendus, comme un véritable groupe d'amis et je n'ai pas de mot pour dire à quel point c'est parfait. Ça m'a fait pleuré de joie comme un bébé ! Quel déluge d'émotions !

Conclusion : l'épilogue tant attendu de Winter. J'ai jamais été aussi nerveuse qu'avant de le lire. Et stars, je n'ai aucun mot pour vous dire à quel point c'était magnifique, magique et tout un tas d'autres adjectifs dans le genre ! C'était un rêve et je n'avais aucune envie de me réveiller.

On connaît déjà les grandes lignes de la plupart des histoires que contient Stars Above (l'histoire de Thorne avec Kate Fallow, Michelle Benoît qui cache Selene, Wolf qui est recruté par l'armée de la reine, comment Cress attéri dans son satellite...) sauf que là on le vit et c'est encore mieux !

Un déluge d'émotions diverses (je sais que je l'ai déjà dit), des étoiles dans les yeux et de l'amour plein le cœur ! À couper le souffle.

Je vais m'arrêter là, je crois que vous avez compris que Les Chroniques Lunaires et moi c'est une grande histoire d'amour qui durera tout au long de ma vie littéraire. Nous vivrons heureux jusqu'à la fin de nos jours. ;)

par Sheo
Frozen, Tome 1 Frozen, Tome 1
Melissa De La Cruz    Michael Johnston   
Je suis vraiment dubitative. Autant le résumé de l'histoire et le début me paraissaient prometteurs et assez originaux, autant le scénario se détériore de plus en plus au fil des pages, et passe finalement de "dystopie" à "trip sous LSD". Et je ne plaisante même pas.

L'écriture, déjà, est assez moyenne : on ne ressent absolument pas les émotions des personnages, certaines scènes passent super rapidement tandis que d'autres traînent comme pas possible, il y a des tas de transitions mal faites, d'ellipse pas du tout annoncées, de vieux suspenses auxquels personne n'est dupe et de "ohlala retournement de situation" qu'on voit tous venir à 3 kilomètres. L'histoire d'amour est cramée page 2 (allez, peut-être page 3) et elle est bidon, les personnages sont soit très gentils, soit des salauds sans cœur, et Nat... Mais alors Nat... elle nous fait quoi, pendant les derniers chapitres ?

Déjà, il y a un abus de majuscules, parce que FAIRE PARLER SES PERSONNAGES COMME CA c'est pas hyper crédible, et ensuite... whoa. C'est quoi cette fin ? Cette "destiné" totalement WTF que l'héroïne se découvre ? Bref, ça partait bien, mais ça finit dans les cactus. On peut s'en passer.
La Sélection, histoires secrètes : La Reine & la Préférée La Sélection, histoires secrètes : La Reine & la Préférée
Kiera Cass   
J'ai adoré découvrir l'histoire de la reine Amberly et du prince Clarkson et aussi celle de Marlee et Carter.
On comprend mieux comment Clarkson a pu devenir violent envers Maxon quand on voit son passé et le comportement de ses parents.
Quant à Carter et Marlee j'ai adoré voir le début de leur histoire, ce qui c'est passé dans les "coulisses" en quelques sortes, et tout ce qu'a fait Maxon pour les aider.
Ce livre est tout simplement du pur plaisir !

par magalie91
La Sélection - Mon carnet La Sélection - Mon carnet
Kiera Cass   
Je pensais avoir un livre plus travaillé, plus "adultes", mais c'est malheureusement pas le cas. C'est un livre assez enfantin pas forcément fait pour mon âge, mais certaines activités sont plutôt intéressante.

par Khayser