Livres
436 372
Membres
361 700

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Chapitre trois :

*Annie*

«…

10 mars

Cher M. Fitzpatrick,

Veuillez accepter mes plus sincère excuses.

Si j’avais su que mon humble petite publication allait vous mettre dans tous vos états, j’aurais fait l’effort de vous l’envoyer en amont et d’arranger un rendez-vous afin de discuter des termes employés. Malgré les fringues de Leprechaun et les chaussures de Hobbit, je ne vais pas le nier, je ne dirais pas non à ce que vous plongiez la tête la première dans mon chaudron rempli d’or, surtout après vous avoir vu en cycliste. Quoique, avec un complexe de supériorité comme le vôtre, je ne serais pas surprise d’y découvrir une chaussette de rembourrage. Laissez-moi deviner, vous conduisez une très grosse voiture… Hein ? Un modèle avec des cylindres pour compenser vos propres déficiences ?

Oh, et aussi, merci d’avoir prouvé que nos priori sur les Irlandais sont 100 % avérés. Maintenant, je sais que la prédisposition à l’hystérie de votre belle nation n’a pas été exagérée.

Bravo bravo, mon grand. Continue sur ta lancée. Tu vas droit dans le mur.

Cordialement.

Une Cyber Espionne.»

Afficher en entier

C’est vrai que quand j’avais récupéré le portable d’Annie dans sa voiture, j’avais d’abord été absolument furieux. Je m’étais senti trahi et rageur. Je n’arrivais pas à croire que j’avais encore été pris pour un con par une femme. Le portier qui travaillait dans mon immeuble, Jeffrey, et avec qui j’avais développé une relation plutôt amicale, avait choisi le mauvais moment pour me demander comment ma journée s’était déroulée, et avait reçu un hurlement de psychopathe en réponse :

— GÉNIAL, JEFFREY, PUTAIN DE GÉNIAL, JOURNÉE DE MES COUILLES.

On était un peu en froid depuis.

Afficher en entier

Chapitre 8

Annie

— Je suis désolée, je suis vraiment désolée.

Il fit un geste d’indifférence alors que la vendeuse derrière le comptoir arrivait à notre table avec un chiffon et lui demandait s’il allait bien.

— Je vais bien, répondit-il, à elle comme à moi.

Il engloutit la distance qui nous séparait et posa ses mains sur mes bras. Il ne devait pas apprécier l’expression sur mon visage parce qu’il pencha le sien et répéta :

— Vraiment, je vais bien.

— Je ne sais pas marcher, et, apparemment, je ne sais pas avaler non plus.

Il émit un petit claquement de langue.

— Ah, ça n’m’arrange pas.

Mes yeux s’écarquillèrent, mais je restai bouche bée lorsqu’il continua sur sa lancée.

— Je préfère quand les femmes avalent, mais bon, je fais avec quand elles crachent…

Afficher en entier

Il nous fallut vingt bonnes minutes avant d’atteindre la ville. Je dépassai un petit glacier rétro et fit demi-tour pour me garer devant. Annie jeta un œil par la fenêtre.

- On va là ? demanda-t-elle avec curiosité.

- Il est temps que tu manges, non ? Tu n’as rien pris depuis le petit-déj, dis-je en levant une main pour remettre une mèche derrière son oreille.

Elle ne protesta pas. Je laissai glisser mes phalanges contre son cou, juste une seconde, en savourant l’étoffe soyeuse de sa peau. Elle trembla. Ouais, elle me voulait aussi clairement que je la voulais. Elle était juste bien meilleure que moi pour le cacher, et maintenant je savais pourquoi.

- Tu sais, contrairement à ce que tu penses, je me nourris pas exclusivement de desserts. Tu serais un très mauvais père. Tu donnerais que du sucre à tes gosses, hein ?

- Ha ha, très drôle. Allez, viens.

- Je viens, mais à une seule condition, dit-elle en levant une main.

- Tu veux que je te lèche ? T’as même pas besoin de demander…, rétorquai-je du tac au tac.

Elle prit une inspiration.

- Ronan, tu es…

- Shhh, je sais, je suis un garçon très vulgaire. J’écoute ta condition, chérie.

À ma grande surprise, elle haussa les sourcils, joueuse, même si ses joues avaient rougi.

- Je prends de la glace, mais seulement si tu en prends aussi.

- Pas de problème, du moment que tu l’écrases sur toi d’abord.

Je pouvais voir qu’elle dissimulait un sourire, maintenant.

- Mon dieu, t’es insupportable. Non, pas sur moi. Dans un cornet, comme une personne normale qui aime manger de la vraie nourriture une fois de temps en temps, et pas seulement pour refaire le plein d’énergie.

Je n’avais vraiment, vraiment pas envie de manger de la glace, majoritairement parce que je ne voulais pas massacrer mon régime strictement planifié. N’empêche que je pouvais peut-être tourner cette condition à mon avantage.

- Hmm, je prendrai de la glace… comme une personne normale… Si tu me laisses te poser cinq questions sur toi. Tu dois dire la vérité. Et tu n’as pas le droit de parler boulot.

Elle plissa les yeux.

- Deux questions.

- Trois, et marché conclu, fis-je en tendant la main. En plus, il faut bien que j’apprenne des choses sur toi si on veut faire croire aux gens que nous sommes un vrai couple.

Elle poussa un soupir. Le visage un peu triste (du regret peut-être ?), elle me serra la main.

- D’accord, mais tu n’as pas le droit de prendre de la vanille.

Je lui jetai un regard limpide.

- Annie, je ne fais jamais dans le conventionnel.

Afficher en entier

Chapitre deux :

*Ronan*

«…

10 mars

Chère Cyber Espionne

Juste quelques infos pour nourrir ta petite cervelle de linotte :

1. Je ne suis pas Colin Farrell, je suis Ronan Fitzpatrick. Vas-y, ouvre Google. Tu vas voir, ça en vaut la peine.

2. Ta petite fixette sur l’anatomie masculine me laisse à penser que, 1) tu n’as pas de vie, et que, 2) ça fait une peeeetit moment qu’on t’a pas sautée.

3. Puisque tu te donnes le droit de publier ce genre de commentaires sur le physique d’autrui, tu pourrais avoir le courage d’assumer ton identité. L’anonymat, c’est pour les lâches.

Mes conseils :

1. Tu fais des recherches et tu vérifies l’identité des gens que tu harcèles. Pour info, tendre l’oreille deux secondes pour repérer les gloussements féminins, c’est PAS de la recherche.

2. Sors prendre un verre. Parle à un mec. Fais-toi baiser. Prends le temps de nettoyer les toiles d’araignées qui ont dû s’amonceler autour de ta petite culotte. Tu verras, ça fait des merveilles à l’humeur.

3. Poste une photo de toi. Publie ton nom. Voyons si tu peux supporter les critiques aussi facilement que tu les écris.

Et ne me remercie pas, c’est gratuit.

Ronan Fitzpatrick.»

Afficher en entier

New York’s Finest

Blogging as *The Socialmedialite*

April 22

LADIES AND GENTS! I have an announcement!

You know that guy I featured on my blog a few months ago? The really, really hot Irish rugby player who plays the position of ‘hooker’ in the RLI (Rugby League International)? The one with the anger management issues, the body of a gladiator and the face of a movie star? The one with the questionable fashion choices leading me to ask whether he was the lovechild of a leprechaun and a hobbit? Ronan Fitzpatrick? Yeah, that guy. Well, I have a confession to make…

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode