Livres
554 797
Membres
600 005

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par anonyme 2014-03-09T15:11:10+01:00

elle n'avait qu'une envie:pleurer.Mais elle ne pleura pas.Si les gardiens de sa prison l'entendaient,il y aurait un malentendu.Ils la croiraient prete à renoncer,or elle n'abandonnerait pas

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-03-09T15:10:58+01:00

- Hale a été tué dans un accident de voiture. J'ai apporté le rapport de police."

Assad siffla doucement, comme si les accidents de voiture n'étaient réservés qu'à des gens réellement, profondément malchanceux.

Carl regarda le compteur. Assad ferait peut-être bien de lever un peu le pied avant qu'ils ne rentrent eux-mêmes dans les statistiques.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-03-09T15:10:41+01:00

- Il y a eu deux appels. J'ai dit à tous les deux que tu voudrais bien les rappeler un jour.

- C'était qui ?

- Ce type qui est directeur à Frederikssund, et puis une dame qui avait une voix d'outil pour scier le métal."

Carl soupira profondément : "c'était Vigga, ma femme."

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-03-09T15:10:29+01:00

L'écriture de Merete, qui n'était pas plus lisible dans son agenda que dans ses notes, était à l'image de sa vie stressée. Des majuscules tracées à la hâte, des N et des G inachevés, des mots qui se cognaient les uns aux autres.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-03-09T15:10:18+01:00

Il montrait une série de caractères arabes qui auraient aussi bien pu signifier qu'il neigerait après-demain sur l'archipel des Lofoten.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-03-09T15:10:08+01:00

« Est-ce que tu en as deux que je pourrais emprunter jusqu’à demain ? J’aimerais bien ceux-là », dit-il en montrant une petite famille avec un chien et tout ce qui allait avec.

Morten Holland le regarda comme si on voulait lui faire avaler des clous.

« Tu as perdu la tête, Carl ? C’est la boîte 3965 de l’année 2000. J’ai toute la boîte, avec la maison, le balcon et tout. » Il montra le rayon du haut.

C’était vrai, la maison était là, dans toute sa splendeur de plastique.

« En aurais-tu d’autres que je puisse emprunter ? Jusqu’à demain soir seulement ? »

Morten eut l’air complètement désorienté.

Si Carl lui avait demandé la permission de lui décocher un coup de pied dans les couilles, il aurait vraisemblablement eu la même expression.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-03-09T15:09:58+01:00

Pourquoi n’avez-vous pas pris de vraiment bonnes photos d’elle avec son frère, pour que tout le monde sache pourquoi elle était toujours si pressée de quitter Christiansborg ?

- Je ne l’ai pas fait parce qu’il y a une handicapée dans ma famille. Ma sœur est handicapée physique et mentale..

- C’est quand même votre boulot de vivre de vos photos ? »

Hess le regarda d’un air blasé. Si Carl n’allait pas chercher ces bières tout de suite, il n’aurait pas ses copies.

« Vous savez » répondit le photographe en regardant Carl dans les yeux, « même quand on est une merde, on garde quand même un peu de dignité. Pas vrai ? »

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-03-09T15:09:34+01:00

Si tu veux que les gens restent, Hardy, signale que tu es réveillé. En ouvrant les yeux, par exemple.

Non, pas aujourd'hui. Aujourd'hui, je n'ai pas envie d'ouvrir les yeux.

Carl lui demanda de répéter sa phrase.

Si je veux qu'il y ait une différence entre aujourd'hui et demain, il faut bien que j'invente des trucs comme ça, OK?

D'accord.

Demain, je pense que je regarderai tout la journée vers la droite.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-03-09T15:09:21+01:00

Assad avait sûrement extrapolé un peu en remplissant sa mission.

Mais à quoi fallait-il s'attendre de la part d'un assistant, docteur ès gants de caoutchouc et seau en plastique ? Il faut bien ramper avant d'apprendre à marcher

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-03-09T15:09:10+01:00

La pensée était terrifiante : c'était peut être là le sort qui l'attendait.

Peut-être allait-on l'abandonner ici pour toujours. Cloîtrée jusqu'à la mort. Sans que personne ne sache où elle se trouvait, pas même elle.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode