Livres
429 154
Membres
350 710

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Misery ajouté par Alias-Rosiel 2016-02-27T11:04:59+01:00

Tout ce qui PEUT aller de travers IRA de travers.

Afficher en entier
Extrait de Misery ajouté par x-Key 2011-03-03T19:48:38+01:00

Il y eut un bizarre moment de silence, et Paul fut effrayé par ce qu'il vit sur son visage - ou plutôt par ce qu'il n'y avait pas : un visage vide, le néant d'une crevasse cachée dans les plis d'une prairie de montagne, des ténèbres où ne poussait aucune fleur et dans lesquelles une chute pourrait durer longtemps. Le visage d'une femme qui venait de larguer momentanément tous ses ancrages vitaux, tous ses points de repères, une femme qui non seulement avait oublié le souvenir qu'elle était en train de raconter, mais toute mémoire.

Afficher en entier
Extrait de Misery ajouté par Othiann 2018-05-18T13:59:05+02:00

Nul besoin d'un psychiatre pour se rendre compte de l'aspect autoérotique de l'écriture ; on brandouille une machine à écrire au lieu de s'astiquer soi-même, mais l'un comme l'autre dépendent d'une imagination fertile, d'une main rapide et d'un engagement sans faille dans l'art de l'outrance.

Afficher en entier
Extrait de Misery ajouté par Alias-Rosiel 2016-02-25T22:03:09+01:00

La vérité ! Qu'est-ce que tu sais au juste de la putain de vérité ?

Afficher en entier
Extrait de Misery ajouté par Alias-Rosiel 2016-02-25T19:50:25+01:00

L'idée était assez folle pour tenir debout.

Afficher en entier
Extrait de Misery ajouté par Philipon 2014-02-28T02:21:02+01:00

Tandis que sonnaient les talons de ses bottes, tandis que la clé cliquetait dans la serrure, il pensa : Elle est venue pour me tuer. Et cette réflexion n'engendra qu'une seule émotion, un soulagement épuisé.

Afficher en entier
Extrait de Misery ajouté par Philipon 2014-02-28T02:16:01+01:00

Il ne cessait de penser à Vache à Lait numéro 1, qui n'avait cessé de meugler jusqu'à ce que la mort la fît taire et un autre de ces grands axiomes de la Vie dans les Hauteurs lui parut s'imposer : Les vaches mortes ne meuglent pas.

Afficher en entier
Extrait de Misery ajouté par x-Key 2011-03-03T19:48:38+01:00

« Je pensais réellement à vous », dit-elle en lui glissant une cuillerée de soupe dans la bouche, puis en lui essuyant les commissures avec un mouchoir d'un geste professionnel. « C'est ce qui rend la coïncidence si extraordinaire, vous comprenez? J'espérais enfin trouver Misery's Child en poche, mais malheureusement il n'y était pas ».

Une tempête menaçait, ajouta-t-elle, mais jusqu'à midi les types de la météo avaient affirmé péremptoirement qu'elle se dirigeait vers le sud, c'est-à-dire avec le Nouveau Mexique et les monts Sangre de Cristos.

« Oui », répondit-il, les souvenirs lui revenant au fur et à mesure. C'est ce qu'ils ont dit. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai pris la route. Il essaya de bouger les jambes. Le seul résultat fut un violent élancement douloureux, et il poussa un gémissement.

« Surtout ne faites pas ça, dit-elle. Si vous commencez à faire bavarder vos deux jambes, Paul, il n'y aura pas moyen de les arrêter. Et je ne peux pas vous donner d'autres gélules avant deux heures. Je vous en donne d'ailleurs déjà trop. »

Pourquoi ne suis-je pas à l'hôpital? Telle était la question qu'il aurait voulu poser, mais il n'était pas sûr d'en avoir envie et encore moins qu'elle aurait aimé y répondre. Pas pour le moment, en tout cas.

« Au magasin d'aliments pour animaux, Tony Roberts m'a dit que je ferais mieux de ne pas traîner et de rentrer avant le commencement de la tempête, et je lui ai répondu...

- À quelle distance sommes-nous de cette ville? la coupa-t-il.

- Un bon bout de chemin », fit-elle vaguement, détournant les yeux vers la fenêtre.

Il y eut un bizarre moment de silence, et Paul fut effrayé par ce qu'il vit sur son visage - ou plutôt par ce qu'il n'y avait pas : un visage vide, le néant d'une crevasse cachée dans les plis d'une prairie de montagne, des ténèbres où ne poussait aucune fleur et dans lesquelles une chute pourrait durer longtemps. Le visage d'une femme qui venait de larguer momentanément tous ses ancrages vitaux, tous ses points de repères, une femme qui non seulement avait oublié le souvenir qu'elle était en train de raconter, mais toute mémoire.

Afficher en entier
Extrait de Misery ajouté par TommyRollrbox 2018-09-21T05:36:22+02:00

« Mangez », dit-elle de très loin, tandis qu’il ressentait un douloureux picotement. Il ouvrit les yeux et la vit assise à côté de lui – pour la première fois, il se trouvait au même niveau qu’elle et lui faisait face. Il se rendit compte, avec un sentiment de surprise vague et lointain, que pour la première fois depuis une éternité il se tenait lui aussi en position assise… il était vraiment sur son séant.

Afficher en entier
Extrait de Misery ajouté par SherCam 2018-08-04T11:42:44+02:00

Elle commençait à respirer plus rapidement, frôlant l'hyperventilation ; le rythme auquel elle serrait les poings s'accélérait, et il comprit que dans quelques instants elle serait hors de sa portée.

Rassemblant le peu de courage qu'il lui restait et dans un effort désespéré pour adopter la note - à la fois ferme et calme - d'irritation la plus juste, il lui lança : "Et autant arrêter tout de suite ce cinéma. Piquer une crise n'arrangera pas les choses."

Elle resta paralysée et le regarda, blessée.

" Il n'y a vraiment pas de quoi se mettre dans cet état, Annie, reprit-il d'un ton patient.

- C'est une ruse. Vous ne voulez pas écrire mon livre, et vous inventez des raisons pour ne pas commencer. Oh, bon sang ! Je savais que vous le feriez. Mais ça ne marchera pas avec. Je-

- C'est idiot, la coupa-t-il. Est-ce que j'ai dit que je ne voulais pas commencer ?

- Non... Non, mais-

- C'est exact. Je ne l'ai pas dit, puisque je vais le faire. Vous n'avez qu'à vous approcher; je vais vous montrer quel est le problème. Amenez-moi aussi le Webster Pot.

- Le quoi ?

- Le petit récipient avec les stylos et les crayons. Dans les journaux, on les appelle parfois ainsi. A cause de Daniel Webster. "

C'était une histoire qu'il venait d'inventer à l'instant, mais ce moment d'inspiration eut l'effet désiré ; elle parut plus perplexe que jamais, perdue dans un monde de spécialistes dont elle n'avait pas la moindre connaissance. Cette perplexité avait dissipé (et donc par la même occasion désamorcé) encore plus sa colère ; il s'aperçut qu'elle ne savait maintenant même plus si elle avait le droit d'être en colère.

Elle lui apporta le pot de crayon et de stylos qu'elle posa sèchement sur la planche. Bon Dieu, j'ai gagné ! Non ce n'était pas cela. Misery avait gagné.

Non cela aussi était inexact. C'était Shéhérazade qui avait gagné. Shéhérazade.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode