Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Miss_Coralie : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Trois mètres au-dessus du ciel Trois mètres au-dessus du ciel
Federico Moccia   
Tout simplement magnifique. J'ai été également très surprise de la fin, je ne m'y attendais pas.Ce livre m'a tout simplement fait rêver.
J'ai pu découvrir Federico Moccia, j'ai donc lu d'autres livres de cet auteur. Il a énormément de talent et retransmet les sentiments des personnages avec beaucoup de finesse.

par mimi24
DUFF, Dodue utile et franchement fade DUFF, Dodue utile et franchement fade
Kody Keplinger   
Même si Bianca n’aime pas particulièrement aller au Nest, une boîte de nuit pour mineurs, elle s’y rend pratiquement tous les week-ends pour faire plaisir à ses deux meilleures amies Casey et Jessica. Et si ces deux dernières passent tout leur temps à danser, Bianca reste toujours accoudée au comptoir les yeux rivés sur la pendule, attendant une heure qu’elle juge raisonnable pour commencer à se plaindre et leur faire comprendre qu’elle voudrait rentrer. C’est dans ce contexte plus que coutumier que vient la déranger Wesley Rush, le tombeur du lycée. Si Bianca l’a toujours détesté et le lui fait bien comprendre, Wesley ne renonce pas pour autant. Après tout ce n’est pas elle qu’il veut séduire mais ses deux meilleures amies. Pour parvenir à ses fins, il est persuadé qu’il doit se montrer amical envers Bianca afin d’attendrir les deux autres filles et donc marquer des points dans leur estime. Pourquoi Bianca ? Parce qu’elle est la DUFF du groupe, la Dodue Utile et Franchement Fade, celle qui sert de faire valoir aux autres, réhaussant leur beauté par sa banalité. Bianca ne peut que haïr Wesley encore plus mais une partie d’elle ne peut s’empêcher de se demander s’il n’y aurait pas un fond de vérité dans tout ça. Après tout Casey et Jessica sont toutes les deux magnifiques, comparées à elle. Malgré ses répliques cinglantes elle ne parvient pas à se débarrasser de Wesley et, après une journée particulièrement mauvaise, elle l’embrasse sans trop savoir pourquoi. Si elle ne comprend pas elle-même son geste, en revanche elle est parfaitement consciente du calme et de la sérénité que lui procure ce baiser, lui vidant la tête de tous ces tracas pour quelques instants. Commence alors entre eux une relation purement physique, partagé entre désir et dégoût, qui doit absolument resté secrète.

Présenté ainsi, il est évident que Duff ne plaira pas à tout le monde. J’ai moi-même énormément de mal avec les livres basés sur le sexe mais je n’ai eu aucun problème avec celui-ci parce que même s’il en est souvent question, il n’y a jamais de description de ce type de scène. Sans oublier que ces moments sont englobés dans un véritable scénario, presque noyé au milieu de questionnements intérieurs bien plus complexes, ce qui fait que comme pour Bianca, ces moments d’oubli sont aussi pour le lecteur l’occasion de faire un break .

J’ai véritablement été surprise par la tournure qu’a prise leur relation entre notre héroïne et le tombeur du lycée. Au début du livre Wesley est lourd, sûr de lui, arrogant, et a un tableau de chasse assez impressionnant. Bianca n’a jamais caché le dégoût qu’il lui inspire (et nous le fait savoir avec cynisme et sarcasme, ce qui est tout simplement délectable !) donc je n’ai pas imaginé une seule seconde qu’elle puisse se lancer dans ce genre de relation avec lui (oui je suis parfois naïve ^^). Surtout qu’il y a Toby, le garçon sur qui elle craque depuis des années mais qu’elle n’a jamais osé aborder. Et pourtant cette relation entre Bianca et Wesley fonctionne, à ma plus grande surprise. Lorsqu’elle est avec lui, Bianca oublie sa mère toujours absente, ce père qui se voile la face et qui refuse d’admettre que le divorce relève de l’évidence, sans parler de cette insécurité qu’elle traîne avec elle depuis que Wesley l’a traité de Duff et de son incapacité à se confier à ses deux meilleures amies. Est-elle réellement aussi moche et aussi grosse que ça ?

L’histoire est bien plus profonde que ne le laisse penser la couverture et je n’ai pas réussi à lâcher cette histoire tant que je n’étais pas arrivée à la dernière page ! Je me suis attachée à Bianca en un battement de paupières. Avec son caractère bien trempé, son sarcasme et ses répliques mordantes, il est impossible de ne pas l’aimer. Elle porte un regard lucide sur ce qu’est l’amour à l’adolescence, ce qui change des romans young adult habituels. Bien évidemment sa vision des choses va quelque peu évoluer suite à son étrange relation avec Wesley mais jamais elle ne parlera d’amour fou et inébranlable. Mais au-delà de cette romance et de ce pseudo triangle amoureux (Bianca-Toby-Wesley) il y a une véritable réflexion sur le regard des autres et l’estime de soi, mais aussi sur les ravages de l’alcoolisme. Il y est aussi question d’amour, mais pas celui avec un grand A, plutôt celui avec un F comme famille ou A comme amitié.

Il n’y a pas que Bianca qui ait droit à son introspection. Même si le sujet est traité plus sommairement, il est aussi question de la différence. En effet si aujourd’hui Jessica est l’une des filles les plus populaires du lycée, ça n’a pas toujours été le cas. Elle est d’une naïveté touchante et m’a souvent rappeler Britanny, l’une des pompom-girl de la série Glee. Wesley a lui aussi son propre secret, sa propre tristesse cachée, et j’ai vraiment été heureuse de voir que l’auteur lui avait finalement accordé plus de profondeur qu’on ne le dirait au premier abord. Wesley ne se dévoile que par petites touches mais le fait que le garçon le plus populaire du lycée s’intéresse à une Duff devient alors logique et surtout crédible.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Duff est loin de retracer les aventures creuses et superficielles d’une adolescente frivole. Ce récit est vrai, bourré d’humour, et surtout très divertissant. Je n’ai pas ressenti une seule fois l’envie de sauter quelques lignes, ce qui ne m’était pas arrivé depuis très, très longtemps. Ce n’est pas un coup de cœur parce qu’il me manquait quelque chose, la petite étincelle, mais je relirai Duff avec un grand plaisir !

http://lesmotspourrever.com/duff/
Sortilège Sortilège
Alex Flinn   
Un livre que j'ai aprecié. Etonnante version de la belle et la bête. Assez simple et interresant. On passe un agréable moment en le lisant.

par Judice
Arthur et les Minimoys, Tome 1 Arthur et les Minimoys, Tome 1
Luc Besson   
J'ai adoré cette histoire pleine d'humour qui est vraiment stupéfiante de réalité. On y croirait!

par Hogwarts
Stardust Stardust
Neil Gaiman   
Après avoir vu la somptueuse adaptation au cinéma, j'ai voulu lire le livre. L'univers reste le même tout en ayant sa propre particularité. On retrouve la même histoire, très originale, mais comptée de manière plus sobre, à mon avis, que le film. Cela n'enlève néanmoins pas le charme de l'histoire, qui reste envoutante!

par Evalla
Les Hotors: La Malédiction des jumeaux Les Hotors: La Malédiction des jumeaux
Solène Blin   
J'ai toujours eu envie de me lancer dans un roman un peu fantastique. Avec des événements éloignés de la réalité, même si j'avoue avoir eu un peu de mal à me lancer (j'aime bien quand les choses existent !).
Ce roman a été une belle découverte. Satisfaite d'avoir commencé par celui ci.
Ena est très attachante, on se met à sa place. Ce qui n'est pas évident vu [spoiler]qu'elle est une hotore[/spoiler]. Et son jumeau, Eben, je l'ai a-do-ré. Il est comme il l'est, avec ses qualités et ses défauts et il ne s'en excuse pas.
Quand au côté fantastique, (je ne suis pas la meilleure pour en juger) mais je l'ai trouvé réussi.

par Andy7
Les Belles, Tome 1 : Les Belles Les Belles, Tome 1 : Les Belles
Dhonielle Clayton   
Avec Les Belles, Dhonielle Clayton nous entraîne au cœur d'un univers noir et obsédant où rien ni personne n'est vraiment ce qu'il laisse paraître. À une époque où l'illusoire est plus alléchant et fascinant que la réalité, ce roman laisse entrapercevoir quelques réflexions plutôt intéressantes sur la beauté et les faux-semblants qui doivent prendre le pas sur le tangible. Si j'ai énormément apprécié cet aspect de l'intrigue, son rythme ultra entêtant et son atmosphère à la fois mystérieuse et interpellante, il m'a manqué un degré supérieur d'intensité pour totalement me prendre au jeu. En effet, même si Camélia est une héroïne forte et combative, je l'ai trouvé assez têtue et parfois trop aveugle pour m'attacher à elle au maximum. J'ai trouvé certains des protagonistes qui gravitent autour d'elle bien plus expressifs, crédibles et fouillés qu'elle et, partant de là, je me dis qu'il y a quelque chose qui cloche. Fort heureusement, les rebondissements qui peuplent cette histoire permettent de lui conférer une force certaine qui me laisse avide de connaître la suite des aventures des Belles.

Dès les premières pages, je me suis senti embarqué dans un univers ultra coloré, ultra excitant et ultra novateur. Les mots de l'auteure possèdent véritablement "le truc" qui nous permet de visualiser, autant que faire se peut, le monde qu'elle projetait en couchant ses pensées à l'écrit. Le monde d'Orléans est absolument fascinant, regorge de secrets et déborde d'un attrait qui émane pratiquement du livre. J'avais vraiment envie de m'enfoncer, aux côtés de Camélia, au cœur de ces rues, ces paysages et ces pièces magnifiques qui s'articulaient petit à petit derrière mes rétines. La plume de Dhonielle Clayton est hyper satisfaisante et parfaitement maîtrisée. Les descriptions ne manquent de rien et ne tombent pas dans le surplus inutile. On croit, sans aucune peine, à tout ce qu'elle nous expose et c'est un véritable ravissement.

Derrière ce lieu fait d'opulence et de luxe se cachent de terribles mystères qui, lorsqu'ils nous sont exposés, s'avèrent être d'énormes révélations. Tout au long de notre lecture, on sent bien qu'il y a un malaise qui s'amuse à nous étreindre de plus en plus sans jamais se dévoiler totalement. J'ai tellement aimé cet élément-clé du récit. Le climat est envoutant tout en étant, de façon sous-jacente, anxiogène au possible, presque inquiétant. Si Camélia met plus de temps que le lecteur à le comprendre, on saisit pourtant qu'il y a quelque chose de malsain qui est tapi et rôde derrière la beauté illusoire et omniprésente.

C'est d'ailleurs pour cela, comme dit précédemment, que j'ai eu du mal à me connecter à son personnage et à croire en certaines de ses émotions. Certes, Camélia est une badass, une héroïne au caractère bien tranché qui sait ce qu'elle veut et qyu est prête à tout pour les personnes auxquelles elle tient. C'est un aspect indéniable de sa personnalité qui m'a touché et qui, je l'espère, sera approfondi et encore amélioré dans la suite de la saga. Néanmoins, alors que certaines réponses sont presque littéralement sous ses yeux, elle s'enfonce, parfois, dans une spirale de questionnements inutiles ou superficiels qui m'a assez frustré. Sa sensibilité, qu'elle utilise majoritairement à bon escient, tend malheureusement vers l'aveuglement et elle se laisse alors dissiper trop facilement. Le cœur prenant le pas sur la raison, certaines de ses réactions m'ont déplu ou m'ont semblé de trop. Cependant, à l'approche des derniers chapitres, elle semble être plus réfléchie et mature et j'espère qu'elle conservera cette personnalité bien plus intéressante et supportable à l'avenir.

SUITE : https://motsdejo.wordpress.com/2018/04/09/les-belles-t-1-les-belles-dhonielle-clayton/

par Jordan
Le soleil est pour toi Le soleil est pour toi
Jandy Nelson   
Pour moi, ce livre, c'est juste une bombe. Et encore, ce n'est pas lui rendre toute sa superbe.

J'avais lu Le Ciel est partout, et j'ai retrouvé dans Le Soleil est pour toi ce qui m'avait enchanté dans le premier roman de Jandy Nelson, mais j'ai peut-être encore plus aimé celui-ci. La façon dont l'auteure manie les mots me subjugue, ses personnages me rendent dingue, et refermer le livre de temps à autre est à la fois une nécessité (pour ne pas mourir foudroyée par l'émotion) et un déchirement (impossible d'abandonner NoahetJude à leur sort)

Les personnages. Sans doute est-ce le gros point fort du livre. A moins que ce ne soit l'écriture, ou l'humour, ou l'histoire. Oui, mon avis n'est pas parfaitement tranché là-dessus.
Noah, tout d'abord. Incontestablement mon préféré. Parce que j'ai ressenti ses dessins plus que je ne les ais vus, que moi aussi je voudrais avoir le sang qui brille, et que je suis bien contente de ne pas être un cheval (comme ça, ça peut paraitre dénué de sens, mais lisez-le!). Je suis irrémédiablement folle de ce personnage. C'est bien dommage qu'il soit de l'autre bord, et imaginaire, en plus. Il est étrange à souhait, et même si j'ai eu envie de le fracasser contre les murs assez souvent (comme tous les personnages de ce livre, je crois), je l'aime de toutes mes forces.
Jude est merveilleuse aussi. Avec ses fantômes et sa bible étrange, ses superstitions par centaines et son hypocondrie de charmante cinglée. Elle aussi, j'ai parfois eu envie de lui mettre une gifle. Mais c'est tant mieux. Les personnages de ce livre sont tellement humaines, tellement rongés de colère et de jalousie qu'ils font des erreurs à la limite du pardonnable, qu'on a envie de les secouer dans tous les sens, et ça les rend encore plus beau.
Je ne parlerais même pas d'Oscar et encore moins de Brian, qui sont géniaux aussi, à leur manière décalée. Je ne m'étalerais pas non plus sur Benjamin, Granny, Guillermo et Dianna, parce que je n'en finirais jamais, mais j'ai aimé et détesté chaque personnages une paire de fois. Ils valent tous le détour. Mille fois le détour.

Il y a dans la façon d'écrire de Jandy Nelson tellement d'émotions que ça m'a coupé le souffle à plusieurs reprises. J'ai été NoahetJude. J'ai été en colère avec eux, j'ai été triste avec eux, j'ai compris chacun de leur faux pas, je les ai détestés et adorés, je me suis complétement perdue sous le soleil de la Californie, en oubliant un peu de revenir chez moi.
J'ai tellement de choses à dire. Pas assez de mots.

L'histoire est géniale, terriblement humaine. La fin est parfaite, sans doute un peu trop, mais j'étais tellement accrochée aux jumeaux que je n'arrive pas à en vouloir à ce dénouement un peu idyllique.
Il y a eu peu de livres pour me secouer autant que celui-là, je dois dire. Je doute de m'en remettre très vite. Pour vous dire, je me suis réveillée au milieu de la nuit, obsédée par ce qui allait se passer, et je me suis remise à lire pendant trois heures, quitte à abandonner pour ça l'idée d'être concentrée en cours le lendemain.
Je vais m'arrêter là, parce que de toute façon, je n'arriverai pas à rendre ce que j'ai ressenti. Ne passez pas à côté de ce livre, vraiment.

PS: La couverture, le résumé et le titre rendent un effet un peu (plus que ça) mièvre qui ne reflète pas le contenu, de mon point de vue du moins, ne vous arrêtez pas à ça.

par Rid-kaat
Irrésistible, Tome 1 : Irrésistible alchimie Irrésistible, Tome 1 : Irrésistible alchimie
Simone Elkeles   
Ce livre là est un des meilleurs que j'ai jamais lue. Toute personne qui aime les histoires d'amour se doit de le lire. En plus, un des sujets thème concerne les éthnies et apporte une bonne morale.

par stela15
La Trilogie du Magicien Noir, Tome 1 : La Guilde des Magiciens La Trilogie du Magicien Noir, Tome 1 : La Guilde des Magiciens
Trudi Canavan   
Un premier tome réjouissant. On découvre l'univers de la magie (réservé aux plus riches) en même temps que l'héroïne, Sonéa.
Des personnages attachants: Sonéa, mais aussi Rothen et Dannyl (2 magiciens) ainsi que Cery, voleur et ami de la jeune adolescente.
Le personnage d'Akkarin est assez peu présent mais déjà bien mystérieux.

De la fantasy accessible et bien menée.

par Eyllrië