Livres
461 697
Membres
418 291

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

"Il pleut des bombes et on lit des histoires, ai-je songé. Je suis chez les fous !"

Afficher en entier

"Et puis, ce vieux besoin d'explorer, n'était-il pas un peu puéril ? L'inconnu a quelque chose de fascinant, de profondément romantique, mais une fois qu'un endroit a été découvert, catalogué et cartographié, il perd son charme. Privé de son mystère, il n'est plus qu'un fait poussiéreux parmi d'autres, dans les pages d'un livre. Ne valait-il pas mieux laisser quelques emplacements vierges sur la carte, afin que le monde conserve un peu de sa magie, plutôt que de le forcer à divulguer tous ses secrets ?"

Afficher en entier

Sam a regardé le trou dans sa poitrine d'un air maussade. Il faisait presque vingt centimètres de diamètre et il était parfaitement rond, comme la poutre sur laquelle elle était empalée un instant plus tôt. Et pourtant, cela ne paraissait pas l'inquiéter le moins du monde.

[...]

Quelques secondes plus tard, une ambulance a déboulé dans l'allée sur les chapeaux de roue et foncé vers nous. Ses phares avaient étés occultés, et des raies de lumière semblables à des têtes d'épingles éclairaient la chaussée devant elle. Le chauffeur a freiné brusquement, coupé la sirène et sauté à terre.

- Il y a des blessés ? a-t-il demandé en courant vers nous.

Il portait un uniforme gris chiffonné et un casque en métal cabossé. Malgré son apparente énergie, son visage trahissait l'épuisement, comme s'il n'avait pas dormi depuis des jours.

L'ambulancier s'est figé en découvrant le trou dans la poitrine de Sam.

- Bon sang !

Sam s'est levée.

- Ce n'est rien, je vous assure ! a-t-elle affirmé. Je me porte à merveille.

En guise de démonstration, elle a passé plusieurs fois le poing dans le trou, avant de faire des gestes de pantin articulé.

L'homme s'est évanouit.

Afficher en entier

"J'ai pris Horace par la manche et je lui ai montré l'alignement de maisons.

- Choisis !

- Quoi ? Pourquoi moi ?

- Parce que je me fie d'avantage à ton instinct qu'au mien.

- Mais je n'ai jamais rêvé de ça, a-t-il protesté.

- Peut-être que si, mais tu ne t'en souviens pas. Allez, choisis !

Comprenant que je ne le laisserais pas se défiler, Horace a avalé sa salive et fermé les yeux ; puis il a fait demi-tour et indiqué une bâtisse derrière nous.

- Celle-là.

- Pourquoi ?

- Parce que tu m'as demandé de choisir, a-t-il répliqué, furieux.

J'ai décidé de m'en contenter."

Afficher en entier

- Tu vois, a fait Emma en souriant. On est ailleurs!

J'ai hoché la tête. C'était clair que nous étions entrés dans une boucle. On avait troqué une fraîche matinée de 1940 contre une radieuse après-midi d'une autre année, plus ancienne. Laquelle? C'était difficile à dire au beau milieu de la forêt, loin de toute civilisation.

L'un après l'autre, nos amis ont surgi autour de nous. Surpris par les changements d'atmosphère, ils n'ont pas tardé à comprendre ce qui s'était passé.

- Vous réalisez ce que ça signifie? s'est écrié Millard, ravi.

Il tournait sur lui même en éclaboussant alentour, surexcité.

- Ça veut dire que les Contes ont un sens caché!

Afficher en entier

Malgré tous les problèmes, et bien que ce monde étrange ait commencé à s'effriter au moment précis où je l'avais découvert, j'étais heureux d'être ici. Je menais cette vie extra-ordinaire à laquelle j'avais toujours aspiré. Et je découvrais avec stupéfaction que l'on pouvait vivre ses rêves et ses cauchemars simultanément.

- Qu'est-ce qu'il y a ? m'a demandé Emma. Pourquoi tu me regarde avec cet air-là ?

- Je voulais te remercier.

Elle a froncé le nez et louché, comme si j'avais dit quelque chose de drôle.

- Me remercier pour quoi ?

- Tu me donnes de la force. Tu me rends meilleur.

Elle a rougit.

- Je ne sais pas quoi répondre.

Emma âme lumineuse. J'ai besoin de ta flamme -de ton feu intérieur.

- Ne dis rien alors.

Je n'ai pas résisté à une soudaine envie de l'embrasser.

Afficher en entier

- Vous voulez dire que ces volailles pondent des œufs explosifs?

- Seulement quand elles sont énervées, a rectifié Addison.

La plupart sont innofensifs, et délicieux! Mais ce sont leurs œufs explosifs qui leur ont valu leur surnom de « poules Armageddon ».

- Restez où vous êtes! a crié Emma, voyant que les volailles s’approchaient de nous. Vous allez tous nous faire sauter!

Addison a éclaté de rire.

- Mais non. Vous ne risquez rien, je vous assure! Elles sont très gentilles, et elles ne pondent que dans leur poulailler.

Pour preuve, les poules sont venues glousser joyeusement à nos pieds.

- Là, vous voyez? a fait le chien. Elles vous trouvent sympathiques!

- On est chez les fous! a murmuré Horace.

Afficher en entier

Il s'est alors adressé à nous:

-C'étaient mes amies, vous savez.

-On l'est toujours ! s'est exclamée Olive.

-Pas vous. Mes abeilles ! Elles ne peuvent piquer qu'une seule fois. Ensuite, c'est l'extinction des feux, le grand saut! Et maintenant, il ne me reste plus que Molly, et elle est bien mal en point.

Il a tendu la main et ouvert lentement les doigts. Dans sa paume, nous avons découvert la pauvre Molly.

-Allez, ma grande, lui a chuchoté Hugh. Il est temps de rentrer à la maison.

Il a tiré la langue, installé l'abeille dessus et refermé la bouche.

Afficher en entier

ça me rend malade d'imaginer que tu pourrais balancer tout ça par la fenêtre - et pour quoi?

-Pour toi, idiote! Je t'aime !

Afficher en entier

- J'étais plus légère que l'air à la minute où je suis née, a déclaré fièrement Olive. Je suis sortie du ventre de ma mère, et j'ai flotté vers le plafond de l'hôpital. La seule chose qui m'a empêchée de m'envoler par la fenêtre, c'est le cordon ombilical. Il paraît que le docteur s'est évanoui de surprise.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode