Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de MissDana : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Vaste comme la nuit Vaste comme la nuit
Elena Piacentini   
Un thriller rural incandescent.

Si nous avons pléthore d’excellents auteurs de thrillers à travers le monde, il y en a aussi que nous gardons jalousement pour nous.

Parmi ces fabuleuses plumes françaises, celle d’Elena Piacentini se taille une place de choix.

Mathilde Sénéchal, flic à l’excellent flair (avec ou sans jeu de mot), est une jeune femme toute en contradictions. Pour dépasser le mal-être qui la ronge il lui faudra se rappeler ce qui l’a généré, et surtout l’accepter. Ce qu’elle n’imagine nullement possible.

Aussi quand son ancien chef lui force un peu la main pour l’amener à enquêter sur une ancienne affaire dans le petit bourg d’Arcourt, où se trouve justement sa maison de famille, Mathilde pense qu’elle arrivera à faire la part des choses.

Mais si Arcourt semble plaisant et paisible au touriste qui passe, celui qui s’attardera un peu comprendra vite qu’ici tout le monde se connaît, la majorité se déteste, et surtout personne ne parle vraiment.

Peut-être parce qu’il y a des démons qu’il vaut mieux ne pas nommer de peur de les voir ressortir du bois…

Si les Maugris, les Sénéchal et les Jobenne sont les trois principales familles de ce si joli coin de France, ce qui les lie entre eux n’apparaît pas dans le guide touristique.

Et pour cause.

Des secrets, du sang, une date, il n’en faut pas plus pour transformer le présent en passé, et le passé en présent.

Le lecteur et Mathilde devront aller au-delà de l’épais voile des apparences et replonger au cœur de souvenirs qui trouvent leur source dans les recoins les plus sombres de l’humanité.

Dans « Vaste Comme La Nuit », Elena Piacentini parvient à garder la juste note tout au long d’un thriller aussi mélodieux que diabolique.

Ses personnages sont profonds et attachants (avec une mention toute particulière pour la petite Adèle), la trame est souple, addictive, et le rythme, oscillant entre passé et présent, a un côté hypnotique particulièrement plaisant.

L’auteure nous offre ici un cold-case parfait, dans lequel illusions et superstitions s’entremêlent et ferrent le lecteur jusqu’à la fin.

Oui, vraiment, je vous conseille d’aller passer quelques jours à Arcourt, vous ne serez pas déçu !

À lire !
Journal d'un amour perdu Journal d'un amour perdu
Éric-Emmanuel Schmitt   
En ce mois d'octobre 2019, cela fait 12 ans que ma Maman est morte. Quand c'est arrivé, j'étais enceinte de ma fille. Pour la protéger in utero, j'ai donc bloqué mon chagrin. J'ai bloqué le processus du deuil en moi. Avec ce livre, je pensais pouvoir m'y replonger et le vivre en quelque sorte par procuration.

Or quelle ne fut pas ma surprise au fil des pages ! Je n'ai pas communié du tout avec le chagrin de l'auteur, j'ai communié avec l'amour qu'il portait à sa mère ! Au lieu de me mettre à la place du fils ayant perdu sa mère, je me suis mise à la place de la mère aimant son fils.

Je me suis tellement retrouvée en elle, et j'ai tellement retrouvé mon fils en lui... Ce lien si fort, cette complicité de tous les instants et puis cette transmission du théâtre ! La première pièce classique que mon fils a vu à 10 ans, c'était aussi Cyrano de Bergerac ! Maintenant, il fait ses classes au Conservatoire de Théâtre et au Cours Florent...

Au final, cette lecture ne m'a pas apporté une réflexion sur le deuil filiale mais une réflexion sur l'amour filiale. J'ai ainsi compris que ce que ma Maman m'avait transmis, ce n'était pas la fragilité du chagrin, mais la force de l'Amour.

Merci Eric-Emmanuel Schmitt pour cela.
Ne t'enfuis plus Ne t'enfuis plus
Harlan Coben   
J'ai apprécié ce nouveau Thriller d' Harlan Coben. Je ne suis jamais déçu par cet auteur généralement . Aucun temps mort dans ce combat d'un père pour retrouver et sauver sa fille dans l'enfer dans lequel elle a sombré. Sans hésiter dans ma liste Diamant et pour une note moyenne de 9. Vivement le prochain....
Cupidon a des ailes en carton Cupidon a des ailes en carton
Raphaëlle Giordano   
Je finis ce livre un peu partagée. En effet dès le départ, l'histoire d'amour entre Meredith et Antoine m'a plu et puis cette envie de se laisser du temps pour réfléchir à sa propre vie m'a semblé originale et censée.
J'ai aimé le côté romancé de l'histoire, mais les parties un peu trop philosophées ou trop poussées dans l'analyse psychologique (même si elles sont tout à fait intéressantes) m'ont parfois fait lâcher l'histoire.
Malgré tout j'ai tenu bon et j'ai été déçue par la fin, qui pour moi est un peu trop tirée par les cheveux. Donc un avis en demi-teinte qui je pense sera propre à chacun, en fonction de son vécu.
À même la peau À même la peau
Lisa Gardner   
Bon, clairement, je suis déçue.
Pas que ce livre soit particulièrement mauvais (pas plus qu'un autre, en tout cas), mais Lisa Gardner est capable de tellement mieux en matière de thriller psychologique...

Parce que là, on est sur du classique, trop classique.
Le thème ? Une famille de psychopathe. Le tueur en série, ça aurait pu faire une base intéressante, mais l'angle de vue n'est pas du tout original. Et pourtant, ses anciens livres nous ont prouvé plus d'une fois qu'en partant d'une base très simple, l'auteure était capable de tisser des histoires complexes, originales et passionnantes. Mais là... C'est un flop...

On a des points de vue très limités : on a l'enquêtrice d'un côté (je ne m'étendrais pas trop dessus, parce que le personnage de DD ne m'a jamais convaincue, mais généralement, le reste de l'intrigue sauvait les meubles, alors que là...), et une psychiatre insensible à la douleur et fille d'un tueur en série. Soit, c'est un personnage intéressant. Mais on perd dans la diversité des points de vue et des jeux sur l'identité et de focalisation dont on a pu avoir l'habitude avec cette auteur. Une narration en soit beaucoup plus simple que d'habitude, avec une intrigue également beaucoup plus simple.

Et des personnages, eux aussi, bien plus simplistes. Pourtant, il y avait de la matière. Le point de vue d'Adeline est vraiment intéressant. On a un personnage vraiment atypique qui lutte avec sa nature, son passé. Un personnage torturé, avec une relation complexe avec sa sœur. Et surtout un personnage qui nous permet de nous interroger sur l'importance de la douleur dans notre vie.

Malheureusement, le reste des personnages s'avère être une déception. Et le pire dans tout ça, ce n'est pas forcément qu'ils sont sans intérêt, mais juste qu'ils sont survolés. Shanna aura pu être un personnage totalement passionnant, psychopathe sans empathie, et pourtant, elle est bien plus complexe qu'on ne pourrait le croire. Vraiment quelques chapitres de son point de vue n'aurait pas été du luxe.
Quant au tueur à la rose, il est tellement en retrait, et on passe tellement à côté qu'il semble juste extrême et sans grande crédibilité. Aucune personnalité, si ce n'est celui du psychopathe type sans relief. Lui aussi aurait mérité un plus grand approfondissement.
Tout comme les autres personnages secondaires qui n'ont aucune consistance et ne sont là que pour faire avancer l'histoire. Et pourquoi ne pas avoir fait un petit focus sur le premier tueur de l'histoire, même s'il est mort depuis 40 ans ? On est vraiment trop limité dans la construction des personnages... C'est d'autant plus décevant venant de cette auteure qui, habituellement, offre un traitement convaincant de tous ses personnages.

Et pour finir, si l'histoire est bien trop simpliste pour me convaincre, elle manque cruellement de suspense. Alors, oui, on a le droit à quelques fausses pistes et pseudos twists, mais assez peu convaincants à mon goût : on a beaucoup de blabla, une affaire qui traîne trop à avancer et nous impose de grosses longueurs, pour des révélations finalement tellement prévisibles qu'elles en deviennent frustrantes.

par Jenna95
Pour un instant d'éternité Pour un instant d'éternité
Gilles Legardinier   
Vincent et son équipe sont passés maître dans l'art du passage secret.
Dans le Paris du début du XXème siècle, au temps où la science dépasse l'entendement,un contrat va mettre leur vie en péril.
Énigmes, pièges, mystères,dangers: autant de difficultés à surmonter pour mettre à jour un secret et protéger le patrimoine de l'Humanité.
Un roman qui met en avant ceux qui veulent partager le savoir, permettre à tous l'accès à la connaissance sans en tirer profit.
De belles découvertes sur Paris, son histoires et ses richesses enfouies.

par SherCam
Ma chérie Ma chérie
Laurence Peyrin   
L'avis d'Esméralda :

Gloria est née au fin fond de nulle part, entre mer et terre en 1933. Gloria Mercy Hope, de son vrai nom, est une enfant trépidante en quête d’aventure dans une Amérique où chacun se doit d’être à sa place. Les hommes au boulot, les femmes derrière les fourneaux, les noirs avec les noirs et les enfants à l’école. Gloria n’a rien d’une enfant studieuse. Garçon manqué, elle doit faire face aux moqueries et autres malices de gamins. Elle survie à cette période difficile de son enfance et un jour la bonne fée se penche sur son lit et transforme le vilain petit canard en une belle et jeune femme. Gloria est alors embarquée dans cette aventure, un rêve qui se concrétise. Femme fatale, pin-up pulpeuse, Gloria est admirée pour sa beauté, ainsi née Ma Chérie. Une femme enviée, conviée dans les hautes sphères, affichée dans de grands magazines, sublimée par les photographes. Sa vie est un véritable conte de fée. Elle quitte ses terres natales au bras d’un photographe dont elle sera sa muse et puis le coup de foudre tombe, tel un couperet, lors d’une soirée et elle repart aux bras de G.G., le plus grand agent immobilier de Miami devenant ainsi sa maîtresse choyée et cachée. Si elle connaît à présent le grand amour, elle apprivoise la solitude. Ma Chérie reste une merveilleuse icône qu’il faut absolument avoir sur sa liste de connaissances. Les années passent, la jeunesse s’étiole et pourtant l’amour reste, jusqu’au jour fatidique où son rêve, sa vie, ses ambitions cessent. Ma Chérie n’existe plus, la femme qu’elle est devenue est bannie. Valise en main et les larmes comme compagne, le bus la ramène vers ses parents. Alors que son monde s’est effondré elle tend la main à un homme, Marcus, un homme noir. Serait ce le début d’une autre destinée au cœur de cette Amérique discriminatrice ?

Je découvre pour la toute première fois la plume de Laurence Peyrin et son univers et j’ai l’ultime conviction que cette lecture m’a ouverte les portes d’un univers sacré où ces femmes, ses personnages, ont une histoire porteuse de sens et de valeur. Gloria, femme atypique, icône de la femme, va se découvrir auprès d’un homme qui n’était pas supposé la guider. De la femme objet et convoitée, elle se découvre en une femme curieuse, ouverte d’esprit, volontaire et déterminée. De chapitre en chapitre, je n’ai pu que constaté l’évolution de Gloria prise d’abord aux remords, au désarroi, au chagrin , à l’exclusion, elle prend vie aux côtés de sa famille, des amies d’enfance et de Marcus. La joie et l’optimisme redorent son quotidien.

Ce roman est un véritable et pur délice. L’atmosphère de l’époque inscrit l’histoire dans une période conflictuelle et post moderne. Les voix de Kennedy, de Martin Luther King, de Rosa Park, raisonnent de mille feux. Je suis extrêmement sensible aux faits et événements rendant la lecture bien plus appréciable. L’héroïne est une femme attachante et courageuse, n’hésitant pas à braver l’impensable et les interdits.

J’ai succombé à Ma Chérie : une épopée moderne, une héroïne qui transgresse les lois de son temps, un roman qui ne m’a pas du tout laissé indifférente, un message d’espoir.

A découvrir sans hésiter !
En secret En secret
Mary Higgins Clark   
Mary Higgins Clark est un auteur dont j’ai lu tous les livres, il y a de cela une quinzaine d’années. Comme à chaque fois qu’on lit excessivement un auteur, on finit par faire un « break ». Pour ma part, le break a duré plusieurs années et voilà que je renoue avec l’auteur grâce à ce tout dernier roman intitulé « En secret ».

L’auteur propose un roman dont l’action s’installe lentement. Elle construit son histoire entre présent et passé proche. L’analepse ici n’apporte pas grand-chose, le procédé n’est pas pertinent dans ce contexte.
Ce nouveau roman de 500 pages situe son action à New-York ; il met en scène une journaliste de 32 ans qui se prénomme Gina et qui travaille pour un grand magazine. Gina est toujours à la recherche du meilleur scoop pour écrire ses articles. Un jour elle reçoit le mail d’une personne lui disant qu’elle a connu une « terrible expérience » avec un haut responsable du REL News. Gina tient-elle son scoop ?

Nous voilà plongés dans le monde du journalisme et de la télévision et faisons la connaissance de beaucoup de personnages. On ne perd pas le fil malgré tout mais certains personnages ne sont pas indispensables, n’enrichissent ni ne relancent le récit et l’action. Ici, pas de rythme effréné dans un récit où tout repose sur les épaules de notre protagoniste féminin pour ce qui est de l’enquête. C’est une investigation qui tourne autour de rencontres accompagnées de nombreux questionnements mais une enquête qui avance lentement, qui traîne en longueur. Je pense que le roman aurait gagné en intérêt en se débarrassant d’une centaine de pages, mais ce n’est que mon opinion.
Le dénouement arrive enfin sans grand suspense et je referme ce livre avec le sentiment d’avoir lu un roman bien loin de ceux que j’avais découverts par le passé.

par SuperNova
Prisonnière Prisonnière
Danielle Steel   
Ce fut une lecture agréable même si j'ai trouvé les personnages un tant soit peu caricaturaux. Il ne restera pas dans ma mémoire au contraire de Bravoure de la même auteur qui m'avait profondément émue et que je vous recommande.

par lin105
Tout ce que tu vas vivre Tout ce que tu vas vivre
Lorraine Fouchet   
J'apprécie beaucoup cet auteur mais là je suis un peu restée sur ma faim. Je l'ai trouvé un peu moins "profond" mais il faut dire que le dernier livre lu de cet auteur était Entre ciel et Lou. Pour passer derrière ce thème de la maladie il fallait beaucoup plus que cette histoire familiale. L'auteur nous fait tout de même bien voyager de sa fameuse île de Groix en passant par Gibraltar et le Mexique. Quelques références à des personnages récurrents dans ses romans. Ca fait du bien d'avoir de leurs nouvelles.