Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par MissDupont

Extraits de livres par MissDupont

Commentaires de livres appréciés par MissDupont

Extraits de livres appréciés par MissDupont

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2016/11/mon-chum-a-moi.html


La lectrice en moi est emballée!

J'écoute très rarement - voir jamais - les séries de télévision. Me faire dicter le jour et l'heure que je devrais m'abrutir m'asseoir devant la tv… très peu pour moi! Par contre, il m'arrive de visionner - parfois - quelques "Web série" sur "les Internets" (ex. Papa et Mon ex à moi).

Quel plaisir de retrouver Amélie, Marilou et Mathieu tel qu'on les a connu dans la série. Parce que c'est clair que - tout comme moi - vous aurez tôt fait de voir, dans votre tête, les acteurs qui campent leurs rôles.

Peut-être - si vous avez, vous aussi, visionné la série - vous êtes vous déjà demandé ce qui c'était passé dans la vie d'Amélie avant François… non mais c'est qui Philippe ?!

Eh bien, avec ce livre vous saurez tout.

Cependant, je dois avouer qu'à un certain moment - et malgré tout mon emballement du départ -, j'ai commencé à trouver que ma lecture prenait des longueurs et perdait quelque peu son côté excitant.

Le livre compte pourtant à peine 238 pages.

Mais si quelqu'un me disait que ce n'est qu'une illusion d'optique et qu'en fait, il en contenait 700... je serais portée à le croire sur parole!
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 23-01
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/12/morlante.html


Je connaissais déjà Stéphane Dompierre pour avoir déjà lu quelques-unes de ces œuvres par le passé. Son humour bien particulier est l'une des particularités que j'aime énormément chez cet auteur. Je n'étais donc pas trop craintive de me lancer dans la lecture de Morlante même si les histoires de Pirates ne sont pas spécialement ma tasse de thé.

Violence, sexe (avec ou sans consentement), scènes sanglantes... l'auteur n'y va pas avec le dos de la cuillère! Mais bon, depuis quand les pirates sont-ils de doux et gentils garçons, hein ?! Et pourtant, nous ne sommes pas dans le cliché pur et dur qu'on nous rabâche constamment lorsqu'il est question de ces barbares (ce n'est pas parce que je ne lis pas des livres de piraterie que je ne visionne pas quelques films de temps à autre... choisis par l'Amoureux bien évidement).

Nous croiserons donc plusieurs personnages - rivaux il va s'en dire -, quelque peu loufoques à leur manière, mais tous très ressemblant en même puisque seul l'appât du gain les motivent. Deux d'entres eux m'ont particulièrement marqué... de drôles de moineau, disons-le, que ces Gibson et Marshall! Ils m'ont bien fait rire (ne manquez pas l'extrait que je vous ai laissé un peu plus bas).
D'ailleurs, impossible de ne pas reconnaître l'humour mordant de Stéphane Dompierre malgré la différence du genre littéraire qu'on lui connaît habituellement.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/12/lea-jai-la-memoire-chagrine.html


J'en déstabilise sans doute quelques-uns en ce moment, de par ce choix de lecture... mais Oui! J'ai effectivement décidé de me lancer dans cette saga historique de mon plein chef. S'il est vrai que je ne sois pas naturellement portée vers ce style littéraire, celui-ci m'avait été chaudement suggérée. Ma curiosité m'a donc amené à lire les premières pages qui, ma foi, m'ont beaucoup plu (bon ok, j'ai totalement accroché). Je me le suis donc réservée pour le découvrir dans son intégralité lors du temps des fêtes et personnellement, je ne pouvais pas choisir meilleur moment.

Tout, dans ce roman, est étroitement relié à Léa Bertrand. Raconté sous forme narrative, nous sommes littéralement projetés dans le passé... au début des années 1900. Les réalités du quotidien des Québécois de cette époque sont bien loin de ce que l'on connaît aujourd'hui, mais l'auteure nous met facilement dans le bain de sorte qu'on se sent sur place (alors qu'en réalité, on soit né près d'une décennie plus tard).

Il y a près de trois ans maintenant, j'ai subitement perdu mon père et ma grand-mère qui sont tous deux nés dans les années 30. Ce roman m'a, en quelque sorte, donné l'impression de les avoir à mes côtés au fil de ma lecture. Particulièrement, ma grand-mère puisque son "vécu" contient beaucoup de similitudes à celui de Léa.

Voilà donc un roman que je me suis plu à découvrir de par l'histoire riche de ce passé qui fait partie de nos racines. Une lecture qui se fait en douceur et qui nous poigne par moments alors qu'on nous lance certaines dualités en plein visage. Il est clair que les amateurs de saga historique raffoleront de ce premier roman de Micheline Tremblay.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2018/01/les-gens-heureux-lisent-et-boivent-du-cafe.html


Vous est-il déjà arrivé de tomber sur un livre qui semblait avoir été écrit pour vous ? C'est exactement ce qui s'est produit pour moi avec ce roman d'Agnès Martin-Lugand.

Petit fait cocasse, ce livre ce n'est pas moi qui l'est choisi... c'est une inconnu que je n'ai jamais vu, qui l'a choisi pour moi. Je vous explique!
Il y a un peu plus d'un an, je vous écrivais un billet au sujet de La Kube. Ce n'était pas nouveau pour moi, mais le concept - que j'affectionne énormément - étant encore très peu connu au Québec, je ne pouvais faire autrement que de vous en parler. C'est donc Margaux de la Librairie Passion Culture à Orléans (librairie qui a malheureusement fermé ces portes peu de temps avant mon billet) qui m'a soigneusement sélectionné une lecture qui répondrait à mes attentes du moment.
Mais pourquoi n'ai-je pas lu ce livre sur le champ ?
En raison de son sujet... Lorsque j'ai lu le synopsis que je vous ai présenté plus haut, ça m'a remué sur un moyen temps car je trouvais que ça me représentait un peu trop... pas tout à fait remise des multiples deuils que j'avais eu à faire face l'année précédente, je ne me sentais pas d'attaque à affronter cette espèce de réalité qu'était la mienne, à travers ces pages.

Alors voilà!
Mes suppositions de l'époque étaient fondées et ce livre est en tout point ce à quoi je m'attendais. Tellement bien écrit! Sensible, senti, poignant, mais si réconfortant à la fois. C'est un livre qui fait mal par moment, mais qui vient nous faire du bien à la fois!

Un roman que tu laisses traîner pas trop loin une fois terminée car tu sais que tu ne pourras faire autrement que de le relire éventuellement.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Spoiler(cliquez pour révéler)

http://bookivores.over-blog.com/2018/01/la-vie-revee-des-grille-pain.html


Si j'ai tout d'abord été attirée par la splendide couverture de ce roman, ce ne fut pas très long pour que je tombe sous le charme de son contenu.

Je n'avais pas porté beaucoup d'attention au synopsis, alors j'ai été agréablement surprise de découvrir qu'il ne s'agissait d'un seul récit mais bien un recueil de plusieurs petites histoires portant sur des personnages quelque peu loufoques.

Heather O'Neill me permettait de retrouver mon cœur d'enfant à qui l'on fait la lecture d'un conte au moment d'aller dormir... tout en respectant mon âme d'adulte qui aime qu'on lui raconte des récits éclatés qui sont bien loin des contes classiques de jadis.

Ce sont donc 20 courtes nouvelles qui vous attendent à travers ce chouette recueil. Si certaines sont plus courtes (5 pages) que d'autres sont longues (31 pages), elles comptent en moyenne une vingtaines de pages. Toutes plus étonnantes les unes des autres, elles sont aussi totalement différentes. Des animaux qui parlent, un danseur talentueux cloné, des poupées le cœur en miettes, des anges au charme fou, des robots au cœur tendre... l'imagination de l'auteure est sans limite!

C'est le genre de livre que l'on dépose sur notre table de chevet afin d'en découvrir un passage chaque soir avant d'aller dormir.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/12/basculer-dans-l-enfer.html


Au départ, voyant qu'il y avait plusieurs narrations et donc plusieurs personnages principaux à l'histoire, j'ai cru que j'aurais du mal à suivre. Je me suis donc muni d'un papier sur lequel je notais leur nom (Tariq, Émise, Jamil, Ariane, Fatima, etc) et deux informations à chacun me permettant de les différencier. Pourtant ce fut chose inutile car dès le prologue terminé, j'étais déjà ancrée dans l'histoire sordide qui débutait en plein cœur de Montréal : Attentat terroriste perpétré par deux jeunes d'ici.

7 personnages importants qui ont un rôle bien défini dans le récit, que l'on suit assidûment et qui deviennent en quelque sorte une partie de nous en même temps. Ils viennent nous habiter littéralement.

Je n'y connais pas grand chose du mouvement islamique et encore moins pour ce qui a trait aux agissements de ces groupes d'extrême gauche. Je sais par contre qu'ils sont prêts à tout lorsqu'ils décident de lancer une attaque. Mais on en sait rarement sur ces individus qui posent des bombes (où se font littéralement sauter) au risque qu'un enfant innocent soit atteint. Dans ce roman, j'ai enfin eu l'impression qu'on me permettait de lever le voile sur tout cela. De comprendre en quelque sorte... d'humaniser le tout.

Un gros coup de cœur! Un roman incroyablement addictif que je vous recommande fortement.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 05-01
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/12/la-maison-bleu-horizon.html


Quel fabuleux roman! Quel auteur talentueux!
J'ai découvert la plume de Jean-Marc Dhainaut à travers les pages de Au-delà d'un destin et ma réaction fut tout aussi favorable. Maintenant que j'en suis à deux coups de cœur pour ce même auteur, je peux vous garantir que je veux à présent tout lire ce qu'il aura à nous proposer dans les prochaines années.

Dans ce plus récent roman, nous nageons littéralement dans le paranormal (contrairement à Au-delà d'un destin qui était plutôt historique avec des notes de science-fiction). Bon ok, il y a une petite touche historique également puisque la maison hantée dans laquelle on passera une bonne partie de notre lecture nous amènera à l'époque de la Première Guerre mondiale. D'ailleurs j'adore la façon dont M. Dhainaut a de nous "enseigner" certains faits historiques à travers ces romans. Moi qui n'aie jamais été très portée sur cette matière au secondaire (j'étais complètement nulle, on va se le dire), je commence à y prendre goût avec lui. Alors ne vous gênez pas cher ami... instruisez-moi encore et encore dans vos prochains romans.

Mais revenons à nos moutons.
Tout comme l'enquêteur le mentionnera lorsqu'il arrivera sur les lieux, la maison - soi-disant hantée - a le look atypique de l'image que l'on en aurait. Cela pourrait engendrer des cas d'imagination fertile auprès de ceux qui vivent en ces murs, mais voilà que les présomptions sont on ne peut plus véritables. Certains passages sont même en vous en faire dresser les poils des bras (je le sais... je l'ai vécu!).

Intriguant
Mystérieux
Captivant
Ce n'est pas les qualificatifs qui manqueraient pour vous décrire ce roman. Et c'est sans compter la finale qui saura en surprendre plus d'un! Alors imaginez mon bonheur quand j'ai appris qu'il y aurait "une suite" à venir avec ce même enquêteur aux prises avec une toute nouvelle histoire de hantise...

Vraiment! Un roman à vous procurer de ce pas!
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 20-12-2017
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/12/la-trahison-des-corps.html


L'annonce que tous nous appréhendons de recevoir un jour est chose réelle pour Camille : elle a le cancer. Pire... ce dernier est généralisé et plutôt féroce. De ce fait, il ne lui en reste que trop peu. Elle a 42 ans.

Le sujet est lourd et pourtant... Camille est une femme tellement lumineuse que la lecture de son récit nous apaise. Au fil des pages on se laisse bercer entre ses souvenirs et son cheminement vers sa mort imminente. On apprend à la connaître et très vite elle vient s'accrocher à notre cœur. Nous disons souvent que ce sont les meilleurs qui partent en premier... eh bien Camille confirme ce dicton.

Tristesse

On la ressent, mais elle ne fait pas dans l’apitoiement. Elle est lucide de sa réalité, mais garde l'esprit ancré sur le positif. Elle nous donne envie de lui ressembler.

Émancipation

Tant d'années à s'oublier pour le bonheur des autres. Le destin mettra un joyau sur sa route lui faisant ainsi prendre conscience que sa réalité dormait au fond d'elle depuis trop longtemps. Pour une des rares fois de sa trop courte vie, elle choisira son propre bonheur et aussitôt on ressentira son épanouissement.



Bonheur

Parce que malgré cette fatalité que lui apporte la maladie, les autres sphères de sa vie sont enlignées et lui apporte joie et amour. Le bonheur de pouvoir enfin laisser libre court à qui elle est réellement, d'être aimée et d'aimer passionnément en retour.



Fatalité

On le sait dès le départ, elle n'y échappera pas. Mais elle aura au moins pu choisir quand et comment elle partira et ce, sans trop de souffrance.



Ce roman est d'une telle justesse que, du début à la fin, j'ai cru que l'auteure nous relatait la réalité d'une amie chère... et pourtant il n'en est rien. C'est poignant à un point que vous ne pouvez l'imaginer tant que vous ne l'aurez pas tenu entre vos mains.

La plume de Stéphanie est si douce, si belle que j'avais envie de vous mettre l'intégralité du roman en citation... je me suis résignée en vous en mettre un seul que je vous laisse découvrir un peu plus bas.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 20-12-2017
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/12/memoires-d-un-homme-inutile.html


Dès le premier paragraphe, le ton est donné. On embarque dans le périple fort intéressant qu'est la vie de Monsieur Dubreuil. Oh n'allez pas croire qu'il est un homme d'action et qu'il a mené une existence haute en couleurs... Non! Pourtant, on ne se lassera pas de "l'écouter" nous (bon ok... à la travailleuse sociale et non à nous personnellement) raconter ce qu'aura été son quotidien des six derniers mois de sa vie. Car voyez-vous, six mois c'est tout ce que la docteure lui donne suite à l'annonce de son cancer au cerveau... pour lequel il refusera les traitements de chimiothérapie.

Jacques est fonctionnaire de métier, récemment divorcé, et nullement en lice pour la médaille du père de l'année. On pourrait le qualifier comme étant un homme ordinaire, du genre pessimiste, quelque peu nonchalant et pourtant on le trouvera attachant... probablement en raison de sa repartie.

Vous me direz que cette lecture doit être particulièrement triste, car on le sait condamné d'avance et qu'une tumeur de ce genre ne peut faire autrement que de le faire atrocement souffrir dans les derniers milles. Oui, ça aurait pu être le cas, mais non! Disons plutôt que nous faisons face à une lecture profonde qui nous confronte à de durs sujets que la vie peut nous mettre dans les pattes à tout moment et qui nous amène à faire quelques réflexions.
Un récit à la fois lumineux, sensible et nécessaire.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 20-12-2017
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/11/ici-ailleurs.html

Plusieurs années se sont écoulées avant que Matthieu Simard nous offre un nouveau roman à nous mettre sous la dent. Ceux qui ont lu l'intégralité de son oeuvre l'attendaient avec impatience car lorsque vous découvrez la plume de cet auteur pour une la toute première fois, c'est pratiquement un coup de foudre assuré.

Dans Ici, ailleurs, Matthieu nous propose une toute nouvelle forme de narration à laquelle il nous a habitué. Plutôt que d'avoir un personnage masculin qui parle au "Je", nous voici plutôt valsant dans un roman à deux voix que forment le couple Simon et Marie. Un couple aux allures de gens ordinaires, mais chez qui sommeillent une profonde détresse. On apprend à les connaitre intimement à travers les non-dits, leurs actions, leurs mots, mais aussi - et surtout - à travers le regard de l'autre. Par contre, ce qui m'a le plus fasciné c'est cette façon que l'auteur a de jouer avec l'espace-temps. Particulièrement lorsque la parole est donnée à Simon. C'est comme s'il devenait un personnage du passé... qui parle du présent. C'est absurde dit comme ça, mais croyez-moi l'effet est déroutant, mais Ô comment intéressant.

Je ne vous élaborerai pas les détails du récit car je vous enlèverais alors un peu de ce plaisir que j'ai eu à les découvrir moi-même. Par contre, bien que le livre soit somme toute léger (moins de 150 pages), il regorge d'une profondeur désarmante et d'une humanité déconcertante, car tout se joue autour de drames passés et futurs.

Un super retour de la part de l'auteur via ce roman coup de poing
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 20-12-2017
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/11/la-mauvaise-herbe.html


Avez-vous déjà tenté de lire un roman qui est si près de votre réalité qu'il vous est ardu d'en être détaché? C'est ce que j'ai vécu avec La mauvaise herbe et outch! L'expérience fait mal.

Souvent, nous lisons pour nous évader, pour nous divertir. Et j'en aurais tellement eu besoin ces jours-ci, mais voilà que j'avais choisi de lire ce roman le matin même où une bombe éclatait dans ma vie à peine 12h plus tard. Un sujet que l'on pourrait dire d'actualité, que le hasard me lançait en pleine tronche.

Vivre sensiblement le même drame familial mais à travers le regard d'une gamine de douze ans, ça donne une perspective différente, mais surtout fort intéressante. On se met à se questionner sur ce qui se passe dans la tête de nos propres enfants.

Comment perçoivent-ils tout cela de leur côté?



Ayant une gamine de 12 ans m'a permis par contre de faire quelques comparaisons avec certains raisonnements ou gestes de Julie. Et je dois admettre que vu mon expérience de maman... j'avais parfois l'impression que Julie aurait dû avoir deux ans de moins dans le roman. Mais cela n'enlève rien à l'histoire, ni même à mon appréciation.



Pour parvenir à retrouver un peu de bonheur au sein de son foyer, la jeune fille se tournera vers diverses méthodes afin de faire disparaître la nouvelle flamme de son papa le plus loin possible de son univers. Que va-t-elle imaginer ? Vers quoi va-t-elle se tourner ?

Je suis une fille curieuse et pourtant, en tant que lectrice, je résiste toujours la plupart du temps à ne pas aller zieuter à la fin de mon roman pour connaître le dénouement final. Avec ce livre-ci... ce fut plus fort que moi. Petit coup d’œil vers les dernières pages, regard sur les 4 premières lignes du chapitre 16...
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 20-12-2017
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/12/lucas.html


J'ai entamé la lecture de la collection C Ma Vie avec Mathias - également écrit par Mathieu Fortin - et j'avais tout simplement été charmée par la façon qu'a l'auteur d'aborder les préoccupations des adolescents de notre époque sans faire dans la moralité pure et dure.

Dans le cas de Lucas, on parlera plutôt de la pression qu'exercent certains parents afin que leur enfant performe dans certaines sphères (sport, étude, musique, etc). Parfois, c'est leur désir de succès inassouvi de leur jeunesse qui les poussent à agir de la sorte et l'enfant est tellement "brainwashé" depuis son plus jeune âge qu'il confond le rêve du parent pour leur rêve à eux.

Lucas rêve de devenir un joueur de hockey professionnel et toutes les décisions qu'il prend sont pris en considération pour parvenir à atteindre son but... au point qu'il en oublie de vivre sa jeunesse. Arrivera un drame qui n'aura d'autres choix que de lui remettre les idées en place et lui fera prendre conscience, par la même occasion, que toutes ces années de privations n'étaient peut-être pas dues à son désir à lui de se rendre dans la ligue nationale.

Les personnages sont bien sentis... on y croit et on n'aurait aucun mal à les comparer avec quelqu'un de notre entourage qui agit de la même façon. Mon son bémol étant que tout était trop prévisible pour moi dès le début. Je sentais d'avance ce qui m'attendait et je perdais alors tout le sens du punch. Par contre, sachant que c'est de prime abord une lecture pour ado , je crois que les jeunes lecteurs pourront en profiter pleinement et comprendre la morale qui découle de cette histoire.

Sincèrement, cette collection chez Guy Saint-Jean Éditeur est vraiment une merveille à mettre entre les mains de nos ados.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 13-11-2017
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/11/le-chercheur-d-ame.html


Ça m'aura pris un peu plus de temps qu'à l'accoutumée pour passer à travers ce roman-ci, mais en même temps j'en suis heureuse car ça m'aura permis de faire durer le plaisir. Parce que Oui, je me suis délectée!

Steve Laflamme signait son tout premier roman ce printemps avec Le Chercheur d'âme... et quel roman!! Je crois (et ceux qui l'auront lu seront d'accord avec moi) qu'il vient de se tailler une belle place parmi les grosses pointures du polar.

C'est violent, mais écrit intelligemment.
Les personnages sont complexes, mais ô combien intrigants.
Le détective (ce n'est pas un alcoolique dépressif, yeah! Ça nous change!) cache beaucoup de squelettes dans son placard, mais mausus qu'on l'aime malgré tout. On le prend assez vite en affection et on accepte difficilement qu'il se fasse rabrouer par ses supérieurs.

Avec Le Chercheur d'âme on se prend au jeu et menons, nous aussi, l'enquête avec Xavier Martel afin de coincer le (ou les) coupable de ces crimes odieux. Des indices nous sont donnés lors de la découverte d'un nouveau corps et honte à vous si vous pensez pouvoir découvrir le monstre avant que l'auteur ait décidé qu'il était temps qu'on l'apprenne.
C'est si bien écrit, si bien rendu... que l'on pourrait facilement croire à une réalité plutôt qu'une fiction. Le travail de recherche qu'il y a derrière ce roman m'a soufflé. Rien n'est laissé en surface rendant le tout à la fois captivant et instructif.

Sérieusement, si vous êtes fan de polar et que les cadavres sauvagement charcutés ne vous font pas peur... il est impératif que vous DEVEZ vous procurer ce roman-ci!
Vous m'en donnerez des nouvelles.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 01-11-2017
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/09/lerreur-t1.html

La première page de son roman m'avait fortement titiller et j'étais fébrile de le découvrir dans son intégralité.
C'est maintenant chose fait et je dois vous dire que ce roman a su combler mes attentes du début à la fin.

Bien que ce livre se classe dans la catégorie des 12 ans et plus, la femme adulte que je suis n'a pas été en reste pour autant.

Dès le départ, on rentre dans le vif du sujet (et dans l'action, c'est le cas de le dire). L'auteure sait capter notre attention rapidement et nous garde aisément intéressés jusqu'à la toute dernière ligne (voir même plus, puisqu'on nous laisse sur le suspense de la suite à venir).

Bien que les personnages qui nous sont présentés, fassent parti de nos légendes depuis fort longtemps, Audrey se les approprie sans problème en y ajoutant son petit grain de sel, de sorte qu'on y va de surprise en surprise en les découvrant sous un nouvel oeil.

Que ce soit le clan des elfes ou bien celui des garous, on se surprend à les prendre en affection tous autant les uns que les autres. Une soif de vengeance boue dans leurs veines et pourtant on rêve secrètement que l'amour puisse naître entre Christopher et Oracle et ainsi enterrer la hache de guerre. (Une sorte de Roméo et Juliette version fantastique disons). Ahhh si seulement!

Bref, si vous aimez les romans fantastiques, je vous invite fortement à découvrir cette nouvelle plume québécoise.
Et vivement la suite!
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Oser t'aimer écrit par Emilia
date : 01-11-2017
[spoiler]http://bookivores.over-blog.com/2017/10/oser-t-aimer.html[spoiler]

Bien que les personnages nous partagent un lot assez important de problèmes, cette lecture a été un petit vent de fraîcheur à un moment où il ne pouvait pas mieux tomber.

À l'époque où nous vivons, l'homosexualité est mieux reçu qu'il ne l'était par le passé. Étant une fille totalement en harmonie avec l'union de personnes de même sexe, j'ai tendance à oublier que certains le perçoivent encore d'un très mauvais oeil. Et pourtant... l'amour entre deux êtres devraient prévaloir contre tout le reste non?

Alors ce roman qui traite de l'amour entre deux jeunes filles qui doivent en découdre plus souvent qu'autrement parce que cela déplaît à la société en général, nous fait réaliser que nous avons encore du chemin à faire.

Bien que par moment je trouvais que la rage de la "populace" était quelque peu extrémiste... je me dis que ce n'est pas parce que ceux que je connais non pas été victime de ce genre de violence gratuite et sadique, qu'il en va de même pour tous les autres également. On a juste à penser à ces débiles profonds qui se mettent à faire feu sur de purs inconnus un peu partout à travers le globe pour comprendre qu'il est possible qu'un abruti voit rouge simplement parce que deux hommes s'embrassent à quelques pas. L'espèce humaine a peur de ce qu'il ne connaît/comprend pas. (Honte à nous!)

Bref, j'ai adoré ma lecture!
J'aime bien, de temps à autres, que mes personnages ne soient pas que des hétéros car c'est ça la vie! Ça fait du bien, ça donne une toute autre perspective et ça change le mal de place. En est-il ainsi pour la plupart des lecteurs ou est-ce en raison de mon ouverture d'esprit? Je ne saurais dire...

Par contre, j'ai eu un peu de mal avec la fin qui sonne un peu trop "tout est bien, qui fini bien". Quelques passages plus "crunchies" qui étaient également un peu trop poussés, enlevaient une certaine crédibilité au récit. Mais malgré cela, Oser t'aimer est une lecture que j'ai réellement apprécié.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 01-11-2017
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/10/daniil-et-vanya.html


Daniil et Vanya c'est l'un de ces romans auquel tu penses toute la journée, qui te fait regarder l'heure un nombre incalculable de fois parce que tu as hâte d'en avoir fini avec tes obligations afin de t'y replonger. C'est ce genre de roman que tu ne peux t'empêcher d'en raconter chaque scène à ce collègue (un non lecteur) au fur et à mesure de ta lecture parce que tu ne comprends pas que Lui, ne lira jamais ce roman. Mais Daniil et Vanya c'est aussi ce roman que tu ne te lasses pas d'admirer la couverture tant elle est magnifique.

Et quel roman! Le récit nous absorbe complètement tant la façon d'agir de ses deux garçons dépasse l'entendement. On veut les percer à jour. Ils donnent la chair de poule. On va de constats en surprises du début à la fin. On se demandera à plusieurs reprises si ces deux jumeaux ont été mis en adoption en toute connaissance de cause et si certains éléments ont été cachés volontairement aux nouveaux parents.
Parce que ces garçons - bien qu'ils se soient retrouvés à l'orphelinat - arrivent dans leur nouvelle vie, choyés, désirés, aimés de leur nouveaux parents. Mais très tôt, les petits Russes démontrent des comportements inquiétants. Ils sont différents des autres oui... mais on sent immédiatement que c'est plus que cela.

Commencer la lecture de Daniil et Vanya est la garantie que vous tomberez dans une histoire que vous serez incapable de lâcher. Un excellent thriller psychologique débordant de tension qu'on en retient parfois notre souffle.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 01-11-2017
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/10/la-gardienne-t1.html


Il y a quelques mois, je retombais dans l'univers des Frissons via Soirée d'enfer et je me questionnais sur l'idéalisation de mes souvenirs pour cette collection de romans d'horreur des années 90. Étant donné que j'avais eu du plaisir à replonger dans cet univers lors de ma lecture de ce premier livre, j'étais donc fébrile de relire La gardienne puisqu'il figurait parmi mes préférés jadis. Ce que je redoutais... c'est produit!

Déception.

Eh bien oui, je suis déçue. Pire encore... je suis triste d'être déçue.
Il faut comprendre que j'avais beaucoup d'attentes... Croyant - à tort - que j'allais retrouver le même plaisir coupable qu'à mes 12 ans. Est-ce que ma proximité du contexte à l'époque avait joué sur mon appréciation? Peut-être! C'est sûr que lire l'histoire d'une gardienne qui reçoit des coups de fil anonymes et menaçants alors qu'elle se trouve dans une maison inquiétante pendant que le vent souffle fort et fait craquer la maison de toute part... ça doit produire un certain effet si tu es jeune, qu'il est tard, que tu te trouves dans une maison inconnue en pleine séance de gardiennage. Bref, l'adulte que je suis devenue n'a pas été impressionnée contrairement à l'époque.

Par contre, les jeunes d'aujourd'hui ont du plaisir à les découvrir. Ils les dévorent les uns après les autres et trépignent d'impatience de voir les prochains sortir. C'est tout ce qui compte après tout, non?
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/10/les-contes-interdits-hansel-et-gretel.html

Bienvenue au cœur d'une lecture sombre, perturbante et totalement sordide!

Il m'arrive parfois de me questionner sur mon seuil de tolérance aux scènes sadiques car j'ai l'impression qu'il m'en faut beaucoup pour me déranger. Étonnamment avec Yvan Godbout, j'y trouve toujours mon compte. Avec lui, il n'est pas rare que certains passages me fassent faire la grimace ou me donne un petit haut-le-cœur. Mais ça va... j'adore ça alors loin de moi l'idée de m'en plaindre!

Avec Hansel et Gretel on y goûte pas à peu près! L'enfer que nos jumeaux subiront à travers ces pages sauront vous perturber, vous choquer même... inceste, violence, sang... oeil crevé (ben là, on lit Godbout ou on le lit pas
Avez vous apprécié ce commentaire ? -3
date : 01-11-2017
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/10/william-ou-le-destin-de-will.html


Un personnage qui - dans sa jeunesse - s'imagine avoir un ami imaginaire, mais qui en vieillissant posséderait toujours ledit ami... c'est particulier. Mais nous, on se doutera rapidement que le garçon est plutôt aux prises avec un sérieux dédoublement de personnalité et ce Will n'est pas particulièrement dans la bande des gentils si l'on peut dire ça ainsi.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/10/les-contes-interdits-les-3-p-tits-cochons.html


Des contes classiques de ma jeunesse réécrit dans un contexte plus sordide. Moi qui aime les réécritures de contes, je ne me suis pas posée longtemps la question... Il était clair que je lirais Les contes interdits.

Mon dévolu est tombé sur Les 3 p'tits cochons comme première découverte de cette saga. Voyeurisme, pornographie, cannibalisme, nécrophilie... tous des thèmes qui dérangent et qui aussitôt ont capté mon intérêt. J'avais bien hâte de voir comment Christian allait exploiter la base des Trois petits cochons dans un contexte totalement humain et contemporain de surcroît.

Maintenant que ma lecture est terminée, je vous dirais que je m'attendais à plus de similitudes avec le conte original (comme avec Javotte de Simon Boulerice ou Trois princesses de Guillaume Corbeil). Oh il y a de nombreux petits clins d’œil comme le nom de famille du principal protagoniste (Wolf) ou dans les lieux (Rivière-du-loup) ou dans les paroles de certaines chansons et ainsi de suite. Il en va de même pour les cochons également. Mais qui est le grand méchant loup et qui sont les 3 petits cochons dans ce romans... ça c'est un peu plus ambigu jusqu'à ce que l'on arrive à la fin. Et leurs "maisons" quant à elles, elles sont représentés par quoi? Bref, on ne cerne pas autant l'inspiration tirée du conte initial comme il était possible de le faire avec Aliss de Patrick Sénécal.

Bien qu'il y ait beaucoup de scènes vulgaires, nous ne nageons ni dans l'horreur, ni dans le sordide. Bon ok... un peu quand même, mais rien d'extrême qui empêcherait un cœur sensible de poursuivre sa lecture. Ce roman se lit aisément sans trop nous choquer (quoique la scène de la castration à froid... ouff). Mais on apprécie néanmoins énormément notre lecture que l'on se surprend d'avoir terminée dans le temps de le dire.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/09/toute-la-beaute-du-monde-n-a-pas-disparu.html


Oh la la!
Il y a des sujets qui nous interpellent plus que d'autres, des personnages auxquels on s'identifie plus aisément pour diverses raisons. Bref, notre personnalité, notre réalité, de même que les épreuves que nous avons surmontées... tout cela réunit forme la personne unique que nous sommes. Et il arrive que certains livres semblent avoir été écrit pour nous. C'est l'impression que ce roman a eu sur moi.

Dans ce récit - où la quête de soi est la base même du roman - nous allons à la rencontre de la jeune Ingrid qui se retrouve dans un camps totalement à l'opposé de ce à quoi elle s'attendait et ce, pour une durée de 21 jours. Oubliez le petit chalet en bois rond, les petites activités animées et les chansons sur le bord du feu en grillant de la guimauve. Elle se verra plutôt confronter à la nature à l'état brute, à devoir se dépasser physiquement et moralement et hors de question de simplement penser à faire dans la coquetterie.

Mais qu'est-ce qui a bien pu arriver pour que sa mère l'expédie dans un espèce de camps de réforme avec des délinquants alors qu'elle a plutôt le profil d'élève modèle?
C'est ce que l'on apprendra au fil des pages alors que l'on cheminera avec elle (avec eux devrais-je dire puisqu'ils sont 9 dans ce périple) à travers ces journées toutes plus difficiles les unes des autres.

Tantôt elle s'adresse à sa mère, sous forme de lettre - que sa mère ne lira jamais - avec sarcasme, colère ou nostalgie (c'est selon son humeur) tentant de comprendre le pourquoi de cette punition. Alors qu'à d'autres moments, l'auteure nous ramène dans le passé, nous permettant ainsi de comprendre ce qui fait qu'elle est la personne qu'elle est devenue.

Bien qu'elle n'ait pas été une enfant maltraitée, Ingrid n'a pas une enfance rose bonbon. Elle a eu son lot de souffrance... mais une souffrance qui se vit de l'intérieur. J'en avais le cœur tout tordu par moment. Je souffrais avec elle et pour elle.

Je pourrais continuer à vous en parler longtemps, indéfiniment... et je peux également vous avouer que j'ai un réel coup de cœur pour ce livre. La finale m'a démoli (et c'est ainsi que je les aime). Quoi que par moment, je me suis demandée si... peut-être que... mais je n'ai jamais eu de certitude que la fin sonnerait véritablement de cette façon. Mais ouf, si vous me le demandez... Oui! Je vous le recommande sincèrement.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 03-10-2017
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/09/celle-que-vous-croyez.html


Si, de prime abord, à la lecture du quatrième de couverture tout nous pousse à croire qu'on aura affaire une une lecture légère et superficielle de la femme jalouse qui surveille son amoureux courailleux à travers les divers appareils électroniques que l'humain puisse posséder à notre époque... eh bien, non!

Bon ok, oui dans la mesure où elle s'ouvre une page Facebook sous une fausse identité, mais ça s'arrête là! Rien n'est banal dans ce livre. Surtout pas la construction de la narration. Bien qu'au début, je me disais que cette espèce de monologue où on ne peut lire seulement ce que Claire répond à son psychologue (psychiatre?! ...l'histoire ne nous le dit pas explicitement) et jamais ce que celui-ci lui dit/répond/demande, allait finir par m'assommer. C'est tout le contraire qui s'est produit. Cette femme est intrigante comme pas possible et elle nous amène à nous poser une panoplie de question.

L'affaire étant que la première chose qu'on y lit, c'est une déposition audio tirée des archives de la Gendarmerie Nationale. Donc, on sait qu'il en découlera quelque chose de sérieux. Claire est-elle folle au point d'être internée? Si oui, pourquoi?! Et ce qu'elle raconte... doit-on y croire?

Seulement voilà, le récit n'est pas entièrement construit sur le monologue de cette femme particulière. En deuxième temps, nous avons droit à l'idée que ce fait son psy sur toute cette histoire de faux profil et pseudo relation avec ce prétendu KissChris. Puis vers la fin, la narration revient vers Claire via la rédaction d'une lettre que celle-ci adresse à son éditeur (oui parce que je ne vous ai pas dit... elle n'a pas fait que se créer un faux compte, elle s'est imaginée sa propre version de l'histoire qu'elle a eu avec cet homme et en a fait un roman).

Bref, ce roman déplace de l'air et il est plus surprenant qu'il ose nous le faire croire. Une chose est sûre, on ne s'ennuie pas à travers ses pages et je crois même qu'on en comprend davantage lors d'une relecture.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 03-10-2017
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/09/maree-montante.html


Si ÇA c'est un premier roman, je n'ose même pas imaginer tout le potentiel que regorgeront les prochains livres de Charles Quimper.

Une écriture sensible, poétique et magnifiquement imagée. Un père affligé par la perte de sa fille, engloutie par les eaux le temps d'un clignement de cils. Une inattention, aussi brève fut-elle, qui aura eu raison d'une famille unie.

Un récit court, mais solide où chaque phrase a sa place et nous en dit beaucoup. On sent la perte, la douleur, le manque, la folie... tout comme on perçoit l'environnement qui l'entoure.

Un véritable bijou!
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 03-10-2017
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/09/lui.html


Même pas 10 pages de lues et l'écriture de Patrick Isabelle nous pogne aux tripes. Ce jeune délinquant sans identité a changé (qui ne le serait pas) mais conserve la même profondeur dans la narration.

Par contre un élément important vient changer la donne dans notre lecture. On n'a plus seulement affaire à lui comme dans les deux autres livres. Non, on évoluera également à travers le regard des autres qui ont tenu un rôle important dans ce qu'il est maintenant. Et sincèrement, je crois que pour la finale, il n'aurait pas pu en être autrement.

Encore une fois, je referme un roman de Patrick Isabelle et je suis chamboulée. Le ton est si juste que l'histoire de ce jeune homme - autrefois intimidé par des jeunes arrogants - me bouleverse. Je n'ai aucun mal à croire que cela puisse être une réalité chez certains.

Trois ans passés dans un centre jeunesse en raison d'un geste aussi aggravant... ça ne peut faire autrement que de te changer quelqu'un non ? Mais n'allons pas croire que cela va adoucir l'instinct destructeur que la soif de vengeance a fait naître.
Sortir... revenir à sa vie d'avant... mais comment penser que cela puisse se faire de façon aisée? Plus rien n'est comme avant. Lui porte une marque indélébile et les autres aussi, quelque part au fond d'eux, n'oublieront jamais.

Ça ne se finira pas dans le "tout est bien qui fini bien". Comment aurions-nous pu avoir le culot d'y croire ? Après tout, on ne cesse de le dire... la violence psychologique cause beaucoup plus de dommage que la violence physique.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/09/abigaelle-t-3.html


Enfin! Ce troisième et dernier tome que j'attendais impatiemment depuis un peu plus d'un an, fut enfin entre mes mains.

Si vous avez lu ma chronique de Abigaëlle et la séduction prénatale, peut-être vous souviendrez-vous que ce deuxième volet m'avait fait grandement réagir. Le fait est que lorsqu'on lit un roman de Stéphanie Bourgault-Dallaire, on passe par toute la gamme des émotions. Même que dans ce troisième tome, vers la fin, j'en vivais deux en simultanée (ce qui a d'ailleurs légèrement troublée ma grande fille, alors couchée, qui a ressenti le besoin de venir voir si j'allais bien).

Pour celle qui ont vécu le passage dans la maternité... vous serez d'accord pour dire qu'un premier enfant, ça te change une vie... et une femme! Notre belle Abby n'y échappera pas. Ce livre est rempli de moments savoureux et ce, dès les toutes premières pages. Stupéfaction, amusement, angoisse, chagrin... vous n'êtes pas au bout de vos peines.

Vous me connaissez, je n'aime pas trop vous en dévoiler car le summum d'une lecture, c'est la découverte. Et sincèrement, je VEUX que vous découvriez cette première trilogie de l'auteure. Elle a une plume remarquable et vous plonger dans la série Abigaëlle, ce n'est pas vous plonger dans une simple lecture... c'est avoir le sentiment de vous avoir fait une nouvelle amie.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 03-10-2017
Spoiler(cliquez pour révéler)
http://bookivores.over-blog.com/2017/09/gueusaille.html


On ne naît pas itinérant, on le devient. Certains le font par choix, d'autres le deviennent malgré eux.
Denise l'est devenu malgré elle. Coupure de poste, mises à pieds à grande échelle... les boulots se font rares et les liquidités disparaissent également. Bien qu'elle soit en mode survit, elle ne le criera pas sur tous les toits, après tout... elle a de l'orgueil. Mais c'est l'idée que l'on se fait dès le départ puisqu'elle mentionne parfois sa vie d'avant. Sa vie où elle était toujours à la course dans le centre-ville des affaires... au volant de sa voiture de l'année. On se demande alors "Mais que s'est-il passé pour qu'elle en soit maintenant au point de devoir ratisser les fonds de poubelles?"

On la découvrira peu à peu au fil de son quotidien, à travers les réalités de la pauvreté tout en ouvrant notre esprit sur ce qu'est vraiment le milieu de l'itinérance. Parce que dans le fond, qu'en sait-on réellement ? Notre vision est plutôt surfaite en raison de ce que le milieu cinématographique veut bien nous laisser croire.

Je n'avais pas d'attente particulière en commençant cette lecture. Par contre, je dois admettre que je serais passée à côté de quelque chose si je ne l'avais pas lu. Ce roman, publié initialement en 1999, aborde les thèmes de la pauvreté, du chômage, du deuil, de l'isolement mais aussi de la critique sociale. C'est aussi un récit qui vient éveiller notre côté empathique, notre côté humain et qui nous fait réaliser que du jour au lendemain... ça pourrait être nous!
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0