Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de missMidori : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Celle dont j'ai toujours rêvé Celle dont j'ai toujours rêvé
Meredith Russo   
Autant le dire tout de suite, je ne fais pas partie du lectorat visé.

Pour ce qui est de l'histoire d'amour, comme dans beaucoup de livres destinés aux adolescents, je l'ai trouvée complètement niaiseuse !
Pour ce qui est du sujet de la transexualité par contre, j'ai trouvé cela intéressant mais, je n'y connais rien. En effet, c'est un sujet peu abordé en règle générale.

Comment la transexualité est-elle vécue ? C'est là que l'ouvrage devient intéressant.
Après, l'auteur elle-même précise à la fin de l'ouvrage qu'elle a joué sur les clichés afin de le rendre plus accessible... C'est dommage

par dadotiste
Le chant des lendemains Le chant des lendemains
Valérie Gans   
Ce roman est tout simplement bouleversant.

La couverture est simple, douce et représente bien l'ambiance du livre même si une pointe de noirceur n'aurait pas été de trop: histoire de nous monter que ce livre ne parle pas d'un monde de Bisounours.

Avec une justesse extrême, Valérie Gans aborde bon nombre de sujets sociaux d'actualité et les adapte pour favoriser la compréhension des plus jeunes.
Au travers d'Elliot, d'Arnaud, de Franck, de Lorraine, de Mario (italien, certes, mais pas plombier), de Louise, Maries... grâce à toute cette petite famille l'auteure présent l'homosexualité, la fécondation in-vitro, l'adolescence, l'immigration, le racisme, la mort, le suicide... Le tout dans une ambiance plutôt calme malgré une certaine tension bien présente.

Je ne peux dire si j'ai apprécié tel personnage plus que tel personnage; en effet ils sont tous en constante évolution. Certains semblent insupportables au début et deviendront plus attendrissants à la fin, et, en revanche, certains sont adorable durant tout le roman sauf à certains moments où on a juste envie de les frapper.

Avec sa plume, l'auteure fait passer les soucis sociaux évoqués avec une facilité déconcertante. Les éléments sont généralement explicites, histoire de nous monter que les problèmes sont juste sous notre nez, et on ne tarde pas à les voir, les comprendre et hurler, tellement, notre rage est grande.

Ce livre évoque également un autre point important; la gestion de l'eau et des ressources en général. Dans un monde où les ressources primaires se font de plus en plus rares, se pose la question de la gérance de l'eau et comment subvenir aux besoins alimentaire, au travers de l'agriculture, en peine période de sécheresse, et donc de rationnement important. Grâce à ce "prétexte", l'auteure nous rappelle que nous nous plaignons de ces soucis lors de sécheresse mais que certains pays, tels que le Nigéria, sont trop arides pour pouvoir voir pousser des céréales.

Ce livre remet en cause nos priorités et notre conception de "l'urgence" dans nos pays évolués. Il nous ouvre les yeux sur le minimalisme de nos soucis quotidiens et sur la détresse de certains cas bien plus particuliers (tels que la discrimination des enfants surdoués et le racisme envers les migrants noirs).

Conclusion; un très bon roman qui est une constitue une révélation sur nos comportements sociaux et qui reste dans les mémoires.


par Edaura
Anna Karénine Anna Karénine
Léon Tolstoï   
Anna Karénine... C'est sans doute le meilleur roman que j'aie jamais lu. Il porte pourtant mal son titre, car, en mettant au premier plan l'histoire tragique d'Anna, il nous fait négliger l'histoire d'amour de Kitty et Levine, et plus généralement tous les autres couples. Pourtant, la beauté de l'oeuvre réside dans ces comparaisons, ces mises en parallèle. On peut ainsi à nouveau constater la triste condition des femmes à l'époque, l'effet délétère de la société et des "convenances", le poids des remords sur une existence, entre autres choses. Le génie de Tolstoï est de rendre les humains infiniment bons, parfois trop cependant. Mais ici, l'histoire de Kitty et de Levine est contrebalancée par celle d'Anna et de Vronski, ce qui donne un équilibre parfait au roman.
Je dois avouer: j'ai eu les larmes aux yeux trois fois en lisant Anna Karénine. Les deux premières fois, c'était de joie. Et la troisième fois, j'ai fondu en larmes, bouleversée, abattue, comme si l'événement qui avait lieu dans le roman s'était déroulé sous mes yeux.
J'ai pu cependant me remettre de mes émotions car ce livre, contrairement à ce que l'on croit souvent, et malgré un certain drame que je ne dévoilerai pas, finit bien, et c'est sans doute ce qui rend le roman encore meilleur.
Wild Fell Wild Fell
Michael Rowe   
Je ne suis pas totalement convaincue par ce livre. Le prologue ainsi que la première partie d'introduction sont beaucoup trop longs, bien qu'intéressants, ce qui fait que la fin est beaucoup trop rapide et baclée. Beaucoup de questions restent en suspens. Par contre, le contrat est tenu, je n'ai pas été rassurée de l'achever pendant la nuit ! Un livre qui aurait mérité d'être en 2 tomes pour pouvoir mieux expliquer les événements.

par merediana
10 jours dans un asile 10 jours dans un asile
Nellie Bly   
Nellie Bly se fait interner avec une facilité déconcertante pour son reportage. Outre son oeil sur les conditions d'internement ou de "soins" dans un asile, il ressort de cette expérience et des deux articles brefs qui suivent une image des conditions de la femme en 1887 : petite chose soumise à interner pour s'en débarrasser ou à exploiter.

par EmmaB
En chute libre, Tome 1 : Le ciel à notre portée En chute libre, Tome 1 : Le ciel à notre portée
Nyrae Dawn    Christina Lee   
Ce livre ne m’a pas convaincue plus que ça. J’en attendais autre chose. L’histoire est intéressante et traite de sujets douloureux/difficiles (maladie mentale, deuil) mais je trouve qu’il y a quelques incohérences, des choses qui aurait pu être plus/mieux développés. Je n’ai pas trouvé les personnages très charismatiques. Dans le style, j’ai largement préféré ‘’Brisé’’ de Nicola Haken, qui a été un coup de cœur.

par Floreen
Dans la peau d'un noir Dans la peau d'un noir
John Howard Griffin   
Très bon livre que je conseille à tous. Ce livre traite sur le racisme. Comment un homme blanc arrive à entrer dans la peau d'un noir et de se promener dans plusieurs états du sud pour constater le degré de racisme. Très belle leçon de vie.
Je voulais juste vivre Je voulais juste vivre
Yeonmi Park   
Immersion dans le dernier pays au régime stalinien du 21 siècle où le régime et son peuple vivent comme à l'époque de la guerre froide.
Un témoignage bouleversant et révoltant. Yeonmi Park a fui la Corée du Nord où elle vivait dans la misère, et a enduré avec sa mère les pires horreurs avant de gagner la Corée du Sud. Vendue et violée par les passeurs le chemin a été très rude vers la liberté. A lire de toute urgence!

Je trouve qu'il ressemble par certain côté au livre Corée du Nord : 9 ans pour fuir l'enfer!

Il n'y a pas beaucoup de gens qui s'intéresse à des sujets comme ça et certain ne savent même pas où ça se situe! La culture se perd de nos jours!

Vivre en Corée du Nord c'est l'Enfer!

par NAAMASTE
Étonnez-moi Étonnez-moi
Maggie Shipstead   

​Après le succès de Plan de table, Maggie Shipstead nous revient pour une plongée dans le monde magnifique et terrible de la danse. Entre rigueur et légèreté, rêves de grandeur et désillusions, une oeuvre troublante, maîtrisée et magnétique comme un ballet.

La grâce. C'est ce que voit Joan lorsqu'elle regarde danser Arslan Rusakov. La grâce qui la sépare, elle, petite ballerine à l'Opéra Garnier, de cette superstar du ballet soviétique. Pour s'en approcher, une fois, une seule, Joan se glisse un soir dans sa loge pour une étreinte furtive, passionnée, comme une supplique : « Étonnez-moi. »

Vingt ans plus tard, Joan vit dans une petite ville de banlieue en Californie, où elle se consacre désormais à son mari et à son fils, Harry. Son passé de danseuse, elle a choisi de l'oublier : toutes ces années de passion, d'efforts, de compétition permanente, et surtout ce moment où elle a compris qu'elle ne rejoindrait jamais Arslan au firmament.

Mais comment oublier quand elle regarde Harry danser ? L'enfant montre de prodigieuses aptitudes. Pour lui, Joan va renouer avec l'univers du ballet, ce monde aussi cruel que merveilleux, qui a brisé son coeur, son corps et tous ses rêves. Un monde où évolue encore Arslan Rusakov...

par x-Key
Chanson douce Chanson douce
Leïla Slimani   
Il n'est pas nécessaire d'aller plus loin que les toutes premières lignes de Chanson douce pour comprendre que Leïla Slimani vient de glisser entre nos mains un roman qui sera sans concession. L'histoire s'ouvre en effet sur la mort brutale de deux jeunes enfants, assassinés par leur nourrice, laquelle étant dans le coma après avoir tenté, ensuite, de se suicider. On se retrouve donc dès les premières pages face à un fait tragique, mais également face à l'incompréhension vis-à-vis de cet événement : la coupable ne pouvant expliquer son geste. Il ne reste donc plus qu'à remonter plusieurs mois en arrière pour comprendre comment un telle chose à bien pu arriver.

Passé le premier chapitre servant d'introduction à l'histoire, le roman se découpe en plusieurs chapitres suivant tour à tour les personnages gravitant (de près ou de loin) autour du tragique événement à venir. De Myriam, la mère, à Paul, le père, en passant évidemment par Louise la nourrice elle-même ou par des témoins plus éloignés comme une voisine, l'histoire reconstitue peu à peu le cheminement des personnages ayant amenés à la tragédie finale.

On suit avec un certain malaise la façon dont Louise devient de plus en plus présente et indispensable au couple de parents, la façon dont elle s’immisce dans leur petit microcosme familiale. En parallèle, on se sent aussi gêné par la réaction des parents, souvent à double tranchant, qui adorent Louise autant qu'elle les dérange et qui ne savent jamais vraiment trop comment s'y prendre avec celle-ci. La plume de Leïla Slimani nous entraîne très facilement dans cette spirale un peu malsaine qui finit par devenir totalement perturbante, surtout pour le lecteur qui sait quelle issue est à prévoir et qui ne peut que constater l'aveuglement des parents et la montée de la folie chez Louise.

S'il est vrai que le roman m'a d'abord attiré pour son histoire (à cause de cette curiosité un peu malsaine qui donne envie d'aller mettre son nez au cœur d'un fait divers aussi horrible), j'ai poursuivi ma lecture (et ai adoré la poursuivre) pour l'écriture de l'auteur qui se positionne de façon toujours très juste. Bien sûr, il est difficile de douter de la culpabilité de Louise, pourtant, elle n'est jamais vraiment présentée comme un monstre, on se prend même souvent de pitié à son égard (à défaut d'empathie). Le rythme de l'histoire est également très agréable à suivre grâce à l'écriture concise de l'auteur qui sait clairement où mener ses lecteurs.

De cette histoire sous forme de thriller qui se présente plus comme une tragédie que comme le procès d'un drame, je retiendrais surtout cette impression à double tranchant, celle d'être percutée tout en essayant, en parallèle de comprendre comment la société peut créer des situations si dramatiques. La mélodie de cette chanson douce aux consonances venimeuses me restera en tout cas longtemps dans la tête.

http://desmotsenvrac.blogspot.fr/2016/09/livre-chanson-douce-de-leila-slimani.html

par x-Key