Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Mister-Lone : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Ouvrez quelques cadavres Ouvrez quelques cadavres
Philippe Charlier   
Une réflexion éthique sur l'autopsie en l'absence de normalisation propre à cette pratique. Si elle est capitale pour la compréhension du vivant, l'auteur réfléchit à un équilibre entre la science et les sciences humaines dans l'approche médicale du corps mort afin de placer le respect dû au cadavre, et à la famille, au centre des préoccupations du médecin légiste.

par x-Key
Les limites de la connaissance Les limites de la connaissance
Hervé Zwirn   
La science nous permettra-t-elle un jour de tout savoir ? Ne rêve-t-elle pas d'une formule qui explique tout ? N'y aurait-il donc rien qui entrave sa marche triomphale ? Le monde deviendra-t-il transparent à l'intelligence humaine ? Tout mystère pourra-t-il être à jamais dissipé ? Hervé Zwirn pense qu'il n'en est rien. La science, en même temps qu'elle progresse à pas de géants, marque elle-même ses limites. C'est ce que montre la découverte des propositions indécidables qui ont suivi le théorème de Gödel. Ou celle des propriétés surprenantes du chaos déterministe. Ou encore les paradoxes de la théorie quantique qui ont opposé Einstein et Bohr et mettent en cause toute notre manière de penser. L'analyse de ces limites que la science découvre à sa propre connaissance conduit l'auteur à poser cette question, la plus profonde : qu'est-ce que le réel ?


Hervé Zwirn, polytechnicien, docteur en physique théorique, est chercheur associé à l'Institut d'histoire et de philosophie des sciences et des techniques de Paris-I.
Les origines de la vie de l'atome à la cellule Les origines de la vie de l'atome à la cellule
Joël De Rosnay   
Une des grandes questions scientifiques de notre époque, à laquelle l'exploration récente de la planète Mars a donné une nouvelle actualité, est celle de l'apparition de la vie à partir de la matière inerte. L'auteur du Macroscope nous présente ici un remarquable exposé des connaissances acquises à ce sujet, indispensables à toute réflexion sur la place de l'homme dans la nature.

par Blew
Le beau livre de la Chimie - De la poudre à canon aux nanotubes de carbone Le beau livre de la Chimie - De la poudre à canon aux nanotubes de carbone
Derek B. Lowe   
Des cristaux géants de la Cueva de los cristales au Mexique, il y a 500 000 ans, aux biotechnologies spatiales à l’horizon 2030, ce beau livre retrace en 250 grandes étapes l’histoire de la chimie et de ses découvreurs. Chaque étape est expliquée et illustrée par une magnifique image. Les plus grands savants sont présents : retrouvez Paracelse, Lavoisier, Mendeleiev ou encore Pauling ! Vous pouvez plonger dans ce livre et le lire d’une seule traite, ou bien le déguster au gré de vos envies, pour découvrir les mystères de la matière.
Un monde sans travail ? Un monde sans travail ?
Tiffany Blandin   
J'ai lu ce livre après que mon prof de philosophie en ait parlé en classe, et pour un fois, je ne regrette pas de l'avoir écouté, on y découvre des reportages sur la vie de notre futur. Et il ne s'agit pas d'un texte dystopique, mais d'une réalité plus ou moins proche. Ce livre fait réfléchir sur les avancées technologiques et permet d'affirmer qu'il faut que nos politiques et nous même, envisagions de futur avec le plus grand sérieux.

par nuage36
L'effondrement des sociétés complexes L'effondrement des sociétés complexes
Joseph A. Tainter   
La désintégration politique est, à travers l'Histoire, une caractéristique constante des sociétés humaines. Avec l’effondrement des sociétés complexes, le Pr Joseph Tainter ouvre donc un nouveau champ d’étude, qui traverse l’archéologie, les sciences sociales et l’économie.

Lorsque le moteur de l'économie mondiale tousse et hésite, comme il le fit en 2008 avec une gigantesque crise bancaire et monétaire, les experts se demandent si, cette fois-ci, la fin de tout est réellement proche. Mais, au juste, quand et pourquoi les États, les empires et les civilisations s'effondrent-ils ? Et, inversement, quand et pourquoi survivent-ils, et continuent-ils de prospérer en bravant des périls insensés? Existe-t-il dans leur histoire un modèle expliquant de façon systématique leur effondrement ? Peut-on en déduire une voie meilleure pour le monde d’aujourd’hui ?

Toute explication de l’effondrement politique porte en elle des enseignements, non seulement pour l’étude des sociétés de l’Antiquité, mais aussi pour l’évolution des sociétés complexes contemporaines. L'auteur passe en revue une vingtaine de cas d'effondrement, et examine les diverses explications données depuis plus de deux mille ans. En se concentrant sur trois cas d'effondrement très bien documentés, les Romains, les Mayas et les Chacoans, il développe une nouvelle théorie, dont la portée est considérable.

Les idées de l'auteur soulèvent ainsi des questions nouvelles et cruciales sur l'avenir des sociétés industrielles. Et bien au-delà des spécialistes des domaines étudiés, cet ouvrage intéressera tous ceux qui s'interrogent sur l'avenir de notre civilisation.


par kerila
Les origines de la culture Les origines de la culture
Roland Schaer   
L'histoire de la culture est ponctuée de " mutations cognitives " qui, à l'instar des mutations génétiques, donnent naissance à des innovations appelées à se diffuser dans le temps et dans l'espace. Déjà présent chez les animaux, le phénomène s'accélère et se multiplie avec le genre Homo. Des premiers outils à l'invention de l'écriture en passant par la domestication du feu, l'apparition du langage symbolique, les premières expressions artistiques, l'invention de l'agriculture et de l'élevage, les communautés humaines ont innové, puis assuré la transmission des savoirs et des savoir-faire qui ont permis les succès de l'espèce. La racine du phénomène se trouve dans la faculté d'apprendre des autres : nous sommes dotés d'une mémoire socialisée grâce à laquelle nous appartenons à des collectifs composés de morts et de vivants, au sein desquels se propage la culture. Cet essai est une introduction à la série " Les origines de la culture ", parue dans la collection " Le collège de la cité ".
panoptique panoptique
Jeremy Bentham   
Si l'on trouvait un moyen de se rendre maître de tout ce qui peut arriver à un certain nombre d'hommes, de disposer tout ce qui les environne, de manière à opérer sur eux l'impression que l'on veut produire, de s'assurer de leurs actions, de leurs liaisons, de toutes les circonstances de leur vie, en sorte que rien ne pût échapper ni contrarier l'effet désiré, on ne peut pas douter qu'un moyen de cette espèce ne fût un instrument très énergique et très utile que les gouvernements pourraient appliquer à différents objets de la plus haute importance.
L'éducation par exemple, n'est que le résultat de toutes les circonstances auxquelles un enfant est exposé. Veiller à l'éducation d'un homme, c'est veiller à toutes ses actions : c'est le placer dans une position où on puisse influer sur lui comme on le veut, par le choix des objets dont on l'entoure et des idées qu'on lui fait naître.

par tekyla
Tueurs de masse, le malaise dans la cité Tueurs de masse, le malaise dans la cité
Erwan Pearson    Erwan Dieu   
La problématique du Mass killer, ou "tueur de masse" en français, existe depuis toujours. Dans la Rome antique, par exemple, les tueurs de masse étaient salués pour leur devotio, légendaires guerriers qui se jetaient à la mort pour détruire les armées ennemies. Aujourd'hui, ces gestes sont toujours entretenus (et appréciés) dans les films, dans les jeux vidéos et dans le monde virtuel en général. Mais, quand les gestes intègrent la réalité, ils épouvantent et provoquent des hystéries collectives et des paniques morales, ce qui fut récemment le cas à Oslo, ville du prix Nobel de la paix. Très différemment des crimes de guerre ou des crimes institutionnalisés contre l'humanité, les tueries de masse sont l'oeuvre d'individus isolés (ou en duo) dont les revendications sont délirantes et personnelles. Des phénomènes de contagion médiatique peuvent conduire d'autres à les imiter, et ainsi de suite. A différencier également du tueur en série et du tueur compulsif, le tueur de masse s'attaque à plusieurs personnes en même temps, causant une multiplicité de victimes en un temps très bref. Les forces de l'ordre ont une période trop courte pour (ré)agir, face à un agresseur qui, la plupart du temps, ne compte pas survivre à ses actes. Pour comprendre les tueries de masse, il faut questionner l'individu, sa psychologie, mais aussi le contexte social, l'histoire même de la société. Il faut questionner certains phénomènes récurrents dans le débat, tels que l'influence de la détention d'armes à feu et le rôle du monde virtuel. La première partie de l'ouvrage permettra ces réflexions ouvertes au grand public, tandis que la deuxième et la troisième partie recenseront des faits divers sélectionnés selon des problèmes communs, toujours sous un ordre chronologique. Ces parties mettront en perspective les réflexions abordées dans la première partie, en dévoilant la multiplicité des tueries de masse (milieu urbain et scolaire, arme blanche et arme à feu) en tant que phénomène mondial.
Prédire n'est pas expliquer : entretiens avec Emile Noël Prédire n'est pas expliquer : entretiens avec Emile Noël
René Thom   
René Thom, médaille Fields (équivalent du Prix Nobel pour les mathématiciens) en 1958, célèbre pour sa " théorie des catastrophes ", est l'un des esprits es plus féconds de notre époque. Ce livre, série d'entretiens avec Emile Noël, met en évidence la passion de toute une vie : expliquer, faire reculer les frontières de l'intelligible. Comment devient-on mathématicien ? Outre la formation et la carrière de René Thom, l'ouvrage expose la genèse et la destinée de la théorie des catastrophes, les polémiques qu'elle a suscitées et les positions philosophiques et épistémologiques de son auteur. En montrant qu'à côté de la science quantitative et prédictive, il existe une approche qualitative dont la valeur explicative est peut-être plus fine et plus décisive pour la connaissance, René Thom engage un débat passionnant et propose une démarche scientifique extrêmement originale.