Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de mistic77 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
P. S. : Tu me manques P. S. : Tu me manques
Brigid Kemmerer   
https://aliceneverland.com/2018/04/06/ps-tu-me-manques-brigid-kemmerer/

J’ai immédiatement flashé sur ce livre à cause de sa couverture, douce, tendre et pastel. Un intérêt renforcé par la découverte de la quatrième de couverture. Étant une adepte des romances lycéennes, j’étais donc curieuse de découvrir celle-ci.

Mais je ne m’attendais pas à l’adorer autant. C’est un véritable coup de cœur que j’ai eu pour ce livre, tant pour son histoire que pour ses personnages, ou encore la tendresse avec laquelle l’auteur développe tout cela. J’ai pleuré, beaucoup. J’ai ressenti tellement d’émotions différentes, mais toujours aussi magnifiques, que ce fut un véritable ascenseur émotionnel. A un tel point que je n’étais pas prête à quitter Juliet et Declan malgré la fin du roman.

Sur le papier, Ps : tu me manques ressemble pourtant à de nombreuses autres romances adolescentes. Mais, dès le départ, il y a eu cette petite étincelle qui a fait que je n’ai pas pu me détacher de ce roman. Loin de reprendre les traditionnels clichés du genre, Brigid Kemmerer les développe avec force et profondeur. C’est beau, magnifiquement sublime mais tragiquement poignant également, tandis que l’auteur déroule tranquillement son histoire sans faire de vague.

La magie de ce roman opère grâce à ses personnages, principaux comme secondaires, qui ont tous une personnalité singulière mais aussi une profondeur authentique. L’auteur n’en fait pas trop, elle a su trouver le juste milieu pour nous permettre de nous attacher à tout ce petit monde. Et le charme opère dès les premières pages.

Juliet souffre depuis la mort de sa mère, survenue tragiquement quelques mois plus tôt. Le temps passe, mais elle n’arrive pas à s’en remettre. Douleur, culpabilité, tristesse… Elle ne sait pas comment continuer à avancer quand elle a l’impression qu’une partie d’elle-même lui a été arrachée. Pourtant, elle va trouver un étrange réconfort grâce à un échange de lettres anonymes.

Declan, quant à lui, a tout du cliché du bad boy de base. Mais, au fur et à mesure que l’histoire avance, on découvre de multiples facettes qui tranchent radicalement avec l’image qu’il donne. Sa douleur m’a ébranlée, et j’ai ressenti une immense empathie envers lui. A un tel point que j’avais l’impression de ressentir ses émotions. C’était fort, étouffant et intense ; j’ai littéralement vécu son histoire à travers lui, et cela faisait longtemps qu’un personnage masculin ne m’avait pas autant touchée.

La relation entre Juliet et Declan est aussi atypique qu’improbable mais, pourtant, c’est ce qui fait tout le charme de ce roman. Au-delà de leurs préjugés vis-à-vis l’un de l’autre, ils vont revivre ensemble leurs histoires, partager leur douleur et apprendre tout doucement à voir l’avenir d’une nouvelle façon. Le tout sans précipitation, et le travail de Brigid Kemmerer est remarquable sur ce point : Juliet et Declan vont se reconstruire de la plus belle des façons tout en tenant compte de leur blessure et de leur tragédie respective, ils ne vont pas chercher à changer mais plutôt à en faire un nouveau point de départ. Ce qui nous offre cette merveilleuse histoire, aussi douce que fragile…

par Kesciana
Season Song, Tome 1 : Summertime Season Song, Tome 1 : Summertime
Jacinthe Nitouche    Fleur Hana   
Un premier tome qui parvient à nous faire traverser toutes les émotions qui puissent exister dans une vie !
Avis complet : http://elo-dit.over-blog.fr/2016/02/season-song-tome-1-summertime-jacinthe-nitouche-et-fleur-hana.html

par Elo-Dit
Social Creature Social Creature
Tara Isabella Burton   
Un roman surprenant, le début est plutôt classique, une jeune fille riche et frivole, Lavinia, se prend d'affection pour une autre femme à la limite d'être sans abri : Louise. Lentement, du point de vue de Louise, on voit les deux femmes se rapprocher et Louise être emportée dans l'orbite de Lavinia. Jusqu'à ce qu'elle finisse par habiter chez elle. Clairement, Louise devient peu à peu le "toutou" de Lavinia, qui paie pour tout, la loge et quand Louise paie, c'est avec l'argent qu'elle a volé à Lavinia. Petit à petit, Louise s'efface et se transforme en Lavinia d'occasion...Tout pourrait continuer comme cela sans trop de problème,s'il n'y avait pas Rex, l'ex de Lavinia, son grand amour... Et celui pour lequel Louise a craqué et avec qui elle finit par entretenir une relation secrète. Et d'un coup, le roman bascule complètement et on comprend à quel point Louise est dérangée et désespérée. Après avoir tué Lavinia, elle commence à mener une double vie tout en mentant à tous les amis de Lavinia qui sont désormais les siens. Au final, personne se s'inquiète pour Lavinia... tant qu'elle poste sur Facebook tout va bien. Personne ? Ou presque... Je ne veux pas spoiler mais la fin est également surprenante et j'ai beaucoup apprécié le devenir de Louise


Ce que j'aime : le cynisme du roman, la toxicité de la relation entre Lavinia et Louise, très réussie

Ce que j'aime moins : même si j'ai adoré le fond, j'ai parfois eu du mal avec le style de l'auteure

En bref : Un roman très cynique sur la superficialité des relations sociales



Ma note


7,5/10

par JessSwann
Sous le même ciel Sous le même ciel
Erika Boyer   
Avant tout, je suis reconnaissante envers Erika Boyer de m’avoir permise de lire ce roman, de tout mon cœur. Au début, j’ai vibré avec « Sous le même ciel », une belle histoire d’amitié où l’amour se forme. Et puis, la joie des premiers émois, de la vie ; pendant une bonne partie de l’œuvre. Sauf, que le bonheur avec un grand « B » n’existe pas et l’auteur le fait exceptionnellement bien comprendre. Je ne vais pas révéler le thème du livre, le vrai sujet ; tout simplement pour que vous ressentiez le même choc, les mêmes bouleversements que moi. Prenez des mouchoirs, je n’ai pas seulement pleuré avec ce bijou ; j’ai craqué, comme un raz-de-marée. Pour le coup, j’aime et je déteste ce livre. Tellement beau, vivant, palpitant d’amour, donnant de l’espoir ; jusqu’au moment où le drame se passe, jusqu’à la révélation qui m’a détruite le cœur. C’est difficile d’expliquer à quel point un récit peut vous toucher, vous émouvoir ; tout le monde ne ressent pas la même chose pour la même œuvre. Moi, Erika m’a tout bonnement anéanti de l’intérieur, mais ce n’est pas négatif, bien au contraire. C’est ça que je veux dans un roman, toutes ces émotions, tout ce bonheur, toute cette tristesse – en même temps, dans un équilibre, où les sentiments deviennent précaires.

Alejandro quitte l’Espagne pour la France, toujours enfant ; à la limite de l’adolescence, il doit suivre ses parents. Pour lui, ce n’est pas une bonne nouvelle, timide et mal dans sa peau ; avec une profonde souffrance sur le fait de savoir s’intégrer. En effet, ce jeune garçon est plutôt calme, ne faisant pas de sport et possède un style efféminé. C’est sûr, avec les mentalités d’aujourd’hui ; on se fait vite maltraiter. Que ce soit au primaire, collège et lycée. Les autres ont peur de la différence. Et, il rencontre son voisin ; du même âge. À partir de là, il devient son meilleur ami, son centre, son axe. Avec lui, Alejandro est lui-même, du moins en grande partie. Puisqu’il en tombe amoureux, peut-être dès leur première rencontre. C’est un amour pure et simple au début, jusqu’au moment où la puberté apparaît et que le désir se fait ressentir. Il n’ose pas dire à son meilleur ami qu’il aime un garçon et qu’en plus c’est « LUI ». Il se révèle pendant un jeu de confidence, avec une panique certaine ; on sent son cœur battre à mille à l’heure, sa respiration coupé. Un jeune homme charmant, pour lequel je me suis attachée sincèrement. Un vrai coup de cœur, je me suis légèrement retrouvé dans son histoire personnelle.

Hugo est le garçon populaire, connu de tout le monde dans la ville d’Hiver. C’est un garçon adorable, confiant sans trop l’être. Pourtant, il n’est pas toujours lui-même ; sauf avec Alejandro. Ses besoins de solitudes, à admirer le ciel m’ont touché. C’est un personnage pour lequel je me suis pris d’affection au fil de ma lecture. De plus, ses erreurs le rendent entièrement humain, c’est cette réalité sur lui qui est belle. Sa douceur, sa compréhension, son ambition ; chaque qualité le met indubitablement en valeur ; tout comme ses petits défauts dont la peur, une certaine fuite et une difficulté à s’exprimer sur le plan émotionnel. C’est un grand homme, un héros moderne et pourtant saisissant. Il n’est aucunement idéalisé par Alejandro, il est juste ce qu’il est, avec ses particularité et ses imperfections. Tous l’admirent et l’aiment.

Benito, est le frère d’Alex. J’ai beaucoup aimé ce protagoniste secondaire, sage dans sa tête et d’une bienveillance émouvante. Un petit frère soutenant et protégeant son aîné, c’est tellement beau l’amour fraternel. Entre eux, il n’y a pas de jalousie, juste de la fierté. Melody, est la meilleure amie d’Hugo. Difficile de ne pas apprécier cette héroïne ; elle est forte et drôle. Malgré tout, on n’en sait peu sur elle, toutefois ça ne m’empêche pas de faire une brève parenthèse sur sa personnalité. Différente et plutôt proche des garçons, sans pour autant être dans la séduction avec eux, puisqu’elle est de préférence intéressée par les filles. Greenie est un géant, un homme sûr de lui et de ses armes pour mettre les femmes dans son lit. En dehors de ça, c’est quelqu’un de très gentil, plaisant. Quand il est là, dans l’histoire ; il rajoute une note légère. Pour Laurent, c’est différent ; je me suis attachée à lui. Vraiment. Ses sentiments m’ont plu et fait mal. Je ne saurai expliquer cette émotion que j’ai ressentie avec lui. Simple, naturel et son récit sur le fait qu’il n’est jamais tombé amoureux est étrange, tout en étant poignant.

Le récit se découpe en 3 parties, au début le déménagement et les rencontres, avec la construction de l’amitié entre Alejandro et Hugo. Ensuite, un intermédiaire se ressent, comme une pause dans l’histoire. Cette parenthèse donne de la joie puisque la relation entre nos deux héros est enfin réelle et très heureuse. Et puis, le dernier épisode ; le dénouement. Dans celui-ci, c’est intense, nous sommes emmenés à pleurer avec les personnages. Pour moi, c’est une synopsis originale mais surtout authentique. Une grande sincérité et un beau sujet sont abordés dans cette œuvre. Avec une romance pleine de pureté, d’une beauté sans nom. C’est un livre sur l’espoir, sur les doutes, sur la différence, sur le bonheur, sur l’existence. En effet, « Sous le même ciel » est un tout, un univers de sentiments.

Erika Boyer est impressionnante avec ce roman, c’est son meilleur évidemment ! Celui qui pour moi est le mieux abouti, que ce soit dans la construction de nos héros et de leur développement à chacun, ainsi que l’évolution de leur vie. Tout en ayant une richesse inouï dans les émotions. Sa plume est magnifique, mise en valeur avec l’histoire en elle-même. Une écriture fluide, avec des « lettres » avant chaque début de chapitre ; donnant un vrai plus. Elle ne favorise aucunement les thèmes simples à aborder, elle cherche sans cesse plus haut et plus fort que précédemment.

En quittant Alejandro et Hugo, j’ai eu mal au cœur. Je me suis réellement prise d’affection pour eux et pour leur amour. Un récit tout simplement sublime, avec des bouleversements inattendus où les larmes ne peuvent s’empêcher de couler. Je ne pensais pas pleurer autant avec ce livre, j’en suis encore toute retournée de cette lecture. Un coup de cœur, les sentiments sont comme un boomerang, ils nous reviennent en pleine face. Déjà, le début est captivant ; le côté amitié contre amour. Et la suite n’est peut-être pas à la hauteur du commencement et du dénouement, toutefois on l’aime quand même. Ce milieu, cette seconde partie est le répit, le petit soleil avant l’orage. « Sous le même ciel » possède cette harmonie parfaite, le dosage idéal entre légèreté et gravité, beauté contre horreur. Le mélange extraordinaire, une histoire d’amour exceptionnelle et émouvante, une plume où la poésie rencontre la magie et des péripéties surprenantes.

https://lesfaceslitteraires.blogspot.fr/2018/04/sous-le-meme-ciel.html
Tout ce que je ne t'ai pas dit Tout ce que je ne t'ai pas dit
Kylie Fornasier   
Avant de commencer "Tout ce que je ne t'ai pas dit", je ne savais pas ce que ça signifiait d'être atteint de mutisme sélective. Je pouvais bien sûr me douter vaguement de ce que c'était, mais il m'a fallu lire le livre pour découvrir toute l'étendue de ses conséquences. Piper et West m'ont touché au plus profond de moi-même et j'ai lu avec beaucoup de gourmandise et de bonheur le style si doux et touchant de Kylie Fornasier. Je me suis réellement attachée aux personnages, et souvent je me suis reconnue à travers Piper. Je ne suis pas atteinte de la même maladie qu'elle, mais il m'arrive de souvent me sentir stressé au contact de personnes que je ne connais pas, et parfois même que je connais un peu. Je peux comprendre toute l'ampleur que peut avoir cette incapacité à pouvoir s'exprimer, et Piper ainsi que toute les personnes atteintes de ce trouble ont vraiment du courage de pouvoir avancer malgré les problèmes. Je ne peux que retirer une expérience hors-norme et unique de ce livre que je conseille à tout le monde.

par divas
Tout ce qui nous répare Tout ce qui nous répare
Lori Nelson Spielman   
C’est le genre de livre qu’on devrais tous lire, avec ses citations sur la vie, qui nous font tous réfléchir. C’est un livre qui nous met les larmes aux yeux autant qu’il nous fait sourire. Ce livre nous montre que la vie n’est pas toujours facile, mais qu’on peut surmonter les épreuves. Et surtout, cette histoire nous montre l’importance de la famille.

https://rowenabookine.wordpress.com/2018/11/15/tout-ce-qui-nous-repare-lori-nelson-spielman/
Trouver les mots Trouver les mots
Julie Buxbaum   
Je suis toujours émerveillé de voir comment certain auteur arrive à nous transporter grâce au pouvoir des mots. Lorsque j’ai découvert Julie Buxbaum, l’histoire de Trois de tes secrets avait réussi à me toucher, l’intégralité de ce roman m’avait captivé et quand une auteure parvient à atteindre la corde sensible, il est inconcevable de ne pas se jeter sur son prochain roman, que ce soit pour retrouver une plume qu’on apprécie ou simplement pour vérifier que la magie opère toujours. J’étais loin d’imaginer que la douceur de ce roman et la tendresse de cette rencontre, réussirait à m’atteindre de nouveau et c’est sans appel mon cœur bat la chamade.

On se met dans le bain assez rapidement et on comprend facilement que le thème abordé ne va pas être de tout repos. David a une singularité et cette différence n’en fait pas quelqu’un de très populaire. Alors lorsque Kit Lowell s’assoit à sa table de cantine, le quotidien du jeune homme s’en trouve bouleverser. Contraint à la solitude David n’est pas forcément très habile pour se faire des amis, mais malgré ça il est conscient que cette opportunité ne se reproduira jamais et les quelques mots qu’il va prononcer vont atteindre profondément Kit. Depuis le décès de son père, tout le monde marche sur des œufs et le fossé se creuse entre elle et ses amies. En posant son plateau sur la table de David, elle n’aspirait qu’à un besoin de solitude et authenticité de ce personnage vont l’atteindre profondément. Ensemble ils vont créer un lien fort, qui va profondément les aider.

David est un personnage absolument craquant, la singularité et sa manière d’analyser ce qui l’entoure m’a touché. Ses camarades savent qu’il existe, mais sa discrétion au fil des ans a finis par faire oublier sa présence aux élèves. Un casque vissé sur les oreilles et le monde autour s’efface, David s’est construit sa bulle et sa routine lui convient parfaitement. Très entouré par sa famille il ne s’est jamais vraiment senti seul et malgré que sa seule amie soit sa sœur, alors lorsque Kit s’installer à sa table c’est le bouleversement car assez improbable. Il y a un contraste assez intéressant dans sa manière d’interagir, il donne l’impression d’être assez froid et les mots qui sortent de sa bouche sont d’une sincérité déconcertante, mais à côté de ça ses émotions sont en ébullition et il cherche la meilleure manière d’interagir en essayant de contrôler la manière dont les mots sortent pour ne pas blesser.

Kit était heureuse de sa vie avant, mais depuis le décès de son père elle n’a plus goût à rien et malgré le soutien de ses amis, la vie ne reprend pas son cours pour elle. Personne ne comprend pourquoi elle s’isole, mais faire semblant lui est devenu impossible. S’asseoir à une autre table peut sembler assez radicale, mais ça semble être la meilleure solution pour déjeuner en toute tranquillité. Elle pensait que la table de David serait calme, mais le jeune homme est sincère, tout ce que les autres ne sont pas. Elle est à un stade de sa vie où elle a besoin qu’on soit authentique avec elle et il va trouver les mots justes pour exprimer ce que personne n’ose dire.

La complicité naissante entre David et Kit m’a fait craquer, David comprend comme personne ce que vit Kit et son absence de filtre est une vraie bouffée d’air frais. Au premier abord, leur amitié semble inattendue, mais au fil des pages c’est comme une évidence. On aborde des thèmes émouvants tels que le deuil ou la différence et ce dernier sujet est traité avec authenticité, on est plongé dans la tête de nos héros, tous les deux à un tournant de leur vie et la manière dont leurs émotions sont retranscrites rend l’histoire encore plus bouleversante. Une très belle leçon de vie qui fait réfléchir sur la société et en même temps apporte une réponse aux préjugés.

Ma chronique : https://wp.me/p4u7Dl-4ch

par Luxnbooks
Tu verras les âmes se retrouvent toujours quelque part Tu verras les âmes se retrouvent toujours quelque part
Sabrina Philippe   
Premièrement je vous dirais que la couverture m'a tapée dans l'œil , elle est juste magnifique et le graphiste qui l'a créée à juste fait du super boulot, on dira ce que l'on veut c'est toujours agréable d'avoir un beau livre dans les mains.

J'ai déjà aperçu Sabrina Philippe à la TV par le biais de l'émission toute une histoire, mais avant d'avoir le livre dans les mains je ne savais pas que c'était elle qui l'avait écrit, c'est en lisant le 4 ème de couverture que je me suis dit "ah oui".

Venons en au récit en lui même, autant vous le dire tout de suite j'ai eu du mal à aller jusqu'au bout. Non pas que ce soit mal écrit, bien au contraire, c'est la plus grosse qualité du livre, l'écriture qui est simplement très belle.

Peut-être est ce dû au fait que je sois de la gente masculine, mais je me suis ennuyé, ennuyé ferme même. L'histoire ne m'a pas forcément touchée plus que ça. Le personnage principal, qui s'avère être une femme active (clone de l'auteure ? En tout cas on ressent la description de cette façon), essuie un échec sentimental et va se retrouver à déambuler du côté de l'île Saint Louis à Paris. Elle rencontrera une femme mûre dans un bistrot et va tous les jours espérer retrouver cette femme qui va lui conter son histoire sentimentale, l'histoire atypique de toute une vie.

Le sujet est plaisant, l'écriture est belle, mais je n'ai pas adhéré aux longueurs, malgré les courts chapitres, je me suis forcé à finir.
Je pense, sans misogynie aucune, que ce récit sentimentalo-psychologique est plus destiné aux femmes, que cette histoire les touchera certainement bien plus que je ne l'ai été.

Tu verras, les âmes se retrouvent toujours quelque part est un livre sur l'âme-soeur, à recommander aux romantiques !

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/02/tu-verras-les-ames-se-retrouvent.html

par Maks
Variation d'un coeur Variation d'un coeur
Janice Pariat   
Un roman vide de toutes identités, le lecteur apprend à faire petit à petit un portrait d'une femme qu'il ne connaît que par fragments, grâce aux regards masculins que 9 protagonistes portent sur Elle. Ils ont été aimés ou ont eux-même aimés cette fillette qui est devenue jeune femme puis femme.
Absence de nom mais aussi d'éléments spacio-temporelle puisque les villes dans lesquelles cette inconnue évolue n'on pas non plus de noms. Quelques fois, des chapitres nous apprennent son âge lors de ce moment T, puis nous sommes de nouveau perdu dans le flou de cette histoire ou le lecteur participe presque tout autant que l'auteure.

Une intrigue captivante qui à piqué ma curiosité mais cela s'arrête là. Une écriture qui ne colle pas à ce genre de roman ( qui a besoin d'une plume poétique, à mon sens), un manque d'originalité dans l'histoire en elle-même: les chapitres se ressembles; pour être plus précise, les personnages et les relations.

Un peu déçu, je suis donc resté sur ma faim, à mes yeux, l'autrice n'a pas été capable de tirer le potentiel de cette intrigue, à cause de ces généralités et répétitions qu'elle à créée.

Chronique compléte : https://yesagainonemorepage.blogspot.com/2019/04/variation-dun-coeur.html
Nos âmes rebelles Nos âmes rebelles
Samantha Bailly   
Nos Âmes Jumelles...
Nos Âmes Rebelles...

Je ne trouve pas les mots pour décrire ce que j'ai ressenti. Joie, peine, tendresse, passion. Ce roman est un prisme qui a sublimé le monde le temps de sa lecture.
La relation de Lou et Sonia est formidablement belle, une "romance amicale" splendide. La magie de leur quotidien m'a atteint au cœur, leur quête vers la liberté et l'indépendance m'ont ému.
Leur passion a exacerbé la mienne, me redonnant le goût à l'écriture, rechargeant mes batteries.

Ce livre m'a rendu triste et mélancolique.
Ce livre m'a rendu le sourire et l'envie de profiter de chaque instant.
Ce livre m'a fait rêver...


  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3