Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de mlgbook : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le Doute Le Doute
S. K. Tremayne   
Angoissant et prenant mais, ce n'est pas le thriller de l'année.

« Le doute ».
Une chose est certaine, ce roman porte bien son nom.
Lydia ou Kirstie ? Laquelle des deux fillettes a-t-elle eu un accident ? Laquelle est encore vivante ?
Angus et Sarah, les parents, se détestent car cette nuit là, celle de l'accident, il s'est passé quelque chose et, l'un deux n'est pas blanc comme neige. Mais lequel ?
Durant tout le roman, le lecteur hésite. Hésite sur les jumelles, hésite sur les parents.
Le doute est permanent et, c'est ce qui tient le lecteur en haleine, jusqu'à la fin.

Malheureusement, l'originalité n'est pas vraiment de mise. Beaucoup de rebondissements pour induire le lecteur en erreur mais finalement, ce n'est pas très clair et la fin, vite amenée, trop vite, me laisse un goût amer. Tout ça pour ça ?!

J'attendais plus de profondeur, plus de réflexion. Un tel doute pour en arriver 6 mois plus tard à une conclusion sommaire ? Le dernier chapitre est carrément bâclé. Certes, je peux comprendre la volonté de l'auteur sur le fond mais la forme en elle-même demandait plus d'explications quant à ce qui s'est passé durant l'ellipse. En effet, la psychologie des personnages est trop présente dans le roman pour pouvoir être totalement absente du dernier chapitre !

En conclusion, malgré quelques longueurs, ce roman partait plutôt bien. Malheureusement, un thriller ne peut en aucun se permettre d'être bâclé sur le dernier chapitre [spoiler](Et je ne parle pas du doute qui lui est volontaire, et que je ne conteste pas.) «Et ils vécurent heureux» ? Il faudrait m'expliquer comment ils ont surmonté tant de traumatismes et comment la fillette a réussi à combattre ses troubles de la personnalité ![/spoiler].

par dadotiste
Dans la toile Dans la toile
Vincent Hauuy   
Avec ce nouveau roman, Vincent Hauuy change de registre et confirme son talent.
Si Le Tricycle Rouge et Le Brasier étaient de purs thrillers d’action, Dans La Toile se positionne lui comme un vrai thriller psychologique.

J’avais beaucoup aimé les deux premiers, et celui-ci m’a fait la même excellente impression : cet auteur est doté d’une plume solide et d’une imagination on ne peut plus plaisante.

Isabel est une artiste qui souffre de stress post-traumatique et de graves séquelles physiques suite à un événement particulièrement violent. Son mari décide donc de quitter Paris et de s’installer en province, dans l’espoir qu’un environnement calme lui permette de récupérer.

Mais sitôt arrivés dans leur nouvelle demeure, les troubles d’Isabel ne vont cesser d’augmenter.
Perd-elle définitivement la tête ?
Ça semble envisageable quand on sait les nombreux traumatismes vécus durant son enfance dans le Maine...

À moins que...

Inutile d’en dire plus, ce serait vous gâcher le plaisir de découvrir l’excellente toile tissée par l’auteur dans ce thriller.

Laissez-vous embarquer dans cette histoire où réalité, cauchemars et illusions ne cessent de s’entrecroiser au fil des pages.
Sans temps mort et avec une pression allant crecesendo, vous aurez du mal à lâcher ce roman avant la fin.

Vous imaginerez des scénarios, toujours plus tordus, et pourtant vous serez encore très loin du fin mot de cette histoire.

Risquez-vous de rencontrer des invraisemblances ? C’est possible, oui. Mais nous sommes dans un thriller, et par conséquent l’auteur a besoin de laisser un peu plus de liberté à son imagination. Ça ne nous choquerait pas dans un film, il n’y a donc pas de raison d’y prêter plus d’attention ici.
Dans La Toile ferait d’ailleurs un très bon film, car comme dans ses romans précédents l’auteur a su créer une atmosphère très visuelle.

Non, il n’y a vraiment pas de raison de vous priver de cette très bonne lecture, ni de ne pas plonger tête baissée dans les méandres de l’esprit d’Isabel.

Ici impossible de se fier à quelque personnage que ce soit. Ce n’est d’ailleurs pas tant aux protagonistes qu’on s’attache, mais bel et bien au casse-tête qui nous est offert.

Totalement addictif !
Luca Luca
Franck Thilliez   
Luca de Franck Thilliez



552 p - 9 mai 2019 - 18/20


Synopsis : Partout, il y a la terreur.
Celle d'une jeune femme dans une chambre d'hôtel sordide, ventre loué à prix d'or pour couple en mal d'enfant, et qui s'évapore comme elle était arrivée.
Partout, il y a la terreur.
Celle d'un corps mutilé qui gît au fond d'une fosse creusée dans la forêt.
Partout, il y a la terreur.
Celle d'un homme qui connaît le jour et l'heure de sa mort.

Et puis il y a une lettre, comme un manifeste, et qui annonce le pire.
S'engage alors, pour l'équipe du commandant Sharko, une sinistre course contre la montre.
C'était écrit : l'enfer ne fait que commencer.


Mon avis : Franck Thilliez c'est mon petit chouchou alors je ne suis sûrement pas objective.

J'ai adoré retrouvé Franck Sharko. Même si l'histoire de son perso est moins appuyée que dans les autres livres.

Ici c'est plutôt l'enquête, qui est au coeur du récit. Une enquête haletante, difficile à lâcher, et qui m'a valu des matins fatigués.

Il est aussi question du collègue de Sharko. Nicolas Bellanger. Personnage intéressant également. Que j'ai eu plaisir à connaître un peu mieux.

L'histoire, comme toutes celles de thilliez, est extrêmement bien construite. Avec un sac de noeud qui se démêle au fur et à mesure de l'avancée du livre.

J'ai adoré. Vive Thilliez.

par Ninie-1
La cage dorée, tome 1 : La vengeance d'une femme est douce et impitoyable La cage dorée, tome 1 : La vengeance d'une femme est douce et impitoyable
Camilla Läckberg   
Faye cligna des yeux, se redressa, fit pivoter le fauteuil pour revenir face au grand écran Apple et bougea la souris pour le rallumer. Elle se demanda ce que Jack avait fait du tapis à souris qu’elle lui avait offert à Noël, avec une photo de Julienne et elle. À la place il en avait un bleu, laid, avec le logo Nordea. Le cadeau annuel fait aux clients de la banque privée.
Elle connaissait son mot de passe. Julienne2010. Au moins, il n’avait pas Nordea en économiseur d’écran, mais toujours la photo de Julienne et elle prise à Marbella. Elles étaient à la frange des vagues, Faye tenait sa fille à bout de bras, levée vers le ciel. Elles riaient toutes les deux, mais le rire de Faye se sentait plus qu’il ne se voyait, étant couchée de dos, les cheveux dans l’eau. En revanche, les yeux bleu clair de Julienne regardaient vers l’appareil, droit dans l’objectif. Dans les yeux tout aussi bleus de Jack.
Faye se pencha plus près, laissant son regard glisser sur son corps bronzé luisant de sel et d’eau. Cela avait beau être juste quelques mois après son accouchement, elle était en meilleure forme qu’aujourd’hui.
Son ventre était plat. Ses bras minces. Ses cuisses fines et fermes. Aujourd’hui, presque trois ans plus tard, elle avait pris au moins dix kilos. Peut-être quinze. Voilà longtemps qu’elle n’avait pas osé se peser.
Elle arracha son regard de son corps à l’écran et ouvrit le moteur de recherche, cliqua sur l’historique et entra porn. Les liens s’affichèrent, classés par date. Elle pouvait facilement suivre les fantasmes sexuels de Jack, ces derniers mois. Comme un répertoire de ce qui l’excitait. Fantasmes pour les nuls.
Le 26 octobre, il avait visionné deux clips. Russian Teen Gets Slammed by Big Cock et Skinny Teen Brutally Hammered. On pouvait dire ce qu’on voulait de l’industrie du porno, mais au moins, les titres des films étaient concrets. Pas de périphrases. Aucune tentative d’enjoliver, de faire mousser, de mentir sur la marchandise et sur ce que désirait le client face à son écran. Un dialogue direct, une communication ouverte et franche.
Depuis qu’elle le connaissait, Jack avait toujours regardé du porno, et elle en regardait parfois elle aussi quand elle était seule. Elle méprisait ses amies qui prétendaient qu’il ne viendrait jamais à l’idée de leurs maris d’en mater. Comme déni, ça se posait là.
Autrefois, Jack n’avait jamais laissé sa consommation de porno empiéter sur leur vie sexuelle. Ça n’avait jamais été l’un ou l’autre. Mais désormais, il ne venait plus vers elle, alors qu’il continuait à
chercher à se satisfaire avec Skinny Teen Brutally Hammered.
La boule qu’elle avait au ventre ne faisait que grossir à mesure que défilaient les clips. Les filles y étaient jeunes, maigres et soumises. Jack avait toujours aimé les filles minces et jeunes. Lui, il n’avait pas changé, elle, oui. Et n’était-ce pas ainsi que la plupart des hommes voulaient leurs femmes ? À Östermalm, pas question de vieillir ou de prendre du poids. Du moins pour la gent féminine.

par sapho
La Vie secrète des écrivains La Vie secrète des écrivains
Guillaume Musso   
Un Musso que j'ai trouvée très différent de ce qu'il fait habituellement. Ici l'histoire est plus glauque, plus sombre que dans les précédents. J'ai aimée cette ambiance en autarcie, un peu angoissante. C'est un vrai page-turner, impossible de le lâcher sans connaître la fin. Gros bémol pour la fin qui est trop rapide a mon goût. Les personnages sont bien construits mais pas attachants. Si j'ai aimée ma lecture il manque se qui fait le charme de cette auteur. 18/20 Coup de coeur
La Dernière Chasse La Dernière Chasse
Jean-Christophe Grangé   
J'aurais préféré découvrir ce roman au fil de ma lecture, malheureusement (ou heureusement pour certains) cette histoire fait parti de celles qui ont été adaptées au petit écran dans la série Les rivières pourpres avec Olivier Marchal dans le rôle de Nièmans.
Quoiqu'il en soit c'est un excellent Grangé
M, le bord de l'abîme M, le bord de l'abîme
Bernard Minier   
Ce livre n’est pas un simple thriller. Bien plus que cela, il est une prise de conscience sur le monde technologique dans lequel nous vivons.

On se retrouve immergé dans la ville de Hong Kong. Une ville aux gratte-ciels vertigineux, où la technologie est en plein essor. Grâce aux nombreuses descriptions de l’auteur on a véritablement l’impression d’y être.

Un récit riche et très documenté. On y découvre une technologie qui nous apparaît d’abord comme alléchante mais qui, très vite, nous fait peur. Trop de pouvoirs dans de simples machines. Les promesses sont belles mais la réalité fait sournoise. Surtout si une âme malveillante décide de se mêler de son développement. Une technologie qui ferait tout à notre place, avec laquelle l’être humain perdrait sa volonté de réfléchir par lui-même par facilité, par fainéantise.

Un tueur redoutable qui commet des crimes d’une atrocité ultime et qui ne laisse aucune trace. Des descriptions de sévices qui font froid dans le dos.

Une intrigue fournie et prenante autour d’un tueur et d’une technologie. Les deux étant tout aussi dangereux. Dans une ambiance lourde, pesante dans laquelle on est jamais vraiment tranquille.

De très bons rebondissements et des révélations sur les personnages qui nous laissent sans voix. Un tueur tout aussi intelligent que tordu.

J’ai apprécié que l’auteur y glisse une petite touche de tendresse, de douceur. Des instants qui permettent d’oublier, durant quelques minutes, la paranoïa qui fini par nous habiter.

Une lecture aux nombreuses descriptions, aux nombreux aspects qui font peurs parce que l’auteur, tout en se documentant, nous livre des vérités sur l’avenir, sur les dangers de la technologie. On voudrait que notre vie soit simplifiée mais, à force de laisser aux ordinateurs trop de pouvoirs de décision, ne nous mettons pas nous-mêmes en danger!?

Au fil de cette lecture, j’ai passé un excellent moment, j’ai vécu une enquête palpitante et j’ai également le sentiment d’en ressortir moins bête.
L'amour et autres blessures L'amour et autres blessures
Jordan Harper   

Un homme fuyant sa tombe s’engouffre dans un maelstrom de balles et de flammes. Un “nettoyeur” de Hollywood découvre l’amour devant le cadavre d’une célébrité morte. Une femme pathologiquement obèse se rêve une nouvelle vie avec le voleur qui projette de cambrioler la bijouterie dans laquelle elle travaille...
Des ateliers de drogue minables dans les Ozarks aux combats de chiens de Detroit, en passant par les demeures luxueuses des stars de Los Angeles, Jordan Harper dépeint le petit peuple des ombres et des hors-la-loi. Les uns sont en cavale, poursuivis par la police ou un passé qui leur colle dangereusement aux basques. D’autres cherchent un semblant de paix et de stabilité, d’amour même, dans un monde fracassé où règnent une violence folle et un désespoir permanent. Tous sont abîmés, acculés, proches de leur point de rupture.
Dans le droit fil d’un Hubert Selby Jr. ou d’un Donald Ray Pollock, Jordan Harper livre avec L’Amour et autres blessures des nouvelles noires à la beauté crue. Vibrantes d’une énergie cinématographique, pathétiques et drôles, elles marquent les débuts inoubliables d’une nouvelle voix électrisante.

(Source : Actes Sud)

par x-Key
La Menace La Menace
S. K. Tremayne   
Un très bon thriller mais tout comme dans « Le doute », même s'il y du mieux, la psychologie des personnages est trop présente dans le roman pour pouvoir être presque absente dans le dernier chapitre.

Rachel a épousé le brillant avocat David Kerthen. Tout semble lui sourire. Mais sur la maison, plane une menace, un doute sur l'évènement qui a emporté Nina, la première femme de David. Son fils, Jamie reste traumatisé. Il sent la présence de sa mère, refuse de croire à sa mort et profère de troublantes prophétie à l'encontre de Rachel. Au premier abord, cela semble juste être un gamin traumatisé. Mais s'il disait vrai ? Si il avait raison.
Rachel finit par douter et le lecteur aussi.
Que s'est-il vraiment passé le soir de la mort de Nina ?

C'est angoissant, c'est prenant et c'est plutôt bien mené. Je n'ai pas pu le lâcher.
Le seul point négatif est pour moi la fin qui, comme dans le doute n'est pas assez explicite. La résolution de l'intrigue tombe puis nous retrouvons les personnages un an et demi plus tard. J'aurais aimé plus de détails sur les jours ayant suivi Noël. Cela manque beaucoup et c'est vraiment dommage car cela donne un impression de fin bâclée. Avec une fin digne de ce nom, ce thriller aurait vraiment été très bon.

En conclusion, je recommande mais je reste certaine que l'auteur peut mieux faire.

par dadotiste
Le Chant de l'assassin Le Chant de l'assassin
R. J. Ellory   
Quand le roman policier se fait littéraire *****

Les amateurs de romans à la fois policiers et littéraires seront une nouvelle fois comblés par « Mockingbird Songs » de RJ Ellory.

L’intrigue pourrait être celle d’un roman ordinaire et peut se résumer comme suit. Henry Quinn termine de purger une peine de prison à Reeves, où il a été détenu pendant trois ans suite à une erreur de jeunesse aux conséquences dramatiques. Il a survécu à sa difficile détention grâce à un autre détenu, Evan Riggs, condamné quant à lui à finir ses jours à Reeves. Evan demande une faveur apparemment simple à Henry : remettre une lettre à sa fille Sarah, qu’il ne connaît pas et dont il sait seulement qu’elle a été adoptée. La seule information donnée à Henry est qu’il doit s’adresser à Carson Riggs, frère d’Evan et shérif tout-puissant d’une petite ville du Texas, Calvary. Fidèle à sa promesse, Henry réalisera cependant rapidement qu’elle est tout sauf aisée à respecter, Calvary étant un lieu de drames, de secrets et de non-dits. Le suspense et l’envie irrésistible d’en savoir plus sont assurés d’une part par la narration alternée de la quête d’Henry et de l’histoire ancienne des frères Riggs, et d’autre part par des allusions semées en fin de chapitre, présages des drames à venir (« <…> he felt strangely and uncomfortably afraid, not only for Carson but for everyone else as well. »)

Le point fort de ce roman et de l’auteur de manière générale est de transcender l’histoire -qui est déjà intéressante en soi- pour en faire une œuvre littéraire. J’entends par là une œuvre dont l’écriture est un régal et où les sentiments sont exprimés de manière souvent percutante par le biais d’une formule dont la justesse est l’apanage des grands écrivains. Qu’il s’agisse de relations humaines (« Some people -a rare handful- left their fingerprints on your soul”), de l’amour pour une femme (« She makes my mind quiet and my heart loud ») ou du déchirement amoureux (« They were that different, and it was as if she possessed no magnetic pole at all and was being pulled both north and south simultaneously”), le lecteur de RJ Ellory trouve toujours çà et là, au détour d’une page, des mots, une image, qui raviront les amateurs de belles lettres. Il arrive également que le roman prenne une dimension plus philosophique, voire religieuse : « War changes a man. It changes his eyes, his mind, his heart, his soul. It teaches him about impermanence and fragility. It shows him the holes in the master plan, and it questions his belief in God. Most often undermines it as well.”

Vous aurez compris que je vous recommande chaleureusement ce roman, excellent tant au niveau du fond que de la forme.

Page Facebook: Pascale Bookine
Blog: pascalebookine.eklablog.com