Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de MlleViolette : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Afterworlds Afterworlds
Scott Westerfeld   
Alors, je ne sais pas trop par où commencer pour vous parler de livre... Je viens à peine de sortir d'une sorte de panne de lecture, et pour me remotiver j'ai eu la brillante idée (sarcasme) de lire un bouquin de 670 pages : mais que m'est-il passé par la tête ? C'était l'erreur du siècle.
Pourtant, tout s'annonçait bien : un roman à deux voix - Dieu, que j'aime ça -, une histoire qui commence par un attentat terroriste - du jamais vu dans la YA, super - , une histoire contemporaine avec une histoire avec comme sujet la mort - cocktail explosif !
Même quand j'ai commencé à lire les quatre premiers chapitres, je trouvais ça super intéressant, et les pages défilaient sans aucun problème. L'histoire de Darcy, était aussi prenante que celle de Lizzie !
Mais on est pas chez les Bisounours, alors tout ça s'est bien vite gâté !
Le fait que le roman, alterne un chapitre sur deux entre Darcy, et Lizzie, me plaisait au début, car quand à la fin du chapitre sur Darcy, on avait envie de savoir ce qui lui arrivait, il fallait lire celui sur Lizzie. Et quand on avait terminé avec Lizzie, et qu'on avait trouvé la chapitre prenant, il fallait attendre ... Normalement, ça aurait du nous pousser à lire plus. Cependant, ça n'a pas été la cas. Je trouve que cela ralentissait le rythme du roman, et empêchait l'attachement aux personnages. J'aurais souhaité également que les deux héroïnes soient un peu plus reliées.
Parlons maintenant des deux histoires :
- Darcy :
Son histoire souffre de beaucoup de passages inutiles, et de moments carrément ennuyant. Elle est attachante, certes, mais pas très mature selon moi parfois : sa jeune soeur, Nisha, me paraissait plus dans le coup. Cependant, cette plongée dans le monde de l'édition m'a bien plu. Sa relation avec [/spoiler]Imogen[/spoiler] était une réelle surprise : j'ai trouvé ce couple attachant, bien que le début de leur histoire me semble confus. J'ai également bien aimé avoir un extrait de Pyromancer, le roman d'Imogen, qui m'a paru très intéressant. Les parents de Darcy sont très tolérant, et j'aime bien sa mère. J'aurais pourtant aimé que son histoire aille plus loin, au moins, jusqu'à la sortie d'Afterworlds ! J'aurais voulu savoir si le livre allait bien marcher, et comme s'appellerait "Untitled Patel" !
- Lizzie :
C'est avec son histoire que j'ai eu le plus de mal. Le premier chapitre est très prenant en effet, et l'action est présente depuis le début. Pourtant, je me suis sentie très éloignée de ce personnage, et n'ai pas réussi à m'y attacher. Par contre, il y a certains passages, qui m'ont fait carrément flipper [spoiler]- Quand, Lizzie et Mindie vont dans l'école, et qu'il y a une voix qui les hante - Quand, on rencontre pour la première fois les quatre petites filles. [/spoiler] Ces moments font carrément peur, et j'en ai même fermé le livre. Enfin, l'auteur a réussi le tour de force de m'effrayer : bon après, je ne lis pas de livres à la Stephen King !
Et je passe au gros point noir de l'histoire : la romance.
Eh oui, je D-E-T-E-S-T-E absolument, les Instant Love ! Là, on a bien à faire, au coup de foudre le plus rapide de l'histoire de l'humanité : roulage de pelle après deux minutes de discussion, j'appelle ça des champions ! Et malheureusement, Yamaraj, notre sexy dieu de la mort, n'est pas non plus rentré dans mes Book Boyfriends ! Sa personnalité est fade, et pas très exploité.
L'histoire de Mindie, est intéressante, mais lassante à la fin - car tout tourne autour de ça. De plus, je trouve que quelques points de l'histoire sont mal exploités, voire pas exploités, et tout reste un peu fouillis.
Pourtant, il y a bien un moment épique : [spoiler]quand Lizzie tue le méchant homme : whaou, ça m'a agréablement surpris, dit la psychopathe qui trouve que tuer des gens ça peut être intéressant. [/spoiler]
La fin entre Yama et Lizzie, m'a paru parfaite.
Et suis-je la seule, a trouver que Lizzie serait trop bien avec l'Agent spécial Reyes?

Pour conclure, un roman satisfaisant, mais qui peine à me séduire, avec ses personnages pas assez développés, son histoire parfois fouillis, et ses passages qui traînent en longueur.
La boite de June La boite de June
Déborah Galopin   
Lorsque June, jeune fille énigmatique et rêveuse, couche sur le papier ce qui lui emplit le cœur et l'esprit, elle enveloppe ses mots d'émotions pour livrer des textes poignants...

À travers le journal intime de June, je suis revenue quelques vingt ans en arrière à l'âge où l'on se pose mille questions sur son devenir, sur les gens que l'on aime et qui ne sont pas parfaits comme on se les imaginait. Même si j'ai trouvé June assez torturée et souvent pessimiste, je me suis aussi reconnue en elle surtout dans son amitié et sa rupture avec Alice. Ce journal est une sorte de thérapie qui lui permet de s'exprimer ouvertement sur ses sentiments. On découvre une jeune fille fragile qui a besoin d'être aimée pour exister. June devrait pourtant apprendre à s'aimer et se faire confiance. D'autre part, les anecdotes, peu nombreuses à mon goût, m'ont bien plu. Elles apportent une touche d'humour et de fraîcheur à ce journal. Une belle découverte qui en promet d'autres.

par Val88
Agatha Doyle au service de sa Majesté Agatha Doyle au service de sa Majesté
Caroline Triaureau   
Les plus : 2 pages au début du livre présentent les personnages et à la fin de l'histoire, 2 pages parlent un peu plus d'Agatha Christie, Hercule Poirot ou encore Sherlock Holmes et de leurs enquêtes + 2 pages d'une "visite guidée" de Londres + 2 pages d'histoire de l'Angleterre et de l'Irlande. Bref, un roman bien documenté.

Les moins : L'histoire en elle-même manque parfois un peu de rythme et il y a un peu trop de digressions historiques qui font perdre le fil du récit.

Ce qui m'a amusée, moi qui suis grande amatrice de polars, ce sont les clins d’œil : Le nom et le prénom de l'héroïne tout d'abord "Agatha Doyle" mélange d'Agatha Christie et Sir Arthur Conan Doyle, puis ses amis Hercule et Sherlock (Merci à Hercule Poirot et ses petites cellules grises ainsi qu'à Sherlock Holmes !) sans parler de Miss Marple (charmante vieille dame détective chez Agatha Christie, qui se retrouve ici transformée en sévère professeure d'anglais !!). Tout ça expliqué dès les premières pages.

Malheureusement, on sent bien l'écriture d'un professeur qui sous prétexte d'un roman policier divertissant veut à tout prix instruire ses lecteurs !

par Nath56
Vous parler de ça Vous parler de ça
Laurie Halse Anderson   
Ce livre m'a bouleversée. J'aimerais pouvoir vous exprimer à quel point. Il a changé ma vie à jamais. Cette histoire,intelligente, belle, et vraie, marque un tournant décisif sur l'opinion qu'on se fait des gens ayant vécu quelque chose de terrible. Melinda est une jeune fille adorable, qui a vécu des choses difficiles et se tait dans un mutisme étrange, et on la comprend. On la comprend, non pas parce qu'on pense que c'est une réaction normale dans ce genre de cas ou autre, non, on la comprend parce qu'elle est proche de nous, s'explique sans vraiment le faire, mais c'est limpide. Ce livre a également quelques touches d'humour avec les noms des profs, notamment (Chewbacca et Cou-de-taureau, par exemple), mais aussi avec sa narration légèrement moqueuse et tellement touchante. J'avoue avoir été bouleversée, du début à la fin, et c'est tout ce que je peux dire dessus, je cris, et c'est à la fois bien suffisant et tellement dommage. Mais aussi, je ne veux pas vous raconter toute l'histoire. En bref, un régal. À lire absolument.

par Thea2077
Le Théorème des Katherine Le Théorème des Katherine
John Green   
J'ai vraiment adoré ce livre ! Au départ, je ne cache pas que j'ai été un peu déçue que le narrateur soit externe (j'aurai préféré un narrateur interne, comme dans "Nos étoiles Contraires") mais j'ai bien vite oublié ce détail: les personnages étaient géniaux, surtout Hassan, le meilleur ami de Collin ! Collin aussi m'a beaucoup plu, comme tous les autres personnages du livre; ils sont chacun travaillés, avec leur propre caractère et personnalité.
Et puis j'ai tellement ri durant toute ma lecture !
J'ai trouvé l'histoire originale, et l'écriture de John Green toujours aussi géniale ! On ne lis pas ce livre, on le dévore !

Bref, j'ai littéralement ADORE ce livre, je pourrai le relire des centaines de fois sans m'en lasser !
Le Rouge et le Noir Le Rouge et le Noir
Stendhal   
Cet ouvrage de Stendhal a fait peur à bien des lycéens.
Pour ma part, ce livre fut comme un défi.
L'histoire est riche en rebondissements et en intrigues, mais il faut le lire rapidement pour ne pas se lasser.
Ce livre reste une de mes plus belles expériences de lecture et certainement un des ouvrages qui m'a poussé à ne pas négliger la littérature classique .


par Gambit
Quand Dieu était un lapin Quand Dieu était un lapin
Sarah Winman   
Livre emprunté sur un coup de tête pour sa très jolie couverture... et je ne le regrette pas.

Par rapport à mes précédentes lectures en Anglais (YA notamment), j'ai remarqué la différence de langage assez rapidement : bien que le vocabulaire employé ne soit pas d'une complexité folle, il y avait une nette augmentation du niveau d'expression, qui était plus exigeant pour la compréhension, mais également plus satisfaisant à lire. Enfin, satisfaisant... j'avais quand même l'impression de traverser les pièces d'une grande et belle maison munie d'une toute petite lampe torche, en appréciant l'histoire par fragments et non dans son ensemble.
Un peu de frustration, donc, mais c'est le prix de la lecture en VO.

Quant à l'histoire, je l'ai trouvée très belle et touchante, mélancolique et drôle à la fois. J'ai adoré le moment où Elly dit à Arthur "I'm unpopular and that hurts" et où il lui répond "Popularity, my dear, is as overrated as a large member". Sur quoi Elly demande "What member?". Je trouve que ce passage résume assez bien l'esprit du roman : touchant par les souffrances des personnages et la façon dont ils se réconfortent entre eux, avec parfois des décalages et des incompréhensions, des heurts.

Un joli roman.
La Mécanique du cœur La Mécanique du cœur
Mathias Malzieu   
Superbe duel entre deux hommes pour les beaux yeux d'une demoiselle. Je l'ai dévoré !

La métaphore poétique est omniprésente et naît dans chaque mot, chaque phrase, chaque page de cet ouvrage. Ce conte « cinématographique » rappelle l'univers de Burton. On devine facilement que Jack, c'est Mathias Malzieu. Miss Acacia est la muse amoureuse Olivia Ruiz. Une belle histoire d'amour sur l'amour et ce qu'elle entraîne aussi avec elle (la haine, la jalousie, l'abandon, le doute, la mort...)
Il est de retour Il est de retour
Timur Vermes   
Je passe sur les polémiques liées au concept même du livre, je les trouve inintéressantes au possible. Déjà, je pars du principe que quiconque qui achète ce livre et qui n'est pas complètement idiot sait quand même à peu près à quoi s'attendre ! Oui, l'humour de ce livre se base parfois sur des remarques que certains qualifieront de racistes, mais ça me semble quand même très cohérent avec la personnalité de notre original personnage principal et narrateur, et on nous présente les vraies idéologies nazies, pas un truc dilué qui n'aurait eu absolument aucun sens dans ce contexte. Mais ce n'est jamais fait dans le but de stigmatiser réellement ou de blesser qui que ce soit. Personnellement, j'ai rien vu de choquant dans ce livre. Les choses m'ont semblé assez claires et à aucun moment j'ai eu l'impression que l'auteur défendait le nazisme. Au contraire, durant de nombreux passages, l'auteur arrive à pointer du doigt des incohérences et faiblesses de cette idéologie. Bref, je ne comprends absolument pas la polémique. Même si ce n'est pas un livre anodin, ça me semble vraiment chercher le mal partout. Ceci étant dit, pour d'autres raisons, mon avis sur ce livre sera plutôt nuancé, "moyen plus" on va dire.

J'ai sincèrement adoré le début, disons le premier quart du livre. Pourquoi j'ai adoré ? Bah déjà pour le concept, qui est quand même surprenant, et je pense bien exploité. Ensuite parce que le style d'écriture simple et fluide nous fait plonger sans aucun effort dans l'histoire. Enfin, parce que c'est tout simplement très drôle. On enchaine les quiproquos et situations improbables qui sont vraiment on ne peut plus distrayant.

Sauf que, comme bien souvent je me suis fais la réflexion quand j'ai lu des livres humoristiques, les meilleures blagues sont en générale les plus courtes... Et à un moment ce livre ne m'as plus vraiment fait rire parce qu'il est un poil trop long et n'arrive plus à nous surprendre, je trouve. On comprend assez vite la "mécanique" du truc. Une fois l'intrigue mise en place, je n'ai pas vu des rebondissements énormes. Bref, les quiproquos qui faisait le charme des débuts deviennent attendus et tombent un peu à l'eau pour ma part. Tout n'est pas à jeter pour autant dans les trois quarts restant du livre, mais c'est juste plus drôle. Et après un départ de si haut niveau, c'est vrai que ça m'a un peu déçu.

J'ajouterais que je n'ai pas plus accroché que ça à l'intrigue. Cette espèce de success-story télévisuelle d'Hitler a de quoi surprendre par son caractère absurde et improbable, mais ça ne m'a pas vraiment intéressé pour autant. Je trouvais que ça manquait un peu d'enjeux et tournait même en rond. Les 'ficelles' de l'histoire étaient quand même assez grosses et, là encore, les effets de surprises et les tentatives d'humour tombaient à l'eau à mon sens. J'aurais espéré une chute intéressante remontant le niveau, mais j'ai trouvé la fin vraiment très fade et même en partie prévisible, ce qui est très dommage.

Malgré tout, ça reste, je pense un livre intelligent et malin. Malgré que l'intrigue nous soit raconté à travers les yeux d'un personnage historique, j'ai trouvé ce livre on ne peut plus moderne. Certes, il y a des références inévitables à la Seconde Guerre Mondiale, mais on n'est pas du tout figé dans le passé pour autant. On nous parle surtout de l'Allemagne actuelle. Moi qui connais assez bien ce pays, je m'y suis complètement retrouvée. La description, mais aussi la critique qu'on en fait est juste. On traite en plus de sujets vraiment très variés, de la politique d'Angela Merkel et des autres partis politiques allemands, à la dépendance au pétrole, en passant par l'Union Européenne et les débilités passant à la télé. On fait référence à de vrais journaux, à de vraies chaines de magasins et à de vraies personnalités politiques (à ce sujet, le glossaire en fin de livre est bien pensé car il rend le livre accessible à tous, peu importe sa connaissance de l'Allemagne). On dresse un portrait assez complet et surtout parfaitement crédible, ce qui m'a beaucoup plu. Personnellement, je pense que c'est ça, plus que le personnage d'Hitler qui a fait que ce livre a connu un si grand succès dans son pays d'origine.
Pour moi, ce livre est une bonne satire politique, mais pas de celle qu'on croit. Ce n'est pas vraiment une critique du nazisme, c'est avant tout une critique de nous-mêmes. Et donc si ce livre m'a peu être un peu déçu coté humour, il a aussi su, sur ce point, me surprendre par sa pertinence.

Je tiens aussi à dire que la version d'Hitler que nous propose Timur Vermes est assez crédible. Je trouve qu'il a réussi à lui donner une personnalité cohérente avec l'idée qu'on s'en fait et avec ses traits de caractère qui sont avérés historiquement parlant. Et surtout il arrive à s'y tenir du début à la fin, ce qui me semble pas évident. Surtout avec une histoire aussi absurde, on serait vite tenté de faire tourner le personnage au grotesque, et ce n'est pas le cas. Dommage que les autres personnages de l'histoire soit bien plus passe-partout.
J'ai bien aimé également la stratégie commerciale qu'à eu ce livre. Par exemple, cette couverture absolument géniale : même à 200 mètres, on ne peut pas ne pas être attiré par ce visuel. Ça rend le livre très vendeur, je pense.
La Voleuse de livres La Voleuse de livres
Markus Zusak   
Un livre parfait selon moi ! À la fois bouleversant, triste, cocasse... je manque de mots pour le décrire ! Un vrai chef-d'oeuvre ! Ceux qui sont intéressés par la Deuxième Guerre mondiale et par les livres seront charmés par ce livre ! Je le recommande à tous. Bonne lecture !

par Pamie