Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de MlleViolette : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Jamais deux sans Toi Jamais deux sans Toi
Jojo Moyes   
Ma chronique en brève

Un road trip hilarant, des émotions à fleur de peau, une histoire dont on devine la fin mais qu’on se plait à découvrir tant l’écriture est douce et les personnages touchants.

Note générale : 19/20



Mon avis sur…


L’histoire

J’ai mis un moment avant de me plonger complètement dans ce livre, mais une fois que ce fut fait, impossible de m’arrêter ! Au début, je l’ai lu entre deux Services Presses, quelques chapitres, le temps que l’histoire se mette en place, qu’on découvre les personnages. Comme il y en a plusieurs, cela prend un peu de temps, et je pense que c’est ce qui m’a légèrement bloquée au début, moi la grand fan d’action et de magie ! Puis, tout d’un coup, il y a eu le déclic, hier soir tandis que je reprenais le livre pour lire une heure (enfin, c’est ce que je croyais)… Résultat, je l’ai lu jusqu’à 3h du matin, ne pouvant plus m’en défaire !
Alors oui, je savais dès le 4e chapitre comment ça allait finir. Je connaissais déjà les intrigues et ce que ça donnerait. Car Jojo Moyes ne réinvente rien ici, et ce n’est pas le but. Il n’y en a pas besoin. Car même si l’histoire est cousue de fil blanc, on ne peut qu’adorer ce livre, si touchant, si léger.

On découvre différents personnages, chacun transportant son lot de chagrin et de misère : Il y a Jess, jeune femme qui cumule deux jobs, galère avec sa fille surdouée en mathématiques, Tanzie, et avec son beau-fils renfermé, Nicky, dont le mari (le détestable Marty) est parti deux ans plus tôt. Elle est optimiste, ne baisse jamais les bras, peu importe les épreuves qui se dressent sur son chemin. Lorsqu’elle se trompe, elle n’hésite pas à se remettre en question, et à tirer une morale de ses erreurs.

Il y a l’adorable Tanzie, qui (comme on vient de le dire) est une enfant possédant de très grandes capacités en mathématiques, ce qui lui ouvre les portes d’une prestigieuse (et très chère) école privée. Elle est particulièrement attachée à Norman (le chien de la famille) et veut plus que tout le bonheur de sa famille.

Il y a Nicky, jeune garçon androgyne et renfermé, harcelé par les petites frappes du lycée, qui le blessent sérieusement au début du livre. Son père l’a laissé à Jess lorsqu’il a quitté le domicile et depuis, ils n’ont plus aucun contact.
J’ai adoré ce personnage, qui m’a beaucoup touchée. Il est dépeint avec tant de justesse et d’émotion qu’il est vite devenu celui que je préférais. C’est un jeune homme qui cherche sa place dans le monde, ayant été rejeté par son propre père qui ne le comprend pas, et harcelé au quotidien de manière extrêmement violente par les Fishers. Sa vision de la vie n’est pas toujours rose, mais il s’ouvre peu à peu au fil du livre.

Il y a Norman, l’immense chien de la famille, qui est hilarant et qui pète à longueur de temps.

En dehors de cette petite famille, il y a Ed, un homme d’environ 35-40 ans, qui demeure éloigné de ses parents ou de sa sœur. Il n’a pas de réelle notion de l’argent, tant il en a. Mais lorsqu’il découvre au début du livre qu’il est accusé de délit d’initiés, tout son univers bascule. Dans les premiers chapitres, on a de la peine à s’attacher au personnage, mais au fil de l’histoire, on découvre à quel point il est doux, sensible, n’hésitant jamais à se remettre en question et on ne peut le comprendre et l’adorer.

Ces différents personnages vont être embarqués malgré eux dans un road trip direction l’Ecosse, où Tanzie doit tenter de gagner un concours de mathématiques afin de pouvoir obtenir suffisamment d’argent pour intégrer l’école privée de ses rêves. Durant ce voyage, ils vont tous se découvrir les uns et les autres, se dévoiler également, vivre des émotions incroyables. Cette expérience va changer beaucoup pour chacun d’entre eux, comme leur vision de la vie ou les liens entre eux. En revenant, ils ne seront plus du tout les mêmes.

Et il faut l’avouer, lorsque l’on referme ce livre, nous ne sommes plus vraiment les mêmes également.

Car ce roman est un vrai concentré d’émotions, où l’on rit autant que l’on pleure. C’est fou ce que j’ai adoré me plonger dans cette histoire, si touchante et douce. Les personnages sont bourrés de défauts et de qualités, on se sent proche d’eux, de leurs manies, de leurs habitudes ou de leur façon de voir la vie. C’est un livre puissant, où, à aucun moment nous ne tombons dans le mièvre ou le cliché. C’est naturel, simple, drôle et émouvant.
En deux mots comme en cent : j’ai adoré ! Je conseille ce livre pour tous ceux qui ont une petite baisse de morale car ils ne peuvent qu’en ressortir gonflés à bloc !

L’histoire : 16/20
Les personnages : 20/20


L’écriture

Alors comment dire… La plume de Jojo Moyes est tout simplement parfaite ! Il n’y a pas de lourdeurs, pas de tournures de phrases étranges. Le style est léger et agréable. J’ai adoré le fait que l’on change de point de vue chapitre après chapitre, car selon les personnages, le style d’écriture évolue également. Pour Tanzie par exemple, on a des phrases plus courtes, plus rythmées et enfantines, bourrées de chiffres et de statistiques.
J’ai vraiment eu l’impression que Jojo Moyes a cherché à imprégner l’écriture de la façon de penser de chaque personnage et j’ai trouvé cela grandiose.

Le style d’écriture : 19/20


La symbolique

Ce livre contient une morale sympathique et positive sur la vie où le message principal est « Si on fait le bien, le bien nous sera rendu ».
La pensée positive de Jess est certes mise à rude épreuve tout au long du livre : Elle qui répète inlassablement que « Tout s’arrangera », elle se voit s’enfoncer chaque fois un peu plus dans les épreuves et les difficultés, où tout va de travers. En lisant ce livre, en voyant parfois dans quel foutoir se met l’héroïne (problèmes de sous, de cœur, de famille), on réalise également que nous avons bien de la chance, nous qui n’avons peut-être que le quart de ses soucis.
Mais finalement, ce sont ces différentes épreuves qui vont l’amener au bonheur, un bonheur imparfait mais réel. On comprend alors que la morale de ce livre est que, malgré les problèmes qui émergent dans la vie, il est possible d’être heureux, et que chaque événement bien précis, qu’il soit bon ou mauvais a une finalité vers le bonheur, bien que cela ne soit pas évident au premier abord.
Malédiction du sang Malédiction du sang
Celia Rees   
Excellentissime!! J'ai adoré! :D Le style, l'écriture, les personnages... On accroche dès les premières pages ;)
Un livre sur les vampires, pas comme les autres... (après Twilight, je trouvais que ces histoires étaient toutes pareilles), à lire absolument...
Et je trouve que l'auteure a eu raison de ne pas trop développer le couple Andy/Ellen, car c'est au lecteur d'avoir de l'imagination... =P

par Melanyy
Fairytale Retellings, tome 1 : Sisters Red Fairytale Retellings, tome 1 : Sisters Red
Jackson Pearce   
Un coup de coeur, franchement !
Je l'avais déjà lu il y a quelques années. Ce qui m'a touché, en premier, ce sont les relations qu'entretiennent les deux sœurs. Ensuite, ce sont toutes les allusions aux contes, notamment au Petit Chaperon Rouge, qui sont habillement transposées dans le monde des loups-garous.


Scarlett et Rosie sont deux jeunes soeurs de 18 et 16 ans. Leur mère est une funambule itinérante, elles ne savent pas bien qui est leur père. C'est pour cela que, petites, elles habitaient avec leur grand-mère, Oma March, dans un petit village. Jusqu'au jour où la maison est attaqué par un loup-garou, qui tue Oma et défigure Scarlett. A partir de ce jour, les deux filles sont recueillies par Papa Reynolds, le forestier qui vit avec ses six fils à l'orée de la forêt. Il leur apprend à combattre les loups-garous, les Fenris, avec son plus jeune fils Silas.
Scarlett n'a qu'un seul objectif dans sa vie : éliminer le plus grand nombre de Fenris. Rosie la suit car elle pense lui devoir la vie. mais tout comme Silas, elle aimerait parfois avoir une vie normale, innocente, sans avoir à ce soucier des loups...

[spoiler]Pourtant, ce n'est pas le moment de renoncer à la chasse : les loups cherchent un Potentiel, c'est à dire une personne qui deviendra loup-garou à son tour s'il se fait mordre au bon moment. Pour rechercher ce Potentiel et tenter de minimiser les meurtres des Fenris, les filles et Silas se rendent en ville.
Rosie découvre peu à peu qu'elle est amoureuse de Silas et qu'elle n'est pas faite pour la chasse, du moins pas autant que son ainée. Cette dernière ne comprend pas la romance de ses équipiers.
Il s'avère en fait que le Potentiel est Silas ! Le suspens dure jusqu'au bout : Rosie est kidnappée pour l'attirer, il se fait mordre mais... la phase de la lune était déjà terminée !
A la fin, Scarlett continue à chasser en solitaire mais Silas et Rosie restent ensemble et voyagent à travers les Etats-Unis. [/spoiler]

Le concept de ce livre est particulièrement intéressant, car un chapitre sur deux est écrit selon le point de vue d'une des filles. On peut ainsi mesurer à quel point elles se ressemblent, elles se différencient et elles s'aiment. Le suspens est intense tout au long du roman, une deuxième lecture permet de déceler les indices donnés dès le premier chapitre. on remarque aussi l'omniprésence du rouge dans cette histoire (que ce soit au niveau de la cape des chasseuses, des glaces à la cerise, de la fête des pommes...).
La romancière a donc su jouer admirablement avec les mots et les symboliques.
Une dernière chose : elle a su mêler une histoire qui fait peur avec une histoire d'amour entre deux sœurs... Chapeau !

par Zelina
Arcadia hotel Arcadia hotel
Jojo Moyes   
Quelques longueurs qui gachent le plaisir de la lecture.
La fin est prévisible.
Bref un livre qui n'est pas inoubliable mais qui se laisse lire car l'histoire reste vraiment agréable et le style claire et léger est facile.

par Milathea
Trois secrets Trois secrets
Randy Susan Meyers   
Bon mon avis va être court...
Je n'ai pas apprécié ce livre et j'ai horreur de ça. C'est toujours frustrant d'être déçu d'un livre, surtout quand c'est un cadeau.
Le gros défaut de ce roman est que tout est écrit dans le résumé ! Il n'y a aucune action, aucun retournement de situation... Je l'ai trouvé plat. Alors oui c'est un roman psychologique, oui l'aspect psychologique y est très bien développé mais...ça n'a pas suffit pour m'embarquer. À certains moments ça tournait en rond et puis aucune surprise.


par duduV
À la vie, à la mort ! À la vie, à la mort !
Célia Bryce   
Un livre où l’émotion vous transperce en plein coeur!
Beau et triste tout simplement.

Bienvenue à Big Stone Gap Bienvenue à Big Stone Gap
Adriana Trigiani   
Même après avoir fini ma lecture je n’arrive pas à classer Bienvenue à Big Stone Gap ! On rit, on pleure et on s’indigne au fur et à mesure que l’on tourne les pages et que l’on apprend à apprécier les habitants de cette petite ville nichée au coeur des Montagnes Bleues.

J’ai beaucoup apprécié ce roman que ce soit au niveau de l’histoire, des personnages ou même de l’écriture. Dès les premières pages, j’ai été plongée dans une autre époque, une autre atmosphère. Je m’y croyais vraiment et j’ai été totalement dépaysée.
Si l’intrigue semble, à première vue, simple et banale, au final ce n’est absolument pas le ressenti que j’ai eu une fois ma lecture terminée. Au contraire, l’histoire est très prenante ! Ce livre fait partie de ces ouvrages pleins d’émotions qui, une fois achevés, vous mettent de bonne humeur pour un bout de temps.

Ma chronique ici : http://drunkennessbooks.blogspot.fr/2015/03/bienvenue-big-stone-gap.html
Le Livre de Perle Le Livre de Perle
Timothée De Fombelle   
Il a suffi de cette première phrase : « Qui pouvait deviner qu’elle avait été une fée ? » pour me replonger à nouveau dans cet univers exquis, travaillé, décalé propre à Timothée de Fombelle.

Je me suis donc plongé avec douceur dans Le Livre de Perle, dans cet enchevêtrement subtil d’histoires parallèles, qui finissent toujours par se lier, via ces petits détails que l’on avait remarqué sans savoir vraiment où ils nous emmenaient. Timothée de Fombelle nous emmène, oui, à travers le Paris de l’entre-deux-guerres, de la guerre, de l’après-guerre, à travers les amandiers de Provence, à travers le lac gelé d’un royaume lointain où règne un roi tyrannique, à travers cette forêt de France et ses petites grenouilles, à travers cette formidable maison Perle qui fabrique des guimauves et dont je suis tombé amoureux.

Timothée de Fombelle nous emmène loin, sans jamais vraiment nous déconnecter de la réalité triste de notre monde. Il ne nous perd pas, mais nous fait voyager à travers ces 3 histoires mélancoliques : celle de l’auteur lui-même, qui a réussi le pari de s’infiltrer avec brio dans l’histoire, celle d’un prince amoureux banni de son royaume (il existe, j’en suis convaincu !) et qui passera sa vie à essayer d’y revenir, et celle d’un marchand de guimauves, qui deviendra un vieillard replié de la société, dans sa petite cabane au bord de la rivière, où il entasse ses valises.

Mais Timothée de Fombelle réussit un tour de main avec ce roman différent des (formidables) Vango et Tobie Lolness. Car celui-ci est personnel, touchant, nostalgique, comme ci Timothée de Fombelle essayait de nous faire passer un message : ces royaumes existent, ces royaumes de princes charmants, de fées, de magiciens, de rois tyranniques …

Le Livre de Perle, c’est de la mélancolie, de la nostalgie, de la virtuosité, de la simplicité, de la beauté, de la subtilité, de l’habilité, de la puissance, et c’est la littérature jeunesse à son point culminant, et le petit drapeau est planté.

PS : je l’ai en dédicacé ! Niarf niarf ….

CRITIQUE COMPLÈTE SUR https://lecturefolle.wordpress.com/2015/01/29/le-livre-de-perle-de-timothee-de-fombelle/
A Kiss in the Dark A Kiss in the Dark
Cat Clarke   
Avec A KISS IN THE DARK, Cat Clarke revient en force et nous offre une histoire à la fois poignante, émouvante et pleine d’intensité. Ce n’est plus un secret pour personne : l’année dernière, UNDONE/REVANCHE m’a complètement dévasté et m’a permis d’appréhender la lecture sous un nouvel angle. C’est donc sans grande surprise que vous apprendrez que oui, effectivement, mes attentes concernant ce roman étaient plutôt élevées. Malgré tout, j’ai essayé de ne pas trop repenser à toutes les émotions que j’ai ressenties en lisant UNDONE, histoire de pouvoir laisser à A KISS IN THE DARK toutes ses chances de me séduire. Si j’ai vraiment beaucoup aimé la première partie du récit et que j’ai retrouvé avec bonheur le style de Cat Clarke, je dois bien avouer que la seconde moitié du roman m’a un peu plus déconcerté. Disons juste qu’en fait l’un des principaux renversements de situation ne m’a pas semblé légitime du tout et que, à cause de cela, je n’ai pas pu être pris par ma lecture autant que j’aurais souhaité l’être. Je pense que si je devais classer les romans de Cat Clarke par ordre de préférence, A KISS IN THE DARK finirait dernier. Je vous assure que ça me brise le cœur de le reconnaître, mais je ne peux pas nier ce que je ressens. Néanmoins, j’ai sincèrement passé un excellent moment en compagnie de ce livre, puis pouvoir lire un nouveau Cat Clarke est tellement extraordinaire que je ne peux que ressortir satisfait de ma lecture.

SUITE : http://wandering-world.skyrock.com/3213203737-A-KISS-IN-THE-DARK.html?connect=1&kiff=3213203737&k=QgUvE5dQudwZv7g6kd5U9lhWyUg%3A

par Jordan
Cruelles Cruelles
Cat Clarke   
http://wandering-world.skyrock.com/3135023528-Torn.html

Je crois qu'on devrait coller une étiquette "Attention, livres impossibles à lâcher" sur les romans de Cat Clarke. Vous avez sûrement déjà entendu parler de CONFUSION, son premier roman ? Livre qui avait été un énorme coup de cœur pour moi, et qui m'avait permis de découvrir cette auteure au style si particulier. J'ai retrouvé avec TORN toutes les émotions à la fois violentes et captivantes que m'avait procuré CONFUSION. Cat Clarke a un truc. Un truc qui fait que son monde, ses mots, ses personnages et son histoire nous prennent aux tripes, nous coupent le souffle, nous habitent et nous obsèdent longtemps après avoir terminé le roman. Même si la conclusion de TORN m'a moins pris au dépourvu que celle de CONFUSION, et qu'elle me frustre énormément vu qu'elle est très ouverte, je sais pertinemment que ce récit va autant me perturber et m'enivrer que mon précédent coup de cœur. Pour tout vous dire, je ressors de ma lecture complètement perdu. Je suis à la fois grisé, à bout de souffle, agacé, renversé, frustré, ébloui et complètement sous le charme. Difficile de faire la part des choses dans des conditions pareilles !
Une fois de plus, Cat Clarke a su créer une histoire troublante et passionnante, où amour, tensions, revanche, amitié déchues, désillusions, désir et espoirs adolescents se mêlent, s'entrecroisent, se lient et se déchirent. J'ai vraiment beaucoup de mal à retranscrire tout ce que j'ai ressenti en découvrant au fur et à mesure de ma lecture l'évolution de l'intrigue. Je pense que le résumé donne suffisamment l'eau à la bouche comme ça. Quatre adolescentes, un voyage scolaire, un meurtre, des vies bouleversées à jamais. Comment ne pas vouloir en savoir plus ? Cat Clarke a eu la brillante idée de démarrer son récit par des funérailles, en plus. Ainsi, on rentre immédiatement dans l'histoire. L'auteure va droit au début, et c'est ultra rafraîchissant. Surtout qu'elle sait comment nous faire saliver et nous tenir en haleine. Pendant toute notre lecture on se demande "mais qu'est-ce qui va se passer ensuite ?", "qui va craquer ?", "comment vont-elles assumer leurs actes ?". Les interrogations s'accumulent sans cesse, et Cat Clarke prend un plaisir malsain à y répondre seulement à la fin. On se ronge les ongles, on s'imagine des dizaines de scénarios possibles, on évite certaines conclusions qui nous paraissent trop horribles et on panique devant les décisions que prend l'auteure... Bref, impossible de rester de marbre en lisant TORN !
Évidemment, TORN, ce n'est pas seulement l'histoire de quatre filles qui tuent quelqu'un et qui semblent s'en sortir. Tout cela serait bien trop simple. TORN, c'est surtout l'histoire d'Alice, une des adolescentes, justement. Haaaaaaaaaaa, Alice !!! Exactement comme pour Grace dans CONFUSION, Cat Clarke nous la décrit de façon parfaite. Elle parvient à littéralement faire naître un personnage sous nos yeux. Je pourrais croiser Alice n'importe où. Vous le pourriez, vous aussi, pour la simple et bonne raison qu'elle paraît TELLEMENT vraie ! L'auteure sait complètement comment décrire le monde impitoyable qu'est celui du lycée, de l'adolescence, du passage à l'âge adulte et de tous les troubles qui en découlent. Alice est humaine. Vraie. Authentique. Chaque parcelle du roman décrite derrière son regard et P-A-R-F-A-I-T-E. C'est encore mieux que de regarder un film. Tout est net, clair, précis. C'est fascinant !
Mais l'auteure ne s'arrête pas là, puisque pratiquement tout le récit et basé sur sa manière de réagir après le meurtre. Là, on joue véritablement avec la santé mentale de l'héroïne. Et, vous me connaissez, j'ai adoré ça !!! On ne peut pas s'empêcher de se demander si Alice ne va pas exploser, devenir dingue, tout quitter ou faire comme si de rien n'était. On reste suspendus au moindre mot qui s'échappe de ses lèvres, à la moindre pensée qui effleure son esprit, au moindre petit choix qu'elle fait. Franchement, je n'ai connu ça qu'avec Cat Clarke, je crois. Elle possède vraiment un don pour nous rendre accros et faire de son récit un objet sur lequel toute notre attention est portée ! Quel bonheur !
Nous ne découvrons pas seulement les réactions d'Alice et sa nouvelle vie après cet évènement bouleversant. Il y a aussi Cass, Rae et Polly, ainsi que Jack, le frère de Tara. Mon dieu, que j'ai adoré décrypter leurs comportements et leurs réactions à eux aussi ! Chaque personnage représente, pour moi, une façon de réagir face à la mort de quelqu'un. Folie, amour, vengeance, profit ou encore profonde tristesse... Aucun sentiment ne nous est épargné. L'histoire de ses cinq protagonistes est vraiment saisissante. Là aussi, on se demande sans cesse "qui est la personne la plus faible ?", "qui va faire une erreur et va révéler le secret au grand jour ?", ou encore "jusqu'où Alice est prête à aller avec Jack ?". Bref, encore tout un tas de questions, mais qui gravitent cette fois autour de personnages tout aussi magnifiquement bien décrits que celui d'Alice. Les rapports entre eux sont bourrés de justesse et de vérités. C'est tout un monde réel et logique qui s'offre à nous, et on a véritablement aucun mal à s'y laisser piéger.
Autre aspect sensationnel de ma lecture : mes retrouvailles avec l'écriture de Cat Clarke. J'avais déjà succombé à elle en lisant CONFUSION. Tout est clair, concis, et on va directement au cœur-même des choses. Ici, l'auteure fait un pas de plus dans sa perfection. Elle a réussi à me faire pleurer de rire alors que l'ambiance du roman est lourde, mais dans le meilleur sens du terme qui existe. Cat Clarke sait comment ébranler nos sentiments en un claquement de doigt. J'ai ri, j'ai eu les larmes aux yeux, j'ai angoissé comme jamais et j'ai stressé au point de jeter le roman sur mon lit de peur de découvrir ce qui m'attendais dans la suite de l'histoire. Elle n'hésite pas à en faire voir de toutes les couleurs à ses personnages, à les faire souffrir et ne rien leur épargner. Elle décrit avec rigueur et de manière efficace tous les sentiments qui nous parcourent et nous consument à certaines périodes de notre vie. Tout est exact. Tout est juste. Tout est dévastateur.
Seul défaut : la conclusion. Haaaalala, que je suis frustré et en colère de devoir dire ça ! Avec la fin juste annihilante et ravageuse de CONFUSION, je m'attendais à, une fois de plus, en prendre plein la tête. C'est exactement ce qu'il s'est passé, mais pas de la manière dont je l'espérais. Il reste malheureusement pas mal d'interrogations en suspens, et de destins trop flous pour complètement me satisfaire. J'ai eu l'impression que Cat Clarke avait décidé de laisser certains personnages de côté pour seulement se concentrer sur Alice dans les ultimes pages. Elle ne s'embête pas à nous offrir les réponses à des questions pourtant très souvent mises en avant. La fin est quand même pas mal ouverte, en fait. C'est aussi simple que ça. Sauf que les fins ouvertes et moi, ça fait deux. Par contre, je comprends très bien pourquoi l'auteure a choisi cette voie. Ainsi, elle continue d'avancer dans le chemin réaliste qu'elle a choisi de prendre. Tout cela ne fait que rajouter "du vrai" à l'histoire. Mais, au final, je suis plus frustré qu'autre chose, lol ! Et c'est vraiment terriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiible !!! Par contre, les toutes dernières lignes m'ont vraiment marqué et achevé ! Je peux, sans l'ombre d'un doute, affirmer que l'histoire d'Alice, Cass, Rae, Polly, Jack et Tara va me hanter et m'obséder encore un bout de temps !
Au final, TORN est pratiquement tout aussi bon et jouissif à lire que CONFUSION. Si ce n'est pas un coup de cœur à cause de sa conclusion ouverte, ce roman reste envoûtant, noir, consumant, et merveilleusement bien écrit. Cat Clarke a, une nouvelle fois, su me combler et me convaincre qu'elle était une des meilleures auteures YA qui existe ( et qu'il faut qu'elle continue à écrire encore et encore et encore et encore :p ). En fait, je crois que je vais même pouvoir nommer cet effet qu'elle a sur moi « l'Effet Cat Clarke », puisqu'il n'y qu'avec elle que je ressens mes émotions de façon aussi palpitante et intense. TORN est une véritable perle. Une bombe qui n'a pas fini de me brûler de me fasciner. Je vais désormais devoir attendre la fin du mois de Janvier pour pouvoir me jeter sur le troisième roman de l'auteure, UNDONE, qui, j'en suis sûr, va autant me renverser que TORN et CONFUSION. Une lecture exaltante, dramatique et vibrante, à ne pas manquer.

par Jordan