Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de MlleViolette : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Lucides Lucides
Ron Bass    Adrienne Stoltz   
4,5/5

http://wandering-world.skyrock.com/3177943243-LUCID.html

SOUFFLE COUPÉ. BESOIN DE RÉFLÉCHIR. PAUMÉ ET PULVÉRISÉ. Voilà ce que j'ai éprouvé en refermant le roman. Mon dieu, qu'est-ce que c'est que ce livre ? Avez-vous déjà écouté une chanson que vous trouviez plutôt moyenne au départ puis, d'un seul coup, et sans trop que vous compreniez pourquoi, tout explose, vous l'adorez et vous la passez en boucle jusqu'à l'overdose ? C'est exactement ce que m'a fait ressentir LUCID. Au départ, les choses étaient mal parties. Très mal parties. J'ai eu beaucoup de mal à m'attacher aux héroïnes, et l'histoire était tout sauf prenante et intéressante. Malgré tout, je sentais qu'une énorme possibilité se cachait derrière tout ça. L'univers était vraiment captivant et l'étrange lien entre Maggie et Sloane m'appelait énormément. Puis PAF. Je suis arrivé à un moment du roman où j'ai été brisé. Les auteurs révèlent enfin tout le potentiel de l'histoire, et c'est carrément TRAUMATISANT. Les 100 dernières pages de LUCID ont tout rattrapé, vraiment. Au départ, je pensais attribuer la note de 3/5 au livre. Puis les 30 derniers pour cent m'ont permis d'élever cette note à 4,5. J'étais prêt à mettre un 5, mais il aurait été en décalage avec mon ressenti du début... Et en même temps cette fin est tellement parfaite... Et... Haaaaaaa !!! Je suis officiellement déchiré !!! LUCID est un livre que je ne suis pas prêt d'oublier, je vous le garantis. L'histoire m'a marqué et m'a complètement renversé.
Mon gros problème, au départ, c'est que je ne me suis pas du tout attaché aux héroïnes. Qu'il s'agisse de Sloane ou de Maggie, je n'arrivais pas à créer un lien avec elles. Surtout qu'au début, les auteurs ne s'embêtent pas trop à nous les présenter. Ni elles, ni les nombreux personnages qu'elles côtoient. Donc en plus de devoir s'adapter à ces deux jeunes femmes, il faut aussi tenter de comprendre les personnes qui les entourent. Ça a été difficile. Vraiment. A de très nombreuses, j'ai dû retourner au début de tel ou tel chapitre pour être sûr que je suivais Sloane ou Maggie. L'alternance de point de vue est vraiment justifiée et hyper intrigante, mais elle nous perd plus qu'autre chose durant les premières pages. Je vous assure que j'ai eu beaucoup de mal à m'identifier à leurs réactions et à leurs pensées. Le truc, c'est qu'elles ne possèdent aucune profondeur. J'avais juste l'impression de lire, et non pas de ressentir. Sauf qu'une lecture qui ne me fait pas éprouver mentalement ou physiquement quelque chose, ce n'est pas vraiment pour moi.
Cette sensation de distance et d'incompréhension face aux héroïnes m'a accompagné pendant une grosse partie du roman. Il ne se passe absolument rien pour nous faciliter la tâche. En effet, les rebondissements ne se bousculent pas. On ne fait que suivre Sloane et Maggie. Leurs vies ne sont pas spécialement mouvementées, il n'y a pas de grands retournements de situation. Je vous assure qu'au bout de 200 pages, j'avais quelques doutes quant au potentiel de l'histoire. Mais j'ai continué, et il y a un premier élément qui a commencé à tout changer.
Les romances. Les deux histoires d'amour que nous découvrons dans ce récit m'ont énormément plu. Elles sont hyper naturelles et hyper touchantes. Je sais que ce n'est pas vraiment un des points-clés de l'intrigue, mais les idylles parallèles que nous suivons sont vraiment beaux. Sloane et James m'ont ému, Maggie et Andrew m'ont ému. Une fois que j'ai réussi à trouver un élément plaisant à l'intrigue, j'ai pu avancer plus facilement dans le roman. Et je suis tellement, tellement, tellement heureux de l'avoir fait. Parce qu'à partir de la page 250, tout, absolument TOUT, devient parfait.
Comme vous le savez, l'histoire traite de deux héroïnes qui rêvent qu'elles échangent leurs vies durant leur sommeil. Rien que l'idée est géniale, n'est-ce pas ? De plus, comme je l'ai dit un peu plus haut, on sent bien qu'elle reste très présente dans la première partie du récit. Du coup, une part de nous ne peut pas s'empêcher de se demander "est-ce un songe ? Est-ce vrai ? Quel monde est réel et quel monde ne l'est pas ? Y a-t-il un monde réel ?". Surtout que, petit à petit, Sloane et Maggie introduisent des doutes et des phrases coup de point qui viennent renverser nos convictions. C'est d'ailleurs à partir de là que j'ai commencé à m'attacher à elles : quand on se rend-compte qu'elles sont aussi paumées et décontenancées que nous.
Voilà pourquoi j'ai adoré LUCID, en dépit de ses défauts dans les 200 premières pages : parce que j'ai perdu absolument TOUS mes repères. Mais, genre, vraiment. J'ai été obligé de lire jusqu'à deux heures du matin pour connaître le fin mot de l'intrigue tant tout devenait obsédant et dérangeant. J'ai été obligé d'aller parler à mon demi frère à deux heures et demi pour partager mes sensations, toutes plus entremêlées et dévastées les unes que les autres. En lisant les 100 dernières pages, je hurlais à chaque ligne que je lisais. Je hurlais et je jetais mon livre à l'autre bout de mon lit. C'était plus fort que moi. QU'EST-CE QUE C'EST QUE CE LIVRE ? En plus d'être complètement désorienté, j'étais à la fois terrifié et HYPER excité. Parce qu'on ne comprend vraiment plus rien. Les derniers chapitres, et rien que d'en reparler j'ai l'estomac qui se sert, sont juste ultra forts et ultra perturbants. J'ai été ébloui devant autant de génie et de perfection. En découvrant la conclusion de LUCID, j'ai trouvé l'idée des auteurs brillante. Brillante et extraordinaire. Car, putain, que LUCID est magnifique. Je pourrai vous le répéter pendant des heures : l'ultime centaine de pages m'a dévasté. J'avais envie de pleurer parce que la folie guettait Sloane et Maggie, de crier parce que j'étais perdu, de taper contre les murs parce que je devenais dingue. LUCID m'a rendu dingue.
Il faut que vous compreniez un truc : les dernières pages de LUCID, et là je parle de 3 dernières pages, sont tellement intenses et troublantes que j'ai dû les relire quatre ou cinq fois avant de les saisir entièrement. J'ai eu le souffle coupé, les larmes aux yeux, les mains tremblantes et l'esprit complètement fragmenté. C'était juste... Spectaculaire. Le final de LUCID est spectaculaire, de toute manière. Ce roman ressemble un peu à un feu d'artifice : ça commence lentement, ça ne provoque rien, puis tout explose, et on a le corps qui vibre et le cœur qui implose. Je n'avais pas été autant dévasté par un livre depuis UNDONE de Cat Clarke. Alors, non, LUCID ne dépasse pas UNDONE, mais il n'est pas très loin d'autant me marquer dans la durée. Je me suis déjà endormi et réveillé en pensant à la conclusion époustouflante de LUCID, et je crois que l'état de choc dans lequel je suis plongé ne va pas me quitter de sitôt.
Ma chronique n'est vraiment pas top, et pourtant j'ai mis trois fois de plus de temps à l'écrire qu'habituellement. Je ne parviens pas à retranscrire tout ce que j'ai ressenti. La conclusion de LUCID reste pas mal ouverte et nous laisse quelques questions sans réponse, et, pourtant, je n'en ai strictement rien à faire. Pour qu'une fin ouverte de me gêne pas (et me plaise, même !), c'est vraiment qu'il y a quelque chose de formidable et d'indescriptible au cœur de cette intrigue. En terminant LUCID, je n'en pouvais plus. J'étais vidé. Je voulais gémir. Je voulais parler avec quelqu'un. Parce que, vraiment, ce roman nous soustrait tous nos points de repère. Toutes nos convictions. On est paumés. On est pulvérisés. On est détruits. On est choqués. Merde, quelle fin !!! Il y a même un paragraphe que j'ai trouvé tellement poétique et tellement troublant et tellement enivrant et tellement ravageur et tellement brûlant et tellement parfait que je l'ai relu une bonne dizaine de fois ♥
En résumé, LUCID est un véritable coup de cœur, sans vraiment en être un. Dans le fond, je crois que je ne m'autorise pas à le classer comme tel à cause des 200 premières pages qui sont un peu molles et pas vraiment saisissantes. Sloane et Maggie ne sont pas attachantes, et leurs vies ne sont pas plaisantes à suivre. Puis, comme je vous l'ai déjà bien expliqué je pense, tout explose et tout nous coupe le souffle. Une fois les 200 pages passées, on fond, on hurle, on pleure, et on est dévastés. LUCID est un récit qui a volé mon cœur et mon esprit. Mes convictions et mes émotions. Il y a un moment dans l'histoire où ne sait plus qui est fou, qu'est-ce qui est réel, ou encore qu'est-ce qui est imaginaire. Même moi j'ai eu l'impression de caresser la folie du doigt. LUCID confirme bien ma tendance à adorer les personnages complètement malades : comme pour Jem avec UNDONE, Sloane et Maggie vont devenir des êtres faits de pure folie, et j'ai complètement craqué. Je crois que je vais devoir prendre rendez-vous chez un psychologue, non ? C'est malsain. LUCID est malsain. Malsain, imparfait durant 200 pages, mais tellement parfait dans la suite. Je n'ai pas envie de terminer cette chronique. Parce que j'ai envie de vous donner envie de lire LUCID. D'en parler, encore et encore, parce que ce roman ne va pas me quitter avant un long, long moment. LUCID est une chanson dont les ultimes notes sont envoûtantes et hypnotiques, exaltantes et mystérieuses, déchirantes et irrésistibles. C'est un feu d'artifice duquel on ne peut pas détourner les yeux. LUCID est comme la gravité, on ne peut pas y résister. Cette fin quoi. Cette fin ♥

par Jordan
Avant Toi Avant Toi
Jojo Moyes   
Un vrai coup de cœur .
Un livre d'une rare beauté, magique, déchirant et un véritable choc émotionnel...
Car cette histoire pourrait êtes vrai!
Donc ma forte émotion pour ce livre je me suis mise dans la peau du personnage de Lou, on ne peut quand ressortir plus grand et fort...
Je ne vous ferais pas de grande phrase car je manque de mots tellement mon cœur et bouleversé .
Par ce roman si beau et si triste mon cœur a été touché.
Mes larmes ont coulé doucement au fil des pages...
Excellent une belle leçon de vie, et qui font réfléchir sur nos petits tracas de la vie quotidienne qui sont bien petits, car ça n'a beau être qu'un roman il sent dégage beaucoup d'émotions et bien plus encore...
Gros coup de cœur 2013 et un de met livre préféré dans ma biblio ❤❤❤❤
À lire ...
La ballerine et les barricades La ballerine et les barricades
Kathryn Lasky   
J'ai lu ce livre il y a quleques années et même si j'ai un peu oublié l'histoire, j'en garde un agréable osuvenir. Il me semble que l'histoire est basée sur de faits historiques et qu'en même temps nous suivons la vie d'une jeune ballerine.
Tes mots sur mes lèvres Tes mots sur mes lèvres
Katja Millay   
The Sea of tranquility est un véritable diamant l'état brut...3 mots pour le décrire : émotions, émotions et émotions....Fucking hard emotions!!

Entrer dans ce the Sea of Tranquility, c'est d'abord aborder un roman mystérieux,ou on se pose des tas de questions et pourquoi et pourqoui..et on se frustre, mais de cette frustration naît une véritable de soif de révélations, donc on continue a naviguer à travers les pages jusqu’à que ce livre fasse intégralement partie de votre vie..Une intrigue crescendo comme je les aime, de personnages réels , attachants, brisés,puissant, en totale perdition..c'est au fil de la lecture, chaperonnée d'un talent fou, que Katja Millay,, insinue ses protagonistes jusqu'à qu ils ne fassent plus qu'un avec vous.

On devient Josh et on devient Nastya...et attention car il est très difficile de s'en défaire...et toutes leurs émotions, ce qu'ils peuvent penser ou dire vont imploser en vous et attention les dégâts.

Je ne parlerai pas des sujets sur lesquels repose roman car je vous enlèverai tout ce qu'il y'a découvrir, et il y'a tellement à découvrir.

Un premier roman de cette auteure..et vraiment un des plus beaux que j'ai pu lire...dans mes favoris pour l'année 2013.

par Lylie34
L'été des secondes chances L'été des secondes chances
Morgan Matson   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2014/07/lete-des-secondes-chances.html

Lorsque le père de Taylor apprend qu'il est condamné, il décide de réunir la famille dans la résidence d'été où ils n'ont plus mis les pieds depuis plusieurs années. Cependant lors de leur dernier séjour, cinq ans plus tôt, la jeune femme a laissé une situation délicate et inachevée avec Lucy, son ancienne meilleure amie de vacances, et Henry, son premier amour. Taylor avait alors fuit face au problème, une habitude contre laquelle elle va devoir apprendre à se battre. La maladie qui secoue sa famille ne pourra pas être ignorée, peu importe la distance à laquelle elle pourrait s'enfuir, et la situation qu'elle a laissée en plan toutes ces années plus tôt ne manquera pas non plus de se rappeler à elle...

J'ai énormément apprécié Taylor même si, à la base, je ne suis pas friande de personnages adeptes de la technique de l'autruche. Cependant ce travers de l’héroïne est emmené de façon très intelligente, voir presque logique, par Morgan Matson et finalement cette mauvaise habitude apporte même un poids supplémentaire à ce que va vivre la jeune femme. En effet, le fait que Taylor doive apprendre à affronter ses problèmes viendra réellement appuyer ses diverses prises de conscience au fil de l'été. La maladie d'un proche est quelque chose auquel on ne peut échapper, même en faisant l'autruche il y a bien un moment où il faudra sortir la tête du sable et faire face... Et c'est bien la principale leçon que Taylor apprendra au fil de ce dernier été en compagnie de son père.

Si bien sur il y a un minimum de romance dans l'air, le focus de l'histoire reste tout de même sur cette relation père/fille changée pour le meilleur et le pire par les circonstances. Et si j'ai trouvé la romance et le personnage d'Henry très mignons, c'est vraiment la relation de Taylor avec son père qui m'a le plus touchée et prise aux tripes. Au delà de l'ambiance estivale du récit c'est ce détail qui démarque L'été des secondes chances des autres romans du genre.

D'ailleurs Morgan Matson excelle une fois de plus lorsqu'il s'agit d'équilibrer son récit. Grace à sa plume délicate et juste, elle ne tombe jamais dans l'excès de légèreté ou à contrario dans l'excès de pathos. Et s'il n'y a pas de rebondissements particuliers au fil de l'histoire, elle sait tout de même nous accrocher totalement à la vie de ces personnages qui semblent presque coupés du monde le temps d'un été. C'est vraiment un roman qui sait faire la part belle aux protagonistes, même les secondaires, et c'est vraiment l'évolution de ces derniers qui apporte le rythme de lecture.

L'été des secondes chances réussi donc le tour de force d'évoquer les thèmes compliqués de la maladie et la perte tout en gardant cette fraîcheur si particulière à un récit d'été. C'est une vraie lecture à la fois douce et amère, entre légèreté et densité, qui ne peux que faire mouche à tous les coups. Non seulement j'ai énormément apprécié, mais c'est un roman que je relirais avec plaisir un prochain été !

par Althea
Je m'appelle Budo Je m'appelle Budo
Matthew Dicks   
Ce livre est donc l'histoire de Max, un petit garçon, narrée par Budo, son ami imaginaire. J'ai trouvé le choix de ce narrateur très astucieux. Ce concept rend l'histoire un peu étrange mais a le mérite d'être original. J'ai beaucoup aimé les 150 premières pages. Il ne se passe pas grand chose mais la vie de Budo m'a intéressée. Cependant, une fois ce cap passé, j'ai commencé à m'ennuyer, j'avais moins de plaisir à continuer ma lecture. J'ai trouvé ce livre de plus en plus étrange...

Je m'explique : Budo est un personnage bizarre mais agréable. Seulement, je n'ai pas trop aimé les passages où il se trouve en compagnie d'autres amis imaginaires aux apparences plus loufoques les unes que les autres. Tandis que Budo a une apparence humaine, beaucoup d'entre eux s'apparentent presque à des créatures fantastiques ! Par exemple, l'un d'entre eux est une cuillère ! Tout ça participe à la non-crédibilité de l'histoire et m'a... dérangé.

De plus, l'intrigue aussi devenait de plus en plus tordue et de même, le réalisme en prend un coup. J'adore l'idée de l'ami imaginaire mais j'ai eu du mal à croire à certains passages. J'étais donc contente d'arriver enfin au dénouement lors des 50 dernières pages. A ce moment là, l'histoire est devenue plus immersive et j'ai retrouvé le plaisir de lire que j'avais eu au début. En effet, la fin est riche en rebondissement. - Attention spoïler si vous surlignez : [spoiler]mais j'aurai aimé plus d'explication de la part de Mme Patterson : pourquoi a t elle kidnappé Max et pas n'importe quel petit garçon ? Je n'ai pas trouvé ça très clair...[/spoiler] Fin du spoïler - Résumé : je n'ai pas compris les motivations d'un protagoniste de l'histoire et j'aurai donc aimé plus d'explications de la part de l'auteur.

Le cadre de l'histoire est centré sur l'enfance de Max. Ses jeux, sa maîtresse, ses problèmes à l'école... Au bout de 400 pages, ces sujets ont vite perdu de l'intérêt à mes yeux. Habituellement, j'adore la magie et l'insouciance de cette période de la vie (la plus belle, sans doute) mais j'attendais avec ce livre quelque chose de plus. Heureusement, Matthew Dicks m'a quand même conquise avec son approche de l'autisme qui touche Max. Jamais mentionné explicitement, l'auteur a su expliquer ce sujet tout en justesse et simplicité.

Je m'appelle Budo fut donc une lecture en demi-teinte pour moi. J'ai aimé le début et la fin, j'ai moins apprécié le milieu du livre... Le souci de crédibilité de l'histoire m'a parfois déçue mais l'autisme est un thème admirablement bien abordé par l'auteur. Je m'appelle Budo est le genre de roman qui peut être mis entre toutes les mains, quelque soit l'âge du lecteur. Une expérience unique, à faire soi-même. Beaucoup ont adoré, ce n'est pas mon cas mais je ne regrette pas cette lecture.

par happyzett
La Part de l'autre La Part de l'autre
Éric-Emmanuel Schmitt   
Ce livre ammène une question que l'on ne s'est pas assez posé : Et si Hitler avait été différent ? Si la vie l'avait rendu différent ?

L'auteur nous emmène dans un récit incroyable, car si les deux Hitler sont identiques au départ, ils s'éloignent, il se séparent. Le constraste devient à la fin total. Ils n'ont plus qu'en commun que le nom.

Ce qui est incroyable, c'est l'imagination et l'appui historique de l'auteur qui a su nous inventer un 20ème siècle sans le Hitler que nous connaissons.

On peut trouver dérangeant de ressentir les sentiments d'Hitler à toutes les périodes de sa vie. Puisque l'auteur décrit à merveille les sentiments. Le roman en lui même est assez choc. Les scènes de guerre sont parfois d'une violence presque intolérables. beaucoup d'allusions sexuelles aussi.

Chapeau très bas à l'auteur, avec un roman qui fait réffléchir.


par Altanais
Quand le ciel descend sur la Terre, tome 1 Quand le ciel descend sur la Terre, tome 1
Maud Cordier   
Alors pour commencer je déteste l'auteure... Je déteste comment elle a terminé le livre, JE LA DÉTESTE.....
J'adore ce livre, je l'ai terminer hier soir, et alors là j'étais.. Non, non non ça peut pas se terminer comme ça.........
Je veux dire, c'est un livre passionnant, plein d'amour, d'amitié, d'aventure amoureuse... Je suis tomber sous le charme de ce livre. Je remercie l'auteur, pour m'avoir fait passer des moments vraiment exceptionnel, et extraordinaire.
Je trouve que c'est un livre qui vaut la peine d'être lu. Par moment l'écriture est un peu trop lourde, mais y'a plein de détail et j'adore les détails.
Bref pour conclure, un livre vraiment magnifique et magique, je le conseil à tous les amoureux de lecture.
Et vu comment ça c'est terminé, j'espère vraiment qu'il y aura une suite..
Ah au fait, je blaguais au début, j'adore l'auteure :-D
Trois secrets Trois secrets
Randy Susan Meyers   
Bon mon avis va être court...
Je n'ai pas apprécié ce livre et j'ai horreur de ça. C'est toujours frustrant d'être déçu d'un livre, surtout quand c'est un cadeau.
Le gros défaut de ce roman est que tout est écrit dans le résumé ! Il n'y a aucune action, aucun retournement de situation... Je l'ai trouvé plat. Alors oui c'est un roman psychologique, oui l'aspect psychologique y est très bien développé mais...ça n'a pas suffit pour m'embarquer. À certains moments ça tournait en rond et puis aucune surprise.


par duduV
Le Livre de Perle Le Livre de Perle
Timothée De Fombelle   
Il a suffi de cette première phrase : « Qui pouvait deviner qu’elle avait été une fée ? » pour me replonger à nouveau dans cet univers exquis, travaillé, décalé propre à Timothée de Fombelle.

Je me suis donc plongé avec douceur dans Le Livre de Perle, dans cet enchevêtrement subtil d’histoires parallèles, qui finissent toujours par se lier, via ces petits détails que l’on avait remarqué sans savoir vraiment où ils nous emmenaient. Timothée de Fombelle nous emmène, oui, à travers le Paris de l’entre-deux-guerres, de la guerre, de l’après-guerre, à travers les amandiers de Provence, à travers le lac gelé d’un royaume lointain où règne un roi tyrannique, à travers cette forêt de France et ses petites grenouilles, à travers cette formidable maison Perle qui fabrique des guimauves et dont je suis tombé amoureux.

Timothée de Fombelle nous emmène loin, sans jamais vraiment nous déconnecter de la réalité triste de notre monde. Il ne nous perd pas, mais nous fait voyager à travers ces 3 histoires mélancoliques : celle de l’auteur lui-même, qui a réussi le pari de s’infiltrer avec brio dans l’histoire, celle d’un prince amoureux banni de son royaume (il existe, j’en suis convaincu !) et qui passera sa vie à essayer d’y revenir, et celle d’un marchand de guimauves, qui deviendra un vieillard replié de la société, dans sa petite cabane au bord de la rivière, où il entasse ses valises.

Mais Timothée de Fombelle réussit un tour de main avec ce roman différent des (formidables) Vango et Tobie Lolness. Car celui-ci est personnel, touchant, nostalgique, comme ci Timothée de Fombelle essayait de nous faire passer un message : ces royaumes existent, ces royaumes de princes charmants, de fées, de magiciens, de rois tyranniques …

Le Livre de Perle, c’est de la mélancolie, de la nostalgie, de la virtuosité, de la simplicité, de la beauté, de la subtilité, de l’habilité, de la puissance, et c’est la littérature jeunesse à son point culminant, et le petit drapeau est planté.

PS : je l’ai en dédicacé ! Niarf niarf ….

CRITIQUE COMPLÈTE SUR https://lecturefolle.wordpress.com/2015/01/29/le-livre-de-perle-de-timothee-de-fombelle/