Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de MlleViolette : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Lucides Lucides
Ron Bass    Adrienne Stoltz   
4,5/5

http://wandering-world.skyrock.com/3177943243-LUCID.html

SOUFFLE COUPÉ. BESOIN DE RÉFLÉCHIR. PAUMÉ ET PULVÉRISÉ. Voilà ce que j'ai éprouvé en refermant le roman. Mon dieu, qu'est-ce que c'est que ce livre ? Avez-vous déjà écouté une chanson que vous trouviez plutôt moyenne au départ puis, d'un seul coup, et sans trop que vous compreniez pourquoi, tout explose, vous l'adorez et vous la passez en boucle jusqu'à l'overdose ? C'est exactement ce que m'a fait ressentir LUCID. Au départ, les choses étaient mal parties. Très mal parties. J'ai eu beaucoup de mal à m'attacher aux héroïnes, et l'histoire était tout sauf prenante et intéressante. Malgré tout, je sentais qu'une énorme possibilité se cachait derrière tout ça. L'univers était vraiment captivant et l'étrange lien entre Maggie et Sloane m'appelait énormément. Puis PAF. Je suis arrivé à un moment du roman où j'ai été brisé. Les auteurs révèlent enfin tout le potentiel de l'histoire, et c'est carrément TRAUMATISANT. Les 100 dernières pages de LUCID ont tout rattrapé, vraiment. Au départ, je pensais attribuer la note de 3/5 au livre. Puis les 30 derniers pour cent m'ont permis d'élever cette note à 4,5. J'étais prêt à mettre un 5, mais il aurait été en décalage avec mon ressenti du début... Et en même temps cette fin est tellement parfaite... Et... Haaaaaaa !!! Je suis officiellement déchiré !!! LUCID est un livre que je ne suis pas prêt d'oublier, je vous le garantis. L'histoire m'a marqué et m'a complètement renversé.
Mon gros problème, au départ, c'est que je ne me suis pas du tout attaché aux héroïnes. Qu'il s'agisse de Sloane ou de Maggie, je n'arrivais pas à créer un lien avec elles. Surtout qu'au début, les auteurs ne s'embêtent pas trop à nous les présenter. Ni elles, ni les nombreux personnages qu'elles côtoient. Donc en plus de devoir s'adapter à ces deux jeunes femmes, il faut aussi tenter de comprendre les personnes qui les entourent. Ça a été difficile. Vraiment. A de très nombreuses, j'ai dû retourner au début de tel ou tel chapitre pour être sûr que je suivais Sloane ou Maggie. L'alternance de point de vue est vraiment justifiée et hyper intrigante, mais elle nous perd plus qu'autre chose durant les premières pages. Je vous assure que j'ai eu beaucoup de mal à m'identifier à leurs réactions et à leurs pensées. Le truc, c'est qu'elles ne possèdent aucune profondeur. J'avais juste l'impression de lire, et non pas de ressentir. Sauf qu'une lecture qui ne me fait pas éprouver mentalement ou physiquement quelque chose, ce n'est pas vraiment pour moi.
Cette sensation de distance et d'incompréhension face aux héroïnes m'a accompagné pendant une grosse partie du roman. Il ne se passe absolument rien pour nous faciliter la tâche. En effet, les rebondissements ne se bousculent pas. On ne fait que suivre Sloane et Maggie. Leurs vies ne sont pas spécialement mouvementées, il n'y a pas de grands retournements de situation. Je vous assure qu'au bout de 200 pages, j'avais quelques doutes quant au potentiel de l'histoire. Mais j'ai continué, et il y a un premier élément qui a commencé à tout changer.
Les romances. Les deux histoires d'amour que nous découvrons dans ce récit m'ont énormément plu. Elles sont hyper naturelles et hyper touchantes. Je sais que ce n'est pas vraiment un des points-clés de l'intrigue, mais les idylles parallèles que nous suivons sont vraiment beaux. Sloane et James m'ont ému, Maggie et Andrew m'ont ému. Une fois que j'ai réussi à trouver un élément plaisant à l'intrigue, j'ai pu avancer plus facilement dans le roman. Et je suis tellement, tellement, tellement heureux de l'avoir fait. Parce qu'à partir de la page 250, tout, absolument TOUT, devient parfait.
Comme vous le savez, l'histoire traite de deux héroïnes qui rêvent qu'elles échangent leurs vies durant leur sommeil. Rien que l'idée est géniale, n'est-ce pas ? De plus, comme je l'ai dit un peu plus haut, on sent bien qu'elle reste très présente dans la première partie du récit. Du coup, une part de nous ne peut pas s'empêcher de se demander "est-ce un songe ? Est-ce vrai ? Quel monde est réel et quel monde ne l'est pas ? Y a-t-il un monde réel ?". Surtout que, petit à petit, Sloane et Maggie introduisent des doutes et des phrases coup de point qui viennent renverser nos convictions. C'est d'ailleurs à partir de là que j'ai commencé à m'attacher à elles : quand on se rend-compte qu'elles sont aussi paumées et décontenancées que nous.
Voilà pourquoi j'ai adoré LUCID, en dépit de ses défauts dans les 200 premières pages : parce que j'ai perdu absolument TOUS mes repères. Mais, genre, vraiment. J'ai été obligé de lire jusqu'à deux heures du matin pour connaître le fin mot de l'intrigue tant tout devenait obsédant et dérangeant. J'ai été obligé d'aller parler à mon demi frère à deux heures et demi pour partager mes sensations, toutes plus entremêlées et dévastées les unes que les autres. En lisant les 100 dernières pages, je hurlais à chaque ligne que je lisais. Je hurlais et je jetais mon livre à l'autre bout de mon lit. C'était plus fort que moi. QU'EST-CE QUE C'EST QUE CE LIVRE ? En plus d'être complètement désorienté, j'étais à la fois terrifié et HYPER excité. Parce qu'on ne comprend vraiment plus rien. Les derniers chapitres, et rien que d'en reparler j'ai l'estomac qui se sert, sont juste ultra forts et ultra perturbants. J'ai été ébloui devant autant de génie et de perfection. En découvrant la conclusion de LUCID, j'ai trouvé l'idée des auteurs brillante. Brillante et extraordinaire. Car, putain, que LUCID est magnifique. Je pourrai vous le répéter pendant des heures : l'ultime centaine de pages m'a dévasté. J'avais envie de pleurer parce que la folie guettait Sloane et Maggie, de crier parce que j'étais perdu, de taper contre les murs parce que je devenais dingue. LUCID m'a rendu dingue.
Il faut que vous compreniez un truc : les dernières pages de LUCID, et là je parle de 3 dernières pages, sont tellement intenses et troublantes que j'ai dû les relire quatre ou cinq fois avant de les saisir entièrement. J'ai eu le souffle coupé, les larmes aux yeux, les mains tremblantes et l'esprit complètement fragmenté. C'était juste... Spectaculaire. Le final de LUCID est spectaculaire, de toute manière. Ce roman ressemble un peu à un feu d'artifice : ça commence lentement, ça ne provoque rien, puis tout explose, et on a le corps qui vibre et le cœur qui implose. Je n'avais pas été autant dévasté par un livre depuis UNDONE de Cat Clarke. Alors, non, LUCID ne dépasse pas UNDONE, mais il n'est pas très loin d'autant me marquer dans la durée. Je me suis déjà endormi et réveillé en pensant à la conclusion époustouflante de LUCID, et je crois que l'état de choc dans lequel je suis plongé ne va pas me quitter de sitôt.
Ma chronique n'est vraiment pas top, et pourtant j'ai mis trois fois de plus de temps à l'écrire qu'habituellement. Je ne parviens pas à retranscrire tout ce que j'ai ressenti. La conclusion de LUCID reste pas mal ouverte et nous laisse quelques questions sans réponse, et, pourtant, je n'en ai strictement rien à faire. Pour qu'une fin ouverte de me gêne pas (et me plaise, même !), c'est vraiment qu'il y a quelque chose de formidable et d'indescriptible au cœur de cette intrigue. En terminant LUCID, je n'en pouvais plus. J'étais vidé. Je voulais gémir. Je voulais parler avec quelqu'un. Parce que, vraiment, ce roman nous soustrait tous nos points de repère. Toutes nos convictions. On est paumés. On est pulvérisés. On est détruits. On est choqués. Merde, quelle fin !!! Il y a même un paragraphe que j'ai trouvé tellement poétique et tellement troublant et tellement enivrant et tellement ravageur et tellement brûlant et tellement parfait que je l'ai relu une bonne dizaine de fois ♥
En résumé, LUCID est un véritable coup de cœur, sans vraiment en être un. Dans le fond, je crois que je ne m'autorise pas à le classer comme tel à cause des 200 premières pages qui sont un peu molles et pas vraiment saisissantes. Sloane et Maggie ne sont pas attachantes, et leurs vies ne sont pas plaisantes à suivre. Puis, comme je vous l'ai déjà bien expliqué je pense, tout explose et tout nous coupe le souffle. Une fois les 200 pages passées, on fond, on hurle, on pleure, et on est dévastés. LUCID est un récit qui a volé mon cœur et mon esprit. Mes convictions et mes émotions. Il y a un moment dans l'histoire où ne sait plus qui est fou, qu'est-ce qui est réel, ou encore qu'est-ce qui est imaginaire. Même moi j'ai eu l'impression de caresser la folie du doigt. LUCID confirme bien ma tendance à adorer les personnages complètement malades : comme pour Jem avec UNDONE, Sloane et Maggie vont devenir des êtres faits de pure folie, et j'ai complètement craqué. Je crois que je vais devoir prendre rendez-vous chez un psychologue, non ? C'est malsain. LUCID est malsain. Malsain, imparfait durant 200 pages, mais tellement parfait dans la suite. Je n'ai pas envie de terminer cette chronique. Parce que j'ai envie de vous donner envie de lire LUCID. D'en parler, encore et encore, parce que ce roman ne va pas me quitter avant un long, long moment. LUCID est une chanson dont les ultimes notes sont envoûtantes et hypnotiques, exaltantes et mystérieuses, déchirantes et irrésistibles. C'est un feu d'artifice duquel on ne peut pas détourner les yeux. LUCID est comme la gravité, on ne peut pas y résister. Cette fin quoi. Cette fin ♥

par Jordan
L'Été des secondes chances L'Été des secondes chances
Morgan Matson   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2014/07/lete-des-secondes-chances.html

Lorsque le père de Taylor apprend qu'il est condamné, il décide de réunir la famille dans la résidence d'été où ils n'ont plus mis les pieds depuis plusieurs années. Cependant lors de leur dernier séjour, cinq ans plus tôt, la jeune femme a laissé une situation délicate et inachevée avec Lucy, son ancienne meilleure amie de vacances, et Henry, son premier amour. Taylor avait alors fuit face au problème, une habitude contre laquelle elle va devoir apprendre à se battre. La maladie qui secoue sa famille ne pourra pas être ignorée, peu importe la distance à laquelle elle pourrait s'enfuir, et la situation qu'elle a laissée en plan toutes ces années plus tôt ne manquera pas non plus de se rappeler à elle...

J'ai énormément apprécié Taylor même si, à la base, je ne suis pas friande de personnages adeptes de la technique de l'autruche. Cependant ce travers de l’héroïne est emmené de façon très intelligente, voir presque logique, par Morgan Matson et finalement cette mauvaise habitude apporte même un poids supplémentaire à ce que va vivre la jeune femme. En effet, le fait que Taylor doive apprendre à affronter ses problèmes viendra réellement appuyer ses diverses prises de conscience au fil de l'été. La maladie d'un proche est quelque chose auquel on ne peut échapper, même en faisant l'autruche il y a bien un moment où il faudra sortir la tête du sable et faire face... Et c'est bien la principale leçon que Taylor apprendra au fil de ce dernier été en compagnie de son père.

Si bien sur il y a un minimum de romance dans l'air, le focus de l'histoire reste tout de même sur cette relation père/fille changée pour le meilleur et le pire par les circonstances. Et si j'ai trouvé la romance et le personnage d'Henry très mignons, c'est vraiment la relation de Taylor avec son père qui m'a le plus touchée et prise aux tripes. Au delà de l'ambiance estivale du récit c'est ce détail qui démarque L'été des secondes chances des autres romans du genre.

D'ailleurs Morgan Matson excelle une fois de plus lorsqu'il s'agit d'équilibrer son récit. Grace à sa plume délicate et juste, elle ne tombe jamais dans l'excès de légèreté ou à contrario dans l'excès de pathos. Et s'il n'y a pas de rebondissements particuliers au fil de l'histoire, elle sait tout de même nous accrocher totalement à la vie de ces personnages qui semblent presque coupés du monde le temps d'un été. C'est vraiment un roman qui sait faire la part belle aux protagonistes, même les secondaires, et c'est vraiment l'évolution de ces derniers qui apporte le rythme de lecture.

L'été des secondes chances réussi donc le tour de force d'évoquer les thèmes compliqués de la maladie et la perte tout en gardant cette fraîcheur si particulière à un récit d'été. C'est une vraie lecture à la fois douce et amère, entre légèreté et densité, qui ne peux que faire mouche à tous les coups. Non seulement j'ai énormément apprécié, mais c'est un roman que je relirais avec plaisir un prochain été !

par Althea
A Kiss in the Dark A Kiss in the Dark
Cat Clarke   
Avec A KISS IN THE DARK, Cat Clarke revient en force et nous offre une histoire à la fois poignante, émouvante et pleine d’intensité. Ce n’est plus un secret pour personne : l’année dernière, UNDONE/REVANCHE m’a complètement dévasté et m’a permis d’appréhender la lecture sous un nouvel angle. C’est donc sans grande surprise que vous apprendrez que oui, effectivement, mes attentes concernant ce roman étaient plutôt élevées. Malgré tout, j’ai essayé de ne pas trop repenser à toutes les émotions que j’ai ressenties en lisant UNDONE, histoire de pouvoir laisser à A KISS IN THE DARK toutes ses chances de me séduire. Si j’ai vraiment beaucoup aimé la première partie du récit et que j’ai retrouvé avec bonheur le style de Cat Clarke, je dois bien avouer que la seconde moitié du roman m’a un peu plus déconcerté. Disons juste qu’en fait l’un des principaux renversements de situation ne m’a pas semblé légitime du tout et que, à cause de cela, je n’ai pas pu être pris par ma lecture autant que j’aurais souhaité l’être. Je pense que si je devais classer les romans de Cat Clarke par ordre de préférence, A KISS IN THE DARK finirait dernier. Je vous assure que ça me brise le cœur de le reconnaître, mais je ne peux pas nier ce que je ressens. Néanmoins, j’ai sincèrement passé un excellent moment en compagnie de ce livre, puis pouvoir lire un nouveau Cat Clarke est tellement extraordinaire que je ne peux que ressortir satisfait de ma lecture.

SUITE : http://wandering-world.skyrock.com/3213203737-A-KISS-IN-THE-DARK.html?connect=1&kiff=3213203737&k=QgUvE5dQudwZv7g6kd5U9lhWyUg%3A

par Jordan
Cruelles Cruelles
Cat Clarke   
http://wandering-world.skyrock.com/3135023528-Torn.html

Je crois qu'on devrait coller une étiquette "Attention, livres impossibles à lâcher" sur les romans de Cat Clarke. Vous avez sûrement déjà entendu parler de CONFUSION, son premier roman ? Livre qui avait été un énorme coup de cœur pour moi, et qui m'avait permis de découvrir cette auteure au style si particulier. J'ai retrouvé avec TORN toutes les émotions à la fois violentes et captivantes que m'avait procuré CONFUSION. Cat Clarke a un truc. Un truc qui fait que son monde, ses mots, ses personnages et son histoire nous prennent aux tripes, nous coupent le souffle, nous habitent et nous obsèdent longtemps après avoir terminé le roman. Même si la conclusion de TORN m'a moins pris au dépourvu que celle de CONFUSION, et qu'elle me frustre énormément vu qu'elle est très ouverte, je sais pertinemment que ce récit va autant me perturber et m'enivrer que mon précédent coup de cœur. Pour tout vous dire, je ressors de ma lecture complètement perdu. Je suis à la fois grisé, à bout de souffle, agacé, renversé, frustré, ébloui et complètement sous le charme. Difficile de faire la part des choses dans des conditions pareilles !
Une fois de plus, Cat Clarke a su créer une histoire troublante et passionnante, où amour, tensions, revanche, amitié déchues, désillusions, désir et espoirs adolescents se mêlent, s'entrecroisent, se lient et se déchirent. J'ai vraiment beaucoup de mal à retranscrire tout ce que j'ai ressenti en découvrant au fur et à mesure de ma lecture l'évolution de l'intrigue. Je pense que le résumé donne suffisamment l'eau à la bouche comme ça. Quatre adolescentes, un voyage scolaire, un meurtre, des vies bouleversées à jamais. Comment ne pas vouloir en savoir plus ? Cat Clarke a eu la brillante idée de démarrer son récit par des funérailles, en plus. Ainsi, on rentre immédiatement dans l'histoire. L'auteure va droit au début, et c'est ultra rafraîchissant. Surtout qu'elle sait comment nous faire saliver et nous tenir en haleine. Pendant toute notre lecture on se demande "mais qu'est-ce qui va se passer ensuite ?", "qui va craquer ?", "comment vont-elles assumer leurs actes ?". Les interrogations s'accumulent sans cesse, et Cat Clarke prend un plaisir malsain à y répondre seulement à la fin. On se ronge les ongles, on s'imagine des dizaines de scénarios possibles, on évite certaines conclusions qui nous paraissent trop horribles et on panique devant les décisions que prend l'auteure... Bref, impossible de rester de marbre en lisant TORN !
Évidemment, TORN, ce n'est pas seulement l'histoire de quatre filles qui tuent quelqu'un et qui semblent s'en sortir. Tout cela serait bien trop simple. TORN, c'est surtout l'histoire d'Alice, une des adolescentes, justement. Haaaaaaaaaaa, Alice !!! Exactement comme pour Grace dans CONFUSION, Cat Clarke nous la décrit de façon parfaite. Elle parvient à littéralement faire naître un personnage sous nos yeux. Je pourrais croiser Alice n'importe où. Vous le pourriez, vous aussi, pour la simple et bonne raison qu'elle paraît TELLEMENT vraie ! L'auteure sait complètement comment décrire le monde impitoyable qu'est celui du lycée, de l'adolescence, du passage à l'âge adulte et de tous les troubles qui en découlent. Alice est humaine. Vraie. Authentique. Chaque parcelle du roman décrite derrière son regard et P-A-R-F-A-I-T-E. C'est encore mieux que de regarder un film. Tout est net, clair, précis. C'est fascinant !
Mais l'auteure ne s'arrête pas là, puisque pratiquement tout le récit et basé sur sa manière de réagir après le meurtre. Là, on joue véritablement avec la santé mentale de l'héroïne. Et, vous me connaissez, j'ai adoré ça !!! On ne peut pas s'empêcher de se demander si Alice ne va pas exploser, devenir dingue, tout quitter ou faire comme si de rien n'était. On reste suspendus au moindre mot qui s'échappe de ses lèvres, à la moindre pensée qui effleure son esprit, au moindre petit choix qu'elle fait. Franchement, je n'ai connu ça qu'avec Cat Clarke, je crois. Elle possède vraiment un don pour nous rendre accros et faire de son récit un objet sur lequel toute notre attention est portée ! Quel bonheur !
Nous ne découvrons pas seulement les réactions d'Alice et sa nouvelle vie après cet évènement bouleversant. Il y a aussi Cass, Rae et Polly, ainsi que Jack, le frère de Tara. Mon dieu, que j'ai adoré décrypter leurs comportements et leurs réactions à eux aussi ! Chaque personnage représente, pour moi, une façon de réagir face à la mort de quelqu'un. Folie, amour, vengeance, profit ou encore profonde tristesse... Aucun sentiment ne nous est épargné. L'histoire de ses cinq protagonistes est vraiment saisissante. Là aussi, on se demande sans cesse "qui est la personne la plus faible ?", "qui va faire une erreur et va révéler le secret au grand jour ?", ou encore "jusqu'où Alice est prête à aller avec Jack ?". Bref, encore tout un tas de questions, mais qui gravitent cette fois autour de personnages tout aussi magnifiquement bien décrits que celui d'Alice. Les rapports entre eux sont bourrés de justesse et de vérités. C'est tout un monde réel et logique qui s'offre à nous, et on a véritablement aucun mal à s'y laisser piéger.
Autre aspect sensationnel de ma lecture : mes retrouvailles avec l'écriture de Cat Clarke. J'avais déjà succombé à elle en lisant CONFUSION. Tout est clair, concis, et on va directement au cœur-même des choses. Ici, l'auteure fait un pas de plus dans sa perfection. Elle a réussi à me faire pleurer de rire alors que l'ambiance du roman est lourde, mais dans le meilleur sens du terme qui existe. Cat Clarke sait comment ébranler nos sentiments en un claquement de doigt. J'ai ri, j'ai eu les larmes aux yeux, j'ai angoissé comme jamais et j'ai stressé au point de jeter le roman sur mon lit de peur de découvrir ce qui m'attendais dans la suite de l'histoire. Elle n'hésite pas à en faire voir de toutes les couleurs à ses personnages, à les faire souffrir et ne rien leur épargner. Elle décrit avec rigueur et de manière efficace tous les sentiments qui nous parcourent et nous consument à certaines périodes de notre vie. Tout est exact. Tout est juste. Tout est dévastateur.
Seul défaut : la conclusion. Haaaalala, que je suis frustré et en colère de devoir dire ça ! Avec la fin juste annihilante et ravageuse de CONFUSION, je m'attendais à, une fois de plus, en prendre plein la tête. C'est exactement ce qu'il s'est passé, mais pas de la manière dont je l'espérais. Il reste malheureusement pas mal d'interrogations en suspens, et de destins trop flous pour complètement me satisfaire. J'ai eu l'impression que Cat Clarke avait décidé de laisser certains personnages de côté pour seulement se concentrer sur Alice dans les ultimes pages. Elle ne s'embête pas à nous offrir les réponses à des questions pourtant très souvent mises en avant. La fin est quand même pas mal ouverte, en fait. C'est aussi simple que ça. Sauf que les fins ouvertes et moi, ça fait deux. Par contre, je comprends très bien pourquoi l'auteure a choisi cette voie. Ainsi, elle continue d'avancer dans le chemin réaliste qu'elle a choisi de prendre. Tout cela ne fait que rajouter "du vrai" à l'histoire. Mais, au final, je suis plus frustré qu'autre chose, lol ! Et c'est vraiment terriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiible !!! Par contre, les toutes dernières lignes m'ont vraiment marqué et achevé ! Je peux, sans l'ombre d'un doute, affirmer que l'histoire d'Alice, Cass, Rae, Polly, Jack et Tara va me hanter et m'obséder encore un bout de temps !
Au final, TORN est pratiquement tout aussi bon et jouissif à lire que CONFUSION. Si ce n'est pas un coup de cœur à cause de sa conclusion ouverte, ce roman reste envoûtant, noir, consumant, et merveilleusement bien écrit. Cat Clarke a, une nouvelle fois, su me combler et me convaincre qu'elle était une des meilleures auteures YA qui existe ( et qu'il faut qu'elle continue à écrire encore et encore et encore et encore :p ). En fait, je crois que je vais même pouvoir nommer cet effet qu'elle a sur moi « l'Effet Cat Clarke », puisqu'il n'y qu'avec elle que je ressens mes émotions de façon aussi palpitante et intense. TORN est une véritable perle. Une bombe qui n'a pas fini de me brûler de me fasciner. Je vais désormais devoir attendre la fin du mois de Janvier pour pouvoir me jeter sur le troisième roman de l'auteure, UNDONE, qui, j'en suis sûr, va autant me renverser que TORN et CONFUSION. Une lecture exaltante, dramatique et vibrante, à ne pas manquer.

par Jordan
Comme des images Comme des images
Clémentine Beauvais   
Un livre assez sympathique, mais qui ne cible pas assez le problème dit dans le résumé. Et du coup, cela m'a un peu déçue. Cette histoire m'a un peu fait penser à une tragédie grecque. Qui se passe en général sur une journée avec une fin dramatique. Bon sur l'histoire, on a des brides du futur et du passé en même temps que la journée, et deux drames nous sont racontés. L'histoire n'est pas racontée par l'une des jumelles, mais par une troisième personne, qui passe souvent son temps à se regarder le nombril. L'essentiel, ce passe autour d'elle et cela occulte complètement l'incident de la vidéo. J'avoue que j'aurais aimé avoir plus de réactions sur ça, de ressentis. Plus de drame autour. Alors que là, on entre dans la complexité de l'amitié et de l'amour, du paraître, de vouloir toujours être mieux vu. Et le plus perturbant, c'est qu'on ignore le nom de la jeune fille qui raconte. Pourtant, on a la moindre de ses pensées et de ses gestes. Mais bizarrement ça m'a perturbé au moment de faire mon avis. Donc l'auteur à su bien détourné son lecteur de ce petit détaille. Il y a plusieurs sujets abordés durant ce livre, ce qui fait pas mal de cacophonie au final. On parle d'internet, des réseaux sociaux et de tout ce que peu faire un adolescent sans réfléchir aux conséquences de leurs actes. Surtout que sur la toile rien ne disparait. Mais on a une brève apparition d'homosexualité aussi, enfin si j'ai bien compris. On aussi une part de suicide, mais là-dessus ça reste assez flou. Tout est abordé sans de réelles profondeurs. J'ai l'impression d'incité dessus, mais j'ai été déçue que l'auteur n'entre pas plus en profondeur sur la vidéo, parce que je ne m'attendais pas trop à ça au final. Après j'ai aimé le livre, l'écriture est fantastique, on dévore les pages sans difficulté. L'auteur sait nous maintenir dans son livre, dans ce petit passage sombre de la vie doré de certains enfants. Elle nous offre aussi des personnages vraiment attachants, on ressent facilement leur mal-être alors qu'on a qu'un point de vu. C'est un très beau livre malgré les petits défauts que je considère comme tel. Au vu du début, je pensais vraiment que la fin serait à pleurer. Mais ce n'est pas le cas, je suis donc rassurée.

En conclusion, une belle lecture, certes déçue de ne pas avoir trouvé ce que le résumé me promettait. Mais dans un sens, l'auteur à su me toucher sur divers sujet bien en phase avec notre mode de vie. Un livre qui se lit assez rapidement et qui touchera un grand nombre de personnes. Et comme toujours, je remercie les éditions Sarbacanes pour leur découverte, cela fait le deuxième livre assez engagé sur des problèmes d'ados de nos jours que je lis. Et j'ai hâte de pouvoir en découvrir d'autre.

par Lily01
Sans prévenir Sans prévenir
Matthew Crow   
L'histoire est prenante, et même si ce roman n'entrera pas dans mes favoris (pas plus que Nos étoiles contraires), je lui trouve du charme et de la maturité. Il a quelque chose de fort, notamment grâce à ce très beau tandem que forme Francis et Ambre, les personnages ont un côté déjanté et attachant. J'ai adoré suivre cette histoire d'amitié, d'amour et de famille, brisée par le deuil, la maladie, mais qui ne baisse jamais les bras. L'espoir est un message très fort, le non-apitoiement sur lui de Francis est une bonne leçon, j'ai horreur du trop larmoyant, c'est pour cela que j'ai apprécié Ambre. Un personnage certainement inoubliable, à sa manière.

par Ewylyn
Dash & Lily's Book of Dares Dash & Lily's Book of Dares
David Levithan    Rachel Cohn   
Il ne me semble pas que ce livre sortira en français, du moins, pas pour le moment :(

Sinon, pour vous donner mon avis : j'ai adoré ce livre *_*
L'histoire entre Dash et Lily me tenait en haleine !!
J'ai quand même pas mal rigolé en lisant ce roman. Lily me fait rire par son innocence et sa folie.
Je le conseille :)
Ps : le niveau d'anglais est "débutant". Il se lit facilement :)

par tempicka
Les filles sauvages Les filles sauvages
Pat Murphy   
J'ai ADORE ce livre, histoire d'amitié entre Joan et Sarah. Il traite aussi de la famille, et c'est un très beau roman sur l'écriture et la recherche de soi-même.
Je me suis beaucoup attachée aux deux filles [spoiler]au entre elles, jouent aux filles sauvages. Elles se surnomment Renarde et Salamandre et sont de véritables aventurières ! Je me suis sentie très proche de Renarde, qui se sent mal avec les autres, qui ne se sent pas à sa place à l'école, qui cherche à trouver sa place et n'hésite pas à mettre sur le papier ce qu'elle ressent, ce qu'elle pense, ce qu'elle imagine. Elle rêve de retrouver sa mère, qui les a abandonnés elle et son père quand elle était petite. Pour se faire moins de mal, elle s'imagine qu'elle s'est transformé en renarde.
Joan, elle, est très différente : elle n'a aucun mal à se faire des amies et à supporter les filles de son collège, mais elle ne s'entend pas avec son père, qui crie sans arrêt et avec qui tout tourne autour de l'argent. Au début, elle ne met pas vraiment tout son cœur dans ce qu'elle écrit, car ce qu'elle veut, c'est faire plaisir aux profs qui lit.
Renarde et Salamandre vont écrire une histoire ensemble. Cette histoire remporte le premier prix d'un concours et lors de la présentation, elles se déguisent en filles sauvages. Une dame va alors leur proposer de participer à un stage d'écriture pendant l'été.
A la fin, Sarah retrouve sa maman mais elle se rend compte qu'elle préfère vivre loin d'elle. Les parents de Joan divorcent mais la jeune fille est heureuse de se nouveau départ. [/spoiler]

J'ai surtout beaucoup aimé la première partie [spoiler]quand les filles s'aventurent dans la forêt. La fin est superbe quand elles présentent leur histoire au jury et au public du concours de nouvelles ! J'ai adoré ce côté rebelle et sauvageons. La deuxième partie, qui raconte leur stage d'écriture, est toujours aussi entrainant, mais il perd ce côté sauvage. Il est tout de même drôle, grâce à tout ce qu'elles voient dans le campus.[/spoiler]

L'histoire est racontée par Joan, ce qui donne encore plus d'entrain au récit ! On a toujours envie de savoir ce qui se passera après !
L'écriture est très belle et on s'y plonge sans problème !

par Zelina
Victoria rêve Victoria rêve
Timothée De Fombelle   
C'est un tout petit bouquin plein de charme que nous offre-là Timothée de Fombelle, avec son écriture fluide et douce et belle et délicate, comme toujours. J'ai lu cette centaine de pages très vite, et j'ai beaucoup aimé la petite histoire de Victoria, même si je m'attendais en partie à cette fin, qui ne m'a pas tellement surprise, ça reste un petit livre plein de charme et de rêverie éveillée, qui se lit trop vite!

par Rid-kaat
Céleste, ma planète Céleste, ma planète
Timothée De Fombelle   
Un magnifique petit livre, toujours à l'écriture si poétique de Timothée de Fombelle. Une belle histoire d'amour qui nous sensibilise en même temps à l'écologie. Un seul petit regret: on ne sait à aucun moment le nom du narrateur (à moins que je me trompe !), et... c'est pas assez long !!! Bref, un beau petit livre qui fait réfléchir !

par Milky-Way